Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 1. La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde

Chapitre I. Microcosme hors du temps et sanctuaire luxueux : la bibliothèque de Marguerite de Navarre

Texte intégral

Une table « de noier marquetée de bois blanc à bandes garnies de cuyre »

1La bibliothèque de Marguerite de Navarre possède les caractéristiques du studiolo des lettrés du xvie siècle, à la fois librairie privée et cabinet d’étude, munie d’un mobilier sommaire au décor typiquement humaniste. Mais la princesse imprime également sa dignité royale à sa bibliothèque. Si la chambre de la librairie et les cabinets de Marguerite de Navarre sont des lieux d’étude retirés, ces espaces savants portent également les marques ostentatoires réservées à la reine. La bibliothèque constitue à la fois un microcosme hors du temps et un sanctuaire luxueux.

  • 1 1548-1555, no 49 : « […] ung coffre faict à liettes [layettes (tiroirs)] ».
  • 2 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des (...)

2Une table, des écritoires, des boîtes, des coffrets, des petits cabinets et autres coffres « de bahut » ou « faict à liettes  », le meuble de la « chambre de la librairie » de Marguerite de Navarre dans le château de Nérac est constitué d’un mobilier d’écriture et de lecture conforme aux bibliothèques de son époque1. Au xvie siècle, l’ameublement de la bibliothèque est en effet rudimentaire : une table et une chaise chez le chancelier lettré Gaston Olivier de même que chez Michel de Montaigne2. Chez Marguerite de Navarre, le mobilier d’étude est caractéristique du meuble de bibliothèque des humanistes de la Renaissance.

  • 3 1533, no 233 : « […] ung escriptoire de boys couvert de bert [vert] ».
  • 4 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93.
  • 5 1548-1555, no 50.
  • 6 1535, no 158 : « […] deux escriptoires d’or, l’ung esmaillé de rouge », no 193 : « […] ung escripto (...)
  • 7 1535, no 128 : « […] une bouete [boîte] d’or esmaillée », no 421 : « […] une bouette carré de velou (...)
  • 8 1548-1555, no 65.
  • 9 1535, no 408.
  • 10 1548-1555, no 52 : « Un petit coffre de satin cramoisi rouge ouvré en canatille [broderie] d’or et (...)

3Les livres de la belle-sœur de la reine, Anne d’Albret, sont rangés dans une garde-robe (le cabinet d’étude de la princesse) dont le meuble est de même simplement composé d’une table, d’une écritoire, de « deux coffres de bahut » ainsi que d’un « banc long »3. Dans l’hôtel du connétable de Montmorency, le mobilier de la librairie est tout aussi sommaire mais luxueux, une table montée sur quatre pieds tournés et deux chaises de cuir, une rouge et une noire4. Il s’agit d’un prince de même que Marguerite de Navarre est une princesse. La table d’étude de la reine est ainsi en « noier marquetée de bois blanc à bandes garnies de cuyre »5. Les écritoires sont enchâssées d’or, l’une est émaillée de rouge et une autre en pierre précieuse6. Les boîtiers richement décorés resplendissent7. Dans la librairie de Nérac, une petite boîte est « couverte d’or à fil de soie de colleur »8. Dans le cabinet de la reine à Pau, c’est une « bouette » [boîte] couverte de velours violet et d’argent doré9. Ici un coffret est recouvert « de satin cramoisi rouge » brodé « d’or et d’argent » ; là une « cassette » est doublée de taffetas violet et blanc, « ung coffre de cristal enchassé en or » sert d’écrin aux livres et aux objets précieux10. Toutes décorations luxueuses d’un meuble de bibliothèque réservé à la reine.

  • 11 1535 (« Cabinet de la Reyne »), no 123 : « […] ung petit coffre couvert de velours rogne à bandes » (...)
  • 12 1535, no 413, no 249.
  • 13 1533, no 164.
  • 14 1533, no 245.
  • 15 1548-1555, no 98.
  • 16 Chantal Turbide, « Les livres trouvés dans l’hôtel de la reine après le décès de Catherine de Médic (...)

4Les riches étoffes, les cuirs dorés et les « ferrures » d’orfèvrerie et autres incrustations d’ivoire et d’émail « à la morisque » ornent les couvercles de plusieurs coffres. Velours rouge ou incarnat, vert ou jaune, cuivre tout émaillé de bleu, « leton [laiton] doré fort beau », or émaillé et « velours noir ferré de bandes d’argent » brillent de tout leur éclat11. Tel aussi le « coffre de velours cramoisin violet faict de broderie ferré d’argent », ou encore le « coffre d’argent blanc faict à médailles »12. Il s’agit du « petit coffret d’argent faict à anticailles enlevées », c’est-à-dire décoré de médailles antiques en relief, faisant partie à l’origine du meuble d’Anne d’Albret13. La princesse possède en outre un coffre « faict à lyetes [layettes] couvert de satin bert [vert] housse de cuyr doré par dedans »14. Dans son propre cabinet, Marguerite de Navarre dispose également de deux de ces petits coffres, « deux petis cabinetz couvertz de cuyr noir et dourés par dessus doublés de satin noire », des petits meubles de bibliothèque typiques du xvie siècle15. Catherine de Médicis en possède un elle aussi, soit « un petit coffre de bahu carré plain de livres de divers autheurs »16.

Cabinet (ébène, ivoire, palissandre), xvie siècle.

Cabinet (ébène, ivoire, palissandre), xvie siècle.

Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Droits réservés

  • 17 1548-1555, no 3.
  • 18 Voir Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », in André Ve (...)
  • 19 1533, f. VIII B, f. IX B ; 1548-1555, no 135, no 140.
  • 20 Voir André Masson, Le décor des bibliothèques du Moyen Âge à la Révolution, Genève ; Paris, Droz, 1 (...)
  • 21 1569, no 224.
  • 22 Voir Geneviève Hasenohr, op. cit., p. 223.

5Des meubles moins richement décorés servent de rangement dans la garde-robe de la librairie de Marguerite de Navarre. La table « en façon de contoir » constitue un meuble d’usage ancien17. Le comptoir est un mobilier d’écriture muni de tiroirs et d’étagères servant à ranger les livres depuis l’époque médiévale18. Il en est de même des nombreux « bancs tourniz » et des « chaires » inventoriés dans les châteaux de Pau et de Nérac19. Soit tout un mobilier servant depuis le xve siècle quand la consultation des livres se fait sur une « table tournisse », le « chaire-coffre » étant le meuble le plus usuel des bibliothèques médiévales20. En 1569, l’inventaire du cabinet de Jeanne d’Albret mentionne encore un de ces chaires-coffre21. Au xvie siècle, l’usage du mobilier médiéval perdure en effet et notamment avec aussi la roue-coffre et le lutrin-coffre22. Cependant, le mobilier destiné à la librairie et aux cabinets d’étude de Marguerite de Navarre est renouvelé.

