Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 2. Partager les savoirs

SurpRize gourmande : partager les savoirs pour faire mémoire commune

Géraldine Huet

Texte intégral

1Situé à Villeurbanne (Rhône), le Rize est un établissement culturel municipal, ouvert en 2008, qui a pour mission de construire un récit collectif urbain, à partir des mémoires des habitants et usagers de la ville, pour mieux comprendre et se représenter les évolutions et les enjeux contemporains de ce territoire. L’équipement rassemble une médiathèque (rattachée au réseau de lecture publique de Villeurbanne), les archives municipales, un espace accueillant des chercheurs en sciences humaines et sociales et un pôle d’action culturelle, de ce fait l’équipe est composée de plusieurs « corps de métiers ».

Faire bouger les lignes

  • 1 Bien que les projets partagés soient au cœur de la démarche du Rize, d’autres formes de propositio (...)

2L’aspiration du Rize à développer des liens plus forts avec les personnes extérieures se traduit par la présence dans l’organigramme d’un poste dédié à la coordination des projets participatifs. Ce poste appartient à l’équipe en charge de l’action culturelle avec une vocation transversale pour accompagner la réflexion et la mise en œuvre de projets impliquant la participation citoyenne, quels que soient les « métiers » les plus directement concernés par cette action au sein du Rize1. La participation citoyenne représente un enjeu politique, de démocratie participative, qui dépasse largement les missions et les champs d’action d’un établissement culturel. Ainsi, l’équipe du Rize est consciente du caractère circonscrit de sa démarche. Son ambition est donc de progresser de manière incrémentale vers « un peu plus » ou « un peu mieux » de prise en compte de la parole des personnes et de leurs savoirs, dans les projets menés avec et par l’institution. L’objectif étant de tendre vers toujours plus de pouvoir d’agir et de mobilisation, collective ou individuelle, autour des questions relatives aux missions du Rize.

3Or, évoquer la « participation des habitants » soulève d’emblée deux questions d’ordre sémantique et donc de conception de notre posture et de notre rôle en tant qu’institution culturelle. La première difficulté consiste à établir ce que nous entendons par « participation ». Le terme est vaste et renvoie à une large palette d’interactions pouvant avoir lieu entre « nous » et « eux », des plus directives aux plus collaboratives. Afin d’éviter l’écueil d’une divergence d’interprétation par le Rize et ses partenaires, nous avons choisi d’écarter le terme de « projet participatif » pour adopter celui de « projet partagé » qui nous apparaît plus proche de la méthodologie d’action que nous cherchons à développer et des relations que « nous » souhaitons établir et entretenir avec « eux ». L’état d’esprit de nos projets partagés peut s’appréhender à travers la formule « faire avec plutôt que pour ». Pour l’institution culturelle et les personnes partageant nos projets, cette posture est encore assez inhabituelle et nécessite d’adapter nos réflexes respectifs. Pour l’institution, « faire avec » comporte beaucoup plus d’imprévus que « faire pour », tant dans le contenu que dans le calendrier du projet. Pour les personnes extérieures au Rize, « faire avec » appelle une situation d’acteurs plutôt que de destinataires des décisions liées au projet.

4La manière dont nous nommons les personnes avec qui nous « partageons des projets » fait l’objet de notre deuxième interrogation. « Publics », « usagers », ou « habitants » sont les termes que nous employons au quotidien. Aucun d’entre eux n’est entièrement satisfaisant car ils assignent les personnes à une catégorie souvent trop étroite et ne reflètent ni la relation ni les engagements réciproques que nous envisageons. Le vocable adéquat reste encore à identifier.

5Dans cette contribution, nous présenterons, au travers d’un de nos projets partagés, comment nos habitudes de travail et d’usage en tant qu’institution culturelle sont questionnées.

Un exemple de projet partagé : l’atelier cuisine « SurpRize gourmande »

6SurpRize gourmande est un atelier de cuisine qui a lieu une fois par an en lien avec la thématique de l’exposition en cours. Initiée par l’équipe de la médiathèque du Rize, cette proposition n’était pas fondée à l’origine sur le principe des projets partagés mais a rapidement évolué vers cette forme de collaboration. Il s’agissait au départ de valoriser les ressources disponibles à la médiathèque. En cherchant une entrée fédératrice qui puisse concerner le plus de monde possible, le thème de la cuisine a semblé une bonne piste pour construire une présentation transversale de nos ressources (livres de recettes, revues, fictions, etc.) et des sites web et blogs dédiés à la cuisine. Le Rize ayant la chance d’être doté d’équipements professionnels pour cuisiner, l’idée de départ s’est transformée en une proposition d’atelier : mettre à disposition ressources documentaires et moyens matériels, et surtout créer un temps d’échange des savoir-faire autour d’une activité conviviale.

