Version classiqueVersion mobile

Jouer en bibliothèque

 | 
Julien Devriendt

Partie 2. Acquérir, valoriser

Les Ludo’malles de la médiathèque départementale du Puy-de-Dôme : un outil léger pour un autre regard sur les bibliothèques

Solenne Waszak

Texte intégral

À l’origine des Ludo’malles

1Dans le cadre de l’étude réalisée en 2010 pour le second Schéma de la lecture publique, la question de l’ouverture d’un service « Ludothèque » se pose à la médiathèque départementale (MD 63)1, à l’image de la bibliothèque départementale de prêt (BDP) du Cantal ou de bibliothèques-ludothèques du territoire. Les ludothèques fleurissent un peu partout dans le paysage culturel à cette période, stimulant une demande croissante. Le projet est néanmoins vite abandonné en raison de sa lourdeur, au profit de la création d’outils plus légers intégrant le jeu, au même titre que les tapis d’animation, expositions, et autres supports d’animation prêtés aux bibliothèques du réseau, dont le succès et la facilité d’utilisation ne se démentent pas.

Pourquoi des malles de « jeux » ?

2Le « jeu » fait son entrée au catalogue sous le terme de « Ludo’malle », avec pour objectif de :

  • créer un outil de dynamisation, participant de la mission des bibliothèques d’être des lieux de rencontres, créatrices de lien social, par le biais d’un nouveau type de supports d’animation accessible ;
  • poursuivre le développement d’une action culturelle sans lien direct avec les collections, contribuant à une nouvelle perception des lieux dédiés à la lecture et, plus largement, à une offre culturelle ;
  • attirer, de fait, un public nouveau autour d’activités ludiques, conviviales et favorisant la mixité des générations.

3En mai 2011, afin d’évaluer la pertinence du projet, une enquête en direction des bibliothèques du réseau est lancée par la MD 63.

Un diagnostic de territoire, vers une réponse adaptée

4Le résultat de l’enquête envoyée aux bibliothèques empruntant déjà des supports d’animation à la MD 63 est indubitablement positif. Elles sont très favorables à cette ouverture au jeu. Du côté des publics potentiels, les réponses sont variées : du jeune public aux adolescents ou aux jeunes adultes, en passant par l’intergénérationnel et le familial, tous les publics sont représentés.

5Une partie de l’enquête cherche aussi à comprendre dans quelle proportion les bibliothèques jugent plutôt pertinent de prêter des jeux à leurs publics ou d’animer des séances à partir de jeux. Et c’est bien le soutien à la mise en place d’animations et non l’emprunt, qui prime largement.

6Enfin, il est demandé aux bibliothèques de se prononcer sur le type de jeux envisagés : jeux de plateau, de coopération, de société, jeux de casse-tête et de logique, jeux de plein air mais aussi jeux interactifs, jeux de rôle, livres jeux, jeux éducatifs, jeux de construction et jeux géants, jeux en ligne, en réseau ou via une Wii, etc. Il en résulte autant de réponses que de propositions ! La diversité actuelle et l’offre pléthorique en matière de jeux exigeront de faire des choix.

7Malgré leur enthousiasme, des craintes sont aussi exprimées de la part des bibliothécaires. N’étant pas « animateurs », ils se posent des questions quant au temps et aux moyens nécessaires pour la mise en place de telles actions. L’accompagnement de la MD 63 est alors primordial.

8Grâce à cette enquête, la MD 63 dispose de solides éléments pour expérimenter ce nouveau type de supports d’animation, en apportant une réponse adaptée aux craintes et aux attentes des partenaires dans la mise en œuvre de cette première Ludo’malle. Sa mise en circulation est prévue à l’automne de cette même année.

Des choix indispensables

  • 2 La sélection se compose de 20 jeux.

