Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 3. La bibliothèque, le silence et la nuit

Chapitre VII. L’esprit des lieux : labyrinthe savant et toponymies livresques

Texte intégral

Des espaces studieux : chambre de la librairie, « cabinets de la royne » et autres garde-robes

  • 1 Voir Araceli Guillaume-Alonso, « Des bibliothèques féminines en Espagne (xvie-xviie siècles) : quel (...)
  • 2 Voir Henry Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le xiiie siècle jusqu (...)

1En 1634 à Palerme, la bibliothèque de la marquise de Tarifa, fille du duc de l’Infantado, est décrite sur l’inventaire après décès des biens meubles trouvés dans la chambre au sens large de la princesse, ses appartements1. Un siècle auparavant en 1533, il en va de même à Pau chez Anne d’Albret. La bibliothèque personnelle de la princesse est inventoriée avec ses livres de comptes dans la « garde-robe » lui servant de cabinet de travail, un garde-meuble particulier doté d’un mobilier d’étude (une écritoire et une table) attenant à la « chambre » de la dame, la salle principale de son appartement, les deux pièces formant son logis privé. L’inventaire du château de Pau répertorie aussi « la chambre du roy » (avec son buffet), la « garde-robe de ladite chambre » et le « cabinet près de ladite garde-robe » (doté d’une table) ainsi que « la chambre de Madame de Chastillon » et sa « garde-robe » (l’appartement de la plus proche suivante de Marguerite de Navarre, Blanche de Tournon, dame de Châtillon). Dans le livre intitulé Ouvraiges de maçonnerye faits au chasteau de Saint-Germain-en-Laye depuys le mois de décembre (publié en 1548), le cabinet désigne des petites pièces jouxtant la chambre à coucher2. Au xvie siècle, en France et en Navarre les appartements royaux sont composés de plusieurs petites pièces autour d’une chambre privée, chambre de la librairie, cabinet d’étude et garde-meubles à usage de conservation des collections royales.

  • 3 Voir Alain Legros, Pierre Mora, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution » (...)
  • 4 ADPA, B 588 (1613).
  • 5 1569, no 190 et no 191.
  • 6 1561-1562, no 104

2Dans la tour de son château, la librairie de Montaigne est située au deuxième étage et attenante au cabinet, lequel est pourvu d’une garde-robe, le rez-de-chaussée de la tour abrite une chapelle et le premier étage une chambre de repos. Montaigne rêve par ailleurs de « promenoirs » (des galeries supérieures) qu’il pourrait « coudre » à sa tour pour relier sa librairie et son cabinet par l’extérieur3. En 1613, dans le château de Pau la Chambre des comptes de Navarre décrit « le galetas [garde-meuble] près la librairie au-dessus du cabinet du Roi »4. À la cour de Navarre, les lieux de la bibliothèque occupent un espace dont l’emprise représente un enchevêtrement de pièces, contiguës ou superposées, dotées d’annexes attenantes pour serrer livres, objets et meubles d’étude. Au milieu du siècle dans le château de Nérac, Marguerite de Navarre emprunte la galerie supérieure (au premier étage) dont l’extrémité dessert sa chambre privée. En traversant une garde-robe attenante à sa chambre, la reine pénètre dans son cabinet. La garde-robe du cabinet est également contigüe à la chambre de la librairie de la reine. Depuis sa librairie, Marguerite de Navarre dispose alors d’une porte dérobée débouchant dans une tour d’angle munie d’un escalier à vis au pied duquel la reine tient son coffre-fort au fond d’une garde-robe située à l’aplomb inférieur de sa librairie. Dans le château de Nérac, Marguerite de Navarre dispose d’une chambre privée, d’une chambre de la librairie et d’un cabinet. Toutes ces pièces sont situées à l’étage supérieur, attenantes et dotées chacune d’une garde-robe, desservies par une galerie et une tour d’angle avec escalier à vis au pied duquel se situe la garde-robe de la librairie de la reine. L’appartement de Jeanne d’Albret à Nérac est toujours constitué de deux cabinets. Le « premier » et le « second cabinet de la royne » contiennent respectivement le cabinet de travail de Jeanne d’Albret et sa bibliothèque royale. Les deux pièces sont dotées de garde-robes (des annexes attenantes) et le garde-meuble en pied de tour renferme la bibliothèque personnelle de la reine. Une « chambre près les cabinets » (la chambre à coucher de la reine) est dotée d’une « garde-robe de ladite chambre dans la tour » au premier étage du château5. Une mention d’inventaire du château de Pau précise par ailleurs à propos des horloges royales que « la royne » (Jeanne d’Albret) les a prises « pour les mectre dans l’autre cabinet »6. Dans sa bibliothèque paloise, Jeanne d’Albret déplace ses objets de cabinet, la reine dispose de deux cabinets d'étude attenants pour mieux passer de l’un à l’autre. Chambre de la librairie et chambre privée, cabinets de la reine, garde-robes et galetas annexes forment une imbrication de pièces attenantes et superposées à la circulation facilitée par la galerie et l’escalier à vis et constituent les appartements de la reine dont la bibliothèque princière avec ses livres et ses cabinets d’étude font participer l’appartement d’un agencement savant selon un modèle spatial identique dans les châteaux de Nérac et de Pau chez Marguerite de Navarre et Jeanne d’Albret.

