Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 2. La bibliothèque au pouvoir : les livres « en sa puissance »

Chapitre VI. Geste souveraine et harmonie universelle : bibliothèque et manifestation du pouvoir royal

Texte intégral

Puissance allégorique et bibliothèque en majesté : le cabinet et le pouvoir d’étonner

Les Sept Psaumes rythmés, guitares d’Espagne et jeux de flûtes d’Allemagne

  • 1 1569, no 169.
  • 2 ADPA, B 2398 (1579) : « Quittance de Jean Saugrain, libraire à Pau, pour […] les Sept Psaumes rythm (...)

1En 1520, un orgue est inventorié dans la chapelle royale de Pau où les missels enluminés et le « bréviaire à l’ordre de Rome noté et illuminé » montrent que les partitions et les livrets notés de musique d’église et de chant sacré servent à l’orchestration liturgique de la cour d’Anne d’Albret dans la tradition catholique. La princesse compte un organiste dans sa maison, Mathieu Carbonnel, qui demeure au service de la cour de Navarre jusqu’au règne de Jeanne d’Albret. Rangé dans sa bibliothèque privée, la reine possède un exemplaire des Cinquante Psaumes traduits en français par Clément Marot1. Jeanne d’Albret commande de plus au ministre protestant Arnaud de Salette la traduction en béarnais des Psaumes mis en musique par Goudimel. Catherine de Bourbon acquiert elle Les Sept Psaumes rythmés, « format in-16, dorés sur tranche », et durant sa régence la princesse fournit plusieurs dizaines d’exemplaires des Psaumes aux pages de la cour2. Autant de livres de chant et d’albums de musique sacrés utilisés en tant qu’instruments de pouvoir et à des fins d’acculturation religieuse des sujets et des futurs serviteurs de la cour royale. Dans sa bibliothèque musicale, la princesse de Navarre au xvie siècle joue une partition politique pour l’unité sacrée du royaume.

  • 3 1569, no 231 : « Deux guiterres d’Espagne faictes de merqueterye dans ung estuy de sapin », no 232  (...)
  • 4 1598, no 77 : « […] une petite violle sans cordes et un peu rompue » ; Danièle Thomas (éd.), « Inve (...)

2Des guitares d’Espagne « faictes de merqueterye dans ung estuy de sapin », des jeux de flûtes à neuf trous et deux grandes flûtes d’Allemagne (des flûtes traversières) ainsi qu’un grand violon sont conservés dans la bibliothèque et le cabinet d’étude de Jeanne d’Albret3. Catherine de Bourbon range quant à elle « une petite violle », un luth et un violon avec les livres et dans son cabinet4. Les musiciens de la cour pratiquent leur art dans la bibliothèque royale servant ainsi de cabinet de musique. Catherine de Bourbon est elle-même musicienne, la princesse joue du luth et de l’épinette (un clavecin).

Épinette pentagonale par Jean Antoine Baffo, 1570.

Épinette pentagonale par Jean Antoine Baffo, 1570.

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Gérard Blot

  • 5 ADPA, B 21 (1571) : « À Simon Duval valet de chambre de Madame pour quatre douzaines de bottes de c (...)
  • 6 ADPA, B 21 (1571) : « À Gilles Pepiot mercier de la Royne pour deux aunes de Chatellerault pour fai (...)
  • 7 ADPA, B 3821 (1565) ; Vie de Jacques Esprinchard, Rochelais. Journal de ses voyages au xvie siècle, (...)

3Jeanne d’Albret veille à la pratique musicale assidue de sa fille en pensionnant un valet de chambre musicien au service personnel et chargé de l’entretien du luth de la princesse5. La reine fait de plus fabriquer par son mercier et son tapissier une « toile cirée » et des sangles pour couvrir et « porter l’épinette de Madame »6. Aux beaux jours, l’épinette est ainsi transportée dans le Castet Béziat (Château d’Amour) édifié par Jeanne d’Albret dans le « jardin de plaisance » du parc du château de Pau, un cabinet agreste que Catherine de Bourbon fait décorer par son peintre sous sa régence. Conçu comme un havre de paix, ce cabinet champêtre au centre du royaume de verdure de la reine se prête particulièrement aux accords mélodieux et à l’harmonie tant le lieu intègre l’équilibre parfait du cycle des quatre éléments de la nature auquel Jeanne d’Albret associe ses enfants : l’eau du gave (la rivière) de Pau s’écoule à proximité et le jardin du Castet est pourvu d’une fontaine ; la « dorure » appliquée à la « plomberie » (le toit) du châtelet reflète le feu du soleil qui baigne aussi le jardin et transforme en terrasses dorées les parterres et les allées plantées de cyprès et de lauriers ; enfin le fronton du portique d’entrée du jardin est surmonté du tournoiement à tous les vents de deux girouettes aériennes aux noms de « Henry » et « Catherine »7.

  • 8 ADPA, B 21 (1571).
  • 9 Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Marchal (...)
  • 10 Philippe Lauzyn, Itinéraire raisonné de Marguerite de Valois en Gascogne d’après ses livres de comp (...)

4Les comptes de Jeanne d’Albret mentionnent encore : « à des violons qui avoient joué devant la Royne et Madame étant à Nérac quarante et une livres seize sols tournois »8. Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon partagent la passion de la musique savamment orchestrée. L’harmonie règne sur la bibliothèque des princesses dont le credo résonne en écho de cabinet en château. De même, la bibliothèque de Catherine de Médicis contient des livres de musique d’église et de cour et Brantôme rapporte que la reine écoute la musique dans ses appartements privés « donnant souvant plaisir à sa Court dans sa Chambre » appelée « cabinet » par Marguerite de Valois9. À Nérac et à Pau, la reine de Navarre compte quant à elle dans sa maison douze musiciens, dont six « viollons » et un chantre de la chambre, des musiciens logés au-dessus de son cabinet et de sa librairie dans son palais parisien10.

  • 11 Abel Lefranc, Jacques Boulenger (éd.), Comptes de Louise de Savoie (1515, 1522) et de Marguerite d’ (...)
  • 12 1472, [no 29] ; 1481, no 136 et no 159 ; 1520, no 142 ; 1533, no 80.
  • 13 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, pp. 42-43 : (1556) « le tambourin de la Reine », Fleuran (...)
  • 14 Voir Mathieu Desachy, « Cantuciers, livres de musique et autres ordilhe », Revue du Rouergue, 2000, (...)
  • 15 Jean Yssandon, Traité de la musique pratique, in Olivier Trachier (éd.), Renaissance française : tr (...)
  • 16 1520, no 92 : « […] a este baillé par Madame [Anne d’Albret] à son confesseur », no 106 : « […] à B (...)

5Jeanne d’Albret est elle aussi initiée à la musique par sa mère. Les comptes de Marguerite de Navarre répertorient un dénommé Ponce Jacob, « tambourin de la princesse [Jeanne d’Albret] »11. La bibliothèque royale de Pau contient « un livre en parchemin parlant d’amour et de chansons », Le livre de chanczons et « Ung autre livre en parchemin […] qui aussi commence Bonne chanson »12. Avec son organiste Mathieu Carbonnel, Jeanne d’Albret compte force musiciens dans sa propre maison royale13. Dans la capitale de son comté de Rodez et d’Armagnac, la cour épiscopale patronne aussi la musique. Élevé par Marguerite de Navarre qui le considère comme un « fils » et obtient pour lui la pourpre cardinalice (il est parent du comte d'Armagnac Charles d’Alençon, le premier époux de la reine), l’évêque de Rodez Georges d’Armagnac est en effet grand amateur de musique et il rassemble une riche bibliothèque musicale14. Un des musiciens du prélat, Jean Yssandon, natif du comté de Foix, lui dédicace son Traité de la musique pratique15. Le serviteur est-il un parent du médecin de Jeanne d’Albret (qui est comtesse de Foix), un certain maître Yssandon ? De fait, les maisonnées, les clientèles et les courtisans s’entremêlent, s’échangent et se transmettent. Il en va de même des livres et des objets du cabinet princier. Anne d’Albret offre ainsi des livres de musique sacrée et des objets liturgiques aux membres de sa Chapelle et son organiste Mathieu Carbonnel sert, après la cour royale de la princesse, celle de son frère Henri d’Albret et de Marguerite de Navarre puis celle de Jeanne d’Albret16. Anne d’Albret compte en outre à son service des joueurs de « rebec » et de tambourin. La bibliothèque privée de la princesse contient également les instruments littéraires de la mise en scène de la cour de Navarre.

« A Dieu, Monsieur, je m’an vois dancer » : des accessoires de cabinet essentiels

  • 17 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 18 Ibid., Lettre no 926, 12 janvier 1543, Nérac.
  • 19 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 122, Berry, 1543.
  • 20 1598, no 88.
  • 21 Voir Marie-Claude Tucker, Maîtres et étudiants écossais à la faculté de droit de l’université de Bo (...)

