Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 3. La bibliothèque, le silence et la nuit

Chapitre VIII. Solitude de plume et rêves de papier : art et manières de cabinet

Texte intégral

« Les yeux tous plains de larmes » : la bibliothèque pour pleurer

  • 1 ADPA, B 2398 (1579).
  • 2 ADPA, B 2693 (1584).
  • 3 ADPA, B 150 (1575).

1Sous la régence de Catherine de Bourbon, une quittance du libraire de Pau Jean Saugrain répertorie « quatre mains de papier de Florence, doré sur la tranche, pour le service du Roi »1. Du papier doré est également fourni à Henri de Navarre par le libraire de Nérac Jean Durac2. Un compte du trésorier général du roi de Navarre mentionne en outre « soixante-six sols tournois pour papier, encre et plumes, achetés pour mettre dans les coffres de la chambre et garde-robe du Roy »3. À la cour de Madame la princesse régente à Pau et à celle de la reine Marguerite de Valois à Nérac, les libraires royaux fournissent les riches instruments d’une activité épistolaire et d’étude soutenue et réservés au prince et aux princesses de Navarre.

  • 4 Voir Éliane Viennot, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, 2005 (Tempus), p. 1 (...)
  • 5 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 6 Ibid., Lettre no 386, 17 décembre 1527, à Monsieur de Villandry.
  • 7 Ibid., Lettre no 901, 1542.

2À Nérac en 1581, Marguerite de Valois revient en effet aux études pour passer le temps4. Après son arrivée en Béarn, commençant à peine à « entendre le langaige du pays », Marguerite de Navarre confie elle aussi se réfugier dans la « douce ecripture »5. En outre, la reine demande à lire les chroniques de la cour de France, « estant auprès de ces montagnes et séparée de la bonne compagnie où vous estes », écrit-elle à son plénipotentiaire auprès de François Ier6. Durant une maladie, Marguerite de Navarre écrit aussi directement à son frère et la reine fait le récit du temps de son repos passé à la relecture des épîtres fraternelles7. Écriture et lecture sont les ressorts de l’existence de Marguerite de Navarre en son royaume pyrénéen. À Nérac et à Pau, la chambre de la librairie et le cabinet d’étude dessinent et tracent les contours de la nouvelle ligne d’horizon spirituelle et intellectuelle de la reine.

  • 8 Voir Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Ma (...)
  • 9 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 772, 10 mai 1538.
  • 10 Ibid., Lettre no 351, 25 mai 1526.

3Une des grandes leçons intellectuelles et politiques des Mémoires de Marguerite de Valois réside ainsi dans « le parallèle implicite » que la reine fait entre les activités intellectuelles qui se déroulent d’une part à sa cour de Nérac et d’autre part à la cour de son aïeule Marguerite de Navarre8. De fait, Marguerite de Navarre commande la traduction des contes de Boccace à Antoine Le Maçon. « J’ai besoin de cette traduction le plus tôt possible », précise la reine9. Quelques années auparavant, le chancelier de France Antoine Duprat est lui-même pressé de fournir des renseignements sur une nouvelle du Décaméron de Boccace « car pour mon contentement, j’aime à savoir l’origine de toutes choses », lui écrit la princesse10. Chez Marguerite de Navarre, la curiosité littéraire et poétique procède de l’urgence studieuse.

  • 11 Ibid., Lettre no 795, décembre 1539 [?], Bourg-la-Reine, « à mon nepveu, Mons. le Grant Maistre ». (...)
  • 12 Marguerite de Navarre, Les prisons, Simone Glasson (éd.), Genève, Droz, 1978, chap. III, p. 186.
  • 13 Alberto Manguel, La bibliothèque, la nuit, Arles, Actes Sud, 2008, p. 195.

