Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Partie 1. La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde

Introduction. Bassins d’argent les bortz dorés, Heures garnyes sur les bordz de petites perles d’or

Texte intégral

  • 1 Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François (...)
  • 2 1533, no 138 (bassins), no 112 (buffet).
  • 3 1520, no 104, no 105, no 106 : « […] ce que c’est trouvé en la chapelle le tout fut (...)
  • 4 1533, no 150 : « Ung livre intitulé de Nouveau Testament », no 146 : «  (...)

1Dans son cabinetoratoire du palais des rois de Navarre à Pampelune, Catherine de Foix-Béarn dispose à la fois sa vaisselle d’argent et sa librairie sacrée. La « bachere [vaisselle] d’argent » de la reine est rangée dans le « bufet » royal et « Las grandes hores […] d’argent » [Les grandes heures d’argent] ainsi que les « matines » royales font partie intégrante du cabinet de la souveraine1. Si dans son propre meuble princier (son cabinet particulier) du château de Pau Anne d’Albret dispose elle-même les « bassins d’argent à laver mains les bortz dorés », rangés dans le « buffet fin ouvraige de Flandres », hérités de sa mère, la princesse possède également un encensoir. Voir aussi parfum et des pommes de senteurs d’argent ainsi qu’un « parfumoir », mais elle confie les livres royaux de prières et de chants liturgiques au bon soin du libraire et clerc de chapelle de la cour2. Les missels royaux et autres bréviaires « de parchemin bien istoriés et illuminés » sont ainsi inventoriés dans la chapelle royale3. À portée de main, rangée dans un coffre de la « garde-robe » de sa « chambre » (les deux pièces constituent ses appartements), Anne d’Albret préfère conserver sa librairie pieuse personnelle composée d’un exemplaire du Nouveau Testament et d’une édition castillane de la Vita Christi4. Pour la reine Catherine de Foix-Béarn et pour sa fille Anne d’Albret, cabinet et librairie servent à la fois aux ablutions corporelles et à la quête spirituelle, le soin du corps et le soin de l’âme.

  • 5 1569, no 155 (deux petites bassines), no 168 (Commentaires de Diosc (...)
  • 6 1561-1562, no 113.

2Chez Jeanne d’Albret, des « bassins de verre » de Venise, le livre de cosmétologie « pour l’ornement du corps » d’un célèbre médecin de Sienne et un exemplaire des Psaumes sont répertoriés dans la garde-robe du cabinet contenant la bibliothèque personnelle de la reine à Nérac5. L’inventaire du cabinet royal du château de Pau mentionne par ailleurs que « la Reine a pris » « une paire d’Heures escriptes en parchemin, garnyes sur les fermetz et tout autour sur les bordz de petites perles, couvertes de damars bleu à figures d’or »6. Autant d’objets et de livres réservés à la personne de la reine dans l’intimité de son cabinet oratoire privé. Jeanne d’Albret continue la double pratique de cabinet et de librairie à la fois profane et sacrée initiée par sa grand-mère Catherine de Foix-Béarn et suivie par sa tante Anne d’Albret.

  • 7 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du (...)
  • 8 Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et s (...)
  • 9 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient (...)

3Catherine de Bourbon ordonne quant à elle l’inventaire du château de Nérac répertoriant « deux grands bassins peints en façon de broderie de couleur noire » rangés dans la bibliothèque royale7. Dans son cabinet particulier, la princesse collectionne les Psaumes dorés et elle possède aussi des « bassins à laver la tête, les jambes » et « d’autres parties du corps plus intimes »8. L’inventaire de l’ancien cabinet de la reine Marguerite de Valois à Pau décrit également, rangé avec la collection royale de livres d’heures de Navarre, un cabinet de toilette contenant des flacons à parfum et des bassins d’argent9. Depuis le règne de Catherine de Foix-Béarn et durant tout le xvie siècle, en Navarre le cabinet librairie est dévolu au service de la princesse corps et âme.

  • 10 Hélène Basso, « La structure de la Comédie de Mont-de-Marsan », Bulletin de l’Association d’étude s (...)
  • 11 1548-1555, no 4, no 7.
  • 12 1548-1555, no 6.
  • 13 1548-1555, no 5.

