Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 3. Décider ensemble

Introduire des pratiques participatives dans des structures socioculturelles ? Accompagner les équipes

Cécile Goubet

Texte intégral

1La loi 2002-2 du 2 janvier 2002 du Code de l’action sociale et des familles1 inscrit la participation au cœur de la relation avec l’usager d’un établissement ou d’un service social ou médico-social2. À partir d’une expérience en tant qu'animatrice-coordinatrice au Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) à Dijon, et après avoir présenté ce contexte, j’exposerai les atouts et les freins rencontrés à chaque stade de la mise en œuvre d’une démarche participative. Il s’agira de saisir l’accompagnement de l'ensemble du processus (élaboration, mise en œuvre, évaluation) pour le CHRS, dans une approche pratique de la participation des habitants, sans se concentrer sur les aspects théoriques. Le projet participatif sur lequel je souhaite faire un retour a été conduit dans un foyer d’hébergement.

Le centre d'hébergement d'urgence et de réinsertion

Avantages et inconvénients du positionnement professionnel

2C’est en tant qu’animatrice que j’ai débuté dans ce foyer d’hébergement dans un contexte où l'animation était souvent considérée comme « le parent pauvre » du travail social. Le suivi avec les personnes étant avant tout individuel, la place de l’animation, en tant qu’accompagnement du collectif, n’était pas toujours lisible. L’animation était envisagée comme un « plus » mais rarement comme un accompagnement à part entière. Ainsi, nombre d'animateurs recrutés en contrat aidé (au contraire des éducateurs et assistants sociaux en contrat à durée indéterminée) ne souhaitaient pas renouveler leur contrat du fait des difficultés rencontrées sur le terrain. Pour beaucoup, l’absence de formation professionnelle, conjuguée à un manque de reconnaissance au sein de la structure ne leur permettait pas de construire des projets innovants. Et ce, d’autant plus que le public accueilli dans un CHRS, dit « captif », est jugé difficile, démotivé et peu réactif aux propositions.

Le public du foyer d’hébergement

  • 3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Éditio (...)

3Le public est en effet constitué de personnes en situation de désaffiliation sociale3 ayant vécu « l'expérience de la rue » pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Cette situation est souvent la conséquence d’une succession de ruptures (sociales, économiques, culturelles) à laquelle s'ajoute, la plupart du temps, un panel de pathologies (alcoolisme et multi-dépendances, problèmes psychiatriques) entérinant le processus d’isolement. Étant considérés comme « des cas » trop problématiques par les autres structures, le foyer accueille les « usagers » pour des périodes allant de 6 mois à plusieurs années. Le travail avec les éducateurs consiste alors à réapprendre les actes du quotidien : se nourrir, dormir, prendre soin de sa santé et se re-socialiser. L'accompagnement doit graduellement développer l’autonomie des personnes. Dans le meilleur des cas, les personnes intègrent un logement extérieur, reprennent un travail (souvent en atelier d'insertion) et retrouvent ainsi les conditions d'une « vie normale ». Le plus souvent, les allers et retours entre le foyer, la rue ou l'hôpital psychiatrique, voire la prison, émaillent le parcours vers une improbable réinsertion.

Un contexte favorable : type d’animation, formation professionnelle et préconisation des financeurs

4Si la position d’animatrice avait ses inconvénients, elle n’était pas sans avantages. Déchargée du suivi individuel et d'une relation d'accompagnement parfois compliquée, le positionnement professionnel permettait d'entrer plus librement en relation avec les résidents. Ainsi, tous les vendredis après-midi, je me retrouvais avec eux, autour d’une pause-café qui nous permettait d'échanger sur la vie du CHRS, sur les soucis et les petits bonheurs de chacun. Ce moment de rencontre était un véritable point d'écoute qui permettait d’entendre les préoccupations des résidents, de saisir ce qui ne s’exprimait pas en entretien avec les collègues éducateurs ou assistants sociaux. Par ailleurs, grâce à un groupe de résidents, au soutien d’une partie de l'équipe et de la direction, nous avons monté un potager collectif situé à l'extérieur de la ville. Cette expérience a permis à ce nouveau collectif de jardiniers de s’investir durablement dans un projet « hors les murs », où chacun avait sa place en partageant ses savoir-faire.

5Si, dès ma prise de poste, j'avais pris le parti de construire des animations en fonction des personnes, il ne s’agissait pas encore de « projets participatifs » en tant que tels. La volonté d’impliquer davantage les participants était présente (en s’appuyant sur leur avis pour mieux construire les animations, en leur confiant des responsabilités dans la mise en œuvre des activités) mais il me manquait la démarche de projet. C’est donc finalement dans le cadre d’une formation de coordination en animation sociale (Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, [DEJEPS]) que la dimension participative a pris tout son sens. Je me suis en effet appuyée sur cette formation pour faire « bouger le cadre » en apportant ainsi des nouveaux outils d’animation à l’équipe de salariés. J’ai convaincu la direction qu’une approche participative pouvait être un véritable atout pour le CHRS dans la mesure où la participation des usagers faisait partie des orientations préconisées par les financeurs. Il va sans dire que je n’aurais sans doute pas eu le même soutien de la part de mon employeur si la démarche avait été de ma seule initiative.

