Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie II. Panorama d'actions : agir en France, agir à l'étranger

5. Travailler avec un centre d'accueil de demandeurs d'asile : l'exemple de Boissy-Saint-Léger

Viviane Spotorno

Texte intégral

1Loin des coopérations internationales d’envergures habituelles, la médiathèque municipale de Boissy-Saint-Léger (16 000 habitants) mène un travail de proximité avec le Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) notamment sur un projet de création d’une bibliothèque au sein du centre. La médiathèque de Boissy-Saint-Léger fait partie du réseau départemental « Bibliothèmes94, la bibliothèque départementale ». Son fonds documentaire thématique sur « L’écrit, le livre et la lecture » (3 500 documents) s’adresse aux habitants du Val-de-Marne, et en particulier aux étudiants, aux professionnels des bibliothèques ou aux personnes relais. La médiathèque est également un centre de ressources de lutte contre l’illettrisme en partenariat avec l’Association de lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme (ALCIA) avec laquelle elle organise des journées de sensibilisation au repérage des difficultés linguistiques.

2La médiathèque est ouverte vingt-neuf heures par semaine et propose des accueils spécifiques sur rendez-vous pour accéder à des formations ou aux ressources imprimées et numériques pendant les heures de fermeture. Le personnel est composé de quatorze agents (dont l’agent d’entretien qui assure également le portage à domicile de livres aux personnes âgées). L’organisation du travail est transversale : s’il existe bien deux secteurs avec des spécialistes, chaque agent est amené à servir tous les publics. Depuis mars 2009, des espaces numériques (adulte et jeunesse) sont à la disposition du public (douze ordinateurs pour les enfants et dix pour les adultes). Quatre collègues ont des formations de base en informatique ou infographie et maîtrisent particulièrement bien les nouvelles technologies. Des initiations à l’informatique sont proposées au public et les ressources numériques sont accessibles sur place ou à distance. La médiathèque est particulièrement bien pourvue en méthodes de langues et en méthodes de français. Une sitothèque permet aux usagers d’accéder à des sites par thèmes qui correspondent à une politique documentaire plus globale de l’établissement.

3Le CADA a pour missions d’accueillir et d’héberger les demandeurs d’asile, de leur assurer un accompagnement administratif, social et médical et de gérer leur sortie du centre (notamment dans le cas où ils sont déboutés de leur demande d’asile). Le CADA de Boissy-Saint-Léger a ouvert ses portes en 2006 et est intégré à un foyer (ADOMA). Les durées des séjours varient de neuf jours à plus de trois ans avec une moyenne de dix-huit mois. En 2010, 47 % des demandes de statut de réfugié ont été rejetées. Les demandeurs d’asile accueillis à Boissy viennent majoritairement d’Afrique et en particulier de Guinée (50 %). La majorité des demandeurs ne sont pas francophones.

LA MÉDIATHÈQUE ET LE CADA

4Le CADA et la médiathèque, situés à proximité l’un de l’autre, nouent depuis 2006 un partenariat privilégié s’appuyant sur une documentation spécifique en méthodes de FLE (français langue étrangère) et d’alphabétisation. Cette collection favorise une fréquentation importante des demandeurs d’asile et, dans une moindre mesure, des mineurs isolés provenant du Centre d’accueil et d’orientation pour mineurs isolés demandeurs d’asile (CAOMIDA). Un accord permet aux résidents d’accéder gratuitement et individuellement à nos ressources.

5En mars 2009, à l’ouverture des espaces numériques, les bibliothécaires ont été « submergés » par les demandes émanant des résidents du CADA. Les bibliothécaires, qui dans leur « milieu naturel » (au cœur de 60 000 ouvrages) étaient tout à fait à l’aise, l’étaient nettement moins dans un « milieu hostile » (entourés d’ordinateurs, dont ils avaient néanmoins conçu « le contenu ») et espéraient en silence que personne ne viendrait leur poser de questions. Aussi, lorsque la question émanait d’un Tibétain ni francophone ni anglophone, ils étaient désorientés. Il était alors impératif de prendre contact avec le CADA pour qu’ils relaient les informations sur ce nouveau service auprès de leurs résidents. Mais l’incommunicabilité restait prégnante : les résidents cherchaient à contacter et à communiquer avec leurs proches dans des pays souvent en conflit, tandis que la médiathèque érigeait des règles strictes pour éviter les débordements. La médiathèque s’est trouvée face à un besoin d’exposer les règles d’usage des espaces numériques dans une langue commune pour éviter les incompréhensions.

