Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 2. La bibliothèque au pouvoir : les livres « en sa puissance »

Chapitre V. Un gouvernement entre ciel et terre : bibliothèque et exercice du pouvoir

Texte intégral

Goûts de pouvoir et soif de savoirs : des poisons, remèdes, parfums et autres talismans
(pouvoirs naturalistes et surnaturels de la bibliothèque)

« Ung livre intitulé la propriété des herbes commensant de arsenic », « ung parfumoir », « ung mortier de marbre »

  • 1 ADPA, B 16 (1570).
  • 2 Voir Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et secrets de beauté », in (...)
  • 3 ADPA, B 20 (1571).
  • 4 1520, no 148.

1En 1570 à La Rochelle, Jeanne d’Albret acquiert un deuxième exemplaire des Commentaires de Dioscoride sur les simples médicinaux : « A Magdeleine Deschamps, veuve de feu maître Claude Servin [Regin], deux cent quatre vingt livres tournois pour la vendition d’un livre intitulé Dioscoride, duquel le prix a été fait par le sieur Du Fresnoy, chancelier, qui l’a envoyé à S. M. à La Rochelle »1. Mattioli dont la reine possède dans sa bibliothèque personnelle les fameux Commentaires compte en effet nombre d’émules qui sont comme lui des exégètes des auteurs de l’Antiquité Dioscoride et Pline ainsi que du médecin arabe de l'époque médiévale Avicenne2. En 1571, c’est l’achat d’un exemplaire du texte original de l’Histoire naturelle de Pline que les comptes de Jeanne d’Albret répertorient3. La reine Catherine de Foix-Béarn possède elle un exemplaire de « l’Abissenne », la somme médicale et naturaliste d'Avicenne dont le livre est traduit et publié pour la première fois à Venise en 1483 sous le titre Canons ou Préceptes de médecine4. À La Rochelle, Jeanne d’Albret reconstitue une partie du corpus naturaliste et médical de référence de sa bibliothèque royale abandonnée à Nérac à l’automne 1568.

2Dans son château pris d’assaut, la reine laisse alors non seulement derrière elle ses traités de recettes médicinales et cosmétiques ainsi que ses herbiers encyclopédiques mais également le nécessaire à pharmacopée de son cabinet et une maison médicale composée d’apothicaires botanistes et de jardiniers herboristes, de maîtres parfumeurs et autres médecins alchimistes développant toute une activité de bibliothèque, de cabinet et de cour autour des simples médicinaux et des naturalia, des pierres précieuses et des exotica aux multiples pouvoirs naturels dont la maîtrise assure l’intégrité physique et la longévité de la personne de la reine et par là même la continuité de l’exercice du pouvoir royal.

  • 5 En 1552, à la suite d’un voyage à Milan où il fait la rencontre d’un botaniste spécialiste des conf (...)
  • 6 1569, no 151 : « […] une petite presse, les vitz de fer », no 164 : « […] une platine d’estaing », (...)
  • 7 1569, no 160 : « Une petites vallances [balance] et ung marc auquel y défault deux onces », no 156  (...)
  • 8 1569, no 161 : « Six espatulles de fer », no 145 : « […] six grandz pains de sucre », no 148 : « [… (...)
  • 9 1533, no 73.

3Selon la croyance de l’époque, plus la décoction médicinale obtenue est sucrée, plus les médecines, drogues, remèdes et autres confitures sont efficaces5. Le cabinet et la bibliothèque de Marguerite de Navarre et de Jeanne d’Albret contiennent une « petite presse » et sa « platine » pour réduire en poudre les naturalia les plus dures quand le « mortier de marbre » inventorié avec son pilon sert à écraser les fleurs ou les amandes et les raisins secs également répertoriés6. Après quoi, la balance et ses poids mesurent les bons dosages et deux cassolettes de cuivre ainsi qu’une « eschauffete » permettent de faire fondre les poudres obtenues7. Sont alors incorporés à l’aide des spatules le sucre dont « six grandz pains » sont conservés à même le cabinet et les extraits des grenades achalandées spécialement à la cour pour obtenir les « petites drogues » inventoriées par ailleurs8. Des produits exotiques (le sucre et la grenade) aux qualités naturelles reconnues dans la littérature médicale depuis l’Antiquité et préconisés dans le « Livre de recepte et remèdes » répertorié dans la bibliothèque royale9.

Mortier au chiffre de Diane de Poitiers, xvie siècle .

Mortier au chiffre de Diane de Poitiers, xvie siècle .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Stéphane Maréchalle

Mortier de pharmacie aux armes des Médicis (porphyre), xvie siècle .

Mortier de pharmacie aux armes des Médicis (porphyre), xvie siècle .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Hervé Lewandowski

  • 10 Voir Michèle Bimbenet-Privat, op. cit., pp. 280-281.
  • 11 1533, no 172 (musc), no 215 : « […] une pomme d’or dans une boutellete de boys », no 216 : « […] de (...)
  • 12 1535, no 238 : « Deux encenciés d’or », no 239 : « […] une neufz d’or à tenir l’encens et la childè (...)
  • 13 1535, no 113 : « […] huict petitz flacons de diverses pierres différentes garniz d’or », no 107, no(...)

4Ces livres de « recettes » de médecine décrivent parfaitement les parfums utilisés à la Renaissance en tant que « remèdes » comme les oiselets de Chypre de pâte séchée connus depuis l’époque médiévale10. Au xve siècle à Nérac, la dame d’Albret Anne d’Armagnac possède, rangés avec ses livres, deux de ces parfums exotiques. En 1533 dans son cabinet de Pau, Anne d’Albret possède elle-même « une fiolle où il y a du musq » ainsi que des pommes de senteurs et « ung parfumoir »11. Marguerite de Navarre et la reine d’Aragon Germaine de Foix disposent également d’encensoirs et autres nombreuses pommes de senteurs pour assainir l’air de leur cabinet d’étude et bibliothèque12. Dans leur cabinet particulier respectif, de même que Marguerite de Navarre avant elles, Catherine de Bourbon et Marguerite de Valois ont force flacons à parfum et fioles de cristal pour huiles précieuses, potions et élixirs comme le montre la « violie [fiole] de verre cristalin qui se démonte en plusieurs pièces » ou encore des pots à onguents et à pommades ou autres fards, drogues et décoctions mais aussi à poisons et contrepoisons13.

