Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 2. Partager les savoirs

Piratebox et participation des usagers

Thomas Fourmeux

Texte intégral

1Une des tendances actuelles des bibliothèques consiste à favoriser l'interaction avec les usagers. Il existe différents moyens pour leur donner une place et un rôle, caractérisés par une horizontalité des rapports. Les bibliothécaires et les usagers peuvent participer ensemble à l'animation de l'établissement et contribuent à en faire un lieu vivant et de sociabilité. Le numérique et ses outils contribuent à ce processus de co-création entre usagers et bibliothécaires. Le développement du Web au début des années 2000 s'est traduit par l'émergence d'un nouvel acteur : l'internaute contributeur. La multitude des outils du Web 2.0 a fait de l'internaute un acteur du Web qui le façonne à travers la production de contenus personnels. Les bibliothécaires ont tenté de s'inspirer de cette nouvelle dynamique pour favoriser la participation et l'échange avec leurs usagers. Toutefois, de quels outils les bibliothécaires disposent-ils pour mettre en œuvre ce type de relation avec les usagers dans les murs de la bibliothèque ? Dans quelle mesure un dispositif dédié au partage favorise-t-il la contribution des usagers ? Les outils sont-ils suffisants pour inciter les usagers à participer à la production et à l'échange de contenus avec la bibliothèque ? Nous nous appuierons sur l'expérience de la PirateBox en bibliothèque pour tenter de répondre à ces questions.

Qu'est-ce que la PirateBox ?

2La PirateBox1 est un dispositif de partage et d'échange de contenus issu de la communauté du libre et du mouvement du Do It Yourself. La PirateBox permet le téléchargement de fichiers numériques (livres numériques, musiques, vidéos, images, etc.) sans aucune connexion au réseau Internet. C’est aussi un service de communication puisque la PirateBox intègre un service de chat ainsi qu'un forum. Ce système garantit l'anonymat et protège les données personnelles de ses utilisateurs. On ne sait pas qui se connecte, qui dépose des contenus et qui en télécharge. Depuis ses débuts, la PirateBox porte une dimension militante et défend, dans un contexte politique de surveillance généralisée des moyens de télécommunication, l'idée d'un réseau libre et ouvert, à partir duquel tout le monde accède aux mêmes informations, de façon strictement égale.

3Le dispositif fonctionne avec un routeur, dont l'usage initial a été détourné, ainsi qu’une clé USB qui sert d'espace de stockage pour les fichiers à partager. Une fois configurée2, la PirateBox génère un réseau wi-fi autonome sur un périmètre d'une dizaine de mètres et qui est déconnecté du Web. Une connexion au réseau de la PirateBox ne permet pas de consulter ses emails ou d'effectuer une recherche d'informations. La PirateBox fonctionne en une sorte de circuit fermé. Par ailleurs, la PirateBox peut fonctionner en même temps qu'un autre réseau wi-fi traditionnel. Il n'y a aucun problème d'interférence entre les deux types de réseaux.

4L'accès au réseau de la PirateBox est totalement libre et ne requiert ni identifiant ni mot de passe. Tout le monde peut s'y connecter à partir d'un ordinateur portable, d'un smartphone ou d'une tablette pour télécharger les fichiers. Les utilisateurs ont également la possibilité d’écouter ou de regarder un document en streaming sans avoir à télécharger les contenus de la PirateBox. En conséquence, les fichiers mis en partage ne doivent être soumis à aucun droit patrimonial. Pour rester dans le cadre de la légalité, les œuvres proposées doivent appartenir au domaine public ou être publiées sous des licences qui autorisent le partage comme les Creative Commons3.

De la PirateBox à la BiblioBox : quels atouts ?

  • 4 Jason Griffey, LibraryBox : < http://librarybox.us/ >.
  • 5 Bibliobox.net est un site communautaire pour partager et échanger sur l'expérience de BiblioBox en (...)

5La PirateBox a ensuite été déclinée au monde des bibliothèques grâce au bibliothécaire américain Jason Griffey qui a développé la LibraryBox4, devenue la BiblioBox5 dans les pays francophones. Nous emploierons indifféremment les deux expressions.

  • 6 « Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs », Collectif SavoirsCom (...)