Plan schématisé de la bibliothèque du château de Nérac au xvie siècle

Plan schématisé de la bibliothèque du château de Nérac au xvie siècle

Source : Damien Plantey, 2016

Plan schématisé de la bibliothèque du château de Pau au xvie siècle

Plan schématisé de la bibliothèque du château de Pau au xvie siècle

Source : Damien Plantey, 2016

  • 7 Bulletin des amis du château de Pau, 1959, no 3, p. 6, lettre de Henri IV à Sully, 18 février 1604 (...)
  • 8 Voir Chantal Turbide, « Les livres trouvés dans l’hôtel de la reine après le décès de Catherine de (...)

3En 1604, après le décès de sa sœur dont il est l’héritier, Henri IV ordonne l’inventaire des « galerie, cambre [chambre] et cabinet » ainsi que des « galetas » de la « maison » de Catherine de Bourbon à Paris, l’ancien palais de Catherine de Médicis sis rue des Deux-Écus7. En 1589, l’inventaire après décès du palais parisien de la reine-mère décrit des appartements privés situés au premier étage composés d’une antichambre, d’une chambre, d’un cabinet et d’un oratoire avec aussi au-dessus de l’appartement des galetas servant de garde-meubles où Catherine de Médicis fait aménager un cabinet disposé sur deux pièces attenantes pour conserver ses objets précieux dont les livres de sa bibliothèque personnelle dans le troisième galetas et le quatrième galetas dit le cabinet de la reine8. Dans son appartement parisien à la configuration faisant de la bibliothèque le cœur du logis princier, Catherine de Bourbon s’installe dans les lieux et les manières de cabinet du pouvoir précédent. Madame assure une forme de continuité royale à travers l’espace studieux. La princesse prolonge également le modèle spatial de la bibliothèque royale de Navarre qui restitue une ambiance topographique et mentale la plaçant au cœur du savoir et du pouvoir. Dans sa bibliothèque, la sœur du roi est imprégnée de l’esprit du lieu où elle est reliée au plus près de son frère pour mieux déjouer les intrigues au centre du labyrinthe de la cour.

  • 9 Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, (...)
  • 10 Voir Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du xvie siècle. La distribution des espaces a (...)
  • 11 Monique Chatenet, « Le logis de François Ier au Louvre », Revue de l’Art, 1992, vol. 97, p. 72.

4Alors qu’en 1584 dans le château de Nérac les comptes montrent le réaménagement au goût de Marguerite de Valois d’une chambre privée (tendue de drap rouge) attenante à la bibliothèque royale et au cabinet d’étude dotés de garde-robes dans l’appartement royal, dans sa correspondance la reine évoque son « petit cabinet », un lieu d’étude attenant à sa chambre à coucher et à sa librairie (où sont installés ses nombreux ouvrages) annexée d’une garde-robe à l’étage supérieur, et formant les appartements privés de son palais parisien édifié en 16059. Depuis un siècle, la disposition des pièces des logis de la famille royale en France suit un ordre immuable : aux étages supérieurs, à partir d’une grande salle appelée également galerie, se succèdent une chambre privée, un cabinet d’étude, une garde-robe avec parfois une chapelle ou un oratoire et plusieurs cabinets (des garde-meubles) supplémentaires10. François Ier entreprend ainsi la reconstruction de son appartement au Louvre. Le logis royal est situé au premier étage avec de part et d’autre de la salle du roi, la chambre du roi, la garde-robe du roi et une galerie en enfilade d’une part, les trois cabinets du roi d’autre part. Une petite vis dans l’angle de la salle du roi met le logis en communication avec la garde-robe de Louise de Savoie, les « logis de Madame » la mère du roi et de Marguerite de Navarre étant contigus11. Au xvie siècle, en France et en Navarre les livres royaux peuvent occuper un espace complexe constituant un ensemble de pièces savamment agencé dans l’appartement royal. La bibliothèque royale représente un lieu multiforme aux appellations diverses.

  • 12 Voir Edmond Sénemaud, La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, au château de Cognac (...)
  • 13 Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « Inventaire du Cabinet de la Royne à Pau en mars 1534 (an (...)