  • 14 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 15 1548-1555, no 1 (Nérac) ; 1535, no 437 (Pau) : « […] le pied et le couvercle d’or […] ».
  • 16 1533, no 136.
  • 17 Voir Pierre Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, Paris, s.n., 1609, p. 395.
  • 18 1533, no 109 : « Ung livre intitulé la propriété des herbes commensant de arsenic que es ».

5Au xvie siècle, l’art des poisons et de leurs antidotes relève en effet des parfums et cosmétiques dont le pouvoir est si puissant qu’il faut savoir le maîtriser pour gouverner. En avril 1543, Marguerite de Navarre échappe ainsi à une tentative d’empoisonnement14. L’affaire est si grave que François Ier envoie des enquêteurs en Béarn. Pour ne pas dévoiler les investigations des officiers royaux, la correspondance entre la reine et son frère ne donne aucun détail sur le déroulement de l’enquête mais une coupe d’argent avec son « couvercle d’or » est inventoriée dans la librairie royale15. Le couvercle est là pour protéger et garantir le contenu de la coupe. Les dispositions sont prises pour veiller à ce que Marguerite de Navarre puisse se désaltérer et se restaurer à couvert et donc sans risque dans son cabinet de travail. Sous son gouvernement, répertorié dans son propre cabinet d’étude avec ses livres, Anne d’Albret possède, elle, un « petit essay d’argent » pour que l’échanson goûte la boisson avant de la servir16. À la génération précédente l’oncle de la princesse, le roi de Navarre François Phébus, n’est-il pas mort empoisonné17 ? La librairie royale de Marguerite de Navarre et de Henri d’Albret contient en outre un herbier encyclopédique commençant par la description des propriétés de l’« arsenic »18. La librairie procède de la maîtrise des poisons et contrepoisons nécessaires pour régner.

  • 19 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 110-111, Berry, 8 décembre 1542.
  • 20 Cité par Gabriel-André Pérouse, « Docteurs et médecins », in Marie Viallon-Schoneveld (dir.), Médec (...)
  • 21 ADPA, B 11 (1563).
  • 22 Victor Dubarat (éd.), Fourniture de vivres pour la maison de Jeanne d’Albret (1564), Pau, Impr. de (...)
  • 23 Voir Ivan Cloulas, Les châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Paris, Hachette Littérature (...)

6Si le cabinet des parfums permet à la princesse de se prémunir des risques d’empoisonnement et d'assainir l'espace de la bibliothèque, la cosmétique et la reliure révèlent aussi l’art de gouverner tant le raffinement et le faste doivent embellir et magnifier à la fois l’apparence corporelle et le décor de cabinet des princesses. Marguerite de Navarre veille ainsi à l’application des canons et préceptes de médecine de son temps en prenant soin d’acheter force « canelot noir » et « draps dor et de scoye pour faire robes » à son médecin maître Scurronis19. Pour François Rabelais (qui est lui-même médecin), le praticien doit en effet veiller soigneusement à son apparence et il ne doit entrer chez son client que « propre, parfumé, élégant, avenant »20. Jeanne d’Albret porte elle-même « quelques gants parfumés » que son maître parfumeur Gassiot de Serres lui procure21. Gassiot de Serres sait choisir les différents textiles pour leurs qualités propres, en l’occurrence absorbantes et sensorielles, ses parents ayant fait leur fortune en tant que marchands de draps et de tissus. La « despense ordinaire de la royne de Navarre et de madame sa fille » (Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon) mentionne aussi une « livre de saing doux » quand « vingt cinq pains de sire [cire] » sont inventoriés dans le cabinet de Jeanne d’Albret22. Or, à la cour de France, Henri III porte des gants, une paire parfumée pendant la journée, et la nuit le roi enfile des gants « cosmétiques » imbibés d’un mélange de saindoux et de cire vierge23. Le gant est à la fois un ornement luxueux et une protection cosmétique. Les gants parfumés peuvent également servir à se prémunir contre le poison. En cela, le parfumeur de Jeanne d’Albret préserve la reine des risques d’empoisonnement.

  • 24 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, P. Jannet, 1857, p. 233.
  • 25 Éliane Viennot, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, 2005 (Tempus), p. 214.

7De même que sa mère, la reine vit avec le risque d’être empoisonnée comme le révèle Agrippa d’Aubigné qui évoque dans Les Tragiques le soupçon dont la rumeur se propage après la mort soudaine de Jeanne d’Albret venue à la cour de France négocier la paix entre protestants et catholiques par le mariage de son fils avec Marguerite de Valois, le poète comparant la reine à la prophétesse de la paix et héroïne biblique Deborah : « Sur le coup du poison qui de la tragédie Joua l’acte premier, en arrachant la vie A notre Deborah »24. Le 19 mars 1585, Marguerite de Valois quitte quant à elle Nérac et se retire dans la cité fortifiée d’Agen toute proche pour des raisons de sécurité : Corisandre d’Andouins, la maîtresse de Henri de Navarre, aurait tenté de faire empoisonner la reine25. Contre les risques d’empoisonnement, Catherine de Bourbon dispose, elle, d’une pierre de bézoard rangée avec ses naturalia et ses exotica dans son cabinet aux bijoux hérité de sa mère. Jeanne d’Albret lègue aussi à la princesse les morceaux de corne de licorne lui venant de sa tante Anne d’Albret.

« ung brasselet d’argent doré avec une pièce alicorne », « pièces de morbo caduquo », saintes reliques, chapelets de corail, le livre de Merlin et la tapisserie de Mélusine

  • 26 1533, no 189 : « […] ung brasselet d’argent doré avec une pièce alicorne », no 211 : « […] une peti (...)
  • 27 Anne d’Albret est mariée à son cousin le comte d’Astarac Jean de Foix-Candale qui décède entre 1528 (...)

8Anne d’Albret possède une « pièce d’alicorne » montée sur un « bracelet d’argent doré », et une « petite pièce d’alicorne qui a servy en coupe » (c’est-à-dire émiettée pour servir en décoction) est « enchassée en argent » pour servir en manière de pendentif26. Ces deux naturalia sont montés en bijoux pour être portés sur soi, en guise de talisman, révélant une pratique propitiatoire. Si selon la croyance de l’époque la corne de licorne est généralement utilisée en décoction contre les risques d’empoisonnement, la naturalia présente également un pouvoir aphrodisiaque. Or, Anne d’Albret est stérile. Le port de ces bijoux par la princesse leur confère par conséquent une dimension magique pour favoriser la fertilité et assurer une descendance dynastique aux Albret. De fait, durant les dix premières années de son règne entre 1517 et 1527, Henri d’Albret n’est pas marié contrairement à sa sœur27. Mais Anne d’Albret demeure sans enfant.

