Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 3. Décider ensemble

Construire une médiathèque avec ses utilisateurs : des expériences à Lezoux

Entretien avec Jean-Christophe Lacas et Stéphane Vincent

Raphaëlle Bats

Texte intégral

  • 1 Voir le Congrès de l’ABF 2013 : La bibliothèque, fabrique du citoyen. [En ligne] : < http://www.ab (...)

1Parmi les projets participatifs menés en bibliothèque, l’exemple de la médiathèque intercommunale entre Dore et Allier, à Lezoux, est souvent cité et sa phase d’élaboration a été présentée à de multiples reprises aux professionnels1.

  • 2www.la27eregion.fr >.
  • 3 Lezoux a fait l’objet d’un programme de recherche-action appelé Territoires en résidences mené par (...)

2Le développement actuel du projet nous intéresse ici à plus d’un titre. D’une part, le partenariat entre la future médiathèque et l’association La 27e Région2 promet une réflexion qui élargit le cadre biblio-centré habituel. D’autre part, la phase consultative du projet, la résidence3, étant terminée, il est possible de disposer d’éléments d’évaluation et de résultats. Enfin, la médiathèque est aujourd’hui en construction et il est intéressant de se pencher sur la poursuite de cette dynamique participative pendant cette nouvelle phase. Nous avons donc invité Jean-Christophe Lacas, chef de projet de la médiathèque de Lezoux, au sein de la Communauté de communes entre Dore et Allier, et Stéphane Vincent, délégué général de La 27e Région, à répondre à quelques-unes de nos questions.

Niveaux de participation et système d’acteurs

Raphaëlle Bats : Dans le livrable 4 issu de la résidence et qui a ensuite servi de « maîtrise d’usage » pour le cabinet Serero, l’architecte choisi pour le projet, vous faites mention d’un grand nombre d’acteurs : les élus, les habitants, les bibliothécaires, les fonctionnaires. Quel est le rôle de chacun dans ce projet participatif ? Y a-t-il des participations différenciées ? L’élu est aussi un habitant, parfois le bibliothécaire l’est aussi… comment se passe l’articulation entre les acteurs dans un tel projet participatif ?

Stéphane Vincent : Nous prenons le territoire observé comme un système d’acteurs, un ensemble d’interactions entre des individus et des collectifs. Dans ce sens, oui, les informations que nous avons besoin de recueillir varient selon les acteurs : comment les élus expriment-ils la vision politique qu’ils ont du projet de médiathèque ? Quelles sont les attentes et les pratiques des habitants vis-à-vis d’un tel équipement ? Comment les médiathécaires envisagent-ils leur rôle dans ce projet ?

Mais le fait de passer du temps avec eux, et en particulier l’emploi de méthodes inspirées de l’ethnographie vise justement à ne jamais enfermer les individus dans des stéréotypes. Il s’agit également de tenter de changer les regards – par exemple prouver aux décideurs publics que leur vision est souvent en décalage avec la réalité des usages. Car au-delà des individus, notre boussole, ce sont les usages. En ce sens, la participation active des habitants est un moyen de recueillir des indices sur leurs pratiques réelles en matière culturelle, de lecture et de prêt. En particulier, nous nous intéressons aux situations extrêmes : pourquoi certains sont-ils de gros utilisateurs des médiathèques, pourquoi s’y rendent-ils chaque jour ? Pourquoi d’autres, au contraire, n’y sont jamais allés ? Pourquoi même, certains s’opposent-ils au projet d’une médiathèque ? Collecter des indices sur ces phénomènes est précieux. Il s’agit d’une approche qualitative : nous préférons recueillir des informations approfondies à partir de dix de ces « usagers extrêmes », que de travailler sur de grands panels de centaines « d’usagers moyens » ; beaucoup d’études le font déjà, ce n’est pas notre rôle. Concernant la participation, je dois ajouter que le niveau de participation diffère durant les phases de l’expérience : la participation peut être faible à certains moments, par exemple quand l’équipe en résidence a besoin de s’isoler pour prendre du recul ; et forte à d’autres, quand elle a besoin de tester des hypothèses avec les usagers. D’une façon générale, il faut veiller à ne pas mythifier la participation, elle n’est pas toujours utile et peut même nuire à la qualité du projet. Il serait faux de penser que les usagers ont toujours raison, il faut surtout s’assurer que leur expertise est bien prise en compte dans le processus.

