Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 2. La bibliothèque au pouvoir : les livres « en sa puissance »

Chapitre IV. Jeux de dames et de pouvoir : stratégies et secrets de cabinet

Texte intégral

Dames stratèges et légitimité dynastique

« Ung tablier à jouer aux dames »

1Rangé sur une étagère de son grand cabinet (son coffre-fort) entre un reliquaire et une montre, un jeu de dames est décrit comme « Ung tablier à jouer aux dames » dans la librairie de Marguerite de Navarre. Le damier représente l’infini autant qu’il quadrille et borne l’espace. Le jeu symbolise la maîtrise de l’espace. Son positionnement peut également représenter un enjeu d’équilibre, le pivot entre le sacré, le magique (le reliquaire) et la mesure du temps (la montre). Avec son jeu de dames positionné au centre du coffre bahut de sa librairie, Marguerite de Navarre révèle un goût pour la stratégie à la dimension universelle et cosmique et une appréhension tactique de l’espace et du temps au service d’un ordre sacré et magique du monde. La librairie de la reine relève d’une dame stratège.

  • 1 1548-1555, no 5 ; 1569, no 256 ; 1598, no 73.
  • 2 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et (...)

2Le « tablié de dames » de la librairie de Marguerite de Navarre est répertorié dans le cabinet d’étude de Jeanne d’Albret. De même, le jeu est conservé dans la bibliothèque du château de Nérac inventorié sur ordre de Catherine de Bourbon : « Ung vieux damier rompu »1. « Un eschiquier d’argent doré garny d’eschec et dames » est également inventorié dans le meuble composant le cabinet royal de Navarre transporté du château de Pau vers la citadelle de Navarrenx au temps de la régence de Catherine de Bourbon2. Avec ses « platines » d’argent « fort ternes », « rompu » « estant le dict damyer en deux pièces », l’ancien damier de la librairie de Marguerite de Navarre puis du cabinet de Jeanne d’Albret à Nérac est inutilisable et remplacé par un nouveau jeu d’échecs conservé dans le cabinet royal de Pau, siège du gouvernement de « Madame la princesse Régente » Catherine de Bourbon.

  • 3 1472, [no 12] ; 1481, no 129.
  • 4 1548-1555, no 24 : un livre « dont la couverture est faicte à carreaulx de velours gris et de drap (...)
  • 5 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibl (...)

3À la fin du xve siècle à Nérac, les dames d’Albret Anne d’Armagnac et Françoise de Blois-Bretagne possèdent un « petit livre des Echecs » également répertorié en tant que livre de « L’Eschequier »3. Le livre ne semble pas être inventorié dans la bibliothèque royale de Pau contenant encore en 1533 le tiers des livres des feues dames d’Albret. Cependant, parmi les deux cents volumes de sa librairie du château de Nérac Marguerite de Navarre possède un livre à la « couverture » particulière « faicte à carreaulx », une reliure à damier combinant les contrastes d’un sombre « velours gris » avec un lumineux « drap d’or raz et frizé », c’est-à-dire un tissé en relief, un motif tissé à carreaux alternant une teinte foncée et une teinte claire pouvant représenter un échiquier4. Dans son cabinet de travail, Catherine de Médicis possède un manuel des échecs, « ung livre écrit à la main representant ung jeu d’eschiquier »5. De sorte que le livre damier de Marguerite de Navarre pourrait non seulement s’avérer constituer l’ancien livre de « L’Eschequier » des dames d’Albret à la fin du xve siècle mais ainsi également un manuel du jeu de dames et des échecs.

  • 6 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2014, pp. 281 et (...)

4C’est en effet à la fin du xve siècle que se fixent les règles des échecs appelés aussi jeu de dames6. Autant de « tablier à jouer aux dames », « tablié de dames », échiquier, damier ou « damyer » et autre manuel du jeu des échecs où les pions sont qualifiés de dames et où la reine devient la pièce maîtresse du jeu. La bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle montre un goût féminin séculaire et ancestral pour le jeu de stratégie. Or de par leur position sociale ces princesses sont au cœur du pouvoir royal et seigneurial et elles participent du jeu d’influence sur l’échiquier politique. Au xvie siècle, la bibliothèque des princesses de Navarre commande à l’exercice du pouvoir par des dames rompues à la spéculation échiquéenne et à la pratique des stratégies de jeu. Les princesses de Navarre au xvie siècle sont des dames stratèges.

  • 7 1548-1555, no 5 (garde-robe de la librairie) ; 1569, no 256 (« second cabinet de la royne ») ; 1598 (...)
  • 8 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », p. 109.

5Le damier inventorié dans la bibliothèque du château de Nérac tout au long du siècle est « faict par dessus de nacre de perle avec autres pièces d’argent doré en orphebrerye » ou encore « garny naque [nacre] de perles et en aucuns endroictz de petites platines d’argent […] »7. Il s’agit d’une pièce d’orfèvrerie richement ouvragée réservée à la reine. La valeur conférée à l’objet se révèle d’autant plus grande que les inventaires mobiliers successifs montrent une pratique exclusive et quotidienne. Le jeu est ainsi rangé sous clef dans le coffre-fort de la librairie de Marguerite de Navarre (dans le grand meuble cabinet de la reine). Et le damier est toujours à portée de main avec les livres de la reine dans le cabinet d’étude de Jeanne d’Albret. Quant au nouvel échiquier luxueux inventorié dans le cabinet royal de Pau transporté dans la place forte de Navarrenx sous la régence de Catherine de Bourbon, il est soigneusement conservé « dans son estuy » (pour le protéger des manipulations lors des transports) et répertorié dans un coffre « avec trois dez d’or »8. De même que la régente constitue une pièce maîtresse sur l’échiquier politique du royaume depuis sa cour installée dans le château de Pau, Madame dispose dans le cabinet royal du meuble de Navarre d’un jeu de stratégie renouvelé, réservé au prince et suivant la princesse.

  • 9 Ibid.
  • 10 Inventaire des meubles que Je Isaac de Peres consierge pour le Roy en son chasteau de Nérac ay en g (...)

6Transbahuté par nombre de concierges et placé en sûreté à maintes reprises, le jeu est finalement inventorié incomplet en 1601 : « y manque un roi »9. Catherine de Bourbon n’est plus sur place et son pouvoir sur le meuble royal de Navarre est révolu au temps de sa puissance en Béarn alors que l’exercice de la régence du royaume par Madame prend fin une décennie plus tôt. Toutefois, l’ordre donné en 1598 au concierge royal de Nérac de faire dresser l’inventaire mobilier du château montre les prérogatives seigneuriales que tient toujours à exercer Catherine de Bourbon en tant que duchesse d’Albret, les notaires royaux étant des plus explicites : « procéd[er] à l’inventaire de ce qu’elle a eu en sa puissance » est-il écrit sur la minute dudit inventaire10. Le « vieux damier » est alors répertorié avec les livres dans l’ancienne bibliothèque royale de Navarre.

7Il est intéressant de constater qu’un siècle auparavant, l’inventaire après décès du cabinet de Charlotte d’Albret répertorie également un jeu d’échecs. Le goût pour la stratégie constitue une valeur féminine séculaire et ancestrale transmise chez les dames et princesses d’Albret et de Navarre tout au long du xvie siècle. La mère de Charlotte d’Albret, Françoise de Blois-Bretagne, transmet en outre aux Albret la vicomté de Limoges avec ses célèbres artisans émailleurs dont le célèbre Léonard Limosin qui est inscrit sur les comptes de Marguerite de Navarre, vicomtesse de Limoges aux côtés de son époux Henri d’Albret, petit-fils et héritier de Françoise de Blois-Bretagne. Léonard Limosin réalise pour le compte du roi de France Henri II un échiquier encore conservé. Marguerite de Navarre peut par conséquent commander le riche damier inventorié dans sa librairie à son maître émailleur de Limoges.

Jeu de dames avec pions (ébène, ivoire), xviie siècle .

Jeu de dames avec pions (ébène, ivoire), xviie siècle .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d'Écouen) / Stéphane Maréchalle

Échiquier, trictrac (émail peint) par Léonard Limosin, 1537 .

Échiquier, trictrac (émail peint) par Léonard Limosin, 1537 .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet

  • 11 1481, no 127 ; Michel de Montaigne, Essais, Bordeaux, S. Millanges, 1580, I, « Des livres », p. 351
  • 12 1472, [no 15] ; 1481, no 162.
  • 13 1523 (Moulins), no 36 et no 39 : « […] le livre […] de tous les faitz des Rommains ». Voir Léon Sou (...)
  • 14 1520, no 163 : « Plus ung autre libre en papier intitulé Venez de Anthoine ».

8Avec son livre de « l’Eschequier », Françoise de Blois-Bretagne possède un ouvrage intitulé « Julius César », le grand stratège de l’Antiquité auteur de la Guerre des Gaules et à propos de qui Montaigne écrit dans ses Essais : « Caesar seul me semble mériter qu’on l’estudie »11. La bibliothèque de la dame contient de plus « Les croniques des Romans », un livre transmis par une autre dame d’Albret, Anne d’Armagnac, et répertorié aussi sous le titre « Le quatrième volume des Histoires de Rome »12. Cette compilation médiévale des écrits de César, Lucain, Suétone et Salluste connue sous le titre Les faits des Romains représente le premier livre consacré à Jules César et contient la transcription de la Guerre des Gaules (l’ouvrage est traduit en italien et en portugais sous le titre Vie et faits de Jules César). Le livre connaît un grand succès jusqu’à la fin du xve siècle et il est à l’origine de la renommée du personnage de Jules César dans la noblesse. La bibliothèque des ducs de Bourbon à Moulins en contient deux volumes et Catherine de Foix-Béarn en possède elle-même un exemplaire issu de la bibliothèque du comte de Foix et vicomte de Béarn Jean Ier au début du xve siècle13. Catherine de Foix-Béarn possède en outre l’histoire mise par écrit d’un autre grand stratège militaire de l’Antiquité, le compatriote de Jules César et général romain Antoine (ou Marc-Antoine)14.

  • 15 1533, no 75 : « Autre livre en papier ou n’a commensement ne fin et parle de Hantoine et de faictz (...)

9Ces deux ouvrages sont encore répertoriés dans la bibliothèque royale de Pau sous le règne de Marguerite de Navarre et dans la bibliothèque royale de Nérac inventoriée à la fin du xvie siècle sur ordre de Catherine de Bourbon15. En revanche, les ouvrages ne figurent pas dans l’inventaire établi en 1606 des livres royaux de Navarre que donne Henri IV au gouverneur de Guyenne. Leur mauvais état écarte-t-il les ouvrages de la magnanimité royale ou le roi ou sa sœur font-ils prélever les livres quelques années auparavant pour l’usage de leur bibliothèque personnelle respective ? Toujours est-il que le récit historique de la vie et l’œuvre littéraire de Jules César, seul stratège de l’Antiquité digne d’étude selon Montaigne, traverse le xvie siècle dans la bibliothèque royale de Navarre transmise par Catherine de Foix-Béarn et constitue au début du xviie siècle un des rares ouvrages de l’ancien cabinet d’étude du château de Nérac transmis depuis le xve siècle par les dames d’Albret aïeules d’Anne d’Albret, Jeanne d’Albret, Catherine de Bourbon et Henri de Navarre.

  • 16 1569, no 258 et no 253.
  • 17 Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608)  (...)

10Jeanne d’Albret renouvelle le goût littéraire de ses aïeules pour la stratégie. Dans la bibliothèque de la reine, des « pourtraictz [plans] de villes […] et forteresses » sont inventoriés avec également « ung grand paquet de pourtraictz de fortifications », un recueil de plans d’architecture fortifiée16. Ces mentions constituent les seules références explicites de contenu sur l’inventaire des cent quatre-vingts livres composant la bibliothèque de Jeanne d’Albret avec une Bible (en quatorze volumes) répertoriée au cœur de la collection. La reine souscrit à la tradition de primauté des textes sacrés en accordant une place centrale au livre saint dans sa bibliothèque. L’inventaire de la bibliothèque de Jeanne d’Albret n’en marque pas moins le goût explicite de la reine pour la stratégie. Les comptes de la maison royale confirment cet intérêt pour la stratégie appliqué aux fortifications avec les mentions du maître architecte de la reine, Hervé Boullart, « pour avoir vaqué aux fortifications de Navarrenx », et d’un certain « Me Odet de Lestang maître des réparations », ainsi que du capitaine Flayol, « ingénieur et maître des fortifications et réparations des terres de la Royne »17. Des serviteurs attachés à la personne de Jeanne d’Albret et dédiés notamment à l’entretien de la forteresse béarnaise de Navarrenx. Jeanne d’Albret s’inscrit ici dans les pas de sa mère.

