Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie III. Trouver les bons partenaires : tutelles, grandes bibliothèques, associations

5. Bibliothèque nationale de France et coopération internationale

Dalila da Silva et Gérald Grunberg

Texte intégral

1L’action internationale de la BnF contribue activement au rayonnement culturel de notre pays sur la scène mondiale. Cette mission qui s’ancre dans l’histoire de l’institution connaît aujourd’hui une double évolution. D’une part, le numérique reconfigure largement les modalités de coopération, d’autre part, l’espace de cette coopération ne cesse d’évoluer, de s’enrichir de nouveaux membres, de se mutualiser. En d’autres termes, une bibliothèque nationale, si prestigieuse et reconnue sur la scène internationale qu’elle puisse être, comme l’est la BnF, n’agit plus seulement pour son propre compte mais aussi peu ou prou au bénéfice des autres bibliothèques avec lesquelles elle coopère nationalement. Mieux, elle ne se contente plus de les représenter, comme ce fut souvent le cas par le passé, elle se doit au contraire de concevoir et développer son action de concert avec ses partenaires. C’est le cas, et de plus en plus, pour la BnF.

UN HÉRITAGE HISTORIQUE

2Le rayonnement international de la BnF s’inscrit dans une longue histoire qui se traduit depuis le xviiie siècle tant dans la constitution des collections, riches de millions de documents du monde entier, que par la tradition d’accueil de savants puis de chercheurs étrangers. La construction du site François-Mitterrand dans les années 1990 et l’essor du projet scientifique qui l’accompagnait, en particulier la bibliothèque numérique, ont donné un élan nouveau à ces relations, les faisant évoluer vers une coopération scientifique et technique renforcée, avec les bibliothèques nationales mais aussi avec des bibliothèques de recherche, et autres institutions de nombreux pays. Les sollicitations croissantes qu’a engendrées ce développement, les exigences et multiples enjeux en découlant, ont conduit à une nouvelle structuration de la coopération internationale à la BnF. Ainsi est née en 1998 la délégation aux relations internationales, chargée d’élaborer, de coordonner et d’animer la politique internationale de la BnF en collaboration étroite avec les autres directions et délégations de l’établissement, en particulier avec le département chargé de la coopération nationale. Les modes de coopération de la BnF sont, à l’image de ses partenaires, très divers : participations aux programmes européens, offres de formation et échanges professionnels, prestations d’expertise et conseil, fournitures de données bibliographiques, travaux au sein des associations professionnelles, présentations lors de colloques, partenariats pour l’organisation d’expositions et de manifestations culturelles. Une pluralité de domaines est couverte par ces activités : l’histoire du livre, la préservation et la conservation de tous les types de supports et des données numériques, la normalisation documentaire, l’archivage du Web, etc.

LES MODALITÉS DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

LES PROGRAMMES NUMÉRIQUES, UN TERRAIN FERTILE DE COOPÉRATION

3La numérisation des collections patrimoniales, un des axes forts de l’action de la BnF, a pris une place majeure dans les actions de partenariat avec des institutions étrangères. Ces partenariats, bilatéraux ou multilatéraux, se déclinent sous différentes formes dont la numérisation partagée de corpus, impliquant une coopération scientifique et technique, représente probablement la forme la plus élaborée et la plus intéressante. Comme en témoignent les quelques exemples ci-après, la coopération numérique conduit en tout cas à une synergie grandissante entre niveau national et niveau international qui se retrouvent de plus en plus souvent imbriqués dans un souci de complétude des fonds envisagés.

4Europeana9 et les projets européens : projet phare de diffusion des contenus culturels européens, Europeana, illustre les interactions fortes entre la BnF et ses partenaires européens et nationaux. Parmi les plus de 19millions d’objets numériques fédérés dans Europeana et gratuitement offerts aux internautes en 2011, figure l’ensemble des documents numérisés diffusés via la bibliothèque numérique Gallica, qu’ils proviennent de la BnF ou des bibliothèques françaises partenaires. Parallèlement, la BnF prend part à des projets européens collaboratifs visant à enrichir l’offre d’Europeana sur des thématiques spécifiques. Ces projets, comme Europeana Regia, Europeana Collections 1914-1918 ou BHL-Europe développés avec le soutien de la Commission européenne, fédèrent plusieurs partenaires français autour de la Bibliothèque nationale.

