Version classiqueVersion mobile

Numériser et mettre en ligne

 | 
Thierry Claerr
, 
Isabelle Westeel

Mettre en ligne des documents numérisés, évaluer, référencer

François Houste et Isabelle Westeel

Texte intégral

METTRE EN LIGNE

1Mettre en ligne des documents numérisés consiste à mettre en place sur le Web un système de recherche documentaire et une interface proposant des fonctionnalités et des services permettant la consultation de documents et leur réappropriation par le public. Ce type de projet entre dans les missions de valorisation des bibliothèques en plaçant les collections au sein d’un réseau.

CONTEXTE ET TYPOLOGIE DES SYSTÈMES

2Les bibliothèques ont des besoins très variés en terme de construction d’un système d’information souvent assimilable à une gestion électronique de documents (GED). La typologie des documents entraîne des usages très divers : on ne consulte pas une collection iconographique ou photographique comme on feuillette un ouvrage ou comme on recherche un numéro précis dans une collection de presse.

  • 58 Étude également publiée sur le site de Tosca Consultants. On peut également consulter la page « Sol (...)

3Dans les bibliothèques, les logiciels permettant la mise en ligne de contenus relèvent du marché de l’informatique documentaire qui souffre de l’absence d’une véritable demande et de la crise économique qui a amené certains fournisseurs étrangers à se retirer du marché français. Quelques prestataires traditionnels des bibliothèques présentant une offre logicielle essentiellement tournée vers les systèmes intégrés de gestion de bibliothèque (SIGB) proposent également des modules correspondant aux besoins de mise en ligne d’une bibliothèque numérique ou des offres globales et intégrées de navigation dans les données et les documents au travers d’un portail. Cette offre traditionnelle reste peu satisfaisante au regard des besoins et de la demande du public habitué aux moteurs de recherche du Web et à leur offre de services performants et intuitifs. Dans « l’état des lieux 2009 des logiciels métier pour bibliothèque » publié dans le magazine Archimag de juin 2009, Marc Maisonneuve de la société Tosca Consultants cite 32 gestionnaires de bibliothèques numériques58, essentiellement issus des logiciels de gestion. On y trouve des prestataires traditionnels comme les sociétés Archimed, Cadic, Ever Team (solution Flora) ou encore Decalog, Ex libris (Digitool) ou GB Concept (Alexandrie). On peut ajouter à cette liste eDip, Cindoc ou JLBnet GEIDE.

4Il existe également une offre commerciale spécifique correspondant à la catégorie des « photothèques » et équipant par exemple les agences de presse qui ont de gros besoins de gestion de ressources numériques, par exemple Orphea Studio de la Société Algoba, Ajaris Pro d’Orkis, Armadillo, Phraseanet, e-photo d’Einden Studio ou encore Bagherra de Propixo. Dans le monde universitaire, plusieurs systèmes de publication adaptés aux « archives ouvertes » sont utilisés comme Eprints ou DSpace. Devant la faiblesse de l’offre, certains prestataires de numérisation ont développé des offres « clés en main » et des solutions « packagées » couplant la numérisation des documents et leur mise en ligne, y compris bien souvent l’hébergement. Ces solutions attractives en raison de leur coût raisonnable séduisent certains établissements. Il convient dans ce cas de s’assurer de la bonne administration des données mises en ligne, des conditions financières liées à l’importation de données nouvelles dans le système de publication, des modalités d’hébergement ainsi que de l’évolutivité et de la visibilité du site.

5Plusieurs solutions libres peuvent être adaptées aux besoins des établissements, leur stabilité dépendant essentiellement de la force de la communauté entourant le logiciel (développeurs et utilisateurs) et de l’environnement informatique de l’établissement. Dans ce domaine, les solutions les plus stables sont Greenstone, logiciel néo-zélandais et Alfresco ou Nuxeo, ces deux derniers relevant plus de la gestion des contenus d’entreprise. Le monde du libre propose également plusieurs outils intéressants pour la mise en place d’un système. MySQL est une base de données open source très efficace. Lucene (< http://lucene.apache.org/​>) est un moteur de recherche open source de la fondation Apache qui permet d’indexer et de rechercher du texte sur des volumes importants de données. Il est utilisé par Gallica et Europeana.

6Très peu de solutions « clés en main » existent réellement sur le marché actuel et la mise en ligne constitue un frein majeur à la valorisation des ressources dans la plupart des établissements. Dans la plupart des cas, la mise en ligne de documents numérisés ne peut se contenter de systèmes de gestion de contenus (SGC ou CMS Content Management System) de type SPIP, Joomla ou encore Typo 3, étant donné la richesse des informations contenues dans les documents et la performance attendue des moteurs de recherche.

7Quelle que soit la solution choisie, la véritable difficulté pour les bibliothèques reste d’intégrer cette nouvelle brique dans le système d’information existant : SIGB, portail et site Web, en conservant une cohérence globale du point de vue des usagers (fluidité de navigation entre les différentes applications, lien entre une référence du catalogue et un document de la bibliothèque numérique). Du point de vue des professionnels, il va s’agir d’administrer et d’exploiter une application supplémentaire, pas forcément conforme aux règles du système d’information en place (prise en compte d’une gestion des utilisateurs, d’une gestion des droits sur les documents, choix de formats de données normalisées et établissement d’une politique d’archivage).

LES FONCTIONNALITÉS ET LES SERVICES ATTENDUS D’UNE BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE

  • 59 Bibliothèques américaines fonctionnant sur différents types de documents : New York Public Library (...)

8Pour faire l’acquisition d’une solution logicielle de mise en ligne, les responsables de projet seront le plus souvent amenés à rédiger un cahier des charges listant les fonctionnalités attendues du système sachant qu’une bibliothèque numérique est constituée de trois éléments principaux : une base de données, un moteur de recherche et un système de visualisation des données et des documents. On peut penser que la solution peut venir de ce type d’assemblage à condition que les différentes briques soient ouvertes et que le projet soit très sérieusement documenté. De nombreuses bibliothèques américaines fonctionnent de manière très pragmatique sur ces questions : à chaque type de documents son système de navigation et son type d’interface59.

