Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie III. Trouver les bons partenaires : tutelles, grandes bibliothèques, associations

3. Médiathèques françaises à l'étranger : un premier point de contact pour une coopération internationale ?

Frédéric Jagu

Texte intégral

1Le réseau culturel français à l’étranger s’est constitué depuis plus d’un siècle autour d’établissements culturels et de recherche aux statuts et aux missions variés. Avec plus de 1 500 établissements, instituts français, instituts français de recherche, centres culturels français, alliances françaises, villa et, bien sûr, écoles françaises, implantés dans plus de 160 pays, la France possède le plus important réseau culturel au service de la diplomatie d’un État. Près de 400 de ces établissements (hors écoles françaises) offrent à leurs publics les services d’une bibliothèque française. Ces bibliothèques constituent le réseau des médiathèques françaises à l’étranger. Auparavant coordonné par le Bureau des médiathèques du MAEE, c’est aujourd’hui à l’Institut français qu’incombe le pilotage de ce réseau.

  • 2 Anciennement Département du livre et de l’écrit, le nouveau Département livre et promotion des sav (...)

2L’Institut français est depuis le 1er février 2011 l’opérateur du MAEE pour l’action culturelle extérieure de la France. La création de l’Institut français, qui dotera le réseau à l’étranger d’une identité unique, s’accompagne d’une phase d’expérimentation de trois ans dont l’objectif est à terme le pilotage, depuis Paris et avec le réseau, de l’ensemble des établissements culturels à autonomie financière (Instituts français, centres culturels). L’Institut français, qui place le numérique et le débat d’idées au cœur de ses priorités, se substitue à CulturesFrance en bénéficiant de moyens humains et financiers renforcés. Conservant les missions habituelles de l’association (spectacles vivants, arts visuels, architecture, livre, débat d’idées, cinéma, saisons croisées), il voit son périmètre d’action élargi à la langue française (création d’un département), à la formation des agents, à la culture scientifique et au pilotage du réseau des médiathèques, ces deux dernières missions étant intégrées au sein du Département livre et promotion des savoirs (DLS)2.

LE RÉSEAU DES MÉDIATHÈQUES FRANÇAISES À L’ÉTRANGER

3Sous la dénomination « réseau des médiathèques françaises à l’étranger », on regroupe les bibliothèques des établissements à autonomie financière du MAEE (instituts, centres culturels) et celle des alliances françaises. Dans des contextes très divers d’implantations, de publics et de moyens, les bibliothèques françaises à l’étranger ont pour mission, sous l’impulsion de l’Ambassadeur et dans le cadre de la politique de leur établissement, de :

  • contribuer, avec tous les acteurs du réseau de coopération et d’action culturelle, au rayonnement de la langue et de la culture françaises à l’étranger en mettant à disposition de leurs publics, une sélection éditoriale de qualité en lien avec l’actualité, professionnellement gérée, sur tous supports et faisant appel aux technologies les plus modernes de l’information ;
  • relayer, au cœur de leur établissement, dans des espaces attractifs et dynamiques, et hors les murs via des partenariats stratégiques, la politique de l’Institut français et du MAEE, notamment en matière de promotion des savoirs (débats d’idées, culture scientifique et technique, numérique) mais aussi en matières artistiques et audiovisuelles ;
  • constituer des collections spécialisées répondant aux besoins des publics-cibles de l’établissement (par exemple : bibliothèque de l’apprenant, fonds en langue locale, fonds jeunesse, fonds numérique, etc.).

4Pour piloter ce réseau, et en assurer l’animation, l’Institut français dispose de trois moyens d’interventions :

  • la formation professionnelle :conjointement avec le département formation, le DLS gère une enveloppe de 240 000 euros dédiés à la formation des bibliothécaires du réseau ;
  • la création d’outils pour le réseau : deux plates-formes mutualisantes ont été créées ces dernières années (bibliothèque de l’apprenant, collection France contemporaine) afin de faciliter les créations de collections prioritaires ; une plate-forme d’accès à des contenus numériques verra également le jour en fin d’année ;
  • le plan d’aide aux médiathèques (PAM) : appel à projets thématiques qui vise à soutenir les actions de modernisation des médiathèques du réseau ; doté de 580000 euros en 2011, le PAM a soutenu cette année 102 bibliothèques, principalement pour la création de bibliothèques de l’apprenant, de fonds en langue locale et l’acquisition de contenus numériques.
  • 3 Si les résultats de cette enquête sont à pondérer, ils permettent néanmoins d’obtenir des indicati (...)

