Version classiqueVersion mobile

Médiatiser la science en bibliothèque

 | 
Justine Ancelin

Partie III. Au commencement étaient les collections : livres et sciences, livres de sciences

Conserver et valoriser le patrimoine scientifique en bibliothèque : l’exemple du Muséum national d’histoire naturelle

Alice Lemaire

Texte intégral

1Héritière de plus de trois siècles d’histoire, la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, qui inclut une bibliothèque centrale et des bibliothèques spécialisées situées dans les départements de recherche, est à la fois un lieu de conservation de collections scientifiques patrimoniales et un pôle de constitution de documentation d’excellence dans les domaines représentés au Muséum.

Collecter et conserver le patrimoine scientifique

2Lieu de recherche et d’enseignement depuis sa création au xviie siècle, l’établissement a toujours disposé d’une bibliothèque et constitué des collections documentaires pour répondre à ces missions, devenant au fil des enrichissements (doubles de la bibliothèque royale, sélections dans les dépôts révolutionnaires, dons de bibliothèques ou d’archives de professeurs, échanges et achats) une bibliothèque de rang mondial dans son domaine, forte de près de 2 millions de documents de toute nature. Cadist en botanique, zoologie, biologie végétale et animale ainsi qu’en préhistoire et paléontologie, la bibliothèque du Muséum honore cet héritage en poursuivant aujourd’hui la constitution de collections de recherche pérennes visant à l’exhaustivité dans ces disciplines.

3Dans ce contexte, c’est l’ensemble des collections qui est considéré comme patrimonial ou ayant vocation à le devenir, tandis que chaque document reste le témoin de la valeur scientifique qui a justifié son acquisition. La particularité de la recherche dans les disciplines du Muséum, dans lesquelles l’histoire joue un rôle essentiel, en systématique par exemple, contribue aussi à mêler l’intérêt scientifique et patrimonial des collections.

  • 1 Cette vision globale n’empêche pas qu’une attention particulière soit portée aux collections de la (...)

4L’impératif de conservation qui s’applique à l’intégralité du fonds en découle naturellement1, et c’est en s’appuyant sur cette richesse documentaire que la bibliothèque conçoit toutes ses opérations de valorisation.

Quelques expériences de valorisation à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle

Les collections au cœur des expositions

  • 2 Ainsi de Chimie au Muséum, du droguier du Roi à l’écologie chimique pour l’année internationale de (...)
  • 3 Comme Les serres en 2010 pour la réouverture des serres ou Théodore Monod et la biodiversité à l’o (...)
  • 4 Par exemple : Dix années d’acquisition des bibliothèques du Muséum en 2010 ou Guy Stresser-Péan (1 (...)
  • 5 Par exemple : Le Muséum à la Belle Époque en 2013 autour du reportage photographique réalisé au Mu (...)
  • 6 Singeries en février 2015 en écho à l’exposition Sur la piste des grands singes.

5La bibliothèque du Muséum mène une politique active de présentation d’originaux au public en réalisant entre deux et quatre expositions par an au Cabinet d’histoire du Jardin des plantes, musée de site ouvert en 2007, qui dispose d’un petit espace d’expositions temporaires dédié au patrimoine écrit et graphique. Les sujets des expositions sont choisis en fonction du calendrier des célébrations nationales ou internationales2, de l’actualité du Muséum3, des acquisitions récentes de la bibliothèque4, de ses fonds méconnus5, ou enfin en lien avec les expositions présentées à la Grande Galerie de l’évolution6.

6Ces expositions, qui rassemblent ouvrages, estampes, dessins, aquarelles, objets d’art, instruments scientifiques ou encore spécimens empruntés aux collections naturalistes, sont aussi l’occasion d’une collaboration avec les chercheurs du Muséum. Les bibliothécaires ont ainsi mis leur expertise bibliographique et patrimoniale au service du discours des chercheurs sur l’histoire de leur discipline, lors des expositions récemment consacrées à l’histoire de la chimie et de la cristallographie. Les parcours de visite s’achevant par la présentation de l’actualité de la recherche au Muséum, ces réalisations communes ont également permis d’aller au-delà de la médiation des collections scientifiques, en médiatisant la science elle-même.

