Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie II. Panorama d'actions : agir en France, agir à l'étranger

8. La professionnalisation des bibliothécaires dans un contexte transculturel. Pratiques de bibliothèques sans frontières22

Jérémy Lachal

Texte intégral

  • 22 Cet article traite des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

1Toute action de formation repose sur un présupposé qui veut que le participant ou le bénéficiaire ait un niveau de compétences insuffisant au regard de la norme fixée. Le problème réside dans la définition de cette norme : le métier de bibliothécaire est-il un et universel, identique dans sa mise en œuvre quel que soit le contexte ? Bien évidemment non, même si, dans le même temps, un certain nombre de pratiques et de valeurs sont partagées et viennent constituer un socle commun qui fonde la communauté professionnelle des bibliothécaires au niveau international. L’IFLA vient, en cela, tous les ans rappeler la réalité cosmopolite et connectée de la profession. L’idée, qui consiste à dire que dupliquer notre manière de penser les bibliothèques à la française au Cameroun ou au Congo Brazzaville suffirait à mettre sur pied des projets pérennes, est bien sûr erronée. Il existe en fait autant de modèles de bibliothèques qu’il y a de lecteurs. La bibliothèque est un lieu en permanente évolution, en interaction constante avec son environnement, le contexte historique, socioculturel et économique dans laquelle elle s’inscrit. Les représentations de la bibliothèque en Afrique subsaharienne sont nécessairement différentes de celles à l’œuvre en France, elles-mêmes peu semblables à ce qu’il peut exister au Cambodge ou aux États-Unis. En ce sens, la formation ne peut être comprise comme une transmission, à sens unique, d’un corpus de savoirs et de savoir-faire, une dynamique de duplication d’un ensemble de pratiques connues et reconnues comme efficientes pour le formateur. Les Anglo-Saxons ont inventé un terme pour désigner ce processus : l’empowerment*, que l’on peut traduire de façon très insuffisante par « augmentation des capacités ». Il s’agit, à travers l’échange et le transfert de compétences, de renforcer les acteurs locaux pour leur donner les moyens de tracer leur propre voie de développement, de définir des pratiques endogènes, pensées et construites localement. La formation, dans ce contexte, se révèle être une première étape indispensable pour permettre à la communauté professionnelle de partager un langage commun, se comprendre et construire ensemble. Dans le même temps, nous montrerons combien elle doit être en prise directe avec la réalité locale pour se réaliser pleinement. C’est dans cette interaction entre des bonnes pratiques reconnues partout et une réalité locale souvent difficile que la formation peut initier des dynamiques d’innovation et de créativité. C’est en tout cas ce fragile équilibre que nous allons tenter, ici, de toucher du doigt à travers l’exemple des actions de Bibliothèques sans frontières (BSF) dans la région ACP.

ÉTAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DANS LES PAYS AFRIQUE CARAÏBES PACIFIQUE

2Les pays ACP sont les pays signataires des accords de Lomé et de Cotonou qui lient l’Union européenne à 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Cette zone est particulièrement intéressante car elle couvre la quasi-totalité des pays francophones du monde en développement et que les chaînes du livre y sont très fragiles. Elle constitue par ailleurs la première région d’intervention de BSF à l’international.

3Qu’ils travaillent en bibliothèques scolaires, publiques ou universitaires, en centres de documentation professionnelle ou qu’ils œuvrent au sein d’une association de professionnels, les bibliothécaires des pays ACP rencontrent un certain nombre de contraintes transversales. Il nous semble important d’en aborder les grandes lignes pour mieux comprendre les rôles multiples que peuvent jouer les formateurs dans ce contexte.

LA FAIBLESSE DE LA FORMATION INITIALE ET CONTINUE

4La grande diversité du métier de bibliothécaire dans les pays ACP rend difficile un état des lieux précis. Le constat général reste néanmoins que l’immense majorité des bibliothécaires de la zone ne sont pas diplômés.

