Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie IV. Faire de la science autrement en bibliothèque

Coordonner la Fête de la Science dans un réseau de médiathèque départementale

Florence Dugrillon

Texte intégral

Pourquoi participer à la Fête de la Science en tant que bibliothèque de lecture publique au sein d’un réseau départemental ?

La force du réseau

1Depuis 50 ans, la bibliothèque départementale de prêt (BDP) du Loiret s’emploie à dynamiser un réseau de bibliothèques communales et intercommunales, périmètre historique, auquel s’ajoute un réseau d’autres structures à géométrie variable (établissements liés à l’enfance, médico-sociaux, culturels, offices de tourisme…) avec lesquelles elle mène des actions.

2Ce réseau cumule maints avantages (proximité pour fédérer les acteurs et jouer la carte de l’offre intersites, expérience d’adaptation aux situations conventionnées ou de volontariat informel, ancrage auprès des populations pour un ciblage et une communication ajustés), mais aussi des contraintes liées à la multiplicité et à la disparité des niveaux et statuts d’acteurs en territoire. Réparties sur les divers bassins de vie, les quelque 300 structures qui irriguent le tissu rural et péri-urbain sont animées à 80 % par des bénévoles motivés, mais disposant de moyens réduits.

3Sur cette base riche de potentiels, la BDP intervient en faveur de la culture scientifique sans pour autant s’afficher au pilotage, assumé par le CCSTI qui légitime les projets et les promeut à échelle élargie : partage d’informations, conseils, organisation de journées professionnelles, mise à disposition d’outils prêts à exploiter, toutes actions facilitatrices, de la diffusion d’affiches aux relais sur le Web, propres à engager les bibliothèques dans le projet et à valoriser leurs initiatives et réalisations ; ceci dans une optique gagnant-gagnant de démultiplication des offres au bénéfice des publics.

La faiblesse des idées reçues

4Formées en lettres et sciences humaines, les équipes de la BDP ont pu éprouver une réticence à fêter la science, pensant ne pas avoir la légitimité pour cela. Quant aux usagers des bibliothèques locales et bibliobus, ils étaient surtout perçus comme des lecteurs de romans : mais était-ce la cause ou la conséquence d’une offre de documents scientifiques peu diversifiée et peu médiatisée ?

5Lorsqu’un élu, médecin de profession, suggéra de développer davantage la culture scientifique, l’impulsion fut vite relayée, au pays où Duhamel Du Monceau étudia l’arboriculture, par la conservatrice amatrice d’herbiers et de botanique.

6L’accroissement considérable de l’information en rapport avec les sciences disponibles sur Internet a contribué à accélérer la tendance, et ce, d’autant plus que les bénévoles animant le réseau de lecture publique en territoire étaient issus d’horizons plus diversifiés que les professionnels de BDP : la machine était lancée.

Tout est science : y croire et y faire croire

7La Fête de la Science est née en 1991 de la volonté du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de mettre la science à portée de tous. Or, la science à fêter fut longtemps réduite psychologiquement à des domaines comme les mathématiques ou la physique quantique.

8La première action de la BDP et des autres acteurs de CSTI consista donc à révéler la dimension scientifique de nombreux sujets, en particulier ceux en lien avec les spécificités locales : préservation du patrimoine naturel ligérien, gestion de la plus grande forêt domaniale de France, mécanique des crues, énergie du vent/moulins de Beauce et champs d’éoliennes. La présence d’un pont-canal, d’une centrale nucléaire, d’entreprises comme Hutchinson, et de musées valorisant les travaux des Becquerel, le télégraphe Chappe ou les techniques cynégétiques ou de batellerie, est également vite apparue comme un réservoir d’idées à faire fructifier.

Serez-vous de la fête cette année ? : des atouts pour les bibliothèques du réseau

  • 1 Le réseau a notamment pu solliciter des chercheurs du Bureau de recherches géologiques et minières (...)

9La BDP commence la publicité autour de la manifestation et lance les invitations/incitations un an à l’avance, en privilégiant toute formule propre à encourager les partenaires potentiels, telle que « l’envie d’associer automne, pomme et Newton vous séduit ? Alors parez la bibliothèque des atours de la science ! ». Et de rappeler qu’accueillir plutôt que faire, c’est déjà participer en démontrant sa capacité à mettre en lien et magnifier, que l’emprunt de modules clés en main est à réaliser sans modération afin de gagner du temps, que la rencontre du public avec des scientifiques professionnels1 est à oser sans complexe, les bibliothécaires étant pleinement dans leur mission de facilitateurs d’accès aux contenus.

10Il est fondamental de souligner les avantages pour la bibliothèque d’une participation : animations valorisées auprès des acteurs de la culture scientifique, élargissement des publics, promotion d’envergure sous un label de qualité avec mise à disposition d’outils de communication harmonisés, etc.

