Version classiqueVersion mobile

Communiquer !

 | 
Jean-Philippe Accart

Partie III : Utiliser les outils et les réseaux

3. Publier une lettre d’information : l’exemple de « l’orange bleue »

Céline Carrier

Texte intégral

LA COMMUNICATION COMME STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT

1Transférée au Département en 1986, vingt-sept ans après sa création, la bibliothèque départementale de prêt de l’Ain (BDP) devient dès lors un service à part entière du conseil général. En 2009, dans le cadre d’un nouveau plan de développement, la BDP devient Direction de la lecture publique (DLP), nouvelle appellation pour marquer l’élargissement de ses missions (développement des partenariats, du spectacle vivant dans les bibliothèques…).

2Le projet de service, mis en œuvre dès 2007 pour anticiper les nouvelles missions qui seraient assignées à la BDP, intègre un volet « communication », essentiel pour accompagner le développement du service et pour instaurer une nouvelle dynamique au sein de l’équipe. La création d’un « journal d’information » est l’une des propositions de la DLP dans le cadre de ce nouveau « plan de communication ».

LES ENJEUX D’UNE NOUVELLE PUBLICATION

VALORISER LES SERVICES DE LECTURE DU DÉPARTEMENT ET PROMOUVOIR LA LECTURE PUBLIQUE

3Le projet d’édition d’un journal s’insère dans le plan de communication établi à la suite de deux constats majeurs. D’une part, la BDP souffrait d’un déficit d’image patent auprès de sa propre tutelle et de son réseau de lecture (élus locaux et équipes des 260 bibliothèques desservies), tout au plus connaissait-on le bibliobus sillonnant les routes du département. Il était capital que la BDP ne soit plus perçue uniquement comme service distributeur de livres mais comme véritable outil de développement culturel à l’échelle départementale.

4D’autre part, les élus des collectivités locales devaient être davantage sensibilisés aux enjeux de la lecture publique afin de favoriser le développement des bibliothèques locales.

5La cible était donc triple : les 43 conseillers généraux qui composent l’Assemblée départementale, les maires et présidents des communautés de communes, et les 1 800 bénévoles et 80 salariés qui animent les bibliothèques locales, relais auprès des décideurs locaux pour impulser les politiques de lecture.

6La création du journal avait pour vocation de mieux faire connaître les missions de la nouvelle direction de la lecture publique et de mettre en valeur le rôle des bibliothèques partenaires.

7Le choix d’une publication imprimée s’est imposé assez naturellement. Seul un tiers environ des bibliothèques partenaires bénéficie d’une messagerie Internet, et de nombreux membres des équipes de gestion ne sont pas encore familiers avec l’usage d’Internet. En éditant un journal imprimé, nous touchions ainsi le plus grand nombre de lecteurs potentiels.

INSTAURER UNE CULTURE DE LA COMMUNICATION DANS LE SERVICE

8Instaurer une culture de la communication au sein de la DLP était une des conditions pour mettre en œuvre la stratégie de communication. Le personnel, quotidiennement au contact du terrain, joue évidemment un rôle majeur dans la communication auprès des partenaires et dans l’affirmation de « l’image » du service.

9Le projet de LOrange bleue, constituant également un moyen de développer une culture de la communication dans le service, il était important que le personnel soit partie prenante dans sa définition et sa rédaction. Cet objectif, après parution de deux numéros, est en partie atteint. Une grande partie de l’équipe est désormais attentive à valoriser davantage nos services et à repérer les actions des partenaires sur lesquelles il est intéressant de communiquer.

LA MISE EN PLACE DU PROJET

COLLABORER AVEC LA DIRECTION DE LA COMMUNICATION

10Une relation de type « donnant-donnant » s’est instaurée avec la direction de la communication du Département. Nous nous attachons à valoriser la politique départementale de lecture, et participons donc à la promotion du Conseil général. « Défendre et illustrer » les services de la collectivité participe de la promotion de la DLP aux yeux de sa propre tutelle. La communication est aussi affaire de « séduction ».

11La création d’une nouvelle publication nécessitait une validation de la tutelle. Il fallait convaincre du bien fondé de cette nouvelle publication. La présence d’articles sur la lecture dans Notre département, mensuel d’information du Conseil général de l’Ain, ne suffisait-elle pas ? La volonté de créer notre journal n’excluait pas la participation à d’autres canaux de communication du Conseil général, bien au contraire. Nous avons démontré la nécessité de cette publication, qui avait vocation à s’adresser à un public « mixte », partenaires de la lecture et élus locaux, et non à la population de l’Ain dans son ensemble. En parallèle à la naissance du projet de LOrange bleue, nous avons proposé à la direction de la communication d’insérer dans chaque numéro de Notre département, édité à 250 000 exemplaires, des présentations de documents. Nous « garantissions » ainsi une présence systématique de la DLP et de ses services dans un magazine largement diffusé dans le département.