5Seule une petite poignée de pays francophones de la région propose des formations diplômantes aux métiers du livre reconnues à l’international. Si les cadres de bibliothèques de la génération qui part aujourd’hui à la retraite ont eu l’opportunité de se former en Europe ou au Canada dans les années 1970 et 1980, ces canaux se sont considérablement fermés depuis. Les quelques écoles qui existent ont pourtant fait de véritables progrès et proposent des formations d’un très bon niveau aujourd’hui. Pourtant, malgré des initiatives innovantes, comme les modules de formation à distance créés par l’EBAD en 2001 et une ouverture régionale et internationale de ces écoles, l’offre de formation reste beaucoup trop faible pour satisfaire les besoins.

6Au manque de formations diplômantes s’ajoute un déficit important de formation continue. Rares sont les associations professionnelles structurées, comme au Mali par exemple, qui ont les moyens de mener une politique volontariste de formation de leurs membres. La majorité des initiatives relèvent d’actions de coopération internationale menées par les services culturels des postes diplomatiques ou les ONG. Pourtant, la formation continue est plus que jamais indispensable dans un contexte de mutations profondes du rôle et des missions des bibliothèques. À ce titre, les nouvelles technologies offrent de grandes opportunités aux bibliothèques mais peu de bibliothécaires les maîtrisent et parviennent à les mettre à l’œuvre dans leurs structures. Plus grave, les besoins ne se cantonnent pas aux problématiques liées à l’innovation et le manque de formation initiale impose souvent la reprise des bases de la bibliothéconomie et de la médiation culturelle.

LA FRAGILITÉ DES RÉSEAUX PROFESSIONNELS ET L’ISOLEMENT DES BIBLIOTHÉCAIRES

7En outre, si plusieurs pays francophones de la zone ont vu se constituer des réseaux ou des associations de professionnels depuis une vingtaine d’années (l’Association des bibliothécaires, archivistes, documentalistes et muséologues du Congo, ABADOM en République démocratique du Congo, l’Association des professionnels du livre en Haïti ou au Sénégal, etc.), ceux-ci manquent de moyens techniques et financiers pour structurer durablement la communauté des bibliothécaires à l’échelle nationale ou régionale. Cette fragilité empêche de casser l’isolement professionnel d’un grand nombre de bibliothécaires situés en zone rurale, non affiliés à un réseau ; un isolement qui conduit à une méconnaissance générale de la chaîne du livre et à un foisonnement d’initiatives singulières et parfois contradictoires. L’absence de structuration et d’interlocuteurs solides rend, par ailleurs, malaisé et souvent contre-productif le montage d’actions de coopération internationale en faveur de l’accès au savoir.

LE MANQUE DE VISIBILITÉ DE LA PROFESSION ET LE DÉSINTÉRÊT DES DÉCIDEURS POLITIQUES POUR LA QUESTION DES BIBLIOTHÈQUES

8Enfin, il est important de noter que partout dans le monde francophone, les bibliothécaires souffrent d’un manque de valorisation professionnelle. Si ce discours est largement partagé en France ou en Belgique par exemple, les bibliothécaires de ces pays ont néanmoins eu les moyens de se structurer en profession et de peser sur le débat public. Le manque de professionnalisation des bibliothécaires des pays ACP et la difficile circulation de l’information dans la zone rendent malaisée la sensibilisation des décideurs politiques, comme de la population, à l’importance des bibliothèques et à leur rôle clé dans le développement économique et humain. Si plusieurs pays de la zone, comme le Mali, le Bénin ou Haïti sont parvenus à mettre en œuvre des politiques publiques du livre fonctionnelles, de nombreuses incompréhensions persistent chez les décideurs politiques vis-à-vis de telles actions en faveur de la diffusion de l’écrit.