5En 1548 à Nérac, « la chambre de la librairie » désigne pour la première fois en ces termes la pièce dans laquelle est conservée la bibliothèque seigneuriale et royale, en l’occurrence de Marguerite de Navarre, dans le château ancestral des sires et dames d’Albret. La reine introduit un usage lexical maternel pour désigner sa collection de livres. À Cognac en 1496, les livres de Louise de Savoie sont en effet inventoriés dans ce que les notaires de la dame nomment alors « la chambre de la librayrie » du château ancestral des comtes d’Angoulême12. Cependant qu’en 1535 à Pau, les concierges utilisent l’expression « Cabinet de la Royne » pour décrire le lieu de conservation des collections royales de Marguerite de Navarre, et notamment la collection de livres d’heures de la reine dont quelques exemplaires sont issus du cabinet oratoire de la mère de Henri d’Albret, Catherine de Foix-Béarn, décrits sur l’inventaire testamentaire de la reine à Pampelune en 1504. La bibliothèque royale et ancestrale transmise par la feue reine de Navarre est répertoriée en 1533 dans un chapitre dédié et intitulé « Livres »13. Mais en 1517, l’inventaire après décès du meuble de Catherine de Foix-Béarn décrit le « gabinet » de la reine rassemblant les effets personnels de la souveraine (en espagnol, cabinet se dit gabinete, en italien gabinetto). Il s’agit du premier emploi du mot cabinet en Navarre.

  • 14 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des (...)
  • 15 ADPA, B 21 (1571).
  • 16 ADPA, B 317 (1610-1611).

6En France, jusqu’en 1570-1580 il est question de la librairie pour désigner généralement un ensemble de livres et l’expression « librairie et bibliothèque » apparaît dans le testament de Michel de l’Hospital en 157314. En Béarn, c’est en 1571 qu’un compte de Jeanne d’Albret mentionne l’expression « librairie et cabinet »15. En 1569, l’inventaire mobilier du château de Nérac décrit le « second cabinet de la royne » ainsi que la « garde robe et cabinet de la royne » pour désigner les lieux de conservation des livres, soit respectivement d’une part l’ancienne chambre de la librairie de Marguerite de Navarre représentant la bibliothèque royale héritée par Jeanne d’Albret de sa mère (cent quatre-vingts volumes), et d’autre part la bibliothèque personnelle de Jeanne d’Albret (sept volumes). Un « premier cabinet de la royne » représente par ailleurs l’ancien cabinet d’étude de Marguerite de Navarre et le cabinet de travail de Jeanne d’Albret. Il faut attendre 1610 pour voir apparaître le mot « bibliothèque » sur une quittance de libraire répertoriant l’achat de livres pour « trois cent trente trois écus » destinés au collège royal d’Orthez16.

  • 17 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 98-99.
  • 18 ADPA, B 2159 (1569) : inventaire des bijoux de la reine dans le trésor de navarrenx ; B 2168 (1570- (...)
  • 19 ADPA, B 588 (1613).

7Depuis le règne de Catherine de Foix-Béarn, la bibliothèque royale de Navarre est conservée dans des coffres mis en sûreté dans la « chambre basse » du château de Pau, c’est-à-dire « la chambre du trésor dudit château ». En 1542, Marguerite de Navarre ordonne aux « Messieurs des comptes Dallençon » (les argentiers de son duché d’Alençon) de faire « porter en la ville de Nérac et de mettre en ung coffre estant au cabinet du chasteau dud. Nérac la somme de quarante mille livres tournois levée par le tresorier des finances de Berry et à elle octroyée par le tiers estat du pays et duché de Berry [l’apanage français de la reine] pour subvenir aux fraiz du mariaige de madame la princesse [Jeanne d’Albret] »17. En 1561-1562, Jeanne d’Albret ordonne de même l’inventaire des collections royales « tant du cabinet et du trésor » du château de Pau. Et en 1601, Henri IV ordonne l’inventaire du « trésor et cabinet de Navarrenx » où sont rassemblés « les bijoux de la reine » et les collections royales, objets et livres précieux contenus dans « les coffres de la chambre du Roi »18. Enfin en 1613, un dernier compte mentionne le « cabinet du Roi et les richesses » dans le château de Pau19. Au xvie siècle en Navarre, le cabinet princier, la bibliothèque royale et le trésor de la Couronne se confondent.

  • 20 1520 : « Inventaire des coffres où à dedans […] los libres », « Les libres que furent trouvés dedan (...)
  • 21 ADPA, E 74 (1470-1472) ; E 13 (1492).
  • 22 1533, no 235 : « Ung livre de papie contenant recepte et mise d’argent faicte par Françoise Amenard (...)
  • 23 Les livres d’Anne d’Albret occupent les items no 146-no 151 de l’inventaire de 1533, no 164 : « […] (...)
  • 24 Voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Co (...)

8La chambre basse dite du trésor de Pau contient en outre les archives royales (le trésor des chartes des rois de Navarre)20. À Nérac, en 1472, les livres et le cabinet d’Anne d’Armagnac sont de même conservés dans la « basse chambre des archives » du château des sires et dames d’Albret21. Au xve siècle, les livres sont conservés avec les archives royales et seigneuriales chez les Albret et Foix Navarre. À Pau, en 1533, l’inventaire de la garde-robe qui sert de cabinet d’étude à Anne d’Albret montre que la princesse conserve elle-même ses livres avec ses comptes et ceux de ses sœurs Quitterie d’Albret et Catherine d’Albret22. Au titre de lieutenant général du royaume, la sœur de Henri d’Albret conserve aussi avec ses livres privés des liasses de documents relevant des archives royales (lettres missives et autres « papiers et certaines targes de Béarn »)23. À Paris, en 1615, l’inventaire de la bibliothèque de Marguerite de Valois fait état des registres de comptes de la maison et des domaines de la reine entre 1560 et 1615 constituant des archives conservées à côté de la bibliothèque24.