  • 18 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 19 Voir Gérard Folio, « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’épo (...)
  • 20 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 681.
  • 21 « Marguerite d’Angoulême Gouvernante de Guyenne (4 mars 1544) », Bulletin des amis du château de Pa (...)
  • 22 Achille Luchaire, Alain le Grand, sire d’Albret : l’administration royale et la féodalité du Midi, (...)

11En mars 1543, depuis Mont-de-Marsan puis Navarrenx Marguerite de Navarre écrit par deux fois aux consuls de Lectoure (la capitale de son comté d’Armagnac) au sujet du transport d’une quantité de salpêtre et de canons nécessaires à la forteresse de « Navarreins »18. Marguerite de Navarre et Henri d’Albret font en effet moderniser les fortifications de leur citadelle de Navarrenx entre 1542 et 1549 par l’architecte italien Fabricio Siciliano sur le modèle de la citadelle de Lucques en Toscane19. Dès 1537, la reine assure François Ier de tout faire pour « maintenir le bon ordre » de Bordeaux à Mont-de-Marsan (c’est-à-dire dans le gouvernement de Guyenne dirigé par Henri d’Albret) ainsi que « sur la frontière pour veiller à tout si l’Anglais venait et l’Espagnol avec lui »20. Depuis son cabinet d’étude, en tant que « Gouvernante de Guyenne » aux côtés de Henri d’Albret, Marguerite de Navarre commande aux opérations et aux manœuvres militaires de défense21. Le pays de Gascogne et sa cité fortifiée de Mont-de-Marsan sont d’une importance militaire centrale depuis l’époque médiévale pour la défense de la vallée de la Garonne et de Bordeaux, la capitale de la Guyenne. Au xvie siècle, les seigneurs d’Albret et rois de Navarre sont ainsi maîtres d’une position territoriale stratégique confortée par le renom de l’infanterie gasconne à l’origine du prestige de l’armée royale française dont Brantôme se fait l’écho : « tout soldat français, mais qu’il fût vaillant, on le tenoit pour Gascon »22. Marguerite de Navarre participe de l’histoire militaire de la Guyenne et la reine s’inscrit dans le récit littéraire et la vaillante renommée belliqueuse de la Gascogne.

  • 23 Transports du meuble royal de Navarre de Pau à Navarrenx : ADPA, B 271 (1585) ; B 2799 (1586) ; B 2 (...)

12La belle-sœur de Marguerite de Navarre, la princesse Anne d’Albret, exerce au nom de son frère Henri d’Albret la charge de lieutenant général de Navarre durant quinze ans. Catherine de Bourbon occupe elle aussi cette haute fonction militaire du royaume, pendant près de seize années, après avoir été nommée à ce poste stratégique par son propre frère Henri de Navarre. La princesse, qui exerce de plus la régence du Béarn, fait transporter son cabinet de Pau et le meuble royal de Navarre en sûreté dans la forteresse de Navarrenx où elle se replie avec sa cour usant de cette tactique préventive à plusieurs reprises entre 1585 et 1586 pour sauvegarder les collections et les « richesses » royales, les cabinets et autres « coffres du Roy » contenant notamment les livres royaux23. Durant son enfance, Catherine de Bourbon vit l’abandon du meuble royal par sa mère forcée de fuir son château de Nérac devant Blaise de Monluc en 1568. Or, les inventaires mobiliers du château effectués en 1569 et 1570 montrent le pillage des collections royales, notamment de la bibliothèque de Jeanne d’Albret. Catherine de Bourbon met en œuvre un stratagème répété pour éviter la perte du cabinet et de la bibliothèque de Navarre.

  • 24 Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, (...)
  • 25 Voir Anne-Marie Cocula, « Été 1568. Jeanne d’Albret et ses deux enfants sur le chemin de La Rochell (...)

13Dès 1577, moins d’un an après son retour en Béarn et les quatre années durant lesquelles la princesse est retenue en otage au Louvre suite aux massacres de la Saint-Barthélemy de 1572, Catherine de Bourbon commande aux réparations des fortifications d’Agen pouvant servir de repli pour le château limitrophe de Nérac24. Une décennie plus tard, en 1585, les remparts de la cité épiscopale d'Agen abritent ainsi Marguerite de Valois après le ralliement de la reine aux ligueurs de Guyenne. Au début du xviie siècle, la bibliothèque de Marguerite de Valois contient les Commentaires de Blaise de Monluc dans lesquels le lieutenant général de Guyenne sous Charles IX relate les campagnes militaires qu’il mène dans l’Agenais et notamment à l’automne 1568. Dans ses mémoires, Jeanne d’Albret évoque elle-même cet épisode de guerre et son repli stratégique avec ses enfants de Nérac vers la place forte de La Rochelle devant l’arrivée de Monluc avec l’armée française « à trois lieues » seulement du château ancestral des Albret25. Les stratégies militaires mises en œuvre à chaque génération trouvent une relation de librairie et de cabinet chez les princesses de Navarre au xvie siècle. En dame stratège avisée suivant l’exemple de sa mère et dans la lignée de sa grand-mère maternelle, Catherine de Bourbon met en pratique dans l’exercice de son pouvoir l’éducation littéraire et historique que leur fait prodiguer Jeanne d’Albret à elle et son frère comme le montrent les comptes de la reine.

« livres fournis à la Royne et Mgr le Prince », « à Haultain, imprimeur, cent cinquante écus pour l’impression de La loi salique de Pierre de Beloy »

  • 26 ADPA, B 16 (1570) : « A Marin Villepoux, libraire demeurant à La Rochelle, trente cinq livres dix n (...)
  • 27 ADPA, B 20 (1571).

14À La Rochelle, assiégée près de trois années entre 1568 et 1571, son château de Nérac investi et pillé par la soldatesque française dont le capitaine établit un inventaire du meuble royal abandonné, Jeanne d’Albret achète des livres pour elle et pour ses enfants à un libraire de la cité portuaire, Marin Villepoux26. La reine s’attache notamment à l’étude de l’histoire politique et militaire avec son fils. En 1571, les comptes répertorient « vingt deux livres dix sols tournois pour quatre livres qu’il [Marin Villepoux] a fournis à la Royne et Mgr le Prince [Henri de Bourbon], savoir […] l’Histoire de Guichardin et Appien d’Alexandrie, des guerres civiles et romaines »27. Jeanne d’Albret met en œuvre une stratégie éducative littéraire et historique, politique et militaire, destinée à son héritier.

  • 28 Histoire des guerres et choses advenues en la chrestienté soubs Charles VIII, roy de France, et pri (...)
  • 29 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 352-353.

15Avec Guichardin (Francesco Guicciardini), Jeanne d’Albret initie son fils à l’histoire politique et militaire de la péninsule italienne aux xve et xvie siècles, notamment à l’histoire des conquêtes du roi de France Charles VIII28. Dans ses Essais, Montaigne retranscrit ses annotations portées sur son propre exemplaire du livre de l’historien florentin : « Voy-ci ce que ie mis […] en mon Guichardin : Il est historiographe diligent, et duquel, a mon auis, autant exactement que de nul autre, peut on apprendre la vérité des affaires de son temps »29. Jeanne d’Albret prodigue à son fils une éducation historique et politique d’excellence. Quant à l’ouvrage de l’historien grec de l’Antiquité Appien d’Alexandrie, sa composition permet une prise en compte de la géographie et de la logique de chaque conquête romaine (jusqu’au iie siècle après J.-C.) et notamment l’analyse des choix stratégiques des généraux. Une leçon d’histoire et de tactique militaires de référence. Jeanne d’Albret éduque son fils en prince stratège. Le père du prince, le roi de Navarre et premier prince du sang Antoine de Bourbon, est mort des suites d’une blessure reçue lors du siège de Rouen en 1562. Henri de Bourbon sait donc que le commandement militaire relève du destin premier de son sang.

  • 30 Voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Co (...)

16Des exemplaires des ouvrages de Guichardin et Appien d’Alexandrie sont inventoriés dans la bibliothèque de Marguerite de Valois qui prend parti à plusieurs reprises durant les guerres civiles, la reine jouant au contraire un rôle politique modérateur de premier plan durant les dix dernières années de sa vie. Sa bibliothèque est composée des témoignages littéraires de son parcours politique atypique en mêlant les œuvres de l’évêque Pontus de Tyard aux livres de ses anciens courtisans à Nérac, De la vérité de la religion chrétienne du huguenot Philippe Duplessis-Mornay (dont Henri de Navarre achète un exemplaire) et les Essais de Michel de Montaigne qui, en tant que maire de Bordeaux, s’efforce lui-même de modérer les relations entre catholiques et protestants dans sa cité30.

  • 31 1598, no 86 : « Ung autre grand libre de parchemin de la Décade de Tite Libe couvert de velours noi (...)
  • 32 1472, [no 24], [no 22] ; 1481, no 128 ; 1520, no 129 et no 139 ; 1533, no 85 et no 93.
  • 33 Antoine Le Roux de Lincy, Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1507 et 1523, Paris, (...)
  • 34 1598, no 106.

17Dans la bibliothèque ancestrale de Navarre, Henri de Bourbon peut également étudier « Ung autre grand libre [livre] de parchemin de la Décade de Tite Libe couvert de velours noir »31. Il s’agit d’un volume de l’Histoire de Rome du célèbre historien de l’Antiquité Tite-Live. Le livre fait partie de la bibliothèque des dames d’Albret et des reines de Navarre depuis le xve siècle. Anne d’Armagnac et Françoise de Blois-Bretagne possèdent ainsi les exemplaires d’un « livre roman en parchemin tout neuf qui parle De Bello Punico », « Un grand livre en parchemin nommé Titus Livius » et un « Titus Livieulx ». La bibliothèque royale de Catherine de Foix-Béarn contient « le premier libre de Titus Li Bieux escript en parchemin escript à la main et istorié » et « ung autre libre de Titus li Bieux en parchemin escript à la main et bien istorié ». La bibliothèque royale de Pau sous le règne de Marguerite de Navarre et Henri d’Albret renferme un « Titus Livius en francoys escript en parchemin » et un « Autre livre contenant le second livre de Titus Livius »32. Le livre est également conservé dans la bibliothèque des ducs de Bourbon à Moulins (« Le IXe livre de la tierce decade de Titus Livius, et de la première guerre punique »33). De même que l’exemplaire des Faits des Romains, l’ouvrage de Tite-Live n’est pas mentionné sur l’inventaire des livres donnés par Henri de Navarre en 1606 bien que répertorié en 1598 sur ordre de Catherine de Bourbon. Ce dernier inventaire montre aussi tout l’intérêt que portent le roi et sa sœur à l’œuvre de l’historien de l’Antiquité avec la mention du livre la Sofonisba de Trissino, une tragédie au sujet puisé aux guerres puniques et à Tite-Live34.

  • 35 1598, no 94 et no 87.
  • 36 ADPA, B 2501 (1581).

18La librairie royale de Nérac contient de plus le manuel de L’instruction du jeune prince, un recueil médiéval d’instructions pour jeune chevalier, ainsi que le traité du Gouvernement des roys et des princes du théologien Gilles de Rome édité pour la première fois au xve siècle et embrassant la morale, l’économie et la politique35. Jeanne d’Albret s’applique à donner à son fils une éducation lettrée conforme à un prince destiné à l’exercice du pouvoir royal. La reine inculque le même goût lettré de la stratégie et les codes de l’exercice du pouvoir à sa fille. Sous sa régence, Catherine de Bourbon renouvelle en effet la bibliothèque des pages de la cour auprès d’un libraire de Nérac, Jean Durac, dont la quittance mentionne : « Oeuvres de Plutarque. […] Croniques de Carion. […] Trois tomes de Orezons de Cicéron. […] Mémoires de Bellay. […] Dixionnaire grec-latin-françois. […] Du Haillan »36. Catherine de Bourbon met en œuvre une stratégie éducative destinée aux futurs serviteurs de la cour de Navarre.