Accompagnement de la prestation

9Dans le choix de la mise en ligne on veillera à ce que les conditions de stabilité du système soient réunies. L’offre du prestataire devra détailler les points suivants :

  • installation des logiciels et fourniture de la documentation détaillant les outils utilisés et les procédures d’installation et d’exploitation,

  • paramétrabilité du système en fonction des souhaits de l’établissement,

  • scalabilité du système permettant de faire monter le logiciel en puissance en fonction des volumétries à mettre en ligne,

  • formation du personnel (généraliste et spécifique), transfert de compétences et assistance au démarrage,

  • maintenance et suivi des évolutions majeures et mineures,

  • existence d’un club utilisateurs ou étendue de la communauté dans le monde du libre,

  • moyens mis en œuvre en matière de suivi (centre d’appels, hotline, horaires, délais d’intervention, effectifs…).

10Il est donc nécessaire de mettre en place un groupe de travail qui élaborera un cahier des charges suffisamment ouvert pour permettre aux prestataires de répondre et de proposer des solutions. L’écriture du cahier des charges impose de définir avec soin les fonctionnalités et les services que l’établissement veut offrir à travers le système d’information. Étant donné l’état du marché, il est conseillé de trouver une juste mesure entre un cahier des charges très (trop) précis et contraint qui empêcherait les sociétés de répondre et un cadre trop large qui ne permettrait pas la réalisation du marché et donc du contrat passé entre la personne publique et le prestataire. En ce qui concerne la procédure et dans le cas de projets importants, il peut être opportun d’utiliser la procédure du dialogue compétitif évoqué dans la Partie III « autres procédures formalisées (voir p. 77) et éventuellement de se faire accompagner d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO).

11La « Méthode Agile » qui consiste à utiliser une procédure de construction commune (client/prestataire) d’une solution logicielle avec développements itératifs et tests progressifs peut être envisagée pour ce type de prestations, à condition d’être appuyée par le service informatique et le service des marchés.

Mettre en œuvre la Méthode Agile pour des projets innovants
Cette méthode a fait l’objet d’une expérience concluante pour la construction du catalogue collectif des bibliothèques suédoises, Libris. [En ligne] < http://libris.kb.se/​ > (consulté le 22 janvier 2010).
Lindström Henrik, Malmsten, Martin. User-Centred Design and Agile Development : Rebuilding the Swedish National Union Catalogue, Code{4}Lib Journal, 2008, Issue 5, p. 12-15. [En ligne] < http://journal.code4lib.org/articles/561 > Voir l’analyse sur Figoblog : < http://www.figoblog.org/​node/​1946 > (consultés le 22 janvier 2010).

12La liste des fonctionnalités et des services fera l’objet, au sein de réunions du groupe projet, d’une étude approfondie. Il se déroule au minimum 18 mois entre l’écriture du cahier des charges et le lancement du projet. Il conviendra donc d’être particulièrement vigilant sur les fonctionnalités liées au Web, de faire une veille technologique importante afin de prévoir les mécanismes auxquels sont habitués les internautes.

13Un système de GED traite de façon classique de la production/acquisition, de la gestion, de la recherche et de la consultation ainsi que du stockage (vers archivage) des documents. Les fonctionnalités classiques d’un tel système seront donc reprises dans le cahier des charges. Il conviendra également d’évaluer en premier lieu les supports (texte, image, son, vidéo) et les formats qui devront être acceptés par le système. On pourra ensuite insister sur les fonctionnalités et les services suivants :

TABLEAU. FONCTIONNALITÉS ET SERVICES À PREVOIR DANS UN CAHIER DES CHARGES « MISE EN LIGNE » p. 131

TABLEAU. FONCTIONNALITÉS ET SERVICES À PREVOIR DANS UN CAHIER DES CHARGES « MISE EN LIGNE » p. 131

Identifiants et URL
Les URL stables (voire pérennes) permettent d’assurer un lien permanent vers la ressource même si son emplacement physique ou le logiciel d’accès changent. Elles sont les moyens de connecter différents services informatiques (catalogues, blogs, sites Web…) avec la bibliothèque numérique. Pour établir ces URL on peut choisir plusieurs solutions résumées ci-dessous :
• conception d’un système de nommage signifiant s’appuyant sur l’arborescence hiérarchique de la collection : exemple retenu à la bibliothèque nationale d’Australie (NLA) ou reposant sur une carte de structure.
Ressource : Persistent Identifier scheme for digital collections at the National Library of Australia. [En ligne] <http://www.nla.gov.au/​initiatives/​nlapi.html> (consulté le 22 janvier 2010).
• choix d’un système de nommage opaque basé sur des combinaisons alphanumériques non signifiantes. Les identifiants opaques sont attribués au niveau de l’objet exclusivement, et ils ne gèrent pas l’arborescence de la collection ni sa structure comme peuvent le faire les identifiants signifiants.
Le système d’identifiants pérennes créé et maintenu par la California Digital Library et choisi par la BnF, Archival Resource Key (ARK) combine nommage opaque pour les objets primaires, et nommage signifiant pour les composantes et les variantes.

LE WEB 2.0

14Le Web 2.0 est un ensemble de techniques et de fonctionnalités visant à rendre l’internaute acteur, plus que spectateur, des sites Web qu’il fréquente.

LES PRINCIPAUX SERVICES DU WEB 2.0

15On retrouve sous le terme de Web 2.0 un catalogue de fonctionnalités et de sites assez épars qui gardent comme point commun le fait de pousser l’internaute à agir et à participer.

  • les plateformes d’hébergement vidéo (YouTube, DailyMotion…) sur lesquelles l’internaute est invité à verser ses propres films ;

  • les blogs, sites Web composés de billets personnels, où l’internaute peut à la fois jouer le rôle d’auteur (le blogueur lui-même) et de commentateur. Extension de ce moyen s’apparentant à un journal intime, l’outil de micro-blogging Twitter, créé en 2006 et très populaire en 2009, permet de poster des messages brefs par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS ;

  • les wikis, systèmes de gestion de contenus sur le Web, sur les pages desquels les internautes autorisés ont la possibilité d’intervenir. Le wiki le plus utilisé est l’encyclopédie en ligne Wikipédia ;

  • les réseaux sociaux (MySpace, Facebook…) basés avant tout sur la création de liens et de contacts entre les différents utilisateurs ;

  • l’utilisation de la folksonomie et du tagging (qualification de l’information) collaboratif. Mis en place originellement par Flickr, puis relayé par d’autres sites de partage de contenus tels que delicious ou Technorati, le tagging associe un mot-clé librement choisi à un contenu afin de qualifier celui-ci. Cette indexation libre permet d’ajouter de nouveaux points d’accès et peut être proposée sous différentes interfaces de classement sur les sites. La technique du nuage de mots (ou de tags) figure de façon graphique les mots-clés les plus utilisés en présentant ceux-ci avec une taille plus grande ou parfois à l’aide de couleurs différentes ;

  • les flux RSS qui permettent à un internaute d’obtenir sur sa machine, à l’aide d’un agrégateur, l’ensemble des mises à jour des sites auxquels il s’est abonné sans avoir à se rendre sur les sites eux-mêmes. [Techniquement, un fichier RSS n’est rien d’autre qu’un fichier de type XML, structuré de manière fixe, et présentant les contenus exportés d’un site Web].

