Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 2. Partager les savoirs

Montez le son ! Une collection qui vous ressemble

Pascale Fontenille

Texte intégral

  • 1 La bibliothèque de la Croix Rousse fait partie du réseau des 15 bibliothèques de la ville de Lyon. (...)
  • 2 Une vingtaine de personnes a répondu à l'appel lancé à travers les outils de communication de la b (...)

1En avril 2013, la bibliothèque de la Croix Rousse1 (Lyon), a démarré une expérience de co-construction de service pour créer une nouvelle collection musicale. Ce projet, « Montez le son ! Une collection qui vous ressemble », a permis de constituer un groupe d'usagers2 acteurs et moteurs de la future collection et, à travers cette forme d'organisation, de rapprocher l'offre des besoins et attentes des usagers et d’impliquer ces usagers dans le fonctionnement de la bibliothèque par une écriture collective d’un projet commun.

« Montez le son ! Une collection qui vous ressemble »

2Tout abonné à la bibliothèque municipale de Lyon (BML) peut emprunter dans n'importe laquelle des bibliothèques du réseau. Les collections musicales sont concentrées dans certaines médiathèques et dans le silo central. Depuis 2006, la bibliothèque de la Croix Rousse proposait une collection musicale en secteur jeunesse, où tous les genres musicaux étaient plus ou moins représentés, y compris des titres non étiquetés jeunesse. Ainsi, sur une collection de 1 200 titres, seuls 35 % de titres relevaient réellement de l’étiquette « jeunesse », et le reste se partageait comme suit : 25 % de musiques du monde, 10 % de rock, 10 % de jazz et le reste de la collection, environ un dernier 20 % de musique classique, de rap, reggae et bandes originales de films. De nombreux usagers exprimaient leur étonnement de ne pas voir ces documents en secteur adultes ou les empruntaient via la carte de leurs enfants.

  • 3 Enquête « Baromètre satisfaction BML » réalisée dans les 15 bibliothèques de la ville de Lyon, Lyo (...)
  • 4 À l’image des habitants du quartier. Le 4e arrondissement de la ville de Lyon se caractérise par u (...)
  • 5 Ce qui peut s’expliquer par le fait que comme dans de nombreuses bibliothèques le public adolescen (...)

3C’est pourquoi en 2012, nous avons mené une enquête3 pour connaître les attentes du public quant à l'ouverture d’un secteur musique élargi. Dépouillée à hauteur de 300 réponses exploitables, l'enquête nous a permis de voir apparaître des préférences et des curiosités dominantes. Le public le plus « impatient » et demandeur appartenait à la tranche 18 - 59 ans, plutôt féminin, fréquentant les lieux de concert et les festivals musicaux4. Un tiers d'entre eux pratique un instrument de musique et est déjà emprunteur de CD dans le réseau de la BML. Quant à leurs préférences musicales, le rock/pop devançait largement toutes les autres musiques et la musique électronique et les musiques de films semblaient être peu appréciées. L'enquête n'a pas révélé un intérêt particulier pour des genres tel que le rap ou le R & B5.

  • 6 Voir la note 4.
  • 7 Écrit par son directeur, Gilles Eboli, après concertation de tout le personnel de la BML, à traver (...)

4Nous aurions pu nous en tenir là et constituer une collection d’après ces données et la démographie du quartier6. Cependant le nouveau projet d'établissement de la BML7, avec un axe « orienté publics » dans lequel les notions d'accessibilité, de diffusion, de médiation étaient mises en avant, invitait les bibliothécaires à « multiplier les propositions, plaçant le public en position d'acteur ». Ainsi être « orienté publics », dans le cadre d’un projet de constitution d'une nouvelle collection, c'était avoir la volonté d'ouvrir au public les portes de la bibliothèque, non seulement comme emprunteur mais comme participant à des processus plus larges, avec une réelle implication dans le fonctionnement du service.

