Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie II. Panorama d'actions : agir en France, agir à l'étranger

7. Valease16 ou les tribulations d'un assistant technique « livre & écrit » en Asie du sud-est

Jean-Jacques Donard

Texte intégral

  • 16 VALEASE : Valorisation de l’Écrit en Asie du Sud-Est.

1« Vous disposerez d’un budget global d’un million ½ d’euros, vous serez installé à la Bibliothèque nationale du Cambodge mais, ce projet étant “mobilisateur” autrement dit régional, vous rayonnerez dans les trois pays de la péninsule indochinoise : Cambodge, Laos, Vietnam. Vous devrez tout créer de A à Z, y compris votre bureau et votre équipe, en vous appuyant cependant sur les conclusions d’un séminaire organisé en 2001 à Phnom Penh. Vous en aurez pour 3 ans, prolongeables d’une année supplémentaire ». Voici en substance ce que la représentante de la Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques (DGRCST) du ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) m’a proposé en août 2003. L’enjeu était tentant : j’étais alors en Russie, au Centre culturel français de Moscou. Je connaissais le Cambodge pour être allé en 1997 à Phnom Penh effectuer une mission visant à rénover la médiathèque du Centre culturel français. Ce pays m’avait captivé. J’ai donc accepté le poste avec enthousiasme : la nature du travail me plaisait, débordant le cadre du métier de bibliothécaire que j’étais en s’intéressant à ceux d’éditeur, de libraire, d’archiviste et de documentaliste. À la mi-janvier 2004, j’arrivais donc au pays Khmer en tant qu’assistant technique, chef du projet VALEASE, conseiller du ministre de la Culture et des Beaux-Arts du Royaume du Cambodge. J’y suis resté jusqu’en janvier 2008.

UN PROJET AMBITIEUX ET DES CONTRAINTES DE TERRAIN : HIÉRARCHISER LES PRIORITÉS

  • 17 Crédits destinés à aider les pays (en développement) de la zone de solidarité prioritaire (ZSP), dé (...)

2Ces quatre ans furent bien remplis. La matière ne manquait pas en effet ; selon les termes de référence du Rapport de présentation du Fonds de solidarité prioritaire17 VALEASE, je devais réaliser les choses suivantes :

  • « création d’un réseau régional de professionnels en bibliothéconomie et promotion de la lecture publique : par des formations initiales, continues et à distance, des rencontres régionales sur des thèmes transversaux de la bibliothéconomie, la diffusion de dossiers documentaires ciblés, les acteurs de la chaîne du livre auront acquis des bases de connaissances communes méthodologiques et factuelles et appris à utiliser les mêmes logiciels de traitement de l’information ;

  • appui au secteur régional de l’édition : il s’agira de créer des collections en français et en langues nationales à vocation régionale, destinées à la jeunesse et disponibles dans les bibliothèques partenaires, et d’élargir les lieux de lecture publique : espaces, bibliobus, biblio-bateaux, mallettes, etc. ;

  • gestion du projet : les moyens pour des missions d’études, des ateliers pratiques, des formations continues, des échanges de personnes et d’informations au niveau régional seront assurés. »

3On le voit, le champ défini était vaste (l’annexe prévoyait une série de 38 actions précises à réaliser dans le temps imparti de 11 trimestres étalés sur 3 ans) : de la publication de mémentos pédagogiques consacrés au patrimoine historique commun aux trois pays, à la santé, de l’éducation civique à l’environnement, de la chaîne du livre et de la lecture publique à l’édition électronique, de l’établissement d’un inventaire des ressources éditoriales locales et françaises à une bibliographie sur l’Asie du Sud-Est impliquant une diffusion imprimée, sur cédérom et sur site Web, etc. C’était là un projet riche et foisonnant, croulant sous le nombre d’idées et de propositions, quelquefois contradictoires ou difficilement juxtaposables. Il fallait donc trier pour en commencer l’exécution et hiérarchiser les priorités, mais aussi mettre à jour et adapter le programme aux nouvelles réalités, technologiques en particulier. En effet, la rédaction du projet datait de 2002, à partir de données rassemblées en 2001, et depuis, l’Asie du Sud-Est avait beaucoup évolué.