9La Ludo’malle sera donc prêtée uniquement dans le but d’organiser des animations. Le public « intergénérationnel » se révèle être le plus indiqué pour la création d’une première Ludo’malle. Elle aura valeur de test, avec ce double objectif : être facile à mettre en place et toucher un large public. La durée du prêt est fixée à un mois. La sélection mélangera tous les types de jeux, en nombre suffisant2 pour occuper une demi-journée complète et satisfaire un public varié. Elle favorisera aussi la rencontre des joueurs et la mise en place d’animations par des « non spécialistes ». Côté contenu, il est envisagé, au départ, de privilégier des jeux « multi-joueurs » mais aussi surdimensionnés, attirant facilement un public « papillon ». Des jeux d’ambiance, très conviviaux et des jeux du monde, sont aussi envisagés. Cet éventail tendra également à élargir la culture ludique des futurs joueurs. Une fois cette sélection déterminée, il reste à construire un cahier des charges détaillant chacun des choix et les étapes de réalisation. Une équipe-projet est créée à la MD 63, composée de deux agents et d’une stagiaire, étudiante en Master Conduite de projets culturels. Personne n’étant expert du domaine, l’équipe s’appuiera sur les « forces vives » existantes dans l’environnement local.

Comment procéder ?

10Commence alors un travail de prospection et de recherche de conseil lors de « fêtes du jeu », auprès de ludothèques du Puy-de-Dôme, d’animateurs de maisons des jeux, de la BDP du Cantal mais aussi de bibliothèques-ludothèques du territoire. Ces rencontres se révèlent nécessaires pour comprendre les catégories de jeux existantes, leurs usages et leurs succès auprès de différents publics. Tous ces acteurs sont d’une aide précieuse pour réaliser une sélection cohérente, découvrir les fournisseurs, les ressources locales, résoudre des problèmes techniques (notamment de classification ou de vérification des jeux au moment du retour) et s’éviter bien des écueils. Après avoir rencontré l’ensemble de ces professionnels, fournisseurs et associations, l’équipe formalise l’écriture de premiers contenus. Ce travail de réflexion est lié, dès cette étape, à l’élaboration d’un guide d’animation qui accompagnera la Ludo’malle, en appui d’objectifs de médiation forts.

Des jeux soigneusement choisis

11Ainsi, les choix des jeux sont réalisés en croisant les avis des professionnels, en rencontrant des joueurs, en recueillant leurs témoignages et leurs façons d’aborder le jeu. Dans une volonté de diversité (et non d’exhaustivité, il existe tellement de jeux !) la Ludo’malle s’adresse à un public large, permettant aux bibliothèques qui emprunteront ce nouveau type de support d’animation de tirer parti de cette diversité et des différents niveaux de jeux, appropriés aux projets d’animation mis en place. La sélection comporte ainsi 20 jeux (pour un budget de 1 000 euros en 2011) : 3 jeux surdimensionnés, 6 jeux de société, 5 jeux d’ambiance, 1 jeu d’éveil sensoriel, 1 jeu coopératif, 4 jeux du monde et de construction.

Un lien étroit avec les fournisseurs et les fabricants locaux

12À chaque fois que cela est possible, les fournisseurs locaux sont privilégiés, dans un souci de soutien et de fidélité aux professionnels ayant apporté leurs conseils et fait preuve d’une grande disponibilité. Les frais de port et les problèmes de livraison sont de ce fait facilités. De la même façon, un fabricant de jeux en bois local est sollicité pour réaliser le conditionnement de la Ludo’malle : une grande caisse en bois avec des poignées, facilement transportable.

Le guide d’accompagnement : outil de médiation essentiel

13Pas de médiation possible sans un guide d’accompagnement, en réponse aux missions d’accompagnement de la MD 63. Intitulé Ludo’malle : une sélection de jeux pour tous !, cet outil essentiel se compose d’une trentaine de pages. Il est déterminant pour l’exploitation de la Ludo’malle.