5Europeana Regia consiste à numériser intégralement et mettre en ligne trois collections royales de manuscrits du Moyen Âge et de la Renaissance, aujourd’hui dispersées en Europe : les carolingiens, ceux de la librairie du Louvre à l’époque de Charles V ainsi que la bibliothèque des rois aragonais de Naples. Ce très beau projet réunit cinq bibliothèques d’Allemagne, Belgique, Espagne et, pour la France, la BnF associée à 13 bibliothèques ou institutions patrimoniales dont la bibliothèque Mazarine et plusieurs bibliothèques municipales : Amiens, Besançon, Bourges, Rouen, Louviers, etc. Dans le projet Europeana Collections 1914-1918, dont l’objectif est de constituer une bibliothèque virtuelle sur la Première Guerre mondiale, sont investis une douzaine de partenaires de 8 pays, dont, pour la France, la BnF et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Sont associés à la BnF la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et le ministère de la Défense. Le projet BHL-Europe mobilise, pour sa part, 28 institutions dans 13 pays européens, dont la BnF et le Museum d’histoire naturelle pour la France, autour de la création d’un corpus numérique de littérature scientifique sur la biodiversité destiné à renforcer la dimension scientifique d’Europeana.

6Par ailleurs, la BnF participe très activement au Réseau francophone numérique (RFN)10 qui associe les principales bibliothèques patrimoniales de l’espace francophone engagées dans des programmes de numérisation patrimoniale. Son portail offre ainsi un débouché pour la valorisation du patrimoine documentaire en langue française et de la francophonie. Le RFN constitue, pour les institutions partenaires, un forum d’échanges de bonnes pratiques dans le champ de la numérisation patrimoniale et assure un transfert de savoir-faire auprès d’un nombre croissant d’institutions documentaires de la francophonie par l’organisation de stages de formation et l’élaboration d’outils didactiques. La Bfm de Limoges, pôle associé de la BnF, a vocation, comme d’autres centres français de la francophonie, à s’associer à ce programme.

7D’autres collections numériques thématiques ont fait l’objet de programmes conjoints de numérisation au plan bilatéral. Des extensions nationales et des complémentarités avec les collections des bibliothèques françaises sont à noter et vont se développer. Le partenariat développé autour du corpus la « France en Amérique » avec la Bibliothèque du Congrès, celui sur les relations franco-brésiliennes conçu avec la Bibliothèque nationale du Brésil ou encore celui en chantier avec la Bibliothèque nationale de Chine sur les études chinoises, illustrent ce mouvement.

DES COOPÉRATIONS À DOMINANTE PROFESSIONNELLE

8Aux fins de renforcer l’échange et de l’inscrire dans la durée, la BnF développe ses partenariats dans le cadre d’un accord/convention de coopération formalisant les engagements respectifs. Des accords à dominante professionnelle sont par exemple conclus avec les bibliothèques nationales du Maroc, de Chine, de Pologne, de Tunisie. Là encore, certaines des actions prévues dans ces conventions peuvent être menées avec le concours de pôles associés de la BnF.

9500 000livres ont été offerts en 2010 par la BnF à la Biblioteca Alexandrina, faisant d’elle la première bibliothèque francophone au Moyen-Orient. L’objectif est double : créer un centre de référence pour les ressources francophones et développer une plate-forme de formation aux métiers du livre et des bibliothèques. Un plan de formation pluriannuel a été mis en place dans un partenariat associant la BnF, la Bibliotheca Alexandrina, l’enssib, le CNED, la Bpi, le conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée, l’Ambassade de France et la bibliothèque municipale à vocation régionale de Marseille qui accueille des bibliothécaires égyptiens pour des stages de durée variable.