  • 25 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), op. cit., p. 67 (1504).

9Les collections royales de Navarre inventoriées au début du xvie siècle répertorient également l’ancienne chapelle royale, et notamment une partie de la librairie sacrée de Catherine de Foix-Béarn, d’Anne d’Albret et de Marguerite de Navarre. Suivant l’usage médiéval une partie des livres est en effet conservée avec les objets précieux dans l’oratoire et dans la chapelle. Ainsi, le testament rédigé en 1504 à Pampelune par Catherine de Foix-Béarn répertorie non seulement le « bufet » (cabinet) contenant la vaisselle d’argent de la reine (le meuble royal) mais également l’oratoire royal avec les livres sacrés et aussi les bijoux et autres joyaux de la souveraine25. De même, l’inventaire établi en 1517 décrit les bijoux et les joyaux dans le « cabinet et oratoire » de Catherine de Foix-Béarn. Et l’inventaire mobilier du château de Pau établi en 1520 recense les livres sacrés conservés dans la chapelle royale de la cour d’Anne d’Albret. En 1523-1524, cinq manuscrits sont de même inventoriés dans la chapelle de Marguerite d’Autriche-Savoie à Malines.

  • 26 Henry Havard, op. cit., p. 491.
  • 27 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93.
  • 28 1561-1562, no 104 : « la royne a pris les deux pour les mettre dans l’autre cabinet ».
  • 29 Bulletin des amis du château de Pau, 1959, no 3, p. 6, lettre de Henri IV à Sully, 18 février 1604 (...)

10Le buffet cabinet contenant la vaisselle d'argent de Catherine de Foix-Béarn en 1504 représente un grand coffre bahut à multiples portes et tiroirs. Le mot cabinet fait sa première apparition sur l’« Inventaire de la vaisselle d’or d’Anne de Bretagne » dressé en 1505 et sur lequel est désignée une petite pièce où est conservée la vaisselle en or de la reine « au cabinet dudit seigneur [Louis XII] au chasteau de Blois »26. Par métonymie, le cabinet dans lequel sont conservés les objets précieux désigne la pièce qui abrite la collection et la pièce où sont rangés les livres peut prendre le nom du meuble destiné à garder les objets précieux27. De fait, les concierges de Jeanne d’Albret décrivent la bibliothèque royale à la suite du « premier cabinet de la royne » et sous la dénomination de « second cabinet de ladicte dame » dans le château de Nérac. De même, dans le château de Pau la reine dispose de deux cabinets28. Les argentiers de Catherine de Bourbon désignent eux le « cabinet neuf » et le « cabinet de la princesse de Navarre » à Pau, le « cabinet » de Madame à Paris (les anciens « cabinets aux armoires » et « cabinets aux miroirs » de Catherine de Médicis), et encore le « cabinet artificiel » de la princesse à Nancy29. Pour la princesse de Navarre au xvie siècle, librairie et cabinet se confondent pour désigner la bibliothèque.

  • 30 Léon Soulice, Notice historique sur la bibliothèque de la ville de Pau, Pau, Impr. Véronèse, 1886, (...)
  • 31 Antoine Le Roux de Lincy, Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1507 et 1523, Paris, (...)

11En 1620, l’année de la visite de Louis XIII et du rattachement de la Navarre à la Couronne de France, un inventaire mobilier du château de Pau décrit « la chambre appellé livrerie […] en laquelle il y avoit quelques vieux libres manuscripts », ainsi que la « chambre appellé communément la librairie à cause les libres du roy avoient accoutumé d’y demeurer »30. Un siècle auparavant en 1523, dans le château ancestral des Bourbon un compte notifie « l’inventaire des livres qui sont en la librairie du chasteau de Molins […] a esté vériffié avecques deux vieulx inventaires trouvés à ladite livrerie »31. Les deux anciens cabinets de Jeanne d’Albret sont désormais qualifiés selon les usages lexicaux et les dénominations traditionnelles de la nouvelle dynastie Bourbon pour désigner la bibliothèque et les pièces où sont conservés les « vieux manuscrits » séculaires hérités de Catherine de Foix-Béarn et les livres royaux de Navarre transmis par les Albret tout au long des xve et xvie siècles.

  • 32 Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », in André Vernet (...)
  • 33 Voir Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, Par (...)
  • 34 Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Marchal (...)
  • 35 Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, pp. 53-54.