  • 28 Bibliothèque de la Société historique du protestantisme français, ms. 434, inventaire des bijoux de (...)
  • 29 Ambroise Paré, Discours avec une table des plus notables matières : de la licorne, des venins, des (...)

9Après son mariage en janvier 1599, Catherine de Bourbon emporte avec elle à la cour de Nancy dans son cabinet aux bijoux les pièces serties « d’alicorne » léguées par sa mère et héritées par Jeanne d’Albret de sa propre mère et de sa tante Anne d’Albret28. Dans son livre intitulé Discours avec une table des plus notables matières : de la licorne, des venins, des perles et pierres précieuses, l’ancien chirurgien militaire d’Antoine de Bourbon, le célèbre Ambroise Paré, réfute l’efficacité de la corne de licorne contre les risques d’empoisonnement : « La licorne n’a nulle vertu contre les venins, comme le monde lui attribue »29. Catherine de Bourbon ne se sert pas de ses « pièces d’alicorne » montées en bijoux pour se prémunir des risques d’empoisonnement mais de même que sa grand-tante Anne d’Albret la princesse porte sur elle ces naturalia en tant que talismans propitiatoires et magiques pour assurer une descendance à sa lignée. De fait, Henri IV demeure longtemps sans enfant et la naissance d’un dauphin n’arrive qu’en septembre 1601 après le second mariage du roi l’année précédente.

  • 30 Voir Alain Cullière, Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au xvie siècle, Paris, H. Champion, 19 (...)
  • 31 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de N (...)
  • 32 Voir Raymond Ritter, Catherine de Bourbon…, vol. 2, p. 489.

10Jusqu’à sa mort en février 1604, Catherine de Bourbon n’a de cesse de tomber enceinte et elle est préoccupée par sa stérilité comme le montrent les pièces poétiques appelées stances Sur la santé de Madame et Sur la maladie de Madame30. La dernière lettre de la princesse à Théodore de Bèze en décembre 1603 est ici éloquente : « Les médecins m’assurent que je suis enceinte »31. En réalité, Catherine de Bourbon présente les premiers symptômes de la péritonite tuberculeuse qui l’emporte quelques semaines plus tard32. La princesse meurt sans enfant. Bien que la continuité dynastique incombe à la reine, Anne d’Albret et Catherine de Bourbon conservent dans leur cabinet des naturalia aux pouvoirs magiques et surnaturels que les princesses portent sur elles montés en bijoux afin d’assurer une descendance dynastique à leur lignée et procurer un héritier à la Navarre.

  • 33 Paracelse, La grand chirurgie de Philippe Aoreole Theophraste Paracelse…, Lyon, A. de Harsy, 1589, (...)
  • 34 Benjamin Fillon, La galerie de portraits réunie au château de Saumur par Du Plessis-Mornay : Estat (...)
  • 35 1533, no 200, no 194 : « Une bouete à façon d’estuy et y a ce que s’ensuyt : », no 195 et no 196 (d (...)
  • 36 1472, [no 5] : « Une pierre pour toucher les yeux enchassée d’or ».
  • 37 1533, no 232.

11Au tournant du xvie siècle, les multiples rééditions du traité du théoricien de l’alchimie Paracelse indiquent que le médecin préconise l’utilisation de la corne de licorne, la pierre de bézoard et les pierres précieuses pour « la guérison des playes par opérations célestes » et qu’il n’y a pas de pratique de « la Médecine sans l’Astronomie&Alchimie »33. La galerie de Philippe Duplessis-Mornay, un proche de Catherine de Bourbon, contient les portrait de Paracelse et de la princesse34. Les morceaux de corne de licorne, la pierre de bézoard et le cabinet aux bijoux de Catherine de Bourbon participent d’une dimension magique du cabinet de la princesse. Rangées avec ses pièces d’alicorne dans une boîte « à façon d’estuy » et avec deux reliquaires d’or, Anne d’Albret possède par ailleurs « deux petites pièces de morbo caduquo » pour éloigner le mal caduque (l’épilepsie)35. Le morbo caduco est un mal condamné par l’Église. Quel membre de la famille royale de Navarre est-il victime de maléfice et de sortilège ? Toujours est-il que la princesse fait suivre ces pièces avec elle et les conserve avec d’autres naturalia et reliques aux pouvoirs magiques et miraculeux. Dans son cabinet, l’aïeule d’Anne d’Albret la dame d’Albret Anne d’Armagnac possède elle aussi une naturalia au pouvoir magique et thérapeutique, « Une pierre pour toucher les yeux »36. Pour le terme de ses grossesses, Marguerite de Navarre a quant à elle à sa disposition la « Sainture de laine qui est bonne quant les femmes sont en saintes pour les faire délivrer » inventoriée dans le cabinet d’Anne d’Albret37. L’objet procède manifestement autant de l’obstétrique que de la magie. Comme la majuscule et l’orthographe transcrites sur l’inventaire l’indiquent, ladite « Sainture » est dotée d’une puissance bénéfique et relève du sacré.

  • 38 1533, no 226, no 227, no 231.
  • 39 1481, no 144.
  • 40 1602, no 11 : « […] un daiz et grand ciel appellé de Mélusine, le tout fait à broderie garni de six (...)

12Cette ceinture est rangée avec la collection de reliques qu’Anne d’Albret transmet à Marguerite de Navarre38. La princesse et la reine ne sont pas les seules à collectionner les reliques sacrées. Dans leur cabinet à Nérac et à Pau, la grand-mère et la mère d’Anne d’Albret en possèdent aussi, reliques saintes et autres chapelets de corail. Les reliques de même que le corail constituent des objets et des naturalia miraculeux et aux pouvoirs propitiatoires gages de puissance et destinés à procurer un pouvoir sacré autant qu’à favoriser le destin de la lignée. À la fin du xve siècle, la dame d’Albret Françoise de Blois-Bretagne possède en outre le livre de Merlin donnant également une dimension magique à la bibliothèque ancestrale des Albret39. De même, un siècle plus tard sous la régence de Catherine de Bourbon, le cabinet royal de Pau déroule la tapisserie de Mélusine, la fée qui se transforme en serpent et dont la légende développe le thème de la destinée40. Le livre de Merlin procède également de la prophétie. Prophétie et astrologie divinatoires sont en effet partie prenante de la pratique de la bibliothèque et du pouvoir au xvie siècle.

