Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie III : Vie étudiante

4. Développer la lecture étudiante ou les common readings

Lucile Pellerin de la Vergne

Texte intégral

  • 113 Voir le site Web < http://www.lagec.cuny.edu/ > (consulté le 14 mai 2008).
    Le groupe Champagne-Arden (...)
  • 114 Gore Al, Jacquet Christophe. Une vérité qui dérange : l’urgence climatique et ce que nous pouvons f (...)

1S’inscrire à La Guardia Community College113 suppose d’accepter de lire un livre. Comme de nombreuses autres universités américaines, ce College public de la ville de New York propose à tous ses étudiants de 1re année de lire le même livre. Au programme en 2007, An Inconvenient Truth114, d’Al Gore : 192 pages de textes et d’images, que chaque étudiant de 1re année se voit offrir et doit lire. Depuis 2001, chaque année le livre change et le principe demeure, et chacun se félicite de ce programme. Mis en œuvre depuis le début des années deux-mille dans plus d’une centaine d’universités, les Common Readings ou expériences de lecture partagée, Readings in Common Book et autres Summer Readings, sont de véritables projets d’établissement, qui nécessitent une forte collaboration entre les différents acteurs de l’université. Ils s’inscrivent dans des politiques de formation et d’aide à la réussite des étudiants, et font souvent appel aux compétences des bibliothécaires. Ces Common Readings commencent à devenir un objet d’étude pour les sociologues américains : l’exemple américain décrypté permet d’envisager des projets similaires où les bibliothèques universitaires joueraient leur rôle de partenaires de la réussite des étudiants.

UNE EXPÉRIENCE DE LECTURE PARTAGÉE

  • 115 Twiton Andi. Common Reading Programs in Higher Education: a Patricia Lindell Scholarship research p (...)

2Un article publié en janvier 2007 par Andi Twiton115 recense 130 universités américaines qui proposent aux étudiants une expérience de lecture partagée : le même livre, choisi par un comité, doit être lu pendant les vacances précédant l’entrée à l’université ou au cours de l’année universitaire. La grande majorité de ces programmes s’adresse aux Freshmen, étudiants de 1re année, et permet dans la plupart des cas de valider des crédits pour obtenir leurs examens. Pendant les premières semaines dites d’orientation, ou dans certaines universités pendant toute la première année, groupes de discussions, animations et enseignements sont coordonnés autour du livre et des thèmes qu’il aborde.

  • 116 Cf. notamment l’article de Price Derek V. Learning Communities and Student Success in postsecondary (...)
  • 117 To explore issues of pedagogy and practice in order to advance student learning. Cf. le site Web du (...)

3Le Common Book s’inscrit dans le champ des Learning Communities mises en place dans nombre d’universités américaines pour favoriser l’intégration et la réussite des étudiants : il s’agit de créer des groupes d’étudiants autour de thématiques, de cursus ou même de lieu de résidence, et de développer des interactions entre les cours suivis par ces étudiants. L’idée clé est qu’un environnement social et culturel favorable facilite l’intégration, elle-même source de réussite116. À La Guardia Community College, le Center for Learning and Teaching a pour mission de « développer la recherche et les pratiques de pédagogie pour améliorer l’apprentissage des étudiants117 ». Au service des enseignants, ce service aide à coordonner les enseignements entre eux (thématiques communes à plusieurs cours, forums, groupes de discussion interdisciplinaires), forme les enseignants à des méthodes pédagogiques spécifiques (faire travailler les étudiants sur la communication orale, intégrer les outils informatiques de type bureau virtuel, connaître les récentes méthodes d’apprentissage des sciences), et coordonne des projets pédagogiques comme le Common Reading.

  • 118 To establish a greater Sense of Community among Students. Voir le site Web de présentation du proje (...)

4L’objectif premier des Common Readings ne relève pas de la lecture, mais de la création de liens entre les étudiants eux-mêmes et entre les étudiants et leurs enseignants. Il s’agit ici de constituer des communautés, c’est-à-dire simplement de faire se rencontrer des étudiants et de leur donner le sentiment d’appartenir à un groupe, leur université. À La Guardia, les étudiants sont issus de plus de 160 pays différents, et nombre d’entre eux ne sont pas anglophones de naissance. Nombreux sont aussi les étudiants salariés, soutiens de famille. Le taux d’échec est important en première année, et l’un des objectifs de l’encadrement est d’encourager les étudiants en échec à se réinscrire pour passer le cap du premier semestre et poursuivre leurs études. Faire se rencontrer des étudiants si différents est un enjeu majeur d’intégration et de réussite aux examens. Le programme de Common Reading s’inscrit dans ce projet et a pour objectif affiché « d’exacerber le sentiment d’appartenir à un groupe118 ». Les étudiants sont répartis dans des groupes de discussion, sous l’autorité d’un enseignant ou d’un personnel de l’université. La lecture partagée y est l’occasion d’échanges et de rencontres, pour construire une expérience commune.

