Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Mémento

Raphaëlle Bats

Texto completo

1Il n’existe pas une seule bonne façon de mener un projet participatif. Nous l’avons vu au fil des contributions du livre, les projets sont variés, les situations multiples, les acteurs différents. Néanmoins, nous avons cherché à mettre en évidence quelques points qui nous semblent utiles pour atteindre le plus efficacement possible vos objectifs. Le plan méthodologique ci-dessous reprend les lignes de force et les étapes essentielles à suivre pour mener à bien des actions participatives à suivre et permettre, au-delà d’un simple transfert de documents, de connaissances et de pratiques bibliothéconomiques, de réellement repenser la bibliothèque : ses services, ses pratiques, son rôle institutionnel.

Les grandes étapes

Préparer le projet

Premières rencontres avec la participation

2Avant de se lancer dans un projet participatif, nous conseillons de prendre le temps d’explorer ce que recouvre la notion de participation et, plus précisément, ce que peut être la participation en bibliothèque. Il est vrai que, lorsque les projets sont proposés par les élus, il semble plus difficile de ralentir le temps de mise en œuvre, mais on gagne toujours à comprendre les arcanes d’une méthode assez complexe pour n’avoir jamais été totalement satisfaisante. Si on veut à la fois éviter les écueils de la participation, créer un projet adapté aux situations locales et en même temps avoir une vision construite de ce type de projet, avec une vue d’ensemble et des objectifs qui permettent de savoir exactement ce que l’on veut garder de la démocratie participative ou de la participation démocratique, alors n’hésitons pas et prenons un peu de temps pour étudier le concept et ses mises en œuvre.

3Nous conseillons donc pour poursuivre cette démarche, entamée avec la lecture de cet ouvrage, de suivre, d’une part, les publications sur la participation en général et, en premier lieu, le travail du Groupement d’intérêt scientifique Démocratie et participation du Centre national de la recherche scientifique (CNRS)1 et sa revue, ainsi que les publications sur la participation en bibliothèque, d’autre part. Certains articles sont publiés dans des revues professionnelles, françaises ou étrangères. Un certain nombre de travaux universitaires de l’enssib interrogent aussi ces notions. Vous trouverez possiblement aussi des articles dans la bibliothèque numérique de l’IFLA2.

4Notre deuxième conseil consiste à repérer les établissements qui ont déjà mené des projets de ce type et ne pas hésiter à contacter les équipes. Vous en avez une certaine liste dans cet ouvrage, mais vous pouvez prendre connaissance d’autres témoignages en participant à des congrès nationaux ou internationaux, à des journées d’étude et en faisant de la veille sur le sujet. Il ne faut pas hésiter à partager entre professionnels, sur des questions de même nature comme sur les difficultés rencontrées.

5Notre troisième conseil sera de suivre des formations à la participation. Il existe de plus en plus d’associations qui proposent ce type de formation, voire même de l’accompagnement de projets. Le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) propose ainsi des formations sur l’écoute citoyenne et la démocratie participative, non spécifique aux bibliothécaires. L’enssib proposera, dans le sillage de cette publication, un stage de formation continue « Mener un projet participatif en bibliothèque » et d’autres centres de formations, comme les centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques (CRFCB), proposent, sinon des formations dédiées à la participation, des stages centrés sur la médiation et la co-création.

6Enfin, dernier conseil, avant de se lancer, si l’idée de la participation vient de la bibliothèque, d’une association ou des usagers eux-mêmes, il est important de prendre connaissance du contexte et du travail effectué par la municipalité ou par l’université en la matière, pour être en mesure de se situer dans l’environnement existant. Vous y trouverez certainement de la documentation utile pour votre projet.

Définir le périmètre d’un projet participatif : objectif, niveau de participation, calendrier

7Déterminer le périmètre de votre projet est à la fois essentiel et source d’une première complexité : faut-il le prédéfinir au niveau de la bibliothèque ou le définir ensemble, comme une étape de la participation elle-même ? Dans la plupart des cas, le périmètre est défini en amont du projet participatif, mais lorsque la dynamique participative se poursuit le groupe au complet retravaille le périmètre du nouveau projet. Voici quelques recommandations pour définir ce périmètre.