4À « deux heures du matin », à la lueur des « chandeliers d’agate et d’argent doré » de son cabinet d’étude, recevant des nouvelles apaisantes sur l’état de sa fille souffrante la reine use de sa plume et de son écritoire pour adresser son soulagement épistolaire au connétable de France11. Marguerite de Navarre veille l’infante par correspondance. La reine pratique nuitamment son cabinet d’étude. Dans Les prisons, Marguerite de Navarre confie étudier la nuit jusqu’à épuisement de sa vue : « Jeûnant, veillant pour étudier mieux / Tant que porter peuvent mes pauvres yeux »12. Pour la reine, le silence et la nuit sont propices au cabinet de lecture et d’écriture. Le labyrinthe des pièces formé par la bibliothèque de Marguerite de Navarre développe les conditions acoustiques et un isolement renforcés par la pratique nocturne du cabinet d’étude. Nicolas Machiavel préfère lui-même lire dans son cabinet durant la nuit, moment le plus favorable à la relation entre le lecteur et ses livres selon l’écrivain florentin : « Quand vient le soir, je rentre chez moi et je me retire dans mon cabinet »13.

  • 14 1533, no 145 et no 219.
  • 15 1569, no 147 : « vingt trois torches de cire longues », no 150 : « deux chandelons de sire rompuz »
  • 16 1569, no 146 : « vingt cinq pains de sire tant petitz que grandz », no 151, no 154 (mortier).
  • 17 Voir Ivan Cloulas, Les châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Paris, Hachette Littérature (...)
  • 18 1602, no 148 : « un boger d’argent doré », no 149 : « un bogeoir ».
  • 19 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de N (...)

5Inventoriés avec les livres et l’écritoire de la princesse, « deux chandeliers d’argent en façon de flambeaux » et « ung ply de cire blanche » (une mesure de cire) composent le cabinet d’étude nocturne d’Anne d’Albret14. Le garde-meuble contenant le cabinet de voyage et la bibliothèque personnelle de Jeanne d’Albret renferme une grande quantité de « torches longues » et autres « chandelons de sire », autant de flambeaux et chandelles réservés pour les nécessités du bon éclairage du cabinet de la reine la nuit15. Jeanne d’Albret dispose également dans son cabinet de « pains de sire tant petitz que grandz » et de deux mortiers16. Quand la flamme des mortiers vacille, une réserve de pains de cire est à disposition à même le cabinet. Les habitudes nocturnes font en effet qu’un mortier plein de cire et un flambeau restent allumés toute la nuit17. La nuit, dans son cabinet particulier de Navarre Marguerite de Valois s’éclaire quant à elle avec des bougeoirs d’argent doré18. Et Catherine de Bourbon confie employer les plus belles heures du jour et de la nuit à adresser ses prières à Dieu19.

  • 20 Ibid., Lettre no CXVI, 26 janvier 1596.
  • 21 Éliane Viennot, Marguerite de Valois…, p. 243.
  • 22 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 49, Berry, décembre 1541 : « […] l (...)
  • 23 Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du xvie siècle. La distribution des espaces au châ (...)
  • 24 ADPA, B 11 (1563).
  • 25 Jeanne d’Albret rédige ses mémoires publiés à La Rochelle en 1570 sous le titre L’ample déclaration (...)

6La princesse écrit au théologien Théodore de Bèze : « Parmy mes douleurs, je m’esbats quelque fois à parler à Dieu avec ma plume, non en vers si bien faits comme ceux qui font profession de longue main de bien escrire, mais chrestiennement pour ma consolation »20. Pendant son exil à Usson, Marguerite de Valois écrit elle que la lecture est à la fois « un bon remède pour le soulagement des ennuis » et « un acheminement à la dévotion »21. La réalisation par l’orfèvre de la cour d’un petit meuble oratoire (couvert de velours rouge) pour le cabinet d’étude de Marguerite de Navarre à Nérac montre que la reine prie elle aussi dans sa bibliothèque22. Avec son oratoire de cabinet, la bibliothèque sert également de chapelle privée. Au xvie siècle, les cabinets sont en effet utilisés à la fois pour « resserrer des papiers, prier Dieu, se retirer et causer »23. Jeanne d’Albret fait répertorier sur ses comptes les amendes qu’elle s’inflige quand elle oublie de prier Dieu24. Dans sa bibliothèque et son cabinet d’étude, la reine est plongée dans ses livres et ses souvenirs (pour la rédaction de ses mémoires) et elle consacre son temps à l’exégèse du monde ici-bas en faisant règle de pénitence pécuniaire à défaut de prière pour l’au-delà25.

