Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 3. Décider ensemble

De l’ALGECO® à L’AGORA : un équipement socioculturel comme instrument démocratique ?

Marie-Paule Doncque

Texte intégral

  • 1 Destiné à accueillir les publics à l'horizon 2017-2018, le projet architectural a été dessiné par (...)

1La municipalité de Metz a souhaité réaliser un équipement prototype réunissant dans un bâtiment unique, un centre social et une médiathèque, à l’horizon 2017-2018. Il s’inscrira dans une démarche de développement durable avec certification NF HQE® Bâtiment tertiaire, afin de garantir un cadre de vie exemplaire pour tous les utilisateurs, citoyens et employés. Outre l’ambition d’être à la fois un lieu de proximité et un lieu destiné à rayonner, cet équipement1 est issu d’un processus de concertation associant les habitants, les associations et les acteurs sociaux du territoire nord de Metz en créant ainsi une nouvelle dynamique territoriale. Cette dynamique se prolongera dans le fonctionnement de l’équipement appelé à être un espace de soutien et de développement d’actions collectives et sociales de proximité avec la participation active des habitants.

2Cette contribution tente de préciser les contours d’une expérience complexe dans ses enjeux territoriaux, en même temps qu’intense et unique.

Contexte géographique et sociodémographique

2009 : une reconfiguration urbaine et sociale

3Les quartiers nord de Metz, qui comprennent celui dit de La Patrotte, présentent une mosaïque d’espaces aux caractéristiques atypiques, se démarquant les unes des autres. Bien que le centre-ville soit proche, cette structuration conduit à un sentiment d’isolement, donne l’image d’un quartier, selon l’expression d’un habitant, « hors de la ville ».

4Ce secteur présente également une grande disparité sur le plan sociodémographique. Il enregistre une forte présence étrangère représentant plus d’un tiers des habitants. La monoparentalité est trois fois supérieure à la moyenne de Metz, les jeunes gens manifestent des comportements inadaptés vis-à-vis de l’autorité et, du point de vue économique, les ménages sont confrontés à une grande précarité. Enfin, le territoire de La Patrotte se signale par un niveau élevé de logements sociaux de moindre qualité, il est peu attractif et le fort taux de vacance, en dépit de multiples démarches de rénovation, en témoigne.

5À partir de 2009, la Ville de Metz a initié un projet urbain avec, pour objectifs, le désenclavement du quartier, la revalorisation de son image et la création d’une nouvelle centralité résolvant les ruptures de circulation. Au-delà de la simple transformation urbaine, la Ville avait souhaité accompagner ce projet par un travail spécifique sur les volets humains et sociaux. Il s’agissait de s’appuyer sur les équipements existants, en dépit d’une carence d’animation et de fréquentation, appelés à évoluer. La question transversale qui se posait alors ‒ et encore maintenant ‒ était celle du lien social. Comment lui donner du sens dans un quartier stigmatisé ?

6Plusieurs acteurs s’efforçaient de travailler ensemble en direction des différentes populations. Parmi eux, APSIS-EMERGENCE développant des actions pour les jeunes en déshérence, l’association messine interfédérale et solidaire (AMIS) s’inscrivant dans une logique de refonte de son projet social destiné à renforcer le lien avec les habitants, et la bibliothèque, annexe de quartier montant des projets d’actions combinées sur le réseau municipal, en liaison avec différents partenaires du quartier.

2011 : programmation d’une médiathèque

7En 2011, la Ville de Metz mettait en œuvre son programme de rénovation urbaine combinée à la programmation d’une médiathèque à l’horizon de 2016. Projection initiale d’un équipement, plus ou moins classique, qui s’enrichissait au fil des mois d’un concept mixte : il a été décidé de lui adjoindre un centre social. En lieu-ressources, certaines fonctions seront accessibles aux associations agissant sur le quartier, avec un élargissement comprenant les zones géographiques du « Chemin de la Moselle » et « Metz Nord ».

8La direction de la politique de la Ville avait été chargée, à titre provisoire, d’animer transversalement cette réflexion, en cohésion avec le service des bibliothèques-médiathèques, du service jeunesse, de l’éducation populaire et de la ville étudiante, le pôle urbanisme, la mission « grands projets », le service « citoyenneté, démocratie participative et mairies de quartier » et naturellement le comité de quartier. L’AMIS fut également pleinement associée à la démarche. D’octobre 2011 à février 2012, les services municipaux et l’AMIS travaillèrent en équipe-projet, en arbitrant, lorsque le besoin se présentait, sur un ensemble d’aspects concernant la conception du lieu, devenu un établissement prototype. Il n’existait alors aucun équipement totalement mixte et entièrement fusionné dès l’origine, pour servir d’inspiration. La population fut incitée, de diverses manières, à participer aux projets.

