Version classiqueVersion mobile

Communiquer !

 | 
Jean-Philippe Accart

Partie II : Devenir visible aux yeux des décideurs

6. Jouer le rôle de médiateur : les liaisons heureuses du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse21

Susanne Bieri

Texte intégral

UN LARGE RAYON D’ACTION

  • 21 Article traduit de l’allemand par Bernard Huchet.

1L’histoire et le rayon d’action du Cabinet des estampes (Cde) de la Bibliothèque nationale suisse (BNS) s’enracinent dans une tradition européenne très ouverte de collecte et de médiation. Le simple fait que ses initiateurs, à l’époque de la fondation de la BNS en 1895, aient considéré qu’il fallait compléter leur fonds de livres par une collection d’images en dit long sur l’origine de cette confrontation, et sur les principes de médiation du savoir visuel.

2L’abondante collection graphique de la BNS est donc née en 1895, en même temps que l’établissement. Selon la volonté politique de ses fondateurs, ce dernier avait alors – et la BNS a toujours aujourd’hui – la mission fédérale de rassembler toutes les publications en rapport avec la Suisse, de les traiter, de les conserver et de les rendre accessibles. Pour remplir cette mission de collecte exhaustive, elle constitue sa « collection générale », complétée par des collections particulières comme le Cabinet des estampes, les « Archives littéraires suisses », et le Centre Dürrenmatt de Neuchâtel, qui conserve l’œuvre graphique et pictural du célèbre écrivain Friedrich Dürrenmatt.

3Cette collecte exhaustive comprenait explicitement l’image dès son origine. Aussi le contenu et le profil du Cabinet des estampes, avec son extrême variété et depuis lors ses multiples développements – croissance énorme de certains secteurs, nombreux dons, legs et collectes d’archives, comme les Archives fédérales des monuments historiques – ne sont pas loin de valoir un musée polyvalent d’histoire de l’art et de l’architecture.

LA RICHESSE DU CABINET DES ESTAMPES

4Les collections pluridisciplinaires supposent des activités en rapport : pour faire connaître efficacement leur richesse par des manifestations qui font connaître au public ces véritables trésors, il faut tout d’abord une connaissance approfondie de leurs contenus. Comme on l’a dit d’emblée, le Cabinet des estampes se trouve dans un environnement de collections spécifiques et pour permettre son rayonnement national et international, il est indispensable d’indexer finement ses contenus.

  • 22 On a baptisé « Bild-Helvetica », en référence au concept « Helvetica », tous les documents graphiqu (...)

5Les collections du Cabinet des estampes constituent aujourd’hui « Bild-Helvetica22 », soit toute l’iconographie relative aux personnalités marquantes, à la géographie, aux traditions et aux thèmes culturels et politiques de la Suisse.

LA MISE EN ŒUVRE DE LA MÉDIATION

CONSULTATION ET COMMUNICATION

  • 23 Prescriptions de l’ordonnance relative à la BNS (Nationalbibliotheksverordnung, NBV) du 14 janvier (...)
  • 24 ICOM, International Council of Museums Guidelines for Loans, ICOM News, vol. 27 (1974), n° 3/4.
  • 25 Barème général du 8 septembre 2004, ordonnance du 31 janvier 2007 et ordonnance du département fédé (...)

6Les collections peuvent être consultées sur place et sur rendez-vous23, sur le même principe qu’à la BNS où toute personne intéressée consulte sans justification particulière les documents de moins de cinquante ans. Cette communication s’effectue selon les normes internationales de l’ICOM24. Des reproductions des documents libres de droits sont rapidement effectuées en interne, sur commande à titre onéreux, et livrées au choix sous forme analogique ou numérique25.

CONSULTATION CLASSIQUE

7Sur le fonds total du Cabinet des estampes, 10 % seulement sont catalogués sur fiches, le reste n’est pas encore traité. Les documents sont conservés dans des magasins modernes et complètement climatisés, et ne sont manipulés que par du personnel qualifié.

