Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie IV. Faire de la science autrement en bibliothèque

Le festival Science et Manga, une manifestation originale de la BU Lyon 1

Florence Gaume et Livia Rapatel

Texte intégral

Au début : des travaux

1En 2006, la BU Sciences de l’université de Lyon 1 s’est lancée dans de grands travaux de réhabilitation. Au même moment, une réorganisation générale du SCD a été initiée. Un changement d'organigramme a notamment permis la mise en place de services transversaux et le développement de nouvelles missions, autour, par exemple, de la communication-valorisation. C’est dans ce cadre qu’est née l’idée de développer un fonds de mangas au sein de l’espace loisirs Quartier Libre (QL) et de créer un festival autour, sans rapport explicite avec la science au départ.

2Cette proposition, liée avant tout aux loisirs des étudiants, a commencé par sembler en décalage avec les missions de la BU. De plus, des festivals de ce genre, il en existait énormément. Ce double souci de cohérence et d’originalité a ainsi donné l’idée de réunir science et manga lors d’un festival annuel, avec une thématique différente pour chaque édition. Cet événement a eu la chance de bénéficier dès le départ de nouveaux équipements, ainsi que d’un espace pour les expositions et d’une salle de conférences, pouvant aussi servir de salle de projection.

Montée en puissance du festival

  • 1 Le repérage d’ouvrages en lien avec le thème du festival commence un à trois ans avant, car certai (...)
  • 2 La plupart des critiques, toutes signées par la mascotte Rika, sont l’œuvre de la responsable de Q (...)
  • 3 Dessin animé japonais.
  • 4 La BU organise depuis de nombreuses années des conférences-débats. L’une d’entre elles est mainten (...)

3Cela faisait longtemps que la BU n'avait pas organisé d'exposition elle-même, à l'exception de celles liées à la Fête de la Science. Les autres expositions arrivaient « clef en main » via le service culturel de l'université. Les débuts se sont donc faits en douceur : une exposition prêtée par l’éditeur Glénat, de nouvelles acquisitions1 accompagnées de critiques2, un goûter japonais, la projection d'un anime3 et une conférence-débat4 sur l’écologie, sans lien avec les mangas. Ces différents types d’animation sont toujours présents dans le festival actuel. Le thème de l’année suivante, les robots, a également permis d’exposer quelques spécimens prêtés par des collègues de l'université.

  • 5 La vulgarisation scientifique fait partie des missions des enseignants-chercheurs, et la plupart s (...)

4C'est avec la troisième édition en 2012, sur le thème du Temps, que le festival a pris de l'ampleur, notamment avec la conclusion d’un partenariat avec le Musée du temps de Besançon. Il est vite apparu nécessaire d’étoffer l’équipe (4-5 personnes), notamment grâce à des stagiaires, qui ont permis l’ouverture d’un blog. Les panneaux de l’exposition, sur la représentation du temps dans les mangas et les concepts scientifiques qui y sont liés, ont été réalisés en interne et validés scientifiquement par un professeur de Lyon 15. C'est aussi cette année-là qu'a été créée la mascotte du festival : Rika, dont le nom signifie Science en japonais. Suite au surcroît de travail et de dépenses lié au prêt d’instruments de mesure du temps, le calendrier du festival a été modifié : les expositions se déroulent désormais sur un mois environ, tandis que les autres manifestations sont regroupées sur une grosse semaine pour marquer le temps fort du festival.

Pourquoi le manga ?

5Le premier espace loisirs de la BU a très tôt été son espace le plus silencieux, utilisé par beaucoup d'étudiants pour travailler. Ses collections, notamment de presse, portaient plus sur les centres d'intérêt des personnels de l'université que sur ceux des étudiants (un peu de tout sur tous les sujets et souvent à un niveau universitaire, à l’image d’une bibliothèque d’honnête homme), et elles étaient loin d’accorder au manga la place qui aurait dû lui revenir compte tenu de son importance pour les adolescents et jeunes adultes. Aussi a-t-il été décidé, lors de la conception de QL, de partir dans une autre direction : ni chaises ni tables de travail, uniquement des fauteuils, et des collections repensées en direction des 18-25 ans après une réintégration des ouvrages de sciences humaines dans les collections de la bibliothèque d’étude. Ce qui amenait tout naturellement aux mangas, qui ont immédiatement connu un grand succès.

  • 6 L’« univers » (terme très important chez les ados et jeunes adultes) du manga ne se limite pas au (...)
  • 7 Outre les nombreuses traductions qui paraissent, le festival a parfois recours à des planches en v (...)
  • 8 Les fonds de QL sont destinés à un public adulte : tous les thèmes peuvent y être abordés, à l’exc (...)