8On commencera par fixer l’objectif du projet, non pas en termes bibliothéconomiques, mais en termes sociopolitiques. Il s’agit de répondre à la question : pourquoi choisir une forme participative plutôt que les formes usuelles de nos gestions de projets bibliothéconomiques ? La participation en France reste encore un mode expérimental. Aussi mettre des mots sur des valeurs et des enjeux portés par ces projets est d’autant plus nécessaire, notamment pour la communication interne.

9L’objectif du projet peut dépendre du commanditaire. Pour l’heure, les actions de participation sont souvent demandées par les élus ou par la direction de la bibliothèque, parfois en lien avec des associations. Il est encore assez rare que des usagers ou des habitants (usagers ou non) soient à l’origine d’un projet. Il s’agit, dans tous les cas, de comprendre pourquoi cette demande se met en place, ce qui est en jeu pour les uns comme pour les autres. Cela n’empêchera pas la bibliothèque de construire son propre objectif, à son niveau, professionnel comme politique. Plus encore que pour d’autres formes de projets, il est important de replacer la participation dans son contexte géographique, politique, culturel, scientifique pour bien cerner les enjeux, les possibilités et la réalité du projet.

10Le second point à définir est la nature de la participation et ses composantes. La forme qui sera retenue : consultation, vote, réunions… et les niveaux et pouvoirs de décision : information, délibération ou décision. Il importe de faire part très précisément aux participants de ces conditions de mise en œuvre ; en explicitant les attendus, on évite les déceptions et les sentiments de manipulation qui peuvent être ressentis. L’écueil principal tient souvent à l’ambiguïté d’un projet. La nature de la participation doit être claire pour tous et il vaut mieux reporter une action que de se lancer dans un projet mal défini.

11Enfin, on déterminera le lieu et le temps de l’action. En effet, un projet participatif bibliothéconomique peut avoir lieu à la bibliothèque, mais aussi à la mairie, dans une maison de quartier, dans la rue, etc. Le planning et le calendrier doivent aussi être établis pour que chacun sache dans quoi il s’engage et le volume du travail que cela implique. Si, pour le public, il s’agit de bénévolat, pour les professionnels il s’agit de temps de travail possiblement déplacé sur des plages horaires inhabituelles, le soir ou le week-end. Pour le planning, on veillera à intégrer aussi bien des phases de construction, de discussion, de mise en forme que de réalisation.

Informer, partager et former les collègues

12Un tel projet, parce qu’il bouscule nos habitudes d’une part, mais aussi parce qu’il interroge nos compétences et notre place de professionnel d’autre part, peut ne pas susciter dans les équipes l’enthousiasme qu’il suscite chez son initiateur. Voici quelques conseils pour, sinon convaincre tout le monde, du moins accompagner le projet et éviter les conflits.

13Notre premier conseil sera de partager vos informations sur la participation. Tout ce que vous aurez appris de vos premières rencontres avec la participation mérite d’être explicité et transmis en interne. La participation étant une évolution du métier le personnel doit être informé, accompagné et formé. Vous pouvez partager votre veille sur le sujet, avec des outils comme Diigo ou Twitter, organiser des réunions d’information avant même d’avoir lancé un projet, faire des petites notes de service sur la participation en bibliothèque, présenter ce livre à vos collaborateurs, organiser une formation interne, etc.

14Notre second conseil sera de présenter un projet après avoir réfléchi aux valeurs qui le sous-tendent. Il ne faut pas hésiter à revenir aux fondamentaux du militantisme des acteurs du socioculturel. Le projet d’établissement peut, à cette occasion, être convoqué pour asseoir ce qui est au fond un développement naturel, parmi tant d’autres, du projet général de la bibliothèque.