  • 2 Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, article 2, 2007, p. 5. [En ligne] : < droitsculturels.org >.

7De la cuisine dans un lieu dédié à la mémoire, est-ce bien raisonnable ? Le périmètre de nos champs d’action correspond à la définition proposée par la Déclaration de Fribourg sur les droits culturels2 selon laquelle « le terme “culture” recouvre les valeurs, les croyances, les convictions, les langues, les savoirs et les arts, les traditions, institutions et modes de vie par lesquels une personne ou un groupe exprime son humanité et les significations qu'il donne à son existence et à son développement ». Selon cette acception, les recettes et les techniques culinaires que nous avons apprises tout au long de notre vie, souvent par transmission directe de notre entourage, représentent un pan de références constitutives de notre identité et patrimoine culturels et ont donc pleinement vocation à être reconnues et partagées dans un lieu comme le Rize.

  • 3 Les composantes du Rize se rassemblent pour valoriser la mémoire de Villeurbanne, au rythme de tro (...)

8Depuis 2012, trois éditions de l’atelier SurpRize gourmande ont eu lieu, en lien avec le thème du second temps fort de l’année3, de février à mai. Ainsi, en 2012, la cuisine algérienne était à l’honneur, en résonance avec « Récits d’engagement 1954-1962 » consacré aux solidarités ayant existé à Villeurbanne en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Autour de l’habitat individuel, en 2013, SurpRize gourmande s’est orientée vers la cuisine « comme à la maison », faite de plats familiaux. Et pour son édition 2014, à l’occasion d’un temps fort sur la diversité des religions présentes sur le territoire villeurbannais, les participants ont confectionné divers types de pain. L’aboutissement de l’atelier est une soirée où les plats réalisés par les participants à l’atelier sont proposés à la dégustation dans le café du Rize et où les participants de l’atelier sont présentés individuellement et publiquement. Chaque repas est suivi d’un temps artistique, jusqu’à maintenant programmé par l’équipe du Rize uniquement, car les délais de constitution du groupe pour l’atelier ne nous ont pas permis de procéder à une décision commune. En 2012, un concert de musique du Maghreb et du Moyen-Orient avait agrémenté la dégustation de spécialités culinaires algériennes. En 2013, la session « comme à la maison » était suivie de la projection du film Cuisine et dépendances dans l’amphithéâtre du Rize. Enfin, pour l’édition 2014 autour du pain, nous avons fait appel à un conteur musicien, dont le spectacle est bâti autour de traditions orales d’origine religieuse.

  • 4 Il convient de noter que sur les trois éditions qui ont eu lieu jusqu’à maintenant, les participan (...)

9La première étape de l’atelier consiste à en déterminer la thématique en fonction de celle du temps fort. À ce stade, les participants à l’atelier ne sont pas encore identifiés et cette étape est donc réalisée par l’équipe du Rize lors des échanges concernant la programmation. Vient ensuite la constitution d’un petit groupe4 de personnes intéressées, « recrutées » à l’aide d’un appel à participation publié dans le programme du Rize et dans la médiathèque. L’invitation s’adresse aux membres de l’équipe du Rize, qui peuvent également s’impliquer. En moyenne, le groupe est composé de 7-8 personnes, dont 4-5 extérieurs et 3 de l’équipe du Rize. Une fois le groupe constitué, chaque édition de SurpRize gourmande se découpe en quatre temps collectifs, dont les dates sont déterminées en fonction des disponibilités des volontaires : rencontre, élaboration du menu et répartition des tâches, courses et enfin préparation des plats et temps convivial.

La première rencontre : un moment de rupture des habitudes

10Tous les participants à l’atelier (membres de l’équipe du Rize compris) se rassemblent pour un moment d’échange autour du contexte dans lequel s’inscrit l’atelier et les premières idées de recettes peuvent s’exprimer.

  • 5 L'orage, coopérative d’éducation populaire et société coopérative ouvrière de production (SCOP) à (...)

