Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie III. Trouver les bons partenaires : tutelles, grandes bibliothèques, associations

6. Francophones, unissez-vous !

Réjean Savard

Volltext

1On estime qu’il y a environ 220 millions de personnes qui parlent le français dans le monde25, ce qui est assez peu par rapport à la population totale du globe. Jadis langue de la diplomatie, le français était autrefois parlé partout et par un nombre proportionnellement très important de personnes. Depuis la dernière guerre, l’anglais est devenu la langue « passe-partout ». Cette réalité est particulièrement évidente depuis l’arrivée d’Internet. Selon Internet World Stats, le nombre d’usagers d’Internet francophones ne serait plus que de 3 %par rapport à l’ensemble des utilisateurs26. L’anglais, et de plus en plus le chinois et l’espagnol, dominent les pages Internet. La place du français recule et on estime que notre langue se situe maintenant au huitième rang. Par ailleurs, on compte à peine quatre ou cinq revues internationales de bibliothéconomie/documentation en français et côté recherche, les pays anglophones ont pris depuis longtemps une avance quasi insurmontable. L’IFLA, principale association internationale regroupant les bibliothèques et bibliothécaires, n’utilise aujourd’hui quasiment plus que l’anglais, aussi bien dans les communications que sur son site Web, bien qu’elle compte sept langues officielles. Le français n’y est plus aussi présent qu’à sa création, où on comptait parmi les fondateurs d’éminents bibliothécaires francophones. Pour les bibliothécaires et documentalistes francophones, ces chiffres peuvent se révéler inquiétants : faudra-t-il à l’avenir, pour faire connaître notre réalité et nos réussites, maîtriser suffisamment bien l’anglais pour pouvoir préparer et donner une communication dans cette langue ? Si c’est le cas, la visibilité de notre groupe professionnel sur le plan international pourrait n’être que partielle, voire inexistante avec le temps. Car l’anglais n’est pas maîtrisé par tous les francophones et encore moins à un niveau suffisant pour communiquer devant un public ou encore pour siéger à un conseil d’administration où la moitié des gestionnaires ont l’anglais comme langue maternelle et où toutes les discussions ont lieu dans cette langue, et à un rythme d’enfer. Nous croyons que le monde francophone des bibliothèques et centres de documentation a sa place sur la scène internationale. Dans un souci d’éviter toute forme de modèle unique, il est important de se mobiliser et de s’organiser pour défendre le multilinguisme. L’AIFBD a été créée dans cette idée de voir s’unir bibliothécaires et documentalistes francophones (et francophiles…) pour renforcer leur réseau et affirmer le droit de présence de la langue française.

FORMALISER LES ACTIONS FRANCOPHONES : CRÉATION DE L’AIFBD

2En 2001, au congrès IFLA de Boston, on assiste à une certaine prise de conscience de ce déclin progressif du français. Pour réfléchir sur les mesures à prendre pour développer l’action française internationale, un groupe de travail incluant des représentants de plusieurs pays francophones est formé et en 2002, le traditionnel « caucus français » se transforme en caucus francophone. Parallèlement, on s’organise pour soutenir la candidature de Francophones à des postes administratifs à l’IFLA (Sections, Bureau). Cet élargissement à la francophonie permet le financement de diverses actions, notamment l’octroi de bourses pour l’IFLA, par l‘Organisation internationale de la francophonie (OIF). Mais la nécessité de « formaliser » les actions francophones se fait sentir. Réunis en caucus francophone à Séoul à l’IFLA de 2006, les participants adoptent officiellement la résolution créant l’Association internationale francophone des bibliothécaires et documentalistes (AIFBD).

3La charte de l’AIFBD sera finalement enregistrée en France avec les objectifs suivants : favoriser une meilleure coopération entre les bibliothécaires et documentalistes de tous les continents, développer et mettre en valeur l’expertise francophone en matière de bibliothéconomie et de documentation, transférer efficacement des connaissances professionnelles et permettre un accès plus facile à l’information internationale francophone en matière de bibliothéconomie et de documentation, et à la littérature professionnelle en français, soutenir la coopération et les associations professionnelles francophones en bibliothéconomie, documentation et sciences de l’information, particulièrement celles du Sud avec lesquelles elle encourage le jumelage avec des associations du Nord.

LES ACTIONS DE CONCERTATION DE L’AIFBD

4L’AIFBD soutient les activités amorcées par le groupe de travail des francophones. Ainsi en est-il pour son portail Bibliodoc27. Développé depuis l’été 2003, il a pour objectif d’informer les bibliothécaires et documentalistes des pays francophones sur l’actualité de leur domaine professionnel et d’établir un « état des lieux » virtuel de la bibliothéconomie et de la documentation francophone. Il se veut un outil de coopération professionnelle de base et accueille d’ailleurs plusieurs milliers de visiteurs par mois. Bibliodoc répertorie un grand nombre d’institutions francophones du monde des bibliothèques et de la documentation. Outre cet accès aux bibliothèques/centres de documentation, il signale les associations professionnelles et fournit aussi un lien avec les écoles de formation professionnelles francophones. On y trouve également des liens vers les revues professionnelles francophones et autres publications en série, dont plusieurs sont disponibles en ligne.

  • 28 < http://www.aifbd.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=60&amp;Itemid=96 >.
  • 29 < http://www.aifbd.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=74&amp;Itemid=100 >.