6Le 29 décembre 1542 depuis Nérac, Marguerite de Navarre écrit à son obligé à la cour de France : « on s’amuse ici, on attend Mademoiselle de Caumont et la sénéchale de Caux pour les Rois »17. Quelques jours après, le 12 janvier 1543 la reine écrit encore depuis Nérac : « Nous passons le temps ici à faire mommeries et farces »18. Cette année-là, les comptes de Marguerite de Navarre mentionnent un remboursement de « cens escus a la baillive de Caen pour don faict par madame la princesse [Jeanne d’Albret] aux journées de la Passion à Bourge et aux joueurs de la passion, pour l’eschafault » (la dame en question est la gouvernante de Jeanne d’Albret)19. La visite des trois Rois Mages avec leurs cadeaux est une des sources dans laquelle les poètes puisent pour écrire les mystères, ces représentations théâtrales sur la vie de Jésus encore en vogue dans la première moitié du xvie siècle comme la bibliothèque du château de Nérac en témoigne avec « Le second, troysième, sisiesme, septiesme, huitième et neuviesme volumes des Actes des apostres, en six livres de mesme volume, estant en parchemin couvertz de cuyr noir doré »20. Un « Triomphant Mystère des Actes des Apostres » est ainsi organisé à Bourges (la capitale du duché de Marguerite de Navarre) en douze représentations données du 30 avril au 14 juin 1536 dans la fosse des Arènes (les ruines de l’ancien amphithéâtre gallo-romain)21.

  • 22 1533, no 148 et no 240.
  • 23 1535, no 181 et no 353.
  • 24 Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549) : étude bio (...)
  • 25 Ibid.

7La bibliothèque privée d’Anne d’Albret contient par ailleurs « Ung livre de facecies en lengaige italien » (les Facéties du Pogge), et rangées avec les livres « quatre chemises de toille de Navarre à faire mhommeries »22. Dans son cabinet, Marguerite de Navarre collectionne quant à elle des figurines d’orfèvrerie représentant « un homme d’or en masque » ou encore « une femme d’or qui joue des flutes »23. Selon Florimond de Remond, la reine a à son service une troupe de comédiens, les meilleurs « qui fussent lors en Italie », et dans ses pièces « tousjours quelque pauvre moyne avoit part à la comédie et à la farce »24. Brantôme relate lui-même comment Marguerite de Navarre « composoit souvent des comédies et des moralitez […] et des pastoralles qu’elle faisoit jouer et représenter par les filles de sa cour »25. Les librairies et cabinets d’Anne d’Albret et de Marguerite de Navarre reflètent non seulement la vogue scénique dont la cour de Navarre est éprise mais également l’activité de création littéraire de la reine.

  • 26 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de N (...)
  • 27 ADPA, B 2500 (1581) ; B 2592 (1582).

8Marguerite de Navarre compose sa Comédie de Mont-de-Marsan jouée pour la première fois dans la cité gasconne des Albret le jour de Mardi gras 1548. La villégiature de Gascogne est prisée de mère en fille par les princesses de Navarre tout au long du xvie siècle. Au cœur de la Chalosse entre Mont-de-Marsan et Orthez, une des capitales ancestrales de la vicomté de Béarn où Jeanne d’Albret entretient un hôtel particulier doté d’un jardin d’agrément, Catherine de Bourbon aime séjourner à Hagetmau dans le château natal de la maîtresse de Henri de Navarre, la comtesse de Guiche Diane d’Andouins (dite Corisandre), fille du sénéchal de Béarn. Madame y écrit à son frère une lettre qui est ici une indication de plus concernant le goût des princesses pour la plaisance gasconne : « Nous pasons ycy fort bien le tens. Nous ne fesons que dancer et nous promener en de beaux promenoirs, et la musique, la Contesce […]. A Dieu, Monsieur, je m’an vois dancer, j’oy le violon qui sonne et La Boulée et les filles quy dancent »26. Outre la comtesse de Guiche et les suivantes de Catherine de Bourbon, la joyeuse troupe comprend le baron de La Boulaye, chambellan de Henri de Navarre. La cour de Navarre entretient alors aussi un maître de danse des pages, Étienne Prévost27.

  • 28 ADPA, A 4 (1593) : « Memoyre des meubles que Madame a prins dont fault descharger le concierge », n(...)

9C’est en effet en grande compagnie que Catherine de Bourbon passe fort bien le temps de sa régence en Béarn avec la comtesse de Guiche, notamment également dans la citadelle royale de Navarrenx comme le montre le « Memoyre des meubles que Madame a prins [pris] » établi en 1593 (c’est-à-dire durant l’année suivant le départ de la princesse pour la cour de France) répertoriant les accessoires scéniques et les costumes conservés dans le cabinet royal et « baillés aux dernières comédies qui ce sont jouées » à la cour de Navarre, dont « dix huict masques d’hommes et femmes qui par commandement de Madame furent baillés à madame la contesse de Guichen à Navareinx »28. Puisant une dernière fois dans son cabinet de Navarre, Catherine de Bourbon commande à l’épilogue de la distribution des rôles dans la mise en scène de son pouvoir comme aux temps révolus de sa régence quand, repliée en sécurité avec son cabinet au cœur du royaume de son enfance dans la forteresse béarnaise, Madame la sœur du roi et la maîtresse royale tombent les masques en donnant à voir une ultime manifestation de cour en grande compagnie et force majesté.

  • 29 1593, no 11 : « Plus cinq masques qui ont esté perdus ayant esté baillés par commandement de Madame (...)
  • 30 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », p. 107.

10De fait, au total trente-huit masques « ou faux visages representant plusieurs personnages et de diverses couleurs » sont inventoriés dans le cabinet et la bibliothèque de Navarre avec aussi « deux quarcois de cuir rouge parsemés de petittes roses de cuir blanc, sans aucunes flèches » et « trois arcs de corne en façon de Turquie, un rouge et les autres noir sans cordes »29. Autant d’accessoires de scène ayant servi aux dames et aux pages représentés en nombre pour les comédies jouées devant Madame et sa cour. Il en va de même du « grand poignard garny d’or avec son cordon et une perle » rangé dans le cabinet de Pau30. La bibliothèque et le cabinet de Catherine de Bourbon sont les conservatoires des divertissements de la cour de Madame et de la manifestation allégorique du pouvoir royal de la princesse régente de Navarre. Il est intéressant de noter ici qu’un des sens du mot latin cavea qui a donné le mot « cabinet » est la partie du théâtre réservée aux spectateurs.

  • 31 ADPA, B 2963 (1591) : « Madame la princesse Régente / Madame / Tres humblement vous remontre Blaise (...)
  • 32 1598, no 106 : « Autre livre intitulé la Sophonisba del Tribissino en italien » ; 1606, no 96 : « L (...)
  • 33 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 178 (1576) ; ADPA, B 2378 (1578) : « payement de Paul (...)
  • 34 Voir Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon, 1559-1604 : influence politique, religieuse et (...)

11En 1591, « pour [une] comedie qui sest joée devant madame », outre des accessoires scéniques et autres « fauces barbes », Catherine de Bourbon commande ainsi à son peintre « ung plan de bataille » servant le décor et l’ordonnancement chorégraphique du ballet dont l’écriture est par ailleurs confiée à un courtisan et son secrétaire31. Madame s’entoure d’une cour lettrée pour mieux mettre en scène la manifestation de son pouvoir. L’époque n’est plus pour la princesse régente et lieutenant général du royaume à gouverner aux réparations des places fortes du royaume. Catherine de Bourbon s’entoure de jeunes pages danseurs, futurs serviteurs de sa cour, pour mieux déployer sa puissance à travers la représentation scénique littéraire et allégorique. De fait, la bibliothèque royale de Nérac contient le « livre intitulé la Sophonisba del Tribissino en italien », c’est-à-dire la pièce La Sofonisba écrite au début du xvie siècle par l’Italien Trissino, une tragédie puisant aux batailles de l’Antiquité32. De plus, si au début de la régence de Catherine de Bourbon la Chambre des comptes de Pau mentionne le versement de « quatre-vingt-treize livres et quinze sols tournois à un marchant de Lectoure pour marchandises pour faire quelques mascarades pour aller en masque », et si une troupe de comédiens italiens suit le roi et la cour de Navarre, en 1593 l’inventaire du cabinet de Madame à Pau répertorie les masques et les costumes des « mascarades » organisées à la cour de la princesse mais aussi les accessoires scéniques ayant servi à la Comédie de Diane, dernière représentation jouée le 15 août 1592 devant Catherine de Bourbon et la cour de la régente avant son départ définitif pour la cour de France33. Pour Madame, son cabinet de Navarre représente le destin qui se joue et qui dirige la mise en scène de ce 15 août 1592. À Nancy, les thèmes des ballets représentés par Catherine de Bourbon devant la cour de Lorraine ont également « une portée politique sous-jacente » et sont toujours empruntés à la mythologie antique34.

  • 35 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 144, Berry, janvier 1544 : « Le pr (...)