DES BESOINS TRANSVERSAUX EN MATIÈRE DE FORMATION

9On le comprend, depuis les formations bibliothéconomiques de base, jusqu’aux techniques de réseautage en passant par les problématiques liées à l’animation et à la médiation culturelle, les besoins en termes de transfert de compétences sont immenses. Alors qu’un très grand effort pour l’éducation de base a été entrepris depuis une dizaine d’années dans le cadre des objectifs de développement du millénaire, les industries culturelles restent sous-investies et très peu structurées. Dans ce contexte, le rôle du formateur est complexe : souvent confronté à des collègues sans formation initiale mais néanmoins rodés à un certain nombre de pratiques professionnelles expérimentées au quotidien, le formateur doit savoir s’adapter à une réalité locale pour apporter des pratiques concrètes et contextualisées. Bien plus, on va le voir, il peut souvent jouer un rôle de catalyseur pour stimuler la mise en réseau et renforcer la reconnaissance du métier de bibliothécaire auprès de décideurs politiques trop peu sensibilisés à cette problématique.

LA FORMATION COMME INTERACTION CRÉATIVE

DÉSAPPRENDRE

10La première démarche du formateur qui part en mission à l’étranger c’est de tout désapprendre, d’accepter de remettre en question sa pratique professionnelle et son engagement personnel. Ce décentrement, à la fois professionnel et intime, est sans doute l’aspect le plus difficile de la démarche de formation et peut parfois constituer une véritable souffrance pour les formateurs : les conditions de travail très dures des collègues sur le terrain, l’absence quasi-totale de moyens financiers pour mettre en œuvre des projets, l’incompréhension des bénéficiaires qui font face à des enjeux différents de ceux que l’on peut connaître en France, sont autant d’éléments qui exigent une grande capacité d’adaptation et une remise en question systématique de son métier et de ses pratiques.

11Assurer une formation en situation transculturelle, c’est d’abord faire une rencontre avec l’autre : aller vers lui, accepter sa différence et chercher à faire émerger, du mélange des altérités, un souffle créatif. Entre le fantasme d’un choc des civilisations et celui plus romantique d’un métissage créatif, s’exprime une myriade de réalités, de contextes et de sensibilités qui déterminent les rencontres et, par extension, la réussite des formations. Dans ce cadre, certains formateurs connaissent des frustrations importantes devant leur incapacité à interférer directement sur l’environnement extérieur, sur les dynamiques qui font que les bibliothèques peinent à se développer. Pourtant, la mission du formateur n’est pas exactement là. Elle s’apparente bien plus à une maïeutique, une interaction créatrice qui doit mener les participants à imaginer ensemble les manières d’adapter à l’échelle de leur bibliothèque des pratiques reconnues par la profession au niveau international.

12Réussir à initier cette relation d’égalité et de confiance représente un enjeu capital de la formation. Il est nécessaire de casser cette image de l’expert blanc qui vient délivrer et transmettre son savoir et toujours garder à l’esprit l’ingéniosité des participants qui se battent au quotidien pour faire vivre leurs bibliothèques.

PRIVILÉGIER LA PRATIQUE À LA THÉORIE

13Ce désapprentissage initial est nécessaire à la reconstruction de modèles qui font sens dans une réalité locale. Sur les 300 bibliothécaires qui ont bénéficié de formations organisées par BSF en 2010, 50 % venaient de bibliothèques associatives et municipales et 35 % de bibliothèques universitaires, les autres étant issus de bibliothèques scolaires ou de centres de documentation. Dans ce contexte, l’enjeu relationnel et méthodologique sera évidemment très différent pour des bibliothécaires universitaires en Haïti qui préparent la création d’une bibliothèque universitaire centrale dans le contexte post-séisme et des enseignants gestionnaires de bibliothèques scolaires en zone rurale à Madagascar. Aux attentes à chaque fois différentes, s’ajoute par ailleurs une grande hétérogénéité de niveaux de formation initiale et de maîtrise des pratiques professionnelles.