QUELQUES EXEMPLES LIÉS AUX BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES

  • 60 Selon la typologie de Dominique Stutzmann dans Gallica 2 : les pratiques collaboratives dans l’envi (...)

16Ces services directement issus du mouvement du Web 2.0 et très demandés par les internautes ont trouvé des applications concrètes dans certaines bibliothèques numériques. On peut classer ces services en trois catégories60 : la syndication de contenus, les services liés aux réseaux sociaux et aux communautés d’utilisateurs et enfin la participation à l’enrichissement du contenu.

TABLEAU. QUELQUES EXEMPLES D’APPLICATIONS WEB 2.0 DANS LES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES

TABLEAU. QUELQUES EXEMPLES D’APPLICATIONS WEB 2.0 DANS LES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES

L’IMPACT DU WEB 2.0

17Si les technologies et les systèmes de navigation liés au Web 2.0 sont des opportunités formidables pour la diffusion de base de données, il faut toutefois sérieusement étudier l’impact et les possibilités réelles de celles-ci. La tentation de l’utilisation de technologies avancées pour le simple plaisir de leur utilisation doit à tout prix être évitée. Les interfaces graphiques développées doivent répondre à des normes d’accessibilité clairement définies et servir avant tout les demandes de l’utilisateur. L’impact du Web 2.0 et des médias participatifs sur la vie d’un site Web ou d’une base de données est à relativiser. Permettre aux visiteurs extérieurs de qualifier une information ne veut pas dire que ceux-ci vont profiter réellement de cette opportunité. D’une façon générale et en particulier pour les métiers de la documentation on obtient de meilleurs résultats en matière de collaboration en ligne en ciblant une communauté d’intérêt proche (généalogistes, historiens amateurs…) et en permettant à celle-ci de s’exprimer, qu’en essayant de cibler un public très large mais peu impliqué sur un sujet.

METTRE EN ŒUVRE DES APPLICATIONS COMPOSITES ET DISSÉMINER LES DONNÉES

18Le mouvement du Web 2.0 a également provoqué l’essor de la mise en œuvre d’applications composites utilisant des programmes mis à disposition dans d’autres systèmes et par d’autres établissements : les API, les mashups et les widgets, ces moyens participant également à la syndication de contenus.

19• Une Application Programming Interface (API) ou interface de programmation est constituée de fonctions et de procédures qu’un programme informatique met à la disposition d’autres programmes. Elle permet l’interopérabilité entre plusieurs systèmes informatiques. Les fonctionnalités d’un système sont ainsi rendues disponibles à d’autres. De plus en plus, les services mis en ligne fournissent des API permettant à d’autres logiciels de récupérer leurs fonctionnalités : on peut citer par exemple l’API Google Maps dynamique permettant d’intégrer des éléments de cartographie sur un site ou encore l’API de Géoportail pour intégrer les données de l’IGN et des outils cartographiques sur un site Web. L’utilisation de ces programmes extérieurs permet de proposer des interfaces correspondant au goût des internautes. L’arrivée de Google Maps et de Google Earth a par exemple montré l’engouement du grand public pour la cartographie en ligne.

Un exemple d’utilisation d’API
Sur le site New York then and now, un développeur australien a récupéré sur Flickr les photographies de New York mises à disposition par la New York Public Library et a utilisé l’API de Google Maps pour les placer sur une carte géographique [En ligne] < http://www.paulhagon.com/​thenandnow/​nypl/​ >.
La mise en relation des photographies anciennes avec les vues actuelles de la ville est rendue possible par le géocodage.

20Il est bien entendu possible d’utiliser ce système d’API pour mettre la bibliothèque numérique en relation avec d’autres sites de bibliothèques ou de librairies.

21• Un mashup : un site Web composé de la combinaison sur une page d’au moins deux sources de données forme un mashup ou application composite. Le mashup combine les API pour extraire les données et fonctionnalités d’autres sites. Le contenu du site est composé de façon dynamique pour répondre aux demandes des internautes.

Un exemple de mashup : le site WorldCat Identities
Le site WorlCat Identities <http://orlabs. oclc.org/Identities/> est un mashup de données sur les auteurs. Ce site fait appel à plusieurs API : WorlCat, diala-book (librairie en ligne), AddThis (gestion de bookmarks), Google books, Amazon, weRead (réseau social de lecture).

22• Un widget (contraction des mots Windows® et gadget) est un composant graphique que l’on peut placer dans une application, sur un bureau ou sur un site Web. Son contenu est composé de façon dynamique. Un widget permet d’afficher par exemple des données météo, des actualités, un traducteur sur une interface. Il permet aussi de construire une interface de recherche à installer sur un site Web ou sur son environnement de travail. Un widget Gallica est disponible sur l’univers Netvibes.

23Il est donc possible d’utiliser des services offerts à l’extérieur pour construire une interface ou des compléments d’interfaces. Il est alors nécessaire que le système d’information de l’établissement soit suffisamment ouvert pour les accepter. A contrario, la bibliothèque peut programmer et proposer des API qui seront utilisées par d’autres établissements.

FAIRE ÉVOLUER LES INTERFACES

24L’évolution rapide du Web et l’essor de la culture numérique obligent les bibliothèques à penser autrement la valorisation de leurs collections pour s’adapter aux pratiques culturelles.

FEUILLETER/PARCOURIR

25Le feuilletage sur écran de pages d’un ouvrage numérisé a fait l’objet d’un développement mené par la British Library dès 1997. L’application Turning the pages™ dans sa version 2.0 permet de zoomer, de lire des commentaires et de poser des notes. Il existe à présent plusieurs outils (libres ou payants), souvent en technologie Adobe® Flash®, permettant de mettre en ligne un livre virtuel. En novembre 2009, la BnF a mis en place sur son site une fonctionnalité permettant le feuilletage de tous les livres de Gallica en utilisant un nouveau visualiseur en technologie Adobe® Flex®. Ce visualiseur, complémentaire de la navigation plus traditionnelle, permet de faire défiler les pages verticalement ou horizontalement, deux par deux en visà-vis ou page par page. Enfin les laboratoires de recherche publics et privés réfléchissent à de nouvelles possibilités d’interfaces (par exemple, la technologie Pivot™ de Microsoft® < http://www.getpivot.com/​ >).