  • 37 Abel Lefranc, Jacques Boulenger (éd.), Comptes de Louise de Savoie (1515, 1522) et de Marguerite d’ (...)
  • 38 Michel de Montaigne, op. cit., p. 351.

19Les Œuvres morales de Plutarque correspondent à un recueil de traités. Mais Plutarque est également l’auteur des célèbres Vies parallèles des hommes illustres, une œuvre traduite en français au milieu du xvie siècle par Jacques Amyot, maître de la librairie du roi de France et ancien « écolier lecteur » pour le grec à l’université de Bourges où le savant est inscrit dans la maison de Marguerite de Navarre (la reine est duchesse de Berry)37. Le philosophe et historien grec est mentionné en tête de la quittance du libraire de Nérac établie sous la régence de Catherine de Bourbon. De même, Montaigne, qui écrit son admiration pour les historiens de l’Antiquité et particulièrement « ceux qui escriuent les vies », place Plutarque au panthéon de ses auteurs préférés en précisant : « voyla pourquoi, en toutes sortes, c’est mon homme que Plutarque »38.

  • 39 ADPA, B 98 (1585) : Discours de la Vie et de la Mort, vingt sols.

20Les trois dialogues sur l’orateur de Cicéron, intitulés aussi Oraisons ou Discours, consignent les règles de l’art oratoire et la composition de l’argumentation en rhétorique. La Bibliothèque nationale de France conserve un exemplaire en latin des Discours de Cicéron édité à Venise en 1540 et dont la reliure est aux armes de Marguerite de Navarre. Le plus grand des orateurs politiques de l’Antiquité est lu et étudié à la cour de Navarre depuis l’époque du règne de Marguerite de Navarre et au temps de la régence de Catherine de Bourbon. Henri de Navarre encourage lui-même ses courtisans dans cette voie de l’art oratoire, du débat d’idées et de la conversation, la dépense du roi répertorie l’achat du Discours de la Vie et de la Mort écrit par son conseiller Philippe Duplessis-Mornay39.

21Les dictionnaires achetés en 1581 au libraire de Nérac peuvent correspondre au Dictionarium Latino-Gallicum de Robert Estienne édité en 1552 et réédité en 1570 (Marguerite de Valois en possède un exemplaire), mais aussi au Traicté de la conformité du langage francois avec le Grec d’Henri Estienne édité en 1566 et 1569, ou encore à la grammaire grecque de Theodore de Bèze dont un exemplaire est acheté dix ans auparavant pour un « écolier » pensionné par Jeanne d’Albret, Samuel de Saint-Hilaire, qui devient précepteur des pages de la cour de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon. À l’exemple de sa mère, Madame la princesse régente veille à l’apprentissage des langues anciennes par les pages de la cour de Navarre.

  • 40 Pierre Bayle, « Carion (Jean) », in Dictionnaire historique et critique, 5e éd., Amsterdam, P. Brun (...)
  • 41 Chroniques de Iean Carion à Lyon par Iean de Tournes (1553) ; Les Chroniques de Jean Carion philoso (...)

22Le deuxième titre des livres fournis aux pages de la cour de Catherine de Bourbon concerne Jean Carion et ses célèbres Chroniques imprimées en allemand à Wittemberg en 1531, traduites en latin en 1538 et augmentées par le théologien luthérien Philippe Melanchthon, un ouvrage dont les « Protestants firent grand cas » selon Pierre Bayle dans son fameux dictionnaire40. Au xvie siècle, le livre de Jean Carion connaît trois éditions en français41. Jean Carion dédie ses Chroniques à l’Électeur de Brandebourg dont il devient l’astrologue mathématicien. La décision politique se prend en effet à l’aune du calcul astrologique et de l’étude des chroniques astrales au xvie siècle.

  • 42 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 357-358.
  • 43 Voir Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 278, 27 novembre 1525, Madrid, François Ier à (...)

23« Sur les Memoires de monsieur du Bellay », Montaigne écrit : « c’est plaisir de voir les choses escrites par ceus qui ont essayé comme il les faut conduire. […] Ce qu’on peut faire icy de profit, c’est par la deduction particuliere des batailles et exploits de guerre […], et les pratiques et négociations conduites par le seigneur de Langeay, ou il y a tout plein de choses dignes d’estre sceues »42. Martin Du Bellay rédige ses mémoires (publiés en 1569) à partir d’une Histoire de France écrite par son frère, le capitaine de guerre et diplomate Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, serviteur de François Ier et membre de la clientèle de Marguerite de Navarre43. De même que sa mère, Catherine de Bourbon fournit aux pages de sa cour un récit historique dont Montaigne fait lui-même un digne éloge littéraire.

  • 44 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi et al., Histoire et dictionnaire des guerres (...)
  • 45 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 351-352.

24Quant à l’Histoire de France de Du Haillan, éditée pour la première fois en 1570, l’auteur y développe une conception de la discipline historique « maîtresse de vie » propre à enseigner, à prévoir et à former le jugement. Bernard de Girard, seigneur Du Haillan, est un courtisan de Charles IX et de Henri III, « écrivain en langue française de l’histoire du roi de France »44. Catherine de Bourbon fait étudier aux pages royaux les différentes approches historiques. Or, Montaigne écrit encore à propos des historiens : « ils sont le vray gibier de mon estude […]. En ce genre d’estude des histoires, il faut feuilleter, sans distinction, toutes sortes d’autheurs, et viels et nouueaus, et baragouins [étrangers] et François, pour y apprendre les choses dequoy diuersement ils traitent »45.

25Avec l’étude de l’histoire militaire, politique et astrale du royaume de France et de l’Antiquité, des langues anciennes et de l’art oratoire, la bibliothèque royale de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon s’enrichit de livres dont l’étude est prônée par Michel de Montaigne lui-même. Madame veille à prodiguer une éducation éminemment humaniste aux futurs serviteurs de sa cour, conseillers politiques et militaires, diplomates et autres capitaines de guerre, Montaigne étant lui-même un courtisan de Henri de Navarre. Catherine de Bourbon poursuit en cela la stratégie éducative mise en œuvre par sa mère et sa grand-mère.

  • 46 ADPA, B 16 (1571) : Samuel de Saint-Hilaire, « fils de feu sieur de la Bougonnière, lui vivant mini (...)
  • 47 Christiane Deloince-Louette, Sponde, commentateur d’Homère, Paris, H. Champion, 2001, p. 23.

26Les comptes de Jeanne d’Albret mentionnent l’« écolier » Samuel de Saint-Hilaire (le fils d’un ministre du culte de la reine) pris entièrement en charge pour ses études et ses livres comme le montre la quittance sous forme de lettre adressée « à la Royne » et signée de la main de l’écolier « pour luy avoir ung habillement, robe et livres pour estudier » au collège de Lescar et pour acheter « un Nouveau Testament. Un cousteau. Deux livres de papier. Pour un cordon d’escritoire. Une grammaire grecque de Theodore de Eaze [Bèze]. Pour racoustrer mes souliers. Pour me faire tondre. Pour un Homère en grec et latin et autres livres »46. Professeur de grec à l’académie de Lausanne, le théologien calviniste Théodore de Bèze publie une édition du Nouveau Testament grec de référence à partir d’un manuscrit bilingue grec et latin des Évangiles qu’il a contribué à sauvegarder, le Codex Bezae. Quant à L’Iliade et L’Odyssée d’Homère, leurs textes sont traduits, notamment en latin, et largement diffusés au xvie siècle. Le poète Jean de Sponde est ainsi un grand commentateur d’Homère47. Or Jean de Sponde, qui est le fils d’un secrétaire (basque) de Jeanne d’Albret (Énecot de Sponde), est pensionné par la reine au collège royal fondé par Marguerite de Navarre à Lescar (la reine fonde également un collège dans sa capitale ducale d’Alençon). Si Samuel de Saint-Hilaire devient précepteur des pages à la cour de Henri de Navarre et de sa sœur, Jean de Sponde s’acquitte quant à lui de missions diplomatiques pour le compte du roi de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon.

  • 48 Le synode de Pau en 1577, présidé par la princesse régente Catherine de Bourbon, décide d’envoyer a (...)

27En 1587, Samuel de Saint-Hilaire se voit gratifier d’une nouvelle pension pour étudier la théologie. Quinze ans après la fin de la régence de Catherine de Bourbon en Navarre, entre 1607 et 1610, les comptes du Domaine de Béarn répertorient encore les gages des ministres du culte Bernard Magendie et Jean Daliel respectivement professeurs d’hébreu et de grec dans les collèges royaux de Lescar, Pau et Orthez, les deux ministres pédagogues recevant chacun trois cent trente-trois écus. Ce double héritage biblique, à la fois studieux et spirituel, s’inscrit donc dans la lignée de la profession de foi pour la défense des idées nouvelles transmise de mère en fille chez les princesses de Navarre au xvie siècle. Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon sèment les études pour mieux récolter la foi. À La Rochelle, Bordeaux et Montauban, mais aussi à Montpellier et Genève, Jeanne d’Albret puis la cour de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon patronnent et pensionnent ici un collège, des professeurs ou des « écoliers » dont les princesses financent l’achat des livres « nécessaires aux estudes », là toute une clientèle de gens du livre (imprimeurs, libraires, parcheminiers et relieurs) pour « imprimer beaucoup de choses qui seroient utiles & nécessaires à l’église, au collège & au public »48. La politique royale académique va de pair avec l’acculturation religieuse calviniste du royaume. La stratégie éducative sert la politique religieuse. Le cabinet d’étude sert également la politique diplomatique royale.

  • 49 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 408, 19 mai 1528, Londres.
  • 50 Pierre Jourda, Répertoire analytique..., ., Lettres no 501 et no 503, début de l’année 1531, Margue (...)
  • 51 Voir James P. Carley, The Books of King Henry VIII and his Wives, Londres, British Library, 2004, p (...)
  • 52 Voir Jean-François Gilmont, op. cit., p. 25 ; Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret, reine de Navarr (...)

28Durant la première décennie de son règne, il ne s’agit pas encore pour Marguerite de Navarre d’échafauder des stratagèmes défensifs contre l’ennemi anglais en Guyenne mais d’œuvrer par la diplomatie épistolaire pour se concilier le roi d’Angleterre. Le 9 décembre 1528, l’ambassadeur de François Ier à Londres, Jean Du Bellay, informe la reine que les navires envoyés à Bordeaux sur la recommandation de celle-ci pour chercher du vin pour le roi d’Angleterre sont revenus49. Penchée sur sa table d’étude, à son écritoire, Marguerite de Navarre met en œuvre une stratégie épistolaire fondée sur son réseau clientéliste pour mener à bien ses visées diplomatiques. Le cabinet d’étude de la reine participe des relations diplomatiques. Jean Du Bellay est un proche de Marguerite de Navarre comme le montre la correspondance de la reine. Au cours de ses voyages entre les cours d’Angleterre et de France entre 1530 et 1531, le diplomate séjourne à la cour de la reine à Alençon50. Or, la bibliothèque de la reine d’Angleterre Anne Boleyn contient les exemplaires non seulement du Dialogue en forme de vision nocturne que publie Marguerite de Navarre en 1524 mais également son Miroir de l’âme pécheresse et le Sommaire de toute medecine de Jean Goeuvrot, son médecin à sa cour d’Alençon, deux livres publiés en 1530 et 1531 par Simon Du Bois à Alençon, ainsi que plusieurs traités spirituels et évangéliques imprimés par le même Simon Du Bois à Alençon entre 1529 et 153451. Par ailleurs, à partir de 1534 et pendant deux ans, Nicolas Bourbon, le poète pensionné en tant que pédagogue de Jeanne d’Albret dans la maison de Marguerite de Navarre, vit en exil dans l’entourage d’Anne Boleyn suite à son emprisonnement à Paris pour blasphème et après sa libération grâce à l’intervention de la reine de Navarre52. Marguerite de Navarre use de stratégie diplomatique épistolaire et livresque et la reine pratique son cabinet d’étude ainsi que sa librairie pour diffuser ses écrits, les idées nouvelles et leurs auteurs à la cour d’Angleterre.

