Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 3. Décider ensemble

« Participation toi-même ! » ou comment les usagers s’engagent à la bibliothèque Louise Michel

Hélène Certain

Texte intégral

1Quand on parle de participation des usagers ou des habitants à la bibliothèque, certaines questions reviennent régulièrement. La première d’entre elles : « Mais, pourquoi ? ».

2En effet, pourquoi y aurait-il besoin de faire participer les usagers/habitants alors qu’une équipe de professionnels est là pour gérer le lieu et ses services ? Nous, bibliothécaires de la bibliothèque Louise Michel (Paris), pensons que la bibliothèque est d’abord celle des habitants et cela depuis la conception du projet d’établissement. Puisque Louise Michel est leur bibliothèque, il nous paraissait évident que les habitants soient impliqués activement dans son fonctionnement. À nous, professionnels, de nous positionner en facilitateurs dans cette dynamique.

3Aujourd’hui, nous ne nous posons plus la question du « pourquoi ? » mais davantage celle du « comment ? ». Créer une ambiance propice, être à l’écoute des gens et des initiatives, échanger et communiquer, sont autant d’étapes nécessaires à la construction d’une démarche participative sur l’ensemble de l’établissement.

De l’inclusion au partage de savoir-faire : au cœur de notre démarche participative

Une bibliothèque familiale et familière

4Inscrite dans le quartier de la Réunion, au sud du XXe arrondissement, la bibliothèque est bien implantée dans le territoire. Sur les 25 000 habitants du quartier, les populations qu’elle dessert sont très contrastées, des plus défavorisées aux plus aisées. Cet établissement de 500 m2 est devenu un endroit vivant et agréable pour les habitants, une étape, un entre-deux entre l’école et la maison, parfois même un prolongement de leur salon !

Instaurer un accueil personnalisé

  • 1 Conversation anodine et légère qui ne concerne aucun sujet personnel.

5Il faut donc y oublier le « chut » et permettre aux usagers de se sentir vraiment comme chez eux. Ce qui passe par le dialogue, et par un accueil personnalisé. Prendre le temps de parler avec eux, dans un échange qui ne soit pas purement formel, proposer une relation moins conventionnelle, plus humaine entre l’équipe et le public. Cela suppose de pratiquer le small talk1, de s’intéresser aux goûts des lecteurs et de dépasser le rôle traditionnel du bibliothécaire.

6Nous sommes allés plus loin dans cette démarche : téléphoner, boire ou manger à la bibliothèque est permis, par exemple. Si nous voulons proposer un espace qui n’est pas coupé de la vie et de l’évolution des usages, il paraît alors logique d’autoriser les lecteurs à s’installer pour prendre le goûter, et de leur permettre de s’approprier les lieux à leur façon.

7De la même façon, les ateliers participatifs ont lieu au milieu de la bibliothèque, sans inscription préalable, invitant ainsi tous les usagers à y participer. Les enfants, notamment, ont très vite reconnu le rituel, qui consiste à installer les tables et chaises au centre du plateau de la bibliothèque : ils s’approchent immédiatement pour savoir ce qui va se passer et sont déjà « acquis à la cause », puisque sans connaître l’objet de l’atelier, ils souhaitent d’office y participer ! L’effet boule de neige fonctionne presque systématiquement, cette petite troupe joyeuse rassemblée autour d’une mystérieuse activité attire la curiosité, et bientôt, plusieurs personnes, des adultes ou d’autres enfants, s’approchent et se renseignent sur la raison de cette installation.

8Autre image familiale, celle du jardin de la bibliothèque : la possibilité pour les habitants de jardiner permet une fois de plus de favoriser le lien social, et les discussions entre usagers et bibliothécaires. Cela renforce le sentiment pour nos usagers/habitants que la bibliothèque est un lieu de vie qui leur appartient et dont ils peuvent être acteurs. Les plus jeunes sont ravis de mettre les mains dans la terre et de nous aider à arroser, les adultes heureux de pouvoir transmettre leurs connaissances des plantes et de profiter d’une petite touche de nature et d’écologie (surtout en plein Paris) qu’ils peuvent partager avec les enfants.