Scénariser
Certains établissements prennent le parti de valoriser leurs collections à l’aide de parcours ou de scénarios. La construction de ces sites utilise des technologies assez classiques du Web que de nombreuses agences multimédia maîtrisent. L’important dans ces projets est de réfléchir aux objectifs, aux particularités des collections et aux publics-cibles.
On peut citer en exemple les dossiers pédagogiques de la BnF ([En ligne] < http://classes.bnf.fr >), l’ABC décoiffé du dragon ailé de la Bibliothèque municipale de Rouen
([En ligne] < http://bibliotheque.rouen.fr/​creaplus/​abcd/​ > ou encore Le Mystère de la Cordelière des Archives départementales de l’Aube ([En ligne] < http://www.archives-aube.com/​atelier_pedagogique/​travailler_en_classe/​mystere_cordeliere.php >)

PENSER SA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE SUR MOBILE

26Avec les évolutions technologiques, les usages d’Internet évoluent et de plus en plus d’accès au Web se font aujourd’hui via des terminaux mobiles (31 % des possesseurs de téléphone mobile en France surfent sur Internet selon le Baromètre de suivi des services mobiles – Ipsos AFMM). Parmi ces terminaux, on notera particulièrement la part de marché croissante des Smartphones - téléphone mobile couplé aux fonctionnalités d’un PDA (16 % des ventes en novembre 2009 selon une étude GfK), parmi lesquels l’iPhone fait figure de produit phare (50 % des ventes de Smartphones en novembre 2009). Cette évolution des terminaux oblige désormais à penser sa présence sur téléphone mobile de deux façons distinctes : un site mobile qui peut proposer des informations de base et une application destinée aux Smartphones qui se doit d’apporter une valeur ajoutée forte aux visiteurs via des fonctionnalités graphiques avancées (voir l’application iPhone du Louvre lancée fin 2009) ou l’utilisation de la géolocalisation. Par exemple, depuis avril 2009, une nouvelle application, baptisée Places disponible sur la téléphonie mobile permet d’accéder en un seul clic à une information complète sur une localité. Il s’agit de la première tentative de recherche transversale appliquée à Google Earth et disponible sur téléphonie mobile. Le patrimoine pourrait emboîter ce pas majeur dans l’évolution du eTourisme. Le marché de l’Internet mobile est encore en 2010 en pleine mutation, une phase d’étude reste donc indispensable avant le lancement d’un projet pour cette nouvelle audience.

LES ÉCRANS TACTILES (LE MULTITOUCH)

27Il est également nécessaire de réfléchir à la valorisation de l’objet numérique au travers de nouvelles interfaces qui ne reproduisent pas les interactions traditionnelles. Les applications multitouch peuvent constituer des alternatives permettant de mettre en place des interfaces multimédia innovantes et d’élaborer des visites interactives multi-utilisateurs complémentaires des navigations sur le Web. Une application multitouch61 s’inscrit dans la famille des interfaces tangibles (Tangible User Interface, TUI). Le clavier et le clic de la souris sont remplacés par le doigt ou par le déplacement d’un objet. Lorsqu’on évoque le multitouch, on pense à Apple qui a permis de démocratiser cette technologie auprès du grand public, mais d’autres modèles apparaissent permettant l’amplitude du geste sur de grandes surfaces et surtout la coopération entre plusieurs utilisateurs autour d’une seule machine : Microsoft® avec la table Surface® ou Jazzmutant62 avec la technologie Lemur. Le tactile devient partie intégrante des interfaces utilisateurs (cf. Microsoft® Windows® 7). Le multitouch peut prendre alors toute sa dimension sur une autre échelle que celle du portable. Les applications à concevoir sont multiples : interface murale avec capteurs analogiques ou avec pointeurs type télécommandes infrarouges ou télécommande wiimote, table multitouch avec ou sans objets, Ce type d’application a déjà donné lieu à plusieurs expérimentations dans le cadre du patrimoine. En 2007, l’Australian Museum63 à Sydney a installé la table interactive Surface®-Like (LightWell) permettant aux visiteurs de découvrir et de s’informer sur la faune australienne. En France, le Centre expérimental Erasme64 (Département du Rhône) a développé des applications de type pédagogique. Dans le cadre des bibliothèques numériques, on peut penser à des interfaces intuitives à inventer avec par exemple échange, manipulation et classement de photographies.

RENDRE ACCESSIBLE

28Rendre un site Web accessible, c’est le mettre à disposition de tous les individus, quel que soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. Cela permet, en particulier aux personnes handicapées, d’avoir accès à l’information, à l’éducation et à la culture.

LA WEB ACCESSIBILITY INITIATIVE (WAI)

29En 1996, le W3C, consortium chargé de réguler le Web, a créé la Web Accessibility Initiative (WAI) dans le but d’améliorer l’accessibilité. En 1999, les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) version 1.0 ont été créés en direction des créateurs de contenu qui définissent 3 niveaux de priorité correspondant à 3 niveaux d’accessibilité :

  • A (Web developpers must satisfy these requirements) ;

  • AA (Web developpers should satisfy these requirements) ;

  • AAA (Web developpers may satisfy these requirements).

30La version 2.0 des WCAG a été publiée le 11 décembre 2008. La recommandation est structurée autour de quatre principes : les contenus doivent être « perceptibles », « utilisables », « compréhensibles » et « robustes ». Les niveaux de recommandation A, AA et AAA sont conservés.

LE RÉFÉRENTIEL GÉNÉRAL D’ACCESSIBILITÉ POUR LES ADMINISTRATIONS

31En 2002, le Parlement européen a adopté une résolution qui reconnaît l’importance de l’accessibilité du Web dans les institutions européennes et les États membres. Elle indique que le niveau AA est requis pour les sites publics. En France, en février 2004 l’ADAE (Agence pour le Développement de l’Administration Electronique) publie le premier « Référentiel accessibilité des services Internet de l’administration ». Ce référentiel est issu d’un travail avec le service AccessiWeb de l’association BrailleNet, association majeure œ uvrant pour améliorer l’accessibilité numérique, notamment à destination des personnes handicapées visuelles.