10Plus largement, la politique d’accueil et de formation des bibliothécaires étrangers que développe la BnF, programme d’accueil de professionnels étrangers « Profession culture », offres de formation spécifiquement conçues, ne saurait se passer du concours actif des autres bibliothèques françaises. Celles-ci peuvent être co-organisatrices de certains stages, comme par exemple la Bpi, pour le stage international organisé chaque année sur des thèmes tels que les ressources électroniques ou les ressources audiovisuelles en bibliothèques. Elles sont souvent sollicitées pour des entretiens et visites professionnelles au profit de stagiaires accueillis à la BnF et ne manquent pas, à leur tour, de prendre l’initiative de proposer aux professionnels étrangers qu’elles accueillent en formation des échanges avec les équipes de la BnF.

11Par ailleurs, la BnF est fortement investie, de longue date, au sein d’une cinquantaine de groupements et réseaux internationaux de partage d’expériences et de développement de projets communs : IFLA, LIBER, CDNL, CENL, AIBM, CERL, IIPC, ISNI, etc. Ce rôle actif dans les réseaux représente pour la BnF une opportunité de valoriser ses activités et réalisations auprès de ses partenaires internationaux et de contribuer avec les autres bibliothèques françaises à la promotion de la bibliothéconomie francophone dans ces enceintes internationales.

UN INVESTISSEMENT HUMAIN, LOGISTIQUE ET FINANCIER À PARTAGER

12L’activité internationale exige des moyens humains, logistiques et financiers que le seul budget de l’établissement ne suffit pas toujours à satisfaire. Des financements des organismes ou institutions avec lesquels et pour lesquels elle travaille apportent sur certains projets et actions une contribution déterminante. Ainsi, par exemple, du soutien du ministère des Affaires européennes et étrangères aux missions de conseil et d’expertise conduites notamment auprès de bibliothèques partenaires des pays émergents ou en développement. De même, pour l’apport et l’engagement de l’Organisation internationale de la francophonie nécessaire à la mise en œuvre des formations et des rencontres organisées dans le cadre du RFN. La subvention du ministère de la Culture et de la Communication au programme « Profession culture » permet à la BnF d’accueillir chaque année entre six et huit professionnels venant d’institutions étrangères afin qu’ils mènent des travaux sur ses collections, ses services ou ses projets. Les projets européens de recherche et de développement et certains projets visant Europeana sont, pour leur part, conduits avec une contribution financière de la Commission européenne. Le mécénat est une autre source de financement mobilisée : la fondation Mellon a ainsi financé la numérisation des manuscrits de Dunhuang tandis que la SNCF a prêté son concours pour l’acheminement du don de livres français à la Bibliotheca Alexandrina.

13Explicitement ou indirectement, les bibliothèques qui coopèrent avec la BnF et contribuent à son action internationale, bénéficient de ces ressources financières que collecte la BnF. Elles bénéficient bien sûr de son savoir-faire dans certains programmes, par exemple en matière de numérisation ou pour le montage de projets européens qui demandent une technicité spécifique. En retour, elles enrichissent la BnF d’une diversité qui constitue un atout considérable au plan international.

ENCADRÉ. DÉVELOPPER DES ACTIONS AUTOUR DE LA LITTÉRATURE JEUNESSE : LE SERVICE-RELAIS DU CENTRE NATIONAL DE LA LITTÉRATURE POUR LA JEUNESSE – LA JOIE PAR LES LIVRES À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE France
par Viviana Quiñones

Le Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres (CNLJ-JPL), service de la Bibliothèque nationale de France depuis 200811, travaille à l’international depuis sa création. Il mène en coopération avec des bibliothécaires – mais aussi des auteurs, des illustrateurs, des éditeurs – de différents pays du monde entier, des actions à l’international et en France, pour la promotion du livre pour enfants et le développement de la lecture. En même temps, le CNLJ-JPL offre aux bibliothécaires français des services et des outils pour leur travail à l’international.
Nous ne saurions trop dire l’intérêt pour tout bibliothécaire de s’engager, d’une manière ou d’une autre, même modestement dans des coopérations internationales : cela ne pourra que l’enrichir, tant professionnellement que personnellement. S’investir dans un projet « solidaire » pourra aussi apporter un soutien professionnel à des collègues qui en manquent cruellement ; ceci dans des contextes où l’accès des jeunes à la lecture, facteur clé du développement, ne peut avoir lieu qu’en bibliothèque.

