Version classiqueVersion mobile

Jouer en bibliothèque

 | 
Julien Devriendt

Partie 1. Connaître le contexte

Impliquer l’équipe :

l’expérience de jeu à la médiathèque de Conflans-Sainte-Honorine

Élise Ybled

Texte intégral

1Le jeu a trouvé sa place à la médiathèque Blaise-Cendrars (Yvelines). Qu’il soit de société ou vidéo : on joue ! Son introduction puis sa présence ont généré bien des inquiétudes au sein des équipes, liées au bouleversement organisationnel induit par un nouveau fonds et donc de nouveaux usages.

2Comment sont nés ces projets ? Comment impliquer les équipes dans le processus de création et de mise en place du projet de jeu (qu’il soit de vidéo ou de société) afin qu’elles en soient moteur pour en favoriser la réussite ?

3Voici l’expérience des deux projets menés par la médiathèque Blaise-Cendrars : le jeu de société (mis en place en 2010) et le jeu vidéo (mis en place en 2012).

Le jeu de société à la médiathèque Blaise-Cendrars

4Née avant tout d’une passion forte de la part des personnels du pôle multimédia de la médiathèque, la mise en place d’un fonds de jeux de société a été rapidement soutenue par la direction de la médiathèque. À cette époque, la ville de Conflans-Sainte-Honorine ne disposait d’aucun accès aux jeux de société sur son territoire : pas de ludothèques ni d’association de jeu. Depuis, l’association « Au confluent des jeux » a été créée en 2013, à destination du public adulte.

Début du jeu

5Dès réception des premières acquisitions, nous avons mis en place des soirées jeux de société. Ce temps d’animation a lieu un vendredi par mois au sein de la médiathèque, de 18 heures à 21 h 30 et donc majoritairement pendant un temps de fermeture (la médiathèque ferme à 19 heures). C’est donc par l’animation que le fonds des jeux de société a pris de l’ampleur ; nous avons même eu l’occasion de voir des usagers apporter leurs propres jeux de société et animer des tables spontanément. Ces soirées sont fréquentées par trente à soixante personnes (en moyenne : quarante-cinq personnes) de tous les âges : enfants accompagnés par les parents ou grands-parents, adolescents et adultes. Il n’est pas nécessaire d’être inscrit aux services de la médiathèque pour profiter de ces soirées.

Sur place ou à emporter ?

6En raison de contraintes d’espaces et de personnel, la médiathèque Blaise-Cendrars ne prête pas les jeux de société. En effet, nous ne disposons pas d’un espace dédié au jeu, et les jeux de société sont rangés dans une armoire vitrée se trouvant dans la salle d’étude multimédia (il y aurait conflit d’usages si les jeux étaient en accès libre). De plus, nous ne disposons pas d’assez de ressources humaines pour vérifier les boîtes de jeux à chaque retour de prêt. Ainsi, les jeux sont à utiliser durant des horaires dédiés, ce qui permet un accompagnement de la part des bibliothécaires présents, tant pour aider dans le choix du jeu que dans la mise en jeu* (installation du plateau de jeu, explication des règles et suivi de la partie si besoin).

Jouer en médiathèque : accompagner les collègues

7L’arrivée des jeux de société a cependant suscité des interrogations de la part de quelques collègues, notamment sur la place que ce bien culturel pouvait avoir en médiathèque. Ainsi, une collègue témoigne : « Au début, je me suis interrogée sur la place du jeu au sein de la médiathèque. Je n’étais pas contre mais le jeu me semblait avoir sa place plutôt en ludothèque. Ces dernières sont cependant moins présentes qu’il y a quelques années, et le fait que les médiathèques prennent le relais ne m’a pas convaincue dans un premier temps. Il est difficile de faire cohabiter les animations autour du jeu qui génèrent du bruit et les autres usages, plus calmes durant les heures d’ouverture. »