5Le budget était alors de 8 000 euros en sachant qu'un certain nombre de titres existant dans le fonds « historique » évoqué plus haut allait être versés dans la nouvelle discothèque. Le mobilier avait été commandé mais l’implantation dans la bibliothèque demandait réflexion, car les locaux sont contraints. Le calendrier nous laissait à peine 10 mois pour vivre cette aventure participative !

Quel rôle pour le bibliothécaire ?

Apprendre à croiser les compétences

  • 8 Création d’une « Nuit à la bibliothèque » en 2011 où les usagers participent au déroulement de la (...)
  • 9 Le temps consacré à la préparation et la tenue des rendez-vous de « Montez le son » est variable e (...)

6Ces différents éléments ont rendu pertinent la mise en œuvre d’une expérience de co-construction de service, mais ouvrir les portes de la bibliothèque aussi grand implique une certaine remise en cause pour le professionnel : alors qu’il pensait être le seul à « maîtriser » la collection, à décider de son évolution, il doit s'associer à d'autres, non professionnels de surcroît. Au lieu d'anticiper sur les demandes des usagers, et d'imaginer leurs besoins, il construit la collection avec eux. Rappelons qu’un tel projet ne peut, bien évidemment, se monter qu’avec le soutien et la validation de sa hiérarchie d’une part, et un travail de fond auprès de son équipe, d’autre part. Le premier point était facilité par le projet d’établissement de la BML ; la validation de la hiérarchie a été immédiate et la démarche encouragée. Pour ce qui est du second point, la bibliothèque de la Croix Rousse n’avait pas de poste spécifique dédié à l’acquisition des documents musicaux, ce poste devant être créé l’année suivante. Il a donc été nécessaire de mobiliser des compétences qui existaient déjà dans l’équipe. Le professionnel doit aussi avoir ses propres leviers de motivation : le plaisir de partager, le plaisir de découvrir, l’envie de construire un nouveau service en rencontrant des individus partageant le même objectif, de participer à une dynamique collective au-delà d’un cercle de professionnels. Deux collègues dont le cursus professionnel d’origine était lié à la musique (chanteur lyrique, musicien rock et intervenant musical) et la collègue en charge de l’acquisition de la collection jeunesse, tous déjà sensibilisés aux projets participatifs par une programmation culturelle inscrite dans cette dynamique8, ont accepté de contribuer au lancement du projet9. Pourtant, au sein de la BML des réticences se sont exprimées. S’appuyer sur les compétences des usagers a pu faire craindre la perte de contrôle, par les professionnels, des collections musicales, contrôle qui s’exprime en termes d’efficacité et d’expertise. Or, nous le verrons un peu plus loin et nous avons pu le démontrer à nos collègues, cette expertise n’entre pas en contradiction avec la plus-value apportée aux collections par le public. Il ne s'agit pas de remplacer le bibliothécaire mais d'associer ses compétences à d'autres, celles des publics.

Développer de nouvelles compétences

7Un tel projet implique en revanche de développer des compétences de communicant, de médiateur et d’animateur de réunions. Le bibliothécaire se trouve en face-à-face avec l’usager, pas seulement dans une activité de renseignement ou d’accueil-technique (prêt/retour) mais dans un échange, avec un positionnement au même niveau, en tant que co-décideur. Il ne s’agit pas d’une simple consultation d'avis, avec un bibliothécaire restant seul « maître à bord », mais bien de décisions collectives. Le bibliothécaire ne fait plus pour, mais avec l’usager. Aussi, lors de la première réunion et à l’instar de tous les autres participants, nous nous sommes présentés en précisant notre lien avec la musique, notre prénom, nos goûts musicaux – c’est-à-dire en livrant quelque chose de personnel, ce qui n’est pas anodin dans une posture de professionnel.