Un relais auprès d’organismes internationaux et Étrangers : IBBY, IFLA, Foire de Bologne…
IBBY12 est une association interprofessionnelle (bibliothécaires, auteurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs) autour du livre et la lecture des enfants. La BnF/CNLJ-JPL en est la section française13 et mène, en tant que telle, diverses actions auxquelles on peut s’associer en participant à un groupe de travail : candidatures françaises ou francophones aux prix Andersen, Asahi, ALMA…, sélection de livres en différentes langues… La section publie trois fois par an une lettre d’information (en français) : Actualités IBBY France. Elle fait partie d’IBBY Europe14, qui publie également une lettre d’information (en anglais)15. Le CNLJ-JPL travaille activement au sein du Comité permanent de la section Bibliothèques pour enfants et adolescents de l’IFLA16. Il coordonne notamment la participation des bibliothèques françaises au projet Sister Libraries : bibliothèques partenaires pour la lecture des enfants et des adolescents17.

Des « Actualités » sur le livre de jeunesse et les bibliothèques à l’étranger paraissent régulièrement sur notre site18 et peuvent aussi être envoyées par e-mail sur inscription19.
Tous les deux ans est organisé un voyage d’étude à la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne, Italie20.

Des contacts, des ressources, des publications, des formations et des expositions sur le livre et la lecture des enfants dans les différents pays
Pour connaître les acteurs du livre et de la lecture du pays avec lequel on souhaite coopérer, le CNLJ-JPL offre des contacts, à la demande par e-mail et sur son site21 : institutions liées au livre et à la lecture, bibliothèques, éditeurs, auteurs et illustrateurs, libraires, associations professionnelles…

Un fonds spécialisé
Des livres pour enfants publiés dans les différents pays, des périodiques professionnels et des ouvrages sur le livre et la lecture dans ces pays peuvent être consultés dans la salle de lecture du CNLJ-JPL (salle I, Haut-de-jardin, Site François Mitterrand ; le catalogue est en ligne). Les collections des pays d’Afrique, du Monde arabe, de l’océan Indien et des Caraïbes sont particulièrement importantes et actualisées.

Des publications
Le CNLJ-JPL propose La Revue des livres pour enfants : outre la rubrique « Revue des revues » en langues étrangères, un numéro par an est consacré à un pays : les pays nordiques, Corée du Sud, Mexique, Israël… Son numéro « Sélection annuelle » des meilleures nouveautés inclut des choix de titres publiés en Afrique, le Monde arabe, l’océan Indien et les Caraïbes et depuis 2011, au Québec. Il propose aussi Lire en V. O., des choix de livres de jeunesse en langues étrangères à destination des jeunes lecteurs français : en portugais, italien, arabe, anglais, espagnol et allemand. Takam Tikou est une revue consacrée à la lecture des enfants en Afrique, le Monde arabe, les Caraïbes et l’océan Indien. Elle est publiée en ligne trois fois par an : < http://ta-kamtikou.bnf.fr > (les numéros imprimés 1989-2008 sont consultables en pdf22) et propose des sélections commentées des nouveautés parues dans ces pays et des livres français les concernant : un outil pour choisir des livres de qualité, adaptés aux âges et aux compétences des lecteurs des bibliothèques avec lesquelles on développe un partenariat. Les coordonnées des éditeurs étrangers se trouvent dans le Carnet d’adresses. On trouve également dans cette revue, des actualités, des entretiens et des articles dont beaucoup concernent des actions de coopération française avec des collègues de ces pays : « Au Sénégal, un réseau de bibliothèques exceptionnel : “Lire en Afrique” », « Un vade-mecum pour l’action internationale française en matière de livres et de lecture »…

  • 23 Sous la direction de Viviana Quiñones. La Joie par les livres, 2005. Réimpression en 2010.

Des formations
En matière de formation, le CNLJ-JPL a publié Faire vivre une bibliothèque jeunesse : guide de l’animateur23, un manuel pour faire connaître le contexte de la lecture des enfants en Afrique francophone et dispenser des formations en animation jeunesse. Le programme de formation propose chaque année une journée d’étude et/ou un stage consacré à la littérature de jeunesse et la lecture des enfants d’un pays ou d’une région et, tous les deux ans, des Rencontres européennes de la littérature pour la jeunesse.
Par ailleurs, des interventions sur des littératures de jeunesse étrangères peuvent être réalisées sur site, à la demande.

