Version classiqueVersion mobile

Les bibliothèques des princesses de Navarre au xvie siècle

 | 
Damien Plantey

Préface

Anne-Marie Cocula-Vaillières

Texte intégral

1Marguerite, Jeanne, Catherine, mère, fille et petite-fille. Toutes trois contemporaines du XVIsiècle, toutes trois princesses et souveraines, toutes trois au cœur de la Réforme. Toutes trois inséparables dans ce parcours artistique, intellectuel et intime que nous présente l'ouvrage de Damien Plantey à l'aide de sources habilement assemblées, croisées et conjuguées qui, jusqu'alors, n'avaient pas été traitées et comparées dans la succession des existences de Marguerite, Jeanne et Catherine. À elles trois, elles couvrent le siècle en entier et le dépassent même de quelques années, en amont et en aval, puisque Marguerite est née en 1492 et que Catherine meurt en 1604. Avant elles, Catherine de Foix-Béarn, reine de Navarre, et sa fille, Anne d'Albret, la belle-sœur de Marguerite, avaient joué un rôle pionnier pour la mise en place de cette emprise féminine dans leurs États souverains logés entre la France et les royaumes d'Espagne.

2Situation éminemment dangereuse, surtout depuis la conquête, en 1512, de la partie méridionale du royaume de Navarre et de sa capitale, Pampelune, par le roi Ferdinand d'Aragon, mais position éminemment stratégique et propice aux tractations de la diplomatie dont sut jouer le roi de Navarre Henri II d'Albret, l'époux de Marguerite. Aussi il lui plaisait d'oser se comparer à un pou entre deux singes, signifiant par là qu'il lui était loisible, tel un parasite qui aime ses aises et sa liberté, de sauter d'un prince à l'autre : soit, du côté français, le roi François Ier, et, côté espagnol, Charles Ier d'Espagne, devenu roi de Castille et d'Aragon, en 1516, à la mort de son grand-père, Ferdinand d'Aragon. Trois ans plus tard, il était élu empereur du Saint-Empire romain germanique et devenait Charles Quint. Une menace supplémentaire pour le roi de France et une nouvelle tentation pour le roi de Navarre de se rapprocher de ce prince « surpuissant » pour récupérer Pampelune et la Navarre méridionale.

3Le choix d'Henri II d'Albret était subordonné aux avantages qu'il pourrait obtenir du roi de France dont il appréciait le compagnonnage militaire et qu'il sut servir avec courage et loyauté sur le champ de bataille de Pavie, en février 1525. Amère défaite, aggravée par la captivité madrilène de François Ier dont le salut fut en grande partie assuré par la présence de Marguerite venue à Madrid négocier la rançon de son frère et lui prodiguer soins, tendresse et encouragements au moment où il s'apprêtait à revenir en France en mars 1526, faisant le sacrifice de laisser en otages ses deux fils, dont le dauphin. Moins d'un an plus tard, le 30 janvier 1527, devenue veuve du duc d'Alençon, décédé après Pavie, Marguerite épouse en secondes noces le roi Henri II d'Albret. Leur fille, Jeanne, naît le 16 novembre 1628.

4Comment expliquer que l'on n'ait pas davantage prêté attention à cette succession de princesses venues de France pour assurer l'indépendance et la survie de la Navarre aux côtés du grand voisin espagnol, adversaire redouté et permanent du roi de France à l'exception de quelques entractes de paix imposés par le manque d'argent pour continuer la guerre en cette période où l'artillerie coûte si cher ? Est-ce parce que notre beau pays, tout imprégné de loi salique, est longtemps resté rétif au rôle politique des femmes ? Ou, plus sûrement, parce que les nombreux biographes de ces trois grandes dames ont été attirés, voire subjugués, par la personnalité de chacune et la singularité de leurs destins, tenant pour acquises la prégnance de leurs liens du sang et l'intimité de leurs relations mères-filles révélée par le cadre de vie à la fois protecteur et vulnérable qui était le leur. C'est vers lui que nous conduit Damien Plantey, explorateur et observateur de leur univers, de leur sensibilité et de leurs interrogations existentielles, présentes ou sous-jacentes, par objets interposés, dans leurs appartements, leurs boudoirs, leurs cabinets de curiosités et leur mobilier.

