Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques

 | 
Raphaëlle Bats

Partie 1. Repenser la bibliothèque ensemble

Les enjeux et les limites de la participation : le rôle des bibliothèques

Raphaëlle Bats

Texto completo

1Cette contribution se propose d’examiner les enjeux des processus de la participation à travers trois axes : savoirs, pouvoirs, devoirs. À partir d’une analyse des tendances, voire parfois des injonctions, qui visent à faire des pratiques participatives un mode d’élaboration de notre société, nous interrogerons le rôle de la bibliothèque et ses potentialités d’inscription dans la définition des conditions, des formes et de l’exercice d’une telle mobilisation collective.

Savoirs

  • 1 Sandra Laugier, « SHS et sciences participatives : les citoyens ordinaires comme ressource de la c (...)

2La participation repose sur la légitimité des participants à « prendre part » ; ce qui implique un principe d’égalité qui est au cœur des sociétés démocratiques, depuis l’agora grecque. Si l’agora grecque a été, pour les fondateurs des démocraties modernes, un idéal à atteindre, et si la notion d’égalité s’est alors inscrite comme essentielle dans les esquisses des démocraties naissantes, celle-ci n’a jamais été considérée comme suffisante pour penser une participation active du public, sinon par le vote, c'est-à-dire l’élection d’individus auxquels on reconnaît des compétences pour gérer les affaires publiques. Fondée sur l’égalité, la démocratie repose en réalité sur la reconnaissance de connaissances et de compétences de ceux qui vont exercer le pouvoir politique. En France, cette dernière notion est particulièrement centrale, comme en témoignent les écoles de service public dédiées à la fabrication de ces élites expertes. Or, l’expert, très valorisé dans la culture administrative moderne et plébiscité par les médias, est plus proche des instances de pouvoir que les autres citoyens ou que les « citoyens ordinaires »1.

  • 2 Luc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, « Un bilan des recherches sur la participation du public en d (...)

3C’est dans ce contexte, où la politique se joue à un niveau de plus en plus éloigné des citoyens, que la démocratie participative, dite de proximité, s’est petit à petit fait une place au sein des collectivités territoriales. Elle ne vise pas tant une augmentation de l’expertise des citoyens, qu’un travail d’énonciation et de mise sur la place publique de savoirs qui seraient utiles dans des projets collectifs. On parle alors de savoirs mobilisés, dont les formes sont variées : connaissances locales ou culturelles, compétences-métiers ou compétences-loisirs, etc. Ainsi, l’enjeu de la participation s’inscrit dans « les limites des savoirs scientifiques, un mouvement vers la reconnaissance d’autres formes de savoirs légitimes, et les modalités de la confrontation des différentes formes de savoirs »2.

L’émergence des compétences

  • 3 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 23.

4Un premier niveau de difficulté tient à la définition des compétences-métiers. Ainsi, mettre en œuvre un projet en bibliothèque fait appel à un ensemble de compétences dites bibliothéconomiques. Que deviennent-elles dans un projet participatif, mené avec des personnes qui n’ont pas ces compétences ? Faut-il effectuer un transfert de compétences ? Ou peut-être considérer que celles-ci ne sont pas centrales à la réalisation du projet ? Dans un transfert de compétences, le bibliothécaire reste le garant de la qualité de l’exercice, et se met dans une position à la fois extérieure et surplombante par rapport au groupe. La participation se trouve de fait limitée dans une situation où la relation d’égalité est elle-même limitée. L’autre hypothèse, qui consisterait à considérer la bibliothéconomie comme une réponse parmi d’autres aux problèmes soulevés par le projet, présente l’avantage de favoriser une plus forte égalité entre les membres du groupe et de réorienter un projet bibliothéconomique vers un projet public, en bibliothèque. Cependant, cette option peut être source de réticences pour les professionnels. Le manque de reconnaissance peut faire craindre la dissolution ou la transformation du métier dans le projet. De fait, « nombre de recherches ont pointé la manière dont la participation publique pouvait redéfinir les réseaux d’acteurs, susciter l’apparition de professionnels nouveaux ou induire des changements sensibles dans la définition de savoir-faire professionnels établis »3. Un des changements constatés est celui de l’émergence des compétences liées à la participation elle-même ; le bibliothécaire pouvant ainsi être amené à développer de nouvelles compétences en animation de projets participatifs.

  • 4 Voir Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 20 (...)
  • 5 On appelle archives orales ou archives vivantes, en s’éloignant du véritable glossaire d’archivist (...)