  • 23 1548-1555, no 1.
  • 24 1548-1555, no 4 : « […] une petite liette de boys brunye », no 7 : « […] ung petit couffret faict à (...)

6Dans le château de Nérac, le grand cabinet inventorié dans la garde-robe de la librairie de la reine constitue un meuble caractéristique du xvie siècle23. Beaucoup plus imposant comparé aux deux petits cabinets de la librairie, le meuble renferme de grandes pièces de vaisselle d’argent, « le tout pesant trente huict marcz sept unces et demie ». Le cabinet fait d’ailleurs l’objet de la première description du meuble de la reine sur l’inventaire établi dans le château de Nérac en 1548. Il s’agit aussi d’un meuble complexe en ce sens que plusieurs petits meubles y sont contenus. De sorte que ce grand cabinet se démultiplie savamment en autant de rangements encastrés et indépendants : petite layette (un tiroir amovible), petit coffret à compartiments « faict à bahut couvert de velours noir et garny de petites platines de cuyvre » et autre petite boîte « carrée couverte de cuyr noir »24.

  • 25 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 49, Berry, Fontainebleau, décembre (...)
  • 26 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93. Gaston Olivier (le chancelier (...)
  • 27 Voir Alain Legros, Pierre Mora, op. cit., p. 160 : « […] les livres rangez à cinq degrez tout à l’e (...)

7L’aménagement mobilier du cabinet d’étude de Marguerite de Navarre est également mentionné sur les comptes royaux. Alors que depuis le xve siècle les livres sont rangés dans des coffres, la reine fait « mectre ung entablement au tour du cabinet du chasteau de Nérac »25. Il s’agit d’une étagère courante aménagée sur les murs dudit cabinet de travail. À la même époque, le connétable de Bourbon dispose lui-même de pupitres installés le long des murs de sa librairie26. Plus après dans le siècle, Michel de Montaigne aménage lui aussi une série d’étagères murales (à cinq niveaux) tout autour de son cabinet d’étude27.

  • 28 1548-1555, f. IV B, no 9.
  • 29 1535, no 269 : « une médaille d’or à la face de Notre Seigneur », no 410 : « […] ung tableau couver (...)
  • 30 1535, no 268 : « […] Annonciation d’escaille de perle, le fons et le torn d’or », no 243 : « […] de (...)
  • 31 1535, no 240 : « […] deux magdalenes sur aguate blanche couvertes de cristal enchassées d’or », no  (...)

8Le cabinet d’étude de Marguerite de Navarre dans le château de Nérac est par ailleurs tendu « de drap bleu »28. Ce décor céleste participe du choix d’introduire symboliquement la lumière divine dans la pièce. Au xvie siècle, le bleu évoque également la pureté mariale. Les cabinets et la librairie de Marguerite de Navarre sont en effet de véritables lieux de dévotion christique et mariale29. Le culte de la Vierge prend toute sa place avec une Annonciation en écailles de perle, des reliquaires sertis d’agate « où a dedans Nostre Dame d’or »30. La présence de figurines de Marie-Madeleine, en agate et en jaspe « couvertes de cristal enchassées d’or », rappelle le débat spirituel des trois Marie initié dans les années 1520 par Jacques Lefèvre d’Étaples et Guillaume Briçonnet, deux proches conseillers spirituels de la princesse à l’époque31. La collection est exceptionnelle et montre une bibliothèque sublimée.

  • 32 1535, no 257 : « […] Ung calice d’argent et sa patène », no 231 : « ung calice d’aguate garniz d’or (...)
  • 33 1548-1555, no 52 : « Vingt sept pièces d’ouvraiges de religieuses », no 67 : une « canatille [brode (...)
  • 34 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 6-7, Berry, 1540.
  • 35 1548-1555, no 7 : « […] ung petit couffret faict à bahut couvert de velours noir et garny de petite (...)
  • 36 1535, no 264 : « Ung Agnus Dei esmaillé de deux coustez », no 432 : « […] ung Agnus Dei faict en br (...)

9Des objets liturgiques en argent doré et en agate garnis d’or font aussi partie intégrante du cabinet de la reine32. Dans sa bibliothèque, Marguerite de Navarre collectionne de surcroît les broderies pieuses et autres « ouvraiges de religion »33. Les comptes mentionnent en effet « trente six livres dix sols tournois pour achaptz de demies soeyes envoyees de Tours à Bloyes aux Religieuses de saincte Nevice qu’elles besongnoient aux ouvraiges de la Royne »34. Le petit coffret « faict à bahut couvert de velours noir et garny de petites platines de cuyvre » contient des reliques35. La reine collectionne également les Agnus Dei émaillés, les chapelets en perles de cristal, les « tableaux saints » d’or et incrustés de pierres précieuses36. La bibliothèque de Marguerite de Navarre participe de l’ostentation liturgique et du patronage des couvents. Ces objets et ces ornements sacrés révèlent la pieuse atmosphère de la librairie et des cabinets. Autant d’objets et d’ornements précieux affirmant aussi la richesse de la bibliothèque d’une reine. En cela, le drap bleu tendu sur les murs du cabinet de Nérac peut également évoquer la couleur que s’attribuent traditionnellement les rois de France. Le décor textile du cabinet de Marguerite de Navarre figurerait alors ici symboliquement le frère de la reine.

« Ung pourtraict au vifz du feu Roy Françoys grand et rond »

  • 37 1548-1555, no 41.

10Un portrait « grand et rond » de François Ier orne un des murs de la librairie de Marguerite de Navarre à Nérac. Au xvie siècle, les portraits des grands penseurs de l’histoire décorent les bibliothèques humanistes, notamment sous la forme de frises de portraits en médaillon. Marguerite de Navarre choisit son frère en tant que figure tutélaire de sa bibliothèque. Le portrait est inventorié en 154837. François Ier meurt l’année précédente. Le portrait du « feu Roy » est « peint au vif », c’est-à-dire à partir du modèle vivant. Le portrait rappelle le vif souvenir du roi. La bibliothèque de la reine constitue un sanctuaire à l’effigie du frère disparu. Marguerite de Navarre écrit La Navire, ou Consolation du roi François Ier à sa sœur Marguerite ainsi que la Comédie sur le trépas du roi. La reine trouve consolation à la disparition de son frère dans la création littéraire, ses livres et sa librairie.

  • 38 1548-1555 (« Chambre de la librairie »), no 66 (croix) ; 1535 (« Cabinet de la Reyne »), no 245 : « (...)
  • 39 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulêm (...)
  • 40 1561-1562, no 278.