8On apporte au lecteur, dans la salle d’étude, les originaux de son choix. Cette confrontation directe à de précieux originaux favorise la recherche, la vérification d’informations, la comparaison avec d’autres œuvres, et s’appuie sur une longue tradition européenne. Il ne s’agit pas seulement d’un rapport authentique à l’image, mais aussi d’une expérience nécessaire à l’acquisition de compétences critiques.

9Le personnel qualifié se tient constamment à la disposition des chercheurs, pour répondre de manière satisfaisante et rapide à leurs questions sur les collections.

CONSULTATION NUMÉRIQUE

10Puisqu’elle rend plus facilement accessibles les trésors qu’elle protège, cette consultation les ouvre à la connaissance du grand public. Un premier accès s’effectue via trois bases de données :

  • Helveticat26, pour les monographies, périodiques, cartes et atlas, livres d’artistes du Cabinet des estampes. Le catalogue collectif suisse des affiches27, qui couvre environ 90 % de la collection d’affiches du Cabinet des estampes.

  • HelveticArchives28 pour les fonds d’archives du Cabinet des estampes et des Archives littéraires suisses. Sont traités et numérisés environ 30 % de la collection de portraits photographiques du cabinet et 1 % des collections photographiques des Monuments historiques, avec indexation par lieux.

11L’accès en ligne sera prépondérant dans l’avenir, comme le montre l’expérience du catalogue d’affiches. Mais pour les chercheurs, l’accès classique aux originaux restera incontournable.

EXPOSITIONS ET VISITES GUIDÉES

  • 29 Les priorités stratégiques de la BNS pour 2007-2011 sont les suivantes : constitution d’une bibliot (...)

12Les collections graphiques sont encore le lieu d’expériences visuelles significatives, ce qui donne du prix aux compétences des personnels qualifiés. Pour permettre une appréciation pertinente de ses collections, le Cabinet des estampes déploie des stratégies de promotion qui visent aussi bien les spécialistes que le grand public29.

13Parmi les nombreuses activités pédagogiques du Cabinet des estampes figurent depuis 15 ans des expositions temporaires et des présentations thématiques régulières de ses collections, dans la salle d’exposition de la BNS ou à l’extérieur, en coopération avec des musées, des collections d’art et des galeries, en Suisse comme à l’étranger. Il s’agit de faire mieux connaître l’art graphique, mais aussi de faire découvrir au plus large public les trésors cachés du Cabinet des estampes. D’autres formes de médiation sont également testées, par exemple des expositions thématiques en ligne, en lien avec le catalogue collectif des affiches.

14Au-delà de cette promotion des fonds, susciter un intérêt durable pour les collections publiques suppose qu’on en facilite l’accès par un travail de médiation clair et compréhensible, qui serve le prestige des originaux : publications, fiches d’informations par salles, conférences et colloques. Il s’avère en effet que, même au siècle des médias virtuels, l’expérience visuelle des originaux joue un rôle particulier dans la formation du regard. Le contact réel est irremplaçable pour aiguiser le jugement critique, parce qu’il sollicite à la fois l’intelligence et l’émotion des visiteurs.

15Une visite sous la conduite d’un spécialiste est ainsi l’occasion de riches découvertes, sans que l’œil du public soit particulièrement formé à la contemplation des œuvres d’art : il suffit d’être efficacement guidé – idéalement lors d’une visite individuelle – en lien avec le contexte général de l’histoire culturelle.

16De telles visites-consultations sont gratifiantes pour des groupes de 15 personnes au plus, par exemple centrés sur un intérêt professionnel ou géographique. Elles combinent l’expérience visuelle et tactile des originaux, en principe réservée aux spécialistes et aux chercheurs : les visiteurs se découvrent ainsi des besoins qu’ils ne se connaissaient pas, et la manière dont ils en parlent ensuite à l’extérieur assure une promotion plus efficace que la publicité classique.

