Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 1. La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde

Chapitre II. Les armes et les mots, la souveraineté de l’intérieur : la bibliothèque de Jeanne d’Albret

Texte intégral

« la figure de Holofernes ensemble de Judict »

  • 1 1569, no 230 (éventail), no 120 : « […] deux landiers [chenets] de fer et une platine […] ».
  • 2 Alain Legros, Pierre Mora, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution », in (...)

1Outre le grand éventail « pour donner vend en este [été] », en hiver « une platine de fer pour mettre contre la chemynée » permet à la fois de faire écran pour se protéger des flammes et de mieux diffuser la chaleur du foyer1. Et pour un plus grand confort encore, dans son cabinet d’étude Jeanne d’Albret dispose aussi d’un lit de lecture. Montaigne décrit lui-même le cabinet qu’il fait aménager « capable de recevoir du feu pour l’hiver » et le lettré dispose d’une chambre de repos, non pas au milieu de ses livres mais à un autre étage de la tour abritant son cabinet et sa librairie2. C’est en toutes saisons mais également à tout moment que Jeanne d’Albret se trouve quant à elle dans le confort étudié de son cabinet. La reine aime être dans son intérieur.

  • 3 Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608)  (...)
  • 4 1569, no 259.

2Librairie et cabinet sont dotés d’une cheminée mais aussi d’un poêle comme le montre un compte de « vingt livres tournois pour cinq charretées de charbon qui ont servi au cabinet et librairie de la Royne »3. Quant au lit de lecture de la reine, il est « de fer et de cuybre avec quatre petites colonnes de letton [laiton], ensemble quatre satires de letton aussy quatre petitz bazes de letton aussy pour mettre sur les colompnes susdictes », un meuble d’art remarquable et au décor raffiné réservé à la reine. « Dedans ledict lit y a la figure de Holofernes ensemble de Judict qui sont d’albastre », soit la représentation sculptée de l’histoire de Judith, figure biblique libérant son peuple assiégé par les Assyriens et décapitant leur chef Holopherne pendant son sommeil4. Dans sa bibliothèque, Jeanne d’Albret rêve d’une héroïne biblique. Figure de proue de son lit de lecture, le décor allégorique tyrannicide montre une reine songeant à incarner la nouvelle Judith.

Zoan Andrea Vavassori, Judith et Holopherne (estampe), xvie siècle .

Zoan Andrea Vavassori, Judith et Holopherne (estampe), xvie siècle .

Source : Bibliothèque nationale de France, 2016

  • 5 1548-1555, no 33 (cuirasse), no 35 : « […] six fers d’espieu » ; 1569, no 238 : « Quatre arcz turqu (...)

3Avec l’apanage militaire de son père rangé dans sa bibliothèque, « deux corps de cuyrasse, l’ung blanc et l’autre noir [les couleurs de Henri d’Albret] garnis à clouz dorés avec leurs plastrons, haulce col, cuyssotz et armetz » ainsi que des fers d’épieu, « une arbaleste », des arcs et des flèches dans leurs carquois conservés avec les livres, Jeanne d’Albret montre sa détermination à faire usage des armes et des mots en transformant l’ancienne chambre de la librairie maternelle en un cabinet de combat, fer de lance de sa souveraineté5. Jeanne d’Albret règne sur son intérieur. La bibliothèque révèle une reine se projetant dans l’exercice d’une souveraineté de l’intérieur.

  • 6 Voir Yves Cazaux, « Jeanne d’Albret écrivain, ses relations littéraires et son mécénat », in Arnaud (...)
  • 7 Voir Aurore Evain et al. (dir.), Théâtre de femmes de l’Ancien régime, vol. 1, xvie siècle, Saint-É (...)
  • 8 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques donnez au public par le larcin de Promethee, Au Dezert, L.B.D.D., (...)

4Le décor mobilier de la bibliothèque reflète également le débat littéraire et politique animant l’entourage de Jeanne d’Albret et sa cour. Guillaume de Saluste Du Bartas, un poète de la cour de Navarre, aurait écrit sa Judith à la demande de la reine. Tel est le message de la dédicace du livre terminé après la mort de Jeanne d’Albret et adressé à la nouvelle reine de Navarre Marguerite de Valois6. De son vivant, Jeanne d’Albret se voit adresser la tragédie d’Aman composée par André de Rivaudeau. Bien que l’œuvre ait disparu, la dimension très politique du théâtre de Rivaudeau semble confirmée par des comédies-ballets de la même veine écrites par une parente de la reine de Navarre, Catherine de Parthenay, qui fait jouer sa tragédie d’Holopherne pendant le siège de La Rochelle où les réformés se réfugient après la Saint-Barthélemy de 1572 (et après la mort de Jeanne d’Albret)7. Le souvenir littéraire de Jeanne d’Albret semble associer la reine à l’histoire sacrée. De fait, dans Les Tragiques Agrippa d’Aubigné compare la feue Jeanne d’Albret à une autre héroïne biblique, Deborah, la prophétesse du Livre des Juges de l’Ancien Testament levant une armée et la conduisant au mont Thabor où les Cananéens sont défaits et leur joug sur les Israélites brisé8.