« un petit livre parlant de la lunne », quand la reine « va sur les champs »
(une bibliothèque astrale et itinérante)

Chroniques célestes et cadrans astrologiques de la reine

  • 41 1533, no 98.
  • 42 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 421, octobre 1528 ; Lettre no 427.
  • 43 1533, no 108.

13Si le livre des prophéties de Merlin est inventorié dans la bibliothèque de la grand-mère d’Anne d’Albret (de même que chez Catherine de Médicis), Henri d’Albret et Marguerite de Navarre possèdent un ouvrage intitulé l’« oracle de l’empereur des Mahomes », le livre du prophète de l’Islam, témoignage de la dimension divinatoire de la bibliothèque royale de Pau41. De fait, la correspondance de la reine révèle que Marguerite de Navarre annonce à François Ier en octobre 1528 sa « fille à naître »42. La reine donne en effet naissance à une princesse, Jeanne d’Albret, le 16 novembre 1528. Les médecins astrologues de sa maison consultés par Marguerite de Navarre établissent pendant la grossesse de la reine les calculs issus de l’alignement des astres selon lesquels il est possible de prédire la naissance d’une infante. Dans sa bibliothèque, la reine possède Le compost et calendrier des bergers, une compilation de traités d’astrologie et de cosmologie comprenant la représentation des signes du zodiaque43. À l’aide de ce livre, les astrologues royaux peuvent lever la carte du ciel et fournir à la reine le thème astral et la future trajectoire de vie de la petite princesse au destin royal à venir.

14Au-delà des prédictions de ses médecins, qui sont astrologues de formation et qui portent le titre de « conseillers de la reine », il s’agit bien pour Marguerite de Navarre de maîtriser l’avenir. La reine s’appuie sur sa librairie et son cabinet pour étudier le ciel et voir juste. De même que la table des « simples médicamens » incluse dans le livre des Commentaires de Dioscoride inventorié dans la bibliothèque de Jeanne d’Albret s’ordonne en fonction des maux à éviter ou des résultats à obtenir en matière médicale, dans le domaine du gouvernement royal les livres de prophétie et la pratique de l’astrologie divinatoire permettent à la reine d’infléchir sa décision en fonction de ce qui est constitué par les astrologues comme opportunité ou menace. La reine gouverne en utilisant ses livres et ses cabinets d’astrologie pour interpréter les signes en provenance des astres, guider et conforter ses prises de position politiques.

  • 44 Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François Phébus (...)
  • 45 ADPA, B 2505 (1581).
  • 46 ADPA, B 2681 (1583) ; B 129 (1588). Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais (...)

15Catherine de Foix-Béarn s’entoure elle-même d’un médecin astrologue, maître Morgati, qui exerce aussi en tant que conseiller sous la régence de sa mère Madeleine de France44. Marguerite de Valois compte quant à elle un certain sieur de la Madeleine inscrit dans sa maison en tant que « conseiller et médecin de la Reyne » à la cour de Nérac45. La Chambre des comptes de Pau mentionne aussi Pierre Palma-Cayet aux gages de quatre cents livres en tant qu’aumônier de la princesse régente Catherine de Bourbon, le ministre du culte étant par ailleurs féru d’alchimie et d’astrologie46.

  • 47 ADPA, B 28 (1583), f. 116. Voir James Dauphiné (dir.), Guillaume Saluste du Bartas 1590-1990 (Actes (...)
  • 48 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, pp. 16 sq(...)

16Sous la régence de Catherine de Bourbon, les comptes mentionnent l’achat des Chroniques du mathématicien et astrologue Jean Carion, également auteur d’un manuel d’astrologie intitulé Practica astrologica. Le livre, ainsi que la Practique d’astrolabe, sont inventoriés dans la bibliothèque de Marguerite de Valois avec aussi L’alfabet d’astrologie. Catherine de Bourbon se voit également offrir par son frère La Sepmaine ou Création du monde, un ouvrage scientifique écrit par le poète et astrologue de la cour de Navarre Guillaume de Saluste Du Bartas qui reconnaît et décrit la puissance des corps célestes sur le monde et le microcosme47. En outre, les inventaires de la bibliothèque royale de Nérac et de l’ancien cabinet de Navarre à Pau montrent que Marguerite de Valois et Catherine de Bourbon disposent des cadrans astrologiques de Marguerite de Navarre et de Jeanne d’Albret48.

  • 49 1548-1555, no 61 : « Une monstre d’horloige en rond […] », no 62 : « Autre monstre faite en carré d (...)
  • 50 1561-1562, no 104.
  • 51 1569, no 220 : « Deux cadrans où il y a des escripteaulx dedans, qui se tirent, l’un carré, l’autre (...)

17De même que le cabinet astrologique des Médicis à Florence est composé d’un cadran solaire de forme ronde et d’un cadran lunaire de forme carrée, les cabinets de Marguerite de Navarre à Nérac et à Pau contiennent deux paires de cadrans astrologiques, des cadrans d’horloges, l’un « en rond » et l’autre « fait en carré d’or et d’argent » ou encore « ung cadrant d’or rond où il y a dessus d’ung cousté le Temps et de l’autre Vérité » et « ung cadrant carré d’or aux armes de Navarre »49. Les cadrans astrologiques de la reine sont des instruments de maîtrise du temps et permettent d’accéder à la vérité régissant l’univers auquel la dynastie est associée. Sous le règne de Jeanne d’Albret, une mention de l’inventaire du cabinet de Pau signale que « la royne a pris les deux [cadrans] […] »50. L’inventaire établi à Nérac répertorie également « Deux cadrans » « d’or et d’argent » dans le premier cabinet de la reine, « l’un carré, l’autre rond »51. Marguerite de Navarre tient à disposer de cadrans astrologiques dans ses cabinets de Nérac et de Pau. Jeanne d’Albret se sert elle aussi de ces instruments de gouvernement.

Horloge de table avec astrolabe, vue du cadran solaire, xvie siècle.

Horloge de table avec astrolabe, vue du cadran solaire, xvie siècle.

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / René-Gabriel Ojéda

Cadran équinoxial avec échelle lunaire, xvie siècle.

Cadran équinoxial avec échelle lunaire, xvie siècle.

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / René-Gabriel Ojéda

  • 52 1520, no 158.
  • 53 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 96, Verneuil, 9 juin 1543 : « À Ma (...)

