Version classiqueVersion mobile

Numériser et mettre en ligne

 | 
Thierry Claerr
, 
Isabelle Westeel

Mode d’emploi

Thierry Claerr et Isabelle Westeel

Texte intégral

  • 1 Conduire un projet de numérisation, sous la direction de Charlette Buresi et Laure Cédelle-Joubert. (...)

1La numérisation avait déjà fait l’objet dans cette même collection, d’un ouvrage intitulé Conduire un projet de numérisation1 publié en 2002, mais, compte tenu des évolutions importantes dans ce domaine, il nous a semblé important non seulement d’actualiser le propos mais surtout de lui apporter de nouvelles dimensions que ce soit en matière de métadonnées, de mise en ligne et de conservation des fichiers numérisés.

2Même si cet ouvrage s’est voulu le plus large possible, en parlant autant des ouvrages patrimoniaux que des ouvrages contemporains, des documents sous droits que libres de droit, il n’abordera cependant pas la numérisation des collections vidéo, audio ou cinéma (cf. guide de numérisation sur le site du ministère de la Culture2 et les formations assurées par l’INA3). Le souci permanent des auteurs a été de s’adresser à des établissements de toute taille, selon des logiques d’institution.

LES ENJEUX

3La numérisation des données culturelles est un véritable enjeu pour la diffusion des connaissances et pour la démocratisation de la culture. Elle est aujourd’hui entrée dans les pratiques courantes des professionnels de la conservation et de la diffusion du patrimoine culturel. Sujet d’actualité, le numérique a un impact considérable sur le rôle des bibliothèques et sur l’évolution de leurs missions.

4Au temps des pionniers, marqué par The Gutenberg Project4 en 1971, a succédé en France l’époque des expérimentations réussies avec dès le milieu des années 1990 : Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF mise en ligne en 1997, la bibliothèque électronique de Lisieux ou encore les premières bibliothèques numériques patrimoniales comme Medic@, bibliothèque numérique de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine de Paris, ou le CNUM, bibliothèque numérique du Conservatoire national des arts et métiers. Nous sommes à présent entrés dans une phase de généralisation puisque plusieurs centaines d’institutions culturelles réparties sur tout le territoire sont impliquées aujourd’hui dans un plan de numérisation de leurs collections. Le rôle de producteur et de diffuseur des ressources numériques n’est plus dévolu aux seuls grands établissements engagés dans des programmes d’envergure. Depuis plusieurs années, de nombreuses institutions culturelles ont développé une offre numérique avec le soutien de leur collectivité et/ou de l’État.

5L’initiative d’envergure lancée en décembre 2004 par Google a suscité des réactions qui ont permis de construire une offre européenne, Europeana, et de faire évoluer Gallica. Acteurs majeurs de ces politiques de diffusion et de valorisation par le numérique, les bibliothèques sont pleinement conscientes de leurs responsabilités et tiennent une place de choix au sein des acteurs : les institutions culturelles qui conservent les fonds, les utilisateurs (internautes et utilisateurs de livres numériques), les laboratoires de recherche, les éditeurs, les prestataires techniques et les industriels (numérisation et logiciels de gestion électronique de documents).

6Souvent mis en avant, les enjeux des projets de numérisation sont multiples et doivent s’inscrire dans une politique générale d’établissement. Ils concernent :

7• la préservation et la conservation des collections :

  • préserver des documents originaux fragiles ou fragilisés (parfois de grandes dimensions) en proposant un document de substitution sous une forme numérique, aisément manipulable et en favorisant ainsi des perspectives de conservation partagée ;

  • faire connaître des documents non communicables en raison de leur état matériel ou des difficultés de manutention.

8• la diffusion et la valorisation d’un corpus à des fins :

  • culturelles : « tourisme culturel », valorisation du territoire, création de produits multimédia, de dossiers documentaires et d’expositions virtuelles ;

  • scientifiques et pédagogiques :

  • diffusion de contenus comme matériau pour la recherche, en articulation avec les programmes de recherche et les nouveaux dispositifs en place dans l’Université : enseignement à distance (EAD), espaces numériques de travail (ENT), universités numériques régionales (UNR) et campus numériques ;

  • diffusion de la production scientifique résultant de la recherche (littérature grise, revues) : outil essentiel de visibilité et de coopération scientifique au niveau national et international, (par exemple le portail Persée ou encore les Thèses numériques-STAR).