6Depuis quelques années, nous assistons à l'émergence de PirateBox dans les bibliothèques françaises. En effet, les bibliothécaires se sont emparés de ce système pour tenter de mettre en place des dispositifs de médiation numérique auprès de leurs usagers. Ces boîtes de téléchargement sont une porte d'entrée pour les bibliothèques qui souhaitent mettre des ressources numériques à disposition de leurs usagers mais qui ne sont pas abonnées à des offres commerciales. En effectuant la promotion de ressources disponibles à travers l'immensité du Web, les bibliothécaires ont l'opportunité, d'une part, de mettre en valeur leurs compétences de recherche, de tri et de sélection de l'information, et d'autre part, de participer à la promotion et la diffusion des communs de la connaissance6. Grâce à sa fonctionnalité de dépôt de contenus par les utilisateurs, la PirateBox apparaît comme un moyen innovant et original pour permettre aux usagers de participer à la constitution des collections de la bibliothèque. Les usagers disposent ainsi de la possibilité de compléter les acquisitions réalisées par les bibliothécaires en déposant sur la BiblioBox des ressources qui correspondent à leurs pratiques culturelles et renforcent ainsi le concept de la diversité culturelle. En outre, c'est l'occasion de mettre en place un système de recommandations de pair-à-pair : à l'image des chariots de retour des documents, les usagers recommandent aux autres usagers une sélection d’œuvres qui correspond à leur propre pratique. Cette participation active à la constitution d'une partie des collections de la bibliothèque favorise ainsi son appropriation par les usagers. Dès lors, la bibliothèque se positionne au cœur d'une communauté qui partage les mêmes intérêts culturels et en devient l'animatrice.

7Or, dans la pratique, on constate une véritable difficulté à faire participer le public. La contribution par le public est relativement faible et la BiblioBox sous-utilisée pour de multiples raisons. La participation comme moyen d'alimenter les collections et les contenus de la bibliothèque est donc à relativiser. Nous ne constatons ni une appropriation ni une participation massive des publics. Les quelques dépôts constatés sont souvent issus d'une première connexion qui relève plutôt de la curiosité que de l'envie de partager ses contenus. Les conclusions à tirer de cette faible utilisation sont difficiles, tant les contextes territoriaux et les dynamiques d’équipe peuvent être différents.

8Faut-il penser que le modèle de la bibliothèque collaborative n'est peut-être pas celui qu'attendent les publics ? Que leur venue dans nos établissements relève bien plus d'une démarche individuelle et d'une pratique culturelle réservée à un usage personnel, que d’une envie de partager avec leurs pairs ? Avant d’envisager la participation des usagers en bibliothèque sous une autre forme, nous nous proposons dans la suite de cet article de voir ce qui limite la participation active des publics à un usage partagé de la Bibliobox et de proposer quelques pistes de réflexion.

Des difficultés d'appropriation par les usagers

9La PirateBox est un outil extraordinaire du point de vue de son utilisation et du degré de personnalisation. On s'y connecte facilement, sa petite taille favorise la mobilité et elle constitue un service innovant pour les bibliothèques. Toutefois, ces caractéristiques ne suffisent pas à garantir son appropriation par le public. Une des clés pour y parvenir réside dans la capacité des équipes à porter ce projet et à réaliser un travail de médiation auprès du public. La BiblioBox est un dispositif peu visible. Par définition, un réseau sans-fil ne se matérialise pas. Il est important de le valoriser en le mettant en scène dans la bibliothèque pour que les usagers se l'approprient. Bien que nécessaire, la promotion de ce service ne se traduit pas systématiquement par son utilisation. Différents paramètres interviennent et représentent autant de facteurs qui peuvent expliquer son évitement par les usagers.

La question des publics

  • 7 Étude Deloitte sur les usages mobiles des Français en 2014, Cabinet Deloitte, octobre 2014. [En li (...)

10Dans le cadre de ce projet, la question des publics est fondamentale. La PirateBox s'adresse à tous les usagers, cependant, elle nécessite un équipement particulier permettant d'accéder aux contenus. Même si une part de plus en plus importante de la population est équipée d'un smartphone7, cela exclut donc une partie des usagers de ce service et remet en question l'objectif de leur participation.

11Par ailleurs, la PirateBox s'adresse essentiellement à un public de technophiles qui a déjà une pratique culturelle tournée vers les écrans et surtout qui a développé une expérience du partage, en particulier sur le Web. En effet, la PirateBox reprend à son compte les codes du Web participatif et le fonctionnement en peer to peer. L'enjeu consiste donc à parvenir à identifier ces personnes parmi les usagers et tenter de construire une politique du partage et d'échange des savoirs avec eux.

