Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie III : Vie étudiante

3. Politique culturelle et bibliothèques universitaires : pourquoi faire plus ?

Comment faire mieux ?

Olivier Tacheau

Texte intégral

  • 105 Enquête ADBU réalisée par Jean Péchenart début 2007.

1Force est de constater que l’action culturelle des bibliothèques universitaires françaises et l’idée même que les services communs de la documentation pourraient mener leur propre politique culturelle, fût-elle modeste mais bien intégrée à des politiques d‘établissements ou de sites plus globales, demeurent à ce jour peu répandues105.

2Si l’animation culturelle reste en théorie séduisante et souhaitable pour beaucoup, les priorités documentaires ainsi que les moyens des établissements, déjà jugés insuffisants pour y faire face, rendent dans la pratique de telles préoccupations souvent impossibles voire illégitimes car considérées comme dispendieuses des deniers publics et de la force de travail des bibliothécaires, ces derniers n’hésitant cependant pas à considérer comme culturelle toute action sortant un peu des missions ordinaires de la bibliothèque (colloque, conférence, exposition…).

3Pour décevant qu’il paraisse, ce constat n’est en rien étonnant car il découle d’un contexte historique particulier où la fonction culturelle des universités, et donc a fortiori de leurs bibliothèques, est longtemps demeurée subsidiaire et soumise aux seules individualités et volontés locales (Nancy, Grenoble, Dijon…), en dépit d’un cadre législatif plutôt attaché depuis 1968, en apparence du moins, à la reconnaissance et au développement du rôle et des missions culturels des universités.

  • 106 Loi Pécresse n° 2007-1199 du 10 août 2007.
  • 107 Titre premier sur les missions de l'Université de la Loi Faure n° 68-978 du 12 novembre 1968.
  • 108 Article 3 du titre premier de la Loi Savary n° 84-52 du 26 janvier 1984.

4En effet, si la loi relative aux libertés et responsabilités des universités106 édicte « la diffusion de la culture » comme la quatrième mission de l’enseignement supérieur, ceci n’est pas nouveau puisque la loi Faure énonçait déjà que « les universités facilitent les activités culturelles » et « doivent s’attacher à porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche et à en procurer l’accès à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité107 », missions complétées en 1984 par la loi Savary précisant que « le service public de l’enseignement supérieur contribue […] à la réduction des inégalités sociales et culturelles108 ».

  • 109 Décret n° 85-694 du 4 juillet 1985.

5À regarder de plus près le texte fondateur des services communs de la documentation de 1985109, on constate également que ce dernier définit bien la culture comme une des principales missions de ces nouveaux services communs qui doivent « participer […] aux activités d’animation culturelle, scientifique et technique de l’établissement ». Vœu pieux ou simple affichage politique ? Toujours est-il que bien peu de BU sont aujourd’hui réellement engagées dans une politique culturelle ou, à défaut, dans des actions ponctuelles avec des moyens financiers et humains sinon conséquents du moins identifiés et pérennes qui s’appuieraient sur de véritables attendus à l’égard de leur(s) public(s).

CULTURE EN BU : DE QUOI PARLE-T-ON ?

6Sans nous perdre dans les méandres des controverses qui opposèrent au début des années quatre-vingt-dix une conception plutôt anthropologique et plurielle du champ culturel à une vision plus transcendante et monolithique de la culture (i.e. démocratie culturelle vs démocratisation culturelle), il convient cependant d’appréhender les diverses acceptions du terme communément utilisé de culture, et par extension d’action ou de politique culturelle, qui recouvrent des réalités très diverses au sein des bibliothèques universitaires.

7On distinguera d’une part la mission de culture générale apparue avec les instructions de 1962 qui, en fondant les nouvelles bibliothèques interuniversitaires, recommandaient le développement par ces dernières d’une documentation séparée et orientée vers la lecture publique et les loisirs (romans, presse généraliste, bandes dessinées…). Cette politique se révèle encore aujourd’hui très prégnante dans les discours et les actes des professionnels et parfois même exclusive de toute autre action culturelle dans certaines BU.

8D’autre part, on identifiera la culture scientifique liée à la médiation des savoirs et des connaissances. Généralisée à la fin des années soixante-dix dans un moment historique de questionnement sur les grands équilibres économiques, scientifiques et sociaux, elle s’incarne au travers de formes multiples : débats, conférences, expositions pédagogiques, actions de sensibilisation ou de vulgarisation pour les non spécialistes. S’apparentent par exemple aujourd’hui à cette forme d’intervention culturelle, la présentation et la valorisation des collections patrimoniales ou fonds spécialisés de la bibliothèque. C’est la plus grande part des activités en BU bien souvent abusivement identifiées comme action culturelle.

9Enfin, on parlera du champ culturel comme l’ensemble des activités ayant trait à la production et à l’expression d’un langage artistique au sens large (arts plastiques, musique, théâtre, danse, cinéma…) et pouvant s’articuler autour de l’un de ces trois axes : la création, la diffusion et les pratiques. Cette conception particulière, et la moins répandue en BU, est le produit des politiques contractuelles entre l’État et les universités dans les années quatre-vingt-dix qui firent progressivement émerger des lignes politiques à partir d’actions récurrentes et soutenues par les missions et autres services culturels universitaires en plein essor dans cette même période.