  • 53 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 906, 29 décembre 1542, Nérac.
  • 54 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 67, Berry, 8 janvier 1541 (1542 no (...)

29Durant la décennie suivante, le 29 décembre 1542, alors que depuis son cabinet la reine s’active aux préparatifs militaires en Guyenne, Marguerite de Navarre rédige et envoie depuis Nérac ses instructions à Izernay, son espion à la cour de François Ier53. Il a bien fait de prendre conseil auprès du chancelier d’Alençon (François Olivier) écrit la reine ; il doit fréquenter Madame d’Étampes (Anne de Pisseleu) et l’assurer de son amitié est-il ajouté. François Olivier est le représentant à la cour de France de Marguerite de Navarre (la reine est duchesse d’Alençon). Quelques années plus tard le serviteur de la reine est nommé chancelier de France, et un an après sa missive à Izernay Marguerite de Navarre envoie à la cour de son frère un exemplaire de son dernier livre pour l’offrir à la duchesse d’Étampes, maîtresse en titre de François Ier. Il s’agit d’un manuscrit de La Coche que la reine a pris soin de faire richement décorer et relier par son chapelain et maître enlumineur Adam Martel54. Une miniature montre Marguerite de Navarre offrant le livre à Anne de Pisseleu devant les courtisans rassemblés. Depuis son cabinet d’étude, la reine maîtrise parfaitement le jeu d’influence politique à la cour de son frère. Livre relié et manuscrit enluminé, création littéraire et activité épistolaire, chambre de la librairie et cabinet d’étude, pour Marguerite de Navarre l’art de la stratégie politique relève de la tactique de cabinet et procède de l’écrit sous toutes ses formes autant qu’il s’inscrit dans l’espace de pouvoir que constitue en cela la bibliothèque.

Marguerite d’Angoulême, La Coche ou débat d'amour, 1542, f. 43 vo : la reine remet son livre à la duchesse d’Étampes .

Marguerite d’Angoulême, La Coche ou débat d'amour, 1542, f. 43 vo : la reine remet son livre à la duchesse d’Étampes .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

  • 55 Nancy Lyman Roelker, op. cit., p. 56 et chap. II, n. 26. Il s’agit d’Amalie de Clèves, sœur de Guil (...)

30Jeanne d’Albret continue cette pratique politique du livre et du cabinet d’étude. En novembre 1541, la princesse jeune mariée écrit envoyer deux livres d’heures à son époux Guillaume de Clèves pour que le prince les offre à sa sœur : « janvoye deux [livres] doeures [d’heures] a ma seur, mademoyselle de Cleves, que je vous prye luy bailler, atandant que moy-mesmes luy en porte »55. La lettre et les présents livresques de Jeanne d’Albret représentent des gestes d’apaisement dans la mesure où la princesse s’est opposée à cette union imposée à elle par la volonté royale de son oncle François Ier. La relation épistolaire et livresque s’avère user de l’intimité pour mieux asseoir la stratégie politique. Jeanne d’Albret met en pratique l’usage maternel tactique du cabinet et de la librairie.

  • 56 ADPA, B 2806 (1586).
  • 57 ADPA, B 2859, B 2894 et B 160 (1587).
  • 58 ADPA, B 148 (1572, Pierre Haultin) ; B 3050 (1589, Jérôme Haultin). Voir Raymond Darricau, « Louis (...)

31Catherine de Bourbon pratique elle aussi l’usage politique du livre et de la librairie. En 1586 et 1587, les registres de la Chambre des comptes de Pau répertorient des commandes à des imprimeurs libraires huguenots de La Rochelle pour des centaines d’exemplaires de deux ouvrages de Pierre de Belloy, La loi salique et Vie des Bourbon. Un certain Bernard Dubac reçoit une gratification pour avoir apporté à La Rochelle l’ouvrage La loi salique « par de Belloy » pour son impression, et un payement de cinquante écus est versé « à Pierre Haultin, imprimeur à La Rochelle, pour l’impression de La Loi salique »56. Les frais d’impression du livre sont encore répertoriés à plusieurs reprises et une mention de compte indique : « à Haultain, imprimeur, cent cinquante écus pour l’impression de La loi salique de Pierre de Beloy ». Il est de plus notifié l’envoi à Paris de mille cinq cents volumes de cet ouvrage ainsi que de deux cents volumes de Vie des Bourbon du même auteur57. Dès 1572, Pierre Haultin est au service de Jeanne d’Albret, peut-être à la suite de la confiscation après une enquête pour suspicion d’hérésie en 1570 des réserves de son père lui-même imprimeur libraire à Paris. Après sa mort à La Rochelle en 1588, c’est son neveu Jérôme Haultin qui fournit des livres à la cour de Pau58.

  • 59 Pierre de Belloy, Examen du discours publié contre la maison royalle de France, et particulièrement (...)
  • 60 Cité dans Éliane Viennot, « Les politiques et la loi salique », in Thierry Wanegffelen (dir.), De M (...)

32Suite à la publication en 1587 à La Rochelle par Pierre Haultin de son livre sur la loi salique, Pierre de Belloy est au cœur d’une polémique avec ceux qui rejettent sa thèse en ce qu’elle est favorable à Henri de Navarre59. La diffusion massive des ouvrages de Pierre de Belloy à Paris constitue une arme de propagande politique pour le roi de Navarre. Dès 1570, Bernard Du Haillan publie lui-même à Paris son traité De l’Estat et succez des affaires de France dans lequel l’historiographe de Charles IX affirme que « les femelles ont été exclues de la succession de ce royaume par une ancienne coustume qui a servy de loy […]. Cette coustume a esté appellée Loy salique »60. Le livre est acheté en 1581 par la cour de Catherine de Bourbon à Pau pour servir à l’éducation des pages du roi. La mise à l’impression et la diffusion massive à Paris des ouvrages de Pierre de Belloy par la cour de la princesse régente de Navarre en 1586 et 1587 amplifient une stratégie politique de librairie visant à légitimer dans les esprits l’accession de Henri de Navarre au trône de France et servant en cela l’ambition dynastique française du roi de Navarre.

  • 61 ADPA, B 2888 (1587) Déclaration et protestation du Roy de Navarre, 1587, p. 6 : [en ligne] <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79517p/f1.image>.

33En 1587, six écus sont versés à Jean Portau, imprimeur à La Rochelle, pour la mise à l’impression de deux cents exemplaires de la Déclaration et protestation du Roy de Navarre demandant au roi de France de convoquer « une assemblée générale & libre des trois Estats du Royaume » pour établir une paix durable61. Henri de Navarre proteste de ses intentions de rassemblement et de paix. Sous sa régence, Catherine de Bourbon met en œuvre la propagande politique et historique de librairie au service de l’ambition et de la légitimité françaises de son frère. Écrivains et imprimeurs libraires sont sollicités par la princesse régente de Navarre pour soutenir la stratégie dynastique de sa lignée.

  • 62 Émilie d’Orgeix, Jean-Yves Sarazin, « Gaston d’Orléans (1608-1660), un prince guerrier et collectio (...)

34Catherine de Bourbon meurt sans descendance. Mais Henri de Navarre transmet à ses fils le goût de la stratégie qu’il se voit lui-même inculquer par sa mère Jeanne d’Albret. De même que la reine de Navarre sa grand-mère, le fils cadet du roi Gaston d’Orléans, qui est un brillant stratège apprécié comme l’un des hommes les plus cultivés de son temps, est grand collectionneur de cartes géographiques, de portraits de villes, de plans de fortifications et de sièges62. Quant à Louis XIII, qui selon le journal de son médecin Héroard apprécie beaucoup tout au long de son enfance le jeu de dames ainsi que son échiquier, l’héritier de Henri IV rassemble définitivement sous son règne les deux royaumes hérités de son père le premier roi de France et de Navarre. Dans la lignée de leurs illustres ancêtres et prédécesseurs Bourbon et Foix-Béarn, le roi Saint-Louis et le comte Gaston Fébus, au-delà de leur prénom respectif les deux fils de Henri IV prolongent la stratégie féminine séculaire des princesses de Navarre mise en œuvre à travers leurs cabinets d’étude et leurs bibliothèques au service de l’ambition et de la légitimité de leur dynastie depuis le xve siècle.

« Autre carte en parchemyn contenant la généalogie du roy de Navarre et cousté d’Aragon et Navarre »

  • 63 ADPA, B 20 (1571) : « L’Histoire de Froissart ».
  • 64 1520, no 131 : « Plus ung autre libre de parchemin escript à la main des croniques de Frochart », n(...)

35À La Rochelle en 1571, Jeanne d’Albret achète également à son intention et à celle de son fils les célèbres Chroniques de Jean Froissart témoignant de la vie de cour à Orthez du comte de Foix et vicomte de Béarn Gaston Fébus, c’est-à-dire la relation littéraire de l’illustre histoire dynastique de la reine et de Henri de Navarre63. La bibliothèque du château de Pau contient alors les fameux volumes du chroniqueur du xive siècle sous la forme de vieux manuscrits64. Mais les exemplaires de la bibliothèque royale de Pau transmise par sa grand-mère la reine Catherine de Foix-Béarn sont alors inaccessibles à Jeanne d’Albret. Retranchée à La Rochelle où ils sont assiégés, la reine tient à investir son fils de la conscience des lointaines et donc d’autant plus nobles et légitimes origines de leur lignée. Jeanne d’Albret inscrit son héritier dans une légitimité à la source incontestable puisque mise par écrit et transmise depuis des siècles.

  • 65 Voir Françoise Bériac, Valérie Dubern, « Le Moyen Âge vu par Nicolas de Bordenave », in Provinces e (...)
  • 66 ADPA, B 148 (1572).

36De retour à sa cour, la reine fait renouveler la mise par écrit de son histoire dynastique. En 1572, un compte du trésorier général de Navarre répertorie un paiement de cinquante écus à l’historiographe de la cour Nicolas de Bordenave qui a terminé une Histoire de Béarn et Navarre « prête à être mise à l’impression  »65. Il s’agit d’un « don du Roy [Henri de Navarre] de cent quarante livres tournois à Nicolas Bordenave pour le récompenser de partie de peines et dépenses par lui souffertes à dresser, faire et rédiger par écrit l’histoire de ce présent pays de Béarn prête à être mise à l’impression »66. De sorte que dans les premiers jours de son accession au trône (Jeanne d’Albret meurt le 9 juin 1572), Henri de Navarre s’acquitte du paiement et de la mise à l’impression de l’ouvrage Histoire de Béarn et Navarre rédigé du vivant de Jeanne d’Albret et mis à disposition du fils et successeur de la feue reine par Nicolas de Bordenave. Jeanne d’Albret place non seulement sa dynastie dans la légitimité historique et la reine modèle l’histoire de sa lignée mais Henri de Navarre poursuit également la volonté maternelle. En cela, le roi montre l’exercice de la continuité dynastique précisément inculquée par Jeanne d’Albret à travers sa bibliothèque historique.

  • 67 1520, no 160 : « Plus ung autre petit libre en parchemin intitulé Phoebus avant » (« Fébus avant » (...)
  • 68 1569, no 96.

37La bibliothèque royale et ancestrale de Pau contient aussi le fameux ouvrage rédigé par Gaston Fébus, le Livre de la chasse67. Il s’agit d’un traité décrivant minutieusement les animaux chassés et les différentes techniques de chasse servant aussi à former le guerrier à travers l’art de l’équitation et de la stratégie. Et l’équitation est encore la pièce maîtresse de la guerre au xvie siècle. Ce vieux manuscrit, le père de Jeanne d’Albret le tient lui-même de sa mère la reine Catherine de Foix-Béarn. Pour le décor de son cabinet de voyage, Jeanne d’Albret fait quant à elle suivre « deux pièces de tappiserye à la chasse du vieux loup »68. Avec cette illustration mobilière du plus long chapitre du fameux traité rédigé par son lointain prédécesseur, un ouvrage possédé par toute la noblesse française, Jeanne d’Albret drape le cabinet de son train royal et s’affiche dans le prestige littéraire des illustres origines de sa lignée. Autant de gages de bibliothèque et de cabinet affirmant non seulement la légende et la légitimité dynastiques des reines de Navarre, Catherine de Foix-Béarn et Jeanne d’Albret, mais montrant également l’épopée dynastique que prolonge et projette Jeanne d’Albret à travers son royaume.