6Le manga6 tel que nous le connaissons en Occident existe depuis la deuxième moitié du xxe siècle. Il connaît en France un accueil très propice, puisqu’il s’agit du deuxième marché mondial derrière le Japon7. Pourquoi ce média pour un festival scientifique ? Lorsqu’un événement doit changer de thématique chaque année, mieux vaut s'assurer que le média envisagé peut suivre. C'est le cas pour le manga, qui aborde tous les sujets. La variété de tons, de graphismes et l’absence de tabous8 sont des atouts énormes pour porter un festival sur plusieurs années. L’espace, la réalité virtuelle, la médecine pourront ainsi être abordés à l’avenir grâce à ce genre. Il est également possible d’élargir une thématique en couplant un sujet fréquent dans les mangas avec un axe scientifique, comme les mathématiques et la musique en 2015.

7Les thématiques sont, autant que possible, choisies pour leurs liens avec les différentes filières de l’université : l’écologie et la biologie, les robots et le génie électrique ou les neurosciences, le temps et la physique, le sport et les sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), le genre et les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE), les mathématiques et… les mathématiques, etc. Ce lien est primordial pour le succès du festival et son intégration dans le contexte universitaire. Il permet aussi une collaboration très riche avec les enseignants qui, pour certains, redécouvrent leur bibliothèque, ses espaces, son fonctionnement et les interactions qu’ils peuvent avoir avec les bibliothécaires. Suite à certains projets réalisés avec eux et grâce à l’aspect informel de l’événement, des enseignants ont pu être sollicités pour d’autres projets culturels, mais aussi dans le cadre de l’activité « traditionnelle » des responsables documentaires (formation des étudiants, suggestions d’acquisitions, organisation d’expositions ou de conférences, partage de réseaux pour communiquer sur les manifestations des uns et des autres, financement commun de tournages pour garder la mémoire de certains événements…), alors même qu’il est parfois difficile d’associer ces usagers à la vie de la BU.

Le bon moment, le bon public

8Dans une BU, le choix du moment de chaque événement culturel est primordial. Une partie du public peut être considéré comme captif : certains étudiants sont ainsi présents des journées entières, notamment les licences. En revanche, leurs emplois du temps sont régulièrement modifiés, ce qui rend compliqué de dégager des plages fixes pour proposer une manifestation dans la BU. Il est nécessaire, en premier lieu, de se caler sur le calendrier universitaire. Pas question de proposer quelque chose pendant les vacances, le week-end ou dans la période inter-semestre. Il vaut mieux éviter aussi les périodes de révisions et d’examens. Une fois ces embûches écartées, se pose la question de l’horaire. La pause de midi porte bien son nom et est assez propice à des événements impromptus qui ne demandent pas trop de temps ou peuvent être saisis au vol. Si l’on souhaite les capter pour un temps plus long, on offre en plus un sandwich aux étudiants. Compte tenu enfin du programme contraint des autres événements auxquels participe le SCD (notamment la Fête de la Science, qui mobilise beaucoup de forces vives), il ne reste finalement que le créneau février-mars.

9La collaboration avec les services de l’université est par ailleurs indispensable à une bonne communication. Le service dédié de l’université de Lyon 1 apporte ainsi son aide technique pour le blog (changements graphiques, problèmes techniques), intègre le festival dans l’agenda de l’université et le met en avant au moment de son lancement. L’actualité de l’événement est également relayée sur différents supports d’information en continu éparpillés sur tout le campus, comme des vidéoprojecteurs, des tableaux lumineux ou des écrans. Cette diversité des moyens de communication demande évidemment un travail conséquent pour adapter nos informations et nos supports visuels à la Charte du site de l’université et aux différents formats liés à ces dispositifs.

10Ces dispositifs ne suffisent toutefois pas à toucher l’ensemble des étudiants, même renforcés par des envois d’emails (hélas adressés, pour raisons techniques, sur leurs messageries universitaires qu’ils ne consultent que rarement) et par une présence sur le portail étudiant. En revanche, être présent sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook) permet de s’adapter aux pratiques des étudiants, et de les atteindre beaucoup plus efficacement, même si cette communication est loin d’être exhaustive (seulement 539 followers sur Twitter et 2 402 « amis » sur Facebook).

11Améliorer la communication autour du Festival semble donc une piste de développement futur, tout en tenant compte de la capacité d’accueil des infrastructures de la BU (90 personnes dans la salle de conférences/projection, 30 à 35 personnes pour un atelier, 100 personnes pour les concerts dans QL). Il est nécessaire de conserver un équilibre entre augmentation de la fréquentation et maintien des conditions agréables de suivi de l’événement.

Une identité forte sur le campus qui crée un lien sur le long terme

12Exposer un instrument de musique japonais ou une armure de kendo n’est pas forcément évident pour des bibliothécaires, non plus que d’organiser des événements originaux autres qu’une exposition. Il est donc indispensable de se constituer un carnet d’adresses, notamment en gardant contact avec des partenaires qui se seraient intéressés aux éditions précédentes du festival.