11Le cabinet de la reine reflète aussi le lien indéfectible unissant le frère et la sœur. « Une croix où est figuré le mistère de la Passion » est inventoriée avec une collection de riches crucifix d’or ornés d’agate et de diamants38. En 1544 François Ier envoie un crucifix à Marguerite de Navarre avec le poème de sa composition « L’estandart de toute charité ». Dans sa réponse à son frère, la reine écrit « baiser la croix pour révérence à mes deux Christs »39. Marguerite de Navarre range en outre dans son cabinet « ung cueur d’argent doré sur lequel y a de nielleure [niellure] noire, d’un costé ung saint Françoys, de l’autre une sainte Marguerite et dedans une Heures en parchemin »40. Ce boîtier en forme de cœur contenant un livre de prières, niellé (incrusté) des portraits des saints patronymiques du roi de France et de sa sœur se faisant face reflète parfaitement l’attachement profond que Marguerite de Navarre porte à François Ier.

  • 41 1561-1562, no 268.
  • 42 1535, no 414.
  • 43 Ghislaine de Boom, Marguerite d’Autriche-Savoie et la pré-Renaissance, Paris, Droz, 1935, p. 163.
  • 44 En mars 1525, dans une lettre adressée à François Ier et écrite à deux mains avec Louise de Savoie, (...)

12La bibliothèque de la reine honore également la mémoire de ses parents. Dans son cabinet du château de Pau, c’est « la peinture de feue madame Loyse de Savoye, mère du Roy [François Ier] » que Marguerite de Navarre conserve, c’est-à-dire le portrait de sa mère41. Le cabinet de la reine contient de plus les Heures de feu monseigneur d’Angoulême, le livre de prières de son père42. Dans son château de Malines, Marguerite d’Autriche-Savoie décore elle aussi sa librairie avec les portraits de ses parents43. La bibliothèque de Marguerite de Navarre constitue non seulement un sanctuaire familial mais révèle également la relation de complicité intellectuelle et spirituelle que la princesse entretient avec ses proches. En conservant le livre de prières paternel et en plaçant les figures maternelle et fraternelle dans son cabinet et sa librairie, Marguerite de Navarre prend non seulement l’héritage lettré et spirituel de ses parents comme modèle mais la reine reconstitue également symboliquement, par-delà la mort, la « trinité » des Angoulême qu’elle forme avec son frère et sa mère, chantée par les poètes de la cour en un temps désormais révolu44. Loin de la cour de son frère, vivant à l’extrémité des frontières de son royaume de naissance (à Nérac et à Pau), au-delà du temps (après la mort de ses proches), la librairie de Marguerite de Navarre abolit l’espace et fixe le passé dans le présent. La bibliothèque de la reine sanctuarise la mémoire et l’image de François Ier.

  • 45 1535, no 424.
  • 46 1535, no 190 : « […] troys petites médailles d’esmail enchassées d’or » ; 1548-1555, no 45 : « Deux (...)
  • 47 1548-1555, no 36.
  • 48 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 110-111, Berry, décembre 1542.

13Les « sept petites ymaiges de limoges » conservées dans le cabinet de la reine rappellent par ailleurs que Marguerite de Navarre est vicomtesse de Limoges45. La bibliothèque constitue la galerie d’exposition du patronage seigneurial de la reine autour de l’art de l’émail. Le cabinet et la librairie de la reine contiennent nombre d’objets d’orfèvrerie émaillés. Des médailles d’or et d’émail, deux salières, huit coupes et deux vases émaillés sont inventoriés46. La collection compte aussi une « fontaine d’esmailh faicte à personnages »47. Inventoriée dans la librairie du château de Nérac, cette fontaine est également répertoriée sur les comptes tirés des revenus personnels de Marguerite de Navarre à Bourges (la reine est duchesse de Berry) : « À Leonard Limousin esmailleur de Limoges pour l’achapt d’une fontaine desmail »48. Un grand émail exécuté sur l’ordre du roi de France Henri II pour la Sainte Chapelle à Paris porte la signature du célèbre émailleur de Limoges : « Leonard Limosin, esmailleur et peinctre ordinaire de la chambre du roi. 1553 ». Les objets décoratifs de la librairie de Marguerite de Navarre influencent le goût de la cour de France. Sa bibliothèque participe du rayonnement personnel de la reine. Après la mort de Marguerite de Navarre, le maître émailleur de la reine compte parmi les peintres du roi de France son neveu Henri II.

  • 49 1548-1555, no 43.
  • 50 1535, no 348.
  • 51 1548-1555, no 42 : « […] ung sainct Hyerome faict de cuyr esmaillé faict en bosse » ; 1535, no 341  (...)
  • 52 Voir Adalgisa Lugli, Naturalia et mirabilia : les cabinets de curiosités en Europe, Paris, A. Biro, (...)

14Rangées avec les images et les livres de la reine, « vingt pièces de tableaux painctz où il y a plusieurs divises et histoires dont les dix huict sont de toile et les deux de bois » sont aussi inventoriées dans la chambre de la librairie de Marguerite de Navarre49. De même, dans le cabinet de la reine « dix histoires d’argent doré » sont répertoriées50. Avec l’art des devises, la bibliothèque de Marguerite de Navarre s’inscrit dans la représentation des préoccupations humanistes caractéristiques du xvie siècle. Michel de Montaigne fait ainsi décorer les poutres du plafond de sa librairie de sentences et de maximes de l’Antiquité. La librairie de Nérac et le cabinet de Pau contiennent en outre des portraits de saint Jérôme richement décorés, émaillés et dorés51. Pour Marguerite de Navarre, librairie et cabinet constituent des lieux consacrés à l’étude et à la méditation. Au xvie siècle, le cabinet doit en effet beaucoup à la tradition de la vie monastique et à ses valeurs de culture et de recueillement transmises à partir du xve siècle par les représentations picturales de saint Jérôme dans sa cellule52.

  • 53 1535, no 403. Voir Normand Doiron, « Mercure dans l’œuvre de Guillaume Budé. Pour une herméneutique (...)
  • 54 1548-1555, no 6 : « Ung petit orloge en pièces couvert de petites platines de cuivre et une petite (...)
  • 55 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 70, Berry, 1542 : « à Jehan Dujard (...)

15Les représentations allégoriques de l’étude et de la lecture trouvent d’autres formes artistiques dans la librairie et le cabinet de la reine. La statue en « cuyvre fort antique » de Mercure, le dieu voyageur de l’Antiquité représenté au xvie siècle en protecteur des arts et des lettres, insuffle cette « présence au monde » de la bibliothèque de Marguerite de Navarre selon la conception des humanistes de la Renaissance53. La statue symbolise l’intégration de la pensée des Anciens et abat les frontières de l’espace et du temps. La collection d’horloges et de montres de la reine conforte cette volonté de maîtrise du temps. La librairie de Marguerite de Navarre contient trois pièces d’horlogerie et le meuble royal s’enrichit de la collection d’horloges héritée de la tante de Henri d’Albret, la reine d’Aragon Germaine de Foix54. De fait, Marguerite de Navarre pensionne un maître horloger à la cour de France. En 1542, la reine lui fait verser « deux cent cinquante et un livres tournois pour la pencion de cette présente année » sur ses revenus propres55. Couvertes de petites platines de cuivre et munies d’étuis décorés de broderies d’or et d’argent, de velours violet doublé de satin jaune ou de soie de couleurs, les horloges et les montres de Marguerite de Navarre sont des objets savants et luxueux aussi rares que précieux et en cela réservés à la reine. Dans sa librairie, Marguerite de Navarre aime à mesurer le temps pour mieux s’en approprier les mécanismes.