Jean-Christophe Lacas : Le partenariat avec la médiathèque départementale, service du conseil général du Puy-de-Dôme et de la région Auvergne a aussi permis de se saisir des préoccupations et des enjeux que représente la médiathèque dans les politiques de ces collectivités. Il a également été l’occasion de poser les bases d’une forme de collaboration, peut-être nouvelle, entre tous ces acteurs en introduisant davantage l’habitant, l’usager dans les processus.

R. B. : Vous venez de dire que le niveau de participation varie. Est-ce le cas aussi pour le nombre de participants ? Par exemple de plus en plus de participants pendant la résidence et peut-être moins pendant la construction de la bibliothèque ?

Jean-Christophe Lacas : Aucune comptabilité n'a été tenue lors des rendez-vous organisés et proposés durant la résidence. Il est donc difficile de dire précisément combien de personnes ont réellement participé et cela d'autant plus que la parole a été donnée à la population lors de courts entretiens ou brèves conversations débutés sur le trottoir, devant le QG de La 27e Région, se transformant parfois en un échange plus dense si le seuil de la porte était franchi !

  • 5 Expression japonaise qui désigne l’art de présenter en un temps contraint – en général 6 minutes c (...)

La diversité des thèmes abordés lors des ateliers ou la forme donnée au rendez-vous ont également influé sur le nombre de personnes présentes. Davantage, environ 50, ont participé à la soirée pecha kucha5 autour des ressources numériques locales et des initiatives innovantes. Tout autant de personnes à la séance « droit d'auteur et téléchargement » mais beaucoup moins à l'invitation « à jouer ensemble, enfants et parents, aux jeux vidéo ! ». Les rendez-vous conviaient aussi des publics ciblés et identifiés, qu'il s’agisse des bénévoles du réseau de lecture publique, des élus ou des acteurs du monde associatif.

La participation n'a pas baissé durant les trois semaines de résidence, même s’il y avait moins de monde impliqué et sollicité pour la dernière séance, davantage consacrée à la synthèse du travail, à l'élaboration du livret et à la conception du plan des usages. Les élus communautaires ont également participé aux rencontres et tout particulièrement à la synthèse et aux conclusions de la résidence, en présence de la région et du conseil général.

Il est donc difficile de chiffrer ou du moins de comptabiliser précisément, car certaines personnes ont suivi assidûment la résidence et d'autres très ponctuellement, uniquement lors d'une soirée qui les concernaient directement. Nous pouvons dire qu'environ 5 % de la population intercommunale, 1 000 personnes, a été touchée « physiquement » par cette résidence.

R. B. : Vous avez listé, dans votre rapport, des projets pour les 24 mois à venir (à la date de rédaction du projet, bien entendu). Avez-vous pu tous les mettre en œuvre et réussi à monter d’autres projets participatifs d’accompagnement de cette construction de médiathèque après la résidence ?

Jean-Christophe Lacas : Suite à la résidence et à la diffusion du plan des usages, la Communauté de communes a souhaité mettre en œuvre « Les Chantiers, en attendant la médiathèque… ». Cette proposition d'action culturelle s'est fixée comme objectif de poursuivre la sensibilisation du public, de continuer de donner la parole et d’écouter les habitants en proposant des rendez-vous s'inscrivant dans le projet de construction de l'équipement culturel.