15Notre troisième conseil porte sur les compétences des professionnels : rappeler que les expertises des uns et des autres ne seront jamais remises en question, simplement partagées. Il est important de pouvoir à cette occasion exprimer un vrai discours sur le rôle de chacun et un point de vue sur le métier de bibliothécaire. Inviter des collègues ayant mené de tels projets, aller visiter des établissements ayant mis en œuvre des projets participatifs est très profitable pour concrétiser ce mode d’action. Avoir le soutien de toute l’équipe, y compris des collègues les moins directement impliqués, est fondamental pour ce type de projet. Sans blesser les susceptibilités, ce volet d’accompagnement devra progressivement valider l’idée qu’un projet participatif ne remet pas en question les compétences, mais les complète.

  • 3 Note de l’éditeur : voir, pour ces questions d’organisation du travail, l’ouvrage Conduire le chan (...)

16Enfin, pourquoi ne pas penser la participation externe comme une action participative interne de la bibliothèque ? Les objectifs, le périmètre pourraient être définis par les équipes, plutôt que par la direction. Les bibliothèques en France travaillent encore sur un mode très hiérarchique, cela peut être l’occasion de tester d’autres modes de travail en équipe3.

Mise en œuvre du projet

Cadrer le projet : qui fait quoi ?

17En plus des contours du périmètre, dont les niveaux de participation, les rôles des uns et des autres doivent être clairement définis, il est important d’établir les responsabilités de chacun pour la conduite du projet.

  • 4 Voir la fiche de cadrage dans la contribution de Nathalie Lheureux : " Vous avez dit comité d'usage (...)

18Certaines bibliothèques ont fait le pari d’une fiche de cadrage4 qui délimite les responsabilités et les pouvoirs des participants (élus, habitants, bibliothécaires) et rappelle les contours de la participation. Cette fiche de cadrage peut prendre différentes formes : un document officiel construit à partir du projet ou un document cadre construit par le groupe, sous forme d’une charte par exemple, et partagé par tous. Le second est davantage participatif et pense la responsabilité en fonction des compétences rencontrées, plutôt que des statuts.

19Dans tous les cas, cadrer la participation est un engagement de la part de la bibliothèque, comme de la part des élus et des habitants ; cela ne doit pas être un document de cadrage du public uniquement.

Communiquer pour trouver les participants

20Pour mener un projet participatif, encore faut-il avoir des participants. Voici quelques pistes pour les trouver :

  • la première est d’être au clair sur ce que vous cherchez : un projet ouvert à tous ou un projet ouvert à certaines compétences ? Votre projet peut être aussi mixte, soyez, dans ce cas, bien clair dans vos documents de communication pour que chacun, spécialisé ou non, puisse se reconnaître dans l’appel. On ajoutera que la proximité, qu’elle soit conceptuelle, linguistique ou géographique, pourra faciliter les échanges, la fréquence des rencontres et un travail participatif plus abouti. Dans votre recherche de participants, vous pouvez privilégier la participation de personnes non liées à la bibliothèque : non-usagers, habitants d’autres communes…, ou au contraire privilégier une participation resserrée sur les usagers, les habitants du quartier… Chaque cas nécessite une communication différente. Dans le cas d’un recrutement large, votre appel à la mobilisation passera par les réseaux sociaux, les journaux, le bouche-à-oreille. Dans le cas d’un recrutement plus resserré, vous choisirez plus volontiers l’affichage dans la bibliothèque, et son site.
  • La seconde piste est de ne pas sous-estimer combien la bibliothèque, en tant qu’institution, est porteuse d’une certaine représentation qui n’incite pas à la participation. Par habitude, si quelqu’un cherche à s’investir dans un projet participatif, il cherchera plutôt en direction du tissu associatif que des structures culturelles de l’État ou de la municipalité. Soit votre bibliothèque est toute entière tournée vers une dilution de cette représentation dans un autre rapport au public, et alors votre recherche de participants viendra dans la continuité de cette approche. Soit votre bibliothèque demeure assez classique de ce point de vue et votre communication devra jouer sur cette représentation, pour montrer qu’elle peut être interrogée à travers un tel projet. Aucun de ces cas n’est dénué de complexité.
  • Enfin, dernière piste, nous vous encourageons à réfléchir aux leviers de motivation à la participation de ce type de projet. Définir ce qui peut motiver les gens à répondre aidera à mettre en place une communication adaptée, et évitera aussi certains écueils d’organisation par la suite.