12Dans le château de Cognac, la bibliothèque des comtes d’Angoulême, appelée aussi « estude », est désignée en 1467 en tant que « salle de retrait »32. De même, les cabinets permettent à Catherine de Médicis, à Madame Marguerite (la sœur de Henri II) et à Diane de Poitiers de se retirer33. « Au xvie siècle, à défaut de "salon" (le mot apparaît en Italie au xviie siècle), le lexique de la reine désigne en effet des endroits contrastés mais toujours intimes, à la fois retirés et ouverts sur la vie aulique quotidienne. Chez Catherine de Médicis, les conversations se tiennent ainsi « tous les jours en son antichambre » écrit Brantôme »34. « Soit le cabinet est un espace auquel le public n’accède pas et où tout appartient au prince et au collectionneur en personne, soit le cabinet est facilement accessible au public de marque, aux artistes et aux amateurs, tout ici étant pensé et organisé en fonction de critères d’ostentation et de prestige. En France et en Angleterre, la culture princière reste plutôt en retrait contrairement aux coutumes de l’Italie et des pays germaniques »35. Qu’en est-il des manières de cabinet des princesses de Navarre ?

Bibliothèque « couthée par alfabet en lettres d’argent » : classement et rangement des livres

  • 36 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 37 1548-1555, no 28.

13Dans une lettre écrite en septembre 1531, Marguerite de Navarre relate le travail de classement et de cotation accompli par son protégé Jacques Lefèvre d’Étaples en tant que garde de la bibliothèque royale de François Ier à Blois : « Fabry a mis en ordre sa librairie, cotté les livres et mis tout par inventaire, lequel il baillera à qui plaira au Roy »36. À Nérac, où Jacques Lefèvre d'Étaples se retire et meurt (en 1536), les livres sacrés de Marguerite de Navarre sont également classés et cotés : la Bible « en setze pièces » conservée dans la chambre de la librairie du château voit « chacune d’icelles couthée par alfabet en lettres d’argent jusques à la lettre Q inclusement »37.

  • 38 1569, no 247.

14La bibliothèque biblique de Jeanne d’Albret conserve ce principe de classement et de cotation : « Quatorze petitz libres lesquels tous ensemble contennant ce qui est escrit en la Bible et sont couvertz de cuyr tanné dorés par la tranche et y a chacun sur la couverture à chacun cousté une lettre d’argent »38. Les volumes sont cotés, richement rondés pièce à pièce et classés, chaque volume se voit attribuer une cote issue des lettres de l’alphabet. Jeanne d’Albret fait dédoubler les cahiers des sept volumes du livre saint de la librairie de sa mère. La reine renouvelle les reliures sacrées de Marguerite de Navarre. À Nérac, un système de cotation organise le classement de l’ensemble des volumes de la bibliothèque sacrée de la reine de Navarre. Les volumes du livre saint portent une marque distinctive et sont classés à part de l’ensemble des livres composant la bibliothèque royale de Navarre.

  • 39 1548-1555, no 9 : « Quarante livres petis ou grandz » ; 1569, no 244 : « Plus quarante sept libres (...)
  • 40 Voir Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarren (...)

15Les livres profanes sont quant à eux inventoriés sans marque de classement ni de cotation et sans que les formats constituent un mode d’organisation et de rangement de la bibliothèque comme cela peut être l’usage, il en est ainsi dans la bibliothèque parisienne de Marguerite de Valois39. Dans l’ancien cabinet de la reine en Navarre, les livres sont conservés dans des coffrets à tiroirs, des layettes et des petites boîtes40. De même, Catherine de Bourbon range ses livres dans les armoires à portes et les petits cabinets à tiroirs et autres coffrets à layettes de ses cabinets particuliers.

  • 41 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 96.
  • 42 Voir Chantal Turbide, op. cit., p. 37.

16Pour ranger ses livres, Marguerite de Navarre dispose quant à elle non seulement de la table comptoir installée dans la garde-robe de sa librairie mais également de l’« entablement » (l’étagère) courant le long des murs autour de son cabinet d’étude. Les livres de la reine sont disposés à plat. Catherine de Médicis en use également ainsi pour ses manuscrits41. La reine-mère conserve par ailleurs ses livres dans des armoires42. Pour conserver les volumes de sa bibliothèque privée, Jeanne d’Albret se sert elle-même du grand cabinet appelé aussi coffre bahut installé dans la garde-robe (l’arrière-salle) de son cabinet d’étude. Et à Pau en 1620, les derniers livres composant la bibliothèque de Navarre sont retrouvés dans les armoires de coin aménagées dans l’ancien cabinet de Catherine de Bourbon ainsi que dans la grande armoire en noyer et à serrure achetée par Henri de Navarre et inventoriée dans l’ancienne librairie royale du château. Les livres royaux sont soustraits à la vue. Un siècle auparavant en 1520, les livres de Catherine de Foix-Béarn sont inventoriés enfermés au fond des coffres de la reine. Cependant, les « bancs tournis » du meuble de cabinet royal constituent les pupitres aux plateaux tournants utilisés traditionnellement depuis l’époque médiévale pour ranger les livres mais aussi exposer et faire défiler les riches manuscrits à l’admiration des courtisans. De même, avec le rangement de ses livres disposés à plat sur l’étagère murale aménagée autour du cabinet, Marguerite de Navarre goûte à admirer ses riches reliures multicolores et dorées, la reine en savoure le doux moelleux velouté et elle en ressent le chatoyant tissage satiné et bouclé des couvertures en drap « frizé ». Au milieu de ses livres rangés à plat et à portée de main dans son cabinet au décor céleste (le cabinet est tendu de drap bleu), Marguerite de Navarre est au centre d’un arc-en-ciel de reliures que la reine caresse du regard et dont elle effleure les délicats coloris. Le rangement et la disposition des livres peuvent constituer une expérience sensorielle.