4De plus, cet exposé théorique, même si fondé sur des propositions dûment élaborées par les agents du MAEE installés dans les trois ambassades de France respectives, ne tenait pas compte d’un facteur essentiel : la disponibilité des crédits. En effet, contrairement au passé, la somme globale allouée au projet subissait la loi de l’annuité budgétaire et l’argent non utilisé devait être impérativement retourné au « département ». Arrivé en janvier 2004, je ne pus disposer de crédits qu’à partir de la fin juin de cette année-là. Mais, comme les professionnels le savent, on a toujours quelque chose à faire dans une bibliothèque, même si l’argent manque. J’ai donc consacré mes premiers mois à l’examen des collections francophones de la Bibliothèque nationale du Cambodge, leur tri, leur désherbage et l’établissement du catalogue de la section patrimoniale. Je mis aussi à profit ce temps pour faire connaissance des partenaires potentiels, mais seulement au Cambodge, puisque les crédits non arrivés ne me permettaient pas de voyager dans les autres pays concernés.

5Le déblocage des crédits, la planification des priorités, la rencontre avec les partenaires ont permis à VALEASE de réaliser des actions fortes qui seront présentées dans la partie suivante. Avant cela, il est important de revenir sur les caractéristiques de ce projet :

  • originalité et ambiguïté : iconoclaste, généreux, ambitieux, brisant les frontières et les fiefs qu’imposent souvent les ambassades de France en exercice dans leurs pays respectifs, le projet avait été conçu comme fédérateur pour la région par l’administration centrale. Seuls quelques pays de l’Afrique francophone bénéficiaient jusqu’à présent de ce type d’approche. Le projet n’en était pas moins ambigu. En effet, le terme d’Asie du Sud-Est crée une généralisation artificielle des problèmes, un peu forcée, d’autant que ces pays aux populations et régimes politiques différents, quoique voisins, sont loin de bien se connaître et de communiquer. À titre d’exemple il revient bien plus cher de téléphoner du Cambodge au Vietnam qu’aux États-Unis ;

  • problèmes culturels : on se heurtait avec ces trois pays à des différences de culture, de langue, de mentalité. Il fallait travailler en théorie avec quatre langues principales (français, khmer, lao et vietnamien), auxquelles s’ajoutait la langue anglaise. On imagine donc la difficulté des communications. D’autant que même si ces pays possèdent des minorités des deux pays voisins, celles-ci, pour des raisons politiques, sont loin d’être reconnues. Autre exemple : le Vietnam, comme la Chine qui l’a inspiré dans ses pratiques, est de tradition et de culture livresques, alors que le Laos et le Cambodge, où l’écrit et la lecture sont traditionnellement confiés aux moines, sont plutôt de culture orale ;

  • structure opérationnelle : le projet reposait en fait sur un dispositif léger, créé de toutes pièces : une base, à Phnom Penh, constituée d’un chef de projet et de deux assistants (le volontaire international prévu au début n’a jamais été nommé) et deux correspondants privilégiés à Vientiane et à Hanoï. Ce réseau se doublait d’un second cercle constitué par les conseillers de coopération et d’action culturelle des trois pays. La légèreté de cette structure a été en fait un atout, car elle a évité la bureaucratie. Mais sa faiblesse était qu’elle dépendait de quelques individus : ceux-ci partis, il était difficile de les remplacer ;

