Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie II. Des bibliothèques différentes, des missions propres, des problématiques communes ?

Envers et contre tout, pourquoi le divorce entre science et médiathèque se maintient-il ? La réponse du Laboratoire culturel de Cambrai

David-Jonathan Benrubi

Texte intégral

  • 1 Robert Whelan, “Any Culture At All Would Be Nice”, introduction to Frank Furedi, Roger Kimball, Ra (...)

1La thématique « des deux cultures » a fait couler beaucoup d'encre, et souvent de façon caricaturale. Alors que Charles Sanders Peirce déplorait la technophobie d'intellectuels littéraires et snobinards dont l'incapacité à comprendre l'avancée du monde avait ouvert la voie aux génocides du xxsiècle1, plusieurs penseurs comme Jean-Marc Lévy-Leblond ou Étienne Klein ont depuis une trentaine d'années alerté sur la déculturation des chercheurs en sciences, devenus eux-mêmes inaptes à penser le sens (historique, anthropologique, social…) de leur propre travail et à en maîtriser le cours. Aussi, par un étrange retour de balancier, cette critique se concentre-t-elle dorénavant majoritairement du côté des scientifiques, comme si le divorce des cultures était à présent de leur fait, qu'il leur appartenait à eux de s'intéresser de nouveau à autre chose qu'au minuscule terrain de leur recherche ou d'apprendre à parler français. On se propose donc ici de s’attaquer à l'autre membre du couple. Or, qui mieux que les bibliothécaires incarnent dans un certain imaginaire collectif (et souvent le leur propre) la promotion des humanités ?

  • 2 Cette contribution est la version abrégée de moitié d'un texte comportant un argumentaire et un no (...)

2Le projet de laboratoire culturel de Cambrai fonde sa pertinence sur trois thèses2 qui seront évoquées dans cette contribution :

  • la séparation des deux cultures se reproduit institutionnellement dans un hiatus net entre la CSTI et les médiathèques. Ceci pose à chaque partie un problème majeur, relevant dans un cas de l'aménagement culturel du territoire, dans l'autre de la cohérence du projet politique ;
  • ce divorce est d'abord causé par un problème de ressources humaines et notamment de culture professionnelle ;
  • c'est ensuite parce qu'on a privilégié la logique inter-champs (rapprocher ponctuellement les acteurs issus des deux champs) par rapport à une logique intra-champ, à savoir intégrer la culture scientifique comme ce qu'elle aurait toujours dû être ou rester : une composante ordinaire de l'offre des médiathèques.

Les médiathèques et les sciences, un amour impossible ?

  • 3 On ne s'essaiera pas ici à une réflexion sur le périmètre des sciences, sur la pertinence ou non d (...)

3La sous-représentation de la culture scientifique3 est visible dans les trois composantes de l'offre des médiathèques : la politique documentaire, la politique de médiation « tout au long de l'année », et la programmation événementielle. Pour remédier au premier de ces problèmes, des acteurs nationaux comme le SNE et sa mission « Sciences pour tous » ou la bibliothèque des sciences et de l’industrie (BSI) avec ses outils de veille en ligne, mais aussi territoriaux comme l’association Science, technique et société nord et le Forum des sciences en Nord-Pas-de-Calais ou le réseau des médiathèques du Plateau de Saclay avec l’association (S)Cube en Essonne, œuvrent à rapprocher le livre de sciences de nos équipes. Plus généralement, les centres de documentation des CCSTI, en quête de légitimité au sein de leur structure, s'ouvrent très largement aux réseaux de bibliothécaires. Recourir à ces outils, autrement dit externaliser au moins en partie la mise en œuvre de la politique documentaire, est désormais largement possible.

4La sous-représentation des sciences dans la programmation événementielle proposée par les médiathèques est également évidente, notamment en matière d'exposition. Là encore, des outils itinérants existent, mais, outre qu'ils ne sont pas toujours adaptés à la configuration des locaux des médiathèques, ils génèrent des besoins en médiation spécifique pour lesquels les équipes ne sont pas outillées. Ce qui nous amène au point cardinal de notre observation : la médiation qu'on dira « tout au long de l'année », pour la distinguer des interventions très ponctuelles permises par le recours à des prestataires ou partenaires. Depuis trente ou quarante ans, les médiathèques sont considérées comme des lieux de médiation. Leur nom le veut. De fait, fait partie de leur offre de base la médiation autour des albums jeunesse, de la poésie, de la BD, et autres thématiques littéraires ou artistiques. Mais combien de médiathèques proposent régulièrement un atelier scientifique sur les minéraux, les nichoirs d'oiseau ou l'ADN ? Au-delà de ce qu’elles apportent aux publics, l’intérêt de ces offres de médiation « tout au long de l’année » est qu’au moins un des membres de l’équipe s’intéresse à ces thématiques, ce qui le rend plus compétent et plus assuré pour conseiller, orienter.