5Un second niveau de difficulté se révèle dans la possibilité, pour des individus, de se saisir de leurs propres savoirs dans une société où leur statut les rend plutôt invisibles. La bibliothèque représente un lieu de savoir, qui, sans être nécessairement académique, est un savoir légitime, qui appartient culturellement au champ de l’écrit. Les bibliothécaires sont, dans leur majorité, des professionnels avec un bagage universitaire et incarnent un lien privilégié avec le livre et la lecture. Dans un tel lieu, la confiance que peuvent développer les citoyens dits ordinaires pour partager leurs savoirs, qui s’apparentent parfois à des savoir-faire, ou qui sont énoncés dans d’autres langues que le français, est réduite4. Comment, dans ces conditions, espérer une véritable participation ? Quel rôle peut jouer la bibliothèque pour favoriser, dans ses murs comme en dehors, des projets participatifs ? C’est en s’attachant à créer les conditions de possibilités de la démocratie participative, soit à accueillir les savoirs autres qu’experts, « l’expertise profane », qu’elle jouera pleinement son rôle institutionnel.
De nombreux projets sont déjà menés en ce sens : constitution d’archives orales5, bibliothèques vivantes, Fablabs dédiés à une auto-publication qui alimente les rayons de la bibliothèque, blogs écrits avec le public, etc. La bibliothèque devient alors actrice et facilitatrice de la démocratie participative en ce sens qu’elle est le lieu où les savoirs une fois produits et mis en forme, sont exposés, acquérant par là une certaine forme de reconnaissance.

Pouvoirs

6La question de la reconnaissance des savoirs est directement liée à celle du pouvoir, enjeu fondamental de la participation, qui consiste à donner plus de voix aux citoyens dans les projets publics, avec l’idée que cette voix est trop diffuse pour être entendue dans le vote et la représentation. Il s’agit bien de donner plus de poids aux citoyens, et partant, plus de pouvoir, et de transformer ainsi le pouvoir politique. Dans les bibliothèques françaises, nous parlons volontiers d’« émancipation des publics », pour signifier que le rôle des bibliothèques permet à chacun d’entrer dans le débat et de faire entendre sa propre voix.

  • 6 Jacques Donzelot, Renaud Epstein, « Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbai (...)

7Pourtant, une critique régulière faite à la participation est celle de son inefficacité à donner du pouvoir aux participants. Jacques Donzelot et Renaud Epstein6 ont étudié des projets participatifs urbains et constaté la déception des publics concernant l’aboutissement de ces projets. Ils concluent de leurs analyses que la France reste attachée à l’idée d’une démocratie participative, reflet de la vision française d’un travail commun axé sur la délibération, le temps et la maturation des projets, avec pour ligne de mire l’intérêt général. Pour leur part, ils pensent plus efficace la vision anglo-saxonne de la participation démocratique*, plus axée sur l’action et la réalisation concrète d’un projet qui relèverait du bien commun et d’un consensus qui relierait les intérêts particuliers.

  • 7 John Dewey, Joëlle Zask (éd.), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 (coll. Folio. Es (...)
  • 8 Mais qu’en est-il de ce collectif ? Peut-on qualifier de collectif un projet où 10 personnes parti (...)

8Aujourd’hui, la participation démocratique est portée, en France, par deux types d’acteur. D’une part, les municipalités : certaines d’entre elles transforment leur service de démocratie participative en service de participation démocratique, acceptant ainsi que la participation, plutôt que la démocratie, soit au cœur de l’action politique. La démocratie, en tant que mode de vie en commun, plutôt qu’en tant que régime, devient alors la conséquence de la participation, comme le décrivait le philosophe John Dewey7, au siècle dernier. D’autre part, des associations et différentes formes de groupes, pour qui il revient à la société civile de transformer la société. De fait, la participation semble réellement accroître le pouvoir des citoyens quand elle se fait action collective8 plutôt que réflexion partagée.

  • 9 On notera qu’il existe plusieurs définitions politiques de l’empowerment, comme le décrivent Marie (...)
  • 10 Saul David Alinsky, Rules for Radicals: a Practical Primer for Realistic Radicals, New York, Rando (...)
  • 11 Joëlle Zask, Introduction à Participa(c)tion : colloque, Vitry-sur-Seine, MAC/VAL, 6-8 décembre 2 (...)