8Hôte du projet, l’équipe a eu aussi pour mission, à chacun de ces rendez-vous, d’offrir un lieu adéquat pour recevoir le groupe, de susciter une convivialité par des temps de pauses « nourrissantes » (où parfois les participants apportaient leurs propres spécialités), d’assurer un environnement technique fiable (wi-fi, projection du site de notre fournisseur Groupement d’achat pour médiathèque [GAM]10, un matériel d’écoute satisfaisant). De même, il nous revenait la tâche de maintenir l’intérêt et la cohésion du groupe, de prolonger la motivation de chacun à participer dans la durée au projet. Entre chaque réunion un email permet de relancer le groupe pour la réunion suivante en annonçant un point particulier à discuter ou un contenu à présenter, pour éveiller la curiosité. Pendant la séance, il s’agit de veiller à ce que chacun trouve son temps de parole suite à l’écoute collective du morceau choisi, afin de ne pas créer de frustrations. Il convient de savoir s’effacer et de permettre à tous de trouver leur place.

9Enfin, il a fallu être passeur d’information, formateur et dès la première séance, familiariser le groupe avec notre environnement juridique et organisationnel. Nous leur avons présenté ce qu’était un marché public, expliqué les prestations de notre fournisseur et notre système interne de commandes et détaillé la gestion de notre budget à l’aide de tableaux Excel, avec le calendrier à respecter pour la clôture des budgets et nos relations avec le service financier de la Ville. Pour la plupart, ce fut une découverte réelle et, pour nous, une satisfaction de noter leur intérêt et leur volonté de comprendre ces différents dispositifs. En complétant avec les résultats de l’enquête, le cadre « technique » du projet était planté.

10On peut ainsi définir le rôle du bibliothécaire dans un tel projet comme étant celui qui organise les contributions de chacun et conserve la vision globale des collections et de l'activité de la bibliothèque. Tout en restant un gestionnaire, le bibliothécaire devient aussi un animateur, un médiateur, en ayant à cœur de faire de la bibliothèque un lieu d'échanges, de rencontres, de vie sociale et de créer des liens avec le public.

Quel rôle pour l’usager-participant ?

  • 11 Le groupe s’est donc constitué autour d’une vingtaine de personnes. Le plus jeune est un trentenai (...)

11Acquérir des documents, équilibrer ou pas la collection, organiser matériellement l'espace de la bibliothèque, communiquer auprès du futur public, faire vivre la collection : telle était l'implication demandée aux participants du projet. Une fois le groupe constitué11, les différents domaines d'intervention se sont précisés. Il a donc été proposé au groupe de réfléchir ensemble à la gestion budgétaire du fonds, à la prise de décisions quant aux titres retenus, aux différentes orientations données au fonds en fonction des résultats de l'enquête, à la communication à faire pour l'ouverture du nouveau service, à la création d'un logo.

Des acquisitions…

12Trois conditions devaient être remplies par le groupe : partager ses connaissances, accepter la découverte de domaines musicaux inconnus et faire don de disponibilité et de temps. Le groupe se réunit 1 fois tous les 2 mois, le jeudi soir à 19 heures Chacun vient avec un choix de 5 CD, les présente aux autres et fait écouter une sélection de titres. L’attitude requise est la bienveillance, respectueuse de l’écoute du groupe et de ses remarques, avec un souci de pédagogie. Pour certains, très investis dans un genre musical, il a fallu un peu de temps pour découvrir d’autres domaines musicaux sereinement. Une fan d’opéra a découvert le rock « garage » : un véritable choc musical ! Chacun, dans son domaine musical de prédilection, a une connaissance précise des interprètes, des courants, de l’histoire de tel ou tel CD, du lien de tel artiste avec tel mouvement musical et constitue une véritable ressource pour la bibliothèque. Les décisions d’acquisition se prennent ensuite ensemble, après discussion sur les propositions faites et compte tenu des différentes contraintes, limites techniques et paramètres de fonctionnement.