12La création du « journal du réseau de lecture publique de l’Ain » a donc été validée. Celui-ci intégrerait la charte graphique du Conseil général, afin d’être clairement identifié comme une brochure émanant de la collectivité. La Communication se chargerait de la conception graphique de la maquette et de la mise en page des numéros, charge à la DLP de rédiger les articles, de fournir l’iconographie nécessaire et d’assurer la relecture avant impression. Le coût de l’impression, peu élevé, serait pris en charge par la DLP (3 000 € par an).

DÉFINIR LE FORMAT DE LA PUBLICATION ET SON TIRAGE

13Toujours en lien avec la Communication, nous avons défini la périodicité de la parution et le nombre d’exemplaires, ainsi que le format du journal. Nous avons retenu le principe d’une parution trimestrielle, quatre numéros par an nous paraissant suffisant pour couvrir les actualités de la DLP et du réseau de lecture. Le format du bulletin devait être l’un de ceux du marché d’impression géré par la communication, afin de pouvoir bénéficier des prix attractifs négociés avec le prestataire titulaire du marché. Nous avons choisi un format A4, classique et pratique à envoyer dans un format d’enveloppe standard.

14S’agissant d’un nouveau projet mené en interne, nous avons opté pour une formule relativement légère de huit pages, qui pourrait être augmentée après l’expérience de quelques numéros. Le nombre d’exemplaires, 2000, est modeste mais suffisant pour couvrir le réseau de diffusion : environ 300 communes et bibliothèques, les conseillers généraux, les autres partenaires spécifiques (centre psychothérapique, centre pénitentiaire, CDDP, services culturels, etc.).

CHOISIR LE TITRE ET LES RUBRIQUES

15Le choix du titre a donné lieu à une réflexion partagée au sein de l’équipe. Parmi les nombreuses propositions, LOrange bleue, allusion au vers célèbre de Paul Eluard La Terre est bleue comme une orange, a été retenue pour sa portée symbolique : la bibliothèque comme ouverture sur le monde et la connaissance, et comme lieu de médiation de la littérature. Le contenu du bulletin devait être adapté aux deux cibles visées, équipes des bibliothèques relais et élus. Il devait également tendre à un équilibre entre informations sur la DLP et informations sur le réseau.

16Un éditorial signé du vice-président en charge de la culture ouvre chaque numéro du journal. Cette présence politique est essentielle pour la DLP afin d’associer l’élu référent à la démarche de communication et d’affirmer la portée politique de son contenu (promouvoir la lecture publique). La rubrique « Quoi de neuf à la DLP ? » est consacrée à la valorisation de nouveaux services mis en place ou à des changements d’organisation. Elle a pour but d’inciter les partenaires à utiliser les services tout en mettant en valeur la diversité de nos interventions (formation, action culturelle, conseils…). La rubrique « Zoom sur » approfondit un sujet particulier, en lien avec un dispositif de lecture du Conseil général ou que la DLP souhaite mettre en avant afin de sensibiliser les partenaires. L’exemple d’une action menée par une bibliothèque peut servir d’illustration au propos.

17Les informations sur les partenaires du réseau enrichissent la rubrique « Écho du réseau » dans laquelle de nouveaux équipements de bibliothèques sont mis en valeur, ainsi que des actions originales ou particulièrement réussies. Les sujets sont sélectionnés pour leur qualité et leur valeur d’exemple. La rubrique « Vu ! » propose des comptes rendus brefs d’événements ayant eu lieu à la BDP ou dans d’autres bibliothèques (conférences, rencontres d’auteurs…). Enfin, le bulletin se termine par une rubrique relativement classique présentant des documents (livres, documents sonores, audiovisuels) sélectionnés par les bibliothécaires de la DLP.

18Le principe qui préside chaque numéro est de choisir des actions variées représentatives du large spectre de la lecture publique et du champ d’intervention des bibliothèques, toujours dans l’objectif de promouvoir la lecture.

