Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie III. Trouver les bons partenaires : tutelles, grandes bibliothèques, associations

4. Relations internationales et formation professionnelle : le rôle de la BPI ?

Annie Dourlent

Texte intégral

  • 5 Voir l’article d’Annie Dourlent : « Confronter des pratiques : un exemple de collaboration sur le t (...)

1Bibliothèque nationale de lecture publique, la Bpi s’attache à être présente dans les instances internationales, telles que l’IFLA, où des agents de la Bpi font partie des comités permanents de plusieurs sections, ou EBLIDA. Elle a également tissé relations et partenariats avec des grandes bibliothèques dans différents pays5.

2C’est dans le domaine de la formation professionnelle que la Bpi a particulièrement investi le champ international. Les conventions signées avec des bibliothèques à l’étranger incluent toutes la possibilité d’accueil réciproque de collègues ; ces échanges ont été très actifs même s’ils tendent à se réduire du fait des contraintes budgétaires qui pèsent sur la Bpi comme sur ses partenaires. Au-delà de ces actions qui, côté français, concernent exclusivement le personnel de la Bpi, la possibilité d’accueil de stagiaires est élargie grâce à deux programmes du ministère de la Culture et de la Communication, « Profession Culture » et « Courants du monde », auxquels participe la Bpi.

LES PROGRAMMES D’ACCUEIL DE COLLÈGUES ÉTRANGERS

  • 6 < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/formation_professionnelle/stagiaires_etrangers/programme_profession_culture.html >.

3Le programme « Profession Culture »6 permet d’accueillir au sein de la Bpi, ou dans des bibliothèques municipales ou départementales, des collègues étrangers pour une durée allant de 6 semaines à 3 mois. L’hébergement est pris en charge et une allocation mensuelle de 1 000 € (valeur 2011) est versée au stagiaire. L’objectif est, bien sûr, de transmettre compétences et ressources, mais aussi, dans toute la mesure du possible, de favoriser le développement de projets de coopération et la constitution de réseaux durables d’échanges professionnels.

4Ainsi, l’accueil en 2010 d’une collègue de la Bibliothèque pour aveugles de Saint-Pétersbourg à la Bpi et à la bibliothèque du SAN de Val d’Europe (Seine-et-Marne) a permis de partager des expériences, de tisser de liens suivis, et a débouché sur la participation de deux bibliothécaires français (la responsable de la Mission lecture handicap à la Bpi, et la responsable de la Commission handicap de l’ABF) à un colloque organisé sur ce thème, en juin 2011, à Saint-Pétersbourg. Autre exemple des accueils que la Bpi souhaite développer : le séjour, au sein des bibliothèques municipales de Grenoble, de la bibliothécaire en charge du projet de développement d’une « médiathèque des savoirs » à Ouagadougou (Burkina Faso). Cet accueil se situait dans le cadre d’un accord plus large de coopération entre les villes de Grenoble et d’Ouagadougou. La Bpi a accompagné la démarche en finançant pour partie le séjour et les bibliothèques municipales de Grenoble ont élaboré un programme riche et dense, qui a permis à la collègue burkinabé de découvrir les multiples aspects des missions et du travail des bibliothèques de Grenoble, mais aussi de plusieurs bibliothèques de la région Rhône-Alpes. Forte de ces exemples, la Bpi souhaite favoriser des échanges qui sortent du cadre d’une formation réalisée à titre individuel et se situent dans une perspective de durée et de mutualisation des compétences.

  • 7 < http://www.mcm.asso.fr/site02/courants/programme/courantsdumonde.htm >.

5Le programme « Courants du monde »7, financé par le ministère de la Culture et géré par la Maison des cultures du monde (Paris) s’adresse à l’ensemble des professionnels de la culture, avec deux modules destinés aux bibliothécaires, un stage collectif, et un stage individuel personnalisé. Ils se déroulent sur trois semaines à Paris et comprennent quelques conférences sur les politiques culturelles et l’administration de la culture en France.

6Pour les bibliothécaires, le stage collectif, qui porte sur une thématique spécifique, est mis en œuvre par la Bpi et la BnF. Après avoir abordé la question des ressources électroniques, le stage porte depuis 2009 sur les ressources audiovisuelles, mais sera sans doute modifié à compter de 2012. Pour s’adapter au mieux aux besoins des stagiaires, le stage comprend un tronc commun, et deux volets optionnels. Le volet patrimonial est assuré par la BnF, la Bpi traitant la question sous l’angle de la lecture publique, et notamment de la médiation et de l’action culturelle avec les ressources audiovisuelles. En 2011, le stage accueille plusieurs collègues haïtiens et une attention particulière sera apportée à leurs attentes, avec un programme spécifique pour eux proposé par la Bpi, qui apporte ainsi un soutien à la reconstruction du réseau de bibliothèques à Haïti.