12Dans une épître, Marguerite de Navarre, qui fait quant à elle broder une tapisserie de Diane, se compare à Penthésilée la reine des Amazones dont une comédie au titre éponyme est jouée devant la cour de la reine à Alençon. Mise en scène par Clément Marot, Marguerite de Navarre y est figurée en reine guerrière de la mythologie antique prête à arquer ses flèches pour la défense du débat spirituel et des idées nouvelles35. Par ailleurs, avec l’art de la chasse un autre attribut de Diane est la lune, la déesse éclairant alternativement le monde avec son frère dieu du soleil Apollon. Or, Marguerite de Navarre de même que Catherine de Bourbon secondent leur frère respectif François Ier et Henri IV dans le gouvernement du monde. Il est à noter qu’il en va de même pour Anne d’Albret auprès de Henri d’Albret. Quant à Jeanne d’Albret, dans une lettre adressée à son fils la reine se compare à Grisélidis, patiente et vertueuse héroïne de Boccace et de Pétrarque. Autant d’héroïnes mythologiques et littéraires de combat et à la dimension légendaire dont les princesses de Navarre au xvie siècle se réclament dans leurs épîtres, possèdent les livrets chorégraphiques des ballets et comédies qu’elles font jouer devant leur cour et font figurer sur le décor de leur meuble de cabinet au sein duquel sont de surcroît conservées les livrées scéniques servant à la représentation desdites comédies.

  • 36 Voir Pierre Tucoo-Chala, op. cit., pp. 221-222.
  • 37 Alain Cullière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueterie” », (...)
  • 38 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 7 (fonta (...)
  • 39 Jean de Sponde, Méditations sur les Pseaumes, Sabine Lardon (éd.), Paris, H. Champion, 1996, p. 32.
  • 40 Voir Philippe Desan (dir.), Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, H. Champion, 2007, p. 133.

13Les comédies et ballets de Catherine de Bourbon utilisent des accessoires techniques très novateurs tels des estrades roulantes et des feux artificiels36. Des innovations techniques mises en scène pour susciter l’admiration tout en diffusant le discours politique de la princesse. Lors du ballet organisé le Mardi gras de 1602, Catherine de Bourbon sort ainsi d’un « jardin artificiel » garni d’une fontaine à jets d’eau37. Ces innovations constituent l’application d’une riche production de littérature technique à la cour de Lorraine depuis la fin du xvie siècle à travers les « livres de machines ». Dans sa bibliothèque Marguerite de Valois possède de ces ouvrages sur les « machines d’instruments mathématiques et mécaniques ». En Navarre sous sa régence, la cour de Catherine de Bourbon compte un architecte chargé de construire une fontaine dans le jardin de Nérac et la Chambre des comptes de Pau répertorie un paiement au peintre de la princesse, Blaise Lebé, pour peindre le plan du moulin d’Asson38. Catherine de Bourbon est curieuse de la mécanique hydraulique et la princesse pensionne à sa cour les activités et la littérature techniques de cabinet tant la maitrise de l’eau manifeste sa puissance et constitue un symbole de pouvoir. Le maître des requêtes de Henri de Navarre, le poète Jean de Sponde, se livre lui-même à des travaux d’ingénieur, et dans les lettres de privilège signées le 18 janvier 1585 par le roi, le courtisan se vante d’avoir perfectionné le levier39. Un autre courtisan du roi de Navarre, Michel de Montaigne, admire quant à lui les ingénieux mécanismes hydrauliques et autres jets d’eau et fontaines de la villa que fait construire à Tivoli près de Rome le cardinal Hippolyte d’Este, un proche en son temps de Marguerite de Navarre à la cour de France40. Autant de courtisans lettrés qui placent la recherche scientifique et technique au cœur de la cour de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon. La curiosité admirative de Montaigne montre également que les applications issues du cabinet d’étude royal sont source de fascination pour les courtisans. Le cabinet permet à Madame de faire jaillir l’imprévu. La bibliothèque donne à Catherine de Bourbon le pouvoir de créer, le pouvoir d’étonner. Le cabinet d’étude constitue un levier de commande dans l’exercice du pouvoir par la princesse régente. De même que les marges relient les pages du livre, les accessoires du cabinet, notamment techniques et scéniques, constituent des instruments de gouvernement essentiels pour Catherine de Bourbon qui s’appuie sur le pivot que représente dès lors la bibliothèque royale pour s’attacher l’admiration de la cour.

  • 41 1533, no 81 : « Un livre en parchemin […] contenant aucunes balades et histoires […] de l’escuyer d (...)

14La langue des textes représentés et mis en musique lors des comédies-ballets de cour a également son importance. La bibliothèque royale montre en effet les influences linguistiques et les prérogatives territoriales du gouvernement de Navarre. La bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle chante ainsi une des composantes territoriales du royaume à travers la langue catalane des contrées enclavées dans le Roussillon et l’Aragon pyrénéens. Les volumes de la bibliothèque de Marguerite de Navarre et Henri d’Albret à Pau en « langage catalan » et relatifs à l’Aragon représentent des « balades et histoires » ainsi qu’un livre « mal relyé » et un « livre estroit et long tout deslyé » ou encore « tout déssiré [déchiré] ». Soit des livres de chansons de geste sur les exploits d’écuyers et la chevauchée épique ainsi qu’un livret de musique (le format oblong – « estroit et long » – est caractéristique des albums de musique) manifestement très prisés puisque force manipulations et transbahutages ont délié les cahiers et déchiré les dos, les coiffes et les plats des ouvrages41. La bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle reflète en effet les jeux de rôle et la ronde des courtisans que relatent les romans de chevalerie et que représente l’art du tournoi sur la scène de la cour.

Joutes enluminées, planches d’estampe reliées et coups d’éclat émaillés

  • 42 1533, no 245. Thomas de Foix, seigneur de Lescun, dit le maréchal de Foix, est un cousin de Catheri (...)
  • 43 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibl (...)
  • 44 Pierre Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, Paris, s.n., 1609, p. 32. Gaston V de Foix-Bé (...)

15Dans son cabinet particulier, Anne d’Albret conserve un bout de lance. C’est dans « ung coffre couvert de satin bert [vert] housse de cuyr doré par dedans faict à lyetes [layettes] où a le boult de la lance que le Roy [Henri d’Albret] rompit contre Monsieur de Lescun » que la princesse garde le souvenir du tournoi de chevalerie ayant fait s’affronter son frère et leur cousin42. Le roi n’ayant alors pas encore pris dame, Henri d’Albret honore les couleurs de sa sœur aînée Anne d’Albret. La princesse conserve ainsi précieusement le témoignage de la joute royale. À chaque princesse ses joutes de pouvoir, ses trophées de cabinet et ses symboles de puissance. Anne d’Albret conçoit son cabinet comme la loge de la dame d’un roi chevalier d’où la princesse préside aux couleurs et reçoit les honneurs de la joute royale devant la cour rassemblée. Dans son cabinet de travail, Catherine de Médicis garde elle à portée de main le livre de La consolation sur la mort du roi Henri relatant le décès de Henri II suite à une blessure reçue lors d’un tournoi de chevalerie (la lance de son concurrent se rompt en transperçant un œil du roi)43. Le grand-père maternel d’Anne d’Albret, le comte Gaston de Foix-Béarn, est lui-même « tué d’un éclat de lance au Tournoy qui se fit à Libourne pour honorer l’entrée de Charles duc de Guyenne frère du Roy Louis XI et beau-frère dudit Gaston »44. Quant au grand-père paternel d’Anne d’Albret, le sire Alain d’Albret, il reçoit du roi de France Charles VIII le titre de chevalier de l’ordre de Saint-Michel comme le montrent les fenêtres de l’aile orientale que le seigneur fait édifier dans le château de Nérac ornées de ses armoiries qu’entoure le collier du célèbre ordre de chevalerie avec la figure de l’archange brandissant son épée flamboyante et foulant aux pieds un dragon. Le cabinet d’Anne d’Albret montre une princesse à la tête d’une cour aux traditions chevaleresques ancestrales.

  • 45 1533, no 147. Huit livres sont traduits par Herberay des Essarts et paraissent à Paris entre 1540 e (...)
  • 46 1472, [no 27] : « Un livre en parchemin nommé Ponthus », [no 26] : « Un grand livre nommé Tristan e (...)

16La grand-mère de la princesse, la dame d’Albret Françoise de Blois-Bretagne, conserve quant à elle un Agnus Dei en argent émaillé, la célèbre pièce de monnaie des Croisés. La bibliothèque de la dame, de même que celle de la dame d’Albret Anne d’Armagnac, contient les manuscrits en parchemin des vieux romans de chevalerie médiévaux, notamment Perceval le Galois et Giron le Courtois ou encore Brutus et Méliadus. Anne d’Albret possède elle un exemplaire en castillan du « livre de Amadis de Gaule », un cycle littéraire d’aventures écrit à la fin du xve siècle par un Espagnol (Garcia de Montalvo) d’après un roman datant du début du xive siècle et puisant à Lancelot du Lac45. La bibliothèque transmise par la mère de la princesse, la reine Catherine de Foix-Béarn, contient de même les volumes de Tristan et Lancelot ainsi que le Petit Artus de Bretagne, La bataille de Roncevaux et Le Saint Graal. Ces romans de chevalerie sont inventoriés tout au long du siècle dans la bibliothèque de Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret, Catherine de Bourbon et Marguerite de Valois46.