  • 9 1569, no 93 (Ancien Testament), no 109 (l’histoire de Roboam), no 82 (Nabuchodonosor) ; 1581, no 2  (...)
  • 10 Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 65.
  • 11 1520, no 136 : « Plus le premier libre de Heracle empereur en parchemin escript à la main », no 150 (...)

5Le décor du meuble de Jeanne d’Albret offre à voir cette histoire biblique mais aussi l’histoire mythologique avec non seulement une tapisserie de « l’ancien testement contenant trois pièces », « la tapisserie de l’histoire de Roboan contenant six pièces » et « une tapisserie de Nabuchodonosor » mais également l’histoire des travaux d’Hercule en « cinq pièces de tapissarie » que la reine tient de sa grand-mère Catherine de Foix-Béarn9. Une histoire tissée et déroulée de châteaux en cabinets royaux formant un « manifeste iconographique » dans lequel la reine s’inscrit et tel que le studiolo permet au prince de la Renaissance de s’affirmer dans un « scénario mythologique »10. La bibliothèque que transmet Catherine de Foix-Béarn contient en outre l’histoire du héros de la mythologie antique (l’Hercule des Romains et l’Héraclès des Grecs) mise par écrit en plusieurs volumes11.

  • 12 Jeanne d’Albret, L’ample déclaration sur la jonction de ses armes à celles des Réformés en 1568, La (...)
  • 13 1569, no 82.

6Avec d’une part, la représentation de l’Ancien Testament et notamment l’histoire de Jérusalem à travers l’héroïne Judith triomphant du tyran Holopherne général du roi de Babylone et d’Assyrie Nabuchodonosor, ainsi que le roi Roboam fils du roi Salomon, et d’autre part, la figure mythologique d’Hercule dont le meuble de Navarre et la bibliothèque royale contiennent l’histoire en tapisserie et en mots, les cabinets de Jeanne d’Albret montrent une reine projetant le dessein d’écrire une nouvelle page de l’histoire légendaire du monde. Or, dans L’ample déclaration que la reine publie à La Rochelle en 1570 (ses mémoires), Jeanne d’Albret s’assigne une mission biblique de refondation du monde qui guide sa vie jusqu’à sa mort12. Le meuble et la bibliothèque de Jeanne d’Albret illustrent la tâche terrestre dont la reine se sent investie : construire un monde nouveau. Il est intéressant de noter ici que le meuble de la reine contient également « quatre tapisseries de Charlemagne », le grand empereur des Francs, personnage historique à la stature imposante pour le destin de la Chrétienté13.

  • 14 1569, no 183 : « […] ung tableau rond, grand, là où est la figure du feu roy François le Grand ».
  • 15 1569, no 225. François II (1544-1560) monte sur le trône de France le 10 juillet 1559. Son frère Ch (...)

7Jeanne d’Albret renouvelle par ailleurs le décor pictural de l’ancienne chambre de la librairie maternelle devenue sa propre bibliothèque et répertoriée en tant que « second cabinet » de la reine dans le château de Nérac. Le grand portrait en médaillon « où est la figure du feu roy François le Grand [François Ier] » est remisé dans « la garde-robe et cabinet de la royne » (le garde-meuble attenant à la bibliothèque)14. Dans le « premier cabinet de la royne » (le cabinet d’étude de Jeanne d’Albret), « une petite bouette où est la figure du petit roy François » rappelle le souvenir du feu François II, roi de France à l’âge de quinze ans et mort l’année suivante, premier des petits-fils successeurs de François Ier15. Une nouvelle génération est au pouvoir en France, Jeanne d’Albret renouvelle le décor politique de son cabinet de travail.

  • 16 1548-1555, no 31 : « Plus une grande carte de parchemyn où est contenu la généalogie […] », no 32 : (...)

8Il en va également ainsi des « cartes » généalogiques des papes et des rois de France et de Navarre ornant les murs de l’ancienne librairie de Marguerite de Navarre, désormais enroulées et rangées à la suite des livres16. De fait, les généalogies dynastiques du temps de Marguerite de Navarre sont incomplètes. Tels Henri II puis François II en France, Jeanne d’Albret succède à son père Henri d’Albret sur le trône de Navarre. De plus, Jeanne d’Albret fait ouvertement foi réformée dans ses États et en 1563 le pape Pie IV lance une bulle d’excommunication à l’encontre de la reine. Jeanne d’Albret fait décrocher la « carte » représentant l’histoire de la papauté décorant les murs de l’ancienne librairie de sa mère et le document est désormais conservé « en rouleau » dans la garde-robe de la librairie royale.