14Pourtant, quels que soient l’objet de la formation et les besoins des participants, on privilégiera toujours une approche fondée sur la pratique et l’expérimentation. Les collègues participant aux formations sont souvent très conscients de leurs limites professionnelles et fondent beaucoup d’espoir dans ces moments d’échanges pour améliorer leurs pratiques et mieux servir leurs usagers. Le formateur doit également prendre en compte le courage et l’engagement de ces bibliothécaires qui ont choisi, la plupart du temps en connaissance de cause, un métier particulièrement difficile dans cette région du monde. En cela, l’approche pratique permet de dégager des outils immédiatement mobilisables et transposables au contexte local et d’impulser ce dialogue créatif entre les participants. Elle permet également de gommer les différences de niveaux des participants qui demeurent une difficulté inhérente au montage de formations, les prérequis étant difficiles à établir dans un contexte de grande hétérogénéité des pratiques professionnelles. Elle offre, enfin, la possibilité de structurer les formations dans le temps en accompagnant les collègues sur le terrain de manière progressive et sur des sujets précis.

ACCOMPAGNER DANS LA DURÉE

15La principale difficulté des formations de courte durée réside en effet dans le manque de suivi post-formation pour les participants. Beaucoup de formations ne permettent que des ajustements à la marge. Plus graves, les séminaires, toujours trop courts, ne donnent pas le temps à l’installation d’une relation de confiance entre le formateur et les participants, au risque de glisser vers une simple transposition de pratiques expérimentées dans les bibliothèques des pays industrialisés. Dans ce contexte, les formations doivent être longuement façonnées en amont et reposer sur une évaluation fine des besoins. Elles doivent être construites avec les participants pour les impliquer dans la démarche et leur permettre d’intégrer leur rôle d’acteur à part entière de cette rencontre. Il semble, par ailleurs, nécessaire de les penser dans la durée et la récurrence pour permettre l’émergence d’une relation de confiance qui induit ce dialogue créatif si essentiel.

16Dans la mesure du possible, BSF privilégie ces formations récurrentes pour accompagner de manière structurelle les bibliothécaires dans leur démarche de professionnalisation. Au Cameroun, par exemple, grâce à l’impulsion initiale du Centre culturel français de Yaoundé, une dizaine de bibliothécaires participent depuis deux ans à un cycle de formations complémentaires sur des thématiques très diversifiées depuis l’animation en bibliothèque jusqu’aux techniques de reliure et de conservation en passant par l’informatisation et la mise en réseau de leurs catalogues. Ce groupe, issu de bibliothèques très différentes – bibliothèques publiques, structures associatives, alliances françaises –, se connaît bien désormais et initie des projets en réseau. Afin de prolonger le partage de pratiques, BSF a par ailleurs créé en 2010 la plate-forme Web < SavoirSolidaire.net >, premier portail d’échange, de ressources et d’informations pour la communauté des bibliothécaires francophones. Fonctionnant comme un réseau social, ce portail, aujourd’hui dans sa version beta, réunit plusieurs centaines de bibliothécaires de plus de cinquante pays à travers le monde. Il est néanmoins important de souligner que la méthode de la récurrence n’est pas toujours justifiée, notamment sur des thématiques très spécialisées ou auprès de bibliothécaires déjà impliqués dans un réseau et bénéficiant d’une formation initiale consistante. Par exemple, BSF monte de nombreuses formations en partenariat avec la Fondation Alliance Française sur des sujets très précis – notamment l’installation de systèmes informatiques libres de gestion de bibliothèque – qui visent l’injection de compétences et un saut qualitatif rapide pour les bibliothèques participant.

ACCUEILLIR DANS SA BIBLIOTHÈQUE : UNE SOLUTION EFFICACE ?