Gaston III comte de Foix [Gaston Fébus], Livre de la chasse, Paris, 1410, f. 96 vo : « Chasse au loup » .

Gaston III comte de Foix [Gaston Fébus], Livre de la chasse, Paris, 1410, f. 96 vo : « Chasse au loup » .

Source : Bibliothèque nationale de France, 2016

  • 69 Voir l’article « Chasse », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien régime : royaume de Fran (...)
  • 70 Bulletin des amis du château de Pau, 1970, no 44, pp. 6-7.
  • 71 Achille Luchaire, op. cit., p. 56.
  • 72 Ibid., p. 33.
  • 73 Voir Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, Lettres d’Antoine de Bourbon et de Jehanne d’Albret, publ (...)
  • 74 Ibid., Lettre no LIX, 1553.
  • 75 Antoine de Bourbon, Jeanne d'Albret, op. cit., Lettre no XXXII, 1552.

38La correspondance respective des deux reines de Navarre montre aussi leur participation aux activités de chasse constituant un symbole princier fort et une marque de souveraineté dynastique en Béarn69. Henri IV accorde encore lui-même un permis de chasser le loup le 7 décembre 159970. Près d’un siècle auparavant l’arrière grand-mère du roi de France et de Navarre la reine Catherine de Foix-Béarn pourvoit elle à la fauconnerie de son beau-père le sire Alain d’Albret (le grand-père du roi Henri d’Albret) : « Je vous adresse le tiercelet que m’avez demandé ». Le sire d’Albret possède sept faucons, trois tiercelets et cinq autres oiseaux de chasse71. Son fils le cardinal Amanieu d’Albret (le beau-frère de Catherine de Foix-Béarn) chasse également au faucon : « Je continue tousiours la volerie, et mes oysaulx font de gros meurtres que c’est merveille » informe-t-il son père72. Jeanne d’Albret fournit elle aussi force tiercelets, vautours et autres faucons mais également ses chiens au bon plaisir d’Antoine de Bourbon qui prend soin de recommander ses oiseaux de chasse à la reine73 : « Je vous prie envoiés Nicollas et tous ses oyseaulx m’atendre à Marchenoir […]. Vous commanderés à Jan-Jacques qui luy ayde à porter les dis oyseaulx […]. Vous priré Monsr de Malicorne luy-mesmes s’y vouloir trouver avec ses chiens et ses oiseaulx »74. « Quant à mes oizeaulx, je vous prie qu’il ni soit rien espargné, affin que, mès que je sois vers vous, vous me puissiez donner plaisir de mes dits oizeaulx », écrit encore Antoine de Bourbon à l’intention de Jeanne d’Albret75. Les activités épistolaires font entrer la chasse dans le cabinet d’étude. Le cabinet et la bibliothèque de Navarre participent de l’exercice de la souveraineté seigneuriale.

  • 76 Ibid., Lettre no XXXIV, 1552.
  • 77 1535, no 168, no 229.
  • 78 1481, no 148 ; 1598, no 90 ; 1606, no 85.
  • 79 1582, no 47.

39Antoine de Bourbon écrit envoyer lui-même deux lévriers à Jeanne d’Albret76. Dans son bestiaire de cabinet, Marguerite de Navarre possède quant à elle « deux levriers blancx dessus qui tiennent ung balle [un rubis balai] » ainsi qu’un « serf d’or le corps d’une perle », soit de riches figurines d’orfèvrerie montrant l’intérêt de la reine pour la chasse77. Si les lévriers sont utilisés en tant que molosses de guerre, ces chiens sont également très prisés par les princes pour la chasse, le lévrier étant le chien destiné à la chasse au cerf par excellence. Depuis le xve siècle, la bibliothèque seigneuriale des Albret contient le livre des Métamorphoses d’Ovide où un passage décrit le lévrier poursuivant le gibier. Il est à noter que l’ouvrage est transmis jusqu’au début du xviie siècle dans la bibliothèque royale de Nérac78. La bibliothèque reflète le goût ancestral et immuable des princes et des princesses de Navarre pour la chasse. De même, le meuble royal de Navarre contient « une pièce de tapisserie à demy ron à personnaige de deux hommes et d’une femme qui chasse » montrant une tradition chasseresse féminine en Béarn au xvie siècle79.

  • 80 1569, no 241.
  • 81 1535, no 178.
  • 82 1535, no 215.
  • 83 1569, no 238 : « quatre arcz turquoys », no 239 : « deux boyracz à la turque garnis de flèches », n(...)
  • 84 Danièle Thomas (éd.), « Un vol au château de Pau en 1621 », document 15, in Inventaires mobiliers e (...)

40De fait, Jeanne d’Albret conserve dans sa bibliothèque des « chapperons d’oyseau », ces capuchons destinés aux faucons et autres oiseaux de proie dressés à la chasse80. Le cabinet de Marguerite de Navarre contient « une gibissière carrée faict à jour »81. Un « miroir où y a darrier [derrière] ung home tennant ung espravier [épervier] » est aussi inventorié dans le cabinet de la reine82. Chaperons d’oiseaux, gibecière, représentation de scène de chasse, autant de panoplie et d’évocation de l’art de la chasse dans la bibliothèque des reines auxquelles il faut ajouter une grande arbalète, un épieu « garny de [sa] hampe » avec son « fer doré » (ainsi que des arcs et des flèches dans leurs carquois), c’est-à-dire un appareillage de chasse royal83. En 1621, le dernier inventaire de la bibliothèque royale mentionne encore : « Dans une chambre et armoires dans lesquelles il y avait quelques livres de manuscrits et autres […] aussi trois arballettes, quelques deux arbalettes a jallet, mors de brides, quantité d’estriers, un arc sans corde »84. Au xvie siècle, la bibliothèque des princesses de Navarre procède du cabinet de chasse dans la tradition des seigneurs d’Albret et de Béarn.

  • 85 1548-1555, no 32 : « Autre carte en parchemyn contenant la généalogie du roy de Navarre et cousté d (...)
  • 86 1520, no 138 (chroniques du comte Gaston), no 162 : « Plus ung autre libre en lengaige catalan » ; (...)

41La référence dynastique est également montrée dans le décor de la bibliothèque. Sur les murs de sa librairie, Marguerite de Navarre déroule une « carte en parchemyn contenant la généalogie du roy de Navarre et cousté [comté] d’Aragon et Navarre »85. La reine affiche la légitimité dynastique de son époux en exposant les généalogies et titulatures ancestrales des rois de Navarre, comtes de Foix et vicomtes de Béarn avec leurs territoires catalans du Roussillon et d’Andorre enclavés dans le royaume d’Aragon. De même, outre les « chroniques du comte Gaston en langue catalane » (un des volumes des chroniques de Froissart), depuis le règne de Catherine de Foix-Béarn la bibliothèque royale de Pau contient également un « Autre livre […] escript en lengaige catalan »86.

  • 87 1533, no 81, no 89 et no 110.

42Sous le règne de Marguerite de Navarre, la bibliothèque royale de Pau s’enrichit d’un « livre en parchemin […] contenant […] les lettres du camp de bataille de Me Laurens Flamel et de l’escuyer d’Aragon » et d’autres « Croniques d’Aragon » ainsi que d’un livre « en langaige gascon »87. De même que la librairie de la reine à Nérac, la bibliothèque royale de Pau témoigne de la légitimité dynastique et territoriale des rois de Navarre (dont le royaume ne recouvre plus en réalité que les deux provinces basques de la Basse-Navarre et de la Soule), comtes de Foix et de Bigorre, vicomtes de Béarn, de Tartas et de Dax, et les livres rappellent que Henri d’Albret a pour bisaïeules la reine de Navarre Éléonore d’Aragon ainsi que la dame d’Albret Anne d’Armagnac du pays de Gascogne où le patronyme du roi plonge ses racines (dans le fief ancestral gascon de Labrit, d’où le nom d’Albret).

  • 88 ADPA, B 148 (1572).
  • 89 Voir Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 242 (1572) ; Jean-Louis Glénisson, « Basque, liv (...)
  • 90 Voir Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais : xvie-xviie siècles, Pau, CEP (...)
  • 91 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 626, 1536.

43Les comptes et la bibliothèque de Jeanne d’Albret reflètent aussi la volonté royale de manifester l’emprise territoriale et linguistique du royaume. La dépense de la reine mentionne « A Pierre Haultain, libraire résidant à La Rochelle, trois cent trente six livres tournois, pour l’impression de quelques livres en language basque que la Royne lui avoit commandé d’imprimer »88. Une note de la Chambre des comptes de Pau fait connaître que parmi ces livres se trouve le Nouveau Testament89. La reine de Navarre s’appuie sur ses courtisans et sa clientèle lettrés pour asseoir sa politique d’acculturation religieuse par le livre sacré dans ses provinces basques. De même, en 1573 le synode protestant du Béarn attribue cinquante écus pour une nouvelle impression de la traduction du Nouveau Testament en langue basque par le ministre Jean Lissarague90. Marguerite de Navarre évoque elle les « Basques » du royaume dans une lettre91.

  • 92 1548-1555, no 31 ; 1569, no 251.

44Marguerite de Navarre puise également sa légitimité hors des frontières du royaume. Si la carte généalogique des rois de Navarre servant de décor à la librairie de sa mère est remisée par Jeanne d’Albret, la carte est répertoriée en « rouleau » de même que le « grand rolleau des généalogies des roys de France et des papes », ce dernier rouleau est au contraire décrit comme « une grande carte de parchemyn où est contenu la généalogie de la Vible [Bible] tant en figure que par escript et la généalogie aussi dez roys de France », c’est-à-dire affiché (déroulé) dans la librairie de Marguerite de Navarre92. Il est intéressant de noter que l’inventaire rédigé en 1569 sous le règne de Jeanne d’Albret place la description de la généalogie des rois de France en tête et avant la mention de la généalogie sacrée à l’inverse de l’inventaire rédigé en 1548 sous le règne de Marguerite de Navarre. Jeanne d’Albret ne se contente pas de remiser l’histoire de la papauté mais la reine la relègue au second plan au profit de la mise en valeur de son ascendance maternelle française. L’agencement décoratif de la bibliothèque de Marguerite de Navarre, dont le livre de comptes en 1549 s’intitule « Role de Marguerite de France », n’en affirme pas moins la proximité dynastique de la reine avec le trône de France. La dynastie et le décor se confondent autant que les pouvoirs temporels et spirituels encadrent la librairie de la reine. Marguerite de Navarre donne à sa généalogie personnelle une dimension et une légitimité sacrées. Le décor de la bibliothèque de la reine participe de la légitimité royale.

  • 93 1533, no 133 ; 1520, no 127.

45Les seules mentions de titre portées sur l’inventaire des deux cents livres composant la librairie de Marguerite de Navarre à Nérac décrivent une Bible en sept volumes et un Nouveau Testament. Et l’inventaire de la bibliothèque royale de Pau sous le règne de Marguerite de Navarre et de Henri d’Albret mentionne « Premièrement la Bible en deux volumes » de même que sur l’inventaire après décès des livres de Catherine de Foix-Béarn93. Dans son testament rédigé à Pampelune, Catherine de Foix-Béarn lègue par ailleurs à Henri d’Albret ses grandes heures d’argent et une relique de la Sainte Épine inventoriées dans son cabinet oratoire de la capitale royale de Navarre. Le nouveau roi se voit investi par sa mère d’une légitimité dynastique sacrée. Participant de la légitimité dynastique, les livres royaux transmis de génération en génération sont précieusement conservés en sûreté dans la chambre du trésor et gardés au secret.