5Une enquête, diffusée dans le réseau début 2011, a permis de récolter des données pour l’année 2010 pour 205 bibliothèques dans lesquelles travaillent plus de 650 agents, dont 42 agents expatriés (conservateurs, bibliothécaires, volontaires internationaux)3.

L’INSTITUT FRANÇAIS ET LE RÉSEAU, RELAIS POUR DES ACTIONS DE COOPÉRATION INTERNATIONALE

6De par sa nature, l’Institut français constitue un point de contact naturel pour mettre en place des actions de coopération culturelle à l’international. Pour le secteur des bibliothèques, afin de coordonner les actions du réseau et de mettre en œuvre les programmes dédiés, l’Institut français s’est doté d’un chargé de mission médiathèque. Interlocuteur au sein de l’Institut français sur les questions liées aux bibliothèques, il a une mission de conseil et d’expertise pour les bibliothécaires à l’étranger. Il peut être un premier point de contact pour amorcer des projets internationaux. Le réseau français à l’étranger se compose de plus de 600 agents en charge de la promotion du livre et des savoirs. Implantés localement, ces agents, expatriés ou recrutés locaux, possèdent une expertise de terrain et sont les mieux placés pour identifier des partenaires potentiels à l’étranger dans le secteur des bibliothèques mais aussi du livre au sens large (édition, librairies, institutions, ONG…). Ils sont à même de nouer des premiers contacts (qu’ils ont souvent déjà) et d’assurer, en plus de leurs attributions et dans la mesure du possible, un suivi local des projets. Le nouveau site Web de l’Institut français accueillera fin 2011 le répertoire des médiathèques françaises à l’étranger et l’Annuaire des agents du réseau. Ces outils permettront d’identifier aisément la personne contact à l’étranger pour amorcer une action de coopération à l’international4.

7L’Institut français possède un pôle des collectivités territoriales qui tisse des conventions de partenariats avec prioritairement les régions et les villes françaises. Il a vocation à accompagner l’ensemble des domaines de compétences des collectivités territoriales dans leur mobilité à l’international. Par conséquent, la compétence lecture publique et médiathèque est susceptible d’être prise en compte dans ce cadre.

QUELQUES EXEMPLES DE COOPÉRATION

8Les médiathèques françaises à l’étranger, et c’est une de leur mission, nouent naturellement des partenariats avec les institutions locales et sont donc, à ce titre, souvent à même d’identifier ou de diriger des porteurs de projet vers des structures de confiance répondant aux attentes. Ainsi à Madrid, la médiathèque collabore avec la ville et la région de Madrid pour l’organisation du séminaire « La bibliothèque multiculturelle ». À Rio, la Maison de France met en place des partenariats avec l’État de Rio pour de l’expertise et des formations et avec la Bibliothèque nationale du Brésil pour des programmes d’animations communs (développement du portail et de la bibliothèque numérique sur l’histoire des relations franco-brésiliennes – < http://bndigital.bn.br/​francebr/​frances/​index.htm >). Les exemples de ce type ne manquent pas : en Allemagne (intégration des catalogues dans les catalogues des municipalités), en Chine (organisation, notamment, de rencontres professionnelles à la Bibliothèque nationale de Chine), au Danemark (prêt interbibliothèques), en Colombie (appartenance au réseau VIP d’appui aux bibliothèques publiques de la mairie de la ville), en Finlande (membre du Conseil des bibliothèques spécialisées de Finlande), au Mexique (prêt inter-bibliothèques), au Cameroun (formation)…

9À l’inverse, les bibliothèques françaises à l’étranger sont aussi le relais des bibliothèques locales pour engager des actions avec la France. Par exemple, l’Association des bibliothécaires ukrainiens s’est adressée à l’Institut français de Kiev pour organiser un séjour professionnel pour des directeurs de bibliothèques en France. C’est la médiathécaire de l’Institut qui a pris les contacts avec le ministère de la Culture, la Bpi et les collectivités en France pour mettre en place le déroulement de la visite. Tous ces liens tissés au fil des années constituent le terreau idéal pour démarrer des actions de coopération internationale comme l’illustreront les deux exemples suivants.