17À ces trois axes d’analyse s’ajoute un quatrième : celui du lieu de la formation. Si l’on privilégie toujours la mise en œuvre des formations au sein de la bibliothèque des participants lorsqu’il s’agit de rencontre sur le terrain, la question de l’accueil dans une bibliothèque en France reste ouverte. Les deux options – mission sur le terrain et accueil en France – ont leurs avantages et contraintes propres. L’accueil en bibliothèque est souvent individuel ou en petit groupe alors que les formations sur site peuvent s’adresser à un public plus large. L’accueil peut se faire sur une plus longue durée mais reste, en général, unique. Les formations sur le terrain mobilisent les bibliothécaires au sein de leur structure et permettent aux formateurs d’être mieux en prise avec la réalité locale alors que l’accueil en France éloigne nos collègues de leurs structures tout en leur permettant de découvrir un foisonnement de nouvelles pratiques.

18La question ne saurait être tranchée une fois pour toutes et nécessite une approche sur mesure qui prend en compte les besoins des partenaires sur le terrain. Parce qu’elle soutient la mise en réseau des professionnels du livre au niveau local, BSF conduit la plupart des formations directement sur le terrain. Pour autant, l’accueil en France se révèle parfois très utile comme par exemple quand, pour des raisons de sécurité, les formations ne peuvent pas se tenir – par exemple, récemment, dans le cadre d’un projet d’appui à une bibliothèque du Nord-Niger. Elles peuvent également permettre une véritable ouverture sur l’extérieur, voire même une parenthèse de répit et de ressourcement pour des collègues qui traversent de grandes difficultés professionnelles et personnelles – on pense ici au contexte haïtien. Elles offrent, enfin, aux participants la possibilité de se spécialiser sur des thématiques très précises, objectif notamment visé par le programme « Profession culture » porté par le ministère français de la Culture et de la Communication. Quel que soit le contexte de l’accueil en France, il est nécessaire de toujours viser une bonne adéquation entre les besoins du stagiaire et les activités proposées au sein de la structure d’accueil.

19On le comprend, le choix du lieu de la formation doit se faire en prise avec les attentes et les besoins des participants. De manière plus structurelle, elle doit aussi s’envisager, on va le voir, dans une dynamique de professionnalisation des bibliothécaires.

DE LA FORMATION À LA PROFESSIONNALISATION : UN SAUT QUALITATIF NÉCESSAIRE POUR CONSTRUIRE DES FILIÈRES DU LIVRE PÉRENNES

20Depuis sa création, BSF a fait de la question de la professionnalisation des bibliothécaires un pilier central de son intervention en appui aux porteurs de projet de bibliothèques en Afrique ou dans les Caraïbes. En 2010, l’ONG a organisé au Sénat français un colloque intitulé « Savoir Solidaire, enjeux de la professionnalisation des filières du livre dans les pays ACP ». L’approche initiée alors reposait sur une triple définition de la professionnalisation :

  • professionnalisation signifie d’abord augmenter les capacités des bibliothécaires, un processus qui passe, en premier lieu, par la formation initiale et continue des acteurs ;

  • la professionnalisation sous-tend également une dynamique de mise en réseau des acteurs : un professionnel seul n’existe pas, c’est bien dans le partage de pratiques communes, d’un langage et de normes partagés qu’une communauté de professionnels peut émerger ;

  • enfin, la professionnalisation implique nécessairement l’accès et la diffusion d’une information actualisée et diversifiée sur un métier de bibliothécaire en profonde évolution aujourd’hui avec l’émergence rapide des nouvelles technologies. Être professionnel, c’est aussi avoir les moyens de casser l’isolement dans lequel sont enfermées un grand nombre de structures de par leur localisation (milieu rural, quartiers populaires, etc.) ou leur fonction (les bibliothèques scolaires par exemple).

21Ces trois axes de définition constituent trois défis de taille à relever pour assurer l’émergence d’une communauté structurée de professionnels du livre dans les pays ACP. Ainsi, la formation doit être pensée comme le rouage d’une mécanique plus complexe de professionnalisation. Les formations sur le terrain permettent, on l’a vu dans l’exemple camerounais, la rencontre et la mise en réseau des participants. En brisant l’isolement, elles contribuent à faire émerger des pratiques collaboratives et renforcent le positionnement social des bibliothécaires. Pourtant, pour s’accomplir pleinement, elles doivent être pensées en lien avec des actions structurelles de professionnalisation des acteurs – renforcement des réseaux, intégration des nouvelles technologies, pratiques de lobbying auprès des décideurs politiques, diffusion de l’information sur la chaîne du livre locale, etc.

