Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 1. Repenser la bibliothèque ensemble

Bouge Ta Fac : une plate-forme de démocratie participative étudiante

Nicolas Romain-Scelle

Testo integrale

Développement initial du projet

  • 1 Association loi 1901, organisation représentative des étudiants selon la loi Jospin du 10 juillet (...)

1Le projet Bouge Ta Fac est une plate-forme portée par le Groupement des associations et des élus étudiants de Lyon, indépendants et solidaires (GAELIS)1, principale fédération d’associations étudiantes sur l’agglomération lyonnaise, développé initialement dans un objectif de campagne électorale, en fin d’année 2013.

2Le principal objectif de la plate-forme, site web public, est de permettre aux étudiants de participer à l’élaboration des politiques les concernant, au sein des établissements d’enseignement supérieur, du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Lyon-Saint-Étienne, ou de toute autre instance touchant à la vie étudiante. Via un système d’inscription facultative, tout étudiant souhaitant participer au développement de certaines idées peut à la fois soumettre ses propositions pour améliorer les conditions de vie et d’études, mais aussi interagir avec l’ensemble des autres propositions soumises par un système de “like/dislike”. L’idée fondatrice du projet était d’ouvrir un espace de démocratie participative, offrant la possibilité d’interactions constructives entre tous les étudiants et leurs représentants élus.

3Ce système de plate-forme permet plusieurs choses. Pour l’étudiant non impliqué dans la vie des campus, il s’agit de pouvoir donner un avis très simple sur des propositions diverses et variées, en soutenant une proposition, ou au contraire en manifestant son opposition aux idées soumises sur la plate-forme. Pour les étudiants candidats lors des élections universitaires, qui se sont déroulées en mars 2014, il s’agissait de la possibilité novatrice de disposer d’une plate-forme largement accessible permettant de cibler les demandes spécifiques des étudiants, et de construire une profession de foi en accord avec les besoins manifestés sur la plate-forme.

4Une proposition récoltant ainsi l’approbation globale des inscrits sur le site pouvait être considérée comme pertinente à proposer dans le cadre d’un projet pour les candidats. Enfin, point non négligeable de ce système de démocratie participative : le poids donné aux propositions. En effet, cette liberté de choisir, sur la plate-forme, parmi les différentes propositions permet également de renforcer le poids politique des propositions plébiscitées par les étudiants, poids politique qui peut être porté auprès des décideurs du monde de l’enseignement supérieur pour permettre de faire avancer la cause étudiante.

5Cette plate-forme permet donc à la fois une interaction constructive et large des étudiants sur l’élaboration du projet porté par les candidats à ces élections, mais aussi de cibler les propositions fortement attendues et de les valoriser de façon totalement inédite auprès des décideurs politiques.

6Depuis ces dernières élections, la plate-forme Bouge Ta Fac est à l’arrêt, étant donné qu’elle fait l’objet d’une discussion afin d’adapter son utilisation, dans une perspective plus durable que les simples échéances électorales. Cependant, on peut consulter, à titre d’exemple, une plate-forme2 analogue portée par l’Association générale des étudiants de Paris (AGEP), toujours active.

Perspectives de développement

7Ainsi au-delà de sa vocation initiale, et de l’opportunité d’un espace d’expression pour l’étudiant, on peut envisager de faire de la plate-forme à la fois un lieu d’échanges, entre étudiants, même aussi rudimentaire que par un système de “like/dislike”, et aussi un lieu de consultation des étudiants sur des projets portés par des élus étudiants. Les méthodes classiques de ce type de consultation sont la pétition, ou l’organisation de réunions d’information ou d’assemblées générales, mais avec une plate-forme de ce type, il est possible de toucher un panel d’étudiants plus large. Là encore, on retrouve un des atouts de la plate-forme, qui donne aux idées une force d’action politique, mais cette fois à des projets ou propositions plus élaborées., De même, via cette plate-forme, nous pouvons envisager de développer une consultation sur des projets plus élaborés, de soumettre aux étudiants des propositions pouvant provenir de partenaires des représentants étudiants, afin de donner un éclairage sur la perception d’une proposition, ou de chercher l’approbation (ou le rejet) d’un projet de réforme, modification de fonctionnement, cela dans tous les domaines de l’enseignement supérieur.

8Enfin, nous évaluons également les possibilités d’amélioration de la qualité des interactions sur la plate-forme. Initialement basée sur ce système d’approbation ou de rejet des propositions, assorti de la possibilité de laisser des commentaires, la possibilité de dialogue entre contributeurs* existe mais sans aucune structure, de même qu’il est difficile de retrouver des propositions anciennes, car aucun système de tri n’existe. L’objectif serait de permettre une meilleure gestion des propositions et des commentaires postés sur la plate-forme, et d'envisager l’utilisation de cette plate-forme également comme un outil d’information des étudiants sur leurs propositions.

Note

1 Association loi 1901, organisation représentative des étudiants selon la loi Jospin du 10 juillet 1989.

2 AGEP : < http://www.bougetafac-upmc.fr >.

© Presses de l’enssib, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540