Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mener un projet international

 | 
Raphaëlle Bats

Partie I. Découvrir, partager et se retrouver

3. Aller voir ailleurs : la mobilité internationale pour les professionnels

Salomé Kintz

Texte intégral

1Nombreux sont ceux qui se souviennent peut-être d’une année Erasmus en Espagne ou en Allemagne… Ou à défaut du film de Cédric Klapisch, « L’Auberge espagnole » (2002) et des procédures administratives du personnage principal avant son départ, le poussant à dire : « Je ne suis pas un mais plusieurs. Je suis comme l’Europe, je suis tout ça. Je suis un vrai bordel. » Et nombreux sont ceux qui pensent qu’il est à présent trop tard… Or il est toujours possible de partir à l’étranger, même passé vingt ans, même une fois en poste… Et ce, sans trop de difficultés depuis que l’Europe s’est dotée en 2007 du programme d’« éducation et de formation tout au long de la vie » (EFTLV) pour favoriser « l’avènement d’une société de la connaissance fondée sur les échanges, l’innovation et la mobilité. »8

ERASMUS – GRUNDTVIG : FORMELLE OU INFORMELLE, « L’ÉDUCATION TOUT AU LONG DE LA VIE »

ERASMUS

  • 9 Personnel de bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, ouvriers, de service et de sant (...)
  • 10 < http://www.europe-education-formation.fr/erasmus-mobilite.php >.

2C’est depuis 1987 que les étudiants peuvent partir dans un pays d’Europe grâce au programme d’échange Erasmus, le premier et certainement le plus connu de tous. Depuis 2007, cette mobilité s’adresse également à tout personnel d’un établissement d’enseignement supérieur (personnels enseignants ou BIATSS9). Car « pour les enseignants et les autres personnels des établissements d’enseignement supérieur, l’acquisition de connaissances et de savoir-faire à partir d’expériences à l’étranger, l’élargissement et l’enrichissement des cours et des contenus offerts développent la dimension européenne de l’enseignement supérieur tout en renforçant les coopérations entre établissements européens et les entreprises. »10, ce qui constitue un projet intéressant et ambitieux. Un bibliothécaire en poste dans une bibliothèque universitaire peut donc parfaitement partir dans l’un des 27 États membres de l’Union européenne, auxquels s’ajoutent l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse, la Croatie, la Turquie.

  • 11 < http://www.2e2f.fr/erasmus.php >.

3La mobilité peut prendre différentes formes : stage, visite, participation à une semaine d’étude… par lesquelles Erasmus « contribue à la réalisation d’un espace européen de l’enseignement supérieur »11.

4Il s’agit de séjours d’une à six semaines, mais un départ d’une seule semaine est en général privilégié car plus facilement conciliable avec un emploi du temps professionnel souvent chargé… Le stagiaire bénéficie d’une bourse d’environ 850 euros et d’un ordre de mission de son établissement d’origine.

GRUNDTVIG

5Le programme Grundtvig, lancé en 2000 dans le cadre du programme Socrates II, tire son nom de Nikolaj Frederik Severin Grundtvig qui défend, à travers son concept d’école supérieure populaire, l’idée d’une éducation tout au long de la vie, incluant à la fois le savoir, mais aussi la responsabilité civique et le développement personnel et culturel12. Le programme Grundtvig s’adresse à tous ceux qui souhaitent vivre une expérience éducative informelle, voire atypique. L’objectif est la transmission de savoirs théoriques et/ou pratiques pour tous, en écho aux principes du pasteur danois qui conçoit un projet d’« école pour la vie ».

6Les ateliers proposés dans le cadre de ce programme rassemblent des petits groupes de 10 à 20 personnes de plusieurs pays. Il n’est pas question, là, d’acquérir un savoir « académique » ou de vivre une expérience professionnelle au sens classique du terme. Les participants sont encouragés à partager leurs compétences, sont poussés à la discussion. Il y est question d’arts visuels, de musique, d’environnement, de créativité, de l’apprentissage des langues… Des groupes de discussion émergent autour de questions d’intérêt commun afin de développer un dialogue européen.