11Cette séance s’ouvre par un temps de présentation de chacun, que nous voulons en rupture avec les schémas habituels. En effet, après avoir découvert, au contact d’une structure de formation5, des activités « brise-glace » alternatives, nous avons abandonné le « tour de table », qui est souvent peu propice à l’instauration de liens entre les personnes présentes et l’avons remplacé par la méthode de la présentation en axe. Les personnes se mettent debout et forment une ligne imaginaire, en fonction d’un critère énoncé, adaptable à tout type d’activité. Par exemple, pour la dernière édition de SurpRize gourmande sur le pain, les membres du groupe devaient se placer les uns par rapport aux autres, selon la quantité de pain qu’ils aiment manger chaque jour. Cette méthode permet de faire connaissance autrement qu’en énumérant les identifiants habituels (nom, âge, profession, responsabilités) et d’engager dès le départ un échange informel autour de la thématique fédérant le groupe et des motivations de chacun.e. En invitant les personnes à se situer en fonction de leurs goûts et savoir-faire plutôt que de leurs rôles, cette formule offre l’opportunité de se détourner d’emblée des rapports convenus et d’instaurer très rapidement un climat collaboratif.

12Lors de cette première rencontre, nous évoquons également le cadre de l’atelier et comment se sont déroulées les éditions précédentes : calendrier, matériel à disposition, nombre de personnes attendues pour la dégustation, etc. À partir de là, nous commençons à réfléchir aux recettes que chacun connaît et a envie de partager. Nous consultons également alors les livres de recettes disponibles à la médiathèque. Nous terminons habituellement cette première séance par une visite de l’établissement et notamment de la cuisine. C’est un moment important en ce qu’il constitue une appropriation de l’espace et des ressources du Rize permettant à tous les participants de devenir réellement acteurs du projet.

Répartition des tâches et planning : place et rôle des professionnels

13Entre chaque rencontre, les échanges se poursuivent par courriers électroniques. Lors de la deuxième rencontre, nous opérons des choix de manière collective entre les contributions que chacun.e a soumises au groupe et nous nous mettons d’accord sur le menu du repas. À partir des recettes retenues, la liste des ingrédients nécessaires pour une jauge d’environ quatre-vingts personnes est établie.

14Les tâches sont réparties, d’une part, selon les savoir-faire de chacun.e et, d’autre part, équitablement entre les participants à l’atelier, qu’ils soient du Rize ou non. Cette formule a suscité chez les collègues du Rize ne prenant pas part à l’atelier des interrogations concernant le niveau d’engagement des membres de l’équipe y participant. Ces observations portent notamment sur la charge de travail que l’atelier représente et sur le fait que la frontière entre professionnels et personnes extérieures au Rize puisse être floue, puisque le « vrai » métier du professionnel n’est pas clairement visible dans le cadre de l’atelier.

15De fait, pour les « cuisiniers » de l’équipe du Rize, une implication forte de leur part semble essentielle à l’équilibre des rôles et à la cohésion du groupe. Certes, les projets partagés sont plus longs à mettre en œuvre que les autres, car ils présentent des obstacles d’ordre organisationnel, notamment en matière de disponibilités des personnes. Les participants extérieurs au Rize sont présents sur leur temps libre alors que les membres de l’équipe du Rize y participent principalement sur leur temps de travail.

16Selon l’évaluation du projet faite par les participants extérieurs, le positionnement inhabituel des membres de l’équipe à leurs côtés constitue précisément un point fort de la formule retenue pour cet atelier. En effet, lorsqu’elles reposent sur des interactions entre des personnes d’horizons divers (professionnels et amateurs, représentants de l’institution et habitants, etc.) de la conception à la réalisation du projet, les formes participatives n’ont de raison d’être que si elles permettent de modifier, tant soit peu, les rapports usuels entre différentes sphères et détenteurs de savoirs et de pouvoir.

La préparation des plats et la soirée de dégustation

17La préparation des plats constitue le moment collectif le plus long. C’est aussi celui qui soude le plus le groupe. Dans la mesure du possible, tous les plats sont préparés au Rize, le jour-même de la dégustation. Le résultat est ensuite proposé à la dégustation au public à partir de 19 heures dans le café du Rize. Le menu est affiché dans l’espace café et le groupe de « cuisiniers » (participants extérieurs et membres de l’équipe du Rize) se charge de servir et d’expliquer les divers plats et recettes.

18Les « dégustateurs » sont plutôt des personnes ayant repéré l’événement dans la programmation du Rize et des usagers du Rize (médiathèque, archives, exposition) s’arrêtant par curiosité, souvent étonnés de se voir proposer gratuitement des plats préparés par « des gens comme eux ». Les tables se remplissent au hasard des arrivées et sont donc généralement composées de personnes qui n’étaient pas venues au Rize ensemble. Le fait de partager un repas crée une ambiance chaleureuse et conviviale. Chaque année, pour les personnes présentes à la dégustation, le caractère inattendu de la proposition constitue l’élément le plus marquant et contribue à façonner leur perception de l’institution et des liens tissés avec les habitants. En témoignent des réactions du type « des choses comme ça ne peuvent se passer qu’au Rize ». Ainsi, l’image d’un lieu déjà atypique par son organisation se voit confortée par des événements construits et proposés de manière insolite.