  • 17 1561-1562, no 268.

9À côté du décor politique et dynastique, un décor maternel plus intime compose le cabinet de peintures de Jeanne d’Albret à travers un tableau intitulé Marguerite de Valois, sœur de François Ier17. La reine conserve un portrait de sa mère du temps où celle-ci fait figure de reine de France aux côtés de son frère. Si Jeanne d’Albret poursuit ici une tradition maternelle, la reine affirme le haut rang de la lignée de sa mère en même temps que les droits de son fils dans l’ordre de succession au trône de France sont rappelés : par sa propre mère, Henri de Bourbon est un Valois et l’unique petit-neveu de François Ier. Les portraits peints ornant les cabinets de Jeanne d’Albret dessinent dès lors un caractère familial tout en offrant une vision dynastique et politique de la collection. Avec les portraits de sa mère et du roi de France François II, le fils de la reine-mère Catherine de Médicis sa rivale dans la lutte d’influence et de pouvoir au sein de la noblesse française, la bibliothèque de Jeanne d’Albret reflète à la fois l’intime et le politique. La bibliothèque de Jeanne d’Albret est par ailleurs composée d’une partie des livres transmis par sa mère et reflète en cela une autre forme d’intimité et d’affinité décoratives avec la librairie maternelle.

« libres tant grandz que petitz en parchemyn et en papier couvertz de bazanne », « doriures en la tranche »

10Selon la description des couvertures des livres, près de la moitié des volumes inventoriés dans la chambre de la librairie et dans le cabinet de Marguerite de Navarre est répertoriée d’un règne l’autre et compose la bibliothèque royale de Jeanne d’Albret (cent deux volumes sur deux cent trente). D’un cabinet l’autre, les reliures des livres sont toujours aussi veloutées, satinées et damassées, dorées, émaillées et colorées.

  • 18 1569, no 246 : « Plus trente quatre libres couvertz de bazanne avec quelques doriures en la tranche (...)
  • 19 1569, no 243 : « Troys grandz libres couverts de drap d’or et ung autre couvert de velours noir », (...)
  • 20 1561-1562, no 752 : « Une paire d’Heures couvertes de satin cramoisy, faictes de broderie, garnyes (...)

11Chez Jeanne d’Albret, sur un ensemble composé de deux cents volumes royaux, cent vingt-quatre reliures sont en cuir et « bazanne » [basane] et quarante-huit livres présentent des tranches dorées18. Cinquante-deux volumes présentent des reliures en velours, de plusieurs couleurs et violet, rouge ou noir19. Deux volumes sont en satin cramoisi ou vert, un livre est en damas bleu et une reliure présente un filet de petites roses de plusieurs couleurs20. De même que dans la librairie de sa mère, la bibliothèque de Jeanne d’Albret contient des reliures de velours. Mais les reliures combinant plusieurs couleurs représentent la moitié des couvertures dans la collection de Marguerite de Navarre (dont un quart pour la couleur rouge) alors que la proportion multicolore tombe au quart pour l’ensemble des livres de Jeanne d’Albret. Les reliures colorées, y compris les livres couverts d’or et d’argent, représentent soixante-sept volumes, soit seulement le tiers de la bibliothèque de Jeanne d’Albret. La tonalité vive et tranchée des reliures multicolores et spécialement des nuances de rouge de la librairie de Marguerite de Navarre n’est donc plus tout à fait de mise chez Jeanne d’Albret. Cependant, les reliures demeurent tout aussi luxueuses.

  • 21 1569, no 112 et no 262.
  • 22 1569, no 196.
  • 23 1569, no 198 : « […] ung coffre faict en triancle à colleurs et personnages par dehors enrichi de q (...)
  • 24 1561-1562, no 593.
  • 25 Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, Paris, É (...)

12La couleur est également toujours très présente dans la bibliothèque, notamment à travers les tapis de table et de sol. Un tapis vert est inventorié avec les papiers de la reine, d’autres sont « de satin rouge et blanc faict à ouvrages par dessus », ou encore « de satin bleu avec ung guillochés de satin blanc »21. Les meubles sont recouverts d’étoffes luxueuses et colorées plus chatoyantes et lumineuses les unes que les autres. Dans sa bibliothèque, Jeanne d’Albret dispose de « sept coffres tant grandz, moyens que petitz couvertz de velours et satin rouge avec ouvraiges de canetille [broderie] d’or et de fillet d’or et d’argent »22. Les « cabinets de la royne » sont pourvus de coffrets « en triancle [triangle] », « carrez » ou « plat », dotés de tiroirs et « enrichis d’or », « couvertz de velours » noir et rouge ou encore « garny de vendes [bandes] d’argent »23. Dans son cabinet de Pau, Jeanne d’Albret dispose en outre d’un « grand coffre d’ebeyne garny de camayeux entournez d’argent doré »24. Soit un riche mobilier de rangement adapté à la forme et au volume des livres, des documents et des objets précieux à conserver avec un luxe de précaution. Catherine de Médicis possède elle aussi un meuble de bibliothèque précieux composé de plusieurs coffres en ébène et d’une « suite de cabinets façon d’Allemagne avec des piliers d’argent aux coins des layettes, en marqueterie, […] garnis de plaques d’argent au devant des layettes »25.