  • Les « Chantiers d'écriture - Chantier d'art », sur le thème de la maison et de la construction, ont accompagné neuf personnes dans la réalisation de la « Boîte à lire », premier document de la médiathèque, réunissant les travaux et livrets élaborés durant les 6 journées dédiées à cet atelier. La 2e session de ce chantier est en route avec le thème de la ville au cœur des préoccupations.
  • Les « Petits chantiers d'écriture et la bibliothèque d'objets » ont sollicité les potiers en activité sur la commune en les invitant à concevoir des boîtes ou « contenants » en céramique permettant de recueillir des écrits et objets conçus pendant de courtes séances d'ateliers d'écriture. Chaque production est déposée dans les poteries et l'ensemble est appelé à devenir la bibliothèque d'objets de la médiathèque. À la fois mémoire, traces et surtout merveilleux tiroirs à imagination pour la conception d’animations futures avec le public !
  • Un « Club lecture », à la librairie Parenthèse lecture de Lezoux, a invité le public adulte à faire part de ses coups de cœur littéraires et a offert l'opportunité de mettre en œuvre la première bibliothèque des habitants. En effet, les livres présentés sont prêtés par les lecteurs ou bien acquis par la collectivité et sont proposés au prêt au sein même de la librairie.
  • Le « Chantier croquis », grâce à l'intervention d'un auteur illustrateur, permet de graver les étapes du projet et invite le jeune public à des ateliers de sensibilisation à l'art du dessin et du croquis sur le thème de la construction et du patrimoine architectural du territoire.
  • « Le Chantier participatif au collège », en collaboration avec le documentaliste, invite 15 adolescents à participer au processus de construction de l'équipement : rencontres avec les acteurs et intervenants dans le projet, imagination et conception d'espaces dans lesquels ils aimeraient évoluer et réflexion autour de la place de chacun en tant que consommateur, public et acteur d'un lieu.
  • « Les Chantiers des bénévoles » proposent au réseau des bénévoles des bibliothèques de la Communauté de communes de participer et collaborer activement à plusieurs ateliers : rédaction de la charte de fonctionnement du réseau, acquisitions des collections intercommunales ou encore préparation du programme d'action culturelle.
  • 6 Voir la contribution de Thomas Fourmeux : « PirateBox et participation des usagers », p. XX.

Pour finir, l’équipe de la médiathèque travaille avec une bibliothèque du réseau pour la mise en place d’une BiblioBox6 – Cabine de téléchargement dans une ancienne cabine téléphonique avec des contenus en direction du public adolescent. D'autres chantiers ont également vu le jour ou sont en préparation autour du jeu en bibliothèque, de création de boîtes à livres, des pratiques numériques.

Évolutions du rôle des médiathèques

R. B. : On note avec intérêt que la participation engendre la participation. Les projets décrits dans votre rapport, fruits d’une consultation participative, sont également des projets participatifs : fonds participatifs, savoirs partagés… Est-ce quelque chose que vous constatez régulièrement dans vos projets ou est-ce que l’objet bibliothèque s’y prête particulièrement bien ?

Stéphane Vincent : En effet, sans généraliser pour autant, l’emploi de méthodes participatives aboutit souvent à des politiques ou des services coproduits, non seulement par les bénéficiaires dits « finaux » mais par tout ou partie de l’écosystème public et privé concerné. Quand les gens sont engagés dans la conception d’une politique publique et qu’ils en voient le retour rapidement, ils ont naturellement tendance à se sentir partie prenante.

Mais la question méthodologique n’explique pas tout. Elle n’est que le reflet de la transformation de notre société tout entière en quelques années. Les populations se sont émancipées des politiques publiques, ont développé leurs pratiques, leurs stratégies, leurs propres expertises. Le « faire pour » de la République égalitariste doit céder du terrain au « faire avec » de la République post-industrielle. Il n’existe plus guère de politique publique qui puisse espérer produire un impact sans coproduire ce dernier avec les publics visés : à l’heure de l’automédication, quel médecin peut aujourd’hui soigner ses patients s’il s’intéresse plus à ses ordonnances qu’à ses patients ? Et dans le cas des politiques de lecture, quelle médiathèque peut produire un impact si les médiathécaires s’intéressent plus aux livres qu’à leurs publics ?

