Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie IV. Faire de la science autrement en bibliothèque

La médiation face-public des sciences

Thomas Schumpp

Texte intégral

  • 1 Ces conseils sont tirés d'expériences propres au monde des musées et/ou de l'animation. Ils peuven (...)

1Accueillir une classe et réaliser avec les enfants quelques expériences de chimie, développer leur curiosité en observant avec eux leur environnement, s'émerveiller tous ensemble en regardant les étoiles et prendre conscience de la petitesse de notre planète… La médiation face-public des sciences est d'une diversité infinie. De nombreux acteurs culturels, et les bibliothécaires ne font pas exception, ont pu un jour s'essayer à la médiation face-public en accompagnant des publics lors d'une visite ou d'un atelier. Mais l'expérience ponctuelle ne permet pas toujours de comprendre la complexité, les enjeux, les risques sous-jacents. Il s'agit donc ici tout à la fois de découvrir ce qu'est la médiation face-public, d'aborder ses spécificités dans le cadre d'une médiation des sciences et d'offrir quelques conseils pratiques1 pour faciliter sa mise en œuvre concrète sur le terrain.

2Dans cette contribution, on entend par médiation face-public une action mettant en présence physique un médiateur, clairement identifié comme tel à l’exclusion de toute autre fonction (chercheur, bibliothécaire, acteur…), et un public. Ne rentrent pas dans ce cadre les actions où le public est avant tout spectateur (conférence, débat, spectacle), non plus que celles où le public passe par un autre média, y compris lorsque celui-ci est interactif ou permet l'échange.

Face-public et sciences : les atouts

3Qu'apporte le « face-public » à la médiation des sciences ? Les sciences sont-elles un domaine privilégié pour la médiation face-public ?

4Ces questions qui interrogent la relation entre la forme de médiation et le domaine spécifique médiatisé mériteraient un développement trop important pour cette contribution. Voici malgré tout deux idées importantes qui éclairent ces rapports.

5La médiation face-public, parce qu'elle met en présence des personnes « comme vous et moi », humanise le rapport à la science et à ses concepts qui, par ailleurs, peuvent sembler difficiles d'accès, rébarbatifs, voire effrayants.

6En plus d'un savoir sur le monde qui nous entoure, les sciences apportent également une méthode, une tournure d'esprit. Il s'agit là d'un outil important à mettre à la disposition des sociétés dans un monde où l'information est foisonnante et où les tentations au repli ou à l'obscurantisme sont nombreuses. Or la médiation face-public est particulièrement bien adaptée aux objectifs de transmission de ces savoir-être et savoir-faire.

Le rôle du médiateur

7Le médiateur n'est pas qu'un canal neutre entre un objet, un savoir, un livre… et un public. Dans l'échange qu'il construit avec ce dernier, le médiateur est tout à la fois :

  • animateur d'une réflexion personnelle et collective, et d'échanges entre les publics ;
  • participant de ces échanges en tant que personne et/ou en tant qu'institution ;
  • intermédiaire entre, d'une part, les objets et concepts et, d'autre part, les publics et leurs conceptions.

8Ce triple statut complexifie la position du médiateur, mais est aussi à la base d'une qualité essentielle de la médiation face-public : la possibilité d'un échange « vrai », d'un dialogue sincère au-delà de tout ce que peuvent offrir les autres formes de médiation. Et cette sincérité est d'autant plus importante en médiation des sciences, du fait des nombreux préjugés qu'ont les publics sur leur capacité à comprendre, s'exprimer, avoir une opinion sur les sujets techniques.

Une action complexe

9Le travail, qui amène une médiation face-public à se réaliser sur le terrain, peut se structurer en trois axes principaux.

Schéma. Construire une médiation face-public

Schéma. Construire une médiation face-public

Source : Thomas Schumpp.

Différents niveaux

10Chaque rencontre entre un médiateur et son public constitue une séance.

11On appelle offre l'ensemble des séances, des outils qui la décrivent ou l'accompagnent, du plan de communication, du plan de programmation (qui définit les moments où les séances vont avoir lieu), du plan de formation, etc.

12Une offre s'intègre par ailleurs dans un environnement (institution, programme, festival…), qui porte des objectifs auxquels va participer l'offre.

Différentes étapes

13Le travail autour d’une médiation peut être divisé en trois étapes principales :

  • la commande, qui justifie de la création d'une nouvelle offre ;
  • la conception, qui consiste à prévoir la future action sur toutes ses facettes ;
  • l'exploitation, qui voit se rencontrer les médiateurs et leurs publics lors des séances.