  • partenariats centralisés et décentralisés : une des richesses du projet a été le nombre et la diversité des partenaires, une centaine d’organismes de tous horizons au total : 50 partenaires au Cambodge (2 villes : Phnom Penh, Siem Reap), 20 partenaires au Laos (2 villes : Vientiane, Louang Prabang), 30 partenaires au Vietnam (3 villes : Hanoï, Hô Chi Minh-Ville, Hué). On a essayé également, autant que faire se pouvait, de mettre ces partenaires en relation les uns avec les autres et de les faire travailler ensemble. Dernier point et non des moindres, car c’est un appui et une réserve de compétences précieux, la coopération avec les partenaires français de France : Association des bibliothécaires de France (participation de bibliothécaires asiatiques au Congrès annuel), Bibliothèque nationale de France (coopération scientifique), Bibliothèque publique d’information (pour la formation), École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (pour l’accueil de stagiaires conservateurs), Bibliothèque départementale de l’Essonne (pour la formation et l’expertise), etc. ;

    • 18 On peut retrouver les quatre numéros photographiés sur Google Images en tapant dans la fenêtre de r (...)
    • 19 Voir par exemple l’article de Jean-Jacques Donard, « Le projet VALEASE : valorisation de l’écrit en (...)

    la communication : pour un projet dont l’enjeu concernait trois pays, on imagine que la communication jouait un rôle important. Aussi, tous les moyens ont-ils été mis à contribution pour faire connaître le projet et ses réalisations : lettre d’information18, site Web, articles dans la presse locale et française19, conférences (organisées systématiquement lors de la parution d’ouvrages importants soutenus par VALEASE, dans les établissements culturels français de la zone ou avec les partenaires), projections. Autant que possible, les expositions organisées avec VALEASE ont tourné dans les divers établissements de chacun des pays. Il y eut même jusqu’à des centaines de sacs promotionnels « VALEASE » distribués sur la péninsule !

QUELQUES ACTIONS PHARES DE VALEASE

6Un grand nombre d’actions importantes ont été menées au niveau régional comme au niveau local, pays par pays. Nous ne pourrons ici aborder la liste complète, nous nous recentrerons donc sur quelques exemples régionaux et nous vous proposons, sous forme de tableau (cf. p. 103), un récapitulatif des autres actions menées localement.

  • Bibliotheca Indosinica, base de données biblio-iconographiques et documents numérisés de l’Asie du Sud-Est : c’est un projet ambitieux, né de la nécessité d’inventorier les ressources imprimées patrimoniales de l’Indochine. C’est aussi vouloir reconstituer tout un pan de la mémoire collective de la péninsule indochinoise, masqué par les guerres, les luttes politiques, les censures. Aussi, si recenser simplement les publications paraissait séduisant, une stricte bibliographie laissait en fait les lecteurs sur leur faim, car les ouvrages étant peu accessibles, leur contenu restait inconnu au plus grand nombre, dont notamment les jeunes générations. Aussi s’est-on attelé à la tâche de numériser les collections les plus intéressantes détenues dans les bibliothèques partenaires, aidés en cela par les experts de l’École française d’Extrême-Orient. Vaste programme, les bibliothèques du Vietnam regorgeant par exemple de livres français jusque-là méconnus des services officiels des ambassades ! Mais cette volonté de numériser a séduit nos partenaires locaux, soucieux de se réapproprier progressivement leur histoire, aussi douloureuse soit-elle, et les portes de précieuses réserves se sont peu à peu ouvertes à Hanoï, Hô Chi Minh-Ville, Vientiane, Louang Prabang et Phnom Penh. L’opération s’est accompagnée d’une numérisation des illustrations des livres retrouvés, afin de constituer l’amorce d’une véritable encyclopédie visuelle de l’Asie du Sud-Est d’autrefois, dont les images redécouvertes ont surpris plus d’un jeune lecteur. On a baptisé l’ensemble des données ainsi recueillies de l’appellation de Bibliotheca Indosinica (nom emprunté à la bibliographie d’Henri Cordier de 1912-1915), rassemblant en son sein les ouvrages numérisés des différentes Bibliotheca Khmerica, Laotiana et Vietnamica. Au bout du compte c’est presque 5 000 documents qui ont pu être numérisés dans ce cadre.