PRÉPARER SON DÉPART

PARTICIPER À UNE MOBILITÉ ERASMUS

7L’interlocuteur principal du candidat à la mobilité Erasmus est le service des relations internationales de son établissement qui alloue chaque année un certain nombre de bourses. Le programme étant encore – relativement – peu connu, les chances d’obtenir une bourse sont grandes. Ainsi, en 2010, à Paris 8, quatre candidates se « disputaient » trois bourses Erasmus. Les annonces de bourse sont en général faites durant le premier semestre de l’année universitaire pour une mobilité devant avoir lieu avant le mois de septembre. Trois possibilités s’offrent au candidat intéressé : partir dans un établissement partenaire ; monter son propre projet en contactant un établissement de son choix, même s’il n’existe aucun partenariat entre l’université du candidat à la mobilité et l’établissement en question et définir ensuite son propre programme avec l’équipe accueillante en fonction de ses besoins et de ses envies ; participer à un programme tout organisé. C’est en général le service des relations internationales qui est informé de ce type de séjour.

8Le candidat constitue un – relativement modeste – dossier de candidature : CV, lettre de motivation, projet de formation et d’intégration de la formation aux objectifs du service, avis motivé du supérieur hiérarchique… Le lien entre l’activité professionnelle du stagiaire Erasmus et la mobilité étant évident et justifié, c’est en tant que « missionné » par son établissement d’origine que le stagiaire part à l’étranger.

9L’accord de l’établissement d’accueil est bien évidemment nécessaire, cela peut-être important en particulier dans le cas de séjours organisés où les places sont souvent limitées. L’établissement d’accueil demande alors, lui aussi, au candidat des informations sur ses motivations ou peut appliquer d’autres critères de « sélection » et décider de ne prendre, par exemple, qu’un seul stagiaire par établissement ou pays.

10Une fois le dossier administratif complet, le candidat se voit verser 80 % de la bourse Erasmus avant le départ, afin de régler les frais de transports, etc. et 20 % au retour sur présentation de ses justificatifs (billets d’avion, hébergement…). Un rapport d’activité est également à remplir une fois la semaine de mobilité passée.

PARTICIPER À UN ATELIER GRUNDTVIG

11Grundtvig vise, on le répète, bien plus le développement personnel que le développement « professionnel ». La démarche est donc différente et plus individuelle.

12Il existe un catalogue des ateliers Grundtvig dans lequel le candidat va pouvoir faire son choix. Toute personne majeure, résidant dans un des pays éligibles au programme EFTLV peut se porter volontaire. Le candidat contactera ensuite directement l’organisateur de l’atelier. S’il est sélectionné, il lui faudra, après sa participation à l’atelier, envoyer une copie de son rapport d’évaluation à l’Agence nationale de Grundtvig de son pays. L’organisateur de l’atelier « sélectionne » les candidats en fonction des critères qu’il a fixés dans son dossier de candidature. Une attention particulière est portée à l’intégration de personnes provenant de groupes sociaux défavorisés.

POUR FAIRE QUOI ?

ERASMUS

13Selon le programme et le type de séjour choisi, l’emploi du temps peut varier profondément.

  • 13 < https://biw.b.uib.no/preliminary-program/preliminary-program-for-library-staff-and-librarians/ >.

14Les semaines organisées par une université alternent souvent présentations des points forts de l’établissement et activités plus touristiques. L’université de Bergen organisait par exemple en 2010 une International week dont voilà quelques éléments du programme destinés aux bibliothécaires13 :

15Après l’accueil et la présentation des participants le lundi matin, tout le monde s’est retrouvé pour une visite de la ville et une soirée « barbecue ». Le mardi, suite à la présentation de BORA, dépôt d’archives institutionnelles, les participants ont eu droit à une visite de la bibliothèque. Et les jours suivants se sont succédé : présentation des fonds spécialisés, conférence sur l’information literacy, dîner norvégien, visite du musée de la ville…

16La semaine de mobilité est dans ce cas plus « passive » qu’active, mais néanmoins extrêmement intéressante. Certes, les conférences magistrales et les programmes imposés ne laissent pas énormément de place ni de temps pour des interrogations plus personnelles, mais les participants y trouvent généralement toujours leur compte, la partie « touristique » du programme permettant des échanges plus ciblés.