9• l’amélioration des services rendus aux usagers :

  • en terme d’accès : accès à distance, accès simultanés ;

  • en terme de consultation : lisibilité, reproduction et comparaison de documents ;

  • en terme de recherche et d’appropriation : exploitation de corpus physiquement éloignés ; exploitation enrichie grâce à la combinaison d’un travail scientifique d’indexation et de structuration des documents ; développement d’outils logiciels pour optimiser la recherche et apporter une plus-value au document numérique lui-même (annotations…) ; mise en place d’espaces personnels ou collaboratifs de travail entre chercheurs (notion de parcours de lecture).

10Les enjeux se trouvent désormais dans une offre de qualité adaptée à un contenu, à un service et à un public. Il s’agit de développer des contenus répondant aux attentes du public et de faire émerger de nouveaux types d’exploitation des documents numérisés. Ils doivent notamment tenir compte des nouveaux usages culturels et scientifiques liés à l’Internet et aux possibilités de coopération entre institutions.

LES PUBLICS ET LES USAGES

11Il s’agit de savoir pourquoi et pour qui on numérise. Réfléchir aux publics-cibles et aux usages permet de travailler sur la question des contenus et des services.

Tableau établi à partir d’une étude menée en 2001 pour le Pôle Diderot de Langres.

LES PRINCIPAUX DÉFIS DE LA NUMÉRISATION ET DE LA MISE EN LIGNE

12Numériser des documents et les mettre en ligne relèvent de défis multiples :

  • un défi technologique : le projet doit être judicieusement évalué qu’il s’agisse de prestations, de choix techniques relatifs à l’achat de matériel ou au mode de numérisation ;

  • un défi économique : une opération de numérisation implique l’engagement de dépenses qui dépasseront largement le simple budget lié à l’opération de numérisation. Le mode de financement doit être défini pour décider de la viabilité ou de la faisabilité de l’opération. Le projet peut également être construit en plusieurs étapes : court, moyen et long terme ;

  • un défi juridique qui doit autant tenir compte de la législation en matière de propriété intellectuelle et artistique que du code des marchés publics. Il est indispensable de s’assurer d’emblée des droits attachés aux documents à numériser (documents libres de droits ou a contrario identification des ayants droit et prise en compte des bases de négociations avec ces derniers) ;

  • un défi professionnel et organisationnel : il s’agit de savoir gérer le backoffice (gestion de projet, place du bibliothécaire dans le projet…) et le frontoffice (valorisation éditoriale, formation des usagers, communication) ;

  • un défi scientifique : trop souvent négligé, ce défi devrait constituer la première étape d’un projet (choix du corpus, complémentarité avec d’autres fonds numérisés…). Il nécessite de connaître les collections, de sélectionner celles qui seront prioritaires à la numérisation, de savoir élaborer un projet à géométrie variable à court et à long terme. Le chef de projet doit également inscrire le projet dans un paysage numérique foisonnant et, pour certaines thématiques, concurrentiel.

ÉTAT DES LIEUX

  • 5 Créé en 2001 par le ministère de la Culture et de la Communication, Patrimoine numérique, catalogue (...)

13Le catalogue des collections numérisées Patrimoine numérique5 dresse un panorama de la numérisation du patrimoine culturel en France : il recense plus de 500 institutions culturelles impliquées dans plus de 1 400 opérations de numérisation. Ces chiffres attestent une activité certaine. Les projets en ligne et les véritables bibliothèques numériques (on entend par là des collections organisées) sont au nombre d’une cinquantaine : Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF bien sûr, mais aussi les bibliothèques numériques de Bourg-en-Bresse, de Dole, de Grenoble, de Lille, de Lyon, du Mans, de Montpellier, d’Orléans, de Roubaix, de Rouen, de Saint-Étienne, de Toulouse, de Troyes, de Valenciennes et de Versailles pour les bibliothèques municipales ; le Conservatoire numérique des Arts et Métiers (CNUM), Medic@ pour la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (BIUM) de Paris, Internum/e-corpus, les Bibliothèques virtuelles humanistes, ainsi que les bibliothèques numériques de la bibliothèque interuniversitaire de Cujas, des Services communs de la documentation (SCD) de Poitiers et de Strasbourg notamment pour l’enseignement supérieur.