  • Traduction et adaptation en langue locale du logiciel de gestion de bibliothèque PMB : vu l’absence de logiciels modernes adéquats, le projet prévoyait de traduire et d’adapter un ou des logiciels libres de droit pour la gestion des bibliothèques. C’est finalement le logiciel d’origine française PMB qui a été choisi, de préférence à Koha, car déjà utilisé (en français) par l’Agence universitaire de la francophonie au Vietnam. Nos partenaires ont donc été sollicités pour ce travail, aidés financièrement par le projet. Au Cambodge, la version khmère a été réalisée par les ingénieurs-informaticiens francophones (issus de l’Institut de technologie du Cambodge, soutenu par la France) de la société franco-cambodgienne KhmerDev. C’est la première fois qu’un logiciel de ce genre était proposé sur le marché local. Depuis 2006, une vingtaine d’établissements (dont la Bibliothèque nationale) l’ont adopté. Un « Club des utilisateurs » est animé par l’entreprise. Au Laos, la traduction, l’adaptation et l’installation du logiciel PMB en langue lao ont été assurées par une jeune société vientianaise, avec laquelle des stages de formation pour les bibliothécaires de la capitale laotienne et ceux de Louang Prabang ont été tenus. Au Vietnam, le même travail en vietnamien a été effectué par les animateurs du Campus numérique de Hanoï de l’Agence universitaire de la francophonie et les ingénieurs-informaticiens du Centre national de l’information scientifique et technologique du Vietnam (Hanoï). Ce logiciel performant et adapté aux documents et supports contemporains était destiné à terme à remplacer le logiciel Isis fourni autrefois par l’Unesco dans les bibliothèques vietnamiennes. Mais son développement, qui n’a pas été soutenu par les services culturels français au Vietnam après l’arrêt du projet VALEASE, s’est malheureusement interrompu.

  • L’aide à 320 projets d’édition jeunesse et de référence : il n’est pas facile d’influer le choix de maisons d’édition de différentes nationalités, encore moins de les faire travailler ensemble sur des titres de livres. Sur ce plan, le projet VALEASE a été, sauf exception, un échec. En effet, la seule solution viable était, pour inciter à la publication ou à la traduction d’œuvres françaises, de les informer des nouvelles parutions francophones et de les aider financièrement. Mais, dans les trois pays, le projet a contribué à développer et à structurer le dispositif de soutien à l’édition. Près de 320 titres de livres et de revues pour la jeunesse en langue locale ont ainsi été aidés, en partenariat avec une cinquantaine de maisons d’édition (publiques et privées) et d’organisations non gouvernementales spécialisées. Des ouvrages anciens rares et précieux ont été réimprimés et des collections d’illustrations de livres anciens mises sur DVD pour publication. Ces éditions ont été réalisées dans le cadre de programme d’aide à la publication des services culturels français (PAP Rim Kin au Cambodge, PAP Nguyen Van Vinh au Vietnam). Ce programme a nécessité l’organisation d’expositions de livres à traduire, des dons d’ouvrages aux prescripteurs, des contacts multiples avec les éditeurs locaux (facilités par les bureaux du livre des ambassades de France des trois pays respectifs), des bibliographies sélectives largement diffusées. L’édition d’ouvrages de référence (Journal du roi du Cambodge Sisowath en France en 1906, Manuel du bibliothécaire cambodgien, Regard sur l’édition au Cambodge, Guide des fonds d’archives conservés au Centre n° 3 des Archives nationales d’Hanoï, Manuel du bibliothécaire lao, etc.) a représenté 5 % environ des publications.

TABLEAU. QUELQUES ACTIONS SUPPLÉMENTAIRES DE VALEASE DANS CHACUN DES PAYS DE LA PÉNINSULE INDOCHINOISE

TABLEAU. QUELQUES ACTIONS SUPPLÉMENTAIRES DE VALEASE DANS CHACUN DES PAYS DE LA PÉNINSULE INDOCHINOISE

VALEASE DE 2008 À AUJOURD’HUI

7Un des écueils majeurs dans les projets du genre de VALEASE est que, à leur issue, toutes les actions engagées s’arrêtent, faute de crédits ou de logistique de la part des partenaires. VALEASE-Cambodge a échappé en partie à cet inconvénient, grâce au Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France et à ses partenaires français et cambodgiens.