L’accueil de collègues étrangers
Enfin, le CNLJ-JPL reçoit pour des visites ou pour des stages, sur demande, des collègues étrangers que des bibliothèques françaises accueillent dans le cadre d’un projet de coopération.

Des expositions
Deux expositions – livres et panneaux – sont proposées à la location : « Le livre de jeunesse, un art africain » et « Kan ya ma kan, le Monde arabe en 100 livres pour la jeunesse »24.

Des orientations et des partenariats pour les projets en coopération internationale
Le CNLJ-JPL coopère avec des collègues étrangers depuis plus de quarante ans, et en particulier avec les acteurs de la lecture des enfants en Afrique, le Monde arabe, l’océan Indien et les Caraïbes depuis plus de vingt ans. Aidé de cette expérience et ayant été l’interlocuteur de nombre d’actions françaises de coopération au fil des années, le centre répond (par e-mail, téléphone ou personnellement sur rendez-vous) aux demandes d’orientations pour la conception ou le suivi de projets de coopération dans un contexte donné : conseils et indications pratiques pour les actions concrètes envisagées, pour la formation de collègues étrangers – aspect essentiel de la coopération –, pour le choix et les achats de livres…
Le Centre peut aussi devenir partenaire des collectivités territoriales dans le cadre de leurs actions de coopération décentralisée, pour leurs activités de formation par exemple. Avec un rôle de relais auprès d’organismes internationaux, avec une offre d’expertise, des services et des outils dédiés, le CNLJ-JPL est un partenaire privilégié des bibliothèques pour leurs actions de coopération internationale en lecture jeunesse.

Conclusion
Les réseaux nationaux sont très souvent en souffrance ou dormants : le modèle occidental classique de la bibliothèque dépendant des pouvoirs publics ne peut réussir sans l’engagement des pouvoirs publics ; en même temps, de nouveaux modèles de bibliothèque émergent, impulsés non pas du haut de l’État, mais de la société civile. Dans les deux cas de figure – institution publique ou non – la coopération des bibliothécaires français peut vraiment faire la différence dans la vie d’une bibliothèque d’Afrique – ou d’autres pays du monde où la lecture des jeunes nécessite un soutien professionnel.

Notes

9 Europeana : < http://www.europeana.eu >.

10 RFN : < http://www.rfnum.org >.

11 Créé en 1965, le CNLJ-JPL < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > est un service du Département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France depuis le 1er janvier 2008. Ses missions : encourager l’accès des enfants au livre, à la lecture et à la culture, repérer le meilleur de la production jeunesse et promouvoir une littérature jeunesse de qualité, assurer la conservation et la mise à disposition de l’ensemble de la production française de littérature pour la jeunesse et proposer aux professionnels, et en particulier aux médiateurs du livre, l’information et la formation nécessaires sur la littérature de jeunesse.

12 < http://www.ibby.org >.

13 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Nous connaître → Actions internationales → IBBY-France.

14 < http://www.facebook.com/pages/IBBY-Europe/206787579351045?sk=wall >.

15 < http://www.ibby.org/index.php?id=932 >.

16 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Nous connaître → Actions internationales → IFLA.

17 Voir l’article de Viviana Quiñones : « Les Sister Libraries : un exemple de coopération via l’IFLA », p. 163.

18 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Rendez-vous → Événements → International et Afrique Monde Arabe et International.

19 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → S’inscrire → Accéder au formulaire d’inscription → bas du formulaire cocher Abonnements aux recherches suivies : Actualités, rubriques International et Afrique et Monde Arabe.

20 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Nous connaître → Formations

21 Pour le Monde arabe, l’océan Indien, les Caraïbes et l’Afrique : < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Bibliothèque numérique → Outils documentaires → Outils de référence.

22 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Bibliothèque numérique → Takam Tikou

23 Sous la direction de Viviana Quiñones. La Joie par les livres, 2005. Réimpression en 2010.

24 < http://lajoieparleslivres.bnf.fr > → Nous connaître → Expositions.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540