5Une autre preuve du divorce entre lecture publique et CSTI est non pas la sous-représentation mais l'absence criante de la première dans les nombreux débats qui agitent la seconde. Les recherches d'occurrences portant sur les mots « médiathèque », « bibliothèque », « lecture publique », dans les nombreux rapports de commissions parlementaires ou d'experts qui traitent du développement de la CSTI ne donnent aucun résultat, à l'exception du rapport d'Emmanuel Hamelin en 2003, qui n'évoque toutefois les médiathèques que dans leur fonction documentaire.

6Or cette ignorance mutuelle des médiathèques et de la CSTI pose deux problèmes, qui concernent l'aménagement culturel du territoire et la lecture publique.

Aménagement culturel (scientifique) du territoire et projet (culturel) scientifique des médiathèques

  • 4 Cette séparation schématique en deux pôles ne résume pas tout, et peut être nuancée notamment par (...)

7Les acteurs de la CSTI, peut-être les plus dynamiques du secteur culturel dans les domaines de la médiation, sont confrontés à deux limites : un problème de gouvernance d'autant plus grave que leur part du gâteau budgétaire demeure modeste (ils sont arrivés les derniers), et un déficit criant en matière de présence territoriale continue. Ce dernier point s'explique par la polarisation du champ de la CSTI entre deux grandes catégories d'acteurs : d'un côté, les grands musées de sciences, attractifs et proposant une offre généraliste qu'on ne trouve que dans les grandes agglomérations régionales. Ils s'inscrivent dans la « culture de sortie », et sont majoritairement fréquentés par les individus capables de fournir un surcroît d'investissement en temps (distance) et en argent (entrée payante) et sont donc limités dans leur effort de démocratisation des savoirs. L'autre pôle est occupé par quelque 200 associations d'éducation populaire (Les Petits débrouillards, Planète Sciences) ou liées à l'éducation nationale (La Main à la pâte)*, qui ont vocation à intervenir comme partenaires ou plus souvent prestataires d'un maître d'ouvrage. Leur rayonnement territorial est excellent – on les trouve dans les « quartiers » et dans les « villages » – mais leur présence très discontinue, ce qui se révèle souvent source de frustration pour les professionnels eux-mêmes, incapables d'observer les effets de leur action4.

8Or les médiathèques occupent une place située à mi-chemin de ces deux pôles. À une époque où l'on ne construira sans doute pas un musée de sciences généraliste dans chaque petite ville, les 8 000 équipements de niveau 1 et 2 identifiés par l'Observatoire de la lecture publique constituent à n'en pas douter la principale réserve de relais territoriaux pour les acteurs de la CST.

9Changement de point de vue : au plan programmatique, l'intégration de la CSTI dans l'offre de base de toutes les fonctions des bibliothèques (documentaire, patrimoniale, médiatrice, événementielle, muséographique, etc.) constitue une réponse majeure aux sempiternelles inquiétudes causées par les nouveaux usages (le désenchantement du monde, l'hybridation culturelle, etc.), qu'on peut résumer en une question : que pouvons-nous faire d'autre ? Bien plus, cela mettrait fin à une forme d'absurdité, soit une contradiction avec certaines prémices du projet bibliothécaire classique. Le divorce d'avec les sciences constitue en effet une double trahison vis-à-vis des deux sources de la tradition : trahison à l'égard de l'ambition totalisante des Lumières – que diraient Diderot ou D'Alembert en entrant dans la plupart des bibliothèques municipales des villes moyennes ? – et trahison à l'égard des impératifs d'actualité et d'utilité, d'inspiration anglo-saxonne mais assignés par Eugène Morel à la bibliothèque publique.

  • 5 Lesquels, formés au CNAM, haut lieu de la vulgarisation scientifique* depuis le xixe siècle, sont (...)