  • 26 1569, no 224 : « […] une petite chaire ensemble une vouette [boîte] en couvert de satin rouge ouvré (...)
  • 27 1561-1562, no 244, no 245, no 246, no 938 (argent), no 596 (cristal), no 858 et no 1184 (ivoire).
  • 28 1548-1555, no 1 ; 1569, no 144.
  • 29 1569, nos 145-170.
  • 30 1561-1562, no 104.
  • 31 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, p. 43 (1557).

13Le chaire-coffre de Jeanne d’Albret est tout aussi luxueux, « couvert de satin rouge ouvré de fillet d’or »26. Ce siège, qui sert également de rangement pour les livres, constitue un meuble de bibliothèque typique depuis le xve siècle. En outre, à la fois pour ranger ses livres et servir de support ou d’instrument d’écriture, la reine ne dispose pas moins de sept écritoires rares et luxueuses, « d’or faict à feuillages » ou « esmaillé de blanc et rouge », « d’ébène garnye d’or » et en argent, en cristal ou en ivoire27. Sous le règne de Jeanne d’Albret, le « cabinet à la garde robbe de la chambre basse au pied de la grande vitz », c’est-à-dire le meuble cabinet conservé dans le garde-meuble situé en pied de tour de l’ancienne librairie de Marguerite de Navarre, est décrit en tant que « grande garde robe à bahut » et comme un « coffre au fons de la dicte vitz [escalier à vis] »28. De même que du vivant de sa mère, ce meuble cabinet fait l’objet d’une description dans un article à part entière placé en tête d’un chapitre d’inventaire. Le concierge mentionne « ce qui a esté inventorizé que s’ensuict » dans ledit coffre bahut et vingt-cinq articles sont consacrés à répertorier son contenu29. Le cabinet que se transmettent les deux reines de mère en fille est un meuble imposant et incontournable de la bibliothèque. Si Marguerite de Navarre y enferme précieusement sa collection horlogère, Jeanne d’Albret garde elle ses précieux instruments de mesure du temps à portée de main à même ses cabinets30. Dans sa bibliothèque, la reine s’intéresse aux mécanismes et à la maîtrise du temps. De fait, à l’exemple de sa mère, Jeanne d’Albret pensionne un horloger31.

« estuy de lunettes de veloux noir garny d’or », « vayselle de Venise », « petit mortier de sonde »

  • 32 Voir Camille Frémontier-Murphy, Les instruments de mathématiques, xvie-xviiie siècle : cadrans sola (...)
  • 33 1561-1562, no 128 : « […] ung estuy de lunettes couvert de veloux noir garny d’or », no 872 : « ung (...)

14Avec les horloges, les lunettes font partie des instruments scientifiques composant le nécessaire de mathématiques au xvie siècle32. Jeanne d’Albret possède une paire de ces verres grossissants montés en lunettes. Les verres proviennent le plus souvent de Venise pour une qualité supérieure. Les lunettes constituent un instrument de lecture et d’écriture rare et précieux à la Renaissance. Il est ainsi pris grand soin de ces auxiliaires du cabinet d’étude réservés à la reine, conservés dans des étuis de velours, d’or et d’argent, rangés avec les livres et les écritoires royales. La reine fait réaliser un troisième étui par son orfèvre pour protéger ses précieux verres au pouvoir grossissant33. Dans son cabinet d’étude, Jeanne d’Albret se sert de loupes pour mieux prendre la mesure du monde.

  • 34 1569, no 165, no 166, no 167, no 236.
  • 35 1569, no 241 : une « pierre de mine », no 255 : « […] une pierre d’ardoise ».
  • 36 Voir Stephen John Campbell, The Cabinet of Eros: Renaissance Mythological Painting and the “Studiol (...)