… à leur valorisation

13Nous avons ensuite proposé au groupe de signaler dans les rayons leurs « coups de cœur ». Il a été décidé lors d’une séance de chercher un logo, pour identifier ces titres. Une des personnes, ayant un joli coup de crayon, en a dessiné plusieurs et un vote a permis d’en retenir un. Ce signalement est très apprécié par le public qui, comme pour les avis sur Internet, prend en considération cette première sélection faite par d’autres usagers.

14De même, lors de l’ouverture de la discothèque, en 2013, certains membres du groupe ont accepté d’être présents à la bibliothèque, sur certaines tranches horaires, afin d’expliquer au public comment la collection avait été construite et pourquoi ils avaient souhaité intégrer le groupe. La nouvelle relation qui s’est créée entre les personnes du groupe et l’équipe de la bibliothèque change aussi la relation avec le public élargi de la bibliothèque. À l’exemple du groupe devenu acteur de la bibliothèque, les usagers en général deviennent moins consommateurs.

De la collection à la programmation

15Cette première étape d’acquisition et de communication atteinte, et après 18 mois de fonctionnement, nous envisageons d’impliquer les membres du groupe dans l’élaboration de la programmation culturelle. En effet, plusieurs d’entre eux sont à même de proposer différents événements : mini-conférence sur un genre musical, présentation d’une collection de vinyles à un public adolescent, concert, participation à des ateliers d’initiation à la pratique d’un instrument. Par ailleurs, la bibliothèque de la Croix Rousse dispose depuis plusieurs mois d’un nouvel outil de communication, une page web12 au sein du portail de la BML. Nous y rédigeons des articles, des coups de cœur, des actualités. Donner la parole aux personnes du groupe sur cet espace virtuel, est le prolongement naturel du projet.

Bilan d’étape

  • 13 Soit 250 à 300 CD/an.

16En 2014, nous avons acheté ensemble, bibliothécaires et usagers, un fonds d’environ 700 CD. Notre budget va sans doute se stabiliser autour de 4 000 € par an13 et compte tenu des espaces de la bibliothèque, les collections musicales sont appelées à ne pas s’accroître davantage. Pour l’enrichir, nous nous appuierons sur le réseau, les ressources du Silo (la réserve des doublons et du désherbage).

17Le groupe est aujourd’hui constitué de 10 personnes fidèles et toujours aussi impliquées. Se pose maintenant la question de la représentativité des usagers dans le groupe. Il faut veiller dans ce type d’organisation à ne pas s’enfermer et porter attention à ce que les acquisitions ne reflètent pas que les choix du groupe, tout comme cela peut arriver quand un acquéreur professionnel gère pendant de longues années un fonds. Aussi, après accord unanime des personnes participant aux réunions, il a été décidé d’ouvrir le projet à de nouveaux membres en 2015.

18Dans le même esprit que le renouvellement du groupe, il a été décidé de réaliser une nouvelle enquête auprès du public en 2015 afin de prendre connaissance des goûts musicaux qui ont pu évoluer, des attentes après l’ouverture de la « discothèque ». Le fonctionnement de la bibliothèque va évoluer, avec un service d’automatisation des emprunts et retours, ainsi que les conditions d’inscription, une nouvelle tarification est à l’étude, qui modifiera peut-être le coût de l’abonnement musique actuel ; ces nouveaux éléments auront sans doute un impact sur résultats de cette enquête.

19Enfin, poursuivant la dynamique engagée, la réflexion de l’équipe s’oriente vers un nouveau projet en direction des adolescents et de la bande dessinée : partager un domaine d’acquisition entre des collègues des secteurs adultes et jeunesse et des usagers. Le public des adolescents est peu présent, pourquoi ne pas tenter l’expérience ?