COOPÉRATION ET RECHERCHE, VECTEURS DE COMMUNICATION

17À côté de ces visites spécialisées, le Cabinet des estampes organise aussi des visites générales de sa propre activité. Ce regard sur les coulisses, organisé chaque année à l’occasion de la « Nuit des musées », aide alors à dissiper les appréhensions et clarifie les conditions dans lesquelles se déroule l’accès aux collections.

18Dans des publications, colloques et tables rondes le Cabinet des estampes médiatise également ses fonds sur des thèmes et des orientations monographiques ou thématiques, en rapport avec l’histoire de l’art et de la collection.

  • 30 Les buts essentiels de la BNS sont : optimisation constante des procédures d’acquisition, de traite (...)

19Pour assumer sa mission de formation30, le Cabinet des estampes entreprend des recherches sur ses fonds et prend part à la recherche nationale et internationale. Il organise ou participe à des colloques, nationaux ou internationaux, sur des thèmes d’actualité. L’une de ses particularités est l’activité de « médiation coopérative ».

20Le Cabinet des estampes publie régulièrement sur ses collections, et édite des portfolios et des livres d’artistes. Il travaille avec des artistes contemporains qui forment, à côté des historiens de l’art, un groupe significatif de partenaires qui le font connaître dans les cercles de la création artistique contemporaine, et permettent l’extension permanente des collections par l’intégration immédiate de nouvelles tendances artistiques, avant que le marché de l’art ait réagi.

  • 31 Selon la directrice du Cabinet des estampes, les projets de recherche, la recherche en coopération (...)

21Beaucoup d’avancées en histoire de l’art sont le fait des collections graphiques, comme la réévaluation de nombreuses œuvres, leur intégration dans le contexte de l’histoire culturelle ou l’ouverture de nouveaux questionnements. Le Cabinet des estampes est lié par la multiplicité de ses fonds à l’histoire de l’art historico-critique, à l’histoire de l’architecture et de la culture. La recherche en collaboration avec les universités, les grandes écoles et les chercheurs individuels s’inscrit pour cette raison dans ses missions générales31.

22Les collections de photographies, par exemple les archives d’artistes de Daniel Spoerri et Karl Gerstner, font l’objet de divers projets de recherche. Les petits maîtres suisses – graphisme, graphisme de reproduction et graphic design suisse – suscitent aussi un intérêt croissant pour l’intermédialité et son importance dans l’émergence de formes visuelles. Le Cabinet des estampes s’y associe pleinement, avec ses fonds résolument interdisciplinaires et complémentaires dans leur hétérogénéité.

  • 32 La collection d’affiches de la Schule für Gestaltung de Bâle, celle du Museum für Gestaltung, la bi (...)
  • 33 Ordonnance, art. 4 : la BNS peut renoncer à la collecte d’Helvetica dans certains domaines, quand c (...)

23En 1996, le Cabinet des estampes a initié des coopérations nationales et internationales pour l’acquisition, le traitement et la conservation des affiches créées en Suisse. Par deux conventions – avec la Société générale d’affichage (APG/SGA) pour le dépôt gracieux de toutes les affiches suisses en deux exemplaires, et avec divers partenaires32 pour l’administration du catalogue collectif des affiches et la coordination des acquisitions –, cette activité répartie s’inscrit dans les missions nationales fixées par l’ordonnance de la BNS33.

  • 34 La fondation suisse pour la photographie à Winterthur, le musée de l’Élysée à Lausanne, le Musée na (...)
  • 35 Memoriav, association pour la conservation du patrimoine audiovisuel en Suisse : < http://www.memor (...)

24Pour la collecte des photographies, la BNS a joué un rôle pionnier en Suisse. Dès 1917, elle concluait un accord avec le Schweizerischer Photographen Verband (Association suisse des photographes) pour le dépôt des productions de ses membres, ce qui était une disposition visionnaire. Depuis lors s’est établie une étroite coopération sur le contenu et une coordination nationale, en particulier avec les importantes collections de photographies suisses34 et le réseau professionnel Memoriav35, que préside la responsable du Cde.

  • 36 DORE (DO Research) est l’outil du fonds national suisse pour la recherche appliquée dans les grande (...)
  • 37 Durée du projet : 2008-2010.