18Catherine de Foix-Béarn possède quant à elle « un petit livre en papier parlant de la lunne »52. Après la mort de la fille de la reine, Anne d’Albret, les médecins astrologues de la maison royale de la princesse font partie des conseillers de Marguerite de Navarre dont le médecin aumônier, maître Jehan Pallu, est en outre également répertorié en tant que « conseiller de la Royne »53. Jeanne d’Albret décore par ailleurs son cabinet itinérant d’une tapisserie de Nabuchodonosor, le roi de Babylone tirant sa puissance d’une éclipse du soleil qui l’impose comme arbitre de la paix après avoir interrompu la bataille entre les Mèdes et les Lydiens. Pour les princesses de Navarre, le pouvoir s’exerce autant au grand jour que la nuit à la lueur des étoiles et de la lune.

19À Paris, dans son palais de la rue des Deux-Écus, Catherine de Bourbon dispose, elle, de la tour astrologique édifiée par Catherine de Médicis pour consulter les astres avec le conseil de ses médecins astrologues. Devenue duchesse d’Albret, un siècle après son aïeule la dame d’Albret Françoise de Blois-Bretagne qui possède un cadran astrologique, Catherine de Bourbon perpétue la pratique féminine ancestrale du cabinet astrologique pour étudier la trajectoire astrale et le destin politique de sa lignée. Mais si les princesses de Navarre exercent le pouvoir royal grâce à l’étude des astres, elles arpentent aussi les terres de leur domaine sur le mode d’une vie de cour itinérante, soit la mise en œuvre d’un gouvernement entre ciel et terre.

Bahut mobile et transport des coffres : mobilier transbahuté et cabinet itinérant

  • 54 ADPA, B 13 (1565) ; Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 1013, 22 août 1546, Marguerite (...)
  • 55 1520, no 132 : « Plus ung autre libre en parchemin escript à la main nommé le Conde en françois », (...)
  • 56 1533, no 72 : « La description de l’escu de Foix et Béarn en ung livre escript dans parchemin couve (...)
  • 57 1598, no 99 : « Ung autre livre en papier cothé Le some rural ».

20Au xvie siècle, le prince et la princesse se déplacent de châteaux royaux en cours seigneuriales. Il en va de même du meuble princier transporté dans le train royal. En ce sens, la bibliothèque est itinérante. Les princesses de Navarre au xvie siècle pratiquent cette itinérance, administrant leurs terres en les arpentant avec leurs livres. Les princesses gouvernent également en sillonnant leur royaume depuis leur bibliothèque. Si la maison de Jeanne d’Albret compte ainsi un « capitaine ingénieur des terres de la Royne » et si Marguerite de Navarre commande au président du Béarn d’inspecter ses « terres d’Agen », Marguerite de Valois conserve le manuscrit du compte des Revenus de la reine en Agenois dans sa bibliothèque (les reines de Navarre sont comtesses d’Agen au xvie siècle)54. Dans sa bibliothèque, Catherine de Foix-Béarn dispose quant à elle du « livre de l’écu de Foix et Béarn » ainsi que du « Code en français » en deux volumes et d’un exemplaire du Songe du verger, une compilation jurisprudentielle55. Autant de sommes monétaires et juridiques fondant les droits seigneuriaux et servant à l’administration du royaume, toujours conservés et rangés côte à côte sous le gouvernement d’Anne d’Albret et sous le règne de Marguerite de Navarre56. La bibliothèque royale de Nérac inventoriée sur ordre de Catherine de Bourbon comprend de même La somme rurale, une compilation juridique d’usages féodaux rédigée par le jurisconsulte Jean Boutillier57. La princesse de Navarre s’appuie sur la bibliothèque royale pour administrer le royaume sous sa régence.

  • 58 André Alciat, rencontrant Guillaume Budé en Avignon où il enseigne en 1518, renouvelle la science j (...)
  • 59 1533, no 92 : « Les Loix de l’empereur Justinien ».

21Marguerite de Navarre renouvelle et enrichit le contenu juridique de la bibliothèque royale de Pau avec le code Justinien (dont un exemplaire est également inventorié dans la bibliothèque de Marguerite de Valois). La reine s’entoure d’éminents juristes dans ses domaines personnels, à Alençon avec son chancelier François Olivier qui devient chancelier de France ; à Bourges avec son université de droit où le milanais André Alciat introduit l’humanisme juridique après que Guillaume Budé a réformé le premier en France l’interprétation par les glossateurs du code Justinien58. De sorte que Marguerite de Navarre transporte le code Justinien de sa cour ducale et universitaire de Bourges à sa bibliothèque royale de Pau59.

  • 60 1569, no 112.
  • 61 Voir Albert Labarre, Histoire du livre, Paris, Presses universitaires de France, 2001 (Que sais-je  (...)

22Jeanne d’Albret fait elle-même suivre dans son train royal les textes de la jurisprudence royale française prise à Moulins, la capitale des ducs de Bourbon (la reine est duchesse de Bourbon et de Vendôme), comme le montre l’inventaire du château de Nérac décrivant « ung coffre bahut, lequel estre à Monsieur Pelletier secrétaire de la royne, dans lequel a esté trouvé […] les ordonnances du roy faictes à Molins »60. Il s’agit de l’ordonnance royale prise à Moulins en 1566 par Charles IX pour réformer la justice et réglementer la librairie en France en instituant notamment l’exclusivité du privilège du grand sceau pour toute nouvelle édition61.

  • 62 1569, no 163.
  • 63 1569, no 65, no 258.
  • 64 1569, no 253.
  • 65 1548-1555, no 27.
  • 66 1535, no 408 : « Une bouette couverte de velours violet couverte d’argent doré, aux armes de la Roy (...)
  • 67 1535, no 430.
  • 68 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602), p. 100.
  • 69 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibl (...)

23L’inventaire répertorie également « ung estuy de feuille de fer blanc pour tenir papiers »62. Pour transporter avec elle ses cartes géographiques et de navigation ainsi que ses plans d’architecture fortifiée, Jeanne d’Albret dispose d’un mobilier adapté : « ung estuy de fer blanc de la longueur de quatre pams pour mettre pourtraictures [cartes et plans] dedans » et « ung petit couffret long de voys [bois] », soit un coffret oblong sur mesure pour protéger les documents en rouleau63. Dans ses déplacements, la reine fait également suivre son « grand paquet » (un recueil) de plans de fortifications64. L’exemplaire du Nouveau Testament de Marguerite de Navarre est par ailleurs conservé dans « ung estuy de cuyr verd »65. La reine emporte également toujours avec elle son livre de prières, « un bréviaire couvert de velours noir à marguerites » rangé dans une boîte « couverte de velours violet couverte d’argent doré, aux armes de la Royne dans un triumphe » et conservé « dans un coffre de velours cramoisi violet faict de broderie férré d’argent »66. Quant aux « ymages d’argent » conservées dans son cabinet, Marguerite de Navarre les fait transporter dans « ung estuy couvert de satin noir doblé de toille blanche »67. L’ancien meuble de cabinet de Marguerite de Valois en Navarre renferme également « une boëte [boîte] de bois blanc où il y a douze estuys […] »68. Les livres sont en effet rangés dans des boîtes, des étuis et des chemises, tel un sac de toile, pour les protéger des manipulations et de l’entassement dans les coffres. « Les étuis sont là pour protéger les objets que l’on manipule et que l’on déplace souvent »69.

