Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie II. Panorama d'actions : agir en France, agir à l'étranger

1. La coopération des bibliothèques allemandes, suisses et françaises dans l'espace du Rhin Supérieur

Suzanne Rousselot

Texte intégral

L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait. (Jean Monnet)

1C’est sans doute dans les marges, ou sur les marches, ces régions situées aux frontières, que ces « réalisations concrètes » sont les plus faciles et les plus évidentes à mettre en œuvre. Dans la région du Rhin supérieur, au carrefour de deux sphères culturelles importantes en Europe, les échanges transfrontaliers* se sont très progressivement remis en place après la césure des années de guerre. La coopération entre les bibliothèques de lecture publique ne date, elle, que des années 1990. Cette année-là, le directeur de la Fachstelle für das öffentliche Bibliothekswesen de Freiburg1 en Allemagne (État du Bade-Wurtemberg) est venu rencontrer son homologue de la Bibliothèque départementale de prêt (BDP) du Haut-Rhin pour s’informer sur les bibliothèques alsaciennes. La conclusion de la rencontre fut d’envisager un rapprochement entre bibliothèques allemandes et françaises.

DE L’INITIATIVE PERSONNELLE À LA CONFÉRENCE TRIPARTITE DU RHIN SUPÉRIEUR : 1990-2011

2Du côté alsacien, l’initiative fut appréciée du conseil général du Haut-Rhin, tutelle de la BDP, alors soucieuse de promouvoir le bilinguisme et l’identité alémanique de la région, qui accepte une rencontre à l’Écomusée de Haute Alsace, à laquelle sont également conviés des représentants des bibliothèques suisses. La rencontre donne naissance à un groupe de coopération, qui s’appellera Biblio 3, pour Bibliothèques des trois pays. Dans un premier temps, des voyages de découverte en bus sont proposés par la BDP et la Fachstelle dans les bibliothèques des trois pays, tant auprès des bibliothécaires que de quelques élus et directeurs de la culture. Ces rencontres permettent de comparer les manières de travailler et de se connaître, étape indispensable pour une bonne coopération ; l’initiative rencontre un grand succès.

3Bientôt la question d’un fonctionnement plus structuré se pose : la création d’une association internationale, envisagée dans un premier temps, est complexe. Il est donc simplement décidé qu’un président serait élu pour 2 ans par les bibliothèques présentes aux réunions. Ce président pourrait organiser les réunions, coordonner les actions, et représenter le groupe si nécessaire. C’est après quelques années de fonctionnement que le directeur de la culture du Regierungspräsidium de Freiburg propose d’inscrire Biblio 3 en tant que « Groupe d’experts bibliothèques » au sein de la « Commission culture de la Conférence tripartite du Rhin supérieur ». Cette conférence interétatique entre la France, l’Allemagne et la Suisse constitue le cadre institutionnel de la coopération transfrontalière dans le Rhin supérieur. Une quarantaine de groupes d’experts y est répertoriée, qui travaille dans différents domaines, dont la culture. Le fonctionnement de ces groupes est libre, seul un rapport d’activités annuel est demandé.

LE FONCTIONNEMENT ACTUEL

4Biblio 3 accueille tous les bibliothécaires intéressés dans l’espace méridional du Rhin supérieur, soit du nord de la Suisse, de l’arrondissement de Breisgau-Hochschwarzwald (domaine de compétence de la Fachstelle de Freiburg) en Allemagne et du Haut-Rhin (domaine de compétence de la BDP68). Biblio 3 rassemble aujourd’hui entre trente et quarante bibliothèques selon les projets. L’expérience a montré que la proximité est indispensable pour permettre un fonctionnement efficace, c’est pourquoi Biblio 3 ne regroupe pas les bibliothèques de l’ensemble du territoire du Rhin supérieur. Tous les deux ans, un président est élu par les bibliothécaires présents aux réunions. Il est alternativement suisse, allemand, français. Le président établit le rapport annuel pour la Conférence du Rhin supérieur, envoie les invitations aux réunions, qui, elles aussi, se déroulent dans les trois pays à tour de rôle, établit les ordres du jour. Un comité de coordination composé par la BDP, la Fachstelle, et les deux bibliothèques cantonales suisses, impulse les projets. Chacun de ces quatre établissements est aussi référent pour les bibliothèques de son pays (ou de son canton en Suisse). Des groupes de travail rassemblent ensuite les personnes intéressées par la mise en œuvre d’un projet particulier. Les langues employées sont l’allemand et le français, même si la présence plus importante de germanophones tend à une plus grande utilisation de la langue allemande. Une traduction immédiate est toujours possible.