14Depuis 2009, Patrimoine numérique est interconnecté avec le portail Numes < http://www.numes.fr >, inventaire en ligne des corpus numérisés et projets de numérisation des établissements et organismes d’enseignement et de recherche, qui a été développé sous la responsabilité de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes) avec le soutien du Très grand équipement (TGE) Adonis.

  • 6 Pour signaler les projets de numérisation dans Patrimoine numérique, rubrique « inscrire vos collec (...)

15Ces deux outils ont vocation à assurer une couverture nationale de la numérisation, pour acquérir une meilleure connaissance de projets parfois confidentiels6, pour favoriser les partenariats entre institutions, pour permettre des échanges d’expérience sur les aspects techniques des projets et accroître la visibilité de ces projets auprès des utilisateurs.

16Dans les petits et moyens établissements, construire et surtout maintenir dans la durée des projets de valorisation du patrimoine par le numérique est un travail compliqué. Aux difficultés liées au respect du calendrier budgétaire, s’ajoute la carence de l’offre logicielle dans le domaine de la mise en ligne des contenus numérisés. En France, quelques établissements complètent la mise en place de bases de données traditionnelles par des sites particuliers qui permettent d’éditorialiser les contenus : Jean Carbonnier : 1908-2003 (Bibliothèque Interuniversitaire Cujas7), La bibliothèque virtuelle sur les premiers socialismes (BU Droit-Lettres Poitiers8), La fleur au fusil (Bibliothèque municipale de Roubaix), les expositions virtuelles de la région Rhône-Alpes présentées sur le portail Lectura : La révolte et les rêves de Stendhal, (Bibliothèque municipale de Grenoble), Jules Massenet, morceaux choisis (Médiathèque de Saint-Étienne), Roger Vaillant, 1907-1965 (Médiathèque de Bourg-en-Bresse).

LES POLITIQUES DE NUMÉRISATION DES BIBLIOTHÈQUES EN FRANCE

17En France, les récentes innovations industrielles, techniques et organisationnelles, stimulées par de grands projets (numérisation de grandes séries d’archives comme les registres paroissiaux et d’état civil ou les cadastres, programme de numérisation de masse de la Bibliothèque nationale de France) ont mis la numérisation à la portée de nombreuses institutions soucieuses de rendre accessibles et de valoriser leurs collections par les médias numériques. Si les initiatives locales se multiplient et ont trouvé leur place dans le paysage numérique, les réalisations restent encore relativement dispersées et souvent limitées à des corpus peu nombreux. Depuis les années 1990, l’État a progressivement formalisé sa politique en matière de numérisation du patrimoine culturel à partir des objectifs stratégiques suivants :

  • augmenter l’offre culturelle numérique pour répondre à l’attente des publics ;

  • favoriser l’accès à des fonds et à des corpus documentaires, pour certains fragiles ou fragilisées (presse, audiovisuel analogique…) ;

  • développer les ressources numériques pour des usages innovants ainsi que les partenariats et la constitution de réseaux de contenus (autour de thèmes ou de typologie de documents).

18Depuis 1996, le Plan national de numérisation du ministère de la Culture et de la Communication favorise, sous forme d’appels à projets, les initiatives des acteurs culturels pour la numérisation et la mise en réseau de leurs fonds patrimoniaux. Ce plan a joué un rôle déterminant dans le paysage de la numérisation non seulement par les moyens engagés, mais aussi par la diffusion des recommandations du ministère sur les normes et les standards documentaires et par l’enrichissement du portail Collections du ministère de la Culture et de la Communication.

19Les établissements publics nationaux, en particulier la BnF (avec sa bibliothèque numérique Gallica) ou l’Institut national de l’audiovisuel (INA), sont aussi des acteurs et des partenaires essentiels pour la politique nationale de numérisation.