La participation fait ricochet

19Quelques semaines après la soirée de dégustation, le groupe se réunit à nouveau pour un temps convivial autour d’un repas au restaurant. Il offre l’occasion de remercier les participants et de dresser un bilan de l’atelier, en échangeant sur la satisfaction des attentes de chacun et sur le déroulé des séances. Ce moment permet également de présenter les futurs temps forts en préparation au Rize et de susciter la mobilisation des participants sur d’autres projets. Ce fut le cas pour l’édition 2014 notamment, puisque tous les participants à l’atelier « pain » (qui s’était déroulé en lien avec l’exposition « Cultes - les religions dans la ville ») ont accepté de prendre part au processus de réflexion portant sur l’élaboration d’une exposition dédiée à l’identité ouvrière de Villeurbanne, présentée au Rize à partir de février 2015.

20Après l’atelier, nous prenons le temps de rassembler les recettes des plats confectionnés et celles-ci sont publiées dans l’édition suivante du programme du Rize. Nous souhaitons également donner une visibilité à ces savoir-faire sur le Web. Reste à déterminer le support : le site institutionnel6 du Rize à la rubrique « ça s’est passé au Rize », le site présentant les ressources7 pour comprendre et découvrir Villeurbanne, ou une autre plate-forme (blog, réseaux sociaux, etc.).

21À ce stade encore expérimental, l’objectif n’est pas d’associer en permanence le plus de personnes possibles à l’action, mais plutôt de créer des conditions favorables pour que les personnes qui n’étaient auparavant pas associées à la mise en œuvre d’actions, qu’elles soient membres de l’équipe ou extérieures au Rize, puissent se sentir en confiance et légitimes pour le faire. Le niveau de priorité donnée à cette démarche devra ensuite être soumis à la tutelle hiérarchique et politique de la Ville de Villeurbanne afin d’intégrer formellement le projet de service du Rize.

22Enfin, la réflexion autour de la participation citoyenne intégrée aux missions du Rize a révélé que l’enjeu de prise en compte de la diversité des points de vue est également capital dans le fonctionnement interne de l’équipe du Rize. Nous opérons donc une sorte de mue progressive dans nos méthodes de travail, aussi bien dans nos relations avec l’extérieur, où nous tendons vers toujours plus de « réceptivité » de la parole des acteurs du territoire, que dans nos rapports internes, où nous avons adapté notre format de réunion plénière afin de mieux impliquer les membres de l’équipe dans les schémas de décision concernant le Rize. Ainsi, le format et le déroulé de ces réunions ont été modifiés, depuis le passage de la SCOP d’éducation populaire89, afin de les rendre plus participatives : la préparation et l’animation de ces réunions s’opèrent dorénavant de manière tournante entre les membres de l’équipe et leur but est maintenant d’associer toute l’équipe à la prise de décision ou à l’élaboration d’un plan d’action.

Notes

1 Bien que les projets partagés soient au cœur de la démarche du Rize, d’autres formes de propositions adressées à un public clairement identifié (jeune public, amateurs de bande dessinée, passionnés de jeux, etc.) sont organisées, qui complètent l’offre du Rize.

2 Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, article 2, 2007, p. 5. [En ligne] : < droitsculturels.org >.

3 Les composantes du Rize se rassemblent pour valoriser la mémoire de Villeurbanne, au rythme de trois « temps forts » par an. Un temps fort comprend habituellement une exposition, une programmation culturelle et des activités de médiation autour d’une même thématique.

4 Il convient de noter que sur les trois éditions qui ont eu lieu jusqu’à maintenant, les participants à l’atelier extérieurs au Rize étaient chaque année différents. En revanche, certains « anciens » sont à chaque fois présents aux soirées de dégustation afin de goûter ce que les « nouveaux » ont préparés.

5 L'orage, coopérative d’éducation populaire et société coopérative ouvrière de production (SCOP) à Grenoble < www.scoplorage.org >.

6http://lerize.villeurbanne.fr >.

7http://lerizeplus.villeurbanne.fr >.

8 Voir note 5, p. 79.

9http://lerizeplus.villeurbanne.fr >.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540