5Entre elles, à l'évidence, le lien le plus fort fut celui de la religion selon des étapes qui scandent, en France, l'histoire des « guerres civiles » que nous appelons guerres de religion. Dans ses grands châteaux de Pau et Nérac, si beaux et si différents, qu'il lui plaît de faire aménager, Marguerite ne se contente pas d'entretenir une cour de lettrés digne de sa naissance et de sa passion pour la Renaissance, elle offre un refuge aux membres du clergé et aux humanistes qui veulent « penser librement » hors des contraintes de la Faculté de théologie de La Sorbonne qui, en avril 1521, a condamné la doctrine et les ouvrages de Luther, et hors de la surveillance judiciaire des membres du parlement de Bordeaux qui supportent très mal sa présence et l'impunité qui est la sienne en qualité de sœur d'un souverain qu'elle aime et qui la protège.

6En 1530, l'année où François Ier met en place l'Institution des lecteurs royaux, qui deviendra plus tard le « collège royal de France », puis l'actuel Collège de France, Marguerite accueille à Nérac l'humaniste et philologue Lefèvre d'Étaples qui, dans ses Commentaires, avait adjuré les évêques de revenir à l'Église primitive de l'Évangile. Elle-même, quelques années auparavant, avait entretenu une correspondance avec Guillaume Briçonnet, l'évêque de Meaux, qui l'avait convertie à l'amour de Dieu et au rôle de l'esprit : « jeter nostre âme hors du corps et livrer tout à l'esprit ». Devenue reine de Navarre, la voilà protectrice de tous les persécutés, poursuivis pour « hérésie », et toute proche des « mal sentants de la foi » condamnés par La Sorbonne, mais sans jamais quitter la religion catholique. Peut-être par fidélité envers sa mère, Louise de Savoie, et son frère, le roi de France, tellement leurs liens étaient resserrés et même sacrés depuis l'avènement de François Ier en 1515, paré de toutes les vertus que seule la Providence pouvait offrir au royaume.

7Il faut suivre le récit de Damien Plantey pour découvrir le cadre matériel et spirituel qui fut le sien et fit d'elle l'un des plus grands poètes et écrivains du xvisiècle. Et tout ce qu'elle n'a pas dit à ses proches, ou écrit, ou raconté dans les nouvelles de L'Heptaméron, inspirées par le Décaméron de Boccace, peut se lire dans le décor luxueux, érudit et sensible de son existence, lors de pauses châtelaines après des parcours éreintants entre Paris, les châteaux de la Loire, La Guyenne, le Béarn et la Navarre sans oublier les cures dans les stations des Pyrénées pour y soigner les douleurs des longs trajets en litière où elle continue d'écrire ou de conter à ses dames de compagnie des histoires gauloises et courtoises.

8Jeanne, sa fille unique, qu'elle protège tant, a partagé son existence itinérante avant de trouver un époux à sa convenance et digne de son rang en la personne d'Antoine de Bourbon, duc de Vendôme. Leur union, célébrée en octobre 1548, ressemble à s'y méprendre à celle de Marguerite, vingt et un ans plus tôt : une fois encore, le roi de France Henri II qui vient de succéder à son père François Ier mort en mars 1547, s'efforce d'empêcher un rapprochement entre le roi de Navarre et ses voisins espagnols, mais, cette fois, les sentiments de Jeanne à l'égard de son époux, l'aîné des Bourbons et premier prince du sang, laissent présager des moments de bonheur à la cour de Navarre que Marguerite ne partagera pas puisqu'elle meurt l'année suivante.