  • 7 La suite de la contribution donne sens à l’expression « médiathèque mobile », mais on pourrait éga (...)

Le rôle des acteurs publics évolue, il tend à passer d’un modèle ultra-centralisateur à un modèle beaucoup plus latéral. Comme en témoigne le test de la médiathèque mobile7, pour peu qu’on les aide à s’outiller dans ce sens, les populations sont prêtes à porter eux-mêmes des pratiques « pair à pair » dans lequel l’acteur public joue un rôle périphérique, et non central. L’équipe de résidents a calculé que si l’on additionnait le nombre de livres que possèdent tous les habitants, chez eux, à l’échelle de l’intercommunalité, on obtiendrait un chiffre 5 à 6 fois supérieur au stock des médiathèques locales. Faut-il continuer à placer toute notre énergie dans le stock des bibliothèques, ou bien n’y a-t-il pas des gisements à développer dans le partage entre les habitants ?

Le bibliothécaire : un acteur privilégié

R. B. : Il y a aujourd’hui tout un mouvement autour des archives vivantes, de l’histoire orale, des savoirs partagés… qui appellent tous à la constitution d’une documentation, entre le guide technique et l’aide-mémoire. Votre projet le mentionne, d’une part, dans l’importance donnée à la documentation du projet et, d’autre part, dans les étagères de savoirs pratiques. Vous parlez également des bibliothécaires bénévoles comme des relais locaux aussi bien aptes à indiquer les personnes-ressources que les personnes en besoin. Quel est le rôle d’après vous du bibliothécaire dans cette documentation : l’organiser et la mettre en accès, ou (et ?) la susciter ? Est-ce qu’il y a quelque chose à développer du côté des bibliothécaires qui s’attacheraient à la conservation de la mémoire locale vivante ? Ce qui pour tout dire demande une certaine évolution de notre métier, vers plus d’archivistique…

Jean-Christophe Lacas : Ce mouvement autour des archives vivantes s’est manifesté pendant toute la durée de la résidence et il continue aujourd’hui d'alimenter les discussions et tente de trouver sa place au sein du futur équipement grâce aux concepts des bibliothèques participatives. Beaucoup de problématiques ont été abordées et cette fonction de collecteur du bibliothécaire, avec les nouveaux outils numériques et technologiques à sa disposition est souvent interpellée. Il est intéressant de formuler autrement la question et d'interroger davantage celui qui détient des savoirs, tout autant que la fonction même de bibliothécaire. Actuellement, nous réfléchissons à ce que nous avons appelé le « livret du contributeur », ce contributeur est habitant d'ici ou d'ailleurs et il souhaite mettre à disposition de la médiathèque des ressources, physiques ou dématérialisées, livres ou objets…

La rédaction de ce livret est l'occasion pour le bibliothécaire d'interroger son positionnement et son rôle au sein de l'équipement et bien plus largement, à mon avis. Il a une fonction de réceptacle, d’accueil, devient un modérateur, un distributeur et un transmetteur, incarne un axe de rotation entre des ressources sollicitées ou prêtées et mises à disposition d'un public, souvent surpris par cette proposition inattendue ! Le bibliothécaire occupe la place de passeur qu'il a toujours occupée tout simplement en mettant ses compétences au diapason des évolutions technologiques et de l'accès démultiplié à l'information. Peut-être est-ce une évolution du métier. Je crois surtout qu'il s'agit plus simplement d'une nécessaire adaptation du métier comme cela a déjà été le cas dans le passé avec le passage du codex à l'imprimé par exemple. Le bibliothécaire reste ce « privilégié » qui peut recueillir, comprendre, expliquer et offrir des savoir-faire qui se transmettent de proche à proche ou maintenant de peer to peer…

R. B. : Certains projets comme la malle ou le téléchargement sont des actes participatifs dans la constitution de fonds mais sont toujours individuels (comme l’est aussi la lecture bien souvent) dans l’usage. Pensez-vous que la fameuse injonction au vivre ensemble soit celle-ci « partageons tous pour que chacun vive bien » ? Ou êtes-vous aussi à la recherche de projets participatifs qui débouchent sur des actions collectives ?