Notes

1 La bibliothèque de la Croix Rousse fait partie du réseau des 15 bibliothèques de la ville de Lyon. En 2013, la bibliothèque a reçu 202 000 visiteurs. Une enquête auprès des publics, réalisée au sein du réseau lyonnais en 2013, nous permet de dessiner un portrait de l'usager de la bibliothèque de la Croix Rousse : la quarantaine, en couple avec enfants, employé ou cadre moyen, habitant l'arrondissement et fréquentant d'autres bibliothèques. Ses activités principales sont l'emprunt et la réservation avec une hausse d'emprunts sur d'autres supports que le livre et ses visites sont très régulières entre 1 et 2 fois par mois.

2 Une vingtaine de personnes a répondu à l'appel lancé à travers les outils de communication de la bibliothèque et les médias locaux, et ce nombre nous semblant approprié, toutes les candidatures ont été retenues. Si tous n’étaient pas usagers au début de l’expérience, ils le furent tous à terme.

3 Enquête « Baromètre satisfaction BML » réalisée dans les 15 bibliothèques de la ville de Lyon, Lyon, Service des publics de la BML, 2012.

4 À l’image des habitants du quartier. Le 4e arrondissement de la ville de Lyon se caractérise par une population de familles, avec enfants et à ressources économiques stables. Ateliers d'artistes, galeries, boutiques de création, scènes de théâtre, salles de concert nourrissent une riche dynamique d’innovation culturelle. Cet environnement attire de nouveaux habitants : du « village » plébiscité par les anciens, la Croix Rousse devient un arrondissement convoité par une population dite « bourgeoise-bohême ». Ces données sont issues du Rapport Géoprio : contrat urbain de cohésion sociale, Lyon, Direction du développement territorial, 2013.

5 Ce qui peut s’expliquer par le fait que comme dans de nombreuses bibliothèques le public adolescent n'est guère présent à la Croix Rousse en temps qu'emprunteur.

6 Voir la note 4.

7 Écrit par son directeur, Gilles Eboli, après concertation de tout le personnel de la BML, à travers une plate-forme de partage d’idées.

8 Création d’une « Nuit à la bibliothèque » en 2011 où les usagers participent au déroulement de la soirée. Cette expérience avait montré la valeur ajoutée de la participation à l’événement : enrichissement du programme, découverte de pratiques amateurs, tissage de liens avec les usagers…

9 Le temps consacré à la préparation et la tenue des rendez-vous de « Montez le son » est variable en fonction de l’actualité musicale, des acquisitions en cours mais mobilise deux agents à chaque séance et en soirée pendant 2 heures. Un poste de bibliotechnicien responsable du fonds musical a été créé et cet agent anime avec la responsable de la bibliothèque les différents rendez-vous.

10 GamAnnecy : < http://www.gamannecy.com/default.aspx?r=A >.

11 Le groupe s’est donc constitué autour d’une vingtaine de personnes. Le plus jeune est un trentenaire, la personne la plus âgée a 70 ans ; tous ont un lien avec la musique mais certains dans une démarche de loisir, d’autres plus professionnelle. Ils se sont portés volontaires avec différentes motivations : participer à la création d’un service public en tant que citoyen, savoir comment fonctionne une bibliothèque, échanger sur le domaine musical, participer à un projet innovant. La majorité d’entre eux était déjà inscrite à la bibliothèque, mais pas tous ; ils n’habitent pas tous l’arrondissement mais y viennent pour leur travail ou leurs loisirs. Lors de notre premier rendez-vous, comme dit précédemment, chaque participant s'est présenté et a exprimé son lien avec l'univers musical. Leurs goûts musicaux sont divers mais recouvrent les différents genres musicaux plébiscités dans l’enquête. Du rock à l’opéra en passant par la chanson, chacun est ainsi à même de proposer de l’écoute et des commentaires.

12http://www.bm-lyon.fr/15-bibliotheques-et-un-bibliobus/bibliotheque-du-4e-croix-rousse/ >.

13 Soit 250 à 300 CD/an.

© Presses de l’enssib, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540