10On peut se demander pourquoi la prise de conscience du problème (récurrente depuis au moins l'après-guerre), que formalise parfaitement le rapport du Conseil supérieur des bibliothèques de 1992, n'a pas eu l’effet escompté. Il y a au moins deux réponses à cette question. La première renvoie à deux mythes qui continuent à définir les médiathèques comme un lieu où il y a des livres ; où travaillent des bibliothécaires. L'autre réponse constitue la seconde thèse défendue ici, et reprend un constat assez souvent formulé : parce que nous sommes incompétents ou inappétents. Intuitivement, on peut faire l'hypothèse que ce désamour a quelque chose à voir avec les deux grandes sources de la religion bibliothécaire : la romantique, d'inspiration chartiste et d'émulation érudite, peut-être plus présente chez les conservateurs, et la positiviste, qui plonge ses racines dans les prémices de l'autonomisation du champ au xviiie siècle, s'est fortifiée dans les revendications professionnelles du début du xxe siècle, puis a connu dans l'après-guerre la séparation d'avec les documentalistes5. Ainsi, dans l'idéologie professionnelle courante, le bibliothécaire se perçoit comme devant n'être spécialiste de rien sinon des bibliothèques (tendance privilégiée parmi les cadres intermédiaires de terrain, les professeurs de l'Enssib et les militants de l'Association des bibliothécaires de France [ABF], et dans les BU) ou érudits en tout (tendance en déclin, mais surreprésentée chez les responsables de fonds patrimoniaux, les chefs d'établissement moyens ou grands, les « bibliothécaires fous »). Or cette double représentation est évidemment fausse. Les bibliothécaires, quand ils ont une compétence ou une appétence culturelle, sont très majoritairement ultra-compétents dans des domaines spécifiques : la littérature, les sciences sociales, la culture enfantine… Ce profil « littéraire », qui correspond aussi à une représentation fausse des médiathèques elles-mêmes dans la société, est construit année après année par la nature des épreuves de concours. Il se vérifie ensuite dans les conversations quotidiennes entre collègues, dans certaines enquêtes sur la profession, et dans les difficultés rencontrées par certains partenaires issus de la CSTI.

Nouvelles compétences, nouveaux critères de sélection

11Le modèle habituellement préconisé du partenariat vise une forme d'excellence, chaque c(h)amp mettant sur la table des échanges ce qu'il a de meilleur. Il peut fonctionner de façon épisodique là où on ne peut aller plus loin, et ainsi permettre d'utiles actions de sensibilisation. Mais il est coûteux (budget et/ou budget-temps) et ce coût maintient les interactions dans un cadre temporel très limité. En outre, du côté de la sociologie des acteurs, il conforte les homogénéités démographiques et les croyances professionnelles.

12La collaboration inter-champs est donc nécessaire et stimulante, y compris sur le plan de la communication, mais coûteuse et non suffisante dès lors qu'on admet que l'objectif de rendre les individus « libres et informés » entre pleinement dans le rôle social d'une médiathèque. Le dépassement durable du divorce entre médiathèques et CSTI ne passera que par l'intégration dans le vivier professionnel des bibliothécaires de compétences, ou au minimum de fortes appétences, en matière de vulgarisation des sciences. Au plan institutionnel, trois solutions (cumulatives et toutes nécessaires) s'offrent alors aux décideurs. La plus structurante, qui aurait pour un coût dérisoire l'impact le plus significatif à moyen terme, serait l'instauration d'une épreuve optionnelle de mathématiques de niveau bac +1 (le dénominateur commun des profils scientifiques) dans les concours de catégorie A et B des filières bibliothèques. En parallèle, il serait utile de favoriser le recrutement « hors concours » de médiateurs scientifiques au sein des équipes. Dans l'attente, et en parallèle, poursuivre la mise en place d'offres de formation continue ad hoc, en s’appuyant sur les acteurs de la CSTI.

Des hommes, des partenaires, des espaces : le cas du Laboratoire culturel de Cambrai

13La Communauté d'agglomération de Cambrai (CAC) s'est engagée, avec le soutien de l’État, du conseil général du Nord et du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, dans la réalisation d'un équipement intégrant – et non juxtaposant – quatre axes de la politique culturelle : d'une part, la lecture publique (l'actuelle médiathèque datant de 1974), le patrimoine écrit (dans le cadre du label Bibliothèque municipale classée) et la CSTI ; d'autre part, l'interprétation de l'architecture et du patrimoine (équipe partenaire, lieu intégré, espaces partagés) avec l'implantation d'un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP), dans le cadre du label Ville d'art et d'histoire. Il s'agit d'un équipement de 4 671 m², pour un coût d'opération global de 15,8 millions d'euros HT. Au plan programmatique, l'originalité de ce projet est constituée par l'intégration d'une offre de CSTI. Concomitamment avec l'argumentaire proposé dans la première partie de cette contribution, qui relève d'une conviction technique professionnelle et personnelle de portée générale, ce choix correspond à un contexte local : il a donc pu prendre la forme d’une volonté politique. Pour un habitant de Cambrai, les offres de culture des sciences généraliste les plus proches se situent à Villeneuve-d'Ascq (le CCSTI Forum des sciences, une heure de voiture sans embouteillage, 1 h 30 en transports publics) et au nord de Mons, en Belgique. Y accéder, y compris pour les écoles et pour les structures associatives (centres sociaux…), nécessite donc des investissements en temps et en argent (entrée payante) qui ne vont pas de soi, et maintiennent cette pratique dans le domaine de la culture de sortie : on y va peut-être une ou deux fois par an, tout au plus. Plus proches, quelques structures thématisées proposent une offre intéressante mais d'objet très spécifique (la Cité-Nature à Arras, 35 minutes). D'autres relèvent de la CSTI comme label, mais proposent des contenus dont on peut discuter l'appartenance à la culture des sciences (le Musée de la Dentelle à Caudry, 25 minutes, la cité minière de Leuwarde, 35 minutes).