17D’autres stagiaires préfèrent partir seuls dans un établissement de leur choix, établissement qui les accueillera et les intégrera, dans la mesure du possible à l’équipe. Il devient alors possible de se centrer et de se concentrer sur des points particuliers et de s’organiser son propre séjour à la carte.

GRUNDTVIG

18C’est dans le catalogue Grundtvig14 que l’on trouvera un grand nombre d’ateliers autour de sujets des plus divers. Voilà une brève sélection issue du catalogue 2011-201215 : Music without Borders (Musique sans frontière), Das multikulturelle Berlin erleben (Expérimenter le Berlin multiculturel), Urban Activism in Post-Socialist Cities (L’activisme urbain dans les villes post-soviétiques), Promoting Minority Languages (Promouvoir les langues minoritaires…). Mais les intérêts personnels et professionnels se rejoignent parfois : l’atelier Living Library, organisé en mai 2011 à Tampere en Finlande, rassemblait professionnels des bibliothèques et usagers autour de l’avenir des bibliothèques municipales. « L’objectif de l’atelier est, en partageant idées et expériences personnelles, de créer des visions de l’avenir des bibliothèques publiques en tant que centres culturels et d’apprentissage, espaces ouverts à tous, offrant une multiplicité de services et d’activités. »16 Ce sont bien là des questionnements classiques de « bibliothécaires », mais abordés sous un angle bien moins traditionnel… En bref, « Le workshop européen Living Library, une expérience détonante et dépaysante, un concept constructif à retenir »17.

  • 18 < http://www.freres-poussiere.com/fp/public/Dossier_de_Presse_European_Whispers.pdf >.

19Un dernier exemple, non pas qu’il y soit question de bibliothèques, mais bien plutôt parce qu’un conservateur des bibliothèques y est fortement impliqué à titre personnel : le projet European Whispers18 rassemble sept pays autour du storytelling, l’art de raconter des histoires : « Le storytelling est une pratique basée sur le partage et sur l’apprentissage par l’expérience et la culture de l’autre. Le projet European Whispers consiste à mettre en commun des fonds d’histoires différents, à échanger nos expériences et nos méthodes de travail pour ensuite que chaque pays restitue sous forme artistique une histoire qui n’est pas la sienne. Par le biais des histoires individuelles, ce projet permet d’entrer sans prétention dans l’histoire contemporaine européenne, via des chuchotements du quotidien. À travers l’histoire des immigrants en Espagne, des mères célibataires en Allemagne, des jeunes déscolarisés au Danemark, et des habitants d’Aubervilliers, c’est la question de l’identité qui est soulevée. »

ET APRÈS, DE RETOUR EN POSTE ?

20Les formes de mobilité sont donc diverses… Et ce que l’on en fait au retour l’est tout autant. On revient de ce séjour « bibliothéconomiquement » transformé : on a en effet été confronté à d’autres façons de fonctionner, d’autres questionnements, d’autres préoccupations. Il est « rafraîchissant » de découvrir d’autres méthodes de pensée ou d’autres points de vue. Nous étions ainsi cinq bibliothécaires français à Bergen, tous concernés de près ou de loin par la discussion autour de l’extension des horaires d’ouverture de nos bibliothèques respectives et tous pareillement surpris et sceptiques devant les horaires de la bibliothèque universitaire de la ville : 9 h-19 h du lundi au vendredi. Nous avons interrogé les bibliothécaires, les étudiants… Tous nous ont assuré que ces heures d’ouverture ne posaient aucun problème, les étudiants pouvant accéder 24 h/24 h à des salles de travail équipées d’ordinateurs et de connexions Internet. « On n’a pas besoin d’emprunter des livres la nuit » nous ont-ils assuré. Voilà donc la réponse norvégienne au débat que nous connaissons en France et qui n’a suscité là-bas aucune effervescence. De même, leurs statistiques de prêt et de fréquentation ont suscité notre admiration : en augmentation… Le prêt illimité et gratuit pour tous, étudiants et lecteurs extérieurs, y serait-il pour quelque chose ?