  • 26 Voir Alain Cuillière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueter (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.
  • 29 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CXLVIII, mars 1599, « Au Roy ».

7Dans ses Marqueteries le poète Du Souhait, un courtisan de l’entourage de Catherine de Bourbon à la cour de Nancy, « suggère en permanence par la métaphore ou l’élégie les activités de l’esprit auxquelles se consacre le petit monde lettré gravitant autour de la princesse »26. Catherine de Bourbon est elle-même montrée à sa table de travail composant lettres et poèmes : « Esprit, fleur des esprits, qui fait des écrits naître / Qui donnent jour au jour et jour même à la nuit, / Qui survivent le temps et l’âge qui s’enfuit / Et qui trouvent leur gloire aussitôt que leur être. Parfaits sont vos écrits, parfait est votre exemple »27. La princesse confie à son époux comment l’écriture permet de tromper l’ennui en attendant son retour : « Soucieuse de toi je disais à ma plume / Qu’elle te fit souvent du retour souvenir / Ma plume me voulait de mes plaintes distraire »28. À son arrivée à Nancy, Catherine de Bourbon écrit aussi à Henri IV la détresse de son isolement en terminant sa lettre à son frère par ses mots : « les yeux tous plains de larmes »29. Pour la princesse, la lecture et l’écriture constituent le réconfort du monde. Son cabinet représente un lieu replié et intime pour pleurer. Mais la bibliothèque et le cabinet d’étude permettent également de s’évader.

Rêves dorés, intimité précieuse et exquises manières : le cabinet pour s’évader

  • 30 1535, no 437 : « […] le pied et le couvercle d’or où il y a sur couvercle seize gros balais [rubis (...)
  • 31 Philippe Desan (dir.), Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, H. Champion, 2007, p. 133.

8Dans leur cabinet respectif, Marguerite de Navarre et Jeanne d’Albret se transmettent « une grande coupe de porcelaine blanche »30. L’objet est d’autant plus rare qu’il pourrait provenir de Chine comme c’est le cas pour la porcelaine au xvie siècle (la collection des Médicis à Florence comprend ainsi des « porcelaines chinoises »). La coupe est incrustée de rubis et de perles, autant d’exotica rares et précieuses. À la Bibliothèque vaticane, Montaigne admire lui-même un manuscrit chinois31. La bibliothèque se conçoit comme un cabinet de curiosités, réceptacle des mondes lointains et reflet du goût de l’exotisme. La bibliothèque permet de s’évader et de rêver.

  • 32 1481, no 131 ; 1533, no 94.
  • 33 1535, no 192, no 124, no 168, no 120.
  • 34 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. A (...)
  • 35 1535, no 183. La reine possède un véritable petit bestiaire de cabinet pyrénéen avec aussi les figu (...)

9Si le Livre du bestiaire inventorié dans la bibliothèque des Albret depuis le xve siècle constitue une allégorie chrétienne universelle, Le livre de la propriété des choses conservé dans la bibliothèque royale de Navarre décrit les animaux du monde à la façon d’une encyclopédie32. Dans le bestiaire fabuleux de son cabinet, Marguerite de Navarre possède outre son perroquet d’orfèvrerie en émail vert, un « lyon » et un « liépart [léopard] » émaillés, une tortue « enchassée d’une aguate » et un « cinge d’or qui joue du tambourin »33. Chez Catherine de Bourbon, la « tortue » est « de terre peinte » et le « singe d’argent » quand les comptes mentionnent le « singe du Roy »34. L’ours dans son « parc d’or », représentant un animal sauvage familier des montagnes du royaume, montre avec le singe musicien et le perroquet que des animaux sont dressés pour divertir la cour35. Cabinet animalier et bestiaire de bibliothèque se répondent pour le plus grand plaisir de la princesse.