14Ainsi, sans même évoquer les grands enjeux de société qui fondent, à Cambrai comme partout, l'urgence de la CSTI, on peut formuler une observation simple : si j'ai entre 30 et 50 ans, que j'habite à Cambrai – ou dans la plupart des villes petites ou moyennes – et que je veux faire du sport ou de la musique, me replonger dans des romans étudiés jadis, m'intéresser à l'histoire et au patrimoine, avoir une pratique ou une consommation artistiques, rencontrer des sociologues, collectionner les vieilles automobiles ou jouer aux échecs, j'ai accès à une offre sans difficulté. Si je veux renfiler une blouse blanche pour refaire de la physique, de la biologie ou des mathématiques, ce n'est pas possible. Le tissu associatif, quant à lui, se limite, à ce jour, à l'existence d'une association de minéralogie et d'une section locale d'une fédération d'ornithologie.

15Depuis avril 2014, la CAC a créé au sein du Pôle d'action culturelle de la médiathèque d’agglomération de Cambrai (MAC) un premier poste de médiateur scientifique, responsable de la culture des sciences. La localisation de ce poste est importante : celui-ci ne constitue pas un isolat dans l'équipe, mais est pleinement intégré en premier lieu au service chargé des expositions et de la médiation (expositions patrimoniales, résidence d'artistes, programmation culturelle, formation numérique…), et en second lieu à l'ensemble de l'établissement, ce nouveau collègue étant bien entendu acquéreur en sciences et amené comme tous les autres à accueillir le public dans les espaces documentaires. Ce médiateur, en arrivant, n'avait strictement aucune compétence « bibliothéconomique », ce qui n'a posé aucun problème, ni pour la prise en main du système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB), ni pour rien – comment aurait-il pu en être autrement ?

16À ce jour, il propose chaque samedi deux ateliers scientifiques ouverts au public familial (parent/enfant) et réalise régulièrement des interventions hors les murs dans le cadre des nouvelles activités périscolaires ou dans celui, très important pour la MAC, des partenariats avec les acteurs socio-culturels locaux. Il invite entre deux et trois chercheurs en sciences par trimestre pour une rencontre avec le public le plus curieux. Enfin, il pilote la mise en place du Février des sciences, un festival de culture scientifique (exposition, ateliers, conférences, conte…) dont la première édition a fédéré un nombre important de partenaires – vérification a posteriori que cette orientation correspondait à une attente. Enfin, et c'est peut-être le plus important, et le plus subtil, notre nouveau collègue discute avec les autres. Sa présence opère probablement, à l'insu de tous, une légère modification de la curiosité aux sciences au sein de l'équipe.

Maintenir les partenariats

17Si la présence d'un médiateur scientifique au sein de l'équipe est l'élément déterminant pour donner à cette orientation politique une épaisseur, elle n'affecte en rien la nécessité des partenariats avec, en amont, des structures plus importantes dans le domaine de la CSTI, et en aval des structures relais ou bénéficiaires de cette offre. Ces dernières n'étant pas sensiblement différentes selon qu'on parle de culture scientifique, de patrimoine ou d'illustration jeunesse, elles ne feront pas l’objet d’un développement.