19La trame du journal ayant été définie, le pôle graphique de la direction de la communication s’est chargé de réaliser la maquette de LOrange bleue. Nous avions émis l’idée d’une déclinaison graphique autour de l’image de la Terre ; la maquette qui nous a été soumise, beaucoup plus réaliste – une orange bleue au milieu d’autres oranges – nous a dans un premier temps surpris. Nous avons cependant validé ce projet qui a le mérite d’attirer l’attention. La maquette, soumise au cabinet du président et validée sans modification, pouvait désormais être utilisée.

LA RÉALISATION DES NUMÉROS

LA RÉDACTION DU CONTENU

20Il a été décidé de ne pas constituer un comité de rédaction fixe et d’ouvrir les réunions de préparation à toute personne souhaitant s’investir dans la réalisation du prochain numéro.

21Cette formule permet ainsi au personnel de participer ou non à la rédaction de LOrange bleue en fonction du temps qu’il peut y consacrer. Les volontés ne manquent pas, et ce sont ainsi environ 7 à 8 personnes – bibliothécaires, aide-bibliothécaires, responsables de pôles – qui se consacrent à la rédaction de chaque numéro. Les sujets proposés par le comité rédactionnel sont validés par la direction.

22Les présentations d’équipements sont rédigées par les bibliothécaires assurant le suivi des établissements concernés. Les sélections de documents sont laissées à la libre appréciation des bibliothécaires, le principe étant d’être représentatif des collections de la BDP (documents de différents supports, pour différents publics).

23De même, en fonction des projets de la DLP et des bibliothèques du réseau, certains sujets sont prédéfinis pour l’année.

LA RELECTURE DES TEXTES

24Cette étape n’est pas à négliger car elle requiert un temps relativement important, notamment pour les premiers numéros qui donnent lieu à quelques recadrages. Pour certains contributeurs, il est parfois malaisé de se détacher d’une approche trop « technique », d’un ton trop descriptif. Afin de pallier ces difficultés, une formation pour le personnel est envisagée dans les prochains mois ; elle sera également profitable pour les contributeurs du futur site Internet de la DLP. Le contrôle de l’ensemble du contenu est assuré par la direction, qui peut être amenée à réduire les textes trop longs, à modifier des tournures de phrases ou les titres.

LA DIFFUSION

25La diffusion en interne est assurée auprès de l’ensemble des conseillers généraux et des autres services culturels du Département.

26Le journal est envoyé par courrier auprès des partenaires extérieurs : un exemplaire par élu, deux exemplaires pour les bibliothèques et autres partenaires du réseau de lecture.

  • 11 LOrange bleue est accessible en ligne, au format PDF, sur le site du Conseil général à l’adresse  (...)

27LOrange bleue11 est également remise aux stagiaires lors des formations ou des conférences organisées par la DLP, et est laissée en libre accès sur les trois sites de la bibliothèque départementale, dans les bibliobus, et au siège du Département.

28La réception par les partenaires du premier numéro nous a convaincus de la nécessité de communiquer davantage sur ce nouveau support de communication ! En effet, tous n’ont pas identifié LOrange bleue comme nouveau journal de la DLP, ne s’attendant pas à cette nouvelle publication. Une présentation plus systématique de la publication lors des formations, des réunions de territoire et des échanges de documents par bibliobus est désormais prise en charge par le personnel.

Quel avenir pour L’orange bleue ?

29En 2011, le portail départemental de la lecture publique sera accessible sur Internet, et offrira, outre la consultation du catalogue de la bibliothèque départementale, des dossiers de fond ainsi que des rubriques d’actualités. Une articulation est déjà prévue entre l’édition papier de L’Orange bleue et les articles en ligne afin de favoriser la consultation du nouveau site. Les articles de LOrange bleue proposeront des renvois vers les pages Web en lien avec le sujet traité (sélections de documents, expériences réussies en bibliothèque, fiches de conseils pratiques…) ou des reportages vidéo (présentation d’équipements, extraits de spectacles par exemple). Une évaluation des supports de communication sera indispensable à mener. Une enquête réalisée auprès des partenaires, au moins deux ans après la première parution de LOrange bleue et un an après le lancement du portail Internet, nous permettra d’évaluer l’impact de la publication et sa pertinence, ainsi que l’utilisation du site.

30Au regard des conclusions qui seront tirées, le contenu de LOrange bleue pourra ainsi évoluer ainsi que son format, son support et sa périodicité.

Notes

11 LOrange bleue est accessible en ligne, au format PDF, sur le site du Conseil général à l’adresse : <http://www.ain.fr/jcms/int_50609/les-bibliotheques >.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search