  • 56 1535, no 135 : « agathe fort antique », no 110 : « […] ung base à l’antique de jacinte à une chenet (...)
  • 57 1520, no 62 (la tapisserie d’Hercule), no 64 : « Plus neuf pièces de tapissarie appellée Les empere (...)

16L’agate « fort antique » et le vase « à l’antique » inventoriés dans le cabinet de la reine procèdent d’une démarche intellectuelle identique en ce sens que les objets issus de l’Antiquité représentent une appropriation symbolique des valeurs et de la beauté du temps des Anciens56. Il en va de même de la collection de médailles antiques utilisées pour la décoration du coffre inventorié dans le cabinet de la reine et que Marguerite de Navarre tient d’Anne d’Albret. Le meuble de Navarre intègre de plus la collection de médailles antiques héritée de la reine d’Aragon Germaine de Foix. La référence à l’Antiquité procède d’une transmission dynastique féminine dans la bibliothèque des Albret Foix Navarre. Avec douze volumes sur cinquante livres, la bibliothèque ancestrale de Navarre fait la part belle aux penseurs anciens et aux écrits de l’Antiquité. Outre le meuble royal que transmet Catherine de Foix-Béarn contenant l’histoire tissée du héros de la mythologie antique Hercule et une tapisserie en neuf pièces appelée Les empereurs romains, la librairie dont Henri d’Albret hérite de sa mère mais également de ses aïeules dames d’Albret du xve siècle contient ainsi notamment les œuvres de Tite-Live, de Flavius Josèphe et d’Ovide ainsi que des textes sur l’histoire et la mythologie grecque et romaine57.

« Livres couvertz de cuyr de diverses coleurs dorés par dessus »

  • 58 Soixante-trois volumes sont « couvertz de cuyr de diverses coleurs » (1548-1555, no 29), trente-sep (...)

17Avec les livres hérités de Catherine de Foix-Béarn et d’Anne d’Albret, la bibliothèque royale de Marguerite de Navarre contient près de trois cents volumes à la fin du règne de la reine. La grande majorité des reliures est composée de « cuyr de diverses coleurs » et de velours désignant aussi bien les étoffes de satin et les toiles tissées de fils de soie et d’argent que les draps d’or « frizés » (c’est-à-dire filés en relief). Que ces reliures soient unies ou à motifs (souvent à fleurs ou à feuillages), les couvertures satinées brillent d’autant plus avec leurs boucles dorées, leurs courroies de cuir et autres ferrures d’argent. Les livres reluisent. La palette des couleurs est non seulement complète mais un nuancier existe également pour la teinte rouge avec un dégradé du « rouge cler [clair] » et du rose au cramoisi, de l’incarnat au violet. Les teintes, couleurs et autres dorures et argentés sont unicolores ou combinés. L’ensemble des matières, des couleurs et des reflets métalliques et moirés donne un effet chatoyant et lumineux à la bibliothèque58. La librairie est multicolore et lumineuse. Les livres participent du décor de la librairie de Marguerite de Navarre.

  • 59 1548-1555, no 28.

18Le livre sacré en sept volumes s’impose. Il s’agit d’une Bible en « sept pièces » « couthées [cotées] d’argent »59. Inventoriée et rangée au centre de deux cents livres, cette Bible imposante et richement décorée constitue le cœur de la librairie de Marguerite de Navarre. Les reliures en cuir et en textile se partagent respectivement les cent cinq et quatre-vingt-huit livres composant les autres volumes de la librairie de la reine (avec de plus sept couvertures en simple parchemin). Cent vingt couvertures combinent plusieurs coloris (jusqu’à trois) et cinquante-huit sont unicolores. Avec quatre-vingt-douze mentions, le noir est dominant. Mais la couleur se partage entre reliure unicolore (quarante-sept reliures) et combinaison avec une ou deux autres teintes ramenant la proportion du noir seul au quart des reliures de la collection. Un quart des reliures est de couleur rouge et ses variantes cramoisi et incarnat, dont douze mentions unicolores pour cette teinte vive à laquelle il faut ajouter les trente-huit mentions de blanc combinées au noir et au rouge. Trente-sept reliures sont « dorées par dessus », c’est-à-dire rehaussées à l’or. La mention de dorure est portée sur un quart des livres avec les boucles et les garnitures dorées. De même, les quatorze mentions d’argent (quatre reliures, sept lettres de cotation et trois ferrures et boucles), les douze reliures de vert et les neuf reliures de violet représentent les trois autres coloris remarquables de la collection. Les trois mentions de bleu, dont deux unicolores, et les mentions de jaune ne sont pas moins visibles du fait même de leur rareté constituant des éclats se distinguant.

19Les mentions de titres de la Bible, avec aussi celle du Nouveau Testament, représentent les seules mentions de contenu de la librairie. Mais la correspondance de Marguerite de Navarre, qui tisse un riche réseau épistolaire et poétique, montre que la reine possède dans sa librairie les nouveautés littéraires notamment en provenance de la péninsule italienne.

« des boquetz de soye », deux pierres vertes enchâssées en or

  • 60 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 786, 5 janvier 1539, Florence, Niccolò Martelli et (...)
  • 61 Matteo Bandello, Canti, Agen, Antonio Rebloglio, mars 1545, in-8o (Bibliothèque nationale de France (...)
  • 62 Voir Pierre Jourda, « Le mécénat de Marguerite de Navarre », Revue du seizième siècle, 1931, t. 18, (...)

20La librairie de Marguerite de Navarre s’enrichit des œuvres des poètes italiens contemporains. C’est notamment l’activité épistolaire de cabinet de la reine qui participe de cet enrichissement de la bibliothèque. Marguerite de Navarre reçoit les dernières créations poétiques de Niccolò Martelli et Bartolomeo Panciatichi, Vittoria Colonna et Luigi Alamanni60. Les poètes présentent aussi leurs œuvres devant la cour de Nérac. Marguerite de Navarre possède ainsi un recueil de poèmes (encore conservé) de Matteo Bandello imprimé par Antonio Rebloglio à Agen où le poète s’est installé sous la protection de l’évêque de la cité, Jean de Lorraine61. L’inventaire de la bibliothèque épiscopale d’Agen reflète en effet une riche activité intellectuelle, poétique et musicale. La cour épiscopale est située dans le domaine de Marguerite de Navarre qui est comtesse d’Agen et dame de la seigneurie limitrophe de Nérac. La reine aime à séjourner au sein de cette cour à l’italienne qu’elle s’imagine proche de celle de sa « sœur » d’âme et de cœur, sa confidente épistolaire la duchesse de Ferrare Renée de France (dont la cour accueille un temps Vittoria Colonna), épouse du duc Hercule d’Este et belle-sœur de François Ier62.