  • 70 1535, no 420, no 435, no 195 : « Ung petit estuy de cuyr noir », no 196 : « […] ung estuy longuet d (...)
  • 71 1548-1555, no 39.
  • 72 1569, no 141 (selle), no 139 : « […] une petite table avec ses tratteaulx », no 142 : « […] une tab (...)
  • 73 1569, no 82, no 81, no 136, no 137.

24Le cabinet de Marguerite de Navarre contient un grand nombre d’étuis, « de cuyr noir doré » ou encore un « estuy rouge »70. La bibliothèque renferme aussi « plusieurs estuys de cuyr noir à porter baisselle d’or et d’argent »71. Autant d’emballages richement capitonnés pour préserver les livres et les objets précieux des manipulations et des transports répétés. Jeanne d’Albret dispose d’un véritable cabinet de travail itinérant. Rangés dans la garde-robe et autres galetas (les garde-meubles) de sa bibliothèque et de ses cabinets, la reine fait suivre dans ses déplacements une « petite selle qui se plye » (un petit siège pliant) avec « une petite table qui se plye pour la porter à la suite de la cour » et plusieurs tables amovibles à tréteaux ainsi qu’un « lict de camp » décrit comme « le boys d’un lict de champ là où la royne couchoit faict en courbes par dessus »72. Il y a aussi « vingt pièces de tapisserye lesquelles ladite dame a coustume faire apporter quand elle va sur les champs » et encore « troys masles pour pourter la tappisserye », « cinq grosses masles de cuyr » et « huict autres malles de cuyr »73. Pour Jeanne d’Albret, le meuble d’étude participe du cheminement dans le monde. Le train royal achemine sur-le-champ meuble et cabinet d’étude à la suite de la reine qui sillonne son royaume avec armes, livres et bagages.

25Sous la régence de Catherine de Bourbon, un compte mentionne l’ordre de pourvoir au garde-meuble royal de Henri de Navarre à Montauban. Les coffres bahuts et les meubles du prince et de la princesse sont transportés et mobiles d’où l’action de transbahuter et le nom de mobilier. De même que le siège du gouvernement royal est itinérant, Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon sillonnent le royaume en s’attachant à faire suivre leurs livres et leurs cabinets dans le train royal. De plus, les princesses de Navarre se transmettent un réseau d’espaces savants non seulement composé de bibliothèques et de cabinets d’étude d’un château à l’autre à travers le royaume, de Nérac à Pau ainsi que dans la citadelle de Navarrenx, mais également relayé par les bibliothèques des cours épiscopales d’Agen et de Rodez ainsi que du collège royal de Lescar et de l’académie royale d’Orthez (avec aussi le collège d’Alençon et l’université de Bourges dans les cours ducales de Marguerite de Navarre).

26En cela, l’importance des déplacements dans le gouvernement du royaume est non seulement montrée mais le rôle que les princesses accordent à leurs bibliothèques et cabinets en tant que véritables relais de pouvoir apparaît également comme d’autant plus fondamental que leur pratique de la bibliothèque allie aux usages d’étude et aux fonctions d’appui de l’administration du royaume la conservation et le transport dans leur train princier des collections royales universalistes et sacrées faisant des princesses les garantes de l’ordre du monde devant Dieu. Au xvie siècle en Navarre, la bibliothèque est au pouvoir. Dans son sillage à travers le monde, les faits et gestes de la princesse participent en effet du retentissement sur sa cour des modes intellectuelles et spirituelles déployées par la dame.

Notes

1 ADPA, B 16 (1570).

2 Voir Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et secrets de beauté », in Isabelle Bardiès-Fronty, Michèle Bimbenet-Privat, Philippe Walter (dir.), Le bain et le miroir : soins du corps et cosmétiques de l’Antiquité à la Renaissance (exposition, Paris, musée de Cluny, Écouen, musée national de la Renaissance, 20 mai-21 septembre 2009), Paris, Gallimard, 2009, pp. 281 et 288.

3 ADPA, B 20 (1571).

4 1520, no 148.

5 En 1552, à la suite d’un voyage à Milan où il fait la rencontre d’un botaniste spécialiste des confitures végétales, Nostradamus publie son Traité des fardemens et confitures dans lequel le médecin expose des recettes de cosmétiques et de produits culinaires sucrés pourvus de pouvoirs naturels divers et variés (Michèle Bimbenet-Privat, op. cit., p. 289).

6 1569, no 151 : « […] une petite presse, les vitz de fer », no 164 : « […] une platine d’estaing », no 154 : « Ung mortier de marbre, ung pillon de fer », no 158 : « […] petit sac de lude dans lequel y a des amandes vieilles », no 159 : « […] ung petit sac où y a des raisins ».

7 1569, no 160 : « Une petites vallances [balance] et ung marc auquel y défault deux onces », no 156 : « Deux cassolettes de cuybre » ; 1535, no 235 : une « eschauffete d’or où a une pierre rougne ».

8 1569, no 161 : « Six espatulles de fer », no 145 : « […] six grandz pains de sucre », no 148 : « […] ung petit coffre carré plain de petites boettes [boîte] de drogues », no 153 : « […] neufz sacz de lude à usage d’appoticaire dans deulx desquelx y a quelques petites drogues » ; Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, p. 7 (grenades).

9 1533, no 73.

10 Voir Michèle Bimbenet-Privat, op. cit., pp. 280-281.

11 1533, no 172 (musc), no 215 : « […] une pomme d’or dans une boutellete de boys », no 216 : « […] deux pommes d’argent l’une doré », no 223 (parfumoir).