9En cela, la notion de participation rejoint celle d’empowerment*9, soit la possibilité de gagner en pouvoir pour les communautés, voire les individus, par le résultat d’un apprentissage, d’une éducation leur permettant d’améliorer leurs connaissances et compétences. Les communautés qui développent leur empowerment, sont dans des situations où le levier politique leur fait défaut : les “Have-Nots” comme les appelle Saul Alinsky10. La méthode participative, en faisant émerger les savoirs des groupes et des habitants, peut faire naître une nouvelle instance de pouvoir, voire un contre-pouvoir. En d’autres termes, la participation, pensée sous l’angle du pouvoir, devrait se construire à partir des citoyens et non à partir de l’institution. Joëlle Zask parle d’ailleurs de la participation en termes de « prendre part » et « faire partie de »11. Il s’agirait alors, dans le domaine qui nous concerne ici, de penser, en plus des projets participatifs portés par la bibliothèque, la bibliothèque en elle-même, et son rôle dans la société. La bibliothèque peut devenir un bon outil pour accompagner des projets émancipateurs. On parle aux États-Unis de bibliothécaire embarqué (embedded librarian), quand la bibliothèque met un de ses personnels à disposition d’une association, par exemple, pour apporter son expertise documentaire au service d’un projet d’empowerment. Dans ce type d’action, la participation n’est pas seulement celle du public à la bibliothèque, mais aussi celle de l’institution-bibliothèque à la société.

Devoirs

10La dimension de radicalité que peut induire la participation amène à en penser les enjeux en termes d’institution, d’institutionnalisation et d’engagement.

  • 12 Joëlle Zask, « Préface », in John Dewey, Le public et ses problèmes, ibid.
  • 13 Jürgen Habermas, Rainer Rochlitz et Christian Bouchindhomme (trad.), Droit et démocratie : entre (...)

11Les penseurs de la participation n’ont jamais nié le rôle de l’institution dans la mise en œuvre de celle-ci. Ainsi pour John Dewey, les structures gouvernementales ont justement pour objet de mettre en œuvre la démocratie, entendue comme l’unique régime dans lequel l’expérimentation des conditions de la vie en société peut être constamment renouvelée, donnant ainsi la possibilité aux individus d’influencer ce qui les affecte. Pour le philosophe, « la participation est le terme éthique et politique qui équivaut à l’expérimentation »12. Ou encore pour Jürgen Habermas, la délibération ne peut s’exercer que si les citoyens ont à leur disposition « [des] espaces publics autonomes largement ouverts et [des] procédures, institutionnalisées par l’État de droit, grâce auxquelles l’opinion et la volonté démocratiques parviennent à se former »13.

  • 14 Ce qui n’est pas ce dont parlaient Dewey ou Habermas.
  • 15 Jacques Donzelot, Renaud Epstein, « Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbai (...)
  • 16 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 19.

12Les municipalités françaises se sont saisies de ce lien en créant des services de démocratie participative14, donnant ainsi le LA (440) à ce que peut être, voire doit être, la participation. Encadrée par l’institution, sa dimension radicale de renforcement des savoirs et d’accroissement des pouvoirs, est nécessairement mesurée à l’aune des projets que la municipalité souhaite rendre participatifs. Pour Jacques Donzelot et Renaud Epstein15, cette institutionnalisation transforme la participation en recherche d’une légitimité de la décision politique plutôt qu’en recherche d’une mobilisation générale. Pour Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fournier, « ce processus d’institutionnalisation […] coïncide en premier lieu avec un renoncement vis-à-vis d’une transformation sociale à grande échelle »16 par un rétrécissement des projets participatifs à des espaces et publics quantifiables, de petite taille, à l’échelle de micro-territoires. Dans un temps de crise politique et d’abstention aiguë, la foi dans la participation pour faire renaître l’engagement politique est à la mesure de la crainte de voir son institutionnalisation créer un désengagement politique au sens général.

  • 17 Voir Nancy Kranich, “Civic Partnership: the Role of Libraries in Promoting Civic Engagement”, in W (...)