22En cela, la récurrence de la formation est un objectif clé, pour permettre un accompagnement progressif et évolutif d’une profession en construction. Mais c’est surtout en s’intégrant dans une approche transversale que la formation prend tout son sens. C’est d’ailleurs à cette condition qu’elle peut conduire à l’invention de pratiques innovantes et à la définition de modèles de bibliothèques en prise avec les réalités locales.

ENCADRÉ. ACTION INTERNATIONALE ET ÉVALUATION
par Gérald Grunberg

L’action internationale n’est pas une science exacte. Les prévisions les mieux établies sont souvent malmenées par des facteurs « étrangers » qui ne peuvent être maîtrisés en amont et viennent perturber les actions envisagées. Des événements majeurs comme la chute du mur de Berlin sont devenus emblématiques de la difficulté à anticiper les évolutions de la scène internationale. À bien des égards, les récentes révolutions tunisiennes et égyptiennes n’ont fait que renforcer ce constat. Dans ces conditions de fréquente incertitude, l’évaluation devient assez délicate. Elle se heurte à un facteur « risques et inconnues » certainement plus élevé que dans d’autres domaines de l’action publique.

  • 23 PAP 2011 : < http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2011/pap/pdf/PAP2011_BG_ Action_exterieure_etat.pdf >
  • 24 RAP 2010 : < http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2010/rap/pdf/DRGNOR-MALMSNAA.pdf >.

A fortiori si l’on considère le champ qui nous intéresse, celui où s’inscrit l’action des bibliothèques, ce que le ministère des Affaires étrangères (MAE) appelle la Diplomatie culturelle et d’influence*. Cet intitulé est celui du programme annuel de performance (PAP) 18523 de la Loi de finances 2011. Le MAE est directement responsable de la mise en œuvre de ce programme. Les bibliothèques qui mènent une action internationale, quelle que soit leur tutelle, concourent indirectement à ce programme. Qu’il s’agisse des actions les plus désintéressées, celles menées au nom de la solidarité francophone, ou de la coopération documentaire et technique, les actions des bibliothèques relèvent bien de cette diplomatie culturelle et d’influence. Chaque année est établi un Rapport annuel de performance (RAP)24 qui présente pour ce programme un certain nombre d’indicateurs. Ces indicateurs permettent-ils vraiment de s’affranchir de la difficulté inhérente à l’évaluation de l’action internationale ? Peuvent-ils nous aider à penser l’évaluation de l’action internationale des bibliothèques ?

Ce programme comprend trois objectifs et six indicateurs :

Relever les défis de la mondialisation
▫ indicateur 1.1 : fréquentation et efficience du site de l’Agence pour la diffusion de l’information technologique (ADIT) dédié à la base de connaissance produite par les services scientifiques (français).

Renforcer l’influence de la France en Europe et dans le monde
▫ indicateur 2.1 : nombre d’inscrits dans les cours francophones ;
▫ indicateurs 2.2 : augmentation de l’attractivité de la France en direction des élites étrangères.


Améliorer le pilotage et l’efficacité dans la gestion de crédits
▫ indicateur 3.1 : dynamisation de ressources externes (mécénat, cofinancements, etc.) ;
▫ indicateur 3.2 : évaluation de la performance des opérateurs par rapport à leur Contrat d’objectifs et de moyens (COM) ;
▫ indicateur 3.3 : coût moyen d’un élève pour l’État.