  • 43 Voir Chapitre V.

17La manière de rangement peut être justifiée par le contenu des livres. C’est le cas en ce qui concerne les sommes juridiques servant à l’administration du royaume, classées côte à côte d’un règne à l’autre43. Une façon pratique d’avoir sous la main l’ensemble des codes régissant la loi. Dans la bibliothèque les livres côtoient également d’autres objets de même essence. Les somptueux livres d’heures émaillés du cabinet de la reine sont serrés pêle-mêle dans les coffres royaux avec les nombreuses pommes de senteurs et les encensoirs ainsi que la riche collection royale de croix et de crucifix, mais encore les calices sacrés, autant de pieux serre-livres adéquats. Dans son cabinet d’étude avec son oratoire, ses reliquaires et ses livres de prières, en serrant près d’elle crucifix et croix le regard porté vers les hauteurs des vapeurs sacrées d’encens la reine prise la méditation inhalée. La bibliothèque sainte mêle livres et objets pieux pour une pratique sensorielle de la prière et une spiritualité exhalée.

  • 44 1472, [no 3].
  • 45 ADPA, B 3241 (1599) : « À Me Pierre Foucheu, apothicaire à Pau, pour avoir fourni plusieurs encens (...)
  • 46 1569, no 145.

18Le rangement des livres avec les pommes de senteurs relève aussi d’une préoccupation terrestre. Au xve siècle dans son cabinet de Nérac la dame d’Albret Anne d’Armagnac range ses livres avec un « petit sac de senteur de violette »44. Un siècle plus tard, le maître apothicaire du château de Pau parfume directement les « papiers » du cabinet royal montrant que la maîtrise dans l’art de conserver liasses d’archives et livres royaux est séculaire chez les Albret Navarre45. La conservation des livres et autres papiers est affaire de parfum répulsif utilisé contre les rongeurs comme le montrent les pains de sucre inventoriés dans la bibliothèque de Jeanne d’Albret « mangé[s] des ratz en quelques endroictz »46. Les livres d’Anne d’Armagnac ne sont pas en papier mais en parchemin, les ranger avec des fleurs séchées odorantes permet d’en éloigner les insectes et de préserver la peau et le cuir parcheminés dont sont constitués les feuillets des manuscrits de la dame d’Albret mais aussi de prévenir la détérioration des tissus et des textiles des reliures. Quant à la préservation du papier, des encres et des pigments contre la lumière, l’humidité et les trop fortes amplitudes thermiques, les multiples emboîtages de chemises, sacs, boîtiers sur mesure, coffrets et coffres cabinets dans lesquels sont rangés les livres constituent un mode de protection dont l’usage est encore appliqué par la conservation préventive moderne pour les documents patrimoniaux.

19Il est par ailleurs aisé de voir l’utilité à ranger livres et lunettes de la reine à proximité, de même que les documents de la bibliothèque conservés en rouleaux soient inventoriés avec le boîtier au format oblong leur servant d’écrin de protection. Mais qu’en est-il du rangement des livres avec la collection minéralogique ? Il en est ainsi du « coffre en triangle de bois où il y a plusieurs pièces de jaict [jais] », la collection rare de gemmes fossiles de Catherine de Bourbon. Comme Marguerite de Navarre et Jeanne d’Albret avant elle, Catherine de Bourbon collectionne aussi les coquilles et les rochers, des coquillages exotiques et fossilisés, quand les librairies et cabinets d’étude des deux reines présentent le rangement des livres avec les pièces de minerais rares, pierres blanches, rouges et vertes. Dans leur bibliothèque, après avoir déroulé leurs cartes généalogiques, géographiques et maritimes, leurs plans d’architecture et de jardin, de mécanique hydraulique et de batailles chorégraphiques, les coquillages, fossiles, pierres colorées et de jais noir peuvent être utilisés par les princesses comme presse-papiers de manière à maintenir ces grands documents en feuille à plat dans leur format d’origine in-plano et les consulter plus aisément. L’inventaire décrivant la collection de jais de Catherine de Bourbon précise que sur une face ces pierres sont « plagnées et doublées de satin rouge ». Cette mention détaillée peut constituer une indication sur l’utilité à ranger avec la bibliothèque la collection des minerais et coquillages pour faciliter la lecture et l’étude, sans les abîmer, des cartes et des plans conservés avec les livres, sortis de leur boîtier et déroulés. Ces pierres peuvent également servir de poids pour tenir les pages des grands recueils ouverts sur les lutrins.

  • 47 Le grand format in-folio présente la plus grande dimension des formats de reliure (la hauteur du li (...)
  • 48 Des « cordons » sont également inventoriés dans le meuble de bibliothèque et de cabinet de la reine (...)