  • 36 1535, no 222 : « […] ung parq d’argent doré où il y a de petites bestes avec une fermière », no 119 (...)
  • 37 Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, Lettres d’Antoine de Bourbon et de Jehanne d’Albret, publié po (...)

10Marguerite de Navarre possède également des figurines émaillées représentant des animaux domestiques, des petites bêtes dans un parc d’argent doré avec une fermière ou encore un « petit chien d’or avec une perle au coul »36. La collection de cabinet est récréative et ludique et montre que la reine est attachée à son petit chien de compagnie, lequel ne quitte en effet jamais sa maîtresse qui se fait représenter avec l’animal par Clouet. Catherine de Bourbon possède elle aussi un « beau petit chien » qu’elle « aime bien » offert par Marguerite de Valois37.

  • 38 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 422, 2 octobre 1528, Fontainebleau.
  • 39 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CLX, juin 1599, p. 156.
  • 40 ADPA, B 21 (1571).
  • 41 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 565 (1555-1556).
  • 42 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CLXXXVIII, 1600, pp. 178-179.
  • 43 Ivan Cloulas, op. cit., p. 160.
  • 44 1535, no 155, no 165, no 164, no 166.

11Marguerite de Navarre écrit par ailleurs garder non seulement le perroquet mais également les folles de Louise de Savoie38. Catherine de Bourbon confie quant à elle garder Mathurine, « la bouffonne de Henri IV »39. Les comptes de la princesse répertorient en outre « le nain de Madame »40. La maison de Jeanne d’Albret compte également le « nain de la reine » ainsi que « la petite folle et sa garde »41. Catherine de Bourbon a aussi à son service une femme de chambre « negre » que la princesse nomme sa « more »42. La cour constitue « une société pittoresque composée d’étrangers, de bouffons et d’animaux savants » et de compagnie43. La bibliothèque et le cabinet reflètent cette fascination pour le singulier. Dans son cabinet, Marguerite de Navarre collectionne ainsi des figurines d’animaux étranges : « Une escrevisse d’or esmaillée de rouge » et « ung cancre [crabe] d’or et la coque de jaspe », « ung limason d’or et la coque d’une perle » ou encore « une yraigne [araignée] d’or et le corps d’une crapauldine »44. Autant d’objets représentant le goût de la reine pour le bizarre et l’insolite. La bibliothèque et le cabinet invitent au rêve fabuleux.

  • 45 1535, no 338, no 353, no 188 : « Cinq signes […] », no 197 : « troys signes […] ».
  • 46 Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et secrets de beauté », in Isabe (...)
  • 47 1533, no 138 (bassins), no 221 : « […] ung estuy avec deux petiz peignes d’os blanc », no 175 : « [ (...)
  • 48 1533, no 174.

12La collection de figurines de cygnes d’or et « d’écailles de perles » aux ailes d’argent doré avec « ung rubis à l’estomac » représente des bibelots raffinés et un cabinet symbole d’éclatante pureté45. Le célèbre architecte Philibert de l’Orme écrit en effet : « Les choses délicates seront aux cabinetz, estuves, baigneriez, galleries, bibliothèques et lieux où les seigneurs hantent souvent et prennent plus de plaisir »46. De fait, la garde-robe servant de cabinet d’étude à Anne d’Albret contient avec les livres de la princesse un nécessaire de toilette complet composé, outre ses bassins d’argent dorés et son parfumoir, de peignes et d’un miroir garni d’argent47. Le nécessaire est personnalisé. « Ung estuy de pegnes doré » est décoré « aux armes de Navarre »48. Le cabinet constitue un espace personnel et d’intimité raffiné.

  • 49 1535, no 214 : « […] ung miroir d’or à pied et darrier une femme nue ».
  • 50 1535, no 215.
  • 51 1535, no 1 : « Premièrement un grand miroir d’assier acoustré d’escaille de perle en ung estuy de b (...)