8C’est principalement en impliquant les collègues dans le suivi des animations que leur regard a pu évoluer. Ainsi, je n’ai pas hésité à solliciter le soutien et la participation de collègues d’autres pôles de la médiathèque lors des animations jeux. Cette nouvelle activité nécessite un accompagnement des équipes et une préparation en amont des animations programmées. Vous pouvez pour cela préparer les jeux que vous comptez présenter au public puis proposer aux collègues des moments de jeux. Le moment « idéal » pour nous était après la pause déjeuner et avant l’ouverture au public, lors d’un moment de détente. Moins d’une heure suffit : l’idée n’est pas de jouer mais de présenter les règles du jeu et son installation. Faites deux ou trois tours de jeu maximum, et selon l’engouement (et le temps dont chacun dispose !), vous pouvez proposer de terminer la partie. En ne se sentant pas « obligés » de terminer la partie, certains seront plus à l’aise et moins angoissés. Vous évitez aussi les potentiels conflits avec les « bons » et les « mauvais » perdants ! Ainsi, suite à cette mise en situation, une collègue me confie : « En participant aux soirées jeux, j’ai redécouvert le plaisir de jouer en société ». Le jeu de société est maintenant ancré dans les pratiques professionnelles de l’équipe.

Du jeu de société au jeu en général…

9L’introduction des jeux de société à la médiathèque a également permis de développer d’autres pratiques au sein de la médiathèque, comme par exemple celle du jeu de rôle. Ainsi, un jeu de rôle pour adolescents est proposé lors des soirées jeux de société depuis septembre 2012. Du jeu de rôle pour adultes est également proposé de manière plus ponctuelle. Ce nouveau volet « jeux » a conduit à une réflexion étendue à la place du jeu vidéo au sein de la médiathèque.

Le jeu vidéo à la médiathèque Blaise-Cendrars

Press start : les débuts du jeu vidéo

10Les mutations que vivaient les bibliothèques nous ont amenés à nous poser la question de la place du jeu vidéo au sein de notre structure dès 2007. Dans un premier temps, la médiathèque ne proposait que quelques jeux sur PC (dont des jeux éducatifs) à emprunter de manière indirecte (les jeux étaient sous vitrine). En parallèle, des tournois de jeux sur PC étaient organisés au sein de la salle multimédia de la médiathèque (cinq ordinateurs disponibles). Ces prémices ont permis à l’équipe d’intégrer progressivement le jeu dans les pratiques de la médiathèque. Rapidement, nous avons souhaité évoluer et proposer des jeux vidéo sur consoles ancienne et nouvelle génération, tant pour la consultation sur place que pour le prêt de jeux. Cependant, ce projet de plus grande ampleur nécessitait de trouver les collègues qui seraient un véritable soutien dans l’accomplissement du projet.

Comment se former ?

11Afin de préparer au mieux l’arrivée des jeux vidéo dans l’établissement, le personnel du pôle multimédia a participé à une formation de deux jours sur le jeu vidéo1. L’ensemble du personnel de la médiathèque a été également vivement encouragé à suivre une journée d’étude autour du jeu vidéo afin de mieux appréhender ce bien culturel. Les collègues intéressés ont principalement été ceux qui jouent à titre personnel, mais quelques néophytes ont également souhaité participer au projet, notamment sur l’établissement d’une politique d’acquisition. De plus, un temps de formation en interne a également été mis en place sur l’utilisation des consoles : branchements, lancement du jeu, fonctionnement des manettes, etc. Un atelier pratique a suivi la démonstration. Selon les équipes et les personnes, ces formations peuvent être menées en groupe, l’idéal étant un groupe de 4 personnes afin de pouvoir jouer tous ensemble ou bien de façon individuelle. Nous étions prêts à faire jouer le public !

Où dans la médiathèque ?

12Notre médiathèque est le fruit du réaménagement, effectué en 1989, d’une ancienne fonderie. Deux possibilités semblaient judicieuses pour l’installation de l’espace jeux vidéo (écran de télévision et consoles) : une partie de la salle de documentation accolée à la salle multimédia ou une pièce fermée à l’étage, loin des collections. La première proposition fut retenue par l’équipe car elle permettait un meilleur suivi de l’utilisation de l’espace et offrait une meilleure cohérence car l’espace était proche des collections, à proximité des jeux de société, à consulter sur place dans la même salle. Par ailleurs, les réunions avaient également permis de mettre en évidence une remarque pertinente de la part de l’équipe jeunesse dont l’espace accueillait la salle fermée : le personnel ne se sentait pas « apte » à accueillir et orienter les usagers des jeux de façon permanente, malgré l’aide de collègues dédiés.