Démocratie participative : quelles propositions ?

Une dizaine de dispositifs mis en place

9La jeune démocratie participative messine a mis en place tout un arsenal de dispositifs destinés à rapprocher le citoyen de sa ville, de son quartier en même temps que des élus.

Un lieu pour favoriser la parole de tous les habitants

10Une structure réalisée en algeco, baptisée Agora, installée au cœur du quartier de La Patrotte et animée par un unique agent d’accueil, fut chargée de recueillir les premières doléances des habitants.

11Plusieurs formes d’échanges, non formels, furent privilégiées, pour être certain d’accueillir la plus grande variété d’habitants, d’induire des effets de participation à la vie de quartier sans prendre trop l’allure administrative et ainsi rester à l’écoute. Outre ces modes plutôt décomplexés – pour mémoire, la modestie de la structure d’accueil – de collecte de la parole des citoyens, des campagnes de communication, de promotion, ont été opérées sur le terrain. Relayées par de nombreux réseaux sociaux numériques, elles ont été accompagnées de montages d’action culturelle, parfois sous forme ludique. L’enjeu était de favoriser la parole de tous les habitants, cherchant à impliquer par-là même les publics les plus éloignés. Le calendrier de la concertation comprenait plusieurs phases : préparation, enquête, sensibilisation, restitution. La réussite de ces phases reposait sur les partenariats avec les structures, de proximité pour mobiliser et sensibiliser les publics, sur la coopération entre les services pour partager le diagnostic et fournir des réponses adaptées aux publics interrogés.

12Plusieurs formes d’échanges ont été expérimentées auxquelles les bibliothèques-médiathèques de Metz (BMM) ont été systématiquement associées de près ou de loin.

Exemples de dispositifs participatifs

Des ateliers urbains et leur restitution

Les ateliers urbains : animés par une agence de paysagistes concepteurs, la société Complémenterre, engagée dans une approche environnementale et humaine. Selon ses propos, elle « élabore et met en place des formes de concertation participative, à la carte, voire de co-élaboration et de coproduction des projets, efficaces pour susciter la compréhension générale et faire naître le consensus autour d’un projet ou d’une problématique générale ».

Les relais avec le comité de quartier : accompagné par un agent de développement : des réunions bi-hebdomadaires réunissaient les bonnes volontés choisies sur liste lors de la création des comités de quartier à Metz. Chaque membre prenait connaissance des différents projets urbains, dont celui de L’AGORA, au rythme des rencontres organisées par les services municipaux et des étapes de réalisation qu’il s’agissait de présenter. Les membres du comité étaient des relais naturels auprès des populations.

Les grandes assemblées publiques : au fil des différentes phases de programmation organisées au sein du quartier, dans le lycée à proximité ou dans l’algeco AGORA. Ces restitutions régulières aux points d’étapes de la programmation de l’équipement recueillaient systématiquement les avis de la population.

Des fêtes de quartier et des jeux de pistes

Les fêtes de quartiers avec affichage des plans d’architecte : sous leurs aspects ludiques, les organisateurs du projet profitaient, au gré des sessions d’ateliers divers, de solliciter la population qui se présentait pour prendre, en quelque sorte, la température. Est-ce que les choix opérés en fonction des besoins mis en relief et auxquels les services souhaitaient répondre de la façon la plus efficace possible, avaient été judicieux ?

Les jeux de pistes citoyens : animés par le comité de quartier avec la participation des services d’urbanisme et de la politique de la ville et proposés lors des deux fêtes de quartier. Ils étaient destinés, sous un léger vernis culturel, à convier l’air de rien, les participants à évoluer à l’intérieur de leur quartier.

L’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) : accueil d’étudiants résidents dans le cadre de locations co-solidaires

Les étudiants prennent en charge des enfants dans le cadre de projets de soutien, dans leur scolarité par exemple.