20Les collectivités territoriales participent largement à l’activité de numérisation et certaines en ont même été, il y a plus de dix ans, les promoteurs. Les politiques régionales de numérisation s’inscrivent parfois dans des contrats de plan État-Région (notamment Aquitaine, Lorraine et Franche-Comté), ainsi que dans le cadre du Plan d’action pour le patrimoine écrit.

21La diffusion en ligne des ressources numérisées reste cependant encore trop souvent limitée, malgré la mise en place de portails régionaux de ressources numériques (ex. Banque numérique du savoir en Aquitaine) qui permettent de coordonner les projets et d’améliorer la visibilité et l’exploitation des documents numérisés.

22La multiplication des initiatives rend d’autant plus urgente la nécessité d’une concertation accrue en matière de canalisation des énergies, de coordination des efforts (éviter les doublons et mutualiser les moyens) et de bonnes pratiques (recommandations techniques et conservation des documents numériques). Le rapport Schéma numérique des bibliothèques a été rendu en mars 2010 par Bruno Racine, président de la BnF au ministre de la Culture et de la Communication.

FINANCEMENTS9

  • 9 Établie en février 2010, cette présentation des financements pourra être amenée à évoluer dans le c (...)

23En matière de financements, les institutions peuvent utiliser les dispositifs européens, le mécénat et les partenariats public/privé. Les programmes de numérisation sont également soutenus par des politiques particulières.

24Voir tableau p. 16.

TABLEAU. DISPOSITIFS SPÉCIFIQUES DE FINANCEMENTS DE LA NUMÉRISATION

POUR LES INSTITUTIONS RELEVANT DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE
La politique contractuelle est le principal outil de financement de la numérisation :
> opérations de numérisation des bibliothèques universitaires via les contrats des établissements ;
> programmes de constitution de corpus scientifiques via les contrats des organismes de recherche.

Le financement au titre des très grandes infrastructures de recherche
, par les appels à projets : Agence nationale de la Recherche (ANR) et Très grand équipement (TGE) Adonis.

Les programmes de numérisation concertée
mis en place par le département coopération de la BnF (Sciences juridiques avec la Bibliothèque interuniversitaire Cujas, Histoire de l’art avec la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’Art…).

Aides :

> les contrats : passage au nouveau modèle d’allocation des moyens depuis janvier 2009 ;
> les conventions pôles associés de la Bibliothèque nationale de France ;
> la Bibliothèque Scientifique Numérique ;
> l’appel aux opérateurs (Persée, Centre informatique national de l’enseignement supérieur-CINES, Agence bibliographique de l’enseignement supérieur-ABES).


POUR LES INSTITUTIONS RELEVANT DU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
> Le plan national de numérisation du ministère

Fonctionnement par appel à projets.
Objectif : numériser les contenus culturels pour les diffuser gratuitement.
Financement : jusqu'à 50 %.
Depuis 2005, la valorisation et la mise en ligne des fonds numérisés sont devenues prioritaires.
Deux objectifs clairement affichés :
> augmenter significativement l’offre de ressources numériques culturelles constituée d’ensembles cohérents et de taille critique ;
> promouvoir une consultation libre et ouverte des ressources numériques culturelles pour tous les internautes.
Projets d’une durée d’un an maximum ; définition de six programmes thématiques ; priorité aux partenariats régionaux.


POUR LES INSTITUTIONS RELEVANT DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

> les financements locaux : municipalité, conseil général, région… ;
> les contrats de projet État-Région (CPER) dans certaines régions ;
> certains fonds régionaux d’acquisition des bibliothèques-FRAB (ex. Basse-Normandie et Midi-Pyrénées) ;
> les crédits déconcentrés en région auprès de la direction régionale des affaires culturelles ;
> les programmes de numérisation concertée de la Bibliothèque nationale de France.
Financement spécifique aux bibliothèques des collectivités territoriales
Le concours particulier « bibliothèques » au sein de la dotation générale de décentralisation (DGD) peut soutenir la numérisation (production et diffusion) selon deux axes :
> aménagement d'un atelier et acquisition de matériels de numérisation ;
> actions de numérisation, signalement et diffusion des collections.
Contact :
conseiller livre et lecture à la direction régionale des affaires culturelles (DRAC).

