Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie I. Découvrir, partager et se retrouver

4. Confronter des pratiques : un exemple de collaboration sur le thème du rôle des bibliothèques dans la cohésion sociale

Annie Dourlent

Texte intégral

2009 : CRÉATION DU SERVICE COOPÉRATION ET RELATIONS INTERNATIONALES À LA BPI

  • 19 Voir l’article d’Annie Dourlent : « Relations internationales et formation professionnelle : le rôl (...)

1Avant de détailler cet exemple, il convient de le resituer dans le contexte du développement des relations internationales à la Bibliothèque publique d’information (Bpi). Celle-ci a signé des conventions, accords-cadres de partenariat*, avec quelques grandes bibliothèques étrangères : la Zentral und Landesbibliothek (ZLB, Berlin), la Bibliothèque des littératures étrangères (Moscou), la Bibliotheca Alexandrina (Alexandrie), la Queen’s Borough Public Library (New York), la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ, Montréal), enfin, dernière convention établie en 2009, la Bibliothèque publique de l’État de Rio de Janeiro. Toutes ces conventions comportent un volet d’accueil des collègues étrangers pour des stages au sein de la Bpi, ainsi que l’accueil réciproque de collègues de la Bpi dans les bibliothèques partenaires19. Mais elles portent aussi, selon les cas, sur la promotion des ressources francophones à l’étranger, des conseils mutuels sur les ressources électroniques, la coproduction de colloques ou journées d’étude, enfin des collaborations sur des services comme les questions-réponses à distance ou sur des thématiques comme l’intégration sociale, autant de domaines où il s’agit soit de partager des expériences et des réflexions, soit de développer ensemble des actions.

2Il convient de rappeler que la Bpi conduit également des actions de coopération au niveau national dans ses domaines d’excellence. Citons par exemple le catalogue national des films documentaires, la Mission Lecture Handicap, le service de questions-réponses à distance BiblioSésame, les études de publics et de sociologie de la lecture et des bibliothèques, les services d’autoformation, le Consortium d’achat des ressources électroniques en ligne (Carel) ou encore les projets à venir de Web-magazine. Au-delà des services proposés comme des prestations (par exemple, l’achat ou le téléchargement de films documentaires sélectionnés dans le catalogue national) il s’agit, dans la plupart des cas, de collaborer entre bibliothèques pour co-construire de nouveaux services (BiblioSésame) ou des services à destination de public spécifiques (Mission Lecture Handicap).

3Pour développer des synergies entre les deux niveaux, national et international, il a été décidé en 2009 de rapprocher les deux services promouvant la coopération entre bibliothèques à la Bpi : le service des relations internationales et la Mission action territoriale. Et, pour première action commune, le nouveau service « Coopération et relations internationales » a monté en 2009 un projet franco-allemand sur un thème prioritaire pour la Bpi : « le rôle des bibliothèques dans la cohésion sociale ».

UN DOUBLE VOYAGE D’ÉTUDE ET UN ATELIER DE TRAVAIL

4Depuis plusieurs années, la Bpi organise annuellement un voyage d’étude à l’étranger qui associe des agents de la Bpi et des bibliothécaires territoriaux, sur une thématique particulière. Les collègues qui en ont bénéficié ont toujours beaucoup apprécié ces visites, ces opportunités de découvrir d’autres pratiques et l’enrichissement professionnel que cela représentait pour eux. Mais le souhait d’inscrire ces échanges dans la durée a conduit à imaginer un programme comprenant outre le voyage d’étude à l’étranger, le voyage réciproque des collègues en France et un atelier de travail en commun. Ce programme a été élaboré par la Bpi en collaboration avec le BID20, inter-association allemande qui fédère toutes les associations professionnelles de bibliothèques et de centres de documentation, et le Goethe-Institut de Paris. Le thème choisi, qui apparaissait aux organisateurs à la fois prioritaire et fédérateur dans un contexte européen, a donc été la question de la place des bibliothèques dans la cité et de leur rôle pour maintenir et promouvoir la cohésion sociale. La Bpi jugeait également intéressant de tisser des liens dans un pays au rôle important au sein de l’Europe, et moins observé par les bibliothécaires français que les pays scandinaves ou les Pays-Bas, très visités ces dernières années, aussi bien par la Bpi que par diverses associations professionnelles.