32La loi du 11 février 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » impose aux services de communication en ligne du secteur public le respect de recommandations internationales pour l’accessibilité. L’article 47 stipule que « les services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent doivent être accessibles aux personnes handicapées… ». Le décret n ° 2009-546 du 14 mai 2009 pris en application de l’article 47 impose une mise en œuvre de l’accessibilité dans un délai de deux ans (à partir de la publication du décret) pour les services de communication publique en ligne de l’État et des établissements publics qui en dépendent, et de trois ans pour les services de communication publique en ligne des collectivités territoriales et des établissements qui en dépendent.

33Dans un souci de normalisation, l’État publie des référentiels. En mai 2007, était parue une première version du Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA). Le 23 octobre 2009 paraît la version 2.2 du RGAA (version 2.2.1 légèrement modifié publié le 16 novembre 2009).

34< http://references.modernisation.gouv.fr/​rgaa-accessibilite >

35« Le niveau attendu pour les sites concernés par le RGAA est le niveau AA du WAI. Pour être conforme au RGAA, il est donc nécessaire de valider l’ensemble des tests ayant un niveau WCAG déduit A et AA. Les critères de succès associés au niveau AAA peuvent être pris en compte dans certains contextes, lorsque cela est possible et pertinent. »

36< http://references.modernisation.gouv.fr/​5-modalites-dapplication-du-rgaa >

LE LABEL ACCESSIWEB

37Parallèlement, le groupe AccessiWeb (Association BrailleNet) a fait des propositions pour adapter le premier référentiel de l’administration à l’évolution du Web (standards européens et transition vers le WCAG 2.0). Le référentiel AccessiWeb v. 1.1 a été publié le 9 juin 2008, la version 3.1 le 2 mars 2009. Le but de ce guide est de permettre le développement de sites Web accessibles. Il a débouché sur la création d’un label de qualité pouvant donner lieu à une certification par une tierce partie. Le 17 décembre 2009 est paru officiellement le référentiel AccessiWeb 2.0. en correspondance avec les WCAG 2.0. Le référentiel AccessiWeb 2.0 établit 131 critères d’accessibilité répartis en trois niveaux de priorité/conformité (Bronze, Argent et Or). Il peut être utilisé dans le cadre d’une procédure de certification de conformité d’un site ou d’un service WAI Web aussi bien aux WCAG 2.0 qu’au RGAA 2.2. Il est donc recommandé aux établissements de faire labelliser leur site dans ce cadre. Les nouvelles règles d’application pour le label AccessiWeb seront proposées par BrailleNet dans le courant du 1er semestre 2010. (Association BrailleNet < http://www.accessiweb.org >).

TABLEAU. LES NIVEAUX DU LABEL ACCESSIWEB

TABLEAU. LES NIVEAUX DU LABEL ACCESSIWEB

APPLICATIONS PRATIQUES

38Pour qu’un contenu soit réellement accessible, on peut considérer de manière synthétique :

  • que le contenu et sa mise en forme doivent être clairement disjoints ;

  • que tout composant non-textuel doit disposer d’une alternative textuelle.

39Si les règles à respecter sont donc établies, les moyens techniques pour les appliquer ne sont pas toujours familiers. Il convient de se pencher sur la norme pour en tirer les préceptes et règles qui s’appliquent au contenu que l’on doit produire.

Pour en savoir plus
On lira avec profit l’article de Dominique Stutzmann, « La prise en compte du handicap dans la bibliothèque numérique Gallica » in Andissac Marie-Noëlle et Poitevin Marie-José (dir.). Handicap et bibliothèque. Paris, Association des bibliothécaires français, 2e édition revue et augmentée, 2009 (Médiathèmes), p. 110-117.

ÉVALUER LA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE

40Les outils statistiques permettent de connaître l’audience d’un site, ainsi que la provenance et le comportement des visiteurs sur celui-ci. Si les données disponibles sont en général assez larges, il est important d’avoir une vision claire de ses besoins d’analyse avant de se lancer dans la sélection d’un outil en particulier.

41Le choix d’une plateforme statistique doit donc avant tout être fonction des données qu’il est important de suivre sur un site.

42Par exemple :

  • audience générale du site : visiteurs, pages affichées ;

  • veille des contenus les plus populaires ;

  • origine des visiteurs, localisation géographique ;

  • parcours de l’utilisateur sur le site ;

  • type de connexion et de matériel informatique utilisé.

TABLEAU. DONNÉES DISPONIBLES SUR LES PLATEFORMES STATISTIQUES

TABLEAU. DONNÉES DISPONIBLES SUR LES PLATEFORMES STATISTIQUES

LES DIFFÉRENTS TYPES DE PLATEFORMES STATISTIQUES

43Les différents types d’outils statistiques sont virtuellement capables de donner accès à toutes ces informations. Mais certains présentent ces données de façon plus naturelle ou de manière plus rapide. Les plateformes statistiques se distinguent principalement par l’origine de leurs informations, ou par l’angle pris dans le traitement de celles-ci :

  • les plateformes basées sur l’analyse des logs (journaux d’activité) serveur sont souvent les plus précises quant aux fichiers les plus populaires. Elles permettent de tracker l’accès à n’importe quel type de fichier hébergé sur le serveur du site. Elles peinent toutefois, pour des raisons techniques, à identifier les visiteurs et le comportement de ceux-ci. Ces plateformes doivent être hébergées elles-mêmes sur le serveur du site ;

  • les plateformes User-Centric basent leur analyse sur l’identification des visiteurs. Le plus souvent construits sur la base d’une écriture et d’une lecture de cookies, les outils User-Centrics permettent une mesure fiable des chiffres de visiteurs uniques d’un site et peuvent même présenter des lacunes dans l’analyse du comportement de ceux-ci une fois sur le site ;

  • les plateformes Site-Centric basent leur analyse de l’audience sur le comportement de l’internaute et s’assurent de suivre celui-ci. Souvent implémentés à l’aide de codes JavaScript, les outils Site-Centrics permettent de mesurer de manière fiable les pages vues et l’inventaire d’un site ;

  • enfin, les plateformes Media-Centric se concentrent principalement sur le point d’entrée d’un visiteur (le média utilisé pour accéder à un site) et se préoccupent peu du comportement du visiteur par la suite. Elles sont principalement utilisées à des fins publicitaires.