  • 63 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 858, 6 octobre 1541, Venise, Guillaume Pellicier à (...)
  • 64 Matteo Bandello est jusqu’en 1555 évêque d’Agen où il meurt en 1561 et où lui succède Giano Fregoso (...)

21Jean de Lorraine est également un proche de François Ier et de Marguerite de Navarre. Le prélat conserve jusqu’à sa mort en 1550 son siège épiscopal d’Agen alors qu’il résigne notamment celui de Lyon au bénéfice d’Hippolyte d’Este, le frère du duc de Ferrare dont la fille Anne d’Este est mariée à son neveu François de Lorraine. La cour épiscopale d’Agen devient un foyer lettré italien quand à partir de 1541 Constanza Fregoso, la veuve du diplomate César Fregoso servant François Ier à Venise, s’y retire avec l’ancien secrétaire de son mari le poète Matteo Bandello après que l’évêque de Montpellier et diplomate Guillaume Pellicier a sollicité la protection de Marguerite de Navarre pour les proches de son prédécesseur auprès de la cité des doges63. Matteo Bandello puis Giano Fregoso, le fils de César et Constanza Fregoso, se succèdent eux-mêmes sur le siège épiscopal d’Agen après la mort de Jean de Lorraine64.

  • 65 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 863, 10 novembre 1541, Venise, Guillaume Pellicier (...)
  • 66 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 51, Berry : « Le sixième jour de d (...)
  • 67 Voir Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, La France de la Renaissance : histoire et (...)
  • 68 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 85.
  • 69 Voir Magali Vène, Bibliographia serliana : catalogue des éditions imprimées des livres du traité d’ (...)

22Quelques semaines après sa lettre de sollicitation, le 10 novembre 1541, Guillaume Pellicier remercie Marguerite de Navarre d’être en outre intervenue en faveur de Sebastiano Serlio65. La reine finance en effet l’arrivée de l’architecte italien à la cour de son frère où elle le pensionne sur ses revenus personnels66. L’autre protecteur de l’architecte à la cour de France est le cardinal de Ferrare Hippolyte d’Este qui lui confie l’édification de son hôtel à Fontainebleau67. Sebastiano Serlio s’intéresse de près à l’impression et à la « continuité typographique » de ses Libri di architettura en France68. En 1547, c’est à Marguerite de Navarre que l’architecte dédicace son Quinto libro di architettura consacré aux plans d’églises, la reine versant pension jusqu’à sa mort à l’architecte de la cour de son frère69.

  • 70 Marguerite d’Angoulême, Lettres de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, (...)

23Un autre pensionnaire de François Ier et obligé de Marguerite de Navarre (il est inscrit sur les comptes de la princesse dès 1518 avant d’entrer au service du roi, et dans son exil pour cause d’écrits jugés hérétiques il trouve un temps refuge à la cour de Renée de Ferrare), le poète Clément Marot chante une des dames d’honneur de la reine au cœur des activités de la cour de Nérac et qualifiée par Marguerite de Navarre elle-même de « grande écouteuse » de sa cour : « madame Davaugourt, quy ne faict que escouter »70. Tels les devisants dans l’Heptaméron réunis dans le jardin autour de la fontaine pour écouter, converser et débattre, la cour de Marguerite de Navarre constitue un cénacle intellectuel et poétique organisé autour du débat d’idées et des activités littéraires de lecture et de conversation dont le premier personnage est la reine. En cela, librairie et cabinets sont au centre de la curiosité intellectuelle et poétique de Marguerite de Navarre et la bibliothèque de la reine constitue le pivot culturel de sa cour.

Boccace, « Entretien des conteurs », in Décaméron, Rouen, 1465-1470 (?), f. 1 .

Boccace, « Entretien des conteurs », in Décaméron, Rouen, 1465-1470 (?), f. 1 .

Source : Photo © BnF, Distr. RMN-Grand Palais / image BnF

  • 71 1535, no 433 : « […] des boquetz de soye », no 151 (oiseau d’or).
  • 72 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 127, « Allençon », 1543.
  • 73 1535, n194 : « […] une grande pierre enchassée en or », n138 : « […] une petite pierre blanche (...)

24Marguerite de Navarre organise ainsi la décoration de sa bibliothèque tel un cadre bucolique propice à l’art de la conversation. À la fontaine émaillée inventoriée dans la librairie de Nérac, évoquant le bruit de l’eau, l’humidité et l’odeur du jardin, répondent des bouquets de fleurs en soie servant de décor au cabinet de la reine à Pau où est également inventorié « ung oyseau d’or d’ung cousté [côté] vert et de l’autre blanc »71. De fait, les comptes répertorient « seize livres tournois à Claude Pays fleuriste pour soies pour faire des fleurs »72. Dans la librairie et le cabinet, les fleurs et la volière artificielles avec les figurines d’oiseaux se mêlent à la collection de naturalia de la reine, composée notamment de minéraux, « pierres » blanches et vertes ou autre « cristal »73.

  • 74 1533, no 179 : « […] ung touret levé de velour noir garny de bordeure d’or avec perles », no 180 : (...)
  • 75 1569, no 230 : un « grand penache ou esventail pour donner vend en este » ; 1601 (« Coffre Moyse ») (...)
  • 76 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 86.
  • 77 1535, no 422 : « Deux cortines de crispe frangez d’or », no 423 : « […] ung guenillon de satin cram (...)
  • 78 1535, no 38 : « […] ung miroir d’argent macifz », no 67 : « […] ung miroir d’acier garny alentour d (...)

25Si la collection naturaliste de Marguerite de Navarre répond aux usages de l’époque en montrant une bibliothèque tournée vers la nature et le jardin tout en constituant l’espace par excellence de l’art de la conversation littéraire et poétique, il en est de même des accessoires de promenade tels les quatre « tourets » (demi-masques) de velours et de satin finement brodés d’or et de perles inventoriés à la suite des livres dans la garde-robe d’Anne d’Albret74. Souvent les dames portent en effet un masque de velours pour se garantir de la fraîcheur de l’air en faisant le tour du jardin, cheminant en promenade et grande conversation. Afin au contraire de ventiler et rafraîchir leur cabinet intérieur, Jeanne d’Albret, Catherine de Bourbon et Marguerite de Valois disposent elles d’un « grand […] esventail pour donner vend […] » et d’un éventail en « plumes blanches garny d’or »75. L’inventaire des cabinets de Catherine de Médicis mentionne aussi des masques et des éventails conservés avec les livres76. Le cabinet de Marguerite de Navarre renferme en outre de riches parures vestimentaires77. Livres et effets personnels s’entremêlent dans les garde-robes et les coffres de la bibliothèque dont l’intérieur se reflète dans les miroirs d’or et d’argent78.