Comme on le voit, l’évaluation repose ici pour l’essentiel sur l’appréciation du nombre de « clients » des actions menées et sur l’analyse du coût de ces actions. À première vue, nous ne sommes pas si loin des indicateurs classiques de bibliothèque : nombre d’inscrits, coût moyen par lecteur, etc., sauf que, rapportés à l’action internationale, ces indicateurs n’ont pas grand sens. Certes, on pourra toujours, à la Bibliothèque nationale de France et dans quelques autres bibliothèques, mesurer le nombre d’usagers étrangers et tenter d’établir un lien entre leur provenance et la carte des actions internationales menées par l’établissement, mais cela restera très aléatoire. Plus consistant est l’indice d’utilisation des ressources en ligne de la bibliothèque depuis l’étranger qui fournit une indication significative à rapprocher de l’indicateur 1.1 du programme 185. Une approche plus traditionnelle reste par ailleurs pertinente pour les bibliothèques qui mènent une action internationale assez développée : il s’agit du nombre de formations et d’expertise délivrées à l’étranger et du nombre de professionnels étrangers accueillis à la bibliothèque.
Mais, de manière générale, on mesure à quel point l’évaluation traditionnelle, qui repose encore largement sur une appréciation très quantitative des actions et de leur coût, est peu adaptée au cas particulier de « la diplomatie culturelle et d’influence ».

L’évaluation à la Bibliothèque nationale de France
La Bibliothèque nationale de France (BnF), qui a développé une forte activité internationale, n’échappe pas à cette difficulté. C’est ainsi que de très nombreux pans de son action internationale ne peuvent être correctement évalués : la contribution au rayonnement culturel de la France, la participation aux instances internationales de normalisation, de coopération scientifique et documentaire, etc.

Un domaine de l’action internationale de la BnF permet toutefois de corriger pour partie cette absence de données et ce n’est pas le moindre : il s’agit de la contribution aux bibliothèques numériques : Europeana et le Réseau francophone numérique. Ces actions constituent deux axes majeurs de l’action internationale de la BnF et l’essentiel de l’objectif 5 du Contrat de performance de la BnF : « Développer notre présence sur la scène nationale, européenne et mondiale ».
Il s’agit plus particulièrement des deux premières actions de cet objectif : l’action 5.1 : être un acteur majeur de la bibliothèque numérique Europeana, et l’action 5.2 : être un acteur majeur de la francophonie, en particulier via le Réseau francophone numérique. Ces actions sont détaillées en plusieurs sous-actions dont certaines relèvent clairement d’une stratégie d’influence et sont assorties de deux indicateurs et de leur cible : le nombre de documents issus de Gallica présents dans Europeana et le nombre de pages numérisées par la BnF pour le portail numérique francophone.

Ce dernier indicateur est particulièrement intéressant car il s’agit des fonds de la BnF numérisés sur la base de sélections documentaires effectuées par les partenaires francophones dans le cadre de conventions de coopération. Cela concerne notamment la numérisation de la presse francophone des anciennes colonies. Cet indicateur est donc vraiment représentatif de la réalité des coopérations engagées au titre de ce volet essentiel de l’action internationale qu’est la francophonie. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, le numérique reconfigure l’action des bibliothèques et fournit de nouvelles modalités d’évaluation.

Les projets européens auxquels participe la BnF doivent se plier à une méthodologie très formalisée d’évaluation par les instances de la Commission européenne, ce qu’il n’est pas possible de développer dans le cadre du présent ouvrage. Pour sa part, la BnF a retenu comme indicateur de cette importante activité la mesure des ressources humaines engagées, ce qui permet d’évaluer la quantité de mois/hommes consommée par les projets et donne une indication sur les flux financiers qui en résultent puisqu’une partie des subventions de la Commission européenne, versées au titre du financement de ces projets, est affectée aux dépenses de personnel.

Notes

22 Cet article traite des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

23 PAP 2011 : < http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2011/pap/pdf/PAP2011_BG_ Action_exterieure_etat.pdf >

24 RAP 2010 : < http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2010/rap/pdf/DRGNOR-MALMSNAA.pdf >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540