UNE ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ

5Le second objectif, tout aussi important, relève de la formation intellectuelle : le livre est prétexte à rencontres, à discussions, à confrontation de points de vue. Cet objectif pédagogique est très présent dans les documents présentant des Common Readings comme dans tous les articles analysant leurs effets. La Guardia Community College envisage la lecture partagée comme une éducation à la citoyenneté, tant du point de vue de la méthode – analyse, argumentation, ouverture d’esprit – que de celui des contenus – livres à thème social ou historique : depuis 2000, des sujets comme l’holocauste, la pauvreté, la violence ont été abordés. Les compétences à acquérir pour un étudiant impliqué dans un Common Reading sont multiples : lire le livre, en parler à l’oral, argumenter, rédiger une synthèse, consulter le site Web du programme, chercher sur le catalogue de la bibliothèque les ouvrages cités dans ce même site Web, etc. Cette formation à la recherche documentaire, cet apprentissage de la lecture critique et de l’écriture sont cités comme autant d’objectifs secondaires. Voici quelques exemples de sujets proposés par des enseignants de La Guardia, à propos du livre d’Al Gore :

  • Comparez le livre et le film, analysez comment le changement de support et de technique fait évoluer le message (proposé par un enseignant d’anglais) ;

  • Retrouvez les ouvrages cités dans Une vérité qui dérange. Ce livre ne comporte pas de bibliographie en fin de volume. Niveau 1 : ouvrages cités explicitement et commentés. Niveau 2 : auteurs ou études cités rapidement (sujet proposé par un enseignant d’anglais) ;

  • Calculez le coût environnemental d’une journée de fonctionnement courant de La Guardia, proposez des pistes pour le réduire (proposé par un enseignant de mathématiques) ;

  • Quelle formule mathématique décrit la courbe du graphique de la page 49 ? À partir des informations contenues dans le tableau de la page 141, calculez le pourcentage d’accroissement de la désertification. Quelle est la cause de cette progression ? (proposé par un enseignant de sciences naturelles).

6Tous sujets qui montrent que le livre est prétexte autant que texte. Les lectures partagées s’inscrivent donc dans un contexte pédagogique très spécifique. Elles ont comme les Learning Communities des objectifs de rassemblement et de formation, s’appuient souvent sur une expérience de collaboration étendue entre enseignants, et offrent pour chaque discipline un large spectre d’objectifs pédagogiques.

  • 119 Having a common Reading builds Community et Having a common Reading gives Students a Chance to expl (...)

7La perception des Common Readings par ceux qui les vivent est plutôt favorable, voire très favorable. Sur les 130 universités interrogées par Andi Twiton, les deux tiers environ proposent cette lecture partagée depuis plus de trois ans, la majorité des enseignants ou étudiants interrogés dans le cadre d’une enquête de satisfaction trouve ce programme intéressant, et près de la majorité estime qu’il atteint ses objectifs. Les phrases « Une expérience de lecture partagée soude la communauté » et « Une expérience de lecture partagée permet aux étudiants de connaître différentes perspectives et opinions119 » sont parmi les dix opinions les plus répandues sur le Common Reading dans les campus concernés.

QUEL IMPACT SUR LA RÉUSSITE DES ÉTUDIANTS ?

8Chacun connaît cependant le penchant de l’interviewé à l’optimisme, pourvu que la question soit bien posée : un projet pédagogique comme la lecture partagée a-t-elle un impact mesurable, et mesuré, sur la réussite des étudiants ? Le seul chiffre rencontré est celui de l’université de Miami, qui a mis en place un programme de lecture partagée en 1980 et l’évalue depuis 1988 : 60 % des étudiants concernés lisent le livre en entier, la grande majorité en lit au moins des extraits. Ce pourcentage est en augmentation depuis que des animations (rencontres avec l’auteur, débats, projections) sont organisées. Aucun article ne donne de chiffres d’impact sur la réussite des étudiants, mais certains affirment que les objectifs poursuivis (engagement personnel de l’étudiant dans la lecture, discussion avec ses camarades) sont autant de facteurs de réussite reconnus à l’université. Derek Price souligne dans son article sur l’impact des Learning Communauties dans leur ensemble que les étudiants qui en bénéficient ont des notes au moins équivalentes voire supérieures aux autres, que le taux de réinscription d’une année sur l’autre y est meilleur, et que les enquêtes de satisfaction décrivent des étudiants plus à l’aise dans l’environnement universitaire.