13Pourtant, ne peut-on pas penser que les projets participatifs sont révélateurs d’un engagement des citoyens ? Que doit faire l’institution pour engager le citoyen ? Les bibliothèques américaines ont fait de l’engagement citoyen le cœur de leur action politique et sociale, en proposant en plus de l’accès à l’information, soit une aide à l’accès à la nationalité, qui permet de voter, soit des espaces de discussion où le débat sur la société est posé comme un service au public17. Mais discuter suffit-il ? Les espaces de discussion peuvent-ils avoir un véritable impact sur la mise en œuvre des politiques publiques ? Ceci est possible à condition, d’une part, de redéfinir la citoyenneté, et d’autre part, de revenir à la dimension collective de l’engagement dans la participation. Sur le premier plan, l’institution devrait favoriser une délibération agissante, constitutive d’une citoyenneté qui ne se définit plus en termes d’origine, de droit de vote, de pièce d’identité, mais en termes de projet commun, de solidarité et d’action. Sur le second plan, en abordant la participation du seul point de vue des savoirs à mobiliser, on se restreint à penser la participation comme purement pratique, à savoir une mobilisation de savoirs pour résoudre un problème commun et partagé. Or donner du poids aux savoirs de chacun dans la société n’est pas encore construire une délibération commune. En ce sens, la bibliothèque peut trouver un rôle à jouer à condition que la discussion n’ait pas pour unique vocation l’expression des idées de chacun, mais la constitution d’un plan d’action collectif dont la bibliothèque serait le premier lieu d’exercice. Il s’agirait non plus seulement de servir le public, mais de véritablement donner les moyens au public de construire les services. La notion même de « service public » ne signifiant plus seulement un service au public, mais un service créé par le public, à destination de tous.

  • 18 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 26 : la participation conduit « notamment à réi (...)
  • 19 Voir Camille Hubert, Bibliothécaires et militantisme : neutralité et pratiques professionnelles, (...)
  • 20 Jürgen Habermas, Droit et démocratie : entre faits et normes, op. cit., p. 10.
  • 21 Marian Barnes, David Prior, Subversive Citizens: Power, Agency and Resistance in Public Services, (...)

14Toutefois, repenser l’engagement au cœur des services publics implique de repenser aussi l’engagement des professionnels18. Mais quelle est la culture démocratique et politique dans un système qui réclame, dans le même temps, un engagement vis-à-vis du service public et une position de neutralité, recommandations dont chacun se saisit à sa manière ?19 De ce point de vue la question de la formation des bibliothécaires aujourd’hui se pose. Quel enseignement et quelle forme d’enseignement doivent être dispensés en bibliothéconomie pour aviver une culture démocratique ? La bibliothéconomie anglo-saxonne se saisit de l’approche critique pour repenser à la fois le métier et la formation des bibliothécaires. En réinterrogeant les concepts clés de la documentation dans un exercice critique, les bibliothécaires ne rompraient pas leur vœu de neutralité, mais feraient allégeance à la démocratie, prise comme expérimentation du vivre ensemble sans cesse renouvelée. Comme le dit Jürgen Habermas : « Certes, un noyau d’anarchie est indissociable du potentiel de libertés déchaînées qui est propre à la communication et dont les institutions de l’État de droit démocratique doivent se nourrir, afin de garantir efficacement une égalité des libertés subjectives »20. La possibilité de projets participatifs en bibliothèque tient peut-être à ce que le bibliothécaire puisse être cet agent subversif21, celui qui peut créer des espaces, documentaires et de médiation, des espaces de vie dans lesquels la société peut se penser, se réinventer, encore et encore.

Pratiques participatives : une typologie

Une question revient souvent : le projet a-t-il été véritablement participatif, les usagers ont-ils vraiment « pris part à » ? Si la question est complexe et doit toujours être évaluée au regard du contexte local, il n’en est pas moins vrai que la participation peut avoir des niveaux d’intensité différents.

Éléments de définition

Une définition généralement admise considère que la participation peut prendre trois formes, qui sont autant de niveaux successifs : information, délibération, décision. On parle de niveaux car l’implication dans un projet n’est pas la même selon que l’on en est informé, que l’on est consulté à travers des délibérations ou que l’on prend part activement à des décisions sur l’évolution de ce projet. Cependant, ces niveaux sont successifs, car il faut d’abord être informé pour pouvoir délibérer, et délibérer pour pouvoir décider. Les formes que prennent ensuite ces différents niveaux peuvent être variées, ainsi que nous le verrons par la suite, mais notons dès à présent que l’information ne contraint pas à grand-chose, que la délibération est souvent plutôt une consultation sur un programme préétabli que l’énonciation d’une pensée construite, et que la décision est rarement totalement partagée.