Des consoles et des bibliothécaires

13Ainsi, le jeu, sous toutes ses formes, pourra être utilisé pour des animations. Elles sont un excellent moyen d’impliquer les collègues. En effet, au contact du public, ils se trouvent en situation de médiation et donc en « terrain connu » : le jeu devient alors plus accessible, sa place au sein de la médiathèque prend tout son sens. Cependant, nous avons veillé à ce que les collègues ne se retrouvent pas seuls (du moins dans un premier temps) mais accompagné par une personne de l’équipe à l’aise avec les jeux et connaissant les règles et les outils. Dans cette optique, nous avons proposé une première participation de type « immersion » : rester avec le binôme de collègues pour observer, être disponible et répondre aux questions puis une future participation progressivement plus active selon le ressenti du collègue. L’idée étant de faire prendre conscience à chacun de la place du jeu et de son impact au sein de la médiathèque.

14Pour cela, nous avons privilégié la participation lors de notre rendez-vous mensuel « Après-midi jeux vidéo » : un vendredi après-midi par mois, toutes les consoles sont mises en même temps à disposition des usagers, sans conditions d’inscription. En effet, en raison du peu d’espace disponible et de l’absence d’espace dédié au jeu, nous ne pouvons pas envisager un accès simultané à l’ensemble des consoles en dehors de ces temps (un seul écran disponible) où des moyens matériels supplémentaires sont nécessaires (écran cathodique pour le rétro-gaming et vidéoprojecteurs viennent renforcer l’équipement). Les collègues sont donc amenés à effectuer les branchements, assurer l’aspect technique de la mise en route des consoles et des jeux, et prendre en charge la partie médiation et accompagnement des usagers.

Sur place et à emporter

15Le fonds des jeux vidéo a avant tout été pensé pour le prêt. Après un test infructueux de prêt direct des jeux vidéo (vol et détérioration importants), le choix a été fait de passer au prêt indirect. Les boîtiers des jeux ainsi que leurs livrets sont laissés en libre accès. Les usagers viennent ensuite emprunter le jeu et le personnel se charge de la transaction ; le jeu est stocké dans une pochette à part et identifié par un numéro apposé sur le jeu.

16De plus, pour permettre le service de la consultation sur place, nous disposons d’un fonds spécifique, tous Pan European Game Information (PEGI, système d’évaluation européen des jeux vidéo) confondus. Cela suppose un achat en plusieurs exemplaires du même jeu, et nous permet d’éviter la frustration chez nos usagers, de ne pas pouvoir emprunter le jeu testé à la médiathèque.

Publics

17Mais la venue de ce média a permis d’ouvrir la médiathèque à un nouveau public qui ne fréquentait pas les lieux jusqu’alors. Ce public se compose principalement d’adolescents et de jeunes adultes, mais aussi de familles. De plus, nous pouvons aussi faire découvrir le jeu et initier le public déjà fréquentant et non familier du support.

Après le jeu

L’échange après l’expérience de jeu

18À l’issue d’un temps consacré au jeu, en interne, lors d’animations ou bien durant les temps de médiation au public, il est souhaitable de dialoguer avec les collègues qui le désirent. Ces échanges vont permettre de faire un retour sur l’expérience, de répondre aux questions éventuelles entre collègues. Ces temps d’échanges peuvent avoir lieu tout de suite après le jeu ou bien à des moments dédiés comme par exemple lors des réunions de l’ensemble du personnel. Il ne faut pas que ces temps d’échanges cessent, mais ils pourront s’espacer et devenir plus succincts lorsque le projet aura trouvé ses marques au sein de la médiathèque et des équipes.

Fin de partie ?