12 1535, no 238 : « Deux encenciés d’or », no 239 : « […] une neufz d’or à tenir l’encens et la childère dedans », no 201 : « […] une pomme de senteur d’or et d’argent remplie de rubiz », no 210 : « […] une pome d’or de senteur ronde et plate », no 211 : « […] une pome d’or de senteur esmaillée de noir doré », no 212 : « […] une pome d’or pendante à une petite chaine d’or », no 213 : « […] une pomme d’or dans une bourse de satin cramoysin », no 209 : « […] une pome d’or verte », no 204 : « une pomme de centeurs, le fons d’argent, faicte à fuelliages d’or », no 208 : « […] une pome d’or où il y a de deux coustez des devises à fuillaige de vert », no 206 : « […] une pome de senteurs environnée d’or à faiçon de une part chapeaulx d’espines », no 207 : « […] une pomme de senteur à six bandes d’or à la morisque », no 205 : « […] une pomme de senteurs d’or où il y a deux médailles au dessus », no 219 : « […] ung pome de senteur de gée », no 227 : « […] une pome de cristal garnye d’argent ».

13 1535, no 113 : « […] huict petitz flacons de diverses pierres différentes garniz d’or », no 107, no 111, no 112 (trois flacons garnis d’or), no 116 : « […] ung flacon d’or esmaillé de bleu, quatre rubis et perles au pied », no 117 : « […] ung grand flacon d’aguate garny d’or », no 114 : « […] ung flacon garny et un pot d’aguate garniz d’or » ; Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, p. 20.

14 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 936, avril 1543, Nérac, Marguerite de Navarre à François Ier ; Lettre no 937, avril 1543, François Ier à Marguerite de Navarre ; Lettre no 938, 1543, Marguerite de Navarre à François Ier.

15 1548-1555, no 1 (Nérac) ; 1535, no 437 (Pau) : « […] le pied et le couvercle d’or […] ».

16 1533, no 136.

17 Voir Pierre Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, Paris, s.n., 1609, p. 395.

18 1533, no 109 : « Ung livre intitulé la propriété des herbes commensant de arsenic que es ».

19 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 110-111, Berry, 8 décembre 1542.

20 Cité par Gabriel-André Pérouse, « Docteurs et médecins », in Marie Viallon-Schoneveld (dir.), Médecins et médecine au xvie siècle (Actes du colloque du Puy-en-Velay, septembre 2001), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2002, p. 17.

21 ADPA, B 11 (1563).

22 Victor Dubarat (éd.), Fourniture de vivres pour la maison de Jeanne d’Albret (1564), Pau, Impr. de J. Empérauger, 1906, p. 6 ; 1569, no 146 : « vingt cinq pains de sire tant petitz que grandz ».

23 Voir Ivan Cloulas, Les châteaux de la Loire au temps de la Renaissance, Paris, Hachette Littératures, 2003 (Pluriel), p. 269.

24 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, P. Jannet, 1857, p. 233.

25 Éliane Viennot, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, 2005 (Tempus), p. 214.

26 1533, no 189 : « […] ung brasselet d’argent doré avec une pièce alicorne », no 211 : « […] une petite pièce alicorne enchassée en argent qui a servy en coupe », no 199 : « […] une pièce d’alicorne en ung papier ».

27 Anne d’Albret est mariée à son cousin le comte d’Astarac Jean de Foix-Candale qui décède entre 1528 et 1532.

28 Bibliothèque de la Société historique du protestantisme français, ms. 434, inventaire des bijoux de Catherine de Bourbon, 1572-1597. Pierre Tucoo-Chala, Catherine de Bourbon : une calviniste exemplaire, Anglet, Atlantica, 2003 (Poche), p. 278 : « Le 17 août 1600 Catherine de Bourbon fait faire à Nancy son dernier inventaire général [“Inventaire faict par Madame, soeur unique du roi de toutes ses bagues, pierreries, chênes, perles et besoignes d’or”] ». Raymond Ritter, Catherine de Bourbon, 1559-1604 : la sœur d’Henri IV, Paris, J. Touzot, 1985, vol. 2, pp. 499-500 : « Le 13 février 1604 on cadenassa les “cabinets” de Madame et “la garde-robe de Madame de Panjas” […] ». « Le 5 mars on procéda à l’inventaire des coffres suivant l’inventaire trouvé dans le coffre bahut fait à Bar en 1599 et vérifié à Nancy le 23 juin 1601 : “ […] un coffre bahut rond par-dessus fermé à deux clefs appelé le coffre des pierreries […]. Ledit coffre bahut rond auquel sont encloses toutes les bagues, pierreries et autres choses contenues […] un petit coffre carré plat fermant à deux serrures et un cadenas appelé le petit coffre des bagues” [Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7694, f. 37 vo] ».

29 Ambroise Paré, Discours avec une table des plus notables matières : de la licorne, des venins, des perles et pierres précieuses, Paris, G. Buon, 1582, Dédicace.

30 Voir Alain Cullière, Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au xvie siècle, Paris, H. Champion, 1999, p. 325.

31 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de Navarre, duchesse de Bar (1570-1603), Raymond Ritter (éd.), Paris, É. Champion, 1927, Lettre no CCXIII, 6 décembre 1603.

32 Voir Raymond Ritter, Catherine de Bourbon…, vol. 2, p. 489.

33 Paracelse, La grand chirurgie de Philippe Aoreole Theophraste Paracelse…, Lyon, A. de Harsy, 1589, pp. 89 et 523 ; autres éditions : 1593, 1603.

34 Benjamin Fillon, La galerie de portraits réunie au château de Saumur par Du Plessis-Mornay : Estat des tableaux et portraits qui sont au chasteau de Saulmur, droissé par Rodolphe Auspach, Maistre peintre du dict Saulmur, le 2e de septembre 1619, sur l’ordre de Monsieur, Paris, A. Quantin, 1879.

35 1533, no 200, no 194 : « Une bouete à façon d’estuy et y a ce que s’ensuyt : », no 195 et no 196 (deux reliquaires d’or).

36 1472, [no 5] : « Une pierre pour toucher les yeux enchassée d’or ».

37 1533, no 232.

38 1533, no 226, no 227, no 231.

39 1481, no 144.

40 1602, no 11 : « […] un daiz et grand ciel appellé de Mélusine, le tout fait à broderie garni de six pantes de la mesme histoire de Merlusine ».

41 1533, no 98.

42 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 421, octobre 1528 ; Lettre no 427.

43 1533, no 108.