26Dans Les prisons, Marguerite de Navarre se décrit enfermée derrière des piliers de livres symbolisant les barreaux de sa prison. Dans sa librairie, renvoyée à elle-même par le reflet miroitant de sa propre image au milieu de ses livres, la reine consacre son temps à la lecture et à l’écriture, à la création poétique et à la recherche spirituelle. En cela, la bibliothèque permet à Marguerite de Navarre de développer une grande liberté intérieure. La bibliothèque de Jeanne d’Albret reflète de même une aspiration à la liberté en ce sens que la reine dispose d’un cabinet d’étude et de combat formidable fer de lance d’une souveraineté de l’intérieur.

Notes

1 1548-1555, no 49 : « […] ung coffre faict à liettes [layettes (tiroirs)] ».

2 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », in Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1988, p. 85 ; Alain Legros, Pierre Mora, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution », in Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Château, livres et manuscrits, ixe-xxie siècle (Actes des 12es Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, 23, 24 et 25 septembre 2005), Pessac, Ausionus, 2006, p. 160.

3 1533, no 233 : « […] ung escriptoire de boys couvert de bert [vert] ».

4 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93.

5 1548-1555, no 50.

6 1535, no 158 : « […] deux escriptoires d’or, l’ung esmaillé de rouge », no 193 : « […] ung escriptoire de pierre de bame enchassée en or ».

7 1535, no 128 : « […] une bouete [boîte] d’or esmaillée », no 421 : « […] une bouette carré de velours noir ferrée de vendes [bandes] d’argent doré faict à genettes ».

8 1548-1555, no 65.

9 1535, no 408.

10 1548-1555, no 52 : « Un petit coffre de satin cramoisi rouge ouvré en canatille [broderie] d’or et d’argent en façon de coffre à bahut doublé de taffetas violet », no 53 : « […] une cassette couverte de satin cramoisin rouge labourée de canatille d’or et d’argent doublée de taffetas blanc » ; 1535, no 229 (coffre de cristal).

11 1535 (« Cabinet de la Reyne »), no 123 : « […] ung petit coffre couvert de velours rogne à bandes », no 127 : « […] ung petit coffret d’or à bahut », no 147 : « Ung autre coffre couvert de velours jaune », no 172 : « Ung autre petit coffre de cuivre tout esmaillé de bleu », no 184 : « […] ung petit coffre de yvoire », no 200 : « ung coffre de velours vert la clenneure d’argent », no 236 : « […] ung coffre d’or esmaillé de noir à la morisque », no 419 : « […] ung coffre d’arcquenne doré sur fons de velours incarnat », no 436 : « […] ung coffre d’esmail enchassé en leton doré fort beau », no 439 : « […] ung coffre de cuyr doré ».

12 1535, no 413, no 249.

13 1533, no 164.

14 1533, no 245.

15 1548-1555, no 98.

16 Chantal Turbide, « Les livres trouvés dans l’hôtel de la reine après le décès de Catherine de Médicis (1519-1589) », in Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien régime (Actes de colloque, université de Rennes 2, 27-29 juin 2002), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 37.

17 1548-1555, no 3.

18 Voir Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », in André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 1, Les bibliothèques médiévales, du vie siècle à 1530, Paris, Promodis ; Cercle de la Librairie, 1989, p. 216.

19 1533, f. VIII B, f. IX B ; 1548-1555, no 135, no 140.

20 Voir André Masson, Le décor des bibliothèques du Moyen Âge à la Révolution, Genève ; Paris, Droz, 1972, p. 66 : « Persistances des formules médiévales » ; Geneviève Hasenohr, op. cit., p. 219.

21 1569, no 224.

22 Voir Geneviève Hasenohr, op. cit., p. 223.

23 1548-1555, no 1.

24 1548-1555, no 4 : « […] une petite liette de boys brunye », no 7 : « […] ung petit couffret faict à bahut couvert de velours noir et garny de petites platines de cuyvre », no 8 : « […] une petite bouhete carrée couverte de cuyr noir ».

25 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 49, Berry, Fontainebleau, décembre 1541 : « Le troisieme jour dud. mois aud. lieu despesche ung mandement adressant au tresorier et receveur général de Berry Maistre Ollivier Bourgoing pour payer des deniers de sa recepte de ceste presente annee commencee le premier jour de janvier mVXL et qui finira le dernier jour de décembre prochain venant à Maistre Galliot Mendat la somme de vingt huict livres tournois à luy ordonne pour son remboursement de semblable somme quil a payée savoir est pour avoir faict mectre ung entablement au tour du cabinet du chasteau de Nérac dernièrement que la Royne y estoit ».

26 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 93. Gaston Olivier (le chancelier de Marguerite de Navarre) range ses livres dans « cinq bibliothèques garnies de pupitres » (Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, vol. 1, Le livre conquérant, du Moyen Åge au milieu du xviie siècle, Paris, Fayard ; Cercle de la Librairie, 1989, p. 543). À Malines, Marguerite d’Autriche-Savoie dispose ses livres à plat « sur les pourpitres » de sa librairie (Marguerite Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche : essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain ; Paris, Peeters, 1995, p. VIII).

27 Voir Alain Legros, Pierre Mora, op. cit., p. 160 : « […] les livres rangez à cinq degrez tout à l’environ ».

28 1548-1555, f. IV B, no 9.

29 1535, no 269 : « une médaille d’or à la face de Notre Seigneur », no 410 : « […] ung tableau couvert de velours noir garny d’argent où a dedans la face de Notre Seigneur », no 122 : « un sépulcre d’or », no 429 : « […] ung tombeau de Notre Seigneur de nacre de perle où sont les Maries » ; 1548-1555, no 64 : « […] Ecce Homo de fil d’or et de soie ».

30 1535, no 268 : « […] Annonciation d’escaille de perle, le fons et le torn d’or », no 243 : « […] deux reliquaires de granatz qui se ouvrent et à chacun a une Anonciation dedans », no 344 : « […] ung pilier d’aguate où a dedans Nostre Dame d’or ».

31 1535, no 240 : « […] deux magdalenes sur aguate blanche couvertes de cristal enchassées d’or », no 241 : « Une autre magdalene debout sur jaspe couverte de cristal ».

32 1535, no 257 : « […] Ung calice d’argent et sa patène », no 231 : « ung calice d’aguate garniz d’or », no 434 : un bénitier (1533, no 143 [ancien meuble d’Anne d’Albret] : un « benystier et son asperges d’argent ») ; 1535, no 238 : « Deux encenciès d’or, en l’ung a une passion », no 239 : « […] une neufz d’or à tenir l’encens et la chilhère dedans », no 243 : « Deux reliquaires de granatz qui se ouvrent », no 346 : « […] ung reliquaire doré », no 347 : « Ung autre reliquaire d’argent doré », no 349 : « […] deux burettes d’argent l’une dorée l’autre plaine de reliques », no 272 : « Ung chef St. Jehan d’or où il y a des reliques ».

33 1548-1555, no 52 : « Vingt sept pièces d’ouvraiges de religieuses », no 67 : une « canatille [broderie] d’or et d’argent à ouvraige de religion ».