15Dans son cabinet, la reine arpente également le monde. Une panoplie vestimentaire et un harnachement de monture, « chapeau », « cappe », « paire de chausses de chamoy » et « deux fournimens de cheval, l’un couvert de velours rouge et l’autre de noir avec houppes de canetille [broderie] d’or et bougles [boucles] dorées » sont rangés avec les livres et dans le cabinet de travail de la reine34. À tout moment, dans sa bibliothèque, Jeanne d’Albret est équipée pour se mettre en mouvement. Mais la reine fait aussi venir le monde à elle. Comme il est d’usage, Jeanne d’Albret collectionne les naturalia, notamment les minerais35. Avec ses livres dans son cabinet de travail, Catherine de Médicis collectionne elle-même les minéraux. Dans son studiolo à Mantoue, Isabelle d’Este conserve quant à elle une collection de gemmes36. La collection naturaliste du cabinet de Jeanne d’Albret montre l’intérêt que la reine porte au monde dans une démarche caractéristique des princesses de la Renaissance.

  • 37 1569, no 184 : « […] six [cent] vingt cinq [6. 25] pièces de bayselle [vaisselle] de terre cuyte ou (...)
  • 38 1569, no 185 : « […] ung plat bassin de berre [verre] » (« garde-robe et cabinet de la royne »), no(...)
  • 39 1569, no 188 : « […] deux grandes bazes de terre cuyte ensemble quatre grandes balustres de terre f (...)

16La collection de naturalia de la reine permet l’étude et l’appropriation symbolique de la nature, celle des artificiala n’en représente pas moins une emprise sur le monde. Pour Jeanne d’Albret et ses contemporains, la collection des faïences importées de Venise participe de la maîtrise artistique autant que de la renommée associée à ces artefacts. L’inventaire de la « garde robe et cabinet de la royne » répertorie des centaines de pièces en faïence de Venise (six cent vingt-cinq exactement), vases, chandeliers et vaisselle diverse37. La collection de faïence vénitienne de Jeanne d’Albret se doit d’être exceptionnelle. La reine possède également un bassin et rangés avec les livres deux vases et deux coupes, le tout en verre de Venise38. Deux vases de jaspe ainsi qu’une coupe « à plusieurs ouvraiges d’iboire [ivoire] » rangée dans le cabinet de travail de la reine complètent cette collection somptueuse39.

Gourde en verre soufflé de Venise émaillée aux armes de Catherine de Foix-Béarn, avant 1517 .

Gourde en verre soufflé de Venise émaillée aux armes de Catherine de Foix-Béarn, avant 1517 .

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

  • 40 1569, no 226, no 228 : « […] une tête de mouton en terre cuite blanche émaillée », no 257 : « […] u (...)
  • 41 1569, no 229. Au xive siècle, Christine de Pizan mentionne un « homme nu » dans la description qu’e (...)
  • 42 Voir Stephen John Campbell, op. cit., p. 39.

17Des figurines de terre cuite émaillée et d’albâtre, mais encore « ung bouquet d’argent peint de colleur berte [verte] le pied d’argent doré », décorent également la bibliothèque de Jeanne d’Albret40. De même que la mère de la reine aime à décorer son cabinet d’étude de fleurs artificielles de soie, des figures de terre cuite sont par ailleurs inventoriées dans le cabinet de travail de Catherine de Médicis. Dans son cabinet d’étude, Jeanne d’Albret possède aussi une statue en bronze, « la figure d’un homme nu de bronse »41. Dans son studiolo à Mantoue, Isabelle d’Este collectionne elle aussi les marbres et les bronzes antiques42. Il s’agit d’insuffler au cabinet le prestige de l’Antiquité. Chez Jeanne d’Albret il pourrait aussi s'agir d’étudier l’anatomie humaine.

  • 43 1569, no 149 et no 151.
  • 44 Ambroise Paré, Dix livres de la chirurgie avec le magasin des instrumens nécessaires à icelle, Pari (...)
  • 45 1520, no 153 : « Plus ung libre des paroles de Albucassin ystorié escript en parchemin parlant de c (...)
  • 46 ADPA, B 6 (1556) ; Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, pp. 43, 117 et 565 (1556, 1557, 1565) (...)
  • 47 Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, La France de la Renaissance : histoire et dicti (...)