LES LOGICIELS DE STATISTIQUES

44Il existe une très grande variété de plateformes statistiques, qui répondent souvent à des besoins précis. Parmi les logiciels les plus utilisés en France, on peut citer quelques exemples :

  • Webalizer < www.mrunix.net/webalizer/ > est une extension gratuite du serveur Web Apache permettant d’analyser rapidement et graphiquement les journaux d’activité du serveur ;

  • AWStats < awstats.sourceforge.net > disponible gratuitement sous licence GNU, est un outil fiable, basé sur l’analyse des journaux d’activité serveur. Il fournit des statistiques détaillées, mais fonctionne sans cookie et ne permet donc pas de suivre l’internaute précisément ;

  • Google Analytics < www.google.com/analytics >, est une plateforme de statistiques site-centric disponible gratuitement sur le Web depuis 2004. Fournissant des données très complètes et hautement personnalisables, elle appartient toutefois à Google qui se réserve sous certaines conditions de droit d’utiliser les données présentées ;

  • Les outils AT Internet et la plateforme gratuite Xiti® ([En ligne] < www.atinternet.com/Produits/Solutions-XiTi.aspx >, sont parmi les plus utilisés en France et permettent d’avoir une vue d’ensemble des visites d’un site, mais sont limités dans l’analyse du comportement Internaute ;

  • Des plateformes professionnelles payantes, telles eStat ([En ligne] < www.estat.com >) (plateforme de l’Institut français Mediamétrie), Omniture® ([En ligne] < www.omniture.com/fr > (propriété d’Adobe®), Coremetrics ([En ligne] < www.coremetrics.fr >) ou Nedstat ([En ligne] < http://www.nedstat.fr/​>) fournissent des options d’analyse très avancées mais souvent pour un prix de licence assez élevé.

45Même si la plupart des hébergeurs proposent la mise à disposition de statistiques ainsi que des outils d’analyse, il convient toutefois de ne pas oublier cet outil central dans son cahier des charges. Il est éventuellement possible de faire appel à plusieurs outils dont les données se complètent, à condition de garder en tête que les méthodes appliquées diffèrent d’une plateforme à une autre. Pour un même site, sur une même période, deux outils de statistiques ne fourniront jamais des données identiques !

46Cette analyse des statistiques doit être complétée par des études d’usages menées à partir de questionnaires sur place ou en ligne, d’entretiens individuels et de focus groups (ou groupe de discussion). On consultera avec profit les études d’usages menées sur Gallica et Europeana. [En ligne] < http://www.bnf.fr/​fr/​la_bnf/​pub_dist/​s.enquetes_gallica.html >.

RÉFÉRENCER

47Le terme « référencement naturel » regroupe l’ensemble des techniques visant à améliorer la visibilité d’un site dans les moteurs de recherche. Suivant les profils de site, on estime que jusqu’à 80 % des visites peut provenir de ces moteurs. Il convient donc de ne pas considérer le référencement naturel (ou SEO) comme une simple opération technique, mais comme une stratégie d’acquisition d’audience globale, qui couvre les étapes allant de la définition même de cette audience à la satisfaction de celle-ci par le biais des contenus disponibles sur un site.

48Les règles du référencement naturel évoluent en permanence, avec la mise à disposition de nouveaux outils et au fil de l’évolution des algorithmes des moteurs. Toutefois, on peut préciser quelques principes permanents qui doivent rester au centre de n’importe quelle stratégie de référencement naturel. La visibilité d’un site dépend de trois éléments majeurs :

  • Son accessibilité technique vis-à-vis des robots de recherche ;

  • Son optimisation sémantique ;

  • Sa visibilité extérieure.

LE CHOIX DES MOTS-CLÉS CIBLÉS

49Avant même d’aborder l’optimisation concrète d’un site, il est important de définir le ciblage de celui-ci. En référencement naturel, ce ciblage se traduit par la définition de mots clés, des requêtes sur lesquelles le site doit se positionner dans les moteurs de recherche. Le choix des mots clés peut se faire en fonction de différents paramètres :

  • L’importance de ce mot-clé dans la stratégie de communication, il apparaît logique de cibler le mot-clé Livres quand on référence le site d’une bibliothèque ;

  • L’audience potentielle sur les moteurs de recherche, inutile de cibler un mot que personne ne cherche ;

  • La concurrence présente sur ce mot-clé, il est très difficile de se positionner sur certains mots très génériques où sont présents de nombreux sites ;

  • L’affinité du mot-clé avec le contenu proposé, il est naturel de cibler les sujets qu’on aborde sur ses pages.

50Si ces critères découlent avant tout du bon sens, plusieurs outils sont disponibles pour déterminer chacun d’eux :

  • Google Adwords : Keyword Tool accessible gratuitement, permet de connaître le volume de requêtes généré par un mot-clé sur le Web ou sur un marché local. [En ligne] < https://adwords.google.com/​select/​KeywordToolExternal >.

  • Google Trends, fourni lui aussi gratuitement et librement, permet de connaître l’évolution des recherches concernant un mot clé dans le temps [En ligne] < www.google.com/trends >.

  • L’interface même de Google, lors de la saisie d’un mot-clé, permet de connaître le nombre de résultats disponibles pour ce mot et donc sa concurrence potentielle.

51Il est également important de garder en tête que des mots clés très précis peuvent être très pertinents à cibler. Selon la théorie de la Long Tail : une somme de mots ciblés peut générer un trafic plus important que les seuls mots clés « majeurs ».

L’ACCESSIBILITÉ TECHNIQUE

52Pour qu’un site soit visible sur Internet, son architecture doit être compatible avec les attentes des moteurs de recherche :

  • le site est en accès libre : il n’est pas protégé par un mot de passe et ne demande pas d’identification pour afficher son contenu ;

  • le site ne doit pas être orphelin : il doit être accessible, de manière naturelle, depuis d’autres sites sur Internet ;

  • toutes les pages du site sont accessibles via des liens HTML classiques.

53Enfin, le site ne doit pas utiliser pas de technologie « bloquante » pour le référencement. La navigation du site et ses contenus textuels doivent être développés en HTML pur, ou dans un langage dynamique générant du HTML afin d’être lisibles par les moteurs. Parmi ces points bloquants, on retiendra particulièrement les éléments suivants :

54• Les URL dynamiques : les pages Web développées à l’aide d’une base de données et de langages dynamiques tels PHP, ASP… ont besoin de paramètres qui servent à connaître les données à extraire de la base de données et à utiliser lors de la construction de la page en question. Ces paramètres sont fournis à la page par l’intermédiaire de l’URL, à la suite de caractères spéciaux (par ex. : < http://www.monsite.com/​article.php?id=5 >). Ces paramètres peuvent également être présentés sous la forme d’une suite de chiffres. Dans une URL, la séparation entre le cœur de l’URL (la page appelée) et les paramètres d’appel de la page se fait par le caractère « ? ». Même si les moteurs supportent de mieux en mieux les URL de pages dynamiques, ce type d’adresse utilisant des caractères spéciaux est à éviter le plus possible. En effet, certains moteurs ne voient pas les différents attributs présents à la suite des caractères spéciaux et sont donc incapables de trouver le contenu issu de la base de données qui en découle. Ces moteurs seront donc incapables de référencer correctement ces sites. Une technique d’URL rewriting doit alors impérativement être mise en place.