20Le mobilier de la bibliothèque et les accessoires d’écriture du cabinet d’étude servent autant au rangement des livres qu’à la lecture. Les vieux manuscrits en parchemin « historiés » et les « paquets » de « portraitures », planches d’estampes et plans d’architecture montés en recueils, représentent des livres volumineux, épais et lourds, très difficilement manipulables, équivalents à un livre imprimé de grand format in-folio47. La table de comptoir avec son plateau incliné du meuble de cabinet de Marguerite de Navarre, le pupitre d’étude recouvert de velours dans le cabinet de Catherine de Bourbon, mais aussi les cordons d’écritoire que la cour de Navarre fournit aux écoliers royaux sous le règne de Jeanne d’Albret représentent non seulement un mobilier diversifié de rangement des livres mais également autant de supports et d’aides adaptés à la lecture enchantée et au déchiffrage étudié des imposants manuscrits enluminés d’azur doré et des recueils de planches artistiques gravées et dessinées au cordeau nécessairement ouverts sur un plateau inclinable, soutenus aux plats et au dos de leur reliure par un pupitre molletonné, les feuillets plaqués sous un cordon délié et lesté pouvant aussi servir de marque-page48. Page après page, la princesse pénètre d’autant plus le cœur de ses livres que la texture et la fibre du feuillet tourné frémissent dans le silence des profondeurs de la nuit.

Notes

1 Voir Araceli Guillaume-Alonso, « Des bibliothèques féminines en Espagne (xvie-xviie siècles) : quelques exemples », in Dominique de Courcelles, Carmen Val Julián (dir.), Des femmes et des livres : France et Espagnes, xive-xviie siècle (Actes de la journée d’étude organisée par l’École des chartes et l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Paris, 30 avril 1998), Paris, École des chartes, 1999, pp. 63 et 67.

2 Voir Henry Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le xiiie siècle jusqu’à nos jours, Paris, Maison Quantin, 1890, t. 1, p. 482.

3 Voir Alain Legros, Pierre Mora, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution », in Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Château, livres et manuscrits, ixe-xxie siècle (Actes des 12es Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, 23, 24 et 25 septembre 2005), Pessac, Ausionus, 2006, p. 160.

4 ADPA, B 588 (1613).

5 1569, no 190 et no 191.

6 1561-1562, no 104

7 Bulletin des amis du château de Pau, 1959, no 3, p. 6, lettre de Henri IV à Sully, 18 février 1604 (Catherine de Bourbon meurt le 13 février 1604).

8 Voir Chantal Turbide, « Les livres trouvés dans l’hôtel de la reine après le décès de Catherine de Médicis (1519-1589) », in Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien régime (Actes de colloque, université de Rennes 2, 27-29 juin 2002), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, pp. 34 et 37.

9 Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, p. 7 ; Marguerite de Valois, Correspondance 1569-1614, Éliane Viennot (éd.), Paris, H. Champion, 1998, p. 89 ; Janine Garrisson, Les derniers Valois, Paris, Fayard, 2001, p. 228.

10 Voir Monique Chatenet, « Une demeure royale au milieu du xvie siècle. La distribution des espaces au château de Saint-Germain-en-Laye », Revue de l’Art, 1988, vol. 81, pp. 23-26 et 28.

11 Monique Chatenet, « Le logis de François Ier au Louvre », Revue de l’Art, 1992, vol. 97, p. 72.

12 Voir Edmond Sénemaud, La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, au château de Cognac, en 1496, Paris, A. Claudin, 1861, p. 18.

13 Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « Inventaire du Cabinet de la Royne à Pau en mars 1534 (ancien style) », Bulletin des amis du château de Pau, 1961, no 12, pp. 22 sq. (« Double d’inventoire du Cabinet de la Royne à Pau en mars 1534 »). ADPA, A 4 (1533), « Inventaire des meubles du Chasteau de Pau […] le XXVIe jour de septembre MVcXXXIII », f. III A. Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 98-99, Pau, 13 octobre 1542, « Messieurs des comptes Dallençon, le trésorier des finances de Berry […] en ung coffre estant au cabinet du chasteau dud. Nérac ».

14 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1988, p. 85.

15 ADPA, B 21 (1571).

16 ADPA, B 317 (1610-1611).

17 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 98-99.

18 ADPA, B 2159 (1569) : inventaire des bijoux de la reine dans le trésor de navarrenx ; B 2168 (1570-1572) : transport des coffres royaux à Navarrenx. Jacques de Laprade, Jacques Perot, « La destinée du meuble de Pau sous Henri IV : les pièces envoyées à Fontainebleau en 1602 », in Provinces et pays du Midi au temps d’Henri de Navarre : 1555-1589 (Actes du colloque de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, Bayonne, 1988), Pau, Association Henri IV 1989, 1989, p. 193.