4Dans sa Comédie de Mont-de-Marsan, Marguerite de Navarre fait exposer par les personnages leur opinion « sur les relations de l’âme et du corps »10. La reine se pose en arbitre des postures existentielles et du débat humaniste qui en découle autour de l’être et du paraître. Dans sa propre maison, Marguerite de Navarre se confie entre les mains d’un docte serviteur de chapelle. La reine compte un médecin qui est également son aumônier ordinaire (maître Jehan Pallu). Investi de toute la confiance royale, le clerc savant a accès aux garde-robes de l’appartement privé de la reine. Le médecin aumônier se voit ainsi confier plusieurs reliquaires, un petit coffret et une petite boîte emplis de reliques « enveloppées » rangés dans la garde-robe (le garde-meuble) de la librairie de Marguerite de Navarre dans le château de Nérac11. Des objets rares et sacrés au pouvoir miraculeux soigneusement conservés auxquels seuls quelques proches serviteurs ont accès pour les besoins de la reine. Une petite horloge (une montre) couverte de petites platines de cuivre est également conservée12. Soit une riche pièce d’orfèvrerie réservée à la reine et constituant un instrument de mesure du temps que Marguerite de Navarre utilise avec les conseils de son proche entourage savant dont fait partie son médecin particulier. La garde-robe de la librairie de la reine contient en outre un jeu de dames richement ouvragé13. Quant à son cabinet, Marguerite de Navarre y range sa collection de livres d’heures mais aussi des encensoirs, de nombreuses pommes de senteurs ainsi que des dizaines de flacons à parfum et autres pots à onguents conservés pêle-mêle dans des coffres avec les livres de prières de la reine. Renfermant des objets sacrés et magiques associés au passé (les reliques) et à la maîtrise du temps (la montre), ou encore symboles d’espace infini (le damier), la librairie de Marguerite de Navarre révèle une dame maîtresse du jeu universel. En conférant à sa bibliothèque une dimension sacrée, magique et cosmique ainsi que la capacité de s’inscrire dans le cycle du temps, à travers sa librairie confiée à son médecin aumônier mais aussi son cabinet d’heures et de senteurs, la reine s’investit symboliquement, corps et âme, en tant que garante de l’ordre du monde.

Notes

1 Raoul Anthony, Henri Courteault (éd.), Les testaments des derniers rois de Navarre (François Phébus, 1483 ; Madeleine de France, 1493 ; Catherine de Foix, 1504 ; Jean d’Albret, 1516 ; Anne d’Albret, 1532), texte béarnais avec introduction et notes, Toulouse, E. Privat, 1940, pp. 64 sq. (testament de Catherine de Foix, reine de Navarre, Pampelune, le 25 juin 1504) : « Nostres matines » [Nos matines] ; « bachere » [vaisselle], du béarnais ancien vaishera (le v se prononce /b/ en catalan).

2 1533, no 138 (bassins), no 112 (buffet).

3 1520, no 104, no 105, no 106 : « […] ce que c’est trouvé en la chapelle le tout fut baillé en commande à Bernad clerc de chapelle ».

4 1533, no 150 : « Ung livre intitulé de Nouveau Testament », no 146 : « Ung livre intitulé de la vida Christiana » (en castillan).

5 1569, no 155 (deux petites bassines), no 168 (Commentaires de Dioscoride), no 169 (Psaumes), no 170 : « Cinq petitz libres [livres] », no 185 : « […] ung plat bassin de berre [verre] ».

6 1561-1562, no 113.

7 Philippe Tamizey de Larroque (éd.), Inventaire des meubles du château de Nérac en 1598, Paris, A. Aubry, 1867, p. 19.

8 Michèle Bimbenet-Privat, « La littérature cosmétologique : traités et secrets de beauté », in Isabelle Bardiès-Fronty, Michèle Bimbenet-Privat, Philippe Walter (dir.), Le bain et le miroir : soins du corps et cosmétiques de l’Antiquité à la Renaissance (exposition, Paris, musée de Cluny, Écouen, musée national de la Renaissance, 20 mai-21 septembre 2009), Paris, Gallimard, 2009, p. 31.

9 Danièle Thomas (éd.), « Inventaire des joyaux et pierreries qui étaient au cabinet de Navarrenx et qui ont été portés en la ville de Paris selon la commission adressée au sieur du Pont (1601-1602) », document 12A, in Inventaires mobiliers et pièces annexes : château de Pau, château de Nérac, xvie et xviie siècles, Pau, Société des amis du château de Pau, 1996 (Documents inédits ; 2), p. 102.

10 Hélène Basso, « La structure de la Comédie de Mont-de-Marsan », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la Renaissance, 1999, no 49, p. 38.

11 1548-1555, no 4, no 7.

12 1548-1555, no 6.

13 1548-1555, no 5.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search