« la Royne en ses affaires secretz »
(la bibliothèque chambre des secrets)

  • 94 Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « Richesses anciennes du château de Pau : un inventaire de (...)

46L’inventaire établi en 1520 dans le château de Pau, alors place forte du royaume et siège de la cour royale dirigée par Anne d’Albret, mentionne les livres royaux conservés en sûreté au rez-de-chaussée du vieux donjon érigé par Gaston Fébus : « S’ensuivent les libres que furent trouvés dedens ung coffre en une chambre basse dudit chasteaul […]. Plus son trobatz [trouvés] en ung autre coffre de Madame Anne los libres scriutz en pargam et paper [les livres écrits en parchemin et papier] »94. Un siècle plus tard, lors du voyage de Louis XIII en Béarn en 1620 les concierges royaux redécouvrent un cabinet (de vermeil) si bien « caché » dans la chapelle de Navarrenx qu’il a été « oublié » lors des transports du trésor royal et du meuble de Navarre en 1601 et 1602 vers Pau puis à la cour de Henri IV à Fontainebleau. De sorte que la mise en sûreté dans la forteresse de Navarrenx du cabinet royal de Navarre sous la régence de Catherine de Bourbon trois décennies auparavant se révèle constituer une véritable mise au secret. Au xvie siècle, la bibliothèque des princesses de Navarre recèle en effet la dimension secrète de la pratique du pouvoir.

  • 95 ADPA, B 2964 (1588).
  • 96 Voir Alain Cullière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueteri (...)

47Si l’édit de Nantes contient cinquante-six articles secrets dits « articles particuliers », dans le château de Pau d’où la princesse exerce la régence du royaume, Catherine de Bourbon fait aménager un cabinet particulier distinct du « cabinet du Roy » et de la librairie royale. Le « cabinet neuf » de la princesse est pourvu dans ses « recoings » d’armoires d’angle invisibles imbriquées dans les murs et dissimulées par des portes fondues dans un décor peint95. Des armoires secrètes munies d’étagères, tablettes, boîtiers et autres petits cabinets. Autant d’enchâssements à doubles fonds et à tiroirs secrets. Ce « goût du secret », Catherine de Bourbon l’applique également dans le cabinet particulier appelé « cabinet artificiel » aménagé pour elle en 1601 dans le palais de Nancy96.

  • 97 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de N (...)
  • 98 Catherine de Bourbon, « Lettres inédites de Catherine de Bourbon au pasteur Jacques Couet, 6 et 19  (...)

48C’est depuis la cour de Lorraine dans une lettre adressée à son directeur de conscience Théodore de Bèze que la princesse informe le théologien calviniste n’avoir pas reçu « les mémoires fort amples » qu’il lui a envoyés97. Catherine de Bourbon évoque ici indirectement, alors qu’elle est pressée d’abjurer sa foi réformée, la censure qui prévaut dans son entourage à la cour de Nancy. La princesse remercie au contraire le ministre Jacques Couet de l’Église calviniste de Metz : « Vous m’avez fait un extrême plaisir de m’envoyer votre livre de La prédestination et je le lirai fort soigneusement tant pour les bons enseignements tant qu’il contient pour ce qu’il vient de vous »98. Malgré la surveillance dont elle fait l’objet, Catherine de Bourbon reçoit des publications protestantes récentes, elle en est curieuse et en prend grand soin. Les coffrets et petits cabinets dissimulés dans le mobilier de son cabinet particulier sont ainsi réalisés pour conserver livres et collections le plus discrètement du monde et en pleine possession. Son cabinet permet dès lors à Catherine de Bourbon de lire, d’écrire et de prendre ses conseils et ses décisions en toute liberté de conscience et sous le sceau du secret.

  • 99 À Nérac, si au xve siècle le cabinet de la dame d’Albret Anne d’Armagnac est doté de tapisseries, a (...)
  • 100 1533, no 224.
  • 101 1548-1555, no 8.

49Le cabinet d’étude et la bibliothèque des princesses de Navarre au xvie siècle sont des espaces feutrés, tendus de draps et de tapisseries ou encore placardés et lambrissés99. Pourvus de tapis muraux, de table et de sol, les écritoires et les coffres recouverts de satin, du sol au plafond la bibliothèque et son mobilier sont calfeutrés. Autant de confortables chatoiements décoratifs que d’utiles précautions pour enserrer les conversations confidentielles et rendre leur écho imperceptible. La cour est en effet le lieu où les espions excellent. Anne d’Albret place ses « papiers sous clés » dans son cabinet d’étude et la princesse range ses « lettres missives » et autres livres de comptes dans « une bouete d’acier qui ne se peult ouvrir à cause est fermée »100. Dans la garde-robe de sa librairie à Nérac, Marguerite de Navarre possède elle-même « une petite bouete carrée avecques la ferrure et sarrure de cuyvre »101. Cette boîte dotée d’une serrure est de plus conservée dans le grand « cabinet fermé à barres et cheines de fer » muni de « sarrures et ferrures servant à fermer ledit coffre bahut », le coffre-fort de la reine.

  • 102 1548-1555, no 1 ; 1569, no 144 ; 1535, no 200 (serrure d’argent).
  • 103 1535, no 329 et no 330.
  • 104 Cité par Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, (...)
  • 105 Chantal Turbide, op. cit., p. 37.
  • 106 Marguerite Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche : essai de reconstitution d’après l’inve (...)

50Dans son cabinet de Pau, Marguerite de Navarre dispose également d’un coffre avec une « clenneure [serrure] d’argent »102. Et l’inventaire du cabinet de la reine répertorie « une clef d’or esmaillé de blanc » ainsi que « deux petites clefz d’or »103. Le premier « cabinet » acheté à un libraire parisien par François Ier et inventorié en 1528 sur les Comptes de l’argenterie décrit un coffre avec compartiments et tiroirs « fermé par quatre charnières, quatre serrures et deux verrous »104. Dans le cabinet de Catherine de Médicis, le petit coffre « de bahu » plein de livres « ferme à deux serrures »105. Dans sa librairie à Malines, Marguerite d’Autriche-Savoie range quant à elle ses livres en sûreté « dedans la traille de fert », une armoire munie de portes grillagées106.

  • 107 Léon Soulice, op. cit., p. X.
  • 108 ADPA, B 2943 (1588).
  • 109 Voir Monique Riccardi-Cubitt, op. cit., p. 26.
  • 110 Ibid.

51En 1620, dans le château de Pau les livres sont inventoriés dans « une grande armoire de bois de noyer fermée à clef »107. C’est Henri de Navarre qui en 1588 achète cette armoire à un marchand flamand, Symphorien de Corse108. Ce type de cabinet de bibliothèque muni de portes est en effet inventé dans le Nord de l’Europe au xvie siècle à partir des modèles de coffres médiévaux, le noyer remplaçant le chêne109. « Le rangement dans un emplacement privilégié de petits objets, parfois rares et précieux, révèle un souci de sécurité, de secret »110 . Henri de Navarre et Catherine de Bourbon disposent d’un mobilier de cabinet permettant de conserver livres, objets et documents sous clef, en sûreté et au secret. Un mobilier garantissant les secrets de cabinet.

  • 111 Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, op. cit., Lettre no CCXXXVI, 11 mars 1572, Blois.
  • 112 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1831, f. 2, « allençon », 1544 : « Un edict (...)
  • 113 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 92, Alençon, août 1542.
  • 114 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 22, f. 124, Berry, juin-décembre 1 (...)
  • 115 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 85, novembre-décembre 1522, Guillaume Briçonnet à (...)
  • 116 Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 11495 ; voir Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duche (...)

52À Blois, le 11 mars 1572, Jeanne d’Albret termine une lettre au précepteur de son fils Monsieur de Beauvoir en ces termes : « J’ai bruslé vostre lettre »111. La reine s’assure de l’exclusivité de la relation épistolaire avec son fondé de pouvoir auprès du jeune prince. Les flambeaux et les mortiers de cire du cabinet allumés pour satisfaire aux usages nocturnes de travail permettent aussi de se prémunir des espions et d’assurer le secret de la correspondance. En matière d’échanges épistolaires et d’écritures, Marguerite de Navarre prend elle aussi des mesures quant aux pratiques de sa chancellerie d’Alençon pour garantir la confidentialité des dépêches et autres lettres expédiées par les notaires et les secrétaires royaux112. Le mot secrétaire ne rappelle-t-il pas que les scribes royaux ont affaire aux secrets de la reine ? Les reines de Navarre mère et fille font preuve de précaution dans la conduite de leurs affaires épistolaires et de cabinet. Dans les années 1540, les comptes de Marguerite de Navarre multiplient les mentions des sommes versées « au plaisir de la Royne en ses affaires secretz et privez quelle ne veult autrement estre éclairez ne entenduz »113. Il s’agit également de dépenses pour des « menuz plaisirs et affaires secretz dont la Royne ne veult autre declaration en estre faicte » ainsi que pour des « voyages secrets »114. Marguerite de Navarre applique toujours les conseils de prudence quant à la protection des nouvelles idées religieuses que prodiguent dans leur correspondance avec elle au début des années 1520 ses conseillers spirituels, l’évêque de Meaux Guillaume Briçonnet et son vicaire le grand humaniste Jacques Lefèvre d’Étaples115. Cette correspondance, la princesse la fait copier et relier en un livre encore conservé116.

  • 117 Charles-Éloi Vial, « Lettres chiffrées de Henri IV à Jacques Bongars : le secret diplomatique en Al (...)
  • 118 ADPA, B 2713 (1584) ; B 2859 (1588) ; B 2988 (1589).
  • 119 ADPA, B 3177 (1594).

53Au tournant du siècle, le secret est prodigué à même la correspondance des diplomates qui envoient leurs avis à Henri IV dans des lettres chiffrées117. À Pau, dès la régence de Catherine de Bourbon la cour compte un « mathématicien du Roi », Antoine Manduca118. En 1594, alors que le roi gouverne désormais depuis la cour de France, la Chambre des comptes de Pau fait encore mention d’un certain « René Bérand, horloger mathématicien du Roi »119. René Bérand combine les calculs arithmétiques à la mécanique horlogère du cabinet royal demeuré en Béarn. Sous la régence de Catherine de Bourbon, Antoine Manduca est également ministre du culte protestant. Le mathématicien officie-t-il alors au prêche pour mieux révéler la vérité du livre sacré ainsi qu’à l’art de déchiffrer les combinaisons épistolaires des secrets de la correspondance royale ?

  • 120 ADPA, B 2899 (1587).
  • 121 ADPA, B 25 (1575) : Conrad Gesner, Quatre livres des secrets de médecine et de la philosophie chymi (...)

54Les maîtres apothicaires de la cour de Navarre exercent eux-mêmes leur art dans le secret comme le montrent les registres de la Chambre des comptes de Pau répertoriant les gages des apothicaires royaux pour des remèdes secrets120. Durant sa captivité au Louvre, Catherine de Bourbon compte « Me Jehan Liébault » répertorié en tant que « médecin ordinaire de Madame » et qui traduit et fait publier les Quatre livres des secrets de médecine et de la philosophie chymique dédicacés au premier médecin ordinaire de la reine de Navarre Marguerite de Valois121. La maison médicale de Navarre se compose de savants praticiens au fait des secrets de médecine et fournit des secrets de pharmacopée, de même que dans ses traités de cosmétologie Nostradamus, le médecin du roi de France et de Catherine de Médicis, reprend à son compte les secrets de fabrication des médecins vénitiens.

  • 122 1569, no 168.
  • 123 1548-1555, no 1 : « […] estant le dict cabinet à la garde robbe de la chambre basse », no 7 (reliqu (...)