COOPÉRATION INTER-ÉTABLISSEMENT : LE CAS DU MAROC

10Le bureau du livre de l’ambassade de France au Maroc, dirigé par un chargé de mission médiathèque expatrié assure le suivi d’une coopération entre l’Ambassade, la BnF et la Bibliothèque nationale royale du Maroc (BNRM). Les objectifs de cette coopération, régie par une convention cadre tripartite, sont définis annuellement par les trois parties (services des relations internationales). En 2011, cette convention porte sur la formation d’un agent de la BNRM aux techniques de numérisation. La coopération se traduit par une prise en charge du billet d’avion par le bureau du livre de l’ambassade, la BnF assurant l’accueil et la formation. L’agent ainsi formé aura pour mission de piloter la numérisation de manuscrits arabes à la BNRM.

COOPÉRATION : ÎLE-DE-FRANCE – PROVINCE DU GAUTENG (AFRIQUE DU SUD)

11En 2008, la région Île-de-France, qui a une convention de partenariat avec la province du Gauteng (Afrique du Sud), a fait appel au chargé de mission médiathèque de l’Institut français d’Afrique du Sud pour qu’il apporte son expertise au montage d’une bibliothèque française au sein d’un lycée de la région (Tutolore High School, Soweto, Johannesburg). Le chargé de mission médiathèque a ainsi été mis à contribution pour la constitution du fonds, en partenariat avec la bibliothèque municipale de proximité, pour la formation des futurs bibliothécaires et pour l’organisation générale de la bibliothèque.

12Les médiathèques françaises à l’étranger et le Département livre et promotion des savoirs de l’Institut français, de par leurs missions et via les nombreux contacts professionnels établis localement, sont des interlocuteurs privilégiés pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi d’actions de coopération à l’internationale, notamment dans les secteurs du livre et des bibliothèques.

Notes

2 Anciennement Département du livre et de l’écrit, le nouveau Département livre et promotion des savoirs a pour mission de promouvoir et diffuser la création intellectuelle française auprès des publics étrangers (professionnels du livre, universitaires, réseaux d’intellectuels et relais culturels). Pour ce faire, il dispose de programmes adaptés qui s’appuient sur le réseau diplomatique français à l’étranger et dont les principaux axes sont : le livre via la traduction, la valorisation du débat d’idées, la promotion de la culture scientifique, la reconstitution des circuits éditoriaux au Sud et l’accompagnement du réseau, des agents et des médiathèques.

3 Si les résultats de cette enquête sont à pondérer, ils permettent néanmoins d’obtenir des indications sur l’état du réseau et ses évolutions par rapport à l’enquête précédente qui recensait les mêmes données pour l’année 2009. Ces 205 bibliothèques proposent plus de 3 millions de documents (dont 70 % de livres, 20 % de DVD) à 4 millions de visiteurs par an. Elles comptent 271 000 inscrits, largement originaire du pays d’accueil (84 %), appartenant principalement aux tranches d’âges 13-25 ans (40 %) et 26-59 ans (38 %) et issus essentiellement des milieux étudiants (42 %) ou professionnels (25 %). Les budgets d’acquisitions exprimés (173 médiathèques) sont en hausse (+ 5 %) pour atteindre 3 480 000 euros. Enfin, plus de 90 % des bibliothèques utilisent un logiciel de gestion (44 PMB, 41 Paprika, 35 BCDI puis 26 autres logiciels). On constate dans ce secteur une forte hausse de l’utilisation des logiciels libres, notamment dans les structures les plus modestes.

4 < http://www.institutfrancais.com/ >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540