  • 20 < http://www.adiflor.org/actu_det.php ?id=228 >.
  • 21 On relève encore la présence des journaux d’État Le Rénovateur au Laos et Le Courrier du Vietnam.

8Ainsi, depuis l’arrêt définitif du projet VALEASE, en décembre 2007, des actions se sont multipliées dans un cadre informel, avec l’appui de l’ambassade de France, pour assurer un suivi et un prolongement des activités en faveur de l’écrit : expositions de livres anciens et modernes (nouvelles acquisitions), participation aux salons du livre organisés par le CCF, lectures et conférences à la Bibliothèque nationale. Trois partenaires ont apporté un soutien décisif à cette action : l’association ADIFLOR, qui a rendu possible un don de 1 000 ouvrages aux bibliothèques cambodgiennes20, la Bibliothèque nationale de France et l’Organisation internationale de la francophonie, qui soutiennent tant techniquement (pour la première) que financièrement (pour la seconde) la poursuite de l’ambitieux programme de numérisation des livres et périodiques (dont le fameux Cambodge Soir, le seul journal en français véritablement indépendant de la péninsule21 ) francophones patrimoniaux concernant l’Indochine. À terme, environ 50 000 pages numérisées et indexées, via le site de la Bibliothèque nationale du Cambodge, seront installées sur le portail du Réseau francophone numérique (RFN) < http://www.rfnum.org >. Ce site aura également l’avantage de fédérer les ressources numérisées dans les différentes bibliothèques partenaires.

9Un projet de dessein aussi vaste que VALEASE s’est trouvé à l’étroit dans cette période de quatre ans maximum qui lui était imposée. On sait par exemple que des projets d’édition sont longs à voir le jour. Ne parlons pas des projets de mise en place de structures d’enseignement professionnel. Tous les projets supposent aussi qu’on passe la main un jour ou l’autre aux partenaires locaux qui en sont bénéficiaires, mais l’arrêt du projet VALEASE n’a pas permis ce transfert de compétences.

10Il ne reste plus qu’à espérer que le MAEE réussira à le faire revivre sous d’autres formes, comme par exemple des projets de coopération bilatéraux qui permettraient de créer des bibliothèques publiques, un enseignement et des certifications professionnels au Cambodge et au Laos, d’intensifier la numérisation des documents patrimoniaux au Vietnam, de resserrer les liens des représentants des métiers du livre de la péninsule indochinoise avec leurs homologues français. Cela rapprocherait l’Asie du Sud-Est de l’Europe et contribuerait à abattre les barrières linguistiques, psychologiques et culturelles, que l’éloignement géographique, économique et politique a fini par dresser.

Notes

16 VALEASE : Valorisation de l’Écrit en Asie du Sud-Est.

17 Crédits destinés à aider les pays (en développement) de la zone de solidarité prioritaire (ZSP), définie par le MAEE.

18 On peut retrouver les quatre numéros photographiés sur Google Images en tapant dans la fenêtre de recherche : « Lettre d’information VALEASE ». et également sur le site de l’ABF : < http://www.abf.asso.fr/fichiers/media/IMG/pdf/18_valease3.pdf > et < ValeaseDec07. pdf >.

19 Voir par exemple l’article de Jean-Jacques Donard, « Le projet VALEASE : valorisation de l’écrit en Asie du Sud-Est », BIBLIOthèque(s), n ° 29, octobre 2006.

20 < http://www.adiflor.org/actu_det.php ?id=228 >.

21 On relève encore la présence des journaux d’État Le Rénovateur au Laos et Le Courrier du Vietnam.

Table des illustrations

Titre TABLEAU. QUELQUES ACTIONS SUPPLÉMENTAIRES DE VALEASE DANS CHACUN DES PAYS DE LA PÉNINSULE INDOCHINOISE
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/480/img-1.jpg
Fichier image/, 376k

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540