55• Les scripts de redirection : les moteurs de recherche référencent assez mal les sites utilisant une redirection pour leur page d’accueil. Ainsi, si à la saisie de l’adresse < http://www.monsite.com >, le moteur se trouve redirigé automatiquement vers la page < http://www.monsite.com/​site/​defaut.asp >, celui pourra référencer ces deux pages comme étant différentes. Cette technique de référencement se traduit principalement par un mauvais classement de la page d’accueil physique du site (/site/defaut. asp), celleci ne faisant en général l’objet d’aucun lien depuis l’extérieur. Il convient donc, d’une manière générale, que la page d’accueil d’un site soit physiquement la page Index hébergée à la racine du nom de domaine du site.

56• La technologie Ajax : certaines technologies utilisées sur Internet permettent de concevoir des interfaces utilisateurs plus intuitives et dynamiques. Parmi ces technologies, on compte notamment la norme Ajax (Asynchronous JavaScript And XML), technologie utilisant les langages JavaScript et XML et permettant d’afficher un nouveau contenu dans une page sans avoir à recharger entièrement celle-ci.

57Cette technologie est à éviter. En effet, les moteurs de recherche actuels ne peuvent indexer que des pages distinctes. Tout contenu destiné à être trouvé par l’intermédiaire des moteurs de recherche se doit donc d’être présent sur les pages du site dès le chargement de celles-ci.

58• Le JavaScript d’une manière générale : il s’agit d’un langage de script qui permet d’ajouter des éléments d’interactivité à une page Web, par exemple l’ouverture de nouvelles fenêtres de navigateur. Il se présente sous la forme de script inclus à l’intérieur du code HTML des pages.

59Les robots des moteurs de recherche ne voient pas les programmes JavaScript et sont donc incapables de suivre les liens qui pourraient y être inclus. Dans la mesure du possible, on évitera donc d’utiliser du JavaScript pour la navigation d’un site ou pour la mise en place de liens sur les pages de celui-ci.

60• La technologie Adobe® Flash® : elle permet la création d’animations Web dynamiques et légères. Ces animations se traduisent, techniquement, par différents fichiers. swf insérés à l’intérieur des différentes pages des sites. Ces animations, compilées lors de leur création afin de leur garantir une légèreté optimale, ne sont pas consultables par les robots des moteurs de recherche. Les textes et liens qui y sont inclus sont donc invisibles pour ceux-ci.

61Il convient donc d’éviter au maximum l’utilisation des animations Adobe® Flash® pour tout contenu devant être indexé dans les moteurs de recherche. De la même façon, on évitera au maximum l’utilisation d’animations Adobe® Flash® pour la navigation des sites, afin de s’assurer que les liens de celleci sont bien suivis par les robots des moteurs de recherche.

62Cela ne veut pas dire qu’un site doit faire l’impasse sur ces technologies : Ajax, Adobe® Flash® ou JavaScript. Elles peuvent s’avérer pertinentes dans le cadre de la présentation dynamique de certains contenus. Il faut toutefois éviter d’utiliser celles-ci de manière systématique, et surtout dans la présentation de contenus qui ont vocation à être trouvés via les moteurs de recherche.

Le protocole Sitemaps
Le protocole Sitemaps, initié par Google en 2005, propose aux webmasters de construire un fichier XML listant tout ou partie des pages de leur site Web dans le but d’informer Google de leur existence.
Une fois inscrit au service Google Webmaster Tools ([En ligne] < www.google.com/webmasters/tools/), il est possible d’indiquer à Google l’emplacement de ce fichier et permettre une meilleure indexation de la totalité des pages disponibles sur un site.
Depuis novembre 2006, quatre moteurs (Yahoo !, Bing, Ask et Exalead) ont annoncé leur ralliement au protocole Sitemaps et proposent désormais des interfaces permettant une soumission facilitée de ces listes de fichiers.

L’OPTIMISATION SÉMANTIQUE

63Les robots des moteurs de recherche travaillent avec une vision la plus « humaine » possible des contenus. Ils cherchent avant tout à déterminer si un texte est compatible avec la lecture et les attentes d’un internaute humain. Ils traquent donc les rédactions « abusives » (répétitions trop fréquentes d’un mot-clé) et cherchent avant tout la cohérence des contenus proposés. Les recommandations d’écriture vont donc vers une plus grande cohérence des mots-clés utilisés dans les pages : contenus visibles pour les internautes (textes réels, titres…) et textes invisibles.

Le texte visible

  • Le texte réel de la page, tel qu’il est visible par les internautes. Ce texte doit s’architecturer autour du sujet principal de la page et utiliser si possible les mots clés identifiés comme prioritaires sur cette page ;

  • Les en-têtes HTML (< H1 >/< H2 >) servent à définir le texte le plus important d’une page .

  • Le titre HTML de la page (présent dans la barre de titre du navigateur) est utilisé en tant que lien par les moteurs de recherche. Il bénéficie d’un poids important dans le calcul de la pertinence d’une page.

Le texte invisible

  • Les balises META Description et META Keywords. Très peu utilisées aujourd’hui par les moteurs de recherche, elles restent toutefois pertinentes pour les moteurs mineurs. Google utilise parfois le contenu de la balise Description en tant que description d’un résultat ;

  • Les légendes d’images (attribut ALT). Cet attribut peut permettre de renforcer la présence de mots clés au sein des pages. Il permet aussi de qualifier des contenus pour les moteurs de recherche d’images ;

  • Les légendes des liens (attributs TITLE). Certains moteurs utilisent ce contenu pour qualifier plus avant les liens sortants provenant de certaines pages.