Des témoignages culinaires, des balades contées

L’auberge dite espagnole : où l’intérêt gastronomique ne s’est jamais démenti, chacun ramenant de chez soi le plat qu’il avait confectionné. Autour de la table, les convives du quartier se rassemblaient pour partager les témoignages culinaires de leur pays respectif. L’occasion fut belle d’y apporter quelques surprises en proposant, par exemple un concert de musique avec clavecin auprès de populations peu accoutumées à la musique classique, encore moins baroque.

Les balades contées : en calèche tractée par un cheval de belle allure, elles étaient propices à attirer la jeunesse. Chaque étape, dont une à l’emplacement de L’AGORA future, était ponctuée de lectures à voix haute.

Des tournois vidéo, de la poésie à voix haute

L’organisation de tournois vidéo : avec de multiples partenaires, dont la bibliothèque de quartier, les centres sociaux, la mairie annexe, une association spécialisée dans le numérique. La mobilisation des jeunes gens fut possible grâce, notamment, aux réseaux sociaux tels que Facebook en tenant compte que chaque jeune convaincu sollicitait son premier cercle pour participer aux tournois. La promotion de l’équipement futur était réalisée à chaque fois.

Le « Quartier libre en poésie » : héritage d’une opération menée avec un franc succès depuis une décennie dans un autre quartier messin. Grâce à un concept rassemblant des amateurs de tout horizon géographique, la poésie était accessible à toutes et tous, à partir du moment où il le souhaitait. Muni d’un poème de son pays d’origine, tout volontaire pouvait le lire à voix haute, les bibliothécaires qui accompagnaient l’événement apportaient la traduction en français si possible.

Consultation sur le nom du futur équipement

La dénomination de l’équipement : parce qu’il s’agissait d’apporter un nom qui soit reconnaissable et appropriable par tous, dix noms présélectionnés ont été proposés au vote par l’intermédiaire d’annonces par voie de presse, sur les réseaux sociaux, sur les sites de la Ville et des BMM. La communication électronique était accompagnée d’un rappel des enjeux, des explications et commentaires nécessaires à la compréhension du projet général. À l’issue de la consultation de la population, le futur équipement a été dénommé L’AGORA.

Chacune de ces propositions a accueilli indéniablement un certain nombre de personnes intéressées, curieuses ou volontaires. Chacune a bénéficié d’une communication adaptée à ses habitus, le bouche-à-oreille étant le meilleur vecteur, en direction du nouvel établissement. Chacune a semblé accorder du crédit au projet municipal. La culture, pour légitime qu’elle apparaisse à ceux qui la côtoient quotidiennement, pouvait-elle donc être attractive ? La restructuration urbaine qui accompagnait ce projet culturel avait-elle incité à participer autant qu’on l’espérait ?

Participation démocratique : quelle réalité ?

13Malheureusement, le volume de l’assistance, dans les réunions publiques notamment, et les réactions diverses parfois épidermiques, ont tempéré l’enthousiasme premier.

Peu d’appropriation des dispositifs utilisés

14La participation des citoyens était souvent limitée quantitativement, et concernait avant tout les classes moyennes, selon les premières évaluations du service citoyenneté. Parmi les participants, les habitants âgés, parfois politisés, étaient en surreprésentation. En d’autres termes, il s’agissait avant tout de personnes qui avaient le temps et les moyens, intellectuels notamment, de s’engager dans les projets de la municipalité et ainsi de favoriser aussi les projets qui les concernaient immédiatement. Ainsi, il semblerait que la mobilisation s’adresse souvent aux « mêmes » cercles.

15Les auberges espagnoles, bien que mensuelles, parviennent avec difficultés à élargir l’éventail des participants. Nombre d’entre eux, une soixantaine de personnes, d’âge moyen, se retrouvent avec plaisir et envisagent la fois suivante avec appétit. La jeunesse reste néanmoins à attirer. Elle se manifeste pourtant mais de manière peu appropriée, selon le ressenti des citadins et les constats policiers réalisés régulièrement. Vandalisme, envahissement des espaces publics, conquête de territoires par des jeunes gens équipés de quads ou d’autres engins motorisés peu propices à garantir la quiétude d’un quartier, découragent la population à croire en son avenir.