  • 47 1535, no 224, no 263, no 228.

17Dans son cabinet, Marguerite de Navarre conserve en outre des figurines d’orfèvrerie rappelant l’idéal chevaleresque et courtois. « Une damoyselle sur une hacquannée blanche, le tout d’or », « quatre rondz d’esmailz enchassez en or où il y a le Roy de Navarre et troys doux de Borgougne » et « ung esmail enchassé en argent doré où a une bataille, en blanc et noir » (les couleurs de Henri d’Albret) montrent une cour de Navarre où la reine évolue aux côtés d’un roi chevalier entouré de damoiseaux47. Au xvie siècle, la bibliothèque des princesses de Navarre reflète l’idéal courtois où la dame constitue le cœur battant d’une cour galante aux côtés du roi chevalier qui apparaît cheminant de tournois en exploits à travers le monde.

  • 48 1569, no 245.
  • 49 ADPA, B 20 (1571) : « Dépense de la maison de Jeanne d’Albret » (« A Henry de Vous, orfèvre et vale (...)
  • 50 Voir Barbara Brejon de Lavergnée (dir.), Dessins français du xviie siècle (exposition), Paris, Bibl (...)

18La vicomté de Limoges apportée aux Albret par Françoise de Blois-Bretagne avec ses célèbres artisans émailleurs donne également tout son éclat et un lustre particulier à la représentation du prince et de la princesse. Chez les Albret Navarre, seigneuries ancestrales et collections royales s’allient pour faire rayonner la dynastie et faire apparaître le roi et la reine en majesté à travers les portraits et les reliures en émail peint. Aux côtés de l’émailleur de Limoges Léonard Limosin, qui entre au service du roi de France, Marguerite de Navarre pensionne dans sa maison le portraitiste Polet Clouet, le frère du peintre officiel de François Ier Jean Clouet. Il en résulte l’héritage par Jeanne d’Albret de « cinq grandz libres de portraitures d’estampe » (des recueils de portraits gravés) inventoriés dans la bibliothèque royale de Nérac48. L’art du portrait et la collection des portraits gravés constituent une prérogative princière en vogue au xvie siècle. En cela, la bibliothèque de la reine de Navarre sert le dessein dynastique et participe autant de la représentation royale que de la manifestation du pouvoir. La dépense de Jeanne d’Albret montre aussi qu’il s’agit pour la reine d’un goût personnel49. De même, dans sa jeunesse le petit-fils de Jeanne d’Albret, Louis XIII, goûte l’art du portrait et le roi pratique lui-même le dessin en tant que portraitiste50.

  • 51 1535, no 251 ; 1561-1562, no 264.
  • 52 Or : 1535, no 234 : « Ung libre […] d’or », no 253 : « Une heures couvertes d’or esmaillés de basse (...)
  • 53 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », pp. 102, 104, 118-120.

19Aux célèbres portraits en émail peint des rois et reines de Navarre encore conservés s’ajoute l’éclat des reliures émaillées des livres du cabinet de la reine à Pau. Si la collection des Médicis à Florence se distingue par l’art de la pierre dure, l’art de l’émail peint constitue la caractéristique originale de la collection de Navarre au xvie siècle (de même qu’au siècle suivant la technique de la laque représente le luxe et le raffinement des collections princières). Il s’agit d’une collection rassemblée par Marguerite de Navarre et composée d’une vingtaine de petits ouvrages, en majorité des livres d’heures, que la reine transmet à Jeanne d’Albret comme le montrent les inventaires établis en 1535 et 1561-1562. Marguerite de Navarre possède ainsi dans son cabinet « Unes eures [heures] d’or esmaillé de noir faictes à faiçon de S » que l’inventaire de la bibliothèque sacrée de Jeanne d’Albret décrit comme suit : « Unes Heures faictes en fome de S, couvertes d’or, esmaillées de noir et quatre parres de fermettes esmaillées de noir de chacun costé »51. Les reines se transmettent aussi des heures émaillées couvertes d’or et d’argent doré ou encore « de cornaline, enrichy de rubis et turquoyses, le fermet d’ung grand ruby et le dedans deux esmaulx »52. Cette luxueuse collection est en partie issue de l’héritage de Catherine de Foix-Béarn (d’après les inventaires du cabinet oratoire de la reine et de la chapelle royale de Pau établis respectivement en 1504 et 1520). Trois inventaires complets issus du « Cabinet de la Reyne » (1535), de la chapelle royale de Pau (1561-1562) et du cabinet royal de Navarre (1601-1602) désignent ces livres précieux figurant parmi les rares livres de la bibliothèque royale de Navarre transportés du Béarn à Fontainebleau au début du xviie siècle et inventoriés dans l’ancien cabinet de la reine Marguerite de Valois à Pau, soit une douzaine d’Heures, des « petits livres » « d’or » et « d’argent doré » « taillé[s] et esmaillé[s] de tous costés […] en champ d’esmail »53.

  • 54 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François P (...)
  • 55 1561-1562, no 113 : « Une paire d’Heures […]. [en marge] La Royne les a prises ».
  • 56 1520, no 104 : « Plus ung grant missel de parchemin […] : Madame l’a baillé au chanoine Marteincx » (...)

20Ces livres de prières constituent une somptueuse singularité de la bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle. Les livres émaillés de la reine représentent un appui dans l’exercice du pouvoir. Catherine de Foix-Béarn les couche sur son testament avec ses reliques saintes en faveur de son héritier universel54. Jeanne d’Albret en prélève personnellement certains exemplaires : « La Royne les a prises »55. Quant à Anne d’Albret, la princesse en offre aux membres de la clientèle ecclésiastique au service de son administration du royaume56. La collection de livres d’heures que se transmettent les princesses constitue le cœur de la bibliothèque royale sacrée de Navarre au xvie siècle. Le cabinet d’heures de la reine est au centre du pouvoir royal. La bibliothèque sacrée montre des princesses de Navarre en quête d’absolu et se projetant au centre des secrets de la Création et de l’univers. En cela, les livres deviennent les instruments de l’appropriation symbolique du monde.

La bibliothèque et les confins : aller là où les cartes s’arrêtent
(la bibliothèque et l’appropriation symbolique du monde)

« ung pannyer des terres neufves », « trente troys pièces de corailh », rochers et « coquilles »

  • 57 1535, no 26, no 232 ; 1569, no 195 : « […] une roche de coral blanc et rouge dans une liette [layet (...)
  • 58 Voir Isabelle de Conihout, « Cabinet de curiosités », in Pascal Fouché, Daniel Péchoin, Philippe Sc (...)

21Dans leurs bibliothèques et cabinets respectifs, Marguerite de Navarre possède un « rochier naturel » et une « coquille d’aguate », Jeanne d’Albret une « roche » de corail blanc et rouge ainsi que « quelques coquilles », Catherine de Bourbon un « rochier et autres coquilles » et encore « deux autres […] rochiers de corail », rochers et coquilles désignant de fascinants coquillages57. Le petit-fils de Jeanne d’Albret, Gaston d’Orléans, possède lui-même un riche cabinet de curiosités composé de coquilles et de gemmes abrité au xviie siècle dans la bibliothèque du roi58. Au xve siècle chez Françoise de Blois-Bretagne, les miroirs garnis de coquillages dans le cabinet de la dame sont également rangés avec une collection d’ambre et de "cassidoine (calcédoine, l’agate de Sicile), autant de gemmes et pierres fines montées en chapelets. Rangés avec ses livres, Françoise de Blois-Bretagne possède aussi des chapelets de corail transmis par Anne d’Armagnac.

  • 59 1533, no 209 : « […] cinq patenostres de coral » ; 1535, no 217 : « […] quatre brasseletz de corrai (...)
  • 60 1548-1555, no 51 : « […] dans un petit sachet de toille trente troys pièces de corailh rouge poly p (...)
  • 61 Sur Scaliger, voir Philippe Desan (dir.), op. cit., p. 891.

22Dans leur bibliothèque et cabinet, Anne d’Albret, Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon se transmettent et collectionnent elles-mêmes l’exotica au pouvoir propitiatoire que représente le corail (monté en chapelet pour prier ou en autant de pièces que la Passion du Christ, en bracelet pour le porter sur soi comme talisman ou « fait par industrie » pour servir de décoration)59. En faisant « polir » ses trente-trois pièces de corail « en losanges », Marguerite de Navarre cisèle sa collection en y appliquant sa propre esthétique60. Le losange se rapporte en effet au blason féminin depuis l’époque médiévale. Par ailleurs, le médecin de la reine Jules-César Scaliger dans ses Conjectures sur Varron (un savant de l’Antiquité) affirme que le losange représente la feuille de laurier portée en couronne par les poètes grecs et les empereurs romains victorieux61. Dans son cabinet, Marguerite de Navarre s’approprie non seulement symboliquement les mondes lointains à travers sa collection sacrée de corail, mais la reine modèle également le monde à son image de même que les poètes et les empereurs de l’Antiquité chantent et gouvernent la nature et l’univers coiffés en lauréats.