44 Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François Phébus, 1483 ; Madeleine de France, 1493 ; Catherine de Foix, 1504 ; Jean d’Albret, 1516 ; Anne d’Albret, 1532), texte béarnais avec introduction et notes, Toulouse, E. Privat, 1940, p. 46 : « P. Morgati, maeste et medecin de la regine de Navarra [Catherine de Foix-Béarn] » (1491) ; testament de Madeleine de France (1493) : « […] Pes Morgati conselher et medecin ».

45 ADPA, B 2505 (1581).

46 ADPA, B 2681 (1583) ; B 129 (1588). Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais : xvie-xviie siècles, Pau, CEPB, 2001, p. 207.

47 ADPA, B 28 (1583), f. 116. Voir James Dauphiné (dir.), Guillaume Saluste du Bartas 1590-1990 (Actes du colloque international d’Auch-Le Bartas-Pau, 6-8 avril 1990), Paris, Eurédit, 2006, p. 273.

48 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, pp. 16 sq. : « Un pourtraict de cradran [cadran] de satin carmoisi [cramoisi] rouge à quatre petits piliers […]. Une petite bouette ronde de satin cramoisi rouge couverte de fil d’or à feuillages, au dessoubs de laquelle est marqué un cadran » ; Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), p. 109 : « Un cadran d’or quarré avec les armoiries de Navarre ».

49 1548-1555, no 61 : « Une monstre d’horloige en rond […] », no 62 : « Autre monstre faite en carré d’or et d’argent […] » ; 1535, no 202 et no 203. Maria Saframeli, Patrizia Nitti (dir.), Trésor des Médicis [exposition, Paris, Fondation Dina Vierny-musée Maillol, 29 septembre 2010 - 31 janvier 2011], Paris, Fondation Dina Vierny-musée Maillol ; Skira-Flammarion, 2010, pp. 200-206.

50 1561-1562, no 104.

51 1569, no 220 : « Deux cadrans où il y a des escripteaulx dedans, qui se tirent, l’un carré, l’autre rond couvertz de satin rouge et canetille d’or et d’argent ouvrage de religion, le ron a son estuy de velours viollet enrichy de canetille d’or et d’argent ».

52 1520, no 158.

53 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 96, Verneuil, 9 juin 1543 : « À Maistre Jehan Pallu conseiller et aulmosnier ordinaire de la Royne cinquante livres tournois de pension par chascun an pour entretenir Jehan Pallu son filz aux escolles et luy avoir des livres » ; ms. 1831, f. 24, 27 mars 1544 (1545 nouveau style) : « À feu me Jehan Pallu en son vivant médecin de la royne deux cents livres pour ses gaiges et pension de l’année 1544 ».

54 ADPA, B 13 (1565) ; Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 1013, 22 août 1546, Marguerite de Navarre au président du Béarn ; Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard, Guy Poirier (dir.), Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres (Actes de colloque, fondation Singer-Polignac, Paris, juillet 2003), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, p. 282.

55 1520, no 132 : « Plus ung autre libre en parchemin escript à la main nommé le Conde en françois », no 143 : « Plus le premier libre de l’escu de Foix escript à la main en parchemin », no 144 : « Plus ung autre libre de la Rubrique du code en français escript en parchemin à la main », no 156 : « Plus ung autre libre nommé Le libre du bergier escript en papier ».

56 1533, no 72 : « La description de l’escu de Foix et Béarn en ung livre escript dans parchemin couvert d’aiz », no 100 : « Autre livre en parchemin contenant le premier livre du code en françois », no 107 : « Livre en papier intitulé le livre du vergier ».

57 1598, no 99 : « Ung autre livre en papier cothé Le some rural ».

58 André Alciat, rencontrant Guillaume Budé en Avignon où il enseigne en 1518, renouvelle la science juridique dans les universités principalement à celle de Bourges entre 1529 et 1533. Voir Marie-Claude Tucker, Maîtres et étudiants écossais à la faculté de droit de l’université de Bourges, 1480-1703, Paris, H. Champion, 2001, pp. 168-170.

59 1533, no 92 : « Les Loix de l’empereur Justinien ».

60 1569, no 112.

61 Voir Albert Labarre, Histoire du livre, Paris, Presses universitaires de France, 2001 (Que sais-je ?), p. 80 ; Dominique Rouet, « Moulins, ordonnance de », in Pascal Fouché, Daniel Péchoin, Philippe Schuwer (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, 2002-2005, vol. 2, p. 1070.

62 1569, no 163.

63 1569, no 65, no 258.

64 1569, no 253.

65 1548-1555, no 27.

66 1535, no 408 : « Une bouette couverte de velours violet couverte d’argent doré, aux armes de la Royne dans un triumphe, où dedans a ung brebière couvert de velors noir à marguerites », no 413 (coffre) ; ADPA, A 4 : « Double d’inventoire du Cabinet de la Royne à Pau en mars 1534 » ; Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « Richesses anciennes du château de Pau : un inventaire des bijoux, joyaux, bibelots précieux de Marguerite d’Angoulême (1535) », Bulletin des amis du château de Pau, 1961, no 12, pp. 3-19 ; 1992, no 125, pp. 1 sq.

67 1535, no 430.

68 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602), p. 100.

69 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1988, p. 202.

70 1535, no 420, no 435, no 195 : « Ung petit estuy de cuyr noir », no 196 : « […] ung estuy longuet de cuyr noir », no 197 : « […] ung estuy de cuyr noir », no 198 : « […] estuy de cuyr doré », no 199 : « […] ung estuy de cuyr noir », no 351 : « […] ung estuy de cuyr noir carré », no 437 : « […] ung grand estuy hault de cuyr noir », no 438 : « ung estuy de cuir noir ».

71 1548-1555, no 39.

72 1569, no 141 (selle), no 139 : « […] une petite table avec ses tratteaulx », no 142 : « […] une table qui se plye en deux, ensemble les tratteaulx qui se trouvent à ladite table », no 143 : « Une autre petite table qui se plye et les tratteaulx qui se plient avec une chaîne de fer », no 268 : deux petites tables « d’abet avec tratteaulx » ; 1548-1555, no 158 ; 1569, no 80 (lit).

73 1569, no 82, no 81, no 136, no 137.

Table des illustrations

Titre Mortier au chiffre de Diane de Poitiers, xvie siècle .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Stéphane Maréchalle
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Mortier de pharmacie aux armes des Médicis (porphyre), xvie siècle .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Hervé Lewandowski
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Horloge de table avec astrolabe, vue du cadran solaire, xvie siècle.
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Cadran équinoxial avec échelle lunaire, xvie siècle.
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search