LA VISIBILITÉ EXTÉRIEURE

64Pour être considéré comme pertinent, un site Web doit bénéficier d’importants liens depuis l’extérieur, si possible depuis des sites jugés eux-mêmes pertinents et populaires. Une stratégie de visibilité extérieure cohérente devra donc chercher la présence sur :

  • de nombreux sites extérieurs. La popularité d’un site est proportionnelle à sa visibilité sur le Web et au nombre de liens menant à ses pages ;

  • des sites sémantiquement proches. Les moteurs de recherche accordent plus de valeur aux liens provenant de sites de secteurs proches qu’aux liens plus généralistes ;

  • des sites « de confiance ». (administration, universités, grandes entreprises…). Les moteurs accordent un bonus de pertinence aux sites institutionnels et prennent cette crédibilité en compte pour calculer la pertinence des sites liés.

65Pour atteindre ces objectifs de visibilité, différentes stratégies d’acquisition de liens peuvent être envisagées, comme la mise en réseau de sites géographiquement ou thématiquement proches, ou l’acquisition de liens « profonds » (vers les pages internes du site) depuis des sites spécialisés sur un sujet.

66Les moteurs accordent également beaucoup d’importance aux textes des liens utilisés pour lier un site. Il convient donc, dès que possible, d’obtenir des liens utilisant des mots clés forts, et identifiés comme cible, depuis d’éventuels partenaires extérieurs.

LE RÉFÉRENCEMENT ÉTHIQUE

67Des astuces, utilisées par certains sites, permettent de cacher des motsclés à certains endroits d’une page, d’utiliser des pages satellites, etc. Ces pratiques sont interdites par les moteurs de recherche et peuvent entraîner une désindexation (blacklistage) des moteurs, comme ce fut le cas pour BMW en février 200665 ou Hermès en septembre 200666.

68Les règles à respecter, édictées par Google, sont simples et reviennent principalement à concevoir son site en fonction des besoins des internautes, et non pas de ceux des moteurs :

Recommandations
Évitez les « astuces » destinées à améliorer le classement de votre site par les moteurs de recherche. Pour savoir si votre site Web respecte nos consignes, posez-vous simplement la question suivante : « Suis-je en mesure d’expliquer à un site Web concurrent quelles sont les solutions que j’ai adoptées pour améliorer mon site ? » Vous pouvez également vous poser les questions suivantes : « Ces solutions sont-elles d’une aide quelconque pour les internautes ? » ou « Aurions-nous fait appel à ces techniques si les moteurs de recherche n’existaient pas ? »67

METTRE EN PLACE UN SUIVI DE RÉFÉRENCEMENT

69La question du suivi du référencement est ensuite une question d’organisation et de budget. Le référencement naturel est une expertise qui demande des connaissances de plus en plus diverses et un temps de mise en place assez élevé. Le recours à une agence spécialisée est donc souvent recommandé pour l’exécution d’une véritable campagne de référencement naturel suivie. En France, les contrats de référencement naturel oscillent entre 3 000 et 18 000 euros à l’année suivant le degré d’implication de l’entreprise approchée et la complexité du référencement naturel du site.

70Il reste toutefois important de bien saisir ce que comprennent de tels tarifs et quelle est la nature précise de prestation achetée. Certaines agences n’hésitent en effet pas à définir comme une offre de référencement la création de pages ciblées, totalement détachées de votre site. Avant d’envisager l’appel à une agence externe, qui ne concernera que les projets suffisamment avancés, un établissement peut, dans un premier temps, faire effectuer un diagnostic « référencement » par une agence spécialisée. Cette analyse correspondra souvent au coût d’une ou deux journées de travail.

71Enfin, il paraît nécessaire à présent de faire figurer cette question du référencement dans les cahiers des charges de mise en ligne sous forme de fonctionnalités et résultats obligatoires faisant l’objet ou non d’un lot séparé. De plus, lors de la création d’un site, il est de plus en plus important de s’assurer du respect de quelques règles élémentaires d’accessibilité (points bloquants techniques, rédaction des titres de page…) dès la phase de réalisation. Il est en effet plus simple, et moins onéreux, de contrôler ces points pendant le développement que d’effectuer des modifications techniques lourdes une fois le site en ligne.

Notes

58 Étude également publiée sur le site de Tosca Consultants. On peut également consulter la page « Solutions logicielles pour bibliothèques numériques » de Bibliopedia. [En ligne] < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Solutions_logicielles_pour_biblioth%C3%A8ques_num%C3%A9riques > (consulté le 22 janvier 2010).

59 Bibliothèques américaines fonctionnant sur différents types de documents : New York Public Library < www.nypl.org > et MLibrary-University of Michigan-Library Information Technology (LIT) < http://www.lib.umich.edu/lit/ > (consultés le 5 mars 2010).

60 Selon la typologie de Dominique Stutzmann dans Gallica 2 : les pratiques collaboratives dans l’environnement d’une bibliothèque numérique et les développements Web 2.0 de la BnF, Rencontres 2008 des professionnels de l’IST « Information numérique : nouveaux produits – nouveaux usages » Nancy – 16-18 juin 2008. [En ligne] < http://rpist.inist.fr/sites/rpist/upload/supports2008/stutzmann.pps > (consulté le 22 janvier 2010).

61 Voir les articles de l’encyclopédie Wikipédia. [En ligne] < http://en.wikipedia.org/wiki/Multi-touch > ; < http://en.wikipedia.org/wiki/Tangible_User_Interface > et < http://en.wikipedia.org/wiki/Surface_computing > (consultés le 22 janvier 2010).

62 Jazzmutant. [En ligne] < http://www.jazzmutant.com/lemur_overview.php > (consulté le 22 janvier 2010).

63 [En ligne] < http://www.nowhereelse.fr/une-table-interactive-surface-like-sinvite-au-muse-vido-9618/ > (consulté le 22 janvier 2010).

64 [En ligne] < http://www.erasme.org/Tabletouch-et-Papas-Andina > (consulté le 22 janvier 2010).

65 [En ligne] < http://actu.abondance.com/2006-06/google-bmw.php > (consulté le 22 janvier 2010).

66 [En ligne] < http://www.journaldunet.com/solutions/0611/061109-hermes-disparition/01.shtml > (consulté le 22 janvier 2010).

67 [En ligne] < http://www.google.com/support/webmasters/bin/answer.py?hl=fr&amp;answer=35769#3 > (consulté le 22 janvier 2010).

Table des illustrations

Titre TABLEAU. FONCTIONNALITÉS ET SERVICES À PREVOIR DANS UN CAHIER DES CHARGES « MISE EN LIGNE » p. 131
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre TABLEAU. QUELQUES EXEMPLES D’APPLICATIONS WEB 2.0 DANS LES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU. LES NIVEAUX DU LABEL ACCESSIWEB
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU. DONNÉES DISPONIBLES SUR LES PLATEFORMES STATISTIQUES
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search