  • 62 1535, no 125, no 140, no 185-186.
  • 63 1535, no 136 : « […] une agathe », no 168 et no 270 : agates « enchâssées », no 255 (livre).
  • 64 1533, no 192 (perles), no 212 (boîte), no 206, no 208, no 230.
  • 65 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), op. cit., p. 77.
  • 66 1569, no 202.

23Les princesses collectionnent également les pierres précieuses et les perles dans leur cabinet. Mêlés aux livres, dans le cabinet de Marguerite de Navarre sont répertoriés cinq rubis, un saphir et dix perles62. La reine collectionne aussi les agates et elle possède « un livre d’heures recouvert d’agate »63. Trente petites perles sont rangées « en une petite bouète d’oz blanc » dans le cabinet d’Anne d’Albret qui possède aussi « trois rubiz en roche enchassez en or », « quatre petits rubiz sans chasse » et « deux topasses, deux amatisses, un safir »64. La princesse tient en partie ses exotica de sa mère comme le montre le testament de Catherine de Foix-Béarn sur lequel sont répertoriés trois diamants et des carcans (colliers) d’émeraudes, de diamants et de rubis que la reine lègue à ses filles avec ses livres de prières65. Jeanne d’Albret, dont le cabinet renferme « ung petit coffret plat de voys [bois] peint par dessus, une liette [layette] dedans à mettre bague » (un coffret à bijoux muni d’un tiroir), lègue quant à elle l’ensemble de ses cabinets aux bijoux à Catherine de Bourbon66. Autant d’exotica participant de la collection naturaliste des princesses qui en cela s’approprient symboliquement la beauté naturelle du monde.

  • 67 1548-1555, no 47.
  • 68 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 20 : « U (...)
  • 69 1535, no 124.
  • 70 1561-1562, no 390 : « Une petite caige d’or en laquelle y a un perroquet esmaillé de vert ».
  • 71 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 422, Fontainebleau, 2 octobre 1528.

24Dans son cabinet d’étude, la dame d’Albret Françoise de Blois-Bretagne dispose en outre d’un cadran en ivoire, un instrument scientifique d’autant plus rare que l’ivoire constitue un matériau exotique provenant d’Afrique. Dans sa librairie, Marguerite de Navarre possède elle « une salinière d’yvoire »67. Sous la régence de Catherine de Bourbon, la bibliothèque royale de Nérac contient « une coupe d’ivoire » décorée de figurines représentant des « guenons »68. Le cabinet de Marguerite de Navarre renferme de plus la figurine d’un perroquet : « une caige d’or a un perroquet dedans »69. Chez Jeanne d’Albret, le perroquet est décrit émaillé de vert70. Or, vers 1530 Marguerite de Navarre se fait représenter par Jean Clouet avec un perroquet vert. L’oiseau exotique appartient à Louise de Savoie comme le montre une lettre de Marguerite de Navarre qui écrit garder le perroquet de sa mère en 152871. L’appropriation symbolique du monde se transmet de mère en fille à travers le cabinet où se reflètent l’attrait pour l’exotisme et la fascination des mondes lointains.

  • 72 Isabelle Pébay, Paul Mironneau, « Le goût du bel objet. À propos des richesses d’art de Jeanne d’Al (...)
  • 73 Pierre Tucoo-Chala, op. cit., p. 115.

25Ce goût de l’exotisme participe aussi de la curiosité studieuse. Jeanne d’Albret peut ainsi lire les facultés que possède le perroquet tel que les décrit Pline l’Ancien dans sa somme naturaliste dont les comptes de la reine répertorient l’achat d’un exemplaire. Le meuble royal de Jeanne d’Albret contient de plus une tapisserie intitulée « l’histoire de la Caravane » représentant un défilé de dromadaires et de girafes ainsi que « la tapisserie des Sauvages »72. La reine transmet les deux tapisseries à ses enfants dont la ménagerie royale s’enrichit d’un chameau sous la régence de Catherine de Bourbon73. Cette appropriation symbolique des mondes lointains se retrouve à travers la bibliothèque et le cabinet d’étude des princesses de Navarre tout au long du xvie siècle.

Melchior Lorch, Dromadaire portant le trésor de l’empereur de Turquie (dessin), 1557.

Melchior Lorch, Dromadaire portant le trésor de l’empereur de Turquie (dessin), 1557.

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot

  • 74 1520, no 155 : « Plus le libre nommé la Mer des Istories escript à la main », no 161 : « Plus le se (...)
  • 75 1533, no 149 et no 151.

26La reine Catherine de Foix-Béarn possède la célèbre chronique universelle publiée pour la première fois dans le dernier quart du xve siècle et intitulée La mer des histoires, comprenant un dictionnaire géographique et une description de la Terre sainte. L’ouvrage est inventorié en deux volumes en 1520 dans la bibliothèque royale du château de Pau et le livre est toujours conservé au tournant du xvie siècle dans la bibliothèque du château de Nérac74. Anne d’Albret enrichit elle-même sa bibliothèque personnelle de deux ouvrages de géographie et de navigation maritime illustrant les grandes découvertes de la fin du xve siècle avec « ung petit livre intitulé le nouveau monde » et « Le détroit de Gibraltar »75.

  • 76 1535, no 420.
  • 77 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 465, 10 juin 1530, Blois, « A mon cousin, M. le lé (...)
  • 78 Ghislaine de Boom, Marguerite d’Autriche-Savoie et la pré-Renaissance, Paris, Droz, 1935, pp. 165-1 (...)
  • 79 Voir Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 53.
  • 80 Voir Laurier Turgeon, « La morue des “Terres Neufves” et la construction du monde atlantique frança (...)
  • 81 Voir Philippe Desan (dir.), op. cit., p. 133.
  • 82 Voir Patrick Mauriès, op. cit., p. 66 ; Maria Sframeli, Patrizia Nitti (dir.), op. cit., pp. 144-14 (...)

27Conservé « dans ung estuy de cuyr noir doré » dans son cabinet, Marguerite de Navarre fait quant à elle suivre dans son train royal « ung pannyer des terres neufves faict de fillet d’or à jour »76. Ce panier, rapporté du Nouveau Monde et transporté de cabinet en château à la suite de la reine, montre l’implication de Marguerite de Navarre dans les découvertes des « Terres Neuves ». La reine patronne en effet l’armateur et explorateur Jean Ango77. La bibliothèque de Marguerite d’Autriche-Savoie à Malines contient d’étranges « accoutrements de plumes venus des Indes remis par l’Empereur à Madame », des objets rapportés du Nouveau Monde, ainsi qu’« ung livre escript en latin sus letre au mole faisant mencion des Illes trouvées »78. En France, les collections royales sous François Ier s’enrichissent d’objets recueillis par les explorateurs du Nouveau Monde, en particulier Jacques Cartier79. Parallèlement à la bibliothèque royale de Fontainebleau, le roi forme un cabinet de « petites pièces curieuses, comme […] vêtements et ouvrages des Indes et Pays estrangers ». Au milieu du xvie siècle, la flotte française est en effet une des plus importantes flottes européennes présentes sur le vaste territoire allant du golfe du Maine aux côtes du Labrador et appelé « Terres Neufves »80. À la fin du siècle, Montaigne conserve lui-même dans son cabinet des objets ayant appartenu à des Indiens du Nouveau Monde (épées, bracelets, trompettes)81. Marguerite de Navarre investit son cabinet d’un enjeu politique à la dimension universelle. Au xvie siècle, les Médicis sont eux-mêmes les seuls en Italie à connaître et à collectionner les arts exotiques82. La reine de Navarre fait partie des collectionneurs avisés de la Renaissance.

Un « globe » terrestre « pour les menus plaisirs de Madame »

  • 83 1569, no 258.
  • 84 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 117.
  • 85 Voir Mireille Pastoureau, Les atlas français (xvie-xviie siècles) : répertoire bibliographique et é (...)
  • 86 « Arrêt du parlement de Bordeaux condamnant à mort 563 protestants, 6 mars 1570 », in Société des a (...)