7Ambitieuses dans leurs sujets, les expositions de la bibliothèque sont cependant réalisées avec un minimum de moyens, sans budget de scénographie dans la plupart des cas. Elles ne font que très exceptionnellement l’objet d’un catalogue. Les règles de conservation sont bien évidemment respectées et la préparation des documents bénéficie des compétences de l’atelier de restauration de la bibliothèque. Les ouvrages sont placés dans les vitrines sur des futons ou des lutrins, pages d’ouverture maintenues par des rubans transparents et planches dépliantes soutenues par un carton neutre, tandis que les documents graphiques sont présentés sur des cimaises ou montés sous passe-partout mais pas encadrés, pour éviter des frais importants. Le dispositif est complété par des textes d’accompagnement, simplement imprimés en A3, collés sur des plaques de carton plume et fixés sur les parois de la salle d’exposition, les cartels étant réalisés dans le même matériau. S’il ne s’agit que de traverser le Jardin des plantes pour rejoindre le lieu d’exposition, la bibliothèque veille à respecter les mêmes exigences en matière de transport et d’emballage que pour les prêts consentis à d’autres institutions.

8Pendant la durée de l’exposition, une sélection d’ouvrages est proposée par les bibliothécaires sur une table dédiée dans la salle de lecture publique, signalée par un petit panneau A4 réalisé en interne et reprenant le visuel de l’affiche. Cette liste d’ouvrages est également présente dans une rubrique « Pour aller plus loin » de l’exposition virtuelle.

9L’expérience acquise au Cabinet d’histoire du Jardin des plantes a été particulièrement valorisée en 2013 lorsque la bibliothèque, invitée d’honneur du Salon international du livre ancien au Grand Palais7, a promu ses trésors auprès d’un public de bibliophiles.

Valorisation numérique

10Le portail documentaire8 est un outil essentiel de valorisation des collections. La moitié des rubriques du carrousel de la page d’accueil propose en effet du contenu éditorial sur les collections, les autres diffusant des informations pratiques. Une rubrique « Exposition » annonce les expositions réalisées par la bibliothèque9 et permet d’accéder à une petite exposition virtuelle conçue en interne qui prolonge en ligne la présentation au public. Cette déclinaison numérique de l’exposition est assez simplement réalisée par le responsable du portail documentaire sous la forme d’un ensemble de pages web programmées en JavaScript, avec un découpage par page en fonction des parties de l’exposition, chacune réunissant quelques images et un texte de présentation. Les images sont issues des documents présentés, qui sont en principe photographiés avant l’exposition avec le matériel de la bibliothèque (dos numérique, scanner à livres, scanner à plat) pour rejoindre ensuite la bibliothèque numérique.

11Le carrousel de la page d’accueil abrite aussi une rubrique « Découverte », utilisée pour mettre en lumière un fonds particulier, un document exceptionnel ou un auteur. La bibliothèque a pour objectif de mettre en ligne plusieurs « Découvertes » par an et a déjà mis en avant de cette façon sa collection de cartes, le Fonds polaire Jean Malaurie, ou le Cabinet de curiosités de Joseph Bonnier de la Mosson acquis par Buffon en 1745. Le comité éditorial, dans lequel les différents services de la bibliothèque sont représentés, ne s’interdit pas les clins d’œil aux saisons, en affichant une planche de tomates pendant la période estivale, pour mettre en valeur l’exemplaire richement peint de l’Hortus eystettensis de Basil Besler publié à Nuremberg en 1613, ou en choisissant en fin d’année une représentation de houx, pour évoquer l’œuvre de Nicolas Robert (1614-1685) premier peintre de l’emblématique collection des vélins. Ces textes courts accompagnés de quelques illustrations reçoivent plusieurs centaines de visites par mois pendant leur période de mise en avant sur le carrousel et restent ensuite visibles dans les archives de la rubrique, intitulées « Redécouvertes ».

12Le portail documentaire valorise également le programme de numérisation de la bibliothèque, mené en partie en interne et à plus grande échelle en externe grâce à un marché. Les campagnes menées en interne à l’atelier photographique de la bibliothèque s’attachent à sauvegarder et diffuser des documents patrimoniaux au sein d’une collection (les portraits, l’iconographie du Muséum, et plus récemment les estampes de zoologie ont été chargés sur le portail dans leur intégralité), tandis que les opérations réalisées en externe ont été consacrées prioritairement aux publications du Muséum et des sociétés savantes en lien avec lui, selon les termes du partenariat conclu avec la BnF sur les pôles associés de conservation. Les documents numérisés sont ensuite publiés, ce qui donne lieu à la génération de métadonnées en Dublin Core versées dans un entrepôt Open Archives Initiative (OAI).