9Sans doute, tout n’est pas si simple, et ces projets apportent leur lot de difficultés intrinsèques. Parmi les principales difficultés citées par les établissements interrogés par Andi Twiton : celle d’organiser la sélection du livre, d’impliquer les enseignants, et de faire lire les étudiants. Chacun des acteurs de l’université doit accepter de s’engager individuellement dans ce programme, et de collaborer avec les autres, grandeur et servitude du projet.

10Sur le plan logistique, la tâche est lourde. La sélection est une étape délicate : livre récent, traitant de thèmes actuels, écrit par un auteur vivant qui puisse venir en parler, ni trop long ni trop court, bien écrit et accessible, ouvrant sur plusieurs disciplines… autant de critères à respecter. La répétition, source d’ennui, est aussi, semble-t-il, un écueil majeur. Proposer aux enseignants d’articuler leurs cours autour d’un thème unique, c’est prendre le risque de la redondance. Intégrer la lecture partagée aux enseignements de toute une année universitaire suppose de choisir un livre ouvrant de larges perspectives. La question budgétaire enfin est loin d’être négligeable : dans le modèle américain ces livres sont donnés et non prêtés aux étudiants. Il semble difficile, dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat des bibliothèques universitaires françaises, de financer sur leurs budgets l’acquisition d’autant de livres qu’il y a d’étudiants en L1, surtout si ces livres ne se retrouvent pas ensuite sur les étagères de la BU. À l’université de Reims Champagne-Ardenne, offrir Une vérité qui dérange d’Al Gore aux 6 000 étudiants de L1 coûterait 129 675 €, déduction faite des 9 % de réduction accordés aux bibliothèques. Une somme équivalente à 50 % du budget monographies du SCD en 2008. Envisager un tel projet suppose donc de le doter d’un budget propre, renouvelé chaque année.

LA BIBLIOTHÈQUE AU CŒUR D’UNE PÉDAGOGIE COLLABORATIVE

11Pour les bibliothécaires, ces lectures partagées ont une saveur particulière, car, comme leurs bibliothèques, elles s’organisent autour d’un livre. Même si la lecture n’est qu’un prétexte, même si la recherche documentaire n’est qu’un objectif secondaire, les Common Readings placent le livre, le texte, la lecture au cœur du projet, et peuvent donner à la bibliothèque un rôle majeur dans la mise en œuvre d’une pédagogie collaborative.

12En participant à une lecture partagée, la bibliothèque est dans le cadre de ses missions de constitution de collections (sélection, acquisition, élaboration de bibliographie, enrichissement de site Web thématique) et de formation des usagers à la recherche documentaire. Les compétences requises pour participer au choix d’un livre, constituer des bibliographies, aider à faire une recherche documentaire sont bien celles des bibliothécaires. Dans un programme de lecture partagée, le rôle du bibliothécaire est à inventer selon le contexte local, mais des tendances fortes se dessinent dans l’exemple américain.

  • 120 Boof Colleen et al. « Building uncommon Community with a common Book: the Role of Librarians as Col (...)

13Dans tous les Common Readings rencontrés, la bibliothèque est partie prenante de ce projet construit autour du livre : service organisateur dans 8 établissements sur les 130 interrogés par Andi Twiton, elle voit presque partout ses bibliothécaires impliqués dans le choix du livre, l’organisation des groupes de discussion, ou la préparation de documents destinés aux étudiants ou aux enseignants. À La Guardia, les bibliothécaires fournissent chaque année une partie des contenus documentaires du site Web relatif au Common Reading : présentation du livre, du film et de l’auteur ; bibliographies sur les thèmes traités dans le livre ; liens vers le catalogue de la bibliothèque pour voir la disponibilité des exemplaires. Un article paru en janvier 2007120 décrit précisément pour quatre universités le rôle des bibliothécaires dans les programmes de lecture partagée. À Greenfield Community College, la bibliothèque est l’initiateur et le pilote du projet. Elle invite les enseignants et personnalités extérieures à participer au comité de sélection, gère les achats des exemplaires à destination des étudiants, enrichit le site Web et met à disposition les contributions des enseignants. À Bowling Green State University, un poste de bibliothécaire, le First-Year Experience Librarian est chargé de coordonner pour la bibliothèque toutes les initiatives à destination des étudiants de première année mises en place dans l’université. Il pilote notamment le Common Reading. Dans les deux autres universités décrites, Spokane Falls Community College et Appalachian State University, les bibliothécaires ont monté une exposition sur la guerre du Vietnam, accompagné des enseignants dans leurs recherches documentaires, et développé l’intégration de la formation à la recherche documentaire dans les enseignements courants.