28Dans sa bibliothèque, Jeanne d’Albret collectionne, elle, les « pourtraictz de villes, navires, galères et forteresses », des cartes géographiques et de navigation83. En 1564, la reine patronne une expédition dans le Nouveau Monde, en Floride. Les comptes font état d’une part, d’un « reçu de Me Jehan de la Fourcade naguères trésorier d’Armagnac [pour] deux mille cinq cent cinquante livres charge pour voyage de la Floride », et d’autre part, « au trésorier pour frais et dépenses faites au voyage de mer qui avoit été entrepris en la Floride »84. Un siècle plus tard en 1665, le géographe de Louis XIV Pierre Duval édite un atlas intitulé La Floride françoise dressée sur la relation des voiages que Ribaut, Landonier, et Gourgues y ont fait en 1562, 1564 et 156785. En 1562, les huguenots français Jean Ribault et René de Laudonnière sont choisis par l’amiral de France Gaspard de Coligny pour partir explorer la Floride au nom du roi de France. À leur retour l’année suivante, la guerre civile dans le royaume contraint les deux huguenots à se rendre en Angleterre. En 1564, Laudonnière repart en Floride. Jeanne d’Albret finance cette deuxième expédition. De fait, la reine de Navarre est entourée d’une clientèle maritime, notamment à La Rochelle, comme le montre l’arrêt du parlement de Bordeaux rendu en mars 1570 et condamnant à mort des serviteurs de la cour de Jeanne d’Albret (son notaire, son secrétaire, le fils de son médecin) ainsi que des gentilshommes des villes du domaine de la reine (Casteljaloux, Duras et Mont-de-Marsan). Sont également répertoriés un certain Thomas Guilhon, « capitaine général des navires au voyage d’Angleterre », le « maître de la monnoye de La Rochelle » et un marchand de la cité portuaire protestante86.

  • 87 David M. Bryson, Queen Jeanne and the Promised Land: Dynasty, Homeland, Religion and Violence in Si (...)

29Quelques jours avant de se réfugier à La Rochelle, le 1er septembre 1568, Jeanne d’Albret écrit au vicomte de Gourdon : « Les Enfans d’Abraham […] de presens sourdis d’Egypte il fault faire le sault entier pour surgir a la terre promise et sortir de Limmonde Babylone ». Quelques années auparavant, pour prôner la Réforme religieuse Jean Calvin trouve refuge à Genève, la « Nouvelle Jerusalem »87. Avec son expédition en Floride, qui tire son nom de la Pasqua Florida (Pâques fleuries) en référence au dimanche des Rameaux, jour de la découverte de la contrée par un navigateur espagnol, Jeanne d’Albret voit poindre l’horizon de la terre promise. Dans son cabinet, Jeanne d’Albret veut atteindre les nouveaux confins du monde tel le colosse Hercule découvrant les limites de l’univers, c’est-à-dire les montagnes figurées par des colonnes encadrant à l’extrémité du monde connu le détroit de Gibraltar par ailleurs décrit dans le livre de géographie d’Anne d’Albret. Depuis son cabinet d’étude, la reine veut aller là où les cartes s’arrêtent. Les lauriers de corail façonnés par Marguerite de Navarre dans sa chambre de la librairie sont remplacés dans la bibliothèque de Jeanne d’Albret par des cartes de Floride, rameaux fleuris du Nouveau Monde annonçant la Résurrection. Dans leur cabinet, de mère en fille les reines de Navarre s’approprient symboliquement le Nouveau Monde.

30Dans son cabinet d’étude, Catherine de Bourbon fait elle tracer les contours du monde, renouvelant les connaissances et le savoir géographiques séculaires constitués par ses aïeules. La princesse régente commande un globe terrestre à son peintre, Blaise Lebé, comme le montre la quittance établie par ce dernier le 16 juillet 1590 :

  • 88 ADPA, B 2963 (1590).

Partie des fournitures que jay faictes au globe qui a este pour les menus plaisirs de madame et par son commandemen premièrement ay faict cuire grande quantité de platre […] souz la conduite de monsieur Fauger et […] toutes sortes de couleurs nesaires et escrit toutes les régions provinces les plus remarquables et tout se qui estoit requis au susdict globe et tout par la conduite du dict sieur Fauger la ou nous avons vaquer deux mois ou plus et pour toutes mes fournitures et ma penne cinquante escus88.

Globe terrestre de Jodocus Hondius, 1600 (?), Amérique du Nord et Amérique du Sud.

Globe terrestre de Jodocus Hondius, 1600 (?), Amérique du Nord et Amérique du Sud.

Source : Bibliothèque nationale de France, 2016.

  • 89 Voir Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais : xvie-xviie siècles, Pau, CEP (...)
  • 90 Au xvie siècle, deux sortes de globe existent, le globe imprimé avec ses fuseaux collés sur une âme (...)
  • 91 Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, op. cit., p. 277.

31Le géographe de la princesse est Jean Fauger. Le courtisan est « espanhoo » (il est originaire de Séville en Espagne) et il occupe une charge de régent (maître d’école) à l’académie royale protestante d’Orthez89. Selon la quittance de Blaise Lebé, le globe fabriqué pour Catherine de Bourbon est un globe imprimé90. Il s’agit d’un objet d’étude et de décor exceptionnel. La princesse régente procure aux écoliers royaux une éducation éminemment ouverte sur le monde. La commande de Catherine de Bourbon pour son cabinet participe du renouveau technique des objets géographiques et de l’évolution de la représentation du monde à la Renaissance. La princesse goûte à l’objet d’étude global que représente la Terre. En cela, Catherine de Bourbon place symboliquement son cabinet et sa cour de Pau, située entre les royaumes de France et d’Espagne, au point d’équilibre des deux grandes puissances du monde chrétien. Dans sa bibliothèque, Marguerite de Valois possède elle-même des « cartes du monde entier » ainsi que des livres de « cosmografye »91. Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle révèlent un dessein politique cosmique à la recherche de l’harmonie universelle. Les bibliothèques des princesses s’avèrent dès lors constituer le point d’orgue d’espaces mettant en résonance l’immensité du silence et la profondeur de la nuit.

Notes

1 1569, no 169.

2 ADPA, B 2398 (1579) : « Quittance de Jean Saugrain, libraire à Pau, pour […] les Sept Psaumes rythmés […] » ; Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608) », Revue d’Aquitaine et des Pyrénées, 1867, t. 11, p. 494 : « A Jean Du Racq, libraire de Nérac, pour dix neuf paires de psaumes aux pages de la grande et petite écurie du Roy » ; ADPA, B 2501 (1581) : « Quittance de Jean Durac, libraire à Nérac, pour vente aux pages de la grande écurie du roi de Navarre : Dix huict paires de psaumes pour les Pages à 9 sols la paire […] » ; ADPA, B 2654 (1583) : « Achat de Psaumes pour les pages à Jean Durac, libraire de Nérac ».

3 1569, no 231 : « Deux guiterres d’Espagne faictes de merqueterye dans ung estuy de sapin », no 232 : « […] ung grand estuy où il y a deux jeuz de fleutes à neuf trous », no 233 : « Autre estuy où il y a une grosse flutte d’Olemant », no 263 : « […] ung estuy dans lequel y a une grand flutte d’Aleman de Venne », no 261 : « Ung grand violon dans ung estuy ».

4 1598, no 77 : « […] une petite violle sans cordes et un peu rompue » ; Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), p. 120 : « […] un luth, un violon ».

5 ADPA, B 21 (1571) : « À Simon Duval valet de chambre de Madame pour quatre douzaines de bottes de cordes de luth pour le service de Madame ».

6 ADPA, B 21 (1571) : « À Gilles Pepiot mercier de la Royne pour deux aunes de Chatellerault pour faire de la toile cirée pour couvrir l’épinette, quarante cinq sols tournois » ; « À Nicolas Hurtault tapissier de la maison de la Royne pour sangles à faire bretelles pour porter l’épinette de Madame quinze sols tournois ».

7 ADPA, B 3821 (1565) ; Vie de Jacques Esprinchard, Rochelais. Journal de ses voyages au xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1957 ; cité dans Pierre Tucoo-Chala, Catherine de Bourbon : une calviniste exemplaire, Anglet, Atlantica, 2003 (Poche), pp. 110-116 et 129.

8 ADPA, B 21 (1571).

9 Gilbert Schrenck, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », in Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël (Actes du colloque de Nancy, 6-8 octobre 1999), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001, p. 169.

10 Philippe Lauzyn, Itinéraire raisonné de Marguerite de Valois en Gascogne d’après ses livres de comptes (1578-1586), Paris, A. Picard et fils, 1902, pp. 26, 69 et 308 ; Janine Garrisson, Les derniers Valois, Paris, Fayard, 2001, p. 228.

11 Abel Lefranc, Jacques Boulenger (éd.), Comptes de Louise de Savoie (1515, 1522) et de Marguerite d’Angoulême (1512, 1517, 1524, 1529, 1539), Paris, H. Champion, 1905, p. 77.

12 1472, [no 29] ; 1481, no 136 et no 159 ; 1520, no 142 ; 1533, no 80.