13Si la bibliothèque collabore ainsi à Gallica, elle s’est aussi associée à un programme européen plus spécifique à ses disciplines, “The Biodiversity Heritage Library-Europe” (2009-2012) qui visait à donner accès aux collections documentaires historiques sur la biodiversité, et va désormais alimenter le portail Biodiversity Heritage Library (BHL)-Monde10. Plus utilisé par la communauté scientifique, celui-ci nourrit le projet Taxonomina porté par le Muséum. Conçu pour résoudre de manière collaborative la complexité nomenclaturale du vivant, ce projet encore expérimental de plate-forme web met en relation des spécimens, des taxonomies, la bibliographie des premières citations de taxons ainsi que les corpus numérisés correspondant à ces publications. Une première sélection documentaire a été établie en collaboration avec les chercheurs du Muséum. Elle porte sur la littérature scientifique historique des amphibiens. La bibliothèque, qui intervient de l’évaluation des listes bibliographiques fournies par les spécialistes de chaque discipline à la mise en ligne, trouve dans ce projet scientifique de numérisation à haute valeur ajoutée, pour lequel elle a obtenu le soutien de la Bibliothèque scientifique numérique (BSN*)11, une sorte d’aboutissement de sa démarche de valorisation des fonds numérisés.

Publications

  • 12 Günter Staudt, Les dessins d’A.-N. Duchesne pour son Histoire naturelle des fraisiers, Paris, MNHN (...)
  • 13 Lipke B. Holthuis et Theodore W. Pietsch, Les planches inédites de poissons et autres animaux marin (...)

14Consacrée au patrimoine iconographique inédit des bibliothèques du Muséum, la collection « Des planches et des mots » publiée par le service des publications scientifiques du Muséum a pour objet de mettre en évidence l’intérêt scientifique contemporain des manuscrits et dessins, tout en valorisant la démarche de collecte et de conservation. À titre d’exemple, le premier volume témoigne de cette vision d’un patrimoine vivant en montrant combien les travaux d’Antoine-Nicolas Duchesne (1747-1827) sur les fraisiers sont encore utiles aux recherches génétiques actuelles12, tandis qu’un autre constitue la description la plus ancienne connue de la faune marine de l’Île Maurice13. La collection compte à ce jour quatre volumes et deux autres sont en préparation, sous la supervision d’un comité éditorial réunissant conservateurs et chercheurs, qui identifie les fonds iconographiques inédits et sollicite les auteurs les plus qualifiés pour révéler leur intérêt scientifique.

  • 14 Fleurs du roi, peintures, vélins et parterres du Grand Trianon, Paris, Artlys, 2013.
  • 15 Bénédicte Savoy et David Blankenstein (dir.), Les frères Humboldt, l’Europe de l’esprit, Paris, Pa (...)

15Par ailleurs, les prêts pour des expositions à l’extérieur entraînent parfois la sollicitation de la bibliothèque pour la rédaction du catalogue, comme à Versailles en 201314 ou à l’Observatoire de Paris en 201415.

Les collections comme support de formation

16C’est au titre de ses riches collections que la bibliothèque du Muséum a été sollicitée en 2011 par l’École nationale des chartes pour accueillir un stage de formation continue sur le livre scientifique considéré comme objet patrimonial. Au cours de ce stage, destiné aux professionnels des bibliothèques n’ayant pas reçu de formation en histoire du livre au cours de leur formation initiale, étaient proposés un panorama général de l’histoire du livre et des périodiques scientifiques, des éclairages sur l’illustration botanique et médicale et des présentations de quelques monuments de l’édition scientifique tels que l’Histoire naturelle de Buffon ou la Description de l’Egypte. Les contributions des différents intervenants s’appuyaient sur des exemplaires choisis dans les collections de la bibliothèque pour proposer ces quelques repères sur le livre scientifique.

17Cette place centrale accordée aux collections est le fil conducteur de toutes les formations auxquelles la bibliothèque participe, qu’il s’agisse du cours public de botanique organisé par la Direction de l’information, de la communication, de l’accueil et des partenariats du Muséum, dont la séance consacrée à l’histoire de l’illustration botanique à travers les collections de la bibliothèque est assurée chaque année par une conservatrice, ou des stages proposés par la Direction de l’enseignement, de la pédagogie et des formations du Muséum aux enseignants des trois académies de la région Île-de-France16. Sollicitée dans ce dernier cadre, la bibliothèque intervient ponctuellement sur différentes thématiques pluridisciplinaires. Une présentation de livres de voyage a par exemple été assurée en octobre 2014 dans le cadre d’un stage « Parcours littéraires au Muséum », proposé aux professeurs de lettres de l’académie de Versailles. Les ressources patrimoniales choisies pour cette intervention, représentatives à la fois des collections de la bibliothèque et de l’évolution des livres de voyage, étaient autant de propositions de pistes à exploiter ensuite en classe en tant qu’objets de réflexion et de création littéraire.