LES ACTIONS : FORMATION, PROMOTION, BILINGUISME, SERVICES TRANSFRONTALIERS…

5Différents types d’actions sont mis en œuvre, les unes sont dirigées vers les publics, les autres vers les bibliothécaires et leurs tutelles. L’organisation commune de manifestations autour d’un thème permet de concrétiser l’idée d’un réseau des bibliothèques par-delà les frontières pour le public et pour les professionnels.

Actions de formation et d’information

6L’objectif est de permettre les échanges entre professionnels et de faire connaître les bonnes pratiques réciproques. Des journées d’études et deux colloques internationaux ont été organisés. Ces colloques font appel à des intervenants de toute l’Europe, interrogent le futur des bibliothèques et présentent des visions d’avenir. La traduction simultanée en français et en allemand est proposée aux participants. Ces journées d’études, ainsi que les réunions de Biblio 3, sont complétées par des visites de bibliothèques récentes. Ainsi, la bibliothèque écologique de Liestal, pionnière depuis quelques années, a suscité de nombreuses visites, y compris d’architectes, de programmateurs et d’élus, et les bibliothécaires de Liestal sont intervenus en France et en Allemagne à l’initiative de Biblio 3. Par ailleurs, les bibliothèques accueillent des stagiaires des autres pays, enrichissant ainsi leur connaissance du métier.

Actions en direction des tutelles et des institutions

  • 2 < http://www.oberrheinkonferenz.org/fr/themes-et-projets/culture/projets/biblio-3/ >.

7L’objectif est de promouvoir les bibliothèques et de les faire mieux connaître et reconnaître dans le paysage institutionnel. Archimedia, une exposition itinérante réalisée à la fin des années 1990, avec le concours des architectes, avait permis de faire connaître, par-delà les frontières, les dernières réalisations en matière de bibliothèque. L’exposition a circulé dans les trois pays, et a permis d’organiser des soirées débat avec les architectes et les représentants des tutelles sur les bibliothèques et leurs espaces. Un guide des bibliothèques dans la Regio a été édité et distribué dans les trois pays. Enfin, une page Internet sur le site de la commission tripartite renvoie vers une adresse de contact2 dans chaque pays.

Actions en direction des publics

  • 3 Interreg est un programme européen de subventions accordées à des projets transfrontaliers. Ces sub (...)

8L’objectif est de promouvoir la connaissance des voisins et de soutenir les échanges transfrontaliers par la fourniture d’informations ainsi que de documents et de manifestations facilitant le bilinguisme français-allemand. Il est aussi de faire naître ou de consolider un sentiment d’appartenance commune à l’espace transfrontalier rhénan et à l’Europe, pardelà les frontières. La mise en place de « régiothèques » dans un certain nombre de bibliothèques associe le fonds régional et des informations pratiques sur la région (guides de randonnées, annuaires divers, programmes culturels, calendriers de festivités, horaires des transports en commun…) et la presse régionale des trois pays. La mise à jour des régiothèques est organisée par l’envoi régulier des nouvelles parutions par une bibliothèque d’un pays vers les deux autres. Des partenariats permettent l’échange régulier de fonds documentaires, permettant ainsi aux usagers d’avoir accès à des documents dans la langue du voisin. Les communes de Freiburg et de Mulhouse échangent même leurs bibliobus une fois par mois. Des bibliothèques voisines reconnaissent mutuellement les cartes de lecteurs de pays différents, ainsi font les communes de Rheinfelden en Suisse, et Rheinfelden en Allemagne qui ont aussi un catalogue commun. Cyberregio et Cooltour ont été des projets menés en commun entre des bibliothèques et des collèges de part et d’autre des frontières. Bénéficiant d’un financement Interreg3, ces projets avaient pour ambition d’initier les jeunes à la recherche documentaire sur le thème de la région transfrontalière et de créer ensemble un site Web sur la thématique. Il a associé les collèges et bibliothèques de quatre communes françaises, deux communes allemandes et deux suisses. Des rencontres, des excursions communes et le travail commun sur le site ont créé des liens durables entre enseignants, bibliothécaires et élèves des trois pays.