Pendant le projet

Animer un projet participatif

21La compétence nouvelle à développer dans ce type de projet est l’animation du projet lui-même. Voici quelques indications pour faciliter l’animation :

  • ne pas sous-estimer l’importance de la convivialité. Les participants doivent se sentir en confiance pour prendre part librement. La convivialité peut prendre différentes formes : gâteaux et boissons bien sûr, mais aussi une parole moins officielle, voire parfois le passage au tutoiement, ne pas négliger les vertus de l'humour… On notera que briser la barrière des premières rencontres n’est pas évident : les tours de table où on se présente non pas par statut mais par intérêt pour le projet peuvent favoriser la convivialité. C’est au professionnel d’inventer des formes de rencontre des participants qui créent de la convivialité, et ne mettent personne en défaut ;
  • distribuer les tâches. Chaque projet implique des tâches différentes. Elles peuvent être toutes partagées, au sens d’être réalisées en commun, ou au contraire partagées, au sens de distribuées. Il importe dans ce second cas que le choix de la répartition des tâches soit clair : questions de statut, de compétences ou d’envie. Chacune de ces trois raisons pouvant être légitime à condition d’être expliquées et explicites. De la sorte tous les acteurs seront bien considérés comme égaux, même si leurs tâches sont différentes. Par ailleurs, il faudra possiblement pour le bibliothécaire accepter de se défaire de sa place de pilote et donner les responsabilités à d’autres. De la même manière, il faudra accepter, et ce n’est pas chose facile en pratique, de désapprendre pour pouvoir s’adapter à la situation locale. Nos certitudes concernant nos pratiques seront mises à l’épreuve, mais cela permettra de meilleurs échanges en facilitant la compréhension des attentes des uns et des autres ;
  • faciliter la parole libre. La convivialité et la responsabilisation ne suffisent pas toujours pour que la parole circule librement. C’est le rôle du bibliothécaire d’animer la réunion en veillant à ce que chacun et chacune trouve à s’exprimer et puisse partager ses idées. Pour cela, il faut à la fois mettre en valeur les connaissances et compétences des uns et des autres, tout en ne faisant pas de la compétence le cœur de la prise de parole. Ce jeu d’équilibriste entre compétence et idées nécessite une grande empathie et de l’attention envers les conditions de la prise de parole, mais aussi un véritable travail pour apprendre à identifier et connaître les compétences et les connaissances des uns et des autres ;
  • aider cette prise de parole. Il est important de prêter attention à la documentation qui entoure le projet. Les participants sont d’autant plus rassurés d’intervenir qu’ils interviennent dans un cadre, formalisé par un document, au sein du projet esquissé. Il est indispensable de consacrer un temps dédié à l’information des conditions du projet : budget, matériel, planning… Et avoir toujours les documents cadres à portée de main pour pouvoir accompagner le projet ;
  • Enfin, on ajoutera ici qu’il ne faut pas avoir peur de la polémique. Les désaccords, les avis contraires font partie de la parole libre, et peuvent, dans les échanges bien conduits (le respect de l’autre, attendre son tour de parole…) faire décoller des consultations et faire avancer des délibérations.

Pérenniser la participation

22La grande difficulté de la participation est de la faire perdurer au-delà de la curiosité qui souvent amène une personne à venir découvrir le projet. Voici quelques pistes pour rendre plus durable la participation, au niveau d’un projet, ou même au sein de votre établissement.