13 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, pp. 42-43 : (1556) « le tambourin de la Reine », Fleurant « joueur de flûte du Roy », Nicolas de la Crotte « épinette du Roy ». En 1557, les musiciens royaux sont au nombre de onze, deux violons (Jacques Ledoulx et Jacques Cueillier), huit joueurs de hautbois et cornets (dont Nicolas Boullangier, Fleurant et Michel Boullangier, Jehan et Adrien Lanyer) et « le joueur de luth Vaudebourg ». En 1556 et 1557, la maison de Jeanne d’Albret compte en outre neuf chantres dont Me Mathurin et « Me Pierre, basse-contre » ainsi que Me Guion « chantre du Roy » et Pierre Esconophine qui est plus tard chantre du roi Henri de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon. Ibid., 1867, t. 11, p. 117 : (1563) « Johanicot de Sovestou, joueur de mandore, aussi valet de chambre », « Arnaud de Vergiers valet de chambre et tambourin de la Royne », « Johanicot de Sovestou, joueur de mandore, aussi valet de chambre », « Me Mathieu Carbonnel valet de chambre et organiste de la Royne ». Ibid., p. 178 : (1564) « Me Mathieu Carbonnel valet de chambre de la Royne ». (1565) « Me Mathieu Carbonnel organiste ». En 1570, Jeanne d’Albret porte secours à la veuve de son joueur de luth, le « feu Me Jacques de Vaudebourg lui vivant valet de chambre et joueur de luth de la Royne ». En 1571, les comptes mentionnent encore « à Me Jacques de vandebourg, joueur de luth cinquante livres tournois ». ADPA, B 17. (1571) « Michel Pollu épinette quatre vingt livres tournois pour ses gages », « Mathurin Auzon, valet de chambre et musicien cent livres tournois pour ses gages ».

14 Voir Mathieu Desachy, « Cantuciers, livres de musique et autres ordilhe », Revue du Rouergue, 2000, no 63, pp. 33-47.

15 Jean Yssandon, Traité de la musique pratique, in Olivier Trachier (éd.), Renaissance française : traités, méthodes, préfaces, ouvrages généraux, Courlay, Fuzeau, 2005, vol. 5 ; fac-similé de l’édition de Paris, A. Le Roy et R. Ballard, 1582.

16 1520, no 92 : « […] a este baillé par Madame [Anne d’Albret] à son confesseur », no 106 : « […] à Bernart clerc de capelle […] ».

17 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 906, 29 décembre 1542, Nérac.

18 Ibid., Lettre no 926, 12 janvier 1543, Nérac.

19 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 122, Berry, 1543.

20 1598, no 88.

21 Voir Marie-Claude Tucker, Maîtres et étudiants écossais à la faculté de droit de l’université de Bourges, 1480-1703, Paris, H. Champion, 2001, p. 287.

22 1533, no 148 et no 240.

23 1535, no 181 et no 353.

24 Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549) : étude biographique et littéraire, Genève, Slatkine, 1978, vol. 1, p. 433.

25 Ibid.

26 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de Navarre, duchesse de Bar (1570-1603), Raymond Ritter (éd.), Paris, É. Champion, 1927, Lettre no XII, août 1581, « Au Roy monsieur mon frère ».

27 ADPA, B 2500 (1581) ; B 2592 (1582).

28 ADPA, A 4 (1593) : « Memoyre des meubles que Madame a prins dont fault descharger le concierge », no 8 ; Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « En marge des vieux inventaires ; ballets, mascarades et momeries à la cour de Navarre : memoyre des meubles que Madame a prins dont fault descharger le concierge (1593) », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, 1961, 3e série, t. 22, pp. 87-91.

29 1593, no 11 : « Plus cinq masques qui ont esté perdus ayant esté baillés par commandement de Madame » ; Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, pp. 16 sq. : « quinze masques ou faux visages representant plusieurs personnages et de diverses couleurs ».

30 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », p. 107.

31 ADPA, B 2963 (1591) : « Madame la princesse Régente / Madame / Tres humblement vous remontre Blaise Lebé qui aurait pleu a vostre altesse lui faire commander de travailler en ce qui estoit necessaire pour la comédie qui a estée jouée devant votre altesse et ayant fourni toutes choses qui faisaient besoin en laditte besogne […] vous plaise ordonner que le supliant soit payé tant de ses fournitures que de sa paine et il continuera a prier dieu pour votre prospérité et santé / Blaise Lebé / Partie de se qui sest faict pour la comedie qui sest joée devant madame […] trois fauces barbe qui valle trois escus […] faict ung plan de bataille qui a este donne au secretaire de monsieur de venac ».

32 1598, no 106 : « Autre livre intitulé la Sophonisba del Tribissino en italien » ; 1606, no 96 : « Livre intitullé la Sophonisba del Tribissino en italien ». La pièce écrite par Giangiorgio Trissino vers 1515 est maintes fois rééditée jusqu’à la fin du siècle. Voir Muriel Gallot, Jean-Luc Nardone, Margherita Orsino (dir.), Anthologie de la littérature italienne, 2e éd., Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005, pp. 71-72.

33 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 178 (1576) ; ADPA, B 2378 (1578) : « payement de Paul de Padoue, chef d’une troupe de comédiens » ; ADPA, B 2369 (décembre 1578) : « Quarante-quatre livres dix-neuf sols tournois pour louage des chevaux qui ont été pris pour porter et conduire les Italiens, joueurs de comédies durant les festins, à la venue de la Reine mère du Roy de France et de la Reine » ; ADPA, B 2326, B 2350, B 2365 (1579) : « Payement de trente-cinq écus sols à Masimiano Milannio, chef de la compagnie de comédiens italiens suivant le roi de Navarre », « Payement des comédiens italiens », « Ordonnance concernant les gages de Marc-Antonio Scotivilli et Massimanio Milannio, comédiens italiens » ; 1593, no 6 : « Un habillement complet de taffetas rouge faict à la matelotte ayant esté baillé à des mascarades c’est perdu », no 5 : « Une grant saye de taffetas blanc découppé et les chausses de satin blanc à la matelotte qui fut baillé pour la commédie de Diane » (voir Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « En marge des vieux inventaires… (1593) », p. 89).

34 Voir Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon, 1559-1604 : influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste, Paris, H. Champion, 2009, p. 588.

35 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 144, Berry, janvier 1544 : « Le premier jour dud. mois à Casteljaloux à Balthazar Richard valet de chambre de la Royne de Navarre cinquante escus pour avoir faict par exprès commandement de lad. dame trois écussons de ses armes et des Rozes alentours et une grande histoire de Diane en une mie et pour avoir par luy fourny de fil dor dargent et de soye et autres matières qu’il y a convenu mettre » ; Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 638, 1538 ; Marguerite de Navarre, Histoire des Satyres et des Nymphes de Diane (ou La Fable du Faux Cuyder, vers 1530) ; Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême…, p. 183.

36 Voir Pierre Tucoo-Chala, op. cit., pp. 221-222.

37 Alain Cullière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueterie” », in Roger Marchal (dir.), op. cit., p. 208.

38 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 7 (fontaine) ; ADPA, B 3092 (1591).

39 Jean de Sponde, Méditations sur les Pseaumes, Sabine Lardon (éd.), Paris, H. Champion, 1996, p. 32.

40 Voir Philippe Desan (dir.), Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, H. Champion, 2007, p. 133.

41 1533, no 81 : « Un livre en parchemin […] contenant aucunes balades et histoires […] de l’escuyer d’Aragon », no 89 : « Croniques d’Aragon en ung livre de papier mal relyé » ; 1520, no 162 : « Plus ung autre libre en lengaige catalan tout déssiré » ; 1533, no 91 : « Autre livre estroit et long tout deslyé ».

42 1533, no 245. Thomas de Foix, seigneur de Lescun, dit le maréchal de Foix, est un cousin de Catherine de Foix-Béarn, la mère de Henri d’Albret et d’Anne d’Albret. Il meurt en 1525 des suites de la blessure qu’il reçoit lors de la bataille de Pavie.

43 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1988, p. 92.

44 Pierre Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, Paris, s.n., 1609, p. 32. Gaston V de Foix-Béarn et Madeleine de France, sœur de Louis XI, sont les parents de Catherine de Foix-Béarn, la mère d’Anne d’Albret et de Henri d’Albret (voir les généalogies en Introduction).

45 1533, no 147. Huit livres sont traduits par Herberay des Essarts et paraissent à Paris entre 1540 et 1548 (voir Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, La France de la Renaissance : histoire et dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2001, p. 1051 ; Ivan Cloulas, Les châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Paris, Hachette Littératures, 2003 (Pluriel), p. 170).

46 1472, [no 27] : « Un livre en parchemin nommé Ponthus », [no 26] : « Un grand livre nommé Tristan et Lancelot », [no 31] : « Un livre qui parle de Lancelot et qui est bien vieil » ; 1481, no 125 : « Lancelot du Lac », no 130 : « Messire Bertrand de Glesquyn, II livres », no 134 : « Brut », no 135 : « Ponthus en deux livres », no 138 : « Tristan », no 139 : « La bataille de Roncevaulx », no 140 : « Parceval le galois », no 142 : « Le Singreal, deux livres », no 144 : « Merlin », no 146 : « Matheolus », no 147 : « Florimont », no 154 : « Le petit Arthus de Bretagne » ; 1519, no 145 : « Plus le libre de Girons le courtoys en parchemin escript à la main », no 147 : « Plus ung autre libre en parchemin parlant du Roy Artus » ; 1533, no 74 : « Deux livres escripts en papier contenant le premier et IIIème volumes de Lancelot du Lac », no 84 : « Autre livre en parchemin contenant les faits d’Artus de Bretaigne », no 99 : « Autre livre en parchemin qui parles du roy Meliadus » ; 1598, no 84 : « Ung livre de Lancelot couvert de velours rouge en brocatel fort usé », no 105 : « Ung autre livre contenant L’histoyre de Persebal le galoys en parchemin fort usé » ; 1606, no 83 : « Ung livre de Lancelot couvert de velours rouge en broquetel fort usé », no 95 : « Ung autre livre contenant L’histoyre de Perceval le galoys en parchemin fort usé ». Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard, Guy Poirier (dir.), Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres (Actes de colloque, fondation Singer-Polignac, Paris, juillet 2003), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, pp. 273 sq.