Vers des projets participatifs : mener l’enquête

Mobiliser les collègues et les usagers

6Ce projet s’est appuyé sur une enquête participative pour recenser les besoins des résidents afin de co-construire la demande dans le but de monter un projet global d'animation. L’enquête était un élément incontournable demandé par mes formateurs. Le dispositif d’enquête était conçu pour faciliter l’implication des publics (habitants, usagers, etc.) à toutes les étapes de sa réalisation. Il s’agissait de mobiliser les ressources individuelles pour monter ce projet collectif. C’était une véritable gageure dans la mesure où, au départ, personne n’y croyait vraiment ; la démarche d’enquête remettait en cause les représentations de la relation entre accompagnants considérés comme actifs et accompagnés considérés comme passifs. À ce stade, mon travail consistait à encourager les résidents/usagers pour qu’ils acceptent de devenir enquêteurs et de prendre part activement au projet. Dans le même temps, je devais convaincre les éducateurs de s’engager aux côtés des usagers dans le dispositif d’enquête.

7Pour mobiliser les résidents, je me suis appuyée sur les habitués du potager collectif et de la pause-café afin de construire un groupe d’enquêteurs. S’appuyer sur des dynamiques de groupe existantes pour intégrer de nouvelles personnes au projet a été la solution adoptée pour faire boule de neige. Des collègues et des bénévoles de la structure ont été aussi mobilisés. In fine, grâce à la présence des résidents enquêteurs, 80 % des résidents/usagers du CHRS ont ouvert leurs portes. La quasi-totalité de l'équipe salariée a adhéré au projet en répondant aux personnes qu’elles ont habituellement pour mission d’accompagner.

8L’analyse de l'enquête a révélé un besoin de relations sociales, d'écoute et de prise en compte de la parole des résidents sur les questions de vie collective ; soit en d’autres termes, la demande d’une plus grande implication et participation à l’organisation même du centre. Deux projets ont été alors lancés dans ce sens : un café convivial, géré par les résidents volontaires et un conseil de vie sociale (CVS).

L’expérience du Café autogéré

9La mise en œuvre d'un café géré par les résidents a constitué une expérience plus proche du pouvoir d’agir. J’entends par là une expérience d’implication appropriée par les usagers, développant leur capacité en tant qu’acteur au sein de la Cité (ici, du CHRS). En effet, au contraire du CVS, dont on le verra, l’organisation était structurée par des textes (Loi 2002-2, cf. supra), le « café des résidents » participait d’une expérimentation où ni la direction, ni l’équipe, ni les résidents ne savaient, au départ, à quoi s’en tenir. C’est précisément ce côté expérimental qui a permis aux résidents impliqués dans le projet d’apporter graduellement des solutions à une demande collective.

10Avant ce projet, l’espace café était géré par une animatrice en contrat aidé. Mais, depuis son départ, l’absence d’un lieu convivial manquait aux résidents, ainsi qu’à l’équipe. L’enquête a permis de mettre à jour ce besoin crucial. Quelques anciens habitués de l’espace café, rejoints par de nouveaux résidents, se sont proposés pour « tenir le comptoir » tout en émettant des doutes sur leur capacité à pouvoir le faire. Le passage de l’envie à sa réalisation ne s’est pas fait naturellement : beaucoup doutaient de leur propre capacité à s’impliquer durablement. En effet, se lever pour prendre le service à 9 heures du matin, installer la salle, prendre les commandes, gérer une machine à café vieillissante quand le « coup de bourre de 10 heures » arrive, se confronter aux regards des « copains » espérant parfois une discrète ristourne, terminer le service à l’heure prévue, anticiper les stocks de boissons etc., demandaient des efforts considérables aux membres de l’équipe. C’est à ce titre que la logique d’accompagnement des résidents prenait tout son sens ; il s’agissait de ré-actualiser les puissances agissantes de chacun, de mettre en mouvement des potentialités d’activité souvent diminuées par des expériences de vie déstructurantes.

11La direction refusa d’abord que les résidents/usagers encaissent eux-mêmes les consommations ; l'idée que des vols pouvaient mettre en cause la viabilité du projet était un frein à l’enthousiasme des participants : néanmoins, sans un minimum de confiance de la part de l’institution, il était difficile de légitimer la capacité d’agir des participants. Les éducateurs ont donc été désignés pour contrôler le bon déroulement des opérations (gestion des commandes, de la caisse, des comportements…). Un accompagnement resserré a été mené pendant les premiers mois. L'équipe Café a été formée pour acquérir autonomie et responsabilité. Au terme d'une année et demie de travail avec les volontaires, le « café des résidents » était entièrement géré par son équipe, encaissements compris. L'équipe Café s'était approprié le projet : elle gérait les commandes et les stocks, organisait son planning et proposait des animations.