14Ces étapes n'ont pas du tout la même temporalité, ni le même environnement. La commande est un processus difficile à standardiser mais dont le résultat doit pouvoir être formalisé à un instant donné. La conception est divisible en différents lots, avec des moyens et durée de travail définis. Elle se prête facilement à une gestion en mode projet. L'exploitation est le résultat final et doit s'intégrer au fonctionnement de la structure qui accueille l'offre.

15D'autres étapes peuvent se dérouler en parallèle, telles que la formation des médiateurs exploitants ou différents types d'évaluation.

Différentes facettes

16Une offre de médiation comporte différentes facettes (séances et scénarios, formation, communication, programmation…), qui peuvent être gérées par des personnes différentes. Chaque facette devra être coordonnée aux autres à différents moments du travail.

Adaptabilité et formalisation

17La médiation face-public se concrétise avant tout dans des séances. Celles-ci sont éphémères et le médiateur y est seul maître à bord. Cela offre la possibilité d'une adaptation maximum à la situation, aux publics, à l'environnement, toujours au bénéfice des objectifs fixés. C'est l'un des principaux avantages de cette forme de médiation.

18Mais cette adaptabilité comporte aussi des risques, dont deux qu’il est particulièrement important de réduire.

19Le premier est la qualité des propos tenus par le médiateur. Contrairement à un contenu figé que l’on peut travailler, corriger, valider avant sa présentation au public, les propos du médiateur ne peuvent être complètement maîtrisés. Or, le médiateur est souvent perçu comme porteur de références « officielles » (celles de l'institution qu'il représente, par exemple). Quand il s'agit de notions, faits ou théories scientifiques, s'ajoute à cet officiel un a priori de « vérité universelle », qui augmente encore la valeur donnée par le public aux propos du médiateur.

20Le deuxième risque est lié aux diverses dérives que peut subir une médiation. Activité de l'éphémère en permanente adaptation, il est difficile d’en garantir la stabilité. C'est particulièrement vrai entre les différentes séances, notamment si l'exploitation dure longtemps. À force d'adaptation aux situations, les séances peuvent évoluer au fil du temps. Or certains aspects des séances doivent rester stables pour en permettre la communication, la formation, l'évaluation, l'amélioration…

21Une solution pour réduire ces dérives et améliorer la maîtrise des contenus diffusés consiste à formaliser par écrit tout ou partie de l'offre et de ses futures séances.

22À noter que si la formalisation écrite trouve une justification dans la réduction de ces risques, elle améliore également d'autres aspects tels que la formation, l'évaluation, la capitalisation de l'expérience, la professionnalisation, l'optimisation des ressources, la gestion de l'information, le travail collectif.

Des conseils pratiques

Clarifier la commande

23La première étape de tout travail sur une médiation face-public des sciences consiste à clarifier la commande qui la motive. Dans d'autres domaines, on parlerait d'établir le cahier des charges ou la fiche projet. Quel que soit le nom du support, il s'agit de ne rien oublier de ce qui est imposé de prime abord.

24Une confusion courante consiste à identifier la commande aux objectifs des futures séances. Si la commande peut comporter ces objectifs, dits opérationnels (voir plus loin), ce n'est pas toujours le cas. Ainsi, la création d'une offre peut, par exemple, être motivée par la volonté d'attirer de nouveaux publics ; mais cet objectif n'a rien à voir avec ceux que va poursuivre le médiateur durant les séances puisque son public sera déjà là.

25De plus, la commande comporte bien souvent d'autres aspects comme des contraintes pour la conception (budget, temps, date de mise en service de l'offre…) ou pour l'exploitation (lieu, durée, public-cible…). Elle peut aussi porter sur certaines facettes de l'offre qui ne concernent pas directement la séance (par exemple : intégration dans un festival, communication sous un certain format…).

26Enfin, même si le commanditaire est également le concepteur voire le futur exploitant de l'offre, il est bon de notifier par écrit les objectifs et contraintes initiales pour permettre de les distinguer de ceux qui émergeront par la suite. C'est encore plus vrai lorsque le processus global est long ou que les intervenants sont nombreux.

Préciser ses objectifs

27Ils peuvent être divisés suivant les trois niveaux de la médiation.

Les objectifs stratégiques

28Ils sont ceux de l'institution ou du programme, et non de la médiation, quoiqu’elle participe de leur réussite. L'enjeu est ici d’intégrer la future médiation dans un contexte, de faire en sorte que le concepteur et le futur exploitant gardent à l’esprit ce à quoi ils participent. Le risque est en effet fort dans une action éphémère de voir les acteurs se concentrer sur l'instant et oublier le cadre dans lequel s'insère leur travail.