Une bibliothèque inclusive… et gourmande

9Le Café de Louise représente une étape supplémentaire dans le processus d’appropriation des lieux par les habitants du quartier. Ce café littéraire est plutôt un moment de rencontre attendu par un petit cercle de fidèles, où nouvelles et discussions circulent, pas toujours en lien avec le livre. C’est un aspect gratifiant pour l’équipe : les participants se connaissent, sympathisent, et créent alors une dynamique dont les bibliothécaires ne sont plus le pivot central. Pour autant, cela reste un moment de rencontre privilégié avec nos lecteurs, où le conseil de lecture se débarrasse de son aspect prescriptif pour devenir horizontal, c’est-à-dire de lecteur à lecteur, ou de lecteur à bibliothécaire.

10Pour rendre ce moment encore plus convivial et chaleureux, un rituel s’est installé, qui consiste à proposer là encore, café, thé à la menthe (fait maison !) et petits gâteaux à nos participants. Outre son côté gourmand, cette proposition a aussi fait ses preuves lors des rencontres d’auteurs, où l’apéritif reste une valeur sûre pour faire connaissance. Les enfants ne sont pas oubliés, avec leur « goûter des Pingouins grouillants », qui reprend le même fonctionnement, mais avec limonade et bonbons !

11Favoriser un climat propice aux rencontres intergénérationnelles, distribuer thé ou café dans les moments de tension, c’est prendre le parti d’influer sur l’ambiance de la bibliothèque pour en faire un lieu vivant où chacun peut se sentir à l’aise. Ce qui constitue un terrain favorable pour l’étape suivante : mettre dans les mains des usagers l’animation du lieu, les rendre acteurs du lieu.

Venir à la bibliothèque : un usage en soi

12Les usagers ne viennent plus nécessairement emprunter un livre, bien d’autres usages se sont mis en place : disputer une partie d’échecs, bavarder entre copines, jardiner… mais aussi jouer aux jeux vidéo, partager un thé à la menthe ou fabriquer des bijoux. Un panier de jeux attend les tout-petits sur les tapis, à côté des livres ; libre à eux de choisir ou de faire des passerelles de l’un à l’autre. Tous ces parcours sont justifiés dès lors qu’ils permettent aux usagers d’investir les lieux et de s’y sentir bien. Aucune n’est plus légitime qu’une autre, ce qui permet aux usagers de multiplier leurs parcours.

Passer de « l’usager-client » à « l’usager-contributeur »

13Partant du postulat que les bibliothèques sont des lieux de ressources, la bibliothèque Louise Michel tente d’exploiter au maximum cette notion… Les savoirs, connaissances et savoir-faire des usagers enrichissent ainsi les propositions de la bibliothèque et permettent d’offrir des services en adéquation avec les publics. À partir de ce principe « d’usager-ressource », sont aujourd’hui déclinés plusieurs services ou actions, qui ont une importance capitale pour le service ou l’action proposée en tant que telle mais aussi pour le fonctionnement plus global de l’établissement. En effet, il n’y a pas de hiérarchie de légitimité entre les ressources documentaires proposées par la bibliothèque et celles apportées par les usagers.

14Ainsi, les ateliers créatifs participatifs ont été mis en place à la rentrée 2013. Le principe est le suivant : les usagers proposent de partager leurs talents et savoir-faire avec la communauté, tous publics mélangés. La bibliothèque organise les aspects logistiques : aménagement de l’espace, proposition d’horaires, achat de matériel et communication autour de l’atelier. L’animation de la séance est assurée par le ou les habitants qui ont proposé l’idée, avec la présence d’un bibliothécaire pour « seconder », ou pour proposer un relais sur certaines questions techniques. Loin des idées reçues, les ateliers « tricot » ou « bijoux » ne réunissent pas que des petites filles : les pré-ados, filles ou garçons, adhèrent facilement à cette idée de « fabriquer », créer quelque chose, sous l’égide d’un.e lecteur/lectrice. Ainsi, on croisera des lycéennes, des collégiens, des mères au foyer et des personnes à la retraite, autour d’une même activité. Les objectifs sont de valoriser les savoir-faire des usagers, de leur permettre de transmettre une compétence, et donc de favoriser les rencontres entre générations.

15On notera que pour tous les services participatifs, le rôle des professionnels est d’en favoriser la mise en place, en prenant en charge les aspects d’organisation, de logistique et de communication. Nous allons nous attarder sur ce dernier point, car il joue un rôle central pour développer une participation active et réelle des habitants.