En réaction à ces limites et dans le contexte des émeutes raciales de 1969, aux États-Unis, Sherry Arnstein, travailleuse sociale, a cherché à requalifier les niveaux d’intensité de la participation, en tenant compte de la possibilité pour les habitants comme de la volonté des différents acteurs en présence de participer. Elle élabore ainsi trois niveaux : le premier en négatif qu’elle nomme « manipulation », soit un moment de non-participation dans lequel on laisse croire au public qu’il peut prendre part à des projets en réalité déjà ficelés. Un deuxième niveau qu’elle nomme « information », subdivisé en trois stades successifs d’information, de consultation puis de conciliation, soit un moment où les citoyens sont amenés à faire entendre leur opinion sur le projet. Enfin, un troisième niveau nommé « pouvoir citoyen », subdivisé en partenariat, délégation de pouvoir, et enfin contrôle citoyen, soit un moment qui tend à ce que le citoyen soit entièrement responsable du projet. Les travaux de Sherry Arnsteina sont d’une grande importance pour comprendre ce qui se joue en termes de pouvoir dans la participation.

Les différentes formes de la participation

L’intensité ne suffit cependant pas à comprendre et évaluer la participation dans sa globalité, tant celle-ci peut prendre de formes variées. Marie-Hélène Bacqué, Henri Rey et Yves Sintomer, dans l’introduction à l’ouvrage collectif Gestion de proximité et démocratie participativeb présentent un fascinant tableau des intersections entre les différentes typologies de la participation, selon trois entrées : la temporalité du projet, les acteurs, les dispositifs.

La temporalité

Par temporalité, on entend celle de la participation elle-même. Par exemple, le comité d’usagers se réunit-il une fois par mois ou par an ? En effet, selon la récurrence et la régularité des rendez-vous, le niveau d’information augmente, la délibération est rendue possible et les conditions d’une décision partagée sont plus favorables.

Les acteurs

Le type de la participation dépend aussi des acteurs impliqués. S’agit-il d’individus ou de groupes qui peuvent être associatifs ou communautaires ? S’agit-il de groupes représentés par un ou des individus identifiés ou de masses d’individus non identifiés formant ensemble un groupe déterminé, qui peut être un groupe d’habitants, un groupe des parents, un groupe de lecteurs de fantasy, etc. ? En d’autres termes, la participation peut être directe ou médiatisée par des systèmes de représentation.

Le sens de mise en œuvre de la participation va également en faire varier les formes. On appelle bottom-up* la forme de participation qui part d’une mobilisation par le bas, c’est-à-dire les habitants, les associations, les groupes communautaires, vers une mobilisation du haut, c’est-à-dire des élus, des politiciens. À l’inverse, on parle de participation top-down* pour signifier une mobilisation qui part des élus et des institutions et qui se dirige ensuite vers les habitants, groupes ou individus.

Les dispositifs

Enfin, on peut penser la participation par dispositifc. Marie-Hélène Bacqué, Henri Rey et Yves Sintomer listent les dispositifs suivants : assemblées, référendum, conseils de quartier, fonds d’initiatives quartiers, budgets participatifs, organes de développement communautaires, conseils consultatifs, plans stratégiques (agenda 21)d, représentation des usagers. Ces dispositifs n’appellent pas le même type de mobilisation - volontariat, représentation, cooptation, élections… Ainsi, selon le dispositif, la composition des groupes d’habitants change, tout comme les attendus de la participation, en termes d’intensité et de résultats. Chacun de ces dispositifs modèle et contraint, en un sens, la participation.

Mettre en place un projet participatif nécessite de connaître ces différentes modalités : intensité, temporalité, acteurs, sens et dispositif, pour clarifier et déterminer le niveau de participation attendu auprès de tous : élus, collègues, publics.

a. Sherry R. Arnstein, “A Ladder of Citizen Participation”, Journal of the American Institute of Planners, 1969, 35, n°  4.
b. Marie-Hélène Bacqué, Henri Rey, Yves Sintomer (dir.), Gestion de proximité et démocratie participative : une perspective comparative, Paris, Éditions La Découverte, 2005 (coll. Recherches).
c. On retiendra pour définition du terme « dispositif » celle donnée par Giorgio Agamben, in Giorgio Agamben, Martin Rueff (trad.), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007 (coll. Rivages poche. Petite bibliothèque), p. 31, et citée par Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fourniau, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruits pour rien ? », Participations, 2011, n° 1, p. 28 : « Tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants ».
d. Agenda 21 France : < http://www.agenda21france.org/​ >.

