Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie IV. Faire de la science autrement en bibliothèque

La Fête de la Science en bibliothèque universitaire, l’exemple de la BU Lyon 1

Florence Gaume et Livia Rapatel

Texte intégral

L’action culturelle, une spécificité de la BU Sciences

  • 1 La BU de la Doua fut longtemps pluridisciplinaire. Les collections de lettres et sciences humaines (...)
  • 2 Jean-Louis Rocher, « La bibliothèque universitaire de Lyon-La Doua après cinq ans de fonctionnemen (...)

1Dès sa conception dans les années 1960, le programme pédagogique a intégré l’animation culturelle dans les activités régulières de la BU, construite sur le campus de la faculté des sciences1. Dès son ouverture, elle a vocation à promouvoir la vulgarisation scientifique, à participer à l’animation de la vie universitaire et à établir des liens avec le monde culturel. Elle fut aussi une des premières BU à disposer d’une salle de culture générale. Son organisation, inspirée des bibliothèques de lecture publique, a vocation à permettre « aux étudiants (éventuellement à leurs professeurs) de se distraire des études spécialisées »2 et de les sensibiliser aux grandes questions de société ainsi qu’à l’actualité scientifique et culturelle.

2Cette intégration de l’animation culturelle et scientifique dans le fonctionnement régulier de la BU a facilité sa participation active à la Fête de la Science dès sa création, en 1991.

La Fête de la Science, une manifestation conviviale et gratuite pour tous les curieux et passionnés de sciences

3La Fête de la Science mobilise de nombreux chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens dans les universités et les grandes écoles. L’implication des entreprises, des collectivités territoriales, des centres de culture scientifique et technique et de nombreuses associations est importante dans un territoire au dynamisme industriel fort comme en Rhône-Alpes. Les coordinations régionales et départementales assurent le suivi des projets, leur labellisation et la mise en cohérence des événements proposés sur l’ensemble du territoire national.

L’édition 2014 de la Fête de la Science dans le Rhône :

- 99 porteurs de projets ;

- 230 animations ;

- 24 communes ;

- 53 laboratoires et lieux de recherche et d’enseignement supérieur impliqués.

4Le campus LyonTech-La Doua à Villeurbanne, sur lequel se trouve la BU Sciences, est chaque année au cœur de la manifestation. Lors de la dernière Fête de la Science, 19 structures ont proposé des actions et plus de 30 manifestations ont été organisées dans son enceinte, accueillant au total plus de 10 800 visiteurs, dont 4 900 scolaires.

5Située au centre du campus à proximité de l’arrêt de tram où est installé le point d’accueil de l’événement, la BU en est chaque année un acteur majeur.

Une manifestation intégrée à la programmation culturelle

  • 3 Cf. le décret n° 2011-966 du 23 août 2011.

6L’élaboration d’une programmation culturelle est une mission inhérente aux bibliothèques universitaires3. Cet objectif est également inscrit dans le projet d’établissement 2011-2015 de l’université Claude-Bernard Lyon 1, lequel précise qu’il convient d’« inscrire les bibliothèques dans une dynamique d’ouverture : organisation d’événements culturels dans le cadre du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) et en partenariat avec la mission culturelle ».

7Pour répondre à cette volonté politique, la programmation culturelle de la BU vise essentiellement à :

  • valoriser les ressources documentaires ;
  • travailler en partenariat avec les autres instances universitaires ;
  • participer aux grandes manifestations culturelles de l’agglomération lyonnaise ;
  • participer aux commémorations célébrées par l’Université ;
  • participer aux grandes manifestations nationales de diffusion de la culture scientifique comme la Fête de la Science.

L’organisation de la manifestation

Le format

8Chaque année sont organisés une exposition, des ateliers pour les scolaires (de la maternelle au lycée) et le grand public et une conférence-débat. Ce programme-type est souvent complété par des conférences supplémentaires et la présentation d’un événement particulier le soir du vernissage. La manifestation est toujours construite autour d’une thématique (pas forcément le thème national) ou d’une commémoration particulière : le bicentenaire de la naissance de Claude Bernard en 2013, l’année internationale de la cristallographie l’année suivante, la Lumière en 2015.

La préparation de l’événement

9Au SCD, la programmation culturelle est assurée par une conservatrice et une bibliothécaire. Pour travailler sur le contenu scientifique de la manifestation, elles s’entourent d’universitaires spécialistes du domaine mais aussi, lorsque cela est nécessaire, d’experts extérieurs. Des séances de travail sont organisées régulièrement à la BU pour définir précisément le programme, répartir les tâches et s’assurer de l’avancement du projet. En parallèle, les bibliothécaires participent aux réunions organisées par le service Science et société de l’université de Lyon, coordinateur départemental de la Fête de la Science.