Communiquer sur la dimension participative des animations : le nerf de la guerre

16Quand on parle de communication dans le cadre de la mise en place de projets participatifs, on ne parle pas seulement d’une forme d’affichage ou d’une simple information qui irait uniquement du bibliothécaire vers le lecteur.

Une identité à construire

17Communiquer sur les activités de la bibliothèque et sur la dimension participative des animations est un processus à long terme qui se construit et s’entretient en permanence. C’est un véritable travail sur l’image de la bibliothèque qui permettra au public, petit à petit, de comprendre qu’il peut être un acteur du lieu.

18Par exemple, jusqu’à présent, seule une poignée d’habitants est très investie dans l’entretien du jardin de la bibliothèque. La plus grosse difficulté du projet est de faire admettre aux gens qu’ils peuvent prendre des initiatives et qu’ils ont la liberté de proposer et prendre en charge des activités. Sans doute est-ce lié au fait que les bibliothèques sont encore trop perçues comme des lieux à fortes contraintes, avec un règlement strict qui n’invite pas à la prise d’initiative. Finalement, il faut essentiellement travailler sur l’idée qu’ont les gens de ce qu’ils peuvent faire à la bibliothèque et la faire évoluer.

19Communiquer de façon un peu décalée pour casser l’image parfois austère de la bibliothèque et des bibliothécaires, considérer la discussion de personne à personne comme l’un des outils majeurs de communication et créer un climat propice à ce que les gens se sentent autorisés à prendre des initiatives sont les clés pour la mise en place de projets participatifs à la bibliothèque. C’est un travail qui est à recommencer pour chaque nouvelle personne qui en franchit le seuil… en espérant que sur le long terme, le bouche-à-oreille aille au-devant de nos futurs usagers.

  • 2 Le « Ciné-Habitants » de la bibliothèque est une séance participative : la bibliothèque a fédéré u (...)

20Ainsi, pour le « Ciné-Habitants »2, qui cible déjà un public intéressé par une telle proposition, il fallait créer une communication efficace et percutante pour attirer un public qui n’aura peut-être pas le réflexe de fréquenter une bibliothèque pour la projection d’un film. Dans le même temps, il faut éviter d’être dans l’illégalité en faisant de la publicité pour la diffusion des films, quand bien même des droits de diffusion ont été accordés par le fournisseur. Nous avons donc choisi de reproduire l’affiche du film programmé en modifiant son titre et en remplaçant les héros par des personnages Lego®. Les lecteurs reconnaissent la référence et s’amusent de cette caricature. La parodie peut même devenir un jeu avec eux, les lecteurs devant deviner le titre du film.

Une communication de personne à personne

21Pour que la participation puisse se construire, il faut avant tout considérer la communication sous l’angle de l’échange, de la mise en relation, de la confiance. Bien sûr, la bibliothèque édite une lettre d’information mensuelle, imprime des affiches, est active sur les réseaux sociaux pour informer ses usagers des animations, projets, nouveautés. Mais une partie importante de la communication à la bibliothèque passe par la discussion directe, de personne à personne.

22Cela commence dès le moment de l’inscription d’un nouvel usager. Parmi les informations données sur la bibliothèque, les agents prennent soin de préciser que certaines activités fonctionnent sur un mode participatif et que les lecteurs ne doivent pas hésiter à venir discuter avec les bibliothécaires d’un projet dans lequel ils auraient envie de s’investir, ou d’une animation qu’ils aimeraient proposer. D’une façon générale, les projets participatifs se mettent en place au fil d’une relation qui se tisse avec les usagers. C’est parce que l’on discute régulièrement avec certains lecteurs, parce que l’on connaît les gens, que certains projets prennent forme. De même, c’est parce que les lecteurs connaissent assez les bibliothécaires, parce qu’ils se sont familiarisés avec le lieu et son fonctionnement, parce qu’ils se sentent à l’aise et en confiance, qu’ils oseront prendre une initiative, franchir le pas pour proposer une animation.

23Dans le cas des ateliers créatifs, la rencontre avec des personnes qui ont par la suite animé des séances s’est parfois faite de façon fortuite. Une jeune fille fabrique des bracelets dans la bibliothèque ? C’est l’occasion d’aller simplement discuter avec elle un moment puis de lui proposer de venir animer un atelier à la bibliothèque. Il faut dans ce cas penser à prendre les coordonnées de la personne, préciser avec elle ses disponibilités, l’organisation de la séance, le matériel nécessaire.