Notas

1 Sandra Laugier, « SHS et sciences participatives : les citoyens ordinaires comme ressource de la connaissance », Lettre d’ATHENA, mai 2015. [En ligne] :

http://www.allianceathena.fr/actualites/shs-et-sciences-participatives-les-citoyens-ordinaires-comme-ressource-de-la-connaissance >.

2 Luc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruits pour rien ? », Participations, 2011, n° 1, pp. 8-35, ici p. 30. [En ligne] : www.cairn.info/revue-participations-2011-1-page-8.htm.

3 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 23.

4 Voir Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 2013 (coll. Papiers).

5 On appelle archives orales ou archives vivantes, en s’éloignant du véritable glossaire d’archivistique, les collections constituées d’enregistrements audio, audiovisuels et aujourd’hui multimédias. Elles s’inscrivent dans la même dynamique que l’histoire orale en gardant trace par leur propre narration, et leur parole, aux acteurs invisibles de l’histoire.

6 Jacques Donzelot, Renaud Epstein, « Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine », Esprit, juillet 2006, n° 7, pp.  5-34. [En ligne] : < http://www.cairn.info/revue-esprit-2006-7.htmdoi:10.3917/espri.0607.0005 >.

7 John Dewey, Joëlle Zask (éd.), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 (coll. Folio. Essais), p. 37.

8 Mais qu’en est-il de ce collectif ? Peut-on qualifier de collectif un projet où 10 personnes participent ? « Ces dispositifs participatifs qui se multiplient sont localisés et souvent ponctuels. Ils visent ce qu’il est désormais convenu d’appeler des “mini-publics” et se révèlent incapables, faute d’une généralisation possible de ces démarches, de concrétiser une délibération à grande échelle et ce qui pourrait s’apparenter à une participation du plus grand nombre. Dans quelle mesure l’intérêt pour les “mini-publics” ne détourne-t-il pas dès lors d’un projet plus ambitieux de transformation politique globale ? », Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 19.

9 On notera qu’il existe plusieurs définitions politiques de l’empowerment, comme le décrivent Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener : « […] une vision néolibérale, axée sur l’accroissement pour chacun de ses potentialités sur le marché de sorte d’y trouver sa place. Une vision socio-libérale, axée sur l’égalité et la possibilité d’une meilleure intégration à la société, qui correspond à ce qu’on appelle l’inclusion. Enfin une vision radicale, axée sur la justice et la redistribution et pour laquelle l’empowerment initie et annonce un changement de la société », Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, Éditions La Découverte, 2012 (coll. Politique et sociétés).

10 Saul David Alinsky, Rules for Radicals: a Practical Primer for Realistic Radicals, New York, Random House, 1971.

11 Joëlle Zask, Introduction à Participa(c)tion : colloque, Vitry-sur-Seine, MAC/VAL, 6-8 décembre 2013, Vitry-sur-Seine, MAC/VAL : 2014.

12 Joëlle Zask, « Préface », in John Dewey, Le public et ses problèmes, ibid.

13 Jürgen Habermas, Rainer Rochlitz et Christian Bouchindhomme (trad.), Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997 (coll. NRF essais), p. 324.

14 Ce qui n’est pas ce dont parlaient Dewey ou Habermas.

15 Jacques Donzelot, Renaud Epstein, « Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine », op. cit.

16 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 19.

17 Voir Nancy Kranich, “Civic Partnership: the Role of Libraries in Promoting Civic Engagement”, in William Miller and Rita M. Pellen (ed.), Libraries Beyond Their Institutions: Partnerships That Work, New York, The Haworth Press, 2005, pp. 89-103.

18 Loïc Blondiaux, Jean-Michel Fourniau, op. cit., p. 26 : la participation conduit « notamment à réinterroger diverses dimensions des cultures politiques : la culture démocratique des agents publics (L. Bherer), la culture participative des militants (C. Neveu) ou les pratiques civiques dans les nouvelles cultures numériques (L. Monnoyer-Smith) ».

19 Voir Camille Hubert, Bibliothécaires et militantisme : neutralité et pratiques professionnelles, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Raphaëlle Bats : Villeurbanne, enssib, 2013.

20 Jürgen Habermas, Droit et démocratie : entre faits et normes, op. cit., p. 10.

21 Marian Barnes, David Prior, Subversive Citizens: Power, Agency and Resistance in Public Services, Bristol, Policy Press, 2009.

© Presses de l’enssib, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540