16Par ailleurs, l’appropriation de la problématique par le comité de quartier pouvait être remarquée, mais chaque membre regarde la plupart du temps le projet selon l’angle qui l’intéresse. Il est difficile d’obliger chaque citoyen à raisonner selon une approche globale. On s’intéresse à ce qui nous touche « en premier lieu ». Les fêtes de quartier, mobilisatrices, sont scindées, deux secteurs revendiquant sa propre lecture de la fête. Elles n’avaient pas vocation à rassembler la population autour d’un projet unitaire destiné à apporter une cohésion d’ensemble. Les différents acteurs s’appliquaient à convaincre les populations à sortir, ne serait-ce que de leurs appartements.

17Enfin, le temps politique, spécifique de l’administration publique avec les moyens qui lui sont alloués dans un contexte budgétaire de plus en plus étriqué, n’est pas sur la même temporalité que le public. Les citoyens se lassent parfois des reports de travaux, des atermoiements, des niveaux de décision peu perceptibles par le grand public, du calendrier élastique de la mise en œuvre, des projections d’avenir dont les horizons semblent à la fois si proches et si lointains. Proches par la qualité des contacts réguliers produits lors de différentes réunions, lointains par la nécessité d’un programme de travaux qui se bâtit au long cours.

18Ces difficultés sont-elles insolubles ? Peut-on convaincre les habitants de s’engager dans ces processus participatifs quand les délais sont continuellement repoussés ? Une récente expérience permet d’imaginer que l’on puisse patienter et continuer les efforts.

Les budgets participatifs, un nouveau moyen de mobiliser ?

19En France, les budgets participatifs répondent souvent au concept de « démocratie de proximité » qui se décline notamment dans les conseils de quartier rendus obligatoires dans les villes de plus de 80 000 habitants. Ils visent à rapprocher les citoyens des élus et disposent pour cela de budgets spécifiques. Metz s’en est inspiré pour la première fois en septembre de la même année, 2014. D’autres municipalités ont fait le même choix. Ainsi, Anne Hidalgo, maire de Paris, a expérimenté cette année un budget participatif, très médiatisé. Existant en fait depuis une vingtaine d’années, il permet aux citoyens de décider de la destination d’une partie du budget public et de prioriser ainsi certaines actions.

20Les budgets participatifs permettent également de compenser certaines restrictions budgétaires en offrant de nouvelles marges de liberté et de nouveaux moyens d’expression. Bien que le montant de ces budgets soit limité et les compétences des conseils de quartier ‒ souvent uniquement consultatifs ‒ déterminées par la municipalité, il incite les citoyens à participer à la vie de leur cité d’une nouvelle manière. Alors que la proposition est le fait d’un seul individu, elle est sélectionnée en fonction de sa capacité à rayonner pour la collectivité. Ce fut le cas pour le quartier de La Patrotte où trois projets de modestes réaménagements urbains ont été retenus en lien plus ou moins directs avec L’AGORA. Avec un nouveau phasage qui devrait commencer véritablement à prendre forme à la rentrée de 2016, ceci apportera rapidement une réelle concrétisation d’enjeux urbains.

21Confrontée aux difficultés budgétaires que connaissent les collectivités territoriales à l’heure des baisses des dotations d’État, la municipalité retient L’AGORA comme étant l’un des deux projets prioritaires du mandat actuel, au côté de la nouvelle Cité des congrès.

Inscrire le projet dans la durée

22La réalisation s’éloignant quelque peu, il faut surtout garantir sur le long cours la sensibilisation de la population en renouvelant régulièrement les opérations et en innovant constamment. Pour exemples, la fête de quartier, scindée en deux événements distincts, sera organisée en une seule entité dès 2015, tandis que l’autre centre social du quartier, le centre Lacour, comme souhaité dès l’origine par les porteurs du projet, sera associé à la mise en œuvre de L’AGORA.

23Avant d’être un coût, cet équipement est un tremplin majeur pour l’avenir du quartier. Conçu avec et pour les habitants, il aura vocation également à rayonner sur l’ensemble du territoire messin et bien au-delà, si le succès est au rendez-vous, ce dont personne ne doute.

Notes

1 Destiné à accueillir les publics à l'horizon 2017-2018, le projet architectural a été dessiné par le cabinet ROPA Architecture installé à Montreuil (< http://www.ropa.fr/metz-agora.html >). Il sera organisé selon 7 « univers », dont une salle de diffusion à capacité d’accueil de plus de 120 personnes, avec une très forte orientation envers la famille et la jeunesse. Les outils numériques y seront à la pointe et les collections documentaires et de fiction également.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540