Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie II. Panorama d'actions : agir en France, agir à l'étranger

6. Les 3 J en Afrique, ou comment transformer la bibliothèque de l'institut français du Burkina Faso en médiathèque publique d'information

Jacqueline Bénichou

Texte intégral

POURQUOI DONNER CE TITRE DE « 3 J » À L’ENTRETIEN ET POURQUOI LE BURKINA FASO ?

1Ce nom amusant nous a été donné là-bas : J parce que Jacqueline Bénichou, moi-même, et Jean-Jacques Donard, ex-assistant technique du ministère des Affaires étrangères, contactés tous les deux un beau jour de janvier 2010 par le nouveau directeur du Centre culturel français (CCF) de Ouagadougou, Alain Millot, avec qui nous avions déjà travaillé au Vietnam. Sa demande était simple et directe : l’aider à faire de la vieille bibliothèque du CCF une médiathèque aussi moderne que celle de l’Institut d’échanges culturels avec la France d’Hô Chi Minh-Ville que nous avions contribué à rénover en 2005.

2Nous avons donc débarqué en mai 2010 à Ouagadougou, par une chaleur intense, pour faire l’expertise en trois jours de l’existant et pour rencontrer le personnel en place. Le projet consistait à réorganiser la bibliothèque de fond en comble avec l’équipe de direction (dont Vincent Harnais, le bibliothécaire détaché) et les bibliothécaires locaux. Voilà, tous les ingrédients étaient réunis pour imaginer possible la réalisation d’un projet aussi important. Notre mission s’est donc déroulée en deux temps : l’expertise et la formation.

MENER L’EXPERTISE

EN QUOI CONSISTAIT L’EXPERTISE ?

3L’expertise, c’était de faire le bilan d’une bibliothèque vétuste répartie sur trois lieux. En visitant les locaux du CCF de Ouagadougou, nous avons saisi d’emblée l’ampleur du problème. La bibliothèque actuelle a été construite sur trois niveaux dans un bâtiment latéral, souffrant de visibilité par rapport au bâtiment central appelé la Rotonde, cœur historique de l’établissement. Ce lieu très original par son architecture et sa hauteur de plafond était peu utilisé sauf pour des expositions temporaires ; sa situation géographique, face à l’entrée et à proximité de la cafétéria, lui donnait une place centrale dans l’espace du CCF. Pour redynamiser cette bibliothèque obsolète, il fallait intégrer la Rotonde dans notre projet.

COMMENT S’EST DÉROULÉE LA MISSION ?

4En très peu de temps, il a fallu faire une proposition pertinente sur l’ensemble des espaces. Cependant, la demande était que faire de cette Rotonde ? Il fallait trouver une lisibilité forte à ce lieu magnifique mais contraignant par sa forme ronde et cloisonné par des bureaux techniques. Ce sera la porte d’entrée de la médiathèque du CCF. Les travaux ont commencé par ce nouvel espace pour attirer la curiosité du public et envoyer un message immédiat annonçant la transformation de la bibliothèque tant du point de vue des locaux que des collections et des services proposés.

QUELS SERVICES ET QUELLES COLLECTIONS DANS LA ROTONDE ?

5Premier constat, un grand nombre d’usagers séjourne dans la salle de périodiques. Ils sont assidus, malgré les mauvaises conditions d’accueil et le choix de périodiques peu attractif. Autre constat, le fonds général n’est constitué que d’imprimés, peu de documents audiovisuels et pas de documents sonores. Pourtant, le CCF a une programmation musicale qui attire beaucoup de jeunes.

6Suite à ces constats, la Rotonde est pensée comme un espace d’accueil : inscription, billetterie, orientation mais aussi comme un lieu agréable et convivial avec des points d’écoute de musique, de lecture, de visionnage tout en conservant sa vocation de galerie d’exposition. Comme la bibliothèque jeunesse est mitoyenne, nous avons proposé de la rénover en même temps.