18La bibliothèque de la reine contient des instruments médicaux pour soigner le corps, « un clistere avec son estuy » (une seringue à lavement) et « ung petit mortier de sonde », c’est-à-dire un nécessaire à saignée (le chirurgien sonde la blessure et il pratique la saignée avant de panser le patient)43. La table des matières de l’ouvrage du célèbre anatomiste Ambroise Paré, Dix livres de la chirurgie avec le magasin des instrumens nécessaires à icelle, renvoie à plusieurs chapitres sur les clystères et les sondes44. Avant d’entrer au service du roi de France en 1559 en tant que premier chirurgien, Ambroise Paré fait partie de la maison d’Antoine de Bourbon comme chirurgien militaire du roi de Navarre. Le praticien fait aussi partie de la clientèle du vicomte René de Rohan apparenté aux Albret. Depuis le règne de Catherine de Foix-Béarn, la bibliothèque royale de Navarre contient l’ouvrage du célèbre chirurgien arabe du xe siècle Albucasis ainsi que deux livres « de surgie » et sur « l’art de cirurgie »45. Jeanne d’Albret compte elle-même des « chirurgiens de la Royne » dans sa maison, des praticiens d’excellence envoyés étudier à l’université réputée de Montpellier46. Jeanne d’Albret participe du mouvement de reconnaissance de la chirurgie à l’égal de la médecine au xvie siècle. Jusqu’au règne de François II, les médecins, qui sont fiers de leur formation universitaire essentiellement humaniste, refusent en effet « de se salir les mains en opérant eux-mêmes ». « Ils méprisent souvent ceux qui s’en chargent », les chirurgiens. C’est Ambroise Paré qui « fait beaucoup pour relever le prestige de la chirurgie »47.

  • 48 1569, no 218 et no 221.
  • 49 1561-1562, no 905 : « Unes Heures couvertes de veloux viollet escriptes à jour et azurées, où y a l (...)

19La bibliothèque de Jeanne d’Albret est non seulement le théâtre des vicissitudes de la condition humaine mais également du supplice suprême du corps souffrant représenté à travers « une croix ensemble tous les instrumens de la passion de Jesus Crist ouvrage de religion » et « troys petites croix et ung fouet ouvraige de religion »48. Autant d’objets de piété et de pénitence faisant écho aux livres d’heures et autres « tableaux de la Passion » inventoriés dans le cabinet de la reine49. Jeanne d’Albret pratique sa bibliothèque corps et âme, en son for intérieur. La bibliothèque de la reine doit pouvoir constituer une force intérieure.

  • 50 1569, no 182 (« garde-robe et cabinet de la royne »), no 242 (« premier cabinet de la royne »).

20Le décor pictural de la bibliothèque est de fait imposant. La collection est composée d’une part, de « dix neuf tableaulx de platte peinture tant grandz que petitz », et d’autre part, de « vingt deux tableaulx tant grandz que petitz de plusieurs figures sur toille et boys tant à huille que à des trempe »50. Dans sa bibliothèque, Jeanne d’Albret accumule une collection artistique dont la multiplication des pièces doit servir de rempart symbolique en ce sens que la collection force l’admiration pour la plus grande renommée de la reine. La bibliothèque affirme de l’intérieur le haut rang et la puissance de la reine.

21Tel le roi Henri d’Albret son père, qui refond par écrit les fameux Fors de Béarn (l’accumulation des lois et coutumes de la vicomté depuis des siècles), Jeanne d’Albret fait rédiger un code de justice béarnais, le Styl de Jane, et, dans sa bibliothèque, la reine se pare d’une imposante collection artistique royale. Les livres et la bibliothèque de Jeanne d’Albret se révèlent dès lors constituer les armes et les mots de la proclamation d’une souveraineté de l’intérieur. Catherine de Bourbon est elle aussi à l’initiative d’un grand code de justice militaire que la princesse promulgue sous la forme d’un édit pendant sa régence en Béarn. Cependant, la bibliothèque et le cabinet de Catherine de Bourbon, loin de commander à une marche forcée, constituent bel et bien une promenade de l’esprit entre jardin d’appartement et cabinet de verdure.

Notes

1 1569, no 230 (éventail), no 120 : « […] deux landiers [chenets] de fer et une platine […] ».

2 Alain Legros, Pierre Mora, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution », in Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Château, livres et manuscrits, ixe-xxie siècle (Actes des 12es Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, 23, 24 et 25 septembre 2005), Pessac, Ausionus, 2006, p. 160.

3 Paul Raymond (éd.), « Notes extraites des comptes de Jeanne d’Albret et de ses enfants (1556-1608) », Revue d’Aquitaine et des Pyrénées, 1867, t. 11, p. 178 (1571).

4 1569, no 259.

5 1548-1555, no 33 (cuirasse), no 35 : « […] six fers d’espieu » ; 1569, no 238 : « Quatre arcz turquoys et une arbaleste », no 234 : « Un estuy de cuyr peint pour mettre de flèches », no 235 : « Ung autre estuy de voys [bois] couvert de cuyr dans lequel a quatre flèches ».

6 Voir Yves Cazaux, « Jeanne d’Albret écrivain, ses relations littéraires et son mécénat », in Arnaud de Salette et son temps : le Béarn sous Jeanne d’Albret (Actes du colloque international d’Orthez, 16, 17 et 18 février 1983), Orthez, Per noste, 1984, p. 37.

7 Voir Aurore Evain et al. (dir.), Théâtre de femmes de l’Ancien régime, vol. 1, xvie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 25.