19 ADPA, B 588 (1613).

20 1520 : « Inventaire des coffres où à dedans […] los libres », « Les libres que furent trouvés dedans ung coffre en une chambre basse dudit chasteaul », « Les libres de Madame Anne [Anne d’Albret] », « Plus six coffres qui étaient en la chambre du trésor dudit château, quatre gros coffres où a plusieurs comptes du Roi et deux autres petitz coffres où a plusieurs autres escriptures plus l’hommage fait par le défunt Roi de Navarre [Jean d’Albret] au Roi Louis [Louis XII] pour les comtés de Foix et Bigorre ». Voir ADPA, E 551 (1504) ; Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François Phébus, 1483 ; Madeleine de France, 1493 ; Catherine de Foix, 1504 ; Jean d’Albret, 1516 ; Anne d’Albret, 1532), texte béarnais avec introduction et notes, Toulouse, E. Privat, 1940, pp. 75-77.

21 ADPA, E 74 (1470-1472) ; E 13 (1492).

22 1533, no 235 : « Ung livre de papie contenant recepte et mise d’argent faicte par Françoise Amenard dite Chause demoiselle de feue madame Anne [Anne d’Albret] ». Le testament d’Anne d’Albret (1532) mentionne ladite Françoise Aménard (Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), op. cit., p. 111). 1533, no 163 : « […] les comptes de l’administration du faict de mesdames soeurs du roy ».

23 Les livres d’Anne d’Albret occupent les items no 146-no 151 de l’inventaire de 1533, no 164 : « […] quelques papiers », no 165 : « plusieurs lettres missives de feue Madame Anne [Anne d’Albret] », no 225 : « Ung coffret où a plusieurs lettres et papiers et certaines targes de Béarn bieilles et autres de même jusques à XIII pièces », no 234 : « Ung sac de toile blanche où a plusieurs lettres missives ».

24 Voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard, Guy Poirier (dir.), Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres (Actes de colloque, fondation Singer-Polignac, Paris, juillet 2003), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, p. 282.

25 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), op. cit., p. 67 (1504).

26 Henry Havard, op. cit., p. 491.

27 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93.

28 1561-1562, no 104 : « la royne a pris les deux pour les mettre dans l’autre cabinet ».

29 Bulletin des amis du château de Pau, 1959, no 3, p. 6, lettre de Henri IV à Sully, 18 février 1604 (Henri IV ordonne l’inventaire du « cabinet » de la « maison » de sa sœur à Paris).

30 Léon Soulice, Notice historique sur la bibliothèque de la ville de Pau, Pau, Impr. Véronèse, 1886, p. X.

31 Antoine Le Roux de Lincy, Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1507 et 1523, Paris, Impr. de Crapelet, 1850, p. 27.

32 Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », in André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 1, Les bibliothèques médiévales, du vie siècle à 1530, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1989, pp. 216 et 220.

33 Voir Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, Paris, Éd. de l’Amateur, 1993, p. 14.

34 Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël (Actes du colloque de Nancy, 6-8 octobre 1999), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001, p. 169 ; Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Étienne Vaucheret (éd.), Paris, Gallimard, 1991 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 58.

35 Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, pp. 53-54.

36 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 520, septembre 1531, Fontainebleau, à Montmorency : « A mon nepveu, Monsieur le Grant Maistre ».

37 1548-1555, no 28.

38 1569, no 247.

39 1548-1555, no 9 : « Quarante livres petis ou grandz » ; 1569, no 244 : « Plus quarante sept libres tant grandz que petitz » ; 1548-1555, no 10 : « Dix livres […] dont en y a deux grandz et deux autres plus petis », no 19 : « Six [livres] dont le plus grand d’iceulx est garny de corroyes de cuyr ». Voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, op. cit., p. 275.

40 Voir Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), pp. 100 sq.

41 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 96.

42 Voir Chantal Turbide, op. cit., p. 37.

43 Voir Chapitre V.

44 1472, [no 3].

45 ADPA, B 3241 (1599) : « À Me Pierre Foucheu, apothicaire à Pau, pour avoir fourni plusieurs encens pour parfumer la chambre ordinaire et principalement le trésor du Roy aux fins de conserver les papiers qui sont dans le Trésor, la somme de dix sous. Fait à Pau le 10 aout 1599 ».

46 1569, no 145.

47 Le grand format in-folio présente la plus grande dimension des formats de reliure (la hauteur du livre est supérieure à 40 cm) avec ses cahiers composés de la feuille pliée en deux (folio) du très grand format in-plano.

48 Des « cordons » sont également inventoriés dans le meuble de bibliothèque et de cabinet de la reine d’Aragon Germaine de Foix dont Marguerite de Navarre et Henri d’Albret recueillent la succession (ADPA, E 571, 1541). Le comptoir, le pupitre et le cordon du xvie siècle représentent le lutrin (ou appui-livre) inclinable, le « berceau » (une housse ou un coussin modulables) et le « serpentin » (une bande de tissu lestée) modernes servant traditionnellement encore aujourd’hui à la consultation des incunables, des manuscrits rares et précieux et des documents volumineux montés en recueils dans les salles de lecture spécialisées de la Bibliothèque nationale de France.

Table des illustrations

Titre Plan schématisé de la bibliothèque du château de Nérac au xvie siècle
Crédits Source : Damien Plantey, 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Plan schématisé de la bibliothèque du château de Pau au xvie siècle
Crédits Source : Damien Plantey, 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search