12Cette initiative, réussie, a produit des effets inattendus et positifs. Le fait que ce café et sa convivialité n'aient pas été calibrés par une exigence institutionnelle (à l'instar du CVS) a laissé une plus grande place à l'expérimentation. Des volontaires perçus auparavant comme passifs sont devenus des personnes-ressources pour des résidents (certains ont été élus représentants au CVS) et de l'équipe éducative. Quelque chose d'inédit s'était introduit dans la routine des relations entre personnes accompagnantes et accompagnées. Si cette évolution n'a pas touché l’ensemble des résidents, elle a cependant ouvert de nouvelles possibilités dans la relation entre résidents et travailleurs sociaux.

L’expérience du conseil de vie sociale

  • 4 Cf. supra.

13Le CVS a été constitué en 2012, mais sans une disposition de la loi 2002-2 favorisant la promotion du droit des usagers4, le CVS n'aurait peut-être pas si promptement vu le jour. Cette loi oblige en effet les établissements sociaux et médico-sociaux à avoir une instance représentative d'usagers leur permettant d'être informés, représentés et consultés pour les questions les concernant. La présence d'un tel dispositif entre en compte dans l'évaluation des objectifs de la structure, demandée par les financeurs. Les résultats de l'enquête tombaient donc à point nommé pour engager l'établissement dans une mise en conformité avec la loi. En la matière, le CHRS avait dix ans de retard à rattraper.

14Par ailleurs, en partie grâce à la dynamique mise en place avec le café, des résidents qui s’étaient impliqués dans le café ont ensuite porté leur candidature au CVS. Les résidents ont exprimé à cette occasion un fort besoin d’être pris en compte. Quelques-uns ont même émis l’idée d'avoir une association de résidents, qui aurait pu prendre la forme d'une association loi 1901 autonome et indépendante du CHRS. Cependant, cette idée a été écartée par la direction comme étant jugée peu « adaptée au public ». Au-delà de cet avis sur les capacités du public, avec laquelle on peut être en désaccord, il faut pointer le fait que le CVS, dont l'organisation est calibrée et rodée au fonctionnement institutionnel, était à ces égards plus rassurants pour la structure.

15Des élections de représentants usagés et salariés ont été organisées. Un an après l'enquête, le CVS du foyer siégeait une fois par mois dans les locaux administratifs. Un pas avait été franchi : les résidents avaient une instance représentative où les besoins pouvaient être exprimés. Cependant, enregistrer une demande et conférer à la commission un pouvoir décisionnel demandaient quelques aménagements. En effet, comment assurer la transition entre le travailler pour un public et le construire avec, sinon par une remise en question des pratiques d'accompagnement ? Comment promouvoir les dynamiques de transformation sociale, sans un changement radical des postures professionnelles et institutionnelles ? Pour cela, une forte volonté politique de la part de la structure est nécessaire pour entériner une démarche visant plus à mettre en capacité qu'à mener une stratégie de pacification de la demande sociale.

16Pour les travailleurs sociaux, s'appuyer sur le collectif dans une logique où l'accompagnement individuel est roi passe inévitablement par un changement de paradigme. Les professionnels doivent reconnaître l'usager comme force de proposition et en position de négocier le devenir commun.

17Se mettre en capacité d'écoute, se retirer du jeu pour « créer du vide » et mettre en résonance les paroles et désirs des personnes, revient à une rupture ontologique pour bon nombre d'animateurs. Arrêter de faire pour, voire, à la place de, sortir de la logique d’activité en renonçant au sacro-saint programme, est le passage obligé pour entamer la mue d'une animation de loisir vers une animation sociale. Pour cela, il est nécessaire de former (sans formater) les équipes à de nouvelles pratiques professionnelles et de s’engager avec les publics dans des projets expérimentaux.

18Enfin, placer les publics au cœur de la démarche en se reposant sur leurs capacités d’expertise est primordial. L’enjeu n’est pas seulement de prendre en compte le point de vue de l’habitant, de l’usager mais de l’initier à une démarche qui devienne sienne.

19Force est de reconnaître que la mise en œuvre d’un projet participatif s’avère complexe dans notre société organisée globalement par des logiques de concurrence. Mettre en œuvre la participation dans des structures de type socioculturel demande à la fois la mobilisation des équipes, leur formation en ce sens et le soutien des directions qui passe par une volonté politique forte de la part des associations.

Notes

1 [En ligne] : <  http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000215460&dateTexte=20150702  >.

2 Voir les rapports de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM). [En ligne] : < http://www.anesm.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_d_enquete_Participation_des_usagers_Septembre2014_.pdf > ; de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS) Bourgogne. [En ligne] : < http://www.bourgogne.drjscs.gouv.fr/IMG/pdf/etude_FNARS_participation_des_usagers.pdf >.

3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Éditions Gallimard, 1999 (coll. Folio).

4 Cf. supra.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540