5Les bibliothèques retenues pour ce projet conduisaient bien évidemment des actions sur ce thème, et ce sont les collègues en charge de services liés aux questions de cohésion sociale qui ont participé à l’atelier et au voyage : en France, outre la Bpi, les bibliothèques de Bordeaux, Cergy-Pontoise, Melun, Paris, Rennes, en Allemagne, les bibliothèques de Berlin, Bochum, Brême, Cologne, Hambourg, Stuttgart. Sans oublier la participation ponctuelle d’un collègue de la Queen’s Borough Public Library (New York), alors en stage à la Bpi.

6En octobre 2009, deux journées d’échange ont eu lieu à Paris, où les collègues des deux pays ont présenté, à l’ensemble des participants, leurs établissements et les services chargés de l’autoformation et de la formation professionnelle, de l’emploi, de la vie pratique, ainsi que des actions conduites en direction de publics tels que les migrants, ou plus généralement les publics en difficulté. Ces deux journées ont été suivies d’un voyage d’une semaine dans les cinq bibliothèques allemandes. Le voyage retour des collègues allemands, initialement prévu en 2010, a dû être reporté pour des raisons budgétaires et a eu finalement lieu en mars 2011, dans une formule réduite à 3 jours, les visites s’étant limitées à Cergy-Pontoise, Melun et Rennes, avec un temps d’atelier à la Bpi.

7Sans entrer dans les détails, puisqu’il s’agit moins ici de faire le point sur la thématique que de présenter la construction d’une réflexion commune, les axes de travail étaient les suivants :

  • les services « recherche d’emploi et orientation professionnelle » ;

  • les espaces et services d’autoformation ;

  • les services aux communautés.

  • 21 < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.

8Le voyage d’étude a aussi attiré l’attention des bibliothécaires français sur l’accueil des adolescents et des jeunes adultes, à qui des espaces spécifiques sont consacrés dans plusieurs des bibliothèques allemandes visitées. Enfin, d’une manière générale, c’est la question du positionnement de la bibliothèque dans la cité qui a été au centre de la réflexion : la volonté de s’inscrire dans la vie locale et citoyenne, d’orienter actions, services et collections de la bibliothèque sur les besoins des usagers, de développer la médiation en s’appuyant sur des partenariats. Une synthèse de ce premier temps de travail est disponible sur le site de la Bpi21.

FRANCE-ALLEMAGNE : DE L’INTÉRÊT DE CONFRONTER LES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

  • 22 Yoann Bourion, « La bibliothèque comme lieu de cohésion sociale : compte rendu du voyage d’étude en (...)

9Cela peut sembler une évidence, mais il faut redire que la confrontation des expériences, des points de vue, des choix dans la mise en œuvre de ces services dans les bibliothèques participantes a été extrêmement riche et a pu infléchir des pratiques. Les préoccupations d’inscrire la bibliothèque dans un projet citoyen étaient partagées, mais les contextes culturels connaissaient bien sûr des différences, et la conception du rôle des bibliothèques différait bien : les bibliothèques allemandes visitées mettaient davantage l’accent sur l’adaptation du service aux usagers, sur des groupes ciblés, au centre de leurs projets, avec une conception élargie du rôle de la bibliothèque, par exemple pour aider à l’intégration des « primoarrivants », en proposant des ateliers de conversations, des rencontres « multiculturelles » autour de la lecture des journaux, etc. Yoann Bourion, de la bibliothèque municipale de Bordeaux a participé à l’échange franco-allemand et rend compte ainsi de la comparaison des pratiques22 : « Une conception plus large des missions des bibliothécaires… Les activités sociales peuvent paraître surprenantes, à nous bibliothécaires français… Les modes de recrutement sont différents et certaines bibliothèques peuvent engager des personnes au profil “alphabétisation”. De plus, les bibliothèques allemandes, même de grandes villes, ont une culture “bénévoles” que nous n’avons pas en milieu urbain… Les bibliothèques cherchent des financements nouveaux. Les sociétés privées ne financent pas l’activité principale mais plutôt des opérations particulières, voire des réhabilitations de bâtiment. Notons que ce type de mécénat est courant en Allemagne, notamment depuis la réunification : des sociétés privées aident des services publics à rattraper le retard en ex-Allemagne de l’Est… et de nombreuses activités liées à l’intégration des populations immigrées sont “sponsorisées” ».