6Les conditions d’adaptation du personnel sont dans ce contexte une condition sine qua non : réunions, concertations ont permis de trouver ensemble des solutions. Les connaissances linguistiques (anglais, espagnol et arabe) de l’équipe habituellement peu au centre des activités ont été mises en avant et ont permis d’échanger avec ce nouveau public. De plus, les « petites » médiathèques trouvent parfois des ressources que les grandes n’ont pas et les bibliothécaires ont demandé à une lectrice, autrefois utilisatrice de la section jeunesse et aujourd’hui professeur d’anglais, de traduire notre nouvel outil de communication sur le règlement : la charte multimédia. Une boîte du chocolatier local l’en a remerciée. Cette multimedia rules présentée à chaque inscription, a permis de poser le cadre réglementaire de la médiathèque. En quelques semaines, chacun a trouvé sa place et les résidents ont pu créer une adresse électronique, communiquer avec leurs familles et leurs proches, consulter les actualités dans les journaux étrangers, se former au français…

UNE COOPÉRATION INTERNATIONALE DE PROXIMITÉ

7Le partenariat BSF – CADA – Médiathèque a démarré en 2009, lorsqu’Anna Soravito de l’organisation non gouvernementale Bibliothèques sans frontières (BSF) a présenté le programme « Regards sur le Monde » à la médiathèque. Si BSF s’attache à faciliter l’accès au savoir au sein même des pays en voie de développement, elle s’engage également en France en direction des personnes en situation précaire. Le programme « Regards sur le monde » en partenariat avec les CADA de Gargenville (78), Beauchamp (95) et enfin Boissy-Saint-Léger, a pour objectif la mise en place d’espaces bibliothèques dans ces structures. L’identification des besoins a été effectuée par BSF et les équipes des CADA en partenariat avec des étudiants bibliothécaires de la promotion 2008-2009 de l’IUT Paris Descartes, via la diffusion d’un questionnaire et des discussions avec les résidents et équipes des centres. Cette méthode consultative a permis d’intégrer, dès le démarrage, les résidents dans la mise en place du programme.

8Ces bibliothèques sont constituées d’un fonds de départ de 700 ouvrages et contenus multimédia, en langue française et en diverses langues des pays d’origine des résidents ainsi que des ouvrages d’apprentissage du français. Afin de soutenir l’édition dans les pays d’origine des résidents et de proposer des ouvrages correspondant aux besoins des demandeurs d’asile, des acquisitions ont été effectuées auprès d’éditeurs étrangers et dans des librairies spécialisées parisiennes. Les collections des bibliothèques ont été informatisées (dans le logiciel libre de gestion de bibliothèque Pour ma bibliothèque, PMB) et un catalogue commun des trois bibliothèques a été créé afin de permettre, dans le futur, des rotations d’ouvrages en fonction des nationalités des demandeurs d’asile majoritaires dans les CADA. Afin d’assurer le bon fonctionnement et la pérennité de ces bibliothèques, BSF a formé les équipes d’animation des CADA et les résidents souhaitant s’impliquer dans le projet à la gestion de base d’une bibliothèque et du système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB). Souhaitant compléter cette formation technique par une formation plus large sur les bibliothèques, BSF a contacté notre médiathèque. Mais n’en ayant pas les moyens humains, nous avons donc proposé une alternative : l’accueil d’une résidente ainsi que d’une intervenante sociale du CADA en stage dans notre établissement. Notre établissement a déjà une politique très volontariste dans ce domaine et l’équipe est habituée à accueillir en stage des étudiants, des bénévoles et intègre également des personnes dans le cadre de travaux d’intérêt général.

9Il s’agissait principalement de proposer à la résidente-stagiaire comment traiter, gérer et communiquer les collections de sa future « petite bibliothèque » d’environ 1 000 ouvrages, mais aussi de se familiariser avec l’organisation générale d’une médiathèque, les termes bibliothéconomiques, et les collections correspondant aux besoins du CADA, notamment les méthodes de français et les ressources en langue étrangère. Ce stage pratique alternait entre découverte d’un milieu professionnel et expérimentation pratique des techniques à l’œuvre en bibliothèque : de l’équipement d’un ouvrage à son catalogage. La troisième journée était centrée sur le service au public (qu’il s’agisse du prêt, de la recherche dans le catalogue ou du rangement des livres), diverses activités permettant à l’usager d’avoir un accès réel aux collections. La stagiaire était extrêmement curieuse de notre façon de faire, en particulier sur la question de la sélection des ouvrages et notamment des ouvrages de fiction.

10Un bilan positif de l’expérience est aujourd’hui possible. Les bibliothécaires de Boissy sont retournées visiter la bibliothèque du Centre. L’espace est accueillant et doté de trois ordinateurs connectés à Internet et compte 1 000 ouvrages dans les thématiques suivantes : démarches administratives, découverte de la France, outils d’apprentissage du français, romans français ou en version originale dans leur langue d’origine. Autre conséquence de ce partenariat, notre stagiaire, forte de cette expérience, a trouvé un emploi aux Archives départementales. De nouveaux projets sont en cours et le CADA de Boissy et BSF se proposent aujourd’hui de former les animateurs des Centres pour impliquer davantage les résidents dans les activités mises en place autour de la bibliothèque.

11Mais tout l’enjeu de ce projet tourne aujourd’hui autour de sa pérennisation. Les résidents sont, de fait, de passage et les formations dispensées doivent être transmises à d’autres sans perdre de leur qualité. Si la médiathèque de Boissy-Saint-Léger reste disponible pour accueillir en stage des résidents ou personnel du CADA, il serait cependant utile de produire des outils de formation ainsi qu’une plaquette multilingue permettant aux résidents motivés de prendre en charge l’organisation et l’animation de ces lieux et la mise à jour des collections.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540