13De même, le cabinet de Marguerite de Navarre contient non seulement les livres de prières et les nombreuses pommes de senteurs de la reine mais également un miroir d’or à pied, pour la toilette, avec derrière une femme nue49. Le miroir est rangé avec « ung autre miroir d’or rond »50. L’inventaire du cabinet de la reine débute par la description de deux miroirs supplémentaires. L’un est « acoustré d’escaille de perle », l’autre « d’ebeyne garny de camayeux »51. Marguerite de Navarre place son cabinet de Pau sous les auspices du miroir pour mieux sonder son âme. La reine y compose son propre Miroir dans la tradition littéraire du Miroir d’or de l’âme pécheresse entre 1527 et 1529, c’est-à-dire à son arrivée en Béarn (novembre 1527) en découvrant pour la première fois le château de Pau. Elle y fait donc aménager un cabinet garni « Premièrement » d’un « grand miroir » luxueux au décor rare d’éclat de perles brillantes que la reine fait suivre dans son train protégé par un étui de bois peint. Le cabinet de la reine reçoit également un deuxième miroir tout aussi exotique et raffiné puisqu’en bois rare d’ébène orné de pierres fines en camée.

Heures de Catherine de Médicis, 1544 (?), f. 151 vo : portrait de Marguerite de Navarre. .

Heures de Catherine de Médicis, 1544 (?), f. 151 vo : portrait de Marguerite de Navarre. .

Source : Bibliothèque nationale de France, 2016

  • 52 1569, no 157 : « […] quatre peynes de buys », no 162 : « Une paire de sixdaulx » ; 1548-1555, no 57 (...)

14Avec sa bibliothèque personnelle, composée notamment d’un exemplaire des Cinquante Psaumes de Clément Marot, Jeanne d’Albret range quant à elle un nécessaire de coiffure sophistiqué dans la garde-robe de son cabinet d’étude. Composé des miroirs maternels, le cabinet de la reine contient également quatre peignes de buis, une paire de ciseaux et des « mouchoirs ouvrés de fil d’or », « labourés [brodés] de soie de couleur » et « bordés d’ung filet d’or autour »52. Des voiles fins et délicats et autres rubans soyeux et colorés comme il est d’usage pour les coiffes féminines, le mouchoir de tête est drapé en ruban, la coiffe est enrubannée. Il est à noter que Nostradamus recommande l’usage du buis pour le traitement des cheveux féminins dans son Traité des fardemens et confitures ou « traicté des fardemens & senteurs ». Inspiré de la littérature cosmétologique et de la pharmacopée des parfumeurs et botanistes vénitiens sur les recettes d’élixirs de vie et autres secrets de longévité ainsi que sur les poisons et leurs antidotes, le traité naturaliste de référence édité à Venise que possède Jeanne d’Albret est un des deux livres identifiables de la bibliothèque personnelle de la reine.

  • 53 ADPA, B 2344 (1578) : « A Jehan Perusse libraire de Montauban seize livres deux sols tournois pour (...)

15Outre Les Sept Psaumes rythmés ainsi que « deux paires de psaumes dorés et tannés », « ung petit livre en parchemin couvert de velours noir en poésie », La Sepmaine ou Création du monde de Guillaume de Saluste Du Bartas et La prédestination de Jacques Couet, la bibliothèque et le cabinet de Catherine de Bourbon contiennent avec les nombreux flacons à parfum et pots à onguents de la princesse des peignes (quatre en ivoire) ainsi qu’un « miroir ayant la glace ronde garnie de jayet [jais] »53.

  • 54 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et (...)

16Dans le cabinet aux bijoux de la reine, avec des petits livres couverts de velours blanc, noir et violet garnis d’or ou d’argent, notamment un « petit livre de parchemin où sont quelques vers » et « une paire d’heures garnies de velours noir », Marguerite de Valois range elle aussi avec ses fioles à parfum et autres huiles de beauté des « peignes d’argent doré avec les armoiries de Navarre, Bourbon et Foix », des « peignes d’ébène » et des « ciseaux garny de perles » ainsi qu’un « miroir avec huict petis rubis »54. Des objets rares et précieux au raffinement extrême témoignant d’une pratique de cabinet empreinte de délicatesse et constituant le prolongement intime d’exquises manières. Le cabinet d’étude est un instrument de précieuse intimité et de liberté intériorisée pour les princesses de Navarre au xvie siècle.