10À ce stade, il est important de souligner l’intérêt, dans cet échange, de la comparaison/confrontation de pratiques dans des bibliothèques qui, tout en ayant des contextes, et des approches différents, n’étaient cependant pas très éloignées les unes des autres en terme de moyens. Yoann Bourion dit à ce sujet : « Les bibliothèques publiques allemandes ne diffèrent pas tant que ça des nôtres ; nous n’avons pas ressenti un “fossé” (cf. bibliothèques scandinaves) ; la plupart d’entre elles connaissent des difficultés financières ou de rénovation de locaux. Bien que de manière générale l’approche gestionnaire de la bibliothèque soit plus libérale que chez nous (tarifs, mécénats, best-seller, etc.), nous pouvons dire que la satisfaction de l’usager, “du client” n’est jamais perdue de vue… »

LES RÉSULTATS DU PROJET

11À la Bpi, ce projet franco-allemand a relancé la réflexion sur les services ciblés à mettre en place, et a sans nul doute joué un rôle dans la mise en place d’ateliers de conversation à l’espace autoformation, en français, puis en anglais et en espagnol. Le rôle des bibliothèques dans la cohésion sociale étant un axe prioritaire, un groupe de travail s’est mis en place, associant tous les services concernés – qui avaient participé au projet franco-allemand – et abouti à des propositions de nouveaux services à proposer ou à développer : on peut citer par exemple le partenariat avec France Terre d’asile, qui assure désormais une permanence à la Bpi pour aller au-devant des publics migrants. Ce groupe de travail Bpi est aussi allé, pour alimenter sa réflexion, visiter la bibliothèque de Rennes-métropole « Les Champs libres », qui participait au projet franco-allemand, et tout particulièrement l’espace « Vie du citoyen ». Et, lorsque les collègues allemands sont venus au printemps 2011, la Bpi a organisé un temps d’atelier pour partager avec eux les évolutions qu’avait favorisées la réflexion commune.

  • 23 La difficulté de traduction en français vient des approches différentes des termes « communauté », (...)
  • 24 . < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.
  • 25 Voir la présentation réalisée par la Bibliothèque départementale du Val d’Oise : < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.

12En 2010, il a été décidé de poursuivre la réflexion en centrant le voyage d’étude 2011 sur le même thème, avec la participation à un pré-séminaire du congrès de l’IFLA à Malmö “Building strong communities : unleashing the potential of public libraries to build community capacity, engagement and identity”, Bâtir des communautés citoyennes fortes : développer le potentiel des bibliothèques publiques à renforcer les capacités, l’engagement et l’identité citoyenne des communautés »23. La Bpi a d’ailleurs présenté lors de ce séminaire le workshop franco-allemand ; au-delà de la thématique présentée, c’est la volonté de travailler ces questions en confrontant les approches dans plusieurs pays qui a éveillé un intérêt particulier chez les participants. Le séminaire comprenait des visites de bibliothèques en Suède, qui ont été complétées pour le groupe français par une journée à Copenhague, centrée sur la visite de deux bibliothèques de quartiers, tout à la fois « centres d’apprentissage », « centres communautaires », « espaces de temps et de dialogue »… Tout un programme !24 Les bibliothèques participant à ce deuxième voyage d’étude étaient les bibliothèques municipales de Brest et de Grenoble, et pour le département du Val d’Oise, la bibliothèque départementale et une bibliothèque représentant l’association « Cibles 95 », qui regroupe les bibliothèques municipales de ce département. L’objectif pour la Bpi, en associant sur un département à la fois l’échelon départemental et l’échelon municipal (ou intercommunal) était de permettre d’alimenter une réflexion collaborative sur un territoire… et l’objectif est atteint puisque la bibliothèque départementale du Val d’Oise (BDVO) a largement répercuté le contenu du séminaire dans des journées d’étude ou de formation25 départementales. D’autres suites ont été données à ce projet franco-allemand : la bibliothèque de Hambourg avait en projet la création d’un espace d’autoformation, et les deux collègues en charge de ce projet sont venus visiter les espaces autoformation de la Bpi et de la Bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie, et échanger avec leurs homologues parisiens pour alimenter leurs réflexions. L’espace est désormais ouvert à Hambourg, et, en janvier 2012, ce sont les bibliothécaires de la Bpi qui, prévoyant désormais de restructurer l’espace dans le cadre de son projet d’établissement, seront allés voir la réalisation de leurs collègues de Hambourg.