8 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques donnez au public par le larcin de Promethee, Au Dezert, L.B.D.D., 1616 ; Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, Jean-Raymond Fanlo (éd.), Paris, H. Champion, 2006.

9 1569, no 93 (Ancien Testament), no 109 (l’histoire de Roboam), no 82 (Nabuchodonosor) ; 1581, no 2 : « La chambre de tapisserye de l’istoire de Hercules contenant cinq pièces vieilles et rompues » ; 1520, no 62 : « Plus cinq pièces de tapissarie appelée les teseux et Hercules ».

10 Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 65.

11 1520, no 136 : « Plus le premier libre de Heracle empereur en parchemin escript à la main », no 150 : « Plus ung autre libre de L’empereur Eracles escript en parchemin » ; 1533, no 106 : « Autre livre en parchemin commensant Les anciennes histoires dient que Eracles […] ».

12 Jeanne d’Albret, L’ample déclaration sur la jonction de ses armes à celles des Réformés en 1568, La Rochelle, s.n., 1570 ; publié sous le titre Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret par Alphonse de Ruble, Paris, E. Paul, Huart et Guillemin, 1893 ; réimpr. : Genève, Slatkine reprints, 1970. Voir David M. Bryson, Queen Jeanne and the Promised Land: Dynasty, Homeland, Religion and Violence in Sixteenth-Century France, Leyde ; Boston ; Cologne, Brill, 1999.

13 1569, no 82.

14 1569, no 183 : « […] ung tableau rond, grand, là où est la figure du feu roy François le Grand ».

15 1569, no 225. François II (1544-1560) monte sur le trône de France le 10 juillet 1559. Son frère Charles-Maximilien de France (1550-1574) lui succède sous le nom de Charles IX.

16 1548-1555, no 31 : « Plus une grande carte de parchemyn où est contenu la généalogie […] », no 32 : « Autre carte en parchemyn contenant la généalogie […] » ; 1569, no 251 : « Ung grand rolleau [rouleau] des généalogies […] », no 252 : « Autre roleau des généalogies […] ».

17 1561-1562, no 268.

18 1569, no 246 : « Plus trente quatre libres couvertz de bazanne avec quelques doriures en la tranche que dessus », no 247 : « Quatorze petitz libres lesquels tous ensemble contennant ce qui est escrit en la Bible et sont couvertz de cuyr tanné dorés par la tranche et y a chacun sur la couverture à chacun cousté une lettre d’argent », no 249 : « Plus septante six libres tant grandz que petitz en parchemyn et en papier couvertz de bazanne et parchemyn ».

19 1569, no 243 : « Troys grandz libres couverts de drap d’or et ung autre couvert de velours noir », no 244 : « Plus quarante sept libres tant grandz que petitz couvertz de velours de plusieurs colleurs », no 248 : « Ung petit libre en parchemyn couvert d’une toille d’argent avec quelques ouvraiges de fillet d’or et de soye ».

20 1561-1562, no 752 : « Une paire d’Heures couvertes de satin cramoisy, faictes de broderie, garnyes de perles », no 860 : « Ung petit livre couvert de satin vert faict en table d’atente », no 113 : « Unes paires d’Heures de Heures escriptes en parchemin, garnyes sur les sermetz et tout autour sur les bordz de petites perles, couvertes de damars bleu à figures d’or », no 506 : « Une petite paire d’Heures d’or faictes de fil esmaillé de petites roses de plusieurs coulleurs ».

21 1569, no 112 et no 262.

22 1569, no 196.

23 1569, no 198 : « […] ung coffre faict en triancle à colleurs et personnages par dehors enrichi de quelque fillet d’or molle », no 199 : « […] troys petits coffres de boys enrichis par dehors d’or bruny et de figures blanches en relief », no 197 : « […] deux petitz coffretz carrez couvertz l’un de velours rouge l’autre de velours noir », no 201 : « Un autre petit couffret carré de boys garny de vendes d’argent doré par dessus », no 202 : « Ung autre petit coffret plat de voys peint par dessus, une liette [un tiroir] dedans […] ».

24 1561-1562, no 593.

25 Monique Riccardi-Cubitt, Un art européen. Le cabinet de la Renaissance à l’époque moderne, Paris, Éd. de l’Amateur, 1993, p. 39.

26 1569, no 224 : « […] une petite chaire ensemble une vouette [boîte] en couvert de satin rouge ouvré de fillet d’or ».

27 1561-1562, no 244, no 245, no 246, no 938 (argent), no 596 (cristal), no 858 et no 1184 (ivoire).

28 1548-1555, no 1 ; 1569, no 144.

29 1569, nos 145-170.

30 1561-1562, no 104.

31 Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, p. 43 (1557).