Les objectifs globaux

29Ils sont ceux auxquels doit répondre l'offre dans sa globalité, c'est-à-dire l'ensemble de toutes ses facettes et toutes ses séances. On retrouve souvent ici des objectifs imposés par la commande.

Les objectifs opérationnels ou de la séance

30Ils sont ceux que doit atteindre le médiateur durant sa prestation. Ils portent principalement sur une évolution du public, et notamment de ses références (c'est là une conséquence de la dimension culturelle et scientifique de l'offre). On pourra retrouver ici la typologie classique en pédagogie que sont les savoirs, savoir-faire et savoir-être à acquérir, découvrir, comprendre, pratiquer…

Définir ses publics

31S'il est aujourd'hui courant dans le milieu culturel de ne plus parler du « grand public » dont la définition sans nuance est trop inopérante, la pratique quotidienne va rarement au-delà des catégories aux usages statistiques (niveau scolaire, catégorie socioprofessionnelle, institution d'origine, langue…). Pourtant, celles-ci sont souvent insuffisantes pour la mise en place d'actions de médiation. Il s'agit alors de caractériser les traits distinctifs des publics accueillis, qui pourront influencer le déroulement de la médiation.

32Dans le travail sur les publics, une distinction va se faire entre public-cible et public touché. Les publics-cibles sont ceux qui devraient participer aux séances. Les scénarios sont prévus pour eux et c'est sur eux que portent les objectifs opérationnels. Or, il existe souvent une différence importante entre ces publics « souhaités » et ceux qui se présentent réellement pour suivre une séance, les publics touchés. Cet écart est souvent un point crucial lors de l’évaluation des séances comme de l'offre globale.

Tenir compte de ses moyens et intégrer ses contraintes

33La conception d'une offre de médiation doit intégrer deux types de contraintes : celles qui s'imposent sur le temps de la conception (nombre de concepteurs, date des premiers tests…) et celles qui s'imposeront ensuite aux séances lors de la phase d'exploitation (durée des séances, nombre de médiateurs ou de publics…).

34Cette distinction n'est pas toujours évidente et les écueils sont nombreux. Par exemple, si la médiation est conçue par un des futurs exploitants, celui-ci peut oublier que ses propres compétences ne sont pas forcément partagées par tous les autres médiateurs. Il peut aussi arriver de concevoir une offre pour un événement précis avec l'idée de la ré-exploiter dans un cadre plus courant. Or ces deux cadres d'expression sont très différents, et on peut oublier d'analyser les contraintes du deuxième champ d'application et ses impacts sur la médiation (changement de public disponible, de lieu…).

35Une solution peut être de coucher toutes les contraintes par écrit, en distinguant celles issues de la commande des autres, et en séparant celles liées au travail de conception de celles liées à l’exploitation.

Travailler à plusieurs mais pas tout le temps

36Le travail collectif permet d’effectuer certaines tâches en parallèle (division de la future médiation en séquences conçues par différentes personnes, production simultanée des outils pédagogiques…). En outre, la dimension créative justifie souvent la mise en place de brainstorming ou d'autres méthodes propres à générer des idées nombreuses, nouvelles et originales.

37Mais la médiation n'est pas une œuvre d'art sans contraintes. Elle doit répondre à des objectifs précis dans un cadre souvent très contraint. Il convient par conséquent de bien identifier les tâches qui vont réellement profiter du collectif. Ensuite, il est souvent utile de clarifier les rôles et responsabilités de chacun.

38Il n'est pas rare après un certain temps de travail d'avoir à sa disposition un scénario trop riche pour respecter les diverses contraintes d'exploitation, et dont il devient nécessaire de supprimer certaines parties. Cette tâche est d'autant plus complexe quand plusieurs personnes ont participé à l'élaboration du scénario. Il est donc recommandé qu'une seule et même personne ait la responsabilité de la cohérence du scénario, et notamment des choix de suppression. À l'inverse, les contributeurs doivent être conscients que leur participation peut être évincée au bénéfice du scénario final.

Scénariser et formaliser – comment ?

39De nombreux arguments existent en faveur d’une formalisation des séances de médiation face-public, mais il peut être difficile de savoir quel contenu et quel niveau de détail leur donner.

40Des descriptifs très précis améliorent par exemple la stabilité de la médiation, l'évaluation des séances et des offres, les formations, la communication… Mais cette précision bridera l'adaptabilité aux situations de terrain, la fluidité des séances, ou encore la liberté des médiateurs exploitant.

