Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie III. Trouver les bons partenaires : tutelles, grandes bibliothèques, associations

8. Les sister libraries : un exemple de coopération via l’IFLA

Viviana Quiñones

Texte intégral

1Nous ne saurions trop recommander aux bibliothécaires de se rapprocher de l’IFLA. Tout bibliothécaire adhérent de l’ABF est, de ce fait, membre de l’IFLA, mais il n’est pas nécessaire d’en être membre pour assister à son congrès annuel, pour participer à nombre de ses actions ni pour profiter des ressources de son riche site Web33. On y trouve, entre autres, les communications des congrès, et les pages des différentes sections de l’IFLA (bibliothèques publiques, bibliothèques desservant des publics multiculturels, alphabétisation et lecture…) avec des newsletters et des guidelines dont beaucoup sont traduits en français, ainsi que des descriptions d’activités et de projets auxquels on peut participer ou dont on peut tirer des idées.

L’IFLA ET LA SECTION BIBLIOTHÈQUES POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS

2La section Bibliothèques pour enfants et adolescents34 a pour objectif de développer la coopération internationale autour de ces bibliothèques et d’encourager les échanges d’expériences, d’idées, de projets et de travaux de recherche dans ce domaine. Son comité permanent35 compte vingtdeux membres dont quatre des Amériques, six d’Asie, un d’Afrique et onze d’Europe (deux de France), à qui on peut s’adresser si l’on veut entrer en contact avec des collègues des pays en question.

3La section publie deux newsletters36 par an, avec des articles sur les bibliothèques pour enfants de tous les pays et des informations sur les activités de la section. Les contributions sont les bienvenues. Elle a conçu trois guidelines37, disponibles en français, de « recommandations » pour le travail en bibliothèque avec les enfants et plus particulièrement avec les tout-petits et avec les adolescents. La section propose aussi une liste de diffusion spécialisée bibliothèques jeunesse38. On peut y poster des informations, des demandes de renseignements… et y répondre bien sûr. Lors de chaque congrès annuel, une ou plusieurs sessions sont organisées autour de la lecture des enfants, et très souvent, un congrès satellite y est exclusivement consacré. Les communications sont consultables en ligne, souvent en français. La section mène des projets ponctuels et des programmes permanents. Deux sont en cours : « Le monde à travers les albums »39 pour faire connaître les meilleurs livres d’images de chaque pays, choisis par les bibliothécaires, et « Bibliothèques partenaires pour la lecture des enfants et des adolescents ».

SISTER LIBRARIES : DES « BIBLIOTHÈQUES PARTENAIRES » POUR LA LECTURE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

UN RÉSEAU INTERNATIONAL DE BIBLIOTHÈQUES PARTENAIRES

4Le but de ce projet lancé fin 2009 est de permettre à toute bibliothèque ou section jeunesse de se mettre en contact avec une bibliothèque à l’étranger, afin de bâtir un partenariat – échanger avis et expériences et mener des actions conjointes. L’idée est née en réponse à la situation dans laquelle se trouvent de nombreux bibliothécaires jeunesse à travers le monde : isolement, formation insuffisante, absence d’information sur les livres de qualité, collections inadaptées, obsolètes ou trop réduites, manque de soutien matériel, moral ou politique… mais aussi enlisement dans la routine, perte de motivation, manque de projets porteurs… Le dispositif des « bibliothèques partenaires » peut être très enrichissant pour tous ceux qui y participent. Cela a été le cas pour les jumelages développés entre bibliothèques françaises et africaines, qui ont permis d’instaurer une coopération durable portant non seulement sur le don de livres mais aussi sur la formation professionnelle et l’animation. Ainsi, le premier but du projet est de favoriser la solidarité professionnelle : mettre en contact des bibliothèques plus favorisées en termes de formation et de budget avec des établissements moins bien pourvus et demandeurs d’aide sur le plan professionnel. Mais le projet est ouvert à toutes les modalités de partenariats entre bibliothèques, quelles que soient leurs possibilités en matière de budget et de formation.

COMMENT S’INSCRIRE ? COMMENT TROUVER UNE BIBLIOTHÈQUE PARTENAIRE ?