19Ainsi qu’il est d’usage pour tous les types d’animation, il est nécessaire d’effectuer un bilan (même rapide) des moments de jeux et de les communiquer à l’ensemble de l’équipe afin que l’évolution du projet et sa mise en place prennent une dimension plus concrète dans les esprits. Cela va aussi permettre d’être plus attentif aux retours des collègues et des usagers, et par là même, d’affiner le projet et d’adapter les chartes et autres règles aux usages du public. Il en va de même pour le service de prêt qu’il sera nécessaire d’évaluer, comme pour les autres collections, pour façonner la politique documentaire et mieux connaître et orienter son public.

L’équipe et les jeux : conseils

Choisir le jeu en fonction des goûts du collègue et du public visé (ou faire l’inverse et choisir le collègue en fonction du public) selon s’il est habitué à travailler avec un public jeunesse, adulte ou spécifique ;
Présenter les jeux en amont aux collègues qui vont vous aider lors de votre animation ;
Établir des binômes de compétences pour le démarrage des actions d’animation ;
Prévoir des temps de retour et dialoguer avec les collègues après l’animation : ressenti, difficultés, éléments positifs, choses à modifier pour la prochaine fois… ;
Accompagnement, formation, patience, dialogue sont de mise : la médiation culturelle doit se faire autant avec les usagers qu’avec les collègues.

L’aparté : “... et ils en pensent quoi, les collègues ?”

Questions aux collègues de la médiathèque Blaise-Cendrars de Conflans-Sainte-Honorine : Catherine Benod (bibliothèque adulte), Laurence Deletoille (responsable de la bibliothèque jeunesse), Olivia Le Strat (services aux publics) et Frédérique Nancey (bibliothèque jeunesse).

Élise Ybled : Êtes-vous joueur (jeux de société et jeux vidéo) ? Participez-vous aux animations autour du jeu ? Empruntez-vous des jeux ?

Catherine Benod : Je suis joueuse occasionnelle pour les jeux de société mais joueuse régulière pour les jeux vidéo. J’essaie au moins d’aider les collègues sur une soirée jeux de société par an et j’aide souvent pour encadrer les jeux vidéo. Je n’emprunte pas de jeux vidéo (collection personnelle importante et durée de prêt trop courte pour moi) mais par contre j’emprunte des jeux de société, surtout pour mes enfants.

Laurence Deletoille : Non, je ne suis pas joueuse à la base mais en participant aux soirées jeux de société, j’ai redécouvert le plaisir de jouer en société. Je ne suis pas du tout joueuse de jeux vidéo et n’emprunte pas de jeux.

Olivia Le Strat : Je joue un peu aux jeux de société, et plus régulièrement aux jeux vidéo (notamment avec mes enfants, mais aussi avec des amis). J’emprunte des jeux pour mes enfants. Je participe aux soirées jeux de société et j’aide les collègues ; je cadre également les moments jeux vidéo en accès libre pendant les vacances scolaires.

Frédérique Nancey : Je participe aux soirées jeux de société organisées par la médiathèque et j’aide les collègues. Je joue beaucoup aux jeux de société, surtout avec mes enfants (mon mari est joueur et créateur de jeux de société). Par contre, je ne joue pas aux jeux vidéo mais je cadre parfois les moments de jeux en accès libre pendant les vacances scolaires.

EY : Comment avez-vous ressenti l’arrivée des jeux de société (juin 2010) et des jeux vidéo (mai 2012) au sein de la médiathèque (dans le fonds et en consultation sur place) ?

Catherine Benod : L’arrivée des jeux de société a été positive pour moi parce que c’est très convivial et que le public familial a pu se retrouver dans la médiathèque. La relation avec les usagers était différente et moins institutionnelle. J’ai aussi pu me replonger dans un univers que je ne connaissais plus trop et découvrir de nouveaux jeux. On a aussi touché un nouveau public. Je n’étais pas présente pour l’arrivée des jeux vidéo (congé maternité) mais j’étais ravie de la présence de ce nouveau support qui était en phase avec ma pratique personnelle. On colle aux pratiques des usagers et on s’adapte.

Laurence Deletoille : L’arrivée des jeux a soulevé un problème d’espace dédié : il y a conflit des usages. Mais comme il n’y a pas de ludothèque dans la ville, la médiathèque a pu combler ce manque.