5L’AIFBD est aussi préoccupée par la formation continue de ses membres et voudrait faire davantage pour éliminer les différences de niveau qui pourraient exister entre le Nord et le Sud. Dans un premier temps, l’AIFBD a mis en ligne, grâce à l’Organisation internationale de la francophonie, six dossiers professionnels28 traitant des principaux sujets d’actualité de notre domaine (le Web 2.0 et les bibliothèques 2.0, le logiciel libre, les droits d’auteurs, les métadonnées, la coopération internationale et la numérisation). L’association aimerait bien en réaliser d’autres mais bute pour l’instant sur un manque de ressources. L’AIFBD aimerait pouvoir offrir des formations dans les pays du Sud. Elle dispose évidemment parmi ses membres de toutes les ressources humaines nécessaires pour ce faire, il ne lui manque que les ressources financières ! Dans un premier temps, une vaste enquête sur les besoins de formation des pays du Sud a été effectuée à l’automne 2010 et a généré des résultats forts intéressants. Muni de ces informations, l’AIFBD proposera sous peu à des partenaires de financer des formations ponctuelles sur les sujets les plus en demande. L’AIFBD collabore activement avec d’autres partenaires à la traduction des textes de la conférence annuelle de l’IFLA29. On trouve sur Bibliodoc un tableau de bord des traductions réalisées par des bénévoles recrutés chaque année depuis le congrès de Buenos Aires (2004). Il s’agit d’un travail considérable qui constitue, pour les bibliothécaires et documentalistes francophones, une source non négligeable d’information professionnelle. En effet, des centaines de textes ont été traduits depuis, ce qui permet à ceux qui ne peuvent lire l’anglais – quelques textes espagnols ont aussi été traduits – de se tenir au courant des nouvelles tendances dans notre domaine.

6Notons également la liste de discussion Bibliodoc qui rassemble environ 1 500 abonnés. Cet outil de réseautage virtuel est ouvert aux francophones qui veulent échanger, poser une question à leurs collègues ou simplement faire part d’une publication, colloque, etc. L’AIFBD a aussi organisé jusqu’à maintenant deux congrès professionnels. Le premier à Montréal en 2008, et le deuxième à l’été 2011 en Martinique. Organisées en satellite au congrès IFLA, ces deux activités scientifiques ont permis aux bibliothécaires et documentalistes francophones de se réunir, de faire le point sur les nouveaux développements dans leur domaine, et surtout d’activer ou de raviver leurs réseaux. Quoi qu’on en dise, le réseautage à distance, même s’il est fort utile, ne remplace pas complètement la possibilité de discuter en face à face avec les collègues. L’AIFBD prévoit d’organiser un congrès tous les 3 ans et le prochain devrait normalement se tenir en 2014 quelque part en Europe où le congrès IFLA est prévu.

VERS UN PROGRAMME D’ÉCHANGES PROFESSIONNELS

7Depuis sa création, l’AIFBD a aussi travaillé au développement d’un mécanisme d’échanges professionnels. L’idée est de permettre aux membres de l’AIFBD de s’inscrire à une base de données répertoriant les collègues désireux de faire un échange de poste pour une période limitée. Le programme qui sera lancé officiellement sous peu a pour nom « ViceVersa ». Ce projet audacieux permettrait d’atteindre un sommet en matière de coopération internationale et de partage de connaissances. Il permettrait en effet à un membre de l’AIFBD d’échanger son poste avec un autre membre dans un autre pays, pour une période plus ou moins longue. Pour le professionnel, cet échange permettrait d’apprendre de nouvelles façons de faire, de profiter d’un enrichissement professionnel et personnel sans égal et de faire un retour sur sa façon d’exercer le métier. Pour les employeurs qui adhéreraient à ce programme, il leur permettrait de profiter d’un apport inégalé en matière de transfert de connaissances et d’habiletés professionnelles. Il est important de noter que le programme « ViceVersa » veut offrir un cadre et des conditions favorisant la réalisation d’échanges professionnels ; il n’a pas pour objectif d’organiser lui-même des échanges en milieu de travail pour les éventuels candidats.

8Afin de favoriser les échanges Nord-Sud dans le cadre de ce programme, l’AIFBD est à la recherche de financements pour pouvoir accorder chaque année une ou deux bourses à un ressortissant d’un pays du Sud. Jusqu’à maintenant, aucun autre programme du genre n’existe pour les francophones. Ce serait une primeur et un outil de coopération sensationnel.

9Nous vivons actuellement un mouvement d’internationalisation très fort. En tant que professionnels francophones de l’information, il nous faut être davantage présents sur le plan international. Francophones du Nord ou du Sud ont beaucoup à apporter et à partager sur notre réalité professionnelle. Il nous faudra être davantage unis pour que tous les pays francophones, du plus grand au plus petit, puissent s’affirmer sur la scène internationale. L’AIFBD est un véhicule idéal pour cela. Nous espérons que le nombre de membres ira en grandissant afin de pouvoir réaliser tous nos objectifs. Car la cotisation des membres est notre principale source de revenus. Comme le disait un homme célèbre, ne demandez donc pas ce qu’on peut faire pour vous, mais plutôt ce que vous pouvez faire pour la cause des bibliothèques et centres de documentation francophones !

Anmerkungen

25 La langue française dans le monde 2010, Paris, Nathan et Organisation internationale de la francophonie, 2010.

26 < http://www.internetworldstats.com/stats7.htm >.

27 < http://www.aifbd.org >.

28 < http://www.aifbd.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=60&amp;Itemid=96 >.

29 < http://www.aifbd.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=74&amp;Itemid=100 >.

© Presses de l’enssib, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540