Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Conclusion

Texte intégral

« Ce qui est perdu ne peut être ni détruit ni diminué. »
Pétrarque,

Mon ignorance et celle de tant d'autres

1Dans sa bibliothèque, la princesse de Navarre au xvie siècle est entourée de livres aux reliures lumineuses et chatoyantes, émaillées et damassées. Entre deux rimes notées et les mouvements du silence, enveloppée dans les volutes odorantes des pommes de senteurs et les ombres de la nuit, la princesse est bercée par le doux crépitement hivernal du feu de cheminée et le carillon mécanique de l’horloge mesurant le temps qui s’écoule. Le craquement de l’écritoire rythme le frottement de la plume sur le papier doré. La princesse est renvoyée au miroir de la vie intérieure scandée par le rêve et l’imagination. La bibliothèque constitue l’expérience d’un voyage immobile. Tout à la fois chambre de la librairie, cabinet d’étude et de musique, oratoire et garde-meuble, la bibliothèque est aussi le lieu où les princesses scrutent les étoiles pour deviner l’avenir, cabinet d’astrologie. Le jeu y est de stratégie et les princesses s’y approprient symboliquement l’espace et l’univers en se projetant dans le cosmos. Entourées de leurs livres, de collections de naturalia et d’exotica aux pouvoirs magiques et miraculeux, des objets du trésor royal et du quotidien, les princesses soignent leur corps et sondent leur âme, elles s’apprêtent et se parfument, se reposent et se délassent dans la bibliothèque. Le cabinet est de senteurs et de curiosités, de travail et de repos, de plaisir et de piété, mais aussi des rêves et des pleurs. La bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle est un lieu à la fois domestique et de cour, privé et aulique, d’intimité et de paraître. Les princesses s’y livrent aux confidences et aux secrets, au débat et à la conversation, à l’abandon d’elles-mêmes et à l’intériorité. La bibliothèque est aussi un espace de gouvernement et de pouvoir, participe de l’histoire culturelle et politique autant que du formidable renouvellement de la conception du monde et de la civilisation européenne à la Renaissance.

2Marguerite de Valois lègue sa bibliothèque au jeune Louis XIII (la reine n’a pas eu d’enfant). Ce testament lettré dévolu au fils et héritier de son époux sur le trône de France et de Navarre constitue un dernier acte éminemment politique de la part de la reine qui participe ainsi de la paix civile et de la légitimation du pouvoir royal. Il rappelle celui d’une aïeule de Henri IV, la dame d’Albret Anne d’Armagnac, qui quelque cent cinquante ans auparavant offre des livres au futur gendre du roi de France en signe de conciliation. Louis XIII hérite de plus de la collection de livres d’heures que les reines de Navarre se transmettent depuis le règne de Catherine de Foix-Béarn et que Henri IV a fait transporter de Pau à Paris en 1602. L’héritage du roi de France et de Navarre comprend également la succession que son père a recueillie après le décès de Catherine de Bourbon, notamment la collection de Psaumes dorés de la princesse et ses cabinets de pierres précieuses, exotica et naturalia montés en bijoux et servant de talismans transmis depuis Anne d’Albret et Marguerite de Navarre de génération en génération chez les princesses de Navarre au xvie siècle. De sorte que Louis XIII recueille un héritage de bibliothèque et de cabinet ancestral et séculaire, naturaliste et spirituel, magique et universel, profane et sacré, modelé sur le cabinet librairie royal enrichi et transmis par les princesses de Navarre tout au long du xvie siècle et mettant le monde en harmonie en donnant au roi un rôle d’arbitre et de conciliateur.

  • 1 Danièle Thomas (éd.), « Un vol au château de Pau en 1621 », document 15, in Inventaires mobiliers e (...)
  • 2 Voir Jacques de Laprade, Jacques Perot, « La destinée du meuble de Pau sous Henri IV : les pièces e (...)
  • 3 Ibid., p. 210.

3En 1620 et 1621, des inventaires sont établis dans le château de Pau après un « désordre » et un « larrceng ». Remy le « valet de chambre du Roy [Louis XIII] et son concierge en son chasteau de Pau » rédige une requête au « Parlement de la Tournelle pour faire informer sur quelque enlèvement de meubles » : « Il a esté faict beaucoup de désordre au chasteau de Pau […] entre autres en une chambre appelée communément la librairie […] où il y avait un grand armaire [armoire] fermé à clef dans lequel y avoient plusieurs libres appartenant à Sa Majesté tant manuscripts que autres. Ledit armaire auroit esté ouvert et les libres emportés et dissipés. […] Le tout emporté excepté quelques vieux libres manuscripts qui sont dispersés tant en ladite chambre que diverses chambres dudit chasteau »1. Ce qui reste de la bibliothèque royale de Navarre est emporté, dissipé, dispersé. En cette année 1620, Louis XIII vient à Pau réunir la Navarre et le Béarn à la France. Le roi ordonne alors l’envoi à Paris d’un cabinet de vaisselle d’argent resté caché dans une sacristie de l’église de Navarrenx2. L’année suivante en 1621, le duc de Luynes reçoit pour le roi de France et de Navarre une centaine de tableaux trouvés dans un des cabinets du château de Pau3.

  • 4 Danièle Thomas (éd.), « Coppie de l’inventaire des meubles du Roy quy sont dans le chasteau de Pau (...)

4Par ailleurs, après avoir rétabli l’entier exercice de la religion catholique Louis XIII fait don aux capucins de Pau de la bibliothèque du collège royal d’Orthez patronnée par la cour de Navarre depuis le règne de sa grand-mère la reine Jeanne d’Albret. De fait, un arrêt du conseil d’État du 10 décembre 1625 assigne le remboursement d’une somme de deux mille quatre cents livres « à ceux de la religion d’Orthez pour la bibliothèque qui avait été divertie en faveur des capucins établis en la ville de Pau ». En 1634 et 1635, la Chambre des comptes de Pau dresse un dernier état des meubles manquants dans le château royal répertoriant tous les envois et toutes les pertes constatées entre 1582 et 1630. Le document montre ainsi la disparition de la bibliothèque royale de Navarre et entérine la proclamation publique faisant suite au dernier voyage du roi en son pays souverain de Béarn : « Proclams sur le larrceng de quelques meubles faict en 1621. Le XIIe de Jeun 1621 je fait proclamer à la crié de Pau […] certens meubles apartemans au roy […] dans une chambre et armoires de la chambre appelle la livrerie, l’on a ouvert les dittes armoires dans lesquelles il y avait quelques livres de manuscrit et autres en espannol […] qui le tout se perdeu »4. Tout est désormais perdu pour la bibliothèque royale de Navarre.

Notes

1 Danièle Thomas (éd.), « Un vol au château de Pau en 1621 », document 15, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), p. 147.

2 Voir Jacques de Laprade, Jacques Perot, « La destinée du meuble de Pau sous Henri IV : les pièces envoyées à Fontainebleau en 1602 », in Provinces et pays du Midi au temps d’Henri de Navarre : 1555-1589 (Actes du colloque de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, Bayonne, 1988), Pau, Association Henri IV 1989, 1989, p. 209.

3 Ibid., p. 210.

4 Danièle Thomas (éd.), « Coppie de l’inventaire des meubles du Roy quy sont dans le chasteau de Pau en garde de Me Pierre Petit, consierge et garde desdits meubles (1634) », document 18, in Inventaires mobiliers et pièces annexes

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search