Olivia Le Strat : Au début, je me suis interrogée sur la place du jeu au sein de la médiathèque. Je n’étais pas contre mais le jeu me semblait avoir sa place plutôt en ludothèque. Ces dernières sont cependant moins présentes qu’il y a quelques années, et le fait que les médiathèques prennent le relais ne m’a pas convaincue dans un premier temps. Il est difficile de faire cohabiter les animations autour du jeu qui génèrent du bruit et les autres usages, plus calmes durant les heures d’ouverture. Les soirées jeux de société se déroulant hors du créneau d’ouverture me posent moins de problème.

Frédérique Nancey : J’ai plutôt bien vécu l’arrivée de ces nouveaux fonds, mais le problème de la place du fonds dans l’espace a été très problématique pour moi car elle a soulevé plein d’autres questions, notamment celle du bruit qu’on ne peut pas éviter pendant le jeu. La médiathèque n’était pas prévue pour accueillir le jeu (ancienne fonderie réaménagée en médiathèque en 1989). Par contre, je salue le travail des collègues sur la mise en valeur du fonds et sur la régularité des animations qui font écho à celles organisée par la bibliothèque jeunesse.

EY : Après maintenant quelques années de fonctionnement, votre opinion a-t-elle évolué ? Comment voyez-vous le jeu dans la médiathèque aujourd’hui ?

Catherine Benod : Je trouve toujours que le jeu sous toutes ses formes a sa place dans la médiathèque et qu’il nous permet de toucher de nouveaux publics, surtout les enfants qui ne viendraient pas pour autre chose que les jeux. Il y a eu un vrai travail mené par les collègues de l’espace multimédia pour faire intégrer les règles aux enfants sur l’utilisation de l’espace (environ une année de travail au quotidien) et tout se déroule beaucoup mieux maintenant. En revanche, sur les grosses animations (tournois, après-midi jeux, soirées jeux de société), il y a un conflit d’usages (jeux et travail) de l’espace au sein de la médiathèque : l’absence d’un espace dédié aux jeux pose alors un vrai problème.

Laurence Deletoille : Les jeux se sont intégrés dans les pratiques de la médiathèque. En revanche, certaines acquisitions me posent problème (exemple : Grand Theft Auto (ou GTA), PEGI 18 est sujet à controverse). Le fait qu’il y ait du jeu en dehors des heures d’ouverture de la médiathèque permet aux usagers de créer un lien social autre, entre eux et avec les bibliothécaires. On est dans le « jouer ensemble » en dehors de la cellule familiale et amicale. Certains usagers viennent seuls et trouvent une table de jeux : une mixité se crée alors entre les joueurs. Les gens reviennent aux soirées : les soirées jeux de société deviennent un rendez-vous régulier. Ils restent souvent plus longtemps aux moments jeux, plus qu’ils ne seraient restés à la médiathèque pour consulter d’autres documents.

Olivia Le Strat : J’intègre plus les jeux, et notamment les animations, dans les pratiques de la médiathèque. On touche tous les publics, ils peuvent s’emparer du média et le découvrir, comme ils le feraient avec un livre, un CD, un DVD. La médiathèque se doit d’offrir l’accès à la culture, et le jeu est un bien culturel à part entière : c’est là que ma vision a évolué. Je trouve cependant qu’il faudrait développer l’aspect de réflexion autour du jeu, sous forme de débats ou de rencontres pédagogiques : le jeu est un réel fait de société et soulève beaucoup d’interrogations auxquelles nous devons proposer plus de temps de parole.

Frédérique Nancey : Au niveau de l’évolution, ça me paraît compliqué d’emprunter les jeux de société car les manipulations de vérification sont très lourdes. Les animations sont très bien et en nombre suffisant. Il faudrait peut-être plus développer des moments de débat et de médiation avec les parents notamment (autour du jeu de société et du jeu vidéo). Pour les jeux vidéo, j’aimerais avoir plus de temps pour découvrir les jeux entre collègues. Quand les usagers recherchent un jeu, ils connaissent souvent la référence et requièrent peu notre expertise ; mais le catalogue détaillé et le PEGI me permettent d’affiner les recherches et d’ouvrir les usagers à d’autres jeux.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2015

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search