LA MISSION CONSISTAIT DONC EN DES RÉAMÉNAGEMENTS D’ESPACES. QUELS SONT LES POINTS DE VIGILANCE DANS CE TYPE DE PROJET ?

7La difficulté n’était pas seulement d’ordre architectural. L’aspect le plus important finalement était d’ordre humain : l’équipe de bibliothécaires locaux, mal informée, ne se sentait pas concernée par les projets de restructuration futurs ; elle les craignait plutôt qu’elle ne les souhaitait. Il fallait donc à la fois la tenir au courant de nos réflexions, l’impliquer immédiatement dans l’élaboration des conceptions nouvelles et rassurer des personnes déstabilisées par notre arrivée. Il fallait convaincre ces collègues plutôt en retrait que la restructuration se ferait non pas à leur encontre mais bien avec eux et pour eux. Nous avons donc tenu à organiser des rencontres, des débats communs avec la direction et sommes restés à leurs côtés durant le déroulement de la mission.

ÉTABLIR UN PLAN DE FORMATION ET ACCOMPAGNER LES ÉQUIPES

QU’AVEZ-VOUS DÉCIDÉ EN FIN D’EXPERTISE ?

8Après avoir emmagasiné toutes ces observations et commencé à rédiger sur place un rapport qui se voulait constructif, nous avons décidé de travailler à Paris prioritairement sur le renouvellement des collections : il fallait très vite constituer les collections audiovisuelles pour créer le fonds de base d’une médiathèque moderne et attirer un public diversifié. Vu les délais imposés, nous avons proposé des listes types de CD et de DVD à se procurer rapidement. Avec Sandra Garcin, l’administratrice du CCF, nous avons réfléchi aux travaux les plus urgents. Par hasard, nous avons rencontré à notre hôtel le responsable d’une entreprise locale de travaux avec qui nous avons sympathisé, c’était la bonne surprise de cette aventure car il était disponible et compétent.

9Avant de partir de Ouagadougou, nous nous étions mis d’accord avec le directeur et le personnel de la bibliothèque pour élaborer un plan de formation (la majorité des personnels n’en avait jamais bénéficié). Nous avons donc mis à plat toutes les fonctions et les postes et envisagé l’organisation d’un stage de formation aux nouveaux médias pour accompagner cette transformation. Pour nous, il n’était pas envisageable de créer de nouvelles collections sans prévoir de formation adéquate, comme cela se fait trop souvent dans les CCF. C’était aussi l’avis du directeur.

10De retour à Paris, nous sommes restés constamment en contact par courriel avec l’équipe en place pour suivre les travaux, le choix du mobilier et les commandes documentaires. Tout s’est retrouvé précisé dans un « Rapport de mission » de 30 pages extrêmement concret, rédigé et envoyé quinze jours plus tard : un record ! Il s’agissait en effet d’un plan de bataille examinant la situation sous tous ses aspects : description de l’existant lieu par lieu, préconisations visant à le modifier, rédaction de l’organigramme, budget, plan de formation, développement des collections, plan d’action sur 3 ans (durée exceptionnelle pour un CCF).

11Nous avons participé activement au choix et à la commande du mobilier avec le service d’exportation de la Société Borgeaud sélectionnée par le CCF, implantation des rayonnages, couleurs des matériaux, délais et difficultés de livraison (bateau ? avion ?). Le directeur du CCF, Alain Millot est venu à Paris mettre la touche finale et valider la commande.

12La Rotonde, abritant à la fois les collections audiovisuelles, les bandes dessinées, les livres d’art et le kiosque à journaux/revues, a été inaugurée en janvier de cette année, en présence de l’ambassadeur de France. Le succès a été immédiatement au rendez-vous, nous a confié le directeur du CCF et le public est venu nombreux. Quant aux bibliothécaires, ils se sont sentis plus à l’aise dans leur travail et ont retrouvé une motivation.

QU’EST-CE QUI VOUS A PARU ORIGINAL DANS CETTE AVENTURE PAR RAPPORT À VOTRE ACTIVITÉ À LA BDP ?