24Enfin, c’est souvent parce qu’ils sont eux-mêmes venus à une animation gérée par un usager, que certaines personnes se diront qu’elles aussi peuvent proposer une activité. Voir une personne autre que les bibliothécaires animer un atelier, dans une ambiance conviviale et bon enfant, permet tout de suite de rassurer les gens sur leur capacité à prendre en charge eux-mêmes ce type d’activité. De participants, ils peuvent simplement passer en appui à l’animateur pour aider à montrer aux autres ce qu’il faut faire et enfin devenir complètement autonomes sur l’animation. Et cela, qu’il s’agisse d’adultes ou d’enfants qui seront très fiers de montrer à leurs copains, voire à leurs parents, ce qu’ils sont capables de faire.

25Par exemple, plusieurs ateliers tricot, crochet ou pompons, des ateliers origami, ou encore des ateliers bracelets ont eu lieu dans la bibliothèque. Ils ont été animés soit par des adultes soit par des enfants et ils ont tous rencontré un très grand succès, créant des émules parmi les participants et donnant des idées ou envies à d’autres. D’où l’importance de rendre visibles les ateliers participatifs en les plaçant au milieu de l’espace, à la vue de tous. La meilleure publicité c’est encore d’intriguer et de donner envie de participer, même en cours de route, ou de susciter d’autres propositions créatives.

Com’ papier et/ou com’ en ligne

26Les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la communication autour des projets participatifs. L’utilisation d’une page Facebook par exemple, permet de montrer presque en temps réel ce qui se passe à la bibliothèque. C’est un moyen simple, efficace et peu coûteux en temps pour illustrer et valoriser les animations. Deux ou trois photos et une phrase d’accroche permettent tout de suite de montrer l’ambiance, le public présent, les activités réalisées… et de préciser le caractère participatif de l’action.

27Quel que soit l’outil de communication utilisé, il est important de valoriser les personnes qui s’investissent de façon participative dans les actions menées à la bibliothèque. Indiquer le prénom de « la » ou « des » personnes qui animent un atelier (avec leur autorisation bien sûr) sur une affiche ou une publication Facebook est un bon moyen, à la fois de les valoriser et de communiquer, une fois de plus, sur la possibilité pour le public de proposer des activités à la bibliothèque.

  • 3 < biblouisemichel.wordpress.com >.

28Enfin, parmi les outils de communication mis en place, la bibliothèque a lancé il y a quelques mois, son blog : Louise et les canards sauvages3. C’est bien sûr l’occasion pour les bibliothécaires de partager leurs coups de cœur, leurs découvertes ou leur humeur du moment et une fois de plus, c’est un outil qui se veut participatif. Nos lecteurs, aussi bien que les partenaires avec qui nous travaillons, peuvent donc nous proposer des articles et quelques-uns ont d’ores et déjà trouvé leur place en ligne. Le blog en est encore à ses premiers pas sur la Toile, mais une chose est sûre, il est pour nous un moyen d’expression à développer aussi bien par l’équipe que par les usagers de la bibliothèque, car Louise Michel est leur bibliothèque, le blog est donc aussi leur blog.

Perspectives

29Le blog écrit par les lecteurs ?
– C’est fait ! Et pourquoi ne pas écrire sur les murs de la bibliothèque ?
‒ Un mur d’expression libre, en quelque sorte ? Et une salle juste pour nos lecteurs ?
– Ah oui, qui leur donnerait carte blanche sur les activités envisagées ?

30Voilà les pistes sur lesquelles nous travaillons en ce moment. D’autres projets viendront, mais ils ne sont pas tous définis, peut-être parce qu’ils se créent aussi au gré des rencontres, des envies personnelles, des initiatives de nos usagers. Les retours positifs confirment une réelle volonté des lecteurs à s’investir dans le fonctionnement de la bibliothèque ; et désormais, pour chaque nouveau projet envisagé, un volet incluant la participation des usagers est prévu.

31L’engagement participatif de la bibliothèque est en plein essor, et notre objectif reste encore et toujours d’accompagner les idées pour leur laisser la place de se concrétiser.

Notes

1 Conversation anodine et légère qui ne concerne aucun sujet personnel.

2 Le « Ciné-Habitants » de la bibliothèque est une séance participative : la bibliothèque a fédéré un groupe d’usagers motivés qui établissent la programmation des films.

3 < biblouisemichel.wordpress.com >.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540