21On peut aussi parfois appliquer certaines « découvertes » de manière concrète dans son environnement professionnel, ou du moins envisager de le faire… La bibliothèque universitaire de Bergen propose ainsi un service assez intéressant, le PC Vakt : un technicien informatique, à heures fixes, est à disposition des étudiants dans une salle dédiée pour répondre à toutes les questions de PowerPoint, wifi, traitement de texte, etc., service que nous mettrions bien en place dans notre propre établissement et qui a su séduire les informaticiens eux-mêmes. Ceux-ci se sentent, en effet, souvent coupés du public et verraient, là, le moyen d’effectuer eux aussi leur plage de « service public ». On en revient également avec des contacts pris avec les pays participants, que l’on est libre de faire fructifier… ou non. Mais dans tous les cas, on ne peut que se féliciter d’avoir pu participer à des programmes qui mettent en avant l’éducation et la formation tout au long de la vie* ainsi que la cohésion sociale – jusqu’au niveau européen –, l’égalité et la citoyenneté active.

ENCADRÉ. ORGANISER UN VOYAGE D’ÉTUDE
par Raphaëlle Bats
Le SCD Lyon 1 organise chaque année un voyage d’étude pour son personnel. De leur expérience, nous avons tiré une fiche récapitulative de l’organisation pratique de ces voyages.
Pour faire quoi et qui les organise ?
L’idée générale du voyage d’étude est d’emmener les équipes voir des bibliothèques qui offrent des réponses aux problématiques qui se posent actuellement à l’établissement. Ainsi, en fonction du projet, la responsabilité de l’organisation va changer. En 2008, en pleine rénovation de la bibliothèque principale de Lyon 1, Jean-François Bonin, responsable des services au public a organisé le voyage aux Pays-Bas avec un focus sur des établissements dont la construction récente a permis l’émergence de nouveaux services, de nouveaux espaces, mais aussi de nouvelles organisations de travail interne. En 2009 et 2010, alors responsable du service communication-valorisation, j’ai été en charge de l’organisation de ce voyage avec Amélie Morin-Fontaine, à l’époque chargée de mission formation continue au SCD Lyon 1 et aujourd’hui responsable des collections à la bibliothèque universitaire du Mirail, Toulouse 2. Lié à la formation continue du personnel et à la visibilité de notre établissement, le voyage d’étude ne se centrait plus seulement sur de nouvelles bibliothèques mais sur des bibliothèques innovantes, notamment en matière d’outils numériques, outils sur lesquels une formation était déjà proposée en interne à Lyon 1.
Il ne s’agissait donc pas tant de créer un projet commun avec des bibliothèques étrangères que de découvrir d’autres expériences et, par là même, de nous redécouvrir et de repenser nos pratiques.
Quel financement ?
Le voyage d’étude est un véritable engagement de l’établissement dans la formation de son personnel. 8 000 euros étaient réservés dans le budget du SCD Lyon 1 sur la ligne « formation continue ». Chaque agent partant participait à hauteur de trente euros pour les catégories C, quarante pour les B et cinquante pour les A.
Qui part ?
L’appel à candidature peut être lancé à tout le personnel de la bibliothèque, quels que soient la catégorie, le statut ou l’ancienneté. Le nombre de candidatures dépend de la part du week-end prise par le voyage, de la destination, mais aussi de l’ambiance de travail au sein de l’établissement. Le voyage, concernant toutes les catégories, favorise d’autres échanges avec les collègues ; la hiérarchie, si prégnante dans nos établissements, se dilue face au regard du bibliothécaire étranger, devant lequel nous nous retrouvons tous « bibliothécaire » au sens large. Chacun acquiert alors une légitimité qu’il peine parfois à obtenir dans l’exercice quotidien de son activité.
Où partir ?
Certains établissements sont très connus pour leurs projets ambitieux présentés lors des congrès de l’IFLA ou de LIBER, d’autres nous sont connus par la veille que nous effectuons et la lecture de revues de bibliothéconomie. Dans tous les cas, une consultation des sites Web et des services proposés permet de vérifier l’adéquation entre l’établissement et le projet fixé au voyage d’étude.