41Pour trouver le juste équilibre dans la précision, il est possible de scinder les descriptifs en deux catégories :

  • ceux portant les éléments stables de la médiation et qui doivent se retrouver dans toutes les séances ;
  • ceux qui peuvent varier mais qui participent d'une meilleure compréhension, d'une facilitation de la formation, d'une aide aux médiateurs exploitants.
  • 2 Pour une analyse complète du concept de séance-type, voir Thomas Schumpp, La séance-type, un conce (...)

42Les premiers réalisent ce qu'on pourrait appeler une « séance-type »2. Ils sont à la fois le dénominateur commun de toutes les séances mais aussi le contrat que doit respecter le médiateur exploitant. Ils peuvent être, suivant le contexte, plus ou moins précis. Ils feront apparaître au minimum : les objectifs opérationnels, globaux et stratégiques, les publics-cibles, un scénario de base et toutes autres caractéristiques permanentes des séances. On gagnera à y faire figurer également les diverses contraintes imposées par la commande puis par la conception.

43Les seconds peuvent prendre la forme d'un scénario très détaillé explicitant « par le menu » une des séances possibles, de dossiers complémentaires liés à des notions complexes, de mode d'emploi d'outils pédagogiques, de conseils divers…

44Il n'existe hélas pas de formule idéale valable pour toutes les offres. Pour chacune d'elles, un réel travail de réflexion doit être fait sur les écrits qui vont faire passerelle entre la conception et l'exploitation et qui vont accompagner la médiation dans la durée.

Tester – corriger – améliorer

45Il est souvent nécessaire de prévoir des périodes de test visant à améliorer un ou plusieurs aspects de la médiation (durée, matériel, séquence, etc.). La phase d'exploitation peut elle aussi prévoir une période plus ou moins longue pendant laquelle la médiation n'est pas définitivement stabilisée et se confronte à la réalité du terrain.

46Deux tâches primordiales sont liées aux tests. La première consiste à bien organiser les différents tests entre eux, et notamment à définir ceux qui amèneront des changements notables dans l'offre de médiation. En effet, que ce soit pour la communication, la formation, ou encore l'évaluation, de nombreuses fonctions nécessitent une certaine stabilité de l'offre, que des modifications réclamées par les tests peuvent mettre à mal.

47La seconde tâche est de bien préparer chacun des tests, en définissant précisément les objectifs de chacun d'eux. Il est aussi utile de prendre conscience de deux aspects spécifiques des tests en médiation face-public :

  • il est souvent difficile de déterminer ce qui est vraiment à l'origine de telle ou telle situation observée et sur quoi on devra apporter des changements. Dans ce qui est observé, qu'est-ce qui dépend du médiateur-testeur, de la situation ou des publics (qui peuvent être très différents en situation de test), de la médiation conçue ?
  • l'organisation d'un test, notamment lorsqu'il mobilise des lieux, du personnel et des publics, peut s'avérer une opération coûteuse qu'il faut rationaliser au maximum. Ainsi il est toujours utile de se demander s'il n'existe pas une façon plus économe d'obtenir l'information souhaitée. Peut-on faire appel à une expertise ou une expérience antérieure ? Peut-on procéder à des tests allégés qui mobiliseraient moins de monde ?

Conclusion

48La médiation face-public des sciences est une action très complexe qui mérite qu'on prenne le temps de la comprendre et de la réfléchir au-delà des a priori.

49C'est une activité qui peut se révéler coûteuse au regard du nombre de publics touchés, surtout par rapport à d'autres formes de médiation comme les expositions. Pourtant, elle porte tellement haut les objectifs et valeurs des mondes culturels et scientifiques qu'elle mérite qu'on la soutienne, la développe et qu'on l'évalue sur la qualité de ce qu'elle réalise plus que sur les quantités qu'elle génère ou absorbe.

50Enfin, cette qualité promise se ressent surtout dans l'échange que l'on peut avoir avec les publics, ce qui est de loin la principale motivation de cette aventure.

Notes

1 Ces conseils sont tirés d'expériences propres au monde des musées et/ou de l'animation. Ils peuvent s'adapter à celui des bibliothèques mais il revient à chacun d'y veiller, notamment avec l'aide des parties plus théoriques de la contribution.

2 Pour une analyse complète du concept de séance-type, voir Thomas Schumpp, La séance-type, un concept central pour l'évaluation des médiations en musées de science, Mémoire de Magister Sciences et techniques dans la société, sous la direction de Girolamo Ramunni et Loïc Petitgirard : CNAM, 2012. [En ligne] : < http://fr.calameo.com/books/000637132fd50dce41fc2 >.

Table des illustrations

Titre Schéma. Construire une médiation face-public
Crédits Source : Thomas Schumpp.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/5041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search