11Facile est un maître-mot à employer face aux structures de taille modeste aux moyens limités. L’expérience prouve que l’apport gratuit par la BDP de moyens documentaires et de médiation, leur identification aisée via un catalogue, leur déclinaison possible pour un segment de public, ou au sein d’un espace contraint, la capacité de la bibliothèque à rassembler les actions sans s’immiscer dans les choix et organisations des divers acteurs, et son appui en termes de communication à effet démultiplié, sont autant de points mobilisateurs.

Gérer le projet à plusieurs au bénéfice de tous

Organiser l’opérationnel

12Trois cas de figure se présentent où l’action de la BDP favorise la coopération sans être prescriptrice :

  • une bibliothèque participe spontanément à la Fête de la Science : son projet est inscrit au programme du réseau, pour une communication homogène ;
  • l’équipe de la BDP, chargée d’un travail de veille, repère une bibliothèque qui réalise une action susceptible d’entrer dans la démarche : elle est invitée à rejoindre le dispositif mutualisé ;
  • la BDP présente aux autres structures la manifestation, son intérêt et les facilités offertes pour une participation rapide et efficace.

13Il est indispensable de bien définir les rôles, car si chacun a la vision de ses objectifs, moyens, périmètres et plans d’action, il existe aussi un a priori sur ce que les autres sont censés faire, impressions croisées susceptibles de se transformer en frictions et laminoirs à bonnes volontés. Cette nécessaire formalisation des protagonistes, actions et contraintes respectives, peut faire l’objet de protocoles simplifiés, limitant doublons chronophages, oubli d’une action-clé que chacun pensait réalisée par d’autres, et enchevêtrement calendaire ou spatial contre-productif.

14La BDP propose au minimum un formulaire à double volet : l’un sert à la demande de réservation et au descriptif précis du projet (dates, lieux, acteurs, sujets, publics visés, biens et outils de médiation à mobiliser), l’autre à la confirmation et aux modalités pratiques de mise à disposition par la BDP. Il est établi contradictoirement et visé par les tutelles.

15Les malles multi-supports de la BDP sont des outils mutualisés modulables. Il est donc nécessaire d’en organiser la réservation et la circulation selon une planification établie à l’avance et priorisée ou adaptée en fonction des objectifs et périmètres d’intervention prévus (séances hebdomadaires sur un mois par une classe, ou soirée-débat par exemple).

16De même, la structure emprunteuse gagne à venir en BDP explorer telle malle pressentie pour en préparer l’exploitation : quels documents empruntables par le visiteur seraient à mettre en avant pour prolonger une projection sur un thème de société ? Quels supports privilégier pour des visites familiales ludiques et conviviales ?

17L’offre numérique n’est pas à omettre, via une sélection sitographique, non plus que la médiation de ces ressources dématérialisées : seront par exemple à prévoir parmi les documents physiques présentés sur table thématique, de grandes fiches au visuel attractif porteuses d’une adresse de site et d’un bref résumé sous la bannière « pour en savoir plus ». À emporter en souvenir pour suite à donner en classe ou en famille. Et si un ordinateur est prévu à la bibliothèque : c’est gagné !

Préparer un atelier : une tâche parfois complexe

18Si la mise à disposition par la BDP de kits prêts à l’emploi donne l’impression qu’il est simple de participer à la Fête de la Science, mettre en œuvre un atelier implique un peu d’anticipation.

Encadré. Un atelier pour des publics hospitalisés

L’organisation par la BDP d’une animation autour de la thématique de l’eau avec un établissement d’hospitalisation pour personnes âgées dépendantes a ainsi fourni un exemple de points à prendre en compte, au niveau de la sécurité et des réponses à apporter au public ciblé, et dont d’autres déploiements pourront s’inspirer.

Afin de réaliser de petites expériences électrostatiques d’observation de courants produits par une variation de densité (entre autres), il a notamment fallu choisir une salle avec un plan d’évacuation adapté et munie d’un point d’eau, disposer les panneaux d’exposition sans risque de gêner le passage de déambulateurs ou fauteuils roulants, stabiliser le mobilier, répartir des chaises afin d’assurer visibilité et interaction pour tous, et rassembler des récipients appropriés ainsi que de quoi éponger d’éventuels petits dégâts des eaux.

Point d’improvisation non plus dans l’ajustement des ateliers réalisés sous la houlette d’un membre d’association spécialisée dans la médiation scientifique, pour un dosage réussi entre (ré-)apprentissage et plaisir.

Enfin, le choix des livres servant de guide et de prolongement aux travaux a nécessité beaucoup d’attention, pour satisfaire les divers niveaux de lecture.

Un exemple de Fête de la Science original

19L’arrivée à la BDP d’une ingénieure documentaire non-voyante a permis la réalisation d’un outil d’animation original sur la thématique du bâti lors de l’édition 2012 de la Fête de la Science, associant :

  • un corpus de livres tactiles et mixtes ;
  • des documentaires tous supports (DVD sur la chaux aérienne…), offre classique à ne pas négliger, en veillant à mêler ouvrages de vulgarisation et spécialisés ;
  • une matériothèque (morceaux de silex, calcaire, tuile, brique, bois) ;
  • des panneaux d’exposition sur les techniques de constructions traditionnelles (réalisés par la Conservation départementale du patrimoine) avec deux niveaux de livrets-jeux ;
  • un kit de dessins en relief ;
  • des jeux de construction.