PERSPECTIVES POUR UNE NUMÉRISATION DURABLE

  • 10 Ministère de la Culture et de la Communication. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/mcc/Actuali (...)
  • 11 [En ligne] < www.europeana.eu > (consulté le 9 février 2010).

25Remis le 12 janvier 2010 par Marc Tessier au ministre de la Culture et de la Communication, le rapport sur la numérisation du patrimoine écrit10 a notamment rappelé l’importance de la diffusion des données numériques et le rôle d’Europeana11, portail européen lancé en novembre 2008, pour faire émerger une approche européenne concertée sur la numérisation.

26La numérisation et l’accessibilité en ligne des contenus culturels sont essentielles à la valorisation du patrimoine, au dynamisme de la création de contenus et à l’émergence de nouveaux services en ligne. Elles contribuent à la démocratisation de l’accès à la culture, au développement de la société de l’information et de l’économie de la connaissance et nécessitent :

  • le développement de la coopération numérique et une meilleure articulation des politiques de numérisation à tous les niveaux ;

  • la conservation à long terme des documents numériques ;

    • 12 Une étude commandée en 2009 par la Bibliothèque Archives nationales du Québec (BAnQ) et par la Soci (...)

    l’amélioration de l’accès aux documents en ligne et la prise en compte des nouveaux usages culturels et scientifiques liés à l’Internet, ce qui implique pour les chefs de projets une expertise, une veille technologique et des formations appropriées12.

Notes

1 Conduire un projet de numérisation, sous la direction de Charlette Buresi et Laure Cédelle-Joubert. Villeurbanne : Presses de l’enssib ; Paris : Éditions Tec&Doc, 2002 (La Boîte à outils # 13).

2 [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/fr/f_04.htm > (consulté le 29 janvier 2010).

3 [En ligne] < http://www.ina-sup.com/> (consulté le 29 janvier 2010).

4 [En ligne] < http://www.gutenberg.org > (consulté le 9 février 2010).

5 Créé en 2001 par le ministère de la Culture et de la Communication, Patrimoine numérique, catalogue national des collections numérisées, a vocation à recenser et décrire les collections patrimoniales numérisées ou en cours de numérisation en France. Il a connu une évolution majeure en 2006 grâce à son intégration dans le portail européen MICHAEL (Multilingual Inventory of the Cultural Heritage in Europe – Inventaire multilingue du patrimoine culturel en Europe). [En ligne] < www. michael-culture. org > et < www.numerique.culture.fr > (consultés le 9 février 2010).

6 Pour signaler les projets de numérisation dans Patrimoine numérique, rubrique « inscrire vos collections » dans l’espace professionnel du site.

7 [En ligne] < http://expocujas.univ-paris1.fr/Carbonnier > (consulté le 9 février 2010).

8 [En ligne] < http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/> et < http://lafleuraufusil.bn-r.fr/> (consultés le 9 février 2010).

9 Établie en février 2010, cette présentation des financements pourra être amenée à évoluer dans le cadre de l’Emprunt national, la numérisation du patrimoine culturel faisant partie des actions à soutenir à hauteur de 750 millions d’euros.

10 Ministère de la Culture et de la Communication. [En ligne] < http://www.culture.gouv.fr/mcc/Actualites/A-la-une/Mission-sur-la-numerisation-du-patrimoine-ecrit > (consulté le 9 février 2010).

11 [En ligne] < www.europeana.eu > (consulté le 9 février 2010).

12 Une étude commandée en 2009 par la Bibliothèque Archives nationales du Québec (BAnQ) et par la Société des musées québécois a montré que l’accès à l’expertise et à la formation constitue une priorité pour près de la moitié des professionnels ayant répondu à l’enquête. [En ligne] < http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs1870360 > (consulté le 9 février 2010).

Table des illustrations

Légende Tableau établi à partir d’une étude menée en 2001 pour le Pôle Diderot de Langres.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search