17Dans leur cabinet privé et leur bibliothèque personnelle, face à leur miroir les princesses annotent la chronique de leur quotidien, lissent les pages de leur vie et démêlent les fils de leur existence pour mieux nouer la boucle de leur destinée en sondant les secrets du monde et le tréfonds de leur âme. La bibliothèque participe de la résonance des princesses avec elles-mêmes, de leur cheminement dans le monde et de leur quête d’absolu. En cela, la bibliothèque permet à la fois aux princesses de s’abandonner et d’être en prise avec leur temps, c’est-à-dire de ressentir leur époque et d’en incarner la quintessence. La bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle est un lieu où s’élèvent à l’unisson la spiritualité et l’art du paraître, la création poétique et la recherche des secrets du monde, autant d’art et manières de cabinet plaçant la princesse au cœur de l’esprit du xvie siècle.

Notes

1 ADPA, B 2398 (1579).

2 ADPA, B 2693 (1584).

3 ADPA, B 150 (1575).

4 Voir Éliane Viennot, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, 2005 (Tempus), p. 178.

5 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 382, 19 novembre 1527.

6 Ibid., Lettre no 386, 17 décembre 1527, à Monsieur de Villandry.

7 Ibid., Lettre no 901, 1542.

8 Voir Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël (Actes du colloque de Nancy, 6-8 octobre 1999), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001, p. 171.

9 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 772, 10 mai 1538.

10 Ibid., Lettre no 351, 25 mai 1526.

11 Ibid., Lettre no 795, décembre 1539 [?], Bourg-la-Reine, « à mon nepveu, Mons. le Grant Maistre ». 1535, no 230 : « deux chandeliers d’aiguate enchassez d’or », no 401 : « deux chandelliers d’argent doré », no 233 : « deux chandelliers d’or ».

12 Marguerite de Navarre, Les prisons, Simone Glasson (éd.), Genève, Droz, 1978, chap. III, p. 186.

13 Alberto Manguel, La bibliothèque, la nuit, Arles, Actes Sud, 2008, p. 195.

14 1533, no 145 et no 219.

15 1569, no 147 : « vingt trois torches de cire longues », no 150 : « deux chandelons de sire rompuz ».

16 1569, no 146 : « vingt cinq pains de sire tant petitz que grandz », no 151, no 154 (mortier).

17 Voir Ivan Cloulas, Les châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Paris, Hachette Littératures, 2003 (Pluriel), p. 180.

18 1602, no 148 : « un boger d’argent doré », no 149 : « un bogeoir ».

19 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de Navarre, duchesse de Bar (1570-1603), Raymond Ritter (éd.), Paris, É. Champion, 1927, Lettre no CI, juillet 1593.

20 Ibid., Lettre no CXVI, 26 janvier 1596.

21 Éliane Viennot, Marguerite de Valois…, p. 243.

22 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 49, Berry, décembre 1541 : « […] la somme de quarante sept solz tournois et vingt solz tournois a lorfevre de Nérac qui a baille ung petit auratoire qui est couvert de vellours rouge ».

23 Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du xvie siècle. La distribution des espaces au château de Saint-Germain-en-Laye », Revue de l’Art, 1988, vol. 81, p. 28.

24 ADPA, B 11 (1563).

25 Jeanne d’Albret rédige ses mémoires publiés à La Rochelle en 1570 sous le titre L’ample déclaration sur la jonction de ses armes à celles des Réformés en 1568 (Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Alphonse de Ruble (éd.), Paris, E. Paul, Huart et Guillemin, 1893). En 1563, dans une réponse au cardinal Georges d’Armagnac Jeanne d’Albret contribue en outre à une controverse doctrinale épistolaire publiée. La reine rédige de plus une controverse sur la messe.