13Les deux groupes de réflexion se sont rejoints lors du voyage retour des collègues allemands, sur le territoire du Val d’Oise. La Bibliothèque d’étude et d’information (BEI), bibliothèque intercommunale, avait participé au premier échange et la Bpi souhaitait donc la faire visiter à nos collègues allemands. Mais au-delà de cette visite, il a semblé pertinent d’organiser une séance de travail regroupant, autour de nos collègues allemands, la BEI mais aussi des participants au deuxième échange en Scandinavie, la BDVO et les bibliothèques municipales du Val d’Oise : le projet d’annexe de la bibliothèque municipale de Cergy-Pontoise, intégrée dans un équipement polyvalent à dimension sociale, a été présenté et un atelier a été organisé pour échanger des points de vue. De cet atelier, on retiendra par exemple une discussion sur les tarifs et la gratuité. Celle-ci était fortement défendue par les collègues français, alors que ce n’était pas un axe de réflexion pour les collègues allemands ; les bibliothèques allemandes pratiquent toutes les inscriptions payantes, voire la tarification de certains services… Comparaison intéressante, qui nous a même amenés à poser la question du faible taux d’inscription dans les bibliothèques allemandes visitées, alors même qu’elles connaissent visiblement une bonne fréquentation en termes de visites. La question de la tarification parfois élevée des services n’est-elle pas en cause ?

CONSTRUIRE DES OBJECTIFS POUR MAINTENIR LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

14Au final, une dizaine de bibliothèques françaises, et six bibliothèques allemandes ont travaillé sur cette thématique, et, à la Bpi, comme dans les bibliothèques françaises participant à l’échange, les bibliothécaires ont pu questionner leurs propres pratiques, les conforter ou les faire évoluer. Des documents ont été produits, articles, présentations, comptes rendus, synthèse : ces documents sont disponibles sur le site de la Bpi, sur le site de la BDVO ou au sein des bibliothèques participantes… La Bpi a pour objectif de poursuivre la réflexion, de la mettre à jour, de la garder vivante, mais il ne faut pas nier les difficultés à entretenir la réflexion en commun entre les jalons que constituent les rencontres et les visites entre partenaires. Sans objectif précis, comme une publication ou une journée d’études, les participants ont souvent du mal à consacrer du temps à entretenir l’échange.

15Deux projets sont en cours pour continuer la réflexion en commun :

  • une journée d’étude à la bibliothèque municipale de Grenoble en 2012, pour restituer les contenus accumulés, faire échanger les différents collègues français ayant participé au travail, tout en donnant une dimension régionale à cette journée ;

  • la mise en place d’un blog sur le rôle des bibliothèques dans la cohésion sociale, auquel tous les participants seraient invités à collaborer, notamment en mettant à jour la documentation sur les services qu’ils font évoluer, les nouveaux programmes. Il reste à assurer la disponibilité d’un « animateur de communauté » pour ce blog, que la Bpi souhaiterait bien évidemment élargir au maximum pour l’enrichir d’autres expériences françaises, et pourquoi pas étrangères…

16C’est sur ce souhait de disposer d’un outil d’échange pour continuer la réflexion en commun que cet article se conclura. Loin de poser cette expérience en modèle, la Bpi souhaitait témoigner, en son nom mais aussi au nom des participants aux différentes phases du projet, de l’enrichissement professionnel que permet la confrontation des pratiques, des projets, des expériences au-delà des frontières géographiques et culturelles.

Notes

19 Voir l’article d’Annie Dourlent : « Relations internationales et formation professionnelle : le rôle de la Bpi », p. 136.

20 Bibliothek und Information Deutschland : < http://www.bideutschland.de/ >.

21 < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.

22 Yoann Bourion, « La bibliothèque comme lieu de cohésion sociale : compte rendu du voyage d’étude en Allemagne ». [En ligne] < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cohesion_sociale/le_role_des_bibliotheques.html >.

23 La difficulté de traduction en français vient des approches différentes des termes « communauté », dont découle aussi une perception différente du positionnement des bibliothèques.

24 . < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.

25 Voir la présentation réalisée par la Bibliothèque départementale du Val d’Oise : < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/cooperation/cooperation_internationale/seminaires_internationaux.html >.

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540