Ludo’malle : mode d’emploi

Le fascicule comporte les rubriques suivantes :

- une note d’intention : resitue le jeu comme objet culturel à part entière et encourage une optique intergénérationnelle, le jeu faisant appel à un univers commun et familier. Il est souligné que cette Ludo’malle ne s’adresse pas aux spécialistes, qu’elle vise à favoriser la rencontre entre les joueurs et à permettre une perception de la bibliothèque comme un lieu de partage ;

- le contenu de la Ludo’malle : le présent guide, la liste des jeux, leur valeur d’assurance, les outils de communication fournis (affiches), les règles des jeux (plastifiées en grand format), les fiches de vérification des jeux, une fiche d’anomalie ainsi qu’une fiche d’évaluation à retourner à la MD 63 à l’issue de l’emprunt ;

- la description de chaque jeu proposé : de son conditionnement (mode de rangement) jusque sa mise en place matérielle au sein de la bibliothèque à l’aide de photos ;

- la préparation des animations : la rubrique insiste sur une nécessaire anticipation des actions. Avec ou sans budget, de multiples pistes d’animations sont proposées, à partir de montage de séances proposant telle ou telle combinaison de jeux. Une bibliothèque peut ainsi prévoir des « cycles » d’animations « jeux », adaptés à des objectifs, des niveaux et des publics différents. En somme, les jeux ne sont pas tous à utiliser en même temps, il est même vivement conseillé de faire des choix ;

- des conseils et des ressources : renseignent sur les ludothèques locales, les associations et les animateurs de jeux, festivals et fêtes du jeu en Auvergne et hors Auvergne, les boutiques spécialisées, les sites web généralistes ou spécialisés, etc.

Évolution : évaluer et former

14Lors de la mise en circulation de la Ludo’malle, en septembre 2011, la MD 63 organise une matinée festive de présentation auprès des bibliothèques en présence d’une animatrice de la maison des jeux locale.

  • 3 Exemples d’items : adéquation de la Ludo’malle avec les attentes ; adaptation aux besoins ; diffic (...)

15Parallèlement, le plan de formation de la MD 63 intègre dès fin 2011 des sessions régulières autour du thème « Jeu en bibliothèque ». Immédiatement, la Ludo’malle rencontre un grand succès. L’offre d’une seule Ludo’malle pose rapidement problème, ne permettant pas de répondre aux nombreuses demandes des bibliothèques. La réalisation de nouvelles Ludo’malles est décidée dans la foulée, tenant compte des retours et bilans récoltés au fil des premiers emprunts. Une fiche d’évaluation3 est ainsi créée par l’équipe pour savoir comment la Ludo’malle est exploitée, quels sont ses atouts et ses faiblesses. Ces évaluations sont un outil de suivi très efficace.

16Au fil du temps, la Ludo’malle s’est révélée tout à fait adaptée aux besoins et a intégré naturellement les projets d’animations sur le territoire. Certaines structures ont même fait l’acquisition de jeux pour animer leurs propres séances. Sans se substituer aux ludothèques, cette nouvelle offre participe pleinement de ces objectifs de dynamisation et de désacralisation à la conquête de nouveaux publics. Tout en maintenant la bibliothèque à sa juste place : celle d’un équipement culturel de proximité.

Et après ?

17Entre 2012 et 2013, la Ludo’malle 2 (jeux uniquement) et la Ludo’malle numérique (mélange de jeux sur tablette et de jeux physiques) voient le jour. Elles sont suivies en 2014 de deux Ludo’malles dédiées uniquement au jeune public (0-3 ans et 3-6 ans) et la collection devrait s’accroître, en 2016, avec trois nouveaux supports : une Ludo’malle 3 « tout public », une Ludo’malle « bidouille » (sensibilisation aux codes informatiques) et une Ludo’malle numérique pour les tout-petits (4-6 ans).

Notes

1www.puydedome.fr/md63 >.

2 La sélection se compose de 20 jeux.

3 Exemples d’items : adéquation de la Ludo’malle avec les attentes ; adaptation aux besoins ; difficultés rencontrées ; motifs de satisfaction ; animations mise en place ; public ciblé ; partenaires ; communication ; réception chez les publics ; impact ; propositions d’amélioration, etc.

© Presses de l’enssib, 2015

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search