10La BU peut également participer à d’autres projets de diffusion de la culture scientifique en répondant à des appels d’offres. C’est ce qui s’est passé en 2013, suite à l’appel lancé par l’université pour le bicentenaire de la naissance de Claude Bernard. La chargée de mission Programmation culturelle du SCD faisait en effet partie du groupe de travail responsable de sa coordination. De la même manière, la participation au comité de pilotage lyonnais coordonnateur de l’Année internationale de la cristallographie en 2014 a permis de relayer les actions BU sur le site officiel de la commémoration.

Les manifestations proposées

L’exposition

11Elle combine panneaux, présentation d’objets et diffusion de son et d’images.

12Pour les panneaux, deux solutions sont adoptées :

  • Le prêt : lorsqu’une exposition intéressante existe déjà, sur le thème choisi, l’emprunt est envisagé, si possible sous forme électronique afin d’éviter les frais de transport, de pouvoir décider de la taille des panneaux et d’avoir le choix du support d’impression et du mode d’accroche. C’est la solution adoptée pour l’exposition « La chimie, le plein d’énergie ! » en 2012. Parfois, avec l’accord de l’organisme prêteur, la mise en page des panneaux est retravaillée afin qu’elle soit en cohérence avec la ligne graphique créée pour l’ensemble de la manifestation. Il s’agit alors toujours de changements de forme, les contenus scientifiques étant scrupuleusement et intégralement conservés.
  • La fabrication : s’il n’existe pas d’exposition sur le sujet, le contenu des panneaux est créé ex nihilo avec l’aide d’experts du domaine. C’est ce qui fut fait pour l’exposition du bicentenaire de Claude Bernard, dont le contenu a été conçu par une étudiante en Master lors d’un stage de trois mois, puis validé par les scientifiques membres du comité de pilotage.

13L’exposition organisée lors de la Fête de la Science est l’occasion de valoriser des collections patrimoniales, qu’il s’agisse des ouvrages anciens du SCD ou du patrimoine scientifique. L’université détient en effet des collections remarquables : son herbier est le deuxième au monde après celui de Harvard, elle conserve de très beaux ensembles d’instruments d’astronomie et de physique, et possède un riche Musée d’histoire de la médecine et de la pharmacie. En 2014, l’exposition « Le cristal sous toutes ses facettes » a permis de mettre à l’honneur la collection de minéralogie-cristallographie et d’exposer différents appareils de physique. Si besoin, des contacts sont pris avec des musées, des institutions ou des particuliers pour obtenir le prêt d’objets, comme par exemple en 2013 pour l’exposition « Aujourd’hui, Claude Bernard ? », pour laquelle un partenariat a été établi avec le musée de Saint-Julien-en-Beaujolais et VetAgro Sup. La mise à disposition de documents privés fut également négociée avec une parente de Claude Bernard. Dans ces circonstances, une convention est élaborée et signée avec chaque prêteur et les objets assurés en fonction de leur valeur déclarée.

Les ateliers

14Chaque année, des ateliers interactifs sont proposés aux scolaires et au grand public. Les bibliothécaires se chargent de leur organisation pratique et de leur bon déroulé, des chercheurs et des doctorants des laboratoires concernés assurent les animations. En 2013, ces ateliers ont été organisés autour du kymographe, instrument utilisé par les physiologistes au xixe siècle et restauré par un laboratoire de l’université. En 2014, pour célébrer la cristallographie, les élèves ont pu réaliser des modèles en carton des mailles élémentaires et des formes cristallines simples et le grand public assister à des expériences mettant en évidence la polarisation ou la diffraction en lumière visible et en lumière laser.

La conférence-débat

15Elle réunit trois spécialistes invités à aborder une problématique en croisant des approches différentes et complémentaires. Elle dure 1 h 30, le temps de parole de chaque intervenant étant de 20 minutes environ afin de pouvoir consacrer une trentaine de minutes aux échanges avec la salle. Cette conférence-débat est toujours programmée durant la pause déjeuner, car c’est un moment de très forte affluence dans l’établissement. À la sortie, des sandwichs et une boisson sont proposés gratuitement aux étudiants. L’intégralité de la séance est filmée puis diffusée sur la chaîne Youtube de l’université et sur le site web de la bibliothèque, ce qui permet d’en prolonger l’impact.