7Les stages individuels, dénommés « Séjours Culture » sont réellement bâtis sur mesure ; ils s’adressent à des responsables de bibliothèque et sont organisés par la Maison des cultures du monde et la Bpi, qui élaborent ensemble un programme adapté aux attentes du stagiaire, alternant visites, entretiens professionnels, voire participation à des stages ou à des journées d’étude. Là aussi, la Bpi essaie de mobiliser ces programmes pour construire des partenariats durables : les bibliothèques de Rio de Janeiro, en convention avec la Bpi, ont pu bénéficier d’un séjour pour la directrice de ce réseau. Ce séjour prolongeait le travail d’accompagnement initié par la Bpi, dans le cadre de visites et d’une mission d’expertise conduite en 2009.

8La communication autour de ces programmes est assurée par le ministère des Affaires étrangères et européennes via les postes diplomatiques français à l’étranger et les candidatures sont soumises au ministère de la Culture via les ambassades, qui émettent un avis et, si nécessaire, un ordre de priorité. Les contacts établis de longue date entre la Bpi et le réseau des médiathèques des centres culturels français favorisent une sélection en commun des candidats. La Bpi s’efforce cependant de faire mieux connaître ces programmes aux bibliothèques françaises, qui peuvent initier des candidatures provenant de pays avec lesquels elles ont des partenariats. Il faut enfin noter la possibilité d’accueil de stagiaires individuels étrangers, professionnels des bibliothèques ou étudiants suivant une formation universitaire en bibliothéconomie ; mais ces stages ne sont pas rémunérés et les frais d’hébergement sont entièrement à la charge des stagiaires ; ils restent donc limités.

LA COLLABORATION AVEC LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES ET LA FORMATION AUPRÈS DES CENTRES CULTURELS FRANÇAIS

9De 1996 à 2009, la Bpi a réalisé de nombreux projets en partenariat avec le MAEE : stages ou missions de formation, missions d’expertise, service de questions-réponses, publications et outils documentaires.

10Des stages de formation ont été assurés, de différents niveaux, et ont concerné 352 stagiaires venant de 119 pays différents, professionnels responsables d’une médiathèque française du réseau culturel à l’étranger (agents recrutés localement par les postes diplomatiques). Des missions de formation sur place ont également été conduites par des agents de la Bpi dans une douzaine de pays ; ponctuellement, ces formations, destinées en priorité aux agents des médiathèques françaises, sont ouvertes à des bibliothécaires du pays, comme au Cameroun en 2010.

  • 8 Service de questions-réponses à distance assuré par une vingtaine de bibliothèques publiques frança (...)

11Dès novembre 1996, un service questions-réponses à l’attention des médiathèques des centres culturels français a été mis en place par la Bpi. Il a été intégré en 2007 à « BiblioSésame »8, les questions spécifiques du réseau culturel français à l’étranger étant traitées par la Bpi, qui reste particulièrement à l’écoute des attentes et des besoins de ce réseau.

12De nombreuses publications ont été réalisées, à la demande du MAEE : bibliographies (dont « Les 3000 de l’an 2000 »), sélections de sites Internet, un mémento pratique… La dernière en date est une base bibliographique en ligne, la « Collection France contemporaine », qui apporte aux médiathèques du réseau culturel français une aide au choix des acquisitions et au catalogage. Dans le cadre d’un partenariat tripartite, la sélection et le catalogage des documents présentés dans cette base sont assurés, d’une part, par la Bpi pour les livres adultes, la musique et les ressources électroniques documentaires gratuites, d’autre part par la Bibliothèque francophone multimédia (Bfm) de Limoges pour les livres jeunesse, la littérature francophone, les films de fiction. Le MAEE achète les couvertures des documents, le résumé du document, la table des matières des documents imprimés auprès d’Electre, qui sont ensuite intégrés aux notices fournies par la Bpi et la Bfm de Limoges, dans la base bibliographique mise à disposition des médiathèques. Cette base comprend plus de 9 000 documents et est mise à jour deux fois par an, l’objectif étant que cette sélection représentative de la France contemporaine soit constituée de documents disponibles pour faciliter le travail d’acquisition des médiathèques.

13Des missions d’expertise ont été conduites en Roumanie, Birmanie, Norvège, Syrie, au Brésil, la Bpi associant parfois à ces missions des bibliothécaires territoriaux.

14La réforme du MAEE et le transfert du réseau des médiathèques, à l’Institut français, créé en 2011, ont entraîné une période d’incertitude, et l’interruption des stages organisés en France. La Bpi souhaite continuer à proposer son expertise et son savoir-faire en appui au réseau des médiathèques, en maintenant la « Collection France contemporaine », en collaborant sur l’achat de ressources électroniques, en assurant stages et missions de formation ou d’expertise.

15En conclusion, il faut insister sur la volonté de la Bpi de mettre ces programmes à profit pour développer les échanges professionnels entre les bibliothèques territoriales françaises et étrangères, échanges qui sont toujours source d’enrichissement mutuel et d’accroissement des compétences.

Notes

5 Voir l’article d’Annie Dourlent : « Confronter des pratiques : un exemple de collaboration sur le thème du rôle des bibliothèques dans la cohésion sociale », p. 43.

6 < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/formation_professionnelle/stagiaires_etrangers/programme_profession_culture.html >.

7 < http://www.mcm.asso.fr/site02/courants/programme/courantsdumonde.htm >.

8 Service de questions-réponses à distance assuré par une vingtaine de bibliothèques publiques françaises et coordonné par la Bpi.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540