18Parmi les premières, il faut en revanche faire une place toute particulière aux CCSTI régionaux. Ces structures proposent de façon générale au moins deux services indispensables aux médiathèques : un centre de documentation, susceptible d'accompagner dans la durée ou sur des thématiques précises, l'ensemble des bibliothécaires ; une offre d'outils conçus pour l'itinérance (malles ou expositions de format 50 à 200 m²). En l'occurrence, le partenaire de la MAC est le Forum départemental des sciences de Villeneuve-d'Ascq, service du conseil général du Nord. Des contacts pluriannuels depuis 2010 ont abouti en juillet 2014 à la signature d'une convention entre les collectivités de tutelle de la MAC et du Forum des sciences. Cette convention définit le soutien technique du Forum à la MAC, son apport en formation continue, les échanges de bons procédés et relais mutuels, et contractualise un engagement de la MAC à recourir chaque année, dans des conditions privilégiées, aux outils itinérants du Forum.

19Un autre partenaire indispensable est, sera ou serait à chercher du côté de l'enseignement supérieur. Pour une structure de taille moyenne comme la MAC, il serait très confortable de pouvoir compter parmi les licences de mathématiques, physique, etc., sur un vivier de stagiaires identique à ceux existant dans les domaines du patrimoine ou de l'action culturelle – mais cela ne va pas de soi, les calendriers universitaires dans ces domaines laissant peu de place pour les stages, a fortiori des stages en milieu culturel, à l'exception des étudiants en « médiation scientifique » stricto sensu, encore peu nombreux. Des discussions sont néanmoins très avancées avec l'université de Lille 1, maîtresse d'ouvrage d'un projet de Learning Center dans le domaine de l'innovation, et désireuse de trouver dans la région des relais locaux susceptibles de donner à ses futurs outils un écho dépassant les frontières de l'agglomération lilloise.

20Enfin, on en arrive à la question des espaces, parfois présentée comme dirimante par certains bibliothécaires. Certes, la future médiathèque intégrera un espace de 140 m², scénographié mais polyvalent, dédié à la réalisation d'expériences. Toutefois, il faut insister ici sur deux vérités. Premièrement, si l'on fait la liste des espaces spécialisés qui sont attendus dans un programme architectural de centre de sciences, on s'aperçoit que la plupart sont finalement déjà inclus dans la majorité des plans de médiathèques : salle d'exposition temporaire, espace dédié aux rencontres ou débats, salles d'atelier, cafétéria, espaces documentaires… Ensuite, on peut proposer de la culture des sciences dans des espaces neutres.

21Résumons ce témoignage d'acteur en forme de manifeste :

  • il est absurde et injustifiable pour une médiathèque de ne pas donner aux sciences la même place que celle accordée, par exemple, à la fiction de jeunesse ou aux livres d'histoire ; il est périlleux pour les acteurs de la CSTI d'ignorer le réseau des médiathèques ;
  • la résolution de ce paradoxe passe nécessairement par un infléchissement de la politique de recrutement dans les établissements de lecture publique. Le reste est littérature : c'est donc déjà acquis. L’Enssib, qui accueille cet ouvrage au sein de ses Presses, apporterait une contribution majeure en entrouvrant chaque année sa porte à une dizaine d'éléments parmi les centaines (ou plus) de docteurs en sciences qui, ne trouvant pas de débouché dans la recherche ou l’ingénierie, préféreraient parfois travailler dans la culture plutôt que dans l'enseignement.

Notes

1 Robert Whelan, “Any Culture At All Would Be Nice”, introduction to Frank Furedi, Roger Kimball, Raymond Tallis and Robert Whelan, From Two Cultures To No Culture, Londres, Institute for the study of civil society, 2009, p. 13 et sq. [En ligne] : < http://www.civitas.org.uk/pdf/TwoCulturesMar09.pdf >.

2 Cette contribution est la version abrégée de moitié d'un texte comportant un argumentaire et un nombre de références bibliographiques et historiques très excessifs au regard des objectifs pratiques et des normes de la collection La Boîte à outils. La version complète et l'appareil critique seront versés dans un répertoire d'archives ouvertes en ligne après la parution de l'ouvrage.

3 On ne s'essaiera pas ici à une réflexion sur le périmètre des sciences, sur la pertinence ou non de l'expression « culture scientifique », etc. On s'en tient ici au langage dit naturel (influencé sans doute par la typologie scolaire), qui est celui que parlent les usagers des médiathèques. Les mathématiques, la chimie, etc., « c'est des sciences », l'archéologie, l'économie, etc., non.

4 Cette séparation schématique en deux pôles ne résume pas tout, et peut être nuancée notamment par l'exemple des musées thématisés (dont l'étiquette CSTI correspond parfois à une vision large des sciences et techniques, à l'instar de musées d'archéologie ou d'histoire minière ou métallurgique).

5 Lesquels, formés au CNAM, haut lieu de la vulgarisation scientifique* depuis le xixe siècle, sont sélectionnés entre autres sur des épreuves de culture scientifique.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search