Jean-Christophe Lacas : Nous ne disposons pas d'assez de recul pour répondre à cette interrogation.

Il est évident que le lieu que nous souhaitons construire à Lezoux consacre une large place aux actions collectives comme cela a toujours été le cas dans les bibliothèques.

La dimension nouvelle de l'équipement repose davantage sur la volonté, dans le cadre d'une réflexion plus globale des problématiques d’aménagement du territoire et d'accès à l'information, aux services sociaux, à l'emploi, peut-être aussi aux soins, de bâtir un projet culturel, scientifique et social autour des enjeux qui sont ceux auxquels la collectivité rurale est confrontée de plus en plus directement et parfois même frontalement.

Il s'agit bien de concevoir un vivre ensemble, une bibliothèque, un lieu authentiquement public, gratuit et ouvert.

  • 8 « Des Colporteuses, malles-médiathèques citoyennes, circulent encore d'un foyer à l'autre avec bea (...)

Stéphane Vincent : Je pense que la production d’un bien commun passe par l’articulation entre des usages individuels et des usages collectifs. Sur un autre territoire, à Cobonne dans la Drôme, l’association de médiation culturelle De L’Aire – qui participait à la résidence à Lezoux – avait déjà utilisé le procédé de la « médiathèque à roulettes »8, dans un village éloigné de toute médiathèque. L’enjeu était alors de contribuer à réconcilier les néo-ruraux et les anciens du village, qui n’avaient pas de culture commune : en échangeant leurs livres de chevet à l’échelle du village, les habitants réapprenaient à se parler et à vivre ensemble. C’est probablement un des rôles que nous devons attendre de nos médiathèques aujourd’hui…

Notes

1 Voir le Congrès de l’ABF 2013 : La bibliothèque, fabrique du citoyen. [En ligne] : < http://www.abf.asso.fr/2/47/352/ABF/congres-2013-la-bibliotheque-fabrique-du-citoyen > ; et notamment un article des interviewés dans le numéro de la revue Bibliothèque(s) consacré aux questions politiques : Stéphane Vincent et Jean-Christophe Lacas, « Rêver la médiathèque, la réaliser. Une démarche expérimentale à Lezoux, Puy-de-Dôme », Bibliothèque(s), décembre 2014, n°77.

2www.la27eregion.fr >.

3 Lezoux a fait l’objet d’un programme de recherche-action appelé Territoires en résidences mené par l’association La 27e Région. [En ligne] : < http://www.la27eregion.fr/residence/ >. Une équipe pluridisciplinaire et trois semaines d’immersion conçues pour co-construire la problématique et imaginer des solutions avec et au plus près des gens. Création d’un blog « Journal de bord » et rédaction d’un livret.

4http://www.la27eregion.fr/cas-pratiques/les-nouveaux-usages-de-la-mediatheque/ >.

5 Expression japonaise qui désigne l’art de présenter en un temps contraint – en général 6 minutes chacun – une succession de projets innovants, pour captiver l’audience et lui donner un aperçu de plusieurs innovations. Le résultat donne une présentation orale dynamique, concise et rythmée associée à une projection.

6 Voir la contribution de Thomas Fourmeux : « PirateBox et participation des usagers », p. XX.

7 La suite de la contribution donne sens à l’expression « médiathèque mobile », mais on pourrait également parler de bibliothèque participative permettant d’associer concrètement et réellement les habitants à la constitution de l’offre proposée et du coup l’enrichir bien au-delà de ce que l’établissement public est à même de pouvoir faire et cela en cohérence avec ses missions.

8 « Des Colporteuses, malles-médiathèques citoyennes, circulent encore d'un foyer à l'autre avec beaucoup de succès ». [En ligne] : < http://www.delaire.eu/coordination-de-projets/cobonne >.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540