23En préalable, nous insistons sur la nécessité de rappeler qu’il y a deux enjeux dans un projet participatif : le projet bibliothèque et le projet de participation.

24L’implication des équipes est gage de réussite dans la durée. Pour cela, une bonne communication interne doit être organisée et des temps de réunions et de débats internes devront être intégrés dans le planning.

25La responsabilisation de chacun est primordiale à la réussite de l’exercice participatif. La responsabilité développe un sentiment d’appartenance au groupe de participants et suscite de l’intérêt pour la réalisation de l’objectif final. La passivité conduit bien souvent à se désintéresser du résultat concret. On veillera donc à faire de la participation une action, plus qu’une information.

26La reconnaissance envers les participants est une dimension importante de ce type de projet. Donner la parole aux participants pour présenter les résultats par exemple. Attention cependant à ne pas créer une sorte de groupe de « super-usagers » et de toujours laisser la porte ouverte à de nouveaux participants. La valorisation des actions menées et la reconnaissance des acteurs passent également par les différents modes de communication : la couverture du projet par le journal local (radio ou chaîne de télévision), la présence d’affiches spécifiques à la bibliothèque, l’information régulière des actions dans la lettre d’information, et lors des temps forts de l’événement : au vernissage, au finissage…

27Enfin, nous encourageons vivement le professionnel coordinateur de l’action à inviter le groupe entier à documenter le projet. Cela peut prendre plusieurs formes, comme conserver la trace des différentes étapes du projet et rédiger un document de fin de projet. Cette mise en forme permettra de partager l’expérience avec d’autres établissements, via les congrès ou les publications, aussi bien les difficultés rencontrées que les solutions trouvées ou expérimentées ; cette documentation se révélera aussi très utile pour monter en interne d’autres projets participatifs.

Bref récapitulatif des bénéfices de la participation

28Pour la bibliothèque, et les bibliothécaires, la participation apporte :

  • un bénéfice en termes de représentation et de reconnaissance par le public du service rendu et des conditions de son exercice ;
  • de nouvelles compétences ;
  • de nouvelles relations avec le public et une nouvelle manière de rendre un service public ;
  • une occasion d’expérimenter de nouveaux services ;
  • un apport de connaissances et de compétences extérieures, complémentaires avec les compétences bibliothéconomiques.

29Pour le public/les participants, la participation à un projet en bibliothèque apporte :

  • une responsabilisation et un sentiment d’utilité dans la mise en œuvre des politiques socioculturelles et du fonctionnement des institutions ;
  • un sentiment d’accroissement de pouvoir (empowerment), qui peut être très fort si le projet s’appuie sur des communautés initialement discriminées ;
  • l’occasion d’un engagement que certains qualifieront de citoyen ;
  • une reconnaissance par les institutions de leur rôle dans la démocratie ;
  • la reconnaissance personnelle et collective de leurs connaissances et compétences ;
  • un mode de sociabilité ;
  • une forme d’engagement culturel.

30Pour les élus, les tutelles et les autres responsables non bibliothéconomiques, la participation apporte :

  • une meilleure assise sociale et de proximité et une rencontre privilégiée avec les habitants ;
  • un terrain d’expérimentation pour leurs décisions politiques ;
  • une autre manière de travailler avec les responsables des services, avec la direction de la bibliothèque par exemple.

Notas

1 http://www.participation-et-democratie.fr/  >.

2 Les textes de la bibliothèque numérique d’avant 2013 n’ont pas encore été intégrés. Pour trouver des textes plus anciens, il faut passer par les sites web de chaque congrès : <  http://conference.ifla.org/  >.

3 Note de l’éditeur : voir, pour ces questions d’organisation du travail, l’ouvrage Conduire le changement en bibliothèque : vers des organisations apprenantes, sous la direction de Christophe Pérales, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 2015 (coll. La Boîte à outils ; 32).

4 Voir la fiche de cadrage dans la contribution de Nathalie Lheureux : " Vous avez dit comité d'usagers ? "

© Presses de l’enssib, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540