La langue n’a jamais été décisive à Lyon 1 pour le choix ; des voyages ont ainsi été organisés à Londres, Barcelone, Amsterdam comme en Suisse. On pourrait penser que les pays non francophones inquiéteraient les collègues, pourtant le voyage en Suisse n’a pas reçu plus de candidatures. Les établissements visités font l’effort de parler lentement en anglais pour être compréhensibles, et parfois font même des présentations en français. Vous pouvez aussi fournir à vos collègues un petit glossaire français-anglais des mots-clés.
Quel calendrier ?
Le voyage d’étude était en général prévu du jeudi au samedi en juin lors de la baisse de fréquentation. Dès septembre, le voyage devait être intégré dans le budget de l’année suivante et dans le calendrier des ouvertures des bibliothèques. En effet, il implique la fermeture des annexes et le fonctionnement à flux tendu des bibliothèques principales.
En janvier, les établissements étaient sélectionnés et contactés. Un premier planning était proposé aux collègues qui pouvaient alors candidater par simple email. Le programme et le nombre de candidatures nous permettaient alors de lancer les demandes de devis pour le transport (train ou car selon le nombre de personnes) et l’hébergement (deux personnes par chambre). Par la suite, nous donnions confirmation auprès des établissements du nombre de visiteurs et des heures exactes d’arrivée.
Proposer un mini-guide avec la présentation des bibliothèques, le planning, les adresses des hôtels, des infos sur le change (pour la Suisse par exemple), sur les transports en commun et des petits plus : ce qu’il faut visiter, où il faut manger… s’avère très utile pour la préparation du voyage. Nous avons toujours pris soin aussi de venir avec des cadeaux pour ceux qui nous accueillent : sac, stylos, catalogues d’expositions… et bien sûr quelques brochures sur notre établissement.
Et pour ceux qui restent ?
Nous avons expérimenté une année la tenue d’un blog pour raconter le voyage au fur et mesure avec photos à l’appui. Les agents qui participaient au voyage avaient un texte à rédiger sur un thème parmi une liste établie en relation avec le projet du voyage. Cela permettait à la fois un retour sur le voyage, une trace de cette expérience et quelque chose à partager avec ceux qui restaient. Les collègues ont bien joué le jeu de la rédaction et ont vraiment apprécié d’avoir quelque chose à transmettre. En revanche, les autres ont été moins intéressés par le blog. Il faut dire que la culture du blog, des flux et de la veille n’était pas encore bien intégrée. C’était justement l’enjeu : amener les équipes à manipuler, rédiger, lire et commenter un blog ; seuls les deux premiers objectifs ont été atteints.
Pour conclure, je dirais qu’organiser un voyage d’étude est un moyen à la fois simple et efficace de développer dans une équipe une réflexion sur les bibliothèques, réflexion qui joue beaucoup ensuite dans la prise d’initiative, les idées et la motivation. Si tous les lieux visités n’offraient pas de véritables ruptures conceptuelles sur les services, les bâtiments, le métier de bibliothécaire, il n’en reste pas moins vrai que chaque visite offre son lot de surprises et de rencontres. Peu importe la destination, le plus important est d’accepter que l’on ait à apprendre des autres et que cela n’est possible qu’en sortant de chez soi.

Notes

8 < http://eduscol.education.fr/cid48124/education-formation-tout-long-vie.html >.

9 Personnel de bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, ouvriers, de service et de santé.

10 < http://www.europe-education-formation.fr/erasmus-mobilite.php >.

11 < http://www.2e2f.fr/erasmus.php >.

12 < http://en.wikipedia.org/wiki/Nikolaj_Frederik_Severin_Grundtvig >.

13 < https://biw.b.uib.no/preliminary-program/preliminary-program-for-library-staff-and-librarians/ >.

14 Pour en savoir plus sur les actions du programme Grundtvig et les modalités de participation : le site de la Commission européenne/Éducation et formation < http://ec.europa.eu/education/grundtvig/doc872_fr.htm >.

15 < http://ec.europa.eu/education/grundtvig/doc/catalogue11_en.pdf >.

16 < http://www.opeko.fi/instancedata/prime_product_intranet/opeko/embeds/WORKSHOP_DESCRiPTION_Living_Library.pdf >.

17 < http://www.bibliobsession.net/2011/05/25/workshop-living-libraries-en-finlande-redocumentarisation/ >.

18 < http://www.freres-poussiere.com/fp/public/Dossier_de_Presse_European_Whispers.pdf >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540