25Depuis peu, des universités et des grandes écoles d’art s’occupent intensément de la photographie. Les collections du Cabinet des estampes se trouvent au centre du projet DORE36, « Archiv des Ortes37 » (« Archives du lieu ») de l’École supérieure des beaux-arts de Zurich, et la BNS en est le partenaire scientifique opérationnel.

26Grâce à la variété, à la qualité et à la quantité de ses collections, à ses activités pluridisciplinaires comme les expositions, les éditions, les visites, les conférences, les colloques, à sa collaboration avec les artistes et les chercheurs, le Cabinet des estampes joue un grand rôle dans le domaine de la collecte et de la recherche en langue allemande, française, anglaise et progressivement italienne ; il s’y présente comme un interlocuteur et un médiateur national entre les espaces culturels et linguistiques, et tient ainsi son engagement de faire advenir autour de sa collection la coopération et la communication.

Notes

21 Article traduit de l’allemand par Bernard Huchet.

22 On a baptisé « Bild-Helvetica », en référence au concept « Helvetica », tous les documents graphiques suisses, au sens large, qui sont indexés au Cabinet des estampes comme des images, ou en rapport avec elles.

23 Prescriptions de l’ordonnance relative à la BNS (Nationalbibliotheksverordnung, NBV) du 14 janvier 1998.

24 ICOM, International Council of Museums Guidelines for Loans, ICOM News, vol. 27 (1974), n° 3/4.

25 Barème général du 8 septembre 2004, ordonnance du 31 janvier 2007 et ordonnance du département fédéral de l’Intérieur du 17 janvier 2007 sur les tarifs de la BNS.

26 Helveticat : < http://www.nb.admin.ch/helveticat >.

27 Catalogue collectif suisse des affiches : < http://ccsa.admin.ch/cgi-bin/gw/chameleon >.

28 HelveticArchives : < http://www.helveticarchives.ch >.

29 Les priorités stratégiques de la BNS pour 2007-2011 sont les suivantes : constitution d’une bibliothèque numérique, adaptation de l’offre aux besoins des principaux usagers et création d’un centre national de ressources pour la conservation du papier. Les principaux usagers sont les étudiants, les professeurs, les chercheurs et autres spécialistes en histoire, art et littérature suisses, ainsi qu’en sciences de l’information et de la documentation, < http://www.nb.admin.ch/org/00779/index.html?lang=fr >.

30 Les buts essentiels de la BNS sont : optimisation constante des procédures d’acquisition, de traitement et de conservation pour toutes les collections ; développement constant des prestations en matière d’exploitation et de conseil ; coordination et coopération nationales et internationales ; accroissement de notoriété au moyen d’expositions et de manifestations attractives. Cf. < http://www.nb.admin.ch/org/ziele/index.html?lang=fr >.

31 Selon la directrice du Cabinet des estampes, les projets de recherche, la recherche en coopération et le soutien aux recherches extérieures, la coopération nationale et internationale font partie de ses missions scientifiques générales.

32 La collection d’affiches de la Schule für Gestaltung de Bâle, celle du Museum für Gestaltung, la bibliothèque de Genève, la médiathèque du Valais, la bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, la bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg, le Musée suisse des transports de Lucerne.

33 Ordonnance, art. 4 : la BNS peut renoncer à la collecte d’Helvetica dans certains domaines, quand ces derniers sont intégralement collectés, conservés, documentés et mis à la disposition du public par une autre institution.

34 La fondation suisse pour la photographie à Winterthur, le musée de l’Élysée à Lausanne, le Musée national suisse à Zurich, les Archives fédérales à Berne, le Musée suisse de l’appareil photographique à Vevey.

35 Memoriav, association pour la conservation du patrimoine audiovisuel en Suisse : < http://www.memoriav.ch >.

36 DORE (DO Research) est l’outil du fonds national suisse pour la recherche appliquée dans les grandes écoles et grandes écoles d’application.

37 Durée du projet : 2008-2010.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search