55Jeanne d’Albret possède elle les « Commentaires de maître Pierre André, en medecine, autrement Discoride sur les Simples »122. Il s’agit du célèbre traité de pharmacopée, de cosmétologie et de parfumerie du médecin siennois Pietro Andrea Mattioli, Commentaires de Dioscoride, paru pour la première fois à Venise en 1544. Cette traduction d’un livre de référence en matière de recettes de vitalité et autres élixirs de vie est conservée sous clef dans le grand cabinet servant de coffre-fort à la reine. C’est dans le petit coffret à tiroirs rangé dans ce grand coffre bahut placé au fond de la garde-robe située au pied de l’escalier desservant la bibliothèque de la reine que Marguerite de Navarre conserve elle sa collection « d’ung millier de reliques enveloppées dans des papiers, taffetas et coton »123. Il s’agit non seulement de prévenir les chocs et les chutes en cas de transbahutage mais également de cacher des objets rares et précieux. Les reliques sont placées en sûreté soigneusement protégées et dissimulées dans une pièce dérobée. Autant de précautions confinant au secret pour des objets sacrés convoités constituant un véritable trésor caché que Marguerite de Navarre tient d’Anne d’Albret.

  • 124 1548-1555, no 4 : « Une petite liette de boys brunye dans laquelle y a plusieurs relicquaires, laqu (...)

56La princesse conserve cette précieuse collection avec ses livres dans un coffre de sa garde-robe dans le château de Pau d’où elle dirige la cour royale. Après la mort d’Anne d’Albret, Marguerite de Navarre fait par conséquent transporter la collection dans la garde-robe de sa propre librairie dans le château de Nérac, siège de la cour de la reine. Au contraire, dès son avènement sur le trône de Navarre, Jeanne d’Albret se sépare des reliques en les faisant porter dans la chapelle royale124. À chaque princesse ses rares onctions saintes gages de pouvoir sacré et ses précieuses recettes d’onguents aux secrets de longévité. Toujours est-il que les princesses se transmettent la pratique du secret de cabinet dans l’exercice du pouvoir royal durant près d’un siècle. Si Marguerite de Navarre (à la suite d’Anne d’Albret) et Jeanne d’Albret (suivie par Catherine de Bourbon et Marguerite de Valois) s’appuient sur des ressorts de cabinet différents pour asseoir leur autorité dans la durée, la bibliothèque renferme aussi des usages princiers de gouvernement aux pouvoirs naturalistes et surnaturels très divers.

Notes

1 1548-1555, no 5 ; 1569, no 256 ; 1598, no 73.

2 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), p. 109.

3 1472, [no 12] ; 1481, no 129.

4 1548-1555, no 24 : un livre « dont la couverture est faicte à carreaulx de velours gris et de drap d’or raz et frizé ».

5 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1988, p. 92 ; Chantal Turbide, « Les livres trouvés dans l’hôtel de la reine après le décès de Catherine de Médicis (1519-1589) », in Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien régime (Actes de colloque, université de Rennes 2, 27-29 juin 2002), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 37.

6 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2014, pp. 281 et 289.

7 1548-1555, no 5 (garde-robe de la librairie) ; 1569, no 256 (« second cabinet de la royne ») ; 1598, no 73.

8 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries… (1601-1602) », p. 109.

9 Ibid.

10 Inventaire des meubles que Je Isaac de Peres consierge pour le Roy en son chasteau de Nérac ay en garde apartenans à sa majesté fait le … aoust mil VC IIIIxx dic huict : « Ledict Peres a dict moiennant serement n’avoyr d’autres meubles en sa puissance […]. Les officiers desdicts seigneur et dame, requérant être par nous procédé à l’inventaire de ce qu’elle a eu en sa puissance » (Danièle Thomas (éd.), « Le dernier inventaire général des meubles de Nérac (1598) », Bulletin des amis du château de Pau, 1969, no 41, p. 13). Quelques semaines auparavant le 18 juin 1598, une lettre de Henri IV témoigne de l’indivis dont relève la succession que le roi a recueillie en héritage avec sa sœur : « Ma sœur veult avoir tous les meubles que j’ay à Pau, Navarrens et Nérac faisant estat de me les prendre sans me les demander, ne se contentant de ceulx que je lui ay cy devant donnez qui estaient à Vendosme encore qu’il y en eust bon nombre et de beaux » (Jacques de Laprade, Jacques Perot, « La destinée du meuble de Pau sous Henri IV : les pièces envoyées à Fontainebleau en 1602 », in Provinces et pays du Midi au temps d’Henri de Navarre : 1555-1589 (Actes du colloque de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, Bayonne, 1988), Pau, Association Henri IV 1989, 1989, pp. 204-205).

11 1481, no 127 ; Michel de Montaigne, Essais, Bordeaux, S. Millanges, 1580, I, « Des livres », p. 351.

12 1472, [no 15] ; 1481, no 162.

13 1523 (Moulins), no 36 et no 39 : « […] le livre […] de tous les faitz des Rommains ». Voir Léon Soulice, Notice historique sur la bibliothèque de la ville de Pau, Pau, Impr. Véronèse, 1886, p. X : « Les faits des Romains ».

14 1520, no 163 : « Plus ung autre libre en papier intitulé Venez de Anthoine ».

15 1533, no 75 : « Autre livre en papier ou n’a commensement ne fin et parle de Hantoine et de faictz de guarre » ; 1598, no 91 : « Ung autre grand livre contenant l’histoyre des romains en parchemin couvert de cuyr fort usé ».

16 1569, no 258 et no 253.

17 Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608) », Revue d’Aquitaine et des Pyrénées, 1866, t. 10, p. 43 (1557), p. 117 (1563). ADPA, B 13 (1565) ; B 148 (1573).

18 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 933, 17 mars 1543, Mont-de-Marsan ; Lettre no 935, 30 mars 1543, Navarrenx.

19 Voir Gérard Folio, « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’époque contemporaine », Cahier du Centre d’études d’histoire de la défense, 2005, no 25, Histoire de la fortification, p. 55.

20 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 681.

21 « Marguerite d’Angoulême Gouvernante de Guyenne (4 mars 1544) », Bulletin des amis du château de Pau, 1969, no 38, p. 22.

22 Achille Luchaire, Alain le Grand, sire d’Albret : l’administration royale et la féodalité du Midi, 1440-1522, Nîmes, Lacour-Ollé, 2008, p. 11.

23 Transports du meuble royal de Navarre de Pau à Navarrenx : ADPA, B 271 (1585) ; B 2799 (1586) ; B 2804 (1586).

24 Voir Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, p. 7.

25 Voir Anne-Marie Cocula, « Été 1568. Jeanne d’Albret et ses deux enfants sur le chemin de La Rochelle », in Évelyne Berriot-Salvadore, Philippe Chareyre, Claudie Martin-Ulrich (dir.), Jeanne d’Albret et sa cour (Actes du colloque international de Pau, 17-19 mai 2001), Paris, H. Champion, 2004, pp. 33 sq.

26 ADPA, B 16 (1570) : « A Marin Villepoux, libraire demeurant à La Rochelle, trente cinq livres dix neuf sols tournois pour plusieurs livres qu’il a fournis tant pour la Royne que pour Madame. Au même, pour autres livres qu’il a baillés pour le service de la Royne, et desquels S. M. a fait don à Mgr le Prince ».

27 ADPA, B 20 (1571).

28 Histoire des guerres et choses advenues en la chrestienté soubs Charles VIII, roy de France, et principalement celles des françoys en Italie, prise et tirée des grandes histoires de messire Françoy Guichardin, Paris, B. Turrisan, 1568.

29 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 352-353.

30 Voir Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « La bibliothèque de Marguerite de Valois », in Isabelle de Conihout, Jean-François Maillard, Guy Poirier (dir.), Henri III mécène : des arts, des sciences et des lettres (Actes de colloque, fondation Singer-Polignac, Paris, juillet 2003), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, p. 275 ; ADPA, B 71 (1582) : « Le livre de La Vérité de la Religion chrétienne, acheté à Nérac par le Roi, cinquante sols ».

31 1598, no 86 : « Ung autre grand libre de parchemin de la Décade de Tite Libe couvert de velours noir fort rompu avec boussettes sur le dessus ».

32 1472, [no 24], [no 22] ; 1481, no 128 ; 1520, no 129 et no 139 ; 1533, no 85 et no 93.

33 Antoine Le Roux de Lincy, Catalogue de la bibliothèque des ducs de Bourbon en 1507 et 1523, Paris, Impr. de Crapelet, 1850, no 32.

34 1598, no 106.

35 1598, no 94 et no 87.

36 ADPA, B 2501 (1581).

37 Abel Lefranc, Jacques Boulenger (éd.), Comptes de Louise de Savoie (1515, 1522) et de Marguerite d’Angoulême (1512, 1517, 1524, 1529, 1539), Paris, H. Champion, 1905, pp. 79 et 92 : 1539, « Me Jacques Amyot, lecteur à Bourges » ; Hector de La Ferrière-Percy, Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, son livre de dépenses, 1540-1549 : étude sur ses dernières années par le comte H. de La Ferrière-Percy, Paris, A. Aubry, 1862, p. 25 : 17 septembre 1544, « Dépéché un mandement adressant au trésorier de Berry Me Olivier Bourgoing, pour paier des deniers de sa charge de cette présente année à Me Jacques Amyot la somme de deux cens livres tournoys à lui ordonnée pour sa pension de l’année MVXL4 d’avoir leu en l’université de Bourges ».

38 Michel de Montaigne, op. cit., p. 351.

39 ADPA, B 98 (1585) : Discours de la Vie et de la Mort, vingt sols.

40 Pierre Bayle, « Carion (Jean) », in Dictionnaire historique et critique, 5e éd., Amsterdam, P. Brunel, 1740, vol. 2, pp. 828-829.

41 Chroniques de Iean Carion à Lyon par Iean de Tournes (1553) ; Les Chroniques de Jean Carion philosophe. Avec les faits et gestes du Roy François. Traduits en François par maistre Jean Le Blond (1566) ; Chronique et histoire universelle des choses les plus mémorables depuis la création du monde jusqu’au règne de Henri III, roi de France, dressée par Jean Carion, puis augmentée… par Philippe Melanchton… et réduite en cinq livres traduits de latin en françois par Simon Goulart (1579).

42 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 357-358.

43 Voir Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 278, 27 novembre 1525, Madrid, François Ier à sa sœur (Guillaume Du Bellay est porteur de la lettre) ; Lettre no 404, avril-mai 1528, Guillaume Du Bellay à Marguerite de Navarre ; Lettre no 407, mai 1528, Saint-Germain-en-Laye, Marguerite de Navarre à son neveu : « le povre Lange [Guillaume Du Bellay] qui n’a plus d’argent » ; Lettre no 430, 1er janvier 1529, Londres, Jean Du Bellay à Marguerite de Navarre (à propos du mariage de Guillaume) ; Lettre no 802, 10 mai 1540, Turin, Guillaume Du Bellay à Marguerite de Navarre.

44 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi et al., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, R. Laffont, 1998, pp. 856-858.

45 Michel de Montaigne, op. cit., pp. 351-352.

46 ADPA, B 16 (1571) : Samuel de Saint-Hilaire, « fils de feu sieur de la Bougonnière, lui vivant ministre de la parole de Dieu », perçoit « quarante-trois livres pour collège et pension » ; ADPA B 2193 (26 novembre 1572), Pau (quittance).

47 Christiane Deloince-Louette, Sponde, commentateur d’Homère, Paris, H. Champion, 2001, p. 23.

48 Le synode de Pau en 1577, présidé par la princesse régente Catherine de Bourbon, décide d’envoyer au roi Henri de Navarre une requête sollicitant la création d’une imprimerie après l’appel d’un homme de l’art dans la principauté afin « d’imprimer beaucoup de choses qui seroient utiles […] ». L’imprimerie représente un moyen de diffusion et de propagande si puissant que la mesure nécessite l’approbation royale (Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon, 1559-1604 : influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste, Paris, H. Champion, 2009, p. 320).

49 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 408, 19 mai 1528, Londres.

50 Pierre Jourda, Répertoire analytique..., ., Lettres no 501 et no 503, début de l’année 1531, Marguerite de Navarre à Anne de Montmorency : où il est question de Jean Du Bellay à la cour d’Alençon.

51 Voir James P. Carley, The Books of King Henry VIII and his Wives, Londres, British Library, 2004, p. 131 ; James P. Carley, “French Evangelical Books at the Court of Henry VIII”, in Jean-François Gilmont, William Kemp (dir.), Le livre évangélique en français avant Calvin, Turnhout, Brepols, 2004, p. 136 ; Jean-François Gilmont, Le livre réformé au xvie siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2005 (Conférences Léopold Delisle), pp. 24 et 27.