5Il n’est pas nécessaire d’être membre de l’IFLA : toute bibliothèque (publique, scolaire, associative…), et tout organisme travaillant avec les bibliothèques jeunesse peuvent s’inscrire. Il suffit de remplir le formulaire qui se trouve en ligne dans les pages consacrées au projet40 et de l’envoyer à l’adresse électronique indiquée. Le webmaster mettra alors en ligne le formulaire rempli, dans la liste des bibliothèques participantes. Cette liste réunit, classés par pays, tous les formulaires reçus. Pour trouver une bibliothèque partenaire, on parcourt les formulaires, et on écrit directement par e-mail à celle ou celles avec lesquelles un partenariat semble possible et souhaitable – la langue parlée est évidemment un premier critère de sélection ! La « bonne rencontre » peut prendre du temps : manque de réponse pour diverses raisons (changement d’adresse électronique pas signalé, bibliothécaire trop occupé, absent ou remplacé…), objectifs incompatibles, peu d’affinité professionnelle et même personnelle… Quand la rencontre se produit, on doit la signaler au webmaster afin qu’il indique le partenariat sur la liste.

QUE PEUVENT FAIRE LES BIBLIOTHÈQUES PARTENAIRES ?

6Les possibilités sont infinies… Les bibliothèques choisissent ce qu’elles veulent faire, en fonction du niveau d’investissement qu’elles peuvent consacrer au projet (ce peut être seulement un e-mail par mois !) et en fonction de ce qu’elles peuvent offrir, de leurs besoins et des bénéfices recherchés. La première chose est de faire connaissance, par e-mail ou skype, avec des photos de la bibliothèque et de l’équipe. Ensuite, les bibliothécaires peuvent, par exemple :

  • échanger des idées sur les animations en direction des jeunes ;

  • discuter de questions bibliothéconomiques : classification, aménagement des espaces, problèmes techniques… ;

  • évoquer les difficultés que chacun rencontre et chercher ensemble des solutions ;

  • se recommander ses livres préférés, organiser un comité de lecture, échanger des critiques ;

  • s’aider mutuellement à sélectionner et acquérir de bons livres ;

  • partager les grands moments de la vie de chaque bibliothèque en échangeant des photos ;

  • organiser des échanges de membres des équipes pour une courte période ;

  • échanger des formations, à distance ou en organisant des voyages professionnels.

7Les bibliothèques partenaires peuvent aussi mettre en place des projets communs impliquant les lecteurs, comme afficher des informations sur la bibliothèque « sœur » et ses lecteurs (ou proposer des visites virtuelles si c’est possible), proposer livres et informations sur le pays du partenaire, écrire et illustrer des textes et les publier conjointement, organiser des clubs de lecture où les mêmes livres ou des livres sur le pays du partenaire sont lus dans les deux établissements…

8L’inscription au projet est gratuite, et beaucoup peut être fait sans autres frais que ceux de la connexion Internet. Certaines activités choisies par les bibliothèques peuvent nécessiter des fonds, qui devront être trouvés par les participants. Pour les équipes, cela « coûte » surtout du temps… et de l’enthousiasme.

LE PROJET EN 2011

9Les collègues du monde entier ont très bien accueilli ce projet : 114 bibliothèques de tous les continents se sont inscrites (données de juillet 2011). Bibliothécaires et lecteurs parlent ainsi une grande variété de langues ; les plus lues et parlées sont l’anglais, l’espagnol et le français. Leurs raisons pour s’inscrire sont, elles aussi, variées… à découvrir sur leurs fiches ! La plupart sont des bibliothèques publiques, avec un tiers environ de bibliothèques scolaires. Leurs moyens en personnel, leur nombre de jeunes lecteurs, leur nombre de documents sont très divers, depuis les toutes petites bibliothèques animées par un bénévole avec moins de 100 documents jusqu’aux grands réseaux régionaux ou nationaux… Sur ces 114 bibliothèques, 25 ont trouvé un partenaire. La plupart de ces « jumelages » informels sont encore au stade de l’échange d’information sur chaque bibliothèque et ses activités, mais ils ont aussi donné lieu à des échanges de recommandations de livres et à des animations conjointes, comme on peut le voir sur le blog41 qui a été créé pour que les Sister Libraries partagent leurs expériences.