13En effet, à la bibliothèque départementale de l’Essonne, j’accompagne depuis 15 ans les projets de construction et d’aménagement de bibliothèques pour les communes. Ici, la différence était que nous nous trouvions dans un pays sans infrastructures professionnelles, où tout devient donc compliqué quand on monte un projet original et dégagé de modèle préétabli. Mais la volonté du directeur du CCF, comme celle en Essonne de certains élus, nous a permis d’envisager ce nouvel équipement sous tous ses aspects et dans les moindres détails en associant les équipes concernées. Ce fut passionnant.

L’AVENTURE EST DONC TERMINÉE ? VOUS VOUS EN ÊTES TENUS LÀ ?

14Non, comme je vous l’ai dit, d’un côté il y a eu le réaménagement des locaux et de l’autre la formation. Nous avons donc organisé et effectué une semaine de stage pour les agents de la bibliothèque d’Ouagadougou mais aussi du CCF de Bobo-Dioulasso au mois d’octobre suivant.

15Ce programme de formation portait sur plusieurs thèmes, repérés dans nos entretiens avec les agents mais aussi avec les responsables de l’Institut des sciences et techniques de l’information documentaire (ISTID), association professionnelle locale de formation des bibliothécaires et archivistes :

  • comment créer des collections audiovisuelles (acquisitions et traitement) mais aussi comment les présenter et les mettre en valeur ;
  • l’accueil des publics : création d’outils pour les usagers, guide du lecteur, règlement intérieur, charte Internet.

16Et en parallèle, nous avons accompagné l’équipe de direction dans sa réflexion sur le management : répartition des rôles et des tâches, rédaction de fiches de poste et d’un organigramme. Puis nous avons piloté ce projet à distance avec le bibliothécaire et l’administration.

QUEL ENSEIGNEMENT TIREZ-VOUS DE CETTE EXPÉRIENCE ?

17Tout d’abord, le projet n’est pas terminé et tous les problèmes ne sont pas résolus. Il nous faut encore nous attaquer à la rénovation et à la restructuration du bâtiment central. Les travaux sont en cours, il reste encore à faire l’implantation des collections et les différents aménagements, mais aussi insuffler un nouvel usage des fonds et réorganiser la circulation des lecteurs dans les nouveaux espaces. Ensuite, avant l’inauguration prévue fin septembre, nous devons travailler sur la collection existante : inventaire critique, désherbage et définition d’une politique d’acquisition. C’est pourquoi un nouveau stage de formation sur ces sujets sera organisé avant la mise en place des collections. Il faut aussi rédiger un projet d’établissement prenant en compte les différents axes d’orientation selon les usagers et les services : médiathèque grand public, elle est aussi une médiathèque d’étude et de recherche.

18Plusieurs aspects sont à considérer, approfondir, modifier et/ou conserver tout en maintenant le rôle de l’établissement comme centre d’information sur la France contemporaine et les études en France. Si nous sommes sans conteste en Afrique, avec un public africain s’intéressant principalement à la culture de son continent par le biais de la langue française, nous avons aussi à faire, là, à des réalités et à des besoins que nous connaissons bien en France : accès pour tous à la culture et à l’information, fonds généralistes mais répondant et aux besoins particuliers des élèves et des étudiants, mais aussi à d’autres catégories. Ouagadougou dispose heureusement de librairies et de diffuseurs de presse locale et française. On n’est pas totalement dépourvu de ressources documentaires, même si les bibliothèques locales sont pauvres et surchargées. La principale difficulté est peut-être, pour nous, d’aider les bibliothécaires locaux à adapter le mieux possible les collections, les services et les pratiques à un public que nous ne connaissons pas bien et dont les centres d’intérêt peuvent être éloignés de ceux que nous maîtrisons quotidiennement dans l’exercice de notre métier en France. Heureusement, l’équipe en place est, bien sûr, plus au fait de ces goûts que nous et la réussite définitive de la nouvelle formule reposera entièrement sur son appropriation du projet. Nous lui faisons confiance.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540