32 Voir Camille Frémontier-Murphy, Les instruments de mathématiques, xvie-xviiie siècle : cadrans solaires, astrolabes, globes, nécessaires de mathématiques, instruments d’arpentage, microscopes…, Paris, Réunion des musées nationaux, 2002, pp. 218-221 et 321.

33 1561-1562, no 128 : « […] ung estuy de lunettes couvert de veloux noir garny d’or », no 872 : « ung étui à lunettes […] ». ; ADPA, B 17 (1571) : « […] à maître Pierre Gervais orfèvre de la Royne à Pau pour avoir fait un étui de lunettes garni d’argent et neslé, cinquante sols tournois ».

34 1569, no 165, no 166, no 167, no 236.

35 1569, no 241 : une « pierre de mine », no 255 : « […] une pierre d’ardoise ».

36 Voir Stephen John Campbell, The Cabinet of Eros: Renaissance Mythological Painting and the “Studiolo” of Isabella d’Este, New Haven, Yale University Press, 2006, p. 39.

37 1569, no 184 : « […] six [cent] vingt cinq [6. 25] pièces de bayselle [vaisselle] de terre cuyte ouvraige de Benise [Venise], tant bases [vases], chandeliers, platz, écuelles que autres choses ».

38 1569, no 185 : « […] ung plat bassin de berre [verre] » (« garde-robe et cabinet de la royne »), no 260 : « […] deux bazes de berre et deux coupes aussy de berre » (« second cabinet de la royne »).

39 1569, no 188 : « […] deux grandes bazes de terre cuyte ensemble quatre grandes balustres de terre faictes fachon de jaspes » (« garde-robe et cabinet de la royne »), no 227 : « […] une coupe haulte faict à plusieurs ouvraiges d’iboire » (« premier cabinet de la royne »).

40 1569, no 226, no 228 : « […] une tête de mouton en terre cuite blanche émaillée », no 257 : « […] une petite figurine d’albâtre sur un triton ».

41 1569, no 229. Au xive siècle, Christine de Pizan mentionne un « homme nu » dans la description qu’elle fait de « l’étude » (le cabinet de travail) de Charles V dans le château de Vincennes (voir Monique Riccardi-Cubitt, op. cit., p. 42).

42 Voir Stephen John Campbell, op. cit., p. 39.

43 1569, no 149 et no 151.

44 Ambroise Paré, Dix livres de la chirurgie avec le magasin des instrumens nécessaires à icelle, Paris, Impr. de J. Le Royer, 1564 ; [en ligne] <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53751j>.

45 1520, no 153 : « Plus ung libre des paroles de Albucassin ystorié escript en parchemin parlant de canteris » (le troisième livre de la chirurgie d’Albucasis commence par traiter de la cautérisation, du latin cauteris) ; 1533, no 82 : « livre en parchemin commensant les parolles de Albucassin en mauvais lengaige [en langage inconnu] » (voir Stephen John Campbell, op. cit., p. 271 : « un petit livre manuscrit en caractères inconnus », cité en Introduction ; voir aussi 1520, no 135 : « Plus le livre nommé Jesufus […] », cité dans « Généalogie féminine et livresque des Albret Navarre aux xve et xvie siècles. Les livres » en annexe) ; 1520, no 146 : « Plus ung libre de surgie escript à la main en parchemin », no 152 : « Plus ung libre de surgie en parchemin » ; 1533, no 104 : « Autre livre en parchemin qui parle de l’art de cirurgie ». La bibliothèque de Montpellier conserve un manuscrit du livre de chirurgie d’Albucasis (936 ?-1013 ?) portant les armes et la devise de Gaston Fébus, « Fébus avant ». Voir Laurent Brun, « Albucasis, Traitier de cyrurgie », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 2005 ; [en ligne] <http://crm.revues.org/index117.html>.

46 ADPA, B 6 (1556) ; Paul Raymond (éd.), op. cit., 1866, t. 10, pp. 43, 117 et 565 (1556, 1557, 1565) ; ADPA, B 148 (1572) : « remboursement de la dépense de Jehan Fortiat que Sa Majesté avoit envoyé à Montpellier pour étudier en l’exercice de chirurgien ».

47 Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, La France de la Renaissance : histoire et dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2001, p. 988.

48 1569, no 218 et no 221.

49 1561-1562, no 905 : « Unes Heures couvertes de veloux viollet escriptes à jour et azurées, où y a la Passion en histoires à jour » ; 1535, no 439 : « Ung coffre de cuyr doré où a dedans dix sept tableaux des histoires de la Passion ».

50 1569, no 182 (« garde-robe et cabinet de la royne »), no 242 (« premier cabinet de la royne »).

Table des illustrations

Titre Zoan Andrea Vavassori, Judith et Holopherne (estampe), xvie siècle .
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Gourde en verre soufflé de Venise émaillée aux armes de Catherine de Foix-Béarn, avant 1517 .
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search