Les outils de communication

16Certains outils, comme les kakémonos, sont fournis par la coordination régionale, et servent à identifier sur le campus les lieux participant à la manifestation. Ces outils sont complétés par une affiche et des dépliants, permettant de présenter plus précisément les actions de la BU. Depuis 2012, la conception de l’affiche et la création des fonds des panneaux de l’exposition sont confiées à de jeunes graphistes membres de l’Association des élèves de l’École de dessin lyonnaise Émile-Cohl. Cette collaboration a le double avantage de garantir une vraie qualité graphique aux documents réalisés, d’encourager et faire connaître de jeunes créateurs. Ces supports papier sont complétés par une campagne de communication sur le Web : diffusion d’actualités sur le site web de la BU et sur celui de l’université, publications sur les réseaux sociaux et sur l’ensemble des écrans installés sur les différents sites universitaires, envoi par messagerie de l’invitation au vernissage à l’ensemble des personnels et des étudiants de l’université ainsi qu’aux partenaires extérieurs et à la presse locale.

De la valorisation de la manifestation à la production de contenu

17La valorisation des différents événements organisés lors de la Fête de Science permet à la fois de garder trace des actions de médiation proposées et de produire du contenu documentaire. Cette pérennisation des projets se fait par l’intermédiaire de différents outils :

  • la rubrique « Vie culturelle » du site web de la bibliothèque universitaire4 présente chaque événement et le documente. Cette éditorialisation est enrichie par la publication de photos prises sur place, la mise en ligne des images des panneaux et de l’affiche de l’exposition, la création de liens vers les différentes vidéos publiées sur la chaîne Youtube de l’université (enregistrement des conférences, films des ateliers, fresque sonore…) ;
  • l’université développe une politique de création de blogs événementiels avec la volonté d’agréger et de structurer les savoirs autour de thématiques scientifiques (Claude Bernard5, la cristallographie6, la lumière…). La mission programmation culturelle du SCD participe activement au contenu éditorial de ces blogs en proposant des billets ou des documents vidéo ;
  • des articles en lien avec la thématique de la Fête de la Science sont publiés sur le blog Interfaces/Livres anciens7, géré avec la Bibliothèque Diderot de Lyon. Une collaboration étroite entre spécialistes et bibliothécaires permet la rédaction de billets de vulgarisation scientifique illustrés de nombreuses images provenant des ouvrages du fonds ancien.

18La très forte implication des chercheurs et des laboratoires dans cet événement festif et populaire qui débute l’année universitaire constitue une formidable opportunité pour la bibliothèque universitaire de tisser des collaborations fructueuses avec les structures de recherche. C’est aussi une belle occasion de valoriser ses compétences de médiateur des savoirs scientifiques. Elle bénéficie pour cela de plusieurs atouts, et notamment des contenus de ses collections qu’elle sait structurer, organiser et rendre accessibles. Elle dispose également d’espaces variés : hall d’entrée, salle de conférences, galerie d’exposition, bibliothèque de loisir (Quartier libre), autant de lieux qui permettent d’organiser des événements multiples, surprenants, ludiques, à destination du grand public ou d’un groupe particulier. Elle est enfin le lieu le plus ouvert (75 heures par semaine) et le plus fréquenté du campus. Cet ensemble de facteurs légitime le positionnement de la BU comme opérateur majeur de transmission des savoirs au sein de l’université, et en fait un partenaire précieux et un excellent contributeur à la diffusion de la culture scientifique et technique.

Notes

1 La BU de la Doua fut longtemps pluridisciplinaire. Les collections de lettres et sciences humaines ont été transférées à la BU de Bron après son ouverture, les ouvrages de droit ont été retirés des collections seulement au début des années 1990.

2 Jean-Louis Rocher, « La bibliothèque universitaire de Lyon-La Doua après cinq ans de fonctionnement », Bulletin des bibliothèques de France, 1970, n° 11. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1970-11-0545-001 >.

3 Cf. le décret n° 2011-966 du 23 août 2011.

4 Portail documentaire de l’université de Lyon 1 : < http://portaildoc.univ-lyon1.fr/ >.

5 Blog « Bicentenaire de la naissance de Claude Bernard » : < http://claudebernard2013.univ-lyon1.fr/ >.

6 Site web « Année internationale de la cristallographie à Lyon » : < http://aicr2014.univ-lyon1.fr >.

7 Blog « Interface/Livres anciens » : < http://bibulyon.hypotheses.org/ >.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search