LES BIBLIOTHÈQUES FRANÇAISES DANS LE PROJET

10Six établissements français se sont inscrits ; deux d’entre eux ont trouvé une bibliothèque partenaire, au Liban et au Togo. Six bibliothèques, ce n’est pas assez pour répondre à la demande des collègues : de nombreux bibliothécaires inscrits parlent français et beaucoup souhaitent un partenariat avec la France, en particulier en Argentine, au Pérou, au Cameroun, au Congo, en Côte-d’Ivoire, au Maroc, au Niger, au Sénégal, au Togo, en Roumanie, en Espagne et en Suisse… Sans compter qu’ailleurs, d’autres établissements sont ouverts à des propositions de tout pays, et que l’on peut aussi imaginer un partenariat dans une langue étrangère que l’on aime pratiquer et que les jeunes français apprennent, comme l’anglais, l’espagnol ou l’allemand…

11Nous espérons que de nouvelles bibliothèques de France seront tentées par le projet, s’inscriront et prendront contact avec ces collègues demandeurs et n’hésiteront pas à solliciter le CNLJ-JPL à la BnF.

ENCADRÉ. LES ASSOCIATIONS RESSOURCES POUR UN PROJET DE COOPÉRATION
par Raphaëlle Bats
Voici une présentation des principales associations utiles dans le domaine de la coopération internationale. D’autres associations existent et peuvent vous offrir des ressources, conseils, contacts… N’hésitez pas à les contacter.
Les associations professionnelles
Association des bibliothécaires de France, ABF
Voyages d’étude, contacts, solidarité.
Site Web : < http://www.abf.asso.fr >.
Le petit + : l’ABF est organisé en groupes régionaux et permet d’échanger avec d’autres bibliothécaires français investis dans des projets de coopération.
Ligue européenne des bibliothèques de recherche, LIBER
Congrès annuel, projets européens, formations.
Site Web : < http://www.libereurope.eu >.
Le petit + : LIBER participe à un certain nombre de projets financés par l’Union européenne et peut être d’une grande aide pour naviguer dans ces programmes.
European Bureau of Library, Information and Documentation Associations, EBLIDA
Lobbying et programmes européens.
Site Web : < http://www.eblida.org >.
Le petit + : des informations sur les financements et les projets européens sont disponibles sur leur site.
Association internationale des bibliothécaires et documentalistes, AIFBD
Voir l’article de Réjean Savard : « Francophones, unissez-vous ! », p. 151.
Site Web : < http://aifbd.org >.
Le petit + : l’AIFBD coordonne la traduction des textes des conférences de l’IFLA.
Comité français IFLA, bibliothèques et documentation, Cfibd
Voir l’article de Pascal Sanz : « Contribuer à intégrer des collègues étrangers aux travaux des associations et réseaux internationaux », p. 157.
Site Web : < http://www.cfibd.fr >.
Le petit + : des bourses sont accordées chaque année à des Français et à des francophones pour participer à l’IFLA et à LIBER.
International Federation of Libraries Association, IFLA
Voir article de Viviana Quiñones : « Les Sister Libraries : un exemple de coopération via l’IFLA », p. 163.
Site Web : < http://www.ifla.org >.
Le petit + : IFLA express, le quotidien du congrès annuel, est disponible en français.
Les associations de solidarité autour du livre ou des bibliothèques
Bibliothèques sans frontières, BSF
Voir l’article de Jérémy Lachal : « La professionnalisation des bibliothécaires dans un contexte transculturel. Pratiques de Bibliothèques sans frontières », p. 103
Site Web : < http://www.bibliosansfrontieres.org >.
Le petit + : BSF a lancé « Savoirs solidaires » un portail francophone dédié à l’échange entre bibliothécaires du monde entier : < http://www.savoirsolidaire.net >.
Biblionef
Dons de livres neufs, travail sur la chaîne locale du livre.
Site Web : < http://www.biblionef.com >.
Le petit + : cette association est entièrement tournée vers la constitution de bibliothèques pour les enfants, notamment dans les écoles.
Blue shield
Prévention du patrimoine, sensibilisation à la sauvegarde du patrimoine.
Site Web : < http://www.http://www.ancbs.organcbs.org >.
Le petit + : l’association internationale a un comité français, le Bouclier Bleu : < http://www.bouclier-bleu.fr >.
Culture et développement
Dons de livres, formation, expertise.
Site Web : < http://www.culturedeveloppement.asso.fr/​site/​-ACCUEIL >.
Le petit + : une prise en compte réelle des identités culturelles pour un travail plus centré sur le lecteur local et non sur une idée des bibliothèques à la française.
Collectif de bibliothécaires et intervenants en action culturelle, COBIAC
Ingénierie de projets, dons de livres, formation, échanges professionnels.
Site Web : < http://www.cobiac.org >.
Le petit + : COBIAC est une association de professionnels des bibliothèques de la région PACA.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540