9Le temps n'est pas encore venu de l'installation du jeune couple dans ses États où règne encore leur père et beau-père Henri II d'Albret, jaloux de ses prérogatives et préoccupé du destin de ses héritiers. En 1553, il ordonne à sa fille de venir donner naissance au château de Pau à l'enfant qu'elle attend car il lui est insupportable de penser que ses deux premiers petits-fils sont morts par la seule négligence ou bêtise de celles qui étaient chargées de les garder : c'est pourquoi, le 13 décembre 1553, Henri de Vendôme naît au château de Pau avec, comme le veut la légende, une carapace de tortue géante en guise de berceau et une entrée dans le monde scellée par le goût de l'ail et du vin de Jurançon…

10Très tôt, Jeanne a été persuadée que ce fils, providentiellement sauvegardé, serait promis à la Fortune permise par sa naissance : l'accession possible sur le trône de France malgré les incartades politiques d'Antoine de Bourbon à l'égard des Valois, eux-mêmes apparemment préservés de tout souci de descendance à en juger par le nombre de fils que Catherine de Médicis, après une longue période de stérilité, avait donné à son époux, le roi Henri II. En 1555, au décès d’Henri d'Albret, Jeanne et Antoine de Bourbon deviennent souverains de la Navarre et continuent d'être vassaux du roi de France pour leurs immenses possessions dans le royaume.

11Leur puissance est d'autant plus inquiétante pour Henri II qu'elle se double d'un attachement précoce en faveur de la Réforme protestante. Antoine de Bourbon avec ostentation et hésitation, Jeanne d'Albret avec conviction et exaltation, portée par la spiritualité et de tous les héritages de Marguerite. Legs pieux, objets précieux, livres familiers, instruments scientifiques, cartes et plans, offrandes et bijoux composent un microcosme où se retrouvent la mère et la fille, au-delà de la mort, à l'abri des vivants et des tourments des guerres civiles qui ont débuté avant même la mort du roi Henri II, survenue accidentellement en juillet 1559 comme Michel de Nostredame, alias Nostradamus, l'avait prédit dans l'une de ses Centuries.

12La naissance de Catherine de Bourbon, la jeune sœur d’Henri de Vendôme, se situe cette année-là. Si elle apporte la preuve d'une réconciliation éphémère du roi et de la reine de Navarre, elle annonce la séparation de leur couple. Non seulement la jeune Catherine ne connaîtra jamais son père, mortellement blessé au siège de Rouen en novembre 1562 en combattant contre les huguenots qui se sont emparés de la ville, mais elle est encore très jeune au moment du décès de Jeanne, sa mère, survenu le 9 juin 1572 à Paris. Sa présence dans la capitale a pour raison impérative la préparation du mariage de son fils, Henri, avec Marguerite de Valois, sœur cadette du roi Charles IX, proposée depuis des années à maints princes européens, mais résolument promise au protestant Henri de Navarre depuis la signature de la paix de Saint-Germain en août 1570. Jeanne d'Albret, pour une fois en accord avec Catherine de Médicis, marraine de son fils, pouvait être fière elle qui, quelques années plus tôt, était considérée comme une « rebelle » en rupture quasi officielle avec la monarchie.

13Il suffit de se reporter au mois d'août 1568, au moment où commence la troisième guerre de religion, pour mesurer l'ampleur de la déchirure qui se prépare entre elle et le jeune roi Charles IX, malgré les efforts de « concorde » opérés par la reine mère Catherine de Médicis. En choisissant, à la façon des princes protestants du Saint-Empire, d'instaurer la Réforme dans ses États souverains, la reine de Navarre a franchi le premier pas d'une séparation qui se concrétise, quelques années plus tard, par son ralliement au parti des huguenots de guerre réfugiés en 1568 dans la ville de La Rochelle, leur refuge, leur havre, et leur voie d'évasion possible vers l'Angleterre de la reine Elisabeth. Moment capital d'une existence tragique scellé par les lettres de rupture que Jeanne d'Albret adresse, depuis Bergerac, à Charles IX et à Catherine de Médicis avant de poursuivre avec ses deux enfants sa traversée de la Guyenne sous la menace de Monluc, qui n'ose l'attaquer, et la protection des hommes d'armes qui l'escortent. Marguerite, sa mère, n'aurait sans doute jamais osé et Catherine, sa fille, se révélera à son tour incapable de résister longtemps à l'emprise de son frère, devenu le roi Henri III de Navarre à la mort de leur mère.