52 Voir Jean-François Gilmont, op. cit., p. 25 ; Nancy Lyman Roelker, Jeanne d’Albret, reine de Navarre, 1528-1572, Geneviève de B. Merrill (trad.), Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 33.

53 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 906, 29 décembre 1542, Nérac.

54 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 67, Berry, 8 janvier 1541 (1542 nouveau style).

55 Nancy Lyman Roelker, op. cit., p. 56 et chap. II, n. 26. Il s’agit d’Amalie de Clèves, sœur de Guillaume de Clèves.

56 ADPA, B 2806 (1586).

57 ADPA, B 2859, B 2894 et B 160 (1587).

58 ADPA, B 148 (1572, Pierre Haultin) ; B 3050 (1589, Jérôme Haultin). Voir Raymond Darricau, « Louis Desgraves, L’imprimerie à La Rochelle. II. Les Haultin (1571-1623), Droz, 1960 », Revue d’histoire de l’Église de France, année 1962, vol. 48, no 145, p. 138.

59 Pierre de Belloy, Examen du discours publié contre la maison royalle de France, et particulièrement contre la branche de Bourbon, seule reste d’icelle, sur la loy salique, & succession du royaume. Par un catholique, apostolique, romain, mais bon français & très fidèle sujet de la Couronne de France, [La Rochelle, P. Haultin], 1587 ; Sommaire responce à l’examen d’un herétique sur un discours de la loy Salique, faussement pretendu contre la maison de France & la branche de Bourbon, s.l.s.n., 1587 ; Pierre de Belloy, Replicque faicte à la responce que ceux de la ligue ont publiées contre l’examen qui avoit esté dressé sur leur précédent Discours, touchant la loy Salique de France, s.l.s.n., 1587.

60 Cité dans Éliane Viennot, « Les politiques et la loi salique », in Thierry Wanegffelen (dir.), De Michel de L’Hospital à l’édit de Nantes : politique et religion face aux Églises (Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 18-20 juin 1998), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002, pp. 517-518.

61 ADPA, B 2888 (1587) Déclaration et protestation du Roy de Navarre, 1587, p. 6 : [en ligne] <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79517p/f1.image>.

62 Émilie d’Orgeix, Jean-Yves Sarazin, « Gaston d’Orléans (1608-1660), un prince guerrier et collectionneur de cartes géographiques », Conférences BnF/INHA, Paris, 31 janvier 2012 (enregistrement sonore numérisé, BnF, cote NUMAV-390233).

63 ADPA, B 20 (1571) : « L’Histoire de Froissart ».

64 1520, no 131 : « Plus ung autre libre de parchemin escript à la main des croniques de Frochart », no 134 : « Plus le quart libre des croniques de Frochart escript à la main en parchemin », no 138 : « croniques du comte Gaston », no 128 : « Plus ung autre libre en parchemin escript à la main des croniques de France et Anglaterre » ; 1533, no 95 : « livre en parchemin contenant le IIIe volume de Me Jehan Froissart ».

65 Voir Françoise Bériac, Valérie Dubern, « Le Moyen Âge vu par Nicolas de Bordenave », in Provinces et pays du Midi au temps d’Henri de Navarre : 1555-1589, pp. 13-14. Cette première version a disparu selon les auteurs.

66 ADPA, B 148 (1572).

67 1520, no 160 : « Plus ung autre petit libre en parchemin intitulé Phoebus avant » (« Fébus avant » est la devise du comte Gaston Fébus).

68 1569, no 96.

69 Voir l’article « Chasse », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien régime : royaume de France, xvie-xviiie siècle, 2e éd., Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 250.

70 Bulletin des amis du château de Pau, 1970, no 44, pp. 6-7.

71 Achille Luchaire, op. cit., p. 56.

72 Ibid., p. 33.

73 Voir Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, Lettres d’Antoine de Bourbon et de Jehanne d’Albret, publié pour la Société de l’Histoire de France par le marquis de Rochambeau, Paris, Renouard, 1877, Lettre no CI, 1556.

74 Ibid., Lettre no LIX, 1553.

75 Antoine de Bourbon, Jeanne d'Albret, op. cit., Lettre no XXXII, 1552.

76 Ibid., Lettre no XXXIV, 1552.

77 1535, no 168, no 229.

78 1481, no 148 ; 1598, no 90 ; 1606, no 85.

79 1582, no 47.

80 1569, no 241.

81 1535, no 178.

82 1535, no 215.

83 1569, no 238 : « quatre arcz turquoys », no 239 : « deux boyracz à la turque garnis de flèches », no 240 : « un autre bosrac à la turque vuide pour tenir flèches ».

84 Danièle Thomas (éd.), « Un vol au château de Pau en 1621 », document 15, in Inventaires mobiliers et pièces annexes…, p. 147 : « Requete de Remy au Parlement de la Tournelle, valet de chambre du Roy et son concierge en son chasteau de Pau, pour faire informer sur quelque enlèvement de meubles ».

85 1548-1555, no 32 : « Autre carte en parchemyn contenant la généalogie du roy de Navarre et cousté d’Aragon et Navarre » ; 1569, no 252 : « Autre roleau des généalogies des princes et roys de Navarre ».

86 1520, no 138 (chroniques du comte Gaston), no 162 : « Plus ung autre libre en lengaige catalan » ; 1533, no 91 : « Autre livre […] escript en lengaige catalan ».

87 1533, no 81, no 89 et no 110.

88 ADPA, B 148 (1572).

89 Voir Paul Raymond (éd.), op. cit., 1867, t. 11, p. 242 (1572) ; Jean-Louis Glénisson, « Basque, livre en », in Pascal Fouché, Daniel Péchoin, Philippe Schuwer (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, 2002-2005, vol. 1, p. 219 : « Chronologie des livres en basque imprimés en France ».

90 Voir Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais : xvie-xviie siècles, Pau, CEPB, 2001, p. 177.

91 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 626, 1536.

92 1548-1555, no 31 ; 1569, no 251.

93 1533, no 133 ; 1520, no 127.

94 Pierre Bayaud, Jacques de Laprade (éd.), « Richesses anciennes du château de Pau : un inventaire des meubles, tentures, tapisseries, vaisselle d’argent et livres des rois et reines de Navarre établi à Pau en 1519 », Bulletin des amis du château de Pau, 1961, no 10, p. 16.

95 ADPA, B 2964 (1588).

96 Voir Alain Cullière, « Autour de Catherine de Bourbon à Nancy (1599-1604) : l’art de la “marqueterie” », in Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël (Actes du colloque de Nancy, 6-8 octobre 1999), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001, pp. 206 sq.

97 Catherine de Bourbon, Lettres et poésies de Catherine de Bourbon, princesse de France, infante de Navarre, duchesse de Bar (1570-1603), Raymond Ritter (éd.), Paris, É. Champion, 1927, Lettre no CLXXXIV, « à Monsieur de Besze, de Nancy, ce 20e de febvrier 1600 ».

98 Catherine de Bourbon, « Lettres inédites de Catherine de Bourbon au pasteur Jacques Couet, 6 et 19 mars 1600, Nancy », in Pierre Tucoo-Chala, Catherine de Bourbon : une calviniste exemplaire, Anglet, Atlantica, 2003 (Poche), [lettre de Catherine de Bourbon-Navarre à Jacques Couet, 6 mars 1600], p. 230 : lettre de ... .

99 À Nérac, si au xve siècle le cabinet de la dame d’Albret Anne d’Armagnac est doté de tapisseries, au xvie siècle le cabinet d’étude de Marguerite de Navarre et de Jeanne d’Albret est « garni de drap bleu » et la chambre privée de Marguerite de Valois est tendue de drap rouge ; la librairie et le cabinet parisiens de la reine sont par ailleurs lambrissés. À Pau, les portes des armoires de coin du cabinet de Catherine de Bourbon constituent des panneaux de bois peints et vernis, et à Nancy les murs du cabinet de la princesse sont décorés de placards peints et tendus de « tapisseries de cuir doré et argenté ».

100 1533, no 224.

101 1548-1555, no 8.

102 1548-1555, no 1 ; 1569, no 144 ; 1535, no 200 (serrure d’argent).

103 1535, no 329 et no 330.

104 Cité par Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, Paris, Éd. de l’Amateur, 1993, p. 14.

105 Chantal Turbide, op. cit., p. 37.

106 Marguerite Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche : essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain ; Paris, Peeters, 1995, p. VIII.

107 Léon Soulice, op. cit., p. X.

108 ADPA, B 2943 (1588).

109 Voir Monique Riccardi-Cubitt, op. cit., p. 26.

110 Ibid.

111 Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret, op. cit., Lettre no CCXXXVI, 11 mars 1572, Blois.

112 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1831, f. 2, « allençon », 1544 : « Un edict par lequel les roy et royne veullent que […] les escriptures et signatures des lettres expediées en la chancellerie […] par le plus ancien secretaire es mains duquel seront mis en garde par ceulx qui expédieront les dictes lettres pour en estre par luy faict estat ».

113 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 92, Alençon, août 1542.

114 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 22, f. 124, Berry, juin-décembre 1543.

115 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 85, novembre-décembre 1522, Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême : où il est question de Denis Briçonnet, Guillaume Petit, Michel d’Arande et Jacques Lefèvre d’Étaples (« Il vous plaira couvrir le feu quelque temps ») ; Lettre no 144, 9 février 1524, Marguerite d’Angoulême à Guillaume Briçonnet : où il est question de Jacques Lefèvre d’Étaples ; Lettre no 151, 24 février 1524, Saint-Germain-des-Prés, Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême ; Lettre no 152, 25 février 1524, Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême ; Lettre no 153, 9 mars 1524, Blois, Marguerite d’Angoulême à Guillaume Briçonnet.

116 Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 11495 ; voir Pierre Jourda, Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549) : étude biographique et littéraire, Genève, Slatkine, 1978, vol. 2, p. 1139.

117 Charles-Éloi Vial, « Lettres chiffrées de Henri IV à Jacques Bongars : le secret diplomatique en Allemagne au tournant du xviie siècle (Français 7129) », Conférences BnF/INP, Les trésors du patrimoine écrit, Paris, 5 février 2014 ; [en ligne] <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_tresors_patrimoine/a.c_140107_lettres_chiffrees.html>.

118 ADPA, B 2713 (1584) ; B 2859 (1588) ; B 2988 (1589).

119 ADPA, B 3177 (1594).

120 ADPA, B 2899 (1587).

121 ADPA, B 25 (1575) : Conrad Gesner, Quatre livres des secrets de médecine et de la philosophie chymique. Faicts françois par M. Jean Liébaut Docteur Medecin à Paris. Esquels sont décrits plusieurs remèdes singuliers pour toutes maladies tant intérieures qu’extérieures du corps humain, traitées bien amplement les manières de distiller eaux, huyles, & quinte essences de toutes sortes de matières, préparer l’antimoine & la poudre de mercure, faire les extractions, les sels artificiels & l’or potable, Paris, J. du Puys, 1579 : « A Monsieur de Sainct-Pons, conseiller et médecin du roy & premier ordinaire de la Royne de Navarre ».

122 1569, no 168.

123 1548-1555, no 1 : « […] estant le dict cabinet à la garde robbe de la chambre basse », no 7 (reliques) ; 1569, no 144 : « […] au pied de la grande vitz […] au fons de la dicte vitz » (coffre bahut).

124 1548-1555, no 4 : « Une petite liette de boys brunye dans laquelle y a plusieurs relicquaires, laquelle a esté apportée à la chapelle ».

Table des illustrations

Titre Jeu de dames avec pions (ébène, ivoire), xviie siècle .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée national de la Renaissance, château d'Écouen) / Stéphane Maréchalle
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Échiquier, trictrac (émail peint) par Léonard Limosin, 1537 .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Marguerite d’Angoulême, La Coche ou débat d'amour, 1542, f. 43 vo : la reine remet son livre à la duchesse d’Étampes .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Gaston III comte de Foix [Gaston Fébus], Livre de la chasse, Paris, 1410, f. 96 vo : « Chasse au loup » .
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4855/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search