34 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 6-7, Berry, 1540.

35 1548-1555, no 7 : « […] ung petit couffret faict à bahut couvert de velours noir et garny de petites platines de cuyvre lequel plain de reliques » ; 1533, no 226 : « Ung petit coffret de boys et au dedans a ung millier de reliques », no 227 : « […] une bouetellette de boys où a des reliques enveloppées en papiers ».

36 1535, no 264 : « Ung Agnus Dei esmaillé de deux coustez », no 432 : « […] ung Agnus Dei faict en broderie », no 407 : « […] ungz pater noster de cistal », no 418 : « […] ung dixain de pater nostres d’or », no 431 : « ung petit tableau de reliques et de roses blanches », no 242 : « […] ung tableau d’or, les portes de cristal, ung St-Jehan et une Ste Katherine dedans, quatre saphire et sept perles », no 416 : « […] un tableau où est la decollation St. Jehan ». L’inventaire de succession de la reine d’Aragon Germaine de Foix mentionne les livres avec des calices, des vases sacrés et des encensoirs (ADPA, E 571, 1541).

37 1548-1555, no 41.

38 1548-1555 (« Chambre de la librairie »), no 66 (croix) ; 1535 (« Cabinet de la Reyne »), no 245 : « […] ung petit crucifix d’or sur aguate », no 246 : « Une petite croix d’or à cinq jacinthes », no 337 : « Une navire d’or où a dedans ung petit crucifix », no 342 : « Une pièce d’argent doré où a ung crucifix », no 352 : « Ung grand crucifix d’or fort bien faict, troys poinctes de diamant pour les troys clos » ; 1533, no 230 : « Une croix d’argent doré » est inventoriée avec les livres d’Anne d’Albret. La collection de la reine d’Aragon Germaine de Foix mentionne également des croix avec les livres (ADPA, E 571, 1541).

39 Pierre Jourda, Répertoire analytique et chronologique de la correspondance de Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre (1492-1549), Paris, H. Champion, 1930, Lettre no 961, février 1544.

40 1561-1562, no 278.

41 1561-1562, no 268.

42 1535, no 414.

43 Ghislaine de Boom, Marguerite d’Autriche-Savoie et la pré-Renaissance, Paris, Droz, 1935, p. 163.

44 En mars 1525, dans une lettre adressée à François Ier et écrite à deux mains avec Louise de Savoie, mère et sœur réconfortent le roi de France prisonnier de l’empereur : « Nostre trynyté a tousjours esté unye » (Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 206). François Ier réconforte sa sœur dans une épître en vers au moment où celle-ci déplore d’avoir à les quitter lui et leur mère pour suivre son nouvel époux en Navarre en 1527 : « La chose entière étant inséparable / Rend témoignaige à elle trop louable : / L’esprit vivant en un corps triformé […] Car la chose qui à trois est commune / Impossible est sans les deux estre à une » ; Marguerite de Navarre répond à son frère : « Notre trinité / ung trime sentiment Avons tous troys et ung consentement » (ibid., Lettre no 347).

45 1535, no 424.

46 1535, no 190 : « […] troys petites médailles d’esmail enchassées d’or » ; 1548-1555, no 45 : « Deux salières d’esmailh », no 44 : « Huict coupes d’esmailh dont les trois sont couvertes », no 46 : « Ung vasa d’esmailh » ; 1535, no 118 : « Ung base [vase] d’or esmaillé de bleu ».

47 1548-1555, no 36.

48 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 110-111, Berry, décembre 1542.

49 1548-1555, no 43.

50 1535, no 348.

51 1548-1555, no 42 : « […] ung sainct Hyerome faict de cuyr esmaillé faict en bosse » ; 1535, no 341 : « […] ung petit tableau de Saint Jérôme couvert doré ».

52 Voir Adalgisa Lugli, Naturalia et mirabilia : les cabinets de curiosités en Europe, Paris, A. Biro, 1998, pp. 75-76 ; voir aussi Dominique Moncond’huy, Pierre Martin (dir.), Curiosité et cabinets de curiosités, Neuilly, Atlande, 2004.

53 1535, no 403. Voir Normand Doiron, « Mercure dans l’œuvre de Guillaume Budé. Pour une herméneutique du déplacement dans l’espace », Réforme, Humanisme, Renaissance, 2005, vol. 61, p. 13.

54 1548-1555, no 6 : « Ung petit orloge en pièces couvert de petites platines de cuivre et une petite clochette », no 61 : « […] une monstre d’horloige en rond avec canatille [broderie] d’or et d’argent avec son estuy couvert de velours viollet doublé de satin jaulne », no 62 : « Autre monstre faite en carré de satin cramoisin avec canatille d’or et d’argent et de soie de colleurs » ; ADPA, E 571 (1541) : inventaire de succession de la reine d’Aragon Germaine de Foix.

55 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 70, Berry, 1542 : « à Jehan Dujardin orlogeur demeurant à Bloys ».

56 1535, no 135 : « agathe fort antique », no 110 : « […] ung base à l’antique de jacinte à une chenete d’or ».

57 1520, no 62 (la tapisserie d’Hercule), no 64 : « Plus neuf pièces de tapissarie appellée Les empereurs romains ». Tite-Live : 1533, no 85, no 93, no 76, no 102 (1472, [no 22], [no 24] ; 1481, no 128 ; 1520, no 129, no 139). Flavius Josèphe : 1533, no 77 (1520, no 135). Ovide : 1598, no 90 ; 1606, no 85 (1481, no 148). L’histoire d’Héraclès : 1533, no 106 (1520, no 136, no 150). L’histoire des romains : 1598, no 91 (1472, [no 15] ; 1481, no 162, deux livres).

58 Soixante-trois volumes sont « couvertz de cuyr de diverses coleurs » (1548-1555, no 29), trente-sept livres « de cuyr blanc, noir et rouge dorés par dessus » (no 25), quatre livres « de cuyr verd et noir argentés par dessus » (no 26), un livre est « couvert de cuyr bleu et doré » (no 27) ; quarante livres sont en velours noir (no 9), dix livres sont « couvertz de velours cramoisin et incarnat » (no 10), « neufz livres couvertz de velours violet » (no 11), « quatre couvertz de velours vert dont [trois] my partie la couverture de noir et vert » (no 12), « ung livre couvert de velours jaulne » (no 13), un « autre livre couvert de velours blanc » (no 14), un « autre de velours bleu » (no 15), un livre « de velours noir » (no 16) ; un livre « de velours gris et de drap d’or raz et frizé » (no 24), trois livres « couvertz de drap d’or frizé » (no 21) ; trois livres sont « couvertz de satin verd » (no 17), deux livres de satin « cramoisin » (no 18), six livres de satin noir (no 19). Cinq livres présentent des couvertures « de parchemyn » (no 30). Un livre est en « taffetas bleu » (no 20). Par ailleurs neuf livres sont garnis de divers accessoires : quatre ont des « doubles bougles [boucles] dorées » et des « garnitures » dorées (no 10), un livre est « garny de corroyes [courroies] de cuyr au boult boucles dorées » (no 19), trois livres sont « garnis de doubles bougles dorées et ung autre de boucles d’argent » (no 12), un livre est « garny de boucles d’argent » (no 26) ; « trois ferrures d’argent » sont mentionnées sur un livre (no 13).