Les œuvres partagées

12Ensuite, il y a la question des contenus. L'intérêt des usagers pour les collections se porte essentiellement sur les nouveautés ou l'édition contemporaine et par conséquent protégée par le droit d'auteur. Généralement, les œuvres du domaine public ne sont pas leur priorité. De ce fait, nous pouvons nous poser la question de l'intérêt de proposer des œuvres numériques du domaine public aux usagers qu'ils pourront par ailleurs trouver sur le Web à l'aide d'un moteur de recherche. La réponse réside alors dans la capacité des bibliothécaires à organiser les contenus autour de thématiques.

13Par ailleurs, l'expérience des PirateBox en bibliothèque révèle que la magie de la sérendipité ne s'exerce pas si le public a accès à une sélection pléthorique. La sur-quantité de contenus risque de provoquer une sous-utilisation du dispositif. Au contraire, afin de favoriser le téléchargement des œuvres, ces dernières doivent s'articuler en quantité raisonnable autour d'une problématique commune définie par les bibliothécaires. En effet, l’appropriation par les usagers est plus favorable quand leur attention est focalisée sur un événement (Printemps des poètes, Centenaire de la Première Guerre mondiale, Nouvelles…). La question de la médiation par l'ensemble des équipes redouble alors de sens.

Une dénomination intrigante

14L'appellation PirateBox peut également être une source d'évitement par les usagers. En effet, cette dénomination renvoie à un imaginaire et des représentations voire des préjugés. Le mot pirate fait écho à la figure négative du hacker qui parcourt le Web à la recherche de la moindre coordonnée bancaire. Dès lors, les usagers ne sont pas particulièrement enclins à se connecter à un réseau qui porte le nom de pirate. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles les bibliothécaires qui ont mis en place une PirateBox l'ont rebaptisée BiblioBox. Ce changement de nom s'accompagne souvent d'une modification des fonctionnalités du dispositif. Si la PirateBox permet à quiconque de déposer du contenu, la BiblioBlox n'autorise, quant à elle, que le téléchargement des œuvres disponibles. De ce fait, la volonté de faire participer les usagers dans la constitution d'une partie des collections numériques devient impossible du point de vue technique. Par ailleurs, cette castration technique est parfois le fruit d'une demande émanant des services informatiques qui voient un risque pour la sécurité informatique de la collectivité. Cette crainte implique par conséquent de renoncer à la moindre contribution directe des usagers. Il est toujours possible de définir une thématique avec les usagers et d'alimenter la BiblioBox grâce aux suggestions du public mais cela limite la pertinence de l'expérimentation et l'intérêt même du dispositif.

15Autrement dit, il faut s'assurer que les contenus qui y transitent respectent la législation en matière de propriété intellectuelle. À ce titre, les bibliothécaires, sensibilisés et formés à la question du droit d'auteur, disposent d'un créneau pour aborder cette thématique avec les usagers qui utilisent les services de la PirateBox. Il appartient aux professionnels de l'information d'expliquer pourquoi seulement certains contenus peuvent être librement téléchargés. Outre la problématique du droit d'auteur, les bibliothécaires doivent s'assurer de l'accessibilité des contenus disponibles qui ne doivent être en aucun cas de nature à troubler la nature des plus jeunes ou être une incitation à la haine, à la discrimination ou à la violence. Ces deux éléments supposent donc un contrôle fréquent et a posteriori des contenus déposés par les usagers afin de ne pas impliquer la responsabilité de la collectivité.

  • 8 « Pourquoi les Matoki ne peuvent pas envahir la BiblioBox », Twitter @gulodorac, 6 mai 2014. [En l (...)

16La mise en place d'un service auquel tout le monde peut contribuer implique donc de définir des règles ou d'autoriser une certaine liberté. Autoriser le dépôt de fichiers par les utilisateurs, c'est prendre le risque de voir des contenus présentant un intérêt limité ou constituant une atteinte au droit d'auteur. Les bibliothèques de la ville de Lyon ont été confrontées à cette situation et ont adopté une démarche intéressante. En réaction à un contenu protégé par le droit d'auteur mis en ligne par un usager, les bibliothécaires ont affiché un document qui explique pourquoi l'image en question devait être supprimée8.

Animer une communauté d'intérêts : quelques pistes

17Enfin, la réussite de ce projet nécessite pour l'établissement de se positionner en animateur de communautés. La bibliothèque doit réussir à identifier des personnes partageant un intérêt commun pour les ressources libres de droits et les fédérer pour qu'elles aient envie de s'échanger des ressources. L'objectif est de parvenir à dépasser le statut d'utilisateur de ressources pour que l'usager devienne propulseur de ressources.