14Morte avant la célébration des noces d’Henri et de Marguerite, qui concentrent toutes les malédictions de prédicateurs catholiques dans les églises parisiennes, Jeanne n'aura pas connu la tragédie de la Saint-Barthélemy, ni l'ampleur de ses massacres, ni les conversions de ses proches à la suite du grand démantèlement de sa clientèle ordonnée par le parlement de Bordeaux en deux grandes fournées contemporaines de son départ pour La Rochelle. Autant d'obstacles dressés pour ses deux enfants avec un rôle prépondérant de son fils en qui reposent les espoirs politiques, militaires et religieux du parti protestant même si Henri, comme Catherine et leur cousin Henri de Condé, ont dû abjurer le protestantisme à l'issue des « massacres de Paris ». Années de semi-captivité pour eux, en attendant l'occasion d'une possible évasion ou d'un retour autorisé dans leurs possessions.

15Tel est le cas de Catherine et d'Henri de Navarre, en 1576, après la signature de l'édit de Beaulieu ou paix de Monsieur qui redonne au roi de Navarre ses fonctions de gouverneur de la province de Guyenne. C'est Catherine, la première, qui est revenue au protestantisme, bravant l'autorité du roi Henri III et forçant son frère, avec toute l'énergie de sa foi, d'en faire de même. Ce qu'il fera sur le chemin du retour vers la Guyenne, au temple de Niort, s'attirant en conséquence le refus des habitants de Bordeaux, parlement et jurats en tête, de le recevoir dans leurs murs. Désormais, le destin du frère et de la sœur était étroitement lié comme au temps de Marguerite et de François Ier, mais de façon différente en raison de leur différence d'âge et des dangers qui les environnent alors que les guerres de religion se transforment en guerre de succession pour le trône de France.

16Même si elle ne prend qu'une part en apparence secondaire, même si elle vit dans l'ombre de son frère tout en étant tenue à l'écart de ses décisions et coups d'éclat militaires, Catherine est omniprésente dans leurs États et leurs possessions, à la fois comptable de leurs biens, de leurs richesses qu'ils dépensent pour mener à bien les campagnes d’Henri de Navarre, et de leur survie face aux offensives de la Ligue en 1585 et 1586. Comptable mais aussi gardienne et bientôt régente en Béarn tant Henri de Navarre est préoccupé et mobilisé par la conquête du royaume de France…

17Après tant de sacrifices et de services rendus, Catherine aurait pu espérer pouvoir se marier à sa convenance et continuer à pratiquer à la façon de sa grand-mère les plaisirs renouvelés des arts et des lettres qu'elle appréciait tant. Ces joies ne lui furent offertes qu'épisodiquement et il lui revint même d'assumer, durant des années, auprès d’Henri IV, le rôle d'une quasi-reine de France en attendant que soit conclu le mariage du roi avec Marie de Médicis. Entre-temps, alors que la reine Marguerite de Navarre vivait en exil au château d'Usson et que se succédaient des favorites royales, Catherine vivait dans l'attente d'un mariage qui vint… bien trop tard. À sa mort, en 1604, Henri IV eut beaucoup de peine. Elle le méritait.

18Que cette esquisse de leurs vies serve de prélude à la découverte de l'univers et de l'intimité de ces trois reines ou presque reines, reconstitués grâce à l'ingéniosité et au talent de Damien Plantey.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search