47 1535, no 224, no 263, no 228.

48 1569, no 245.

49 ADPA, B 20 (1571) : « Dépense de la maison de Jeanne d’Albret » (« A Henry de Vous, orfèvre et valet de chambre de la Royne, sept cent quatre vingt livres tournois pour final paiement d’ouvrages de son métier et pour certains grands livres et volumes de portraitures qu’il disoit avoir baillés au feu roy Henry, père de la Royne, sans en avoir été payé »).

50 Voir Barbara Brejon de Lavergnée (dir.), Dessins français du xviie siècle (exposition), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2014, p. 99.

51 1535, no 251 ; 1561-1562, no 264.

52 Or : 1535, no 234 : « Ung libre […] d’or », no 253 : « Une heures couvertes d’or esmaillés de basse taille », no 254 : « Une petites heures couvertes d’or », no 256 : « […] une heures esmaillé de noir », no 418 : « Ung dixain de pater nostres d’or » ; 1561-1562, no 66 : « Une paire de petites Heures en parchemin couvertes d’or », no 594 : « […] un livre d’or » ; no 125 : « […] ung petit livre garny d’or », no 126 : « […] ung petit livre garny d’or », no 261 : « […] livre esmaillé par dessus de plusieurs coulleurs ». Argent : 1535, no 250 : « […] une heures d’argent meslé de noir », no 252 : « deux heures d’argent doré esmaillé dessus à fuillaiges de toute colleurs », no 260 : « […] deux petitz livres garniz d’argent dore », no 412 : « Une heures de papier couvertes de velours ferrées d’argent » ; 1561-1562, no 278 : « […] une Heures d’argent doré de nielleure noire ». 1535, no 255 : « Une heures d’aguate » ; 1561-1562, no 374 : « Une petites Heures qui ont le couvercle d’agatte enchassé d’or ». 1535, no 331 : « […] unes petites heures », no 332 : « […] enseigne d’ung livre couvert », no 409 : « […] ung brebière couvert de velors noir à marguerites », no 414 : « […] une heures de parchemin de feu monseigneur de Angolesme couvertes de velours noir » ; 1561-1562, no 595 : « Une paire d’Heures garnyes d’or, le couvercle de cornaline […] sur le doz du livre plusieurs turquoises et rubis ; le fermet d’ung grand ruby ; le dedans deux esmaulx de basse taille », no 905 : « Unes Heures couvertes de veloux viollet escriptes à jour et azurées, où y a la Passion en histoires à jour ».

53 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », pp. 102, 104, 118-120.

54 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François Phébus, 1483 ; Madeleine de France, 1493 ; Catherine de Foix, 1504 ; Jean d’Albret, 1516 ; Anne d’Albret, 1532), texte béarnais avec introduction et notes, Toulouse, E. Privat, 1940, pp. 75-76 : « […] la Sancte Spine et autres reliquis […] et las grandes hores d’argent » [la Sainte Épine et autres reliques […] et les grandes heures d’argent].

55 1561-1562, no 113 : « Une paire d’Heures […]. [en marge] La Royne les a prises ».

56 1520, no 104 : « Plus ung grant missel de parchemin […] : Madame l’a baillé au chanoine Marteincx », no 100 : « Baillez par Madame [Anne d’Albret] au chanoine Marteincx pour porter au Sainct Esprit de Bayonne », no 102 : « Madame l’a baillé au prieur d’Audios [Odos en Bigorre] ».

57 1535, no 26, no 232 ; 1569, no 195 : « […] une roche de coral blanc et rouge dans une liette [layette] de boys », no 241 : « […] une bouette dans lequel y a quelques coquilles » ; 1598, [no 127] : un « rochier […] garni de plusieurs limaçons et autres coquilles », [no 128] : « […] deux autres petits rochiers de corail ». Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 25.

58 Voir Isabelle de Conihout, « Cabinet de curiosités », in Pascal Fouché, Daniel Péchoin, Philippe Schuwer (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, 2002-2005, vol. 1, p. 410.

59 1533, no 209 : « […] cinq patenostres de coral » ; 1535, no 217 : « […] quatre brasseletz de corrail enchassez en or » ; 1548-1555, no 51 : « […] trente troys pièces de corailh […] » ; 1598, [no 127] : « […] rochier fait par industrie […] y a de petites branches de fin corail ». Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 25.

60 1548-1555, no 51 : « […] dans un petit sachet de toille trente troys pièces de corailh rouge poly par ung cousté tant en losanges, demy losanges que pointes longues ».

61 Sur Scaliger, voir Philippe Desan (dir.), op. cit., p. 891.

62 1535, no 125, no 140, no 185-186.

63 1535, no 136 : « […] une agathe », no 168 et no 270 : agates « enchâssées », no 255 (livre).

64 1533, no 192 (perles), no 212 (boîte), no 206, no 208, no 230.

65 Voir Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), op. cit., p. 77.

66 1569, no 202.

67 1548-1555, no 47.

68 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 20 : « Une coupe d’ivoire avec son couvercle de mesmes à l’entour de laquelle y a de petits guenons de mesme ».

69 1535, no 124.

70 1561-1562, no 390 : « Une petite caige d’or en laquelle y a un perroquet esmaillé de vert ».

71 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 422, Fontainebleau, 2 octobre 1528.

72 Isabelle Pébay, Paul Mironneau, « Le goût du bel objet. À propos des richesses d’art de Jeanne d’Albret à Pau et à Nérac », in Évelyne Berriot-Salvadore, Philippe Chareyre, Claudie Martin-Ulrich (dir.), Jeanne d’Albret et sa cour (Actes du colloque international de Pau, 17-19 mai 2001), Paris, H. Champion, 2004, p. 393.

73 Pierre Tucoo-Chala, op. cit., p. 115.

74 1520, no 155 : « Plus le libre nommé la Mer des Istories escript à la main », no 161 : « Plus le segont libre de la Mer des Istories en papier » ; 1598, no 100 : « Deux grands livres d’histoyres estans en parchemin, la couverture rompue » ; 1606, no 91 : « Deux grands livres d’histoyres estans en parchemin, la couverture rompue ».

75 1533, no 149 et no 151.

76 1535, no 420.

77 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 465, 10 juin 1530, Blois, « A mon cousin, M. le légat » : où il est question de Jean Ango.

78 Ghislaine de Boom, Marguerite d’Autriche-Savoie et la pré-Renaissance, Paris, Droz, 1935, pp. 165-166.

79 Voir Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 53.

80 Voir Laurier Turgeon, « La morue des “Terres Neufves” et la construction du monde atlantique français au xvie siècle », communication au colloque Le monde atlantique français : le mouvement des objets, appropriations, transferts, désappropriations (Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec, 2008).

81 Voir Philippe Desan (dir.), op. cit., p. 133.

82 Voir Patrick Mauriès, op. cit., p. 66 ; Maria Sframeli, Patrizia Nitti (dir.), op. cit., pp. 144-145.

83 1569, no 258.

84 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 117.

85 Voir Mireille Pastoureau, Les atlas français (xvie-xviie siècles) : répertoire bibliographique et étude, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 154.

86 « Arrêt du parlement de Bordeaux condamnant à mort 563 protestants, 6 mars 1570 », in Société des archives historiques de la Gironde, Archives historiques du département de la Gironde, t. 13, Paris, C. Lefebvre, 1871-1872, p. 429.

87 David M. Bryson, Queen Jeanne and the Promised Land: Dynasty, Homeland, Religion and Violence in Sixteenth-Century France, Leyde ; Boston ; Cologne, Brill, 1999, pp. 88, 177-178 et 188.

88 ADPA, B 2963 (1590).

89 Voir Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais : xvie-xviie siècles, Pau, CEPB, 2001, p. 122.

90 Au xvie siècle, deux sortes de globe existent, le globe imprimé avec ses fuseaux collés sur une âme de carton et de plâtre d’une part, et le globe manuscrit gravé sur métal suivant la technique la plus ancienne de fabrication d’autre part. Voir Camille Frémontier-Murphy, Les instruments de mathématiques, xvie-xviiie siècle : cadrans solaires, astrolabes, globes, nécessaires de mathématiques, instruments d’arpentage, microscopes…, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, p. 195.

91 Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, op. cit., p. 277.

Table des illustrations

Titre Épinette pentagonale par Jean Antoine Baffo, 1570.
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Gérard Blot
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Melchior Lorch, Dromadaire portant le trésor de l’empereur de Turquie (dessin), 1557.
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Globe terrestre de Jodocus Hondius, 1600 (?), Amérique du Nord et Amérique du Sud.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2016.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search