20L’ancrage local de la thématique, les médiations inattendues autant que la variété des supports ont été source d’afflux de visiteurs manifestant un vif intérêt, les animations (conférence, rencontre d’artisan, atelier tactile…) ayant été menées de manière différenciée selon les structures d’accueil.

21L’optique participative et l’éveil de la curiosité par l’observation active, la découverte sensorielle avec sollicitation de l’imaginaire et de la représentation mentale invitant à l’approfondissement des connaissances, le dialogue des approches voyants/non-voyants, la place donnée au jeu et au ressenti aussi bien qu’à l’expérimentation comme portes d’accès décomplexé au savoir ont constitué des occasions rares de croisement de visiteurs (dont un public en situation d’illettrisme séduit par la thématique technique et l’approche tactile).

Ouvrir largement les portes !

22Si tu ne viens pas à la bibliothèque, elle viendra à toi : se déplacer chez un partenaire peut être gage de réussite, telle l’organisation dans un point info jeunesse de l’opération Les portes de la science s’ouvrent pour toi !, qui comprenait panneaux didactiques, ouvrages, films, objets prêtés et commentés par un collectionneur et quiz pour stimuler les déambulations, lectures et découvertes.

23La bibliothèque gagne en outre à être elle-même objet de réflexion et terrain de jeu, par exemple lors d’une présentation technique d’un bâtiment haute qualité environnementale. Cette dimension « portes ouvertes » permet de lier intérêt scientifique et intérêt pour un établissement au rôle culturel et sociétal important en territoire.

24Plus classique, l’enquête à la bibliothèque s’organise entre les rayons pour transformer le visiteur en Sherlock Holmes en quête d’indices au fil de la classification décimale, fiches-focus, quiz, documentaires, vidéo… et le sensibiliser aux dernières avancées en forensique : succès assuré.

Capitaliser les expériences qui boostent

25Temps, énergie et moyens sont parfois difficiles à mobiliser pour un seul week-end : rien n’empêche donc de prolonger la manifestation.

26Plusieurs événements peuvent ainsi s’articuler avec la Fête de la Science et justifier une capitalisation des efforts auprès de publics d’horizon divers sur un temps plus long, en lien par exemple avec la Semaine bleue, la Journée mondiale du film d’animation, les Journées européennes du patrimoine, la Semaine européenne de la mobilité, le Mois de la photo ou le Mois du film documentaire.

27La thématique culinaire a pu ainsi se décliner sur plus d’un mois, en articulation avec la Semaine du goût, sous la forme d’un « menu » : l’occasion de découvrir sur un rayon d’une cinquantaine de kilomètres des expositions prêtées par la BDP sur le gibier, les épices, le pain, le miel et les abeilles, les thés et cafés, dans des structures accueillant ici un apiculteur, là un taxidermiste expliquant mues de bois et fonctionnalité des plumes ; ailleurs, dégustations et exposés sur le goût, divers commerces de bouche diffusant aussi informations et indices relatifs aux quiz proposés aux publics dans les bibliothèques… Une façon goûteuse de vulgariser la science !

Évaluer… et recommencer !

28Indispensable, l’évaluation est souvent le maillon faible du dispositif. Or, la préparer avant l’événement conforte la perspective de récolte fructueuse. Il importe donc de s’interroger : que veut-on mesurer ? à quelles fins (image, satisfaction des publics) ?

29Ensuite, l’analyse factuelle est nécessaire : jeunes, adultes, spécialistes, quel usager visait-on, quel public est venu ? Les moyens, la signalétique étaient-ils adaptés ? Et surtout, quelles sont les pistes de progrès ?

30Il importe en tout cas de ne pas se décourager en se basant sur les seuls résultats « comptables », et de ne pas trop se comparer à d’autres établissements où la situation matérielle, financière et humaine est forcément très différente. Car dès lors qu’un scientifique venu faire une conférence devant « seulement » vingt personnes en repart aussi ravi que son auditoire, la partie est gagnée !

31La mobilisation élargie de divers réseaux d’acteurs (géographiques, thématiques, corporatistes…) comme contributeurs ou relais est primordiale pour le rayonnement de la manifestation et son ancrage à long terme. En définitive, la mutualisation en territoire est d’autant plus nécessaire que les moyens sont contraints. Union coordonnée des forces, dynamisme et créativité au profit de publics diversifiés signent la participation originale des bibliothèques publiques avec la BDP, lieux de ressources, d’animations et de rencontres des sciences et des publics.

Notes

1 Le réseau a notamment pu solliciter des chercheurs du Bureau de recherches géologiques et minières, du MNHN ou de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search