13La réalisation d’affiches et de badges mettant en scène une mascotte dotée d’une forte identité visuelle (quoiqu’elle soit chaque année relookée en fonction du thème) a permis de créer une attente auprès du personnel de l’université et des étudiants de Lyon 1. Des jeux et un concours les rendent acteurs de cette manifestation et ont beaucoup de succès, non seulement du fait de l’attrait exercé par les lots (costumes, sacs), mais aussi parce qu’ils sont l’occasion pour eux de se positionner en experts sur le campus, et pour la BU de créer une connivence avec eux.

14Ces animations ont permis au fil des années de créer un véritable lien avec les publics de la BU, formant une communauté autour du festival, et entretenant une attente. Le média manga permet de dédramatiser la science. Elle se pare de belles couleurs (grâce aux différents supports comme l’affiche ou la mascotte) et montre que la science peut être partout, y compris dans des lectures qui ne sont pas considérées comme sérieuses. Le personnel de l’université vient de plus en plus avec ses enfants aux différentes manifestations, car le festival est un « pont » entre l’univers de la jeunesse (manga) et celui de la Recherche (science).

15Quant au blog, il sert à l’annonce du festival mais aussi à sa mémoire, puisqu’il conserve la trace des éditions précédentes. Le festival est également présent sur le site du SCD, de même que les autres manifestations organisées par la BU9.

16Le festival Science et Manga est une expérience à part dans la programmation du SCD de Lyon 1, puisqu’il a été le premier événement entièrement monté et imaginé par la bibliothèque.

17Le danger est parfois de s’enfermer dans un cadre trop convenu (reproduire ce qui marche sans envisager d’autres propositions) mais le fait de travailler à plusieurs permet d’éviter ce travers, les uns n’hésitant pas à signaler les radotages des autres ! Il arrivera peut-être un moment où l’ensemble des thématiques possibles auront été abordées, mais, si l’on tient compte de l’enrichissement du fonds et des nouvelles parutions de mangas, ce n’est pas pour demain !

Notes

1 Le repérage d’ouvrages en lien avec le thème du festival commence un à trois ans avant, car certains titres sont rapidement épuisés. Les sites spécialisés comme MangaNews, qui propose une indexation thématique, et les sélections réalisées par des amateurs passionnés (blogs) sont des aides précieuses pour les acquisitions, effectuées en fonction de la thématique de l’œuvre plus que de son intérêt littéraire.

2 La plupart des critiques, toutes signées par la mascotte Rika, sont l’œuvre de la responsable de Quartier Libre, aidée de stagiaires et de collègues. Le ton est très libre, voire impertinent.

3 Dessin animé japonais.

4 La BU organise depuis de nombreuses années des conférences-débats. L’une d’entre elles est maintenant intégrée au festival, et porte sur la même thématique, ce qui permet de mutualiser les moyens et de renforcer l’aspect scientifique de la manifestation.

5 La vulgarisation scientifique fait partie des missions des enseignants-chercheurs, et la plupart s’en acquittent avec beaucoup de bonne volonté et d’enthousiasme. Participer au maximum de manifestations culturelles ou scientifiques à l’université est le meilleur moyen d’aller à leur rencontre, de faire connaître la BU et ses activités et de bâtir un réseau.

6 L’« univers » (terme très important chez les ados et jeunes adultes) du manga ne se limite pas au papier : en sont tirés des anime, des dramas (feuilletons joués par de vrais acteurs), des jeux vidéo, des fanfictions (récits alternatifs écrits par des fans) et autres fanarts (dessins de personnages célèbres réalisés par des fans), des lightnovels (manga en version roman), etc. Voir à ce sujet Nicolas Beudon, « Les "cafés mangas" : une concurrence riche d'enseignements », Bulletin des bibliothèques de France, 2012, n° 4, pp. 54-58. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-04-0054-011.pdf >.

7 Outre les nombreuses traductions qui paraissent, le festival a parfois recours à des planches en version originale pour son exposition, sans que cela ne pose de problème de compréhension.

8 Les fonds de QL sont destinés à un public adulte : tous les thèmes peuvent y être abordés, à l’exception de la pornographie et de l’extrême violence, deux genres pourtant très présents dans la production de mangas et dont les étudiants sont demandeurs.

9 Retrouvez le blog du festival : < http://festivalscienceetmanga.univ-lyon1.fr/ > mais aussi la « mémoire » de nos expositions sur le site de la BU Lyon 1 : < http://portaildoc.univ-lyon1.fr/vie-culturelle/expositions/ >. Le Facebook de la BU : < https://fr-fr.facebook.com/bibliotheque.universitaire.lyon1 >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search