26 Voir Alain Cuillière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueterie” », in Roger Marchal (dir.), op. cit., p. 212.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CXLVIII, mars 1599, « Au Roy ».

30 1535, no 437 : « […] le pied et le couvercle d’or où il y a sur couvercle seize gros balais [rubis balais], ung petit enfant au-dessus qui tient une rose de rubin [rubis], autour du pied garny de perles et cinq balais au dessous de la coupe » ; 1548-1555, no 1 ; 1561-1562, no 2.

31 Philippe Desan (dir.), Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, H. Champion, 2007, p. 133.

32 1481, no 131 ; 1533, no 94.

33 1535, no 192, no 124, no 168, no 120.

34 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, p. 23 ; Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608) », Revue d’Aquitaine et des Pyrénées, 1867, t. 11, p. 247.

35 1535, no 183. La reine possède un véritable petit bestiaire de cabinet pyrénéen avec aussi les figurines d’un « aigle d’or dans un rond esmaillée de bleu » et une « marmote d’or » (1535, no 191 et no 160).

36 1535, no 222 : « […] ung parq d’argent doré où il y a de petites bestes avec une fermière », no 119 : « Cinq petites bestes d’or esmaillées de blanc », no 159 (chien).

37 Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, Lettres d’Antoine de Bourbon et de Jehanne d’Albret, publié pour la Société de l’Histoire de France par le marquis de Rochambeau, Paris, Renouard, 1877, Lettre no CCXXXVI, 11 mars 1572, Blois, Jeanne d’Albret à M. de Beauvoir, p. 348 ; Éliane Viennot, Marguerite de Valois : histoire d’une femme, histoire d’un mythe, Paris, Payot, 2005, p. 44.

38 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 422, 2 octobre 1528, Fontainebleau.

39 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CLX, juin 1599, p. 156.

40 ADPA, B 21 (1571).

41 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 565 (1555-1556).

42 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies…, Lettre no CLXXXVIII, 1600, pp. 178-179.

43 Ivan Cloulas, op. cit., p. 160.

44 1535, no 155, no 165, no 164, no 166.

45 1535, no 338, no 353, no 188 : « Cinq signes […] », no 197 : « troys signes […] ».

46 Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et secrets de beauté », in Isabelle Bardiès-Fronty, Michèle Bimbenet-Privat, Philippe Walter (dir.), Le bain et le miroir : soins du corps et cosmétiques de l’Antiquité à la Renaissance (exposition, Paris, musée de Cluny, Écouen, musée national de la Renaissance, 20 mai-21 septembre 2009), Paris, Gallimard, 2009, p. 31.

47 1533, no 138 (bassins), no 221 : « […] ung estuy avec deux petiz peignes d’os blanc », no 175 : « […] ung mirouer garny d’argent ».

48 1533, no 174.

49 1535, no 214 : « […] ung miroir d’or à pied et darrier une femme nue ».

50 1535, no 215.

51 1535, no 1 : « Premièrement un grand miroir d’assier acoustré d’escaille de perle en ung estuy de bois pinct en noir », no 2 : « Ung miroir assier d’ebeyne garny de camayeux ».

52 1569, no 157 : « […] quatre peynes de buys », no 162 : « Une paire de sixdaulx » ; 1548-1555, no 57 (huit mouchoirs), no 58 (quatre mouchoirs), no 59 (deux mouchoirs).

53 ADPA, B 2344 (1578) : « A Jehan Perusse libraire de Montauban seize livres deux sols tournois pour deux paires de psaumes […] » ; 1598, no 104 ; 1606, no 94 (livre en poésie) ; 1598, no 3 : « Ung autre livre en rime en parchemin » ; 1602, no 148 : « […] deux peignes d’ivoire », no 149 : « deux peignes d’ivoire » ; Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 24 (miroir).

54 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), pp. 102 et 104, 110, 118, 120.

Table des illustrations

Titre Heures de Catherine de Médicis, 1544 (?), f. 151 vo : portrait de Marguerite de Navarre. .
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 657k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search