14L’expérience One Book, One Community menée en 2003 à Winston-Salem State University n’a pas fait augmenter le nombre d’emprunts à la bibliothèque, mais celui des demandes de renseignements aux banques : la politique volontaire de participation au projet a permis aux bibliothécaires de faire connaître et reconnaître leur savoir-faire documentaire à la communauté universitaire. L’objectif qualifié plus haut de secondaire, la formation à la recherche documentaire, est un enjeu majeur pour les bibliothécaires. Quand Google semble rendre tous les contenus accessibles en un clic, quand Wikipédia offre un savoir encyclopédique immédiat et facile à copier-coller, amener les étudiants au bureau de renseignement est déjà une étape vers leur apprentissage de la recherche d’information.

15C’est donc bien toute la palette de leur savoir-faire professionnel que les bibliothécaires peuvent utiliser dans un programme de lecture partagée : expertise pour la sélection, gestion de commandes en grandes quantités, élaboration de bibliographie, formation à la recherche documentaire. Le Common Reading est un projet autour du livre, il est aussi l’occasion de donner à la bibliothèque une forte visibilité.

16Les Common Readings sont très répandus dans les universités américaines, où ils participent à l’intégration, à la formation et à la réussite des étudiants de première année. L’ampleur d’un tel projet suppose un investissement important de la part des porteurs de projet, et même si l’impact positif sur la réussite des étudiants n’est pas chiffré, ces lectures partagées vont pour tous dans le sens de l’apprentissage de la langue, de la lecture, de l’effort du travail individuel et de la confrontation aux idées d’autrui.

17La participation de la bibliothèque au programme est toujours présentée sous un jour favorable, et les bibliothécaires sont reconnus pour leurs compétences logistiques en la matière. Mais cette participation effective et visible pose surtout la bibliothèque en partenaire de la formation des étudiants, de l’innovation pédagogique, de la collaboration entre services dans le cadre d’un projet d’établissement. En ces temps de réforme et de réflexion sur la réussite étudiante, proposer un projet de Common Reading en conseil des études et de la vie universitaire est sans doute une piste intéressante pour nourrir la discussion sur l’accompagnement des étudiants et le rôle de la bibliothèque, partenaire de la réussite de tous.

Notes

113 Voir le site Web < http://www.lagec.cuny.edu/ > (consulté le 14 mai 2008).
Le groupe Champagne-Ardenne de l’Association des bibliothécaires français a organisé en novembre 2007 un voyage d’étude à New York : la bibliothèque universitaire de La Guardia Community College, qui appartient au City of New York University, en a été une des étapes. Cette contribution est une des suites de ce voyage d’étude.

114 Gore Al, Jacquet Christophe. Une vérité qui dérange : l’urgence climatique et ce que nous pouvons faire pour y remédier. Paris, Éditions de la Martinière. Voir le site Web relatif au Common Reading 2007-2008 à La Guardia < http://www.laguardia.edu/ctl/ait/earth2.htm > (consulté le 14 mai 2008).

115 Twiton Andi. Common Reading Programs in Higher Education: a Patricia Lindell Scholarship research project. [En ligne] < http://gustavus.edu/academics/library/Pubs/Lindell2007.html > (consulté le 14 mai 2008).

116 Cf. notamment l’article de Price Derek V. Learning Communities and Student Success in postsecondary Education: a Background Paper. Décembre 2005.
[En ligne] < http://www.mdrc.org/publications/418/full.pdf > (consulté le 14 mai 2008).

117 To explore issues of pedagogy and practice in order to advance student learning. Cf. le site Web du service < http://www.lagec.cuny.edu/ctl/ > (consulté le 14 mai 2008).

118 To establish a greater Sense of Community among Students. Voir le site Web de présentation du projet Common Reading < http://www.lagec.cuny.edu/stuinfo/firstyear/commonreading.aspx > (consulté 14 mai 2008).

119 Having a common Reading builds Community et Having a common Reading gives Students a Chance to explore different Perspectives and Opinions. Cf. Twiton, op. cit.

120 Boof Colleen et al. « Building uncommon Community with a common Book: the Role of Librarians as Collaborators and Contributors to Campus Reading Programs ». Research Strategies, 2007, n° 20, p. 271-183.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search