  • 9 « Retour sur un atelier BiblioBox et livre numérique à la médiathèque », Bibliobox.net, 9 octobre (...)

18Si la PirateBox peut attiser la curiosité, il faut ensuite être en mesure de capitaliser cette curiosité afin de la transformer en pratique régulière. Cela se traduit notamment par des sélections ou par l'organisation d'animations et d'ateliers9 qui intègrent la PirateBox. Par exemple, la mise en place d'un club de lecture peut être l'occasion de recourir à la PirateBox et de proposer aux participants de repartir avec les livres numériques qui ont fait l'objet d'une discussion pendant le club de lecture. Dans l'idéal, les lecteurs devraient pouvoir déposer les livres qu'ils ont conseillés aux autres participants.

  • 10 Silvère Mercier, « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs », Bibliobsession, 4 ma (...)

19De même, si la bibliothèque organise un concert avec des artistes locaux, la PirateBox peut permettre au public de télécharger la musique du groupe pour la réécouter en dehors de la bibliothèque. La participation des usagers pourrait aussi se traduire par la réalisation d'un concours de photographies. Les clichés des participants seront ensuite diffusés et accessibles via la BiblioBox. Tous les événements, organisés par la bibliothèque ou par d’autres acteurs culturels locaux, constituent l'occasion de mettre en avant des contenus produits par les publics. Grâce à la PirateBox, la bibliothèque peut ainsi construire un dispositif passerelle10 entre des ressources physiques et des ressources numériques. À travers ces exemples, la PirateBox prend tout son sens dans la mesure où elle est utilisée pour et par une communauté qui partage les mêmes centres d'intérêt.

20La PirateBox s'avère être un outil particulièrement efficace dans un projet d'inclusion des usagers dans la vie de l'établissement. Les caractéristiques techniques de ce dispositif permettent aisément de réaliser cet objectif : une simple connexion, aucun identifiant, une interface accessible sur une multitude d'appareils.

21En revanche, ces qualités ne suffisent pas à faire de l'usager un co-constructeur de fonds. La mise en œuvre d'une dimension collaborative dans la construction des savoirs et leur diffusion impose aux bibliothécaires de repenser leur façon de constituer des collections. À l'image du Web, les rapports deviennent horizontaux et les savoirs partagés. Les bibliothécaires n'en sont plus les seuls médiateurs.

22Cette remise en question des compétences professionnelles n'est pas suffisante et s'accompagne d'une reconfiguration du rôle des usagers. Ces derniers doivent accepter de changer de statut. À travers la PirateBox on leur propose de quitter leur rôle d'utilisateur pour endosser celui d'acteur de la bibliothèque.

23Un tel projet nécessite donc une phase d'adaptation pour que les deux parties apprennent à jouer cette nouvelle partition ensemble.

Notes

1 Le site officiel du projet PirateBox : < http://piratebox.cc/ >.

2 Construire une PirateBox : < http://piratebox.cc/openwrt:diy  >.

3 Les 6 licences, Creative Commons France : < http://creativecommons.fr/licences/les-6-licences/ >.

4 Jason Griffey, LibraryBox : < http://librarybox.us/ >.

5 Bibliobox.net est un site communautaire pour partager et échanger sur l'expérience de BiblioBox en bibliothèque.

6 « Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs », Collectif SavoirsCom1, 5 novembre 2014. [En ligne] : < http://www.savoirscom1.info/2014/11/parler-de-communs/  >.

7 Étude Deloitte sur les usages mobiles des Français en 2014, Cabinet Deloitte, octobre 2014. [En ligne] : < http://fr.slideshare.net/smobile/etude-deloitte-sur-les-usages-mobile-des-franais-en-2014 >.

8 « Pourquoi les Matoki ne peuvent pas envahir la BiblioBox », Twitter @gulodorac, 6 mai 2014. [En ligne] : < https://twitter.com/guldorac/status/463709361739923456/photo/1 >.

9 « Retour sur un atelier BiblioBox et livre numérique à la médiathèque », Bibliobox.net, 9 octobre 2014. [En ligne] : < http://bibliobox.net/forum/post/75 >.

10 Silvère Mercier, « Médiation numérique : le guide pratique des dispositifs », Bibliobsession, 4 mai 2012. [En ligne] : < http://www.bibliobsession.net/2012/05/04/mediation-numerique-le-guide-pratique-des-dispositifs/ >.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540