Rencontres et ateliers

  • 17 Jocelyn Bonnerave, L’homme bambou, Paris, Seuil, 2013 (coll. Fiction & Cie).

18En 2011 c’est la bibliothèque elle-même, à travers une expérience inédite de résidence d’écrivain soutenue par la région Île-de-France, qui a été un lieu de création littéraire. Accueilli pour deux mois dans les locaux de la bibliothèque, le romancier Jocelyn Bonnerave y a travaillé à la documentation de son livre L’homme bambou17, dont l’action se termine dans les serres du Muséum, et a animé un atelier d’écriture pour une classe. La rencontre-lecture organisée en fin de résidence n’a cependant pas réuni le public attendu, sans doute en raison du caractère trop inhabituel de cette manifestation.

19De façon plus classique, des classes avec leurs enseignants, ou des groupes d’enfants accompagnés d’animateurs sur le temps périscolaire depuis la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, sont accueillis sur rendez-vous18 dans la salle de lecture publique, pour une séance de recherche thématique préparée en amont avec un bibliothécaire, autre manière de transmettre le goût des sciences tout en formant le jeune public à la fréquentation des bibliothèques.

20S’adressant à des publics variés, la bibliothèque du MNHN dispose de plusieurs pistes pour valoriser son patrimoine scientifique, tant sur place qu’à distance. Les différentes opérations de valorisation mettent en évidence la forte résonance de ce patrimoine avec la science d’aujourd’hui, une raison de plus pour veiller à sa bonne conservation.

Notes

1 Cette vision globale n’empêche pas qu’une attention particulière soit portée aux collections de la Réserve, aux imprimés anciens, aux manuscrits et archives, aux fonds iconographiques et aux objets d’art. Tout ce qui pourrait être précisé en matière de conservation et de restauration de ces collections se trouvera clairement présenté dans l’article de Jocelyne Deschaux, « Comment (bien) conserver les collections patrimoniales ? », in Dominique Coq (dir.), Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque, Villeurbanne, Presse de l’enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 26), pp. 46-67.

2 Ainsi de Chimie au Muséum, du droguier du Roi à l’écologie chimique pour l’année internationale de la chimie en 2011, Cuvier, explorateur de mondes disparus en 2012 pour le bicentenaire des Recherches sur les ossements fossiles des quadrupèdes (1812) et Paris, berceau de la cristallographie pour l’année internationale de la cristallographie en 2014.

3 Comme Les serres en 2010 pour la réouverture des serres ou Théodore Monod et la biodiversité à l’occasion de la parution de : Mauricette Berne et Ambroise Monod (dir.), Théodore Monod, archives d’une vie, Paris, MNHN ; Éditions du Chêne, 2010.

4 Par exemple : Dix années d’acquisition des bibliothèques du Muséum en 2010 ou Guy Stresser-Péan (1913-2009), la passion du Mexique en octobre 2011 après le don d’un important fonds américaniste.

5 Par exemple : Le Muséum à la Belle Époque en 2013 autour du reportage photographique réalisé au Muséum par Pierre Petit (1831-1909).

6 Singeries en février 2015 en écho à l’exposition Sur la piste des grands singes.

7https://www.salondulivrerare.paris/23-edition-2013.html >.

8 Nouvelle version depuis le printemps 2014 : < http://bibliotheques.mnhn.fr >.

9 Les expositions de la bibliothèque sont également annoncées sur le site du Muséum : < http://www.mnhn.fr> et sur celui du Jardin des plantes : < http://www.jardindesplantes.net >.

10http://www.biodiversitylibrary.org >.

11http://www.bibliothequescientifiquenumerique.fr >.

12 Günter Staudt, Les dessins d’A.-N. Duchesne pour son Histoire naturelle des fraisiers, Paris, MNHN ; CIREF, 2003 (coll. Des planches et des mots).

13 Lipke B. Holthuis et Theodore W. Pietsch, Les planches inédites de poissons et autres animaux marins de l’Indo-Ouest Pacifique d’Isaac Johannes Lamotius, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 2006 (coll. Des planches et des mots).

14 Fleurs du roi, peintures, vélins et parterres du Grand Trianon, Paris, Artlys, 2013.

15 Bénédicte Savoy et David Blankenstein (dir.), Les frères Humboldt, l’Europe de l’esprit, Paris, Paris Sciences et Lettres Research University, 2014.

16http://www.mnhn.fr/fr/enseignement-formation/formation-enseignants/formation-continue/stages >.

17 Jocelyn Bonnerave, L’homme bambou, Paris, Seuil, 2013 (coll. Fiction & Cie).

18 Contact : < mediatheque@mnhn.fr >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search