Un concours photo et une exposition

9Un concours de photos proposé aux usagers des bibliothèques a permis de primer les meilleurs clichés de situations de lecture et d’organiser une exposition « lire sans frontières – lesen grenzenlos » présentée successivement dans toutes les bibliothèques qui le souhaitaient. En 2011, quelque 30 bibliothèques ont décliné ensemble le thème « Énergie, l’ère du changement – Energiewende ? » à travers des conférences, des films documentaires, des débats, des soirées contées, des lectures. Une affiche et un dépliant communs distribués dans les trois pays, la circulation d’intervenants par-delà les frontières ont renforcé le sentiment d’un même espace de vie et fait prendre conscience de problématiques communes. Un concours de dessins « Dessine-moi l’énergie du futur », proposé aux jeunes jusqu’à 18 ans, a donné lieu à une exposition virtuelle et à une remise de prix rassemblant les lauréats des trois pays et leurs familles, et permettant aux élus de s’exprimer sur la thématique et sur l’Europe. Les familles présentes ont salué cette occasion d’un déplacement « officiel » dans le pays voisin et la mise à l’honneur « internationale » de leurs enfants.

PROJETS FUTURS ET QUESTION DU FINANCEMENT

10Forts du succès de la manifestation de 2011 auprès du public, les bibliothécaires présents à la réunion de bilan ont souhaité renouveler une grande manifestation en 2013. Le thème toucherait à l’habitat et à l’architecture écologiques et déjà 12 collègues se sont inscrits au groupe de travail. La question d’une carte de lecteur commune pour la région a été discutée à maintes reprises. Comme il existe un « Pass musées » donnant accès aux musées de l’ensemble du Rhin supérieur, l’idée semblait séduisante. Il semble cependant aléatoire que le public se déplace dans les bibliothèques comme il le fait dans les musées, en raison notamment de la contrainte du retour des documents. Quant au portail commun d’accès aux catalogues, autre idée souvent débattue, le retour d’expériences quant aux catalogues de chaque région montre que l’utilisation en lecture publique n’est pas si répandue. Enfin, la question du financement de ce type de prestations se pose de façon aiguë. En effet, Biblio 3 ne dispose d’aucun moyen financier en tant que groupe d’experts. Les actions menées jusqu’ici ont été menées grâce à l’engagement personnel des bibliothécaires, qui s’investissent dans les actions transfrontalières en plus de leurs tâches habituelles. Le financement des opérations est pris en charge par les différentes bibliothèques ou par du mécénat, possible pour les bibliothèques suisses notamment. Seules des opérations comme Cooltour ou Cyberregio ont pu bénéficier de financements Interreg. Encore faut-il qu’un porteur de projet accepte de réaliser et de porter un dossier de demande de subvention, une opération très chronophage et pas forcément couronnée de succès.

11La coopération transfrontalière dans l’espace du Rhin supérieur progresse parce qu’elle représente un enrichissement pour les bibliothécaires, du point de vue de leurs pratiques professionnelles, mais aussi de leur culture personnelle et de leur usage pratique de la langue du voisin. Pour les bibliothécaires et leurs publics, elle représente une ouverture et une incitation accrue à la fréquentation de leurs voisins et des cultures voisines.

Notes

1 Centrale technique d’État pour les bibliothèques publiques : < http://www.fr.fachstelle.bib-bw.de >.

2 < http://www.oberrheinkonferenz.org/fr/themes-et-projets/culture/projets/biblio-3/ >.

3 Interreg est un programme européen de subventions accordées à des projets transfrontaliers. Ces subventions sont accordées pour les projets réunissant au moins deux partenaires de part et d’autre d’une frontière européenne.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540