59 1548-1555, no 28.

60 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 786, 5 janvier 1539, Florence, Niccolò Martelli et Bartolomeo Panciatichi à Marguerite de Navarre (poèmes). Lettre no 798, 15 février 1540, Rome, Vittoria Colonna à Marguerite de Navarre. Lettre no 806, juillet 1540, Vittoria Colonna à Marguerite de Navarre (épîtres spirituelles). Lettre no 800, [1540, Rome], Vittoria Colonna et Luigi Alamanni à Marguerite de Navarre (épîtres spirituelles). Lettre no 806, juillet 1540, Vittoria Colonna à Marguerite de Navarre (recueil manuscrit de sonnets) ; la Bibliothèque nationale de France conserve un recueil de poésie de Vittoria Colonna imprimé à Parme en 1538 et relié aux armes de François Ier : Rime della divina Vittoria Colonna…, Parme, 1538, in-8° (RES-YD-873). Lettre no 876, 1er décembre 1541, Florence, Niccolò Martelli à Marguerite de Navarre (recueil de poésie). Lettre no 983, fin de l’année 1544, Vittoria Colonna à Marguerite de Navarre (épîtres spirituelles).

61 Matteo Bandello, Canti, Agen, Antonio Rebloglio, mars 1545, in-8o (Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares : RES-YD-652).

62 Voir Pierre Jourda, « Le mécénat de Marguerite de Navarre », Revue du seizième siècle, 1931, t. 18, p. 258 ; Richard Cooper, « Marguerite de Navarre et ses poètes italiens », in Marcel Tetel (dir.), Les visages et les voix de Marguerite de Navarre (Actes du colloque international sur Marguerite de Navarre, Duke University, 10-11 avril 1992), Paris, Klincksieck, 1995, p. 192.

63 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 858, 6 octobre 1541, Venise, Guillaume Pellicier à Marguerite de Navarre.

64 Matteo Bandello est jusqu’en 1555 évêque d’Agen où il meurt en 1561 et où lui succède Giano Fregoso (ou Janus Frégose) sur le siège épiscopal de la cité jusqu’en 1586. Voir Louis Desgraves, « Trois livres des bibliothèques de Matteo Bandello et de Giano Fregoso, évêques d’Agen », Revue française d’histoire du livre, 1974, no 8, pp. 361-363.

65 Pierre Jourda, Répertoire analytique…, Lettre no 863, 10 novembre 1541, Venise, Guillaume Pellicier à Marguerite de Navarre.

66 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 51, Berry : « Le sixième jour de décembre 1541, dépêché à Fontainebleau ung mandement adressant au trésorier de Berry de payer des deniers de sa recepte, à Sebastiano Serelio de Boullongne [Bologne], architecteur du roy, la somme de cens escus d’or à luy ordonnés par ladicte dame par chascun an, à commencer du premier jour de janvier MCVXL, et continuer consécutivement tant qu’il plaira à ladicte dame, qui tant en a faict en considération d’aucunes bonnes causes qui ad ce faire l’ont mene ».

67 Voir Arlette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, La France de la Renaissance : histoire et dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2001, p. 1079.

68 Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 85.

69 Voir Magali Vène, Bibliographia serliana : catalogue des éditions imprimées des livres du traité d’architecture de Sebastiano Serlio, Paris, Picard, 2007, pp. 19 et 23-24.

70 Marguerite d’Angoulême, Lettres de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d’après le manuscrit de la Bibliothèque du roi, François Génin (éd.), Paris, J. Renouard, 1841, p. 361, Lettre no 144, « A mon nepveu, M. le Grant Maistre [Anne de Montmorency] », Fontainebleau, septembre 1537 ; Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, ff. 69-70, Berry, 19 janvier 1541 (nouveau style 1542) : « […] à Loyse de Bretaigne damoyselle Davangort [Louise de Bretagne d’Avangour] » ; Hector de La Ferrière-Percy, Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, son livre de dépenses, 1540-1549 : étude sur ses dernières années par le comte H. de La Ferrière-Percy, Paris, A. Aubry, 1862.

71 1535, no 433 : « […] des boquetz de soye », no 151 (oiseau d’or).

72 Bibliothèque de l’Institut, « Registre de Frotté », ms. 1830, f. 127, « Allençon », 1543.

73 1535, n194 : « […] une grande pierre enchassée en or », n138 : « […] une petite pierre blanche enchassée en or », no 141, no 162 (deux pierres vertes enchâssées en or), no 146 : « […] un cristal grant enchassé d’argent ».

74 1533, no 179 : « […] ung touret levé de velour noir garny de bordeure d’or avec perles », no 180 : « Ung autre touret levé de velour doublé de satin blanc garny de doreurs émaillées de blanc, noir et rouge cler », no 181 : « Ung autre touret levé garny de brodeure à façon de patenôtres esmaillé de noir », no 182 : « Autre touret levé garny de jaseran d’or ».

75 1569, no 230 : un « grand penache ou esventail pour donner vend en este » ; 1601 (« Coffre Moyse ») : « un évantail de plumes […] Cotté Eu ».

76 Voir Annie Charon, « Les grandes collections du xvie siècle », p. 86.

77 1535, no 422 : « Deux cortines de crispe frangez d’or », no 423 : « […] ung guenillon de satin cramoisin ». Dans la chambre et la garde-robe d’Anne d’Albret, les livres côtoient les riches vêtements de la princesse, « robes de femme de velours et de drap d’or frize doublés de taffetas et de toille d’argent les manches doublées dudit drap d’or fourrez d’ermines » (1533, nos 119-120, no 124) ; « cottes de satin rouge doublées de drap d’or frizé, le corps de satin jaune » (nos 121-123) ; « manchons de velours tanné avec trois boutons d’or en chacun, trois milliers d’or esmaillez de rouge à bandes, et les poignetz garniz de petites perles et canons d’or, drap d’or frizé le hault de satin jaune ayant chacun trois esguillète d’or esmaillées de blanc, de toille d’or noire et de satin blanc » (nos 166-167, nos 169-171).

78 1535, no 38 : « […] ung miroir d’argent macifz », no 67 : « […] ung miroir d’acier garny alentour de canatille d’or et d’argent ».

Table des illustrations

Titre Cabinet (ébène, ivoire, palissandre), xvie siècle.
Crédits Source : Photo © RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Écouen) / Droits réservés
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Boccace, « Entretien des conteurs », in Décaméron, Rouen, 1465-1470 (?), f. 1 .
Crédits Source : Photo © BnF, Distr. RMN-Grand Palais / image BnF
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/4840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search