10Pour illustrer ces distinctions importantes, on considérera donc ici qu’une conférence d’un universitaire, que des ouvrages de la bibliothèque présentés sous vitrines, qu’une exposition sur le développement durable, que l’achat de romans ou le prêt de DVD ne sauraient s’apparenter ou constituer en soi une politique culturelle, nonobstant la valeur et l’intérêt de telles actions, à l’inverse d’une programmation musicale ou théâtrale, d’un festival de cinéma, d’un atelier d’écriture, d’un concours de nouvelles, d’un prix littéraire organisé par la bibliothèque, d’une exposition d’art contemporain ou d’une lecture par un poète de ses propres textes. C’est de cette approche liée au champ de la création artistique dont il sera ici question.

CULTURE EN BU : POUR QUOI FAIRE ?

11C’est l’interrogation généralement opposée par les plus incrédules qui considèrent au mieux l’action culturelle en BU comme une pâle copie des offres déjà existantes dans l’environnement proche, au pire comme une manière déguisée de communiquer différemment, le fond n’étant qu’un prétexte, et de dévoyer la bibliothèque de ses buts premiers. Cette posture sceptique réduirait donc la bibliothèque universitaire à un outil uni-dimensionnel destiné au seul usage des collections « papier » et numériques : emprunter et/ou travailler sur place. Rien d’autre ?

  • 110 Les enquêtes régulières de l'Observatoire de la vie étudiante sur les sorties culturelles des étud (...)

12Les arguments ne manquent cependant pas pour démontrer la nécessité de penser la BU comme un espace pluri-fonctionnel au sein duquel de multiples activités et usages peuvent coexister sans pour autant s’annuler les uns les autres, n’est-ce pas d’ailleurs le cas des bibliothèques publiques ? Nul ne peut ignorer non plus que la BU est parfois l’endroit ouvert, voire même le plus ouvert dans l’université, et gratuit, le plus fréquenté par les étudiants et qu’on se tromperait lourdement en pensant qu’une majorité d’entre eux se rend régulièrement dans les musées, les théâtres et les salles de concert110, sans parler de leur difficulté à découvrir, partager ou pratiquer une activité culturelle sur les campus.

13D’où l’idée d’importer in situ, dans l’environnement quotidien des membres de la communauté universitaire, ce qu’ils ne vont pas chercher à l’extérieur pour créer une imprégnation dans un lieu familier, (re)connu, et une acculturation douce permettant une désymbolisation forte de la culture et une sensibilisation plus facile tant de l’usager-spectateur que de l’usager-acteur, car non prescriptive ou captive, à l’instar de l’ensemble de l’offre de la bibliothèque.

14Donner du sens à la bibliothèque-lieu au moment où cette dernière tendrait à ne plus devenir qu’une salle de travail et où la bibliothèque-collection serait à réinventer, c’est justement lui redonner une forme d’attractivité « noble », et pas seulement en y mettant une cafétéria, ainsi qu’une légitimité homothétique à celle gagnée par l’université au cœur de la cité : une université « plurielle » dans la ville, une bibliothèque plus « culturelle » dans l’université actrice d’un nouveau rôle auprès des services impliqués dans la politique culturelle de l’établissement : mission culturelle, espaces culturels, CROUS, associations étudiantes…

15L’ancrage de la bibliothèque dans les projets culturels de l’université permet ainsi la prise en compte des enjeux locaux et des logiques de participation qui seront de plus en plus contingentes à l’université autonomisée, au détriment des logiques d’individualisation sur le seul champ spécialisé, comme la documentation, et de coopération jusqu’à présent tournées vers l’extérieur. La culture s’avère donc le meilleur moyen de faire dialoguer la BU avec ses voisins proches dans l’université et dans la cité.

CULTURE EN BU : COMMENT FAIRE ?

16Cinq étapes conditionnent la mise en œuvre et la réussite d’une politique culturelle en BU, aussi modeste fut-elle.

L’ÉTUDE DU TERRITOIRE

17Tout d’abord, il convient d’étudier au préalable l’environnement culturel dans la sphère de proximité, au sein de l’université, puis à l’échelle du territoire local. Rien ne sert en effet de reproduire ce que les autres font déjà dans l’établissement ou dans la cité, ni même d’essayer de leur faire concurrence, car le rôle de l’université, et a fortiori de ses bibliothèques, se joue dans la complémentarité et non dans l’opposition avec les institutions culturelles en place (théâtre, musée, salle de concert, centre d’art…). Cette étape consiste donc à identifier des « niches » et des actions particulières qui répondraient à un besoin, exprimé ou non, ou créeraient de nouveaux usages et des recours singuliers au fait artistique.

L’ANALYSE DES FORCES

18En second lieu, l’analyse de l’existant se révèle indispensable pour identifier les atouts et les faiblesses de la bibliothèque universitaire sur le plan matériel, mais également humain. Quelles sont les potentialités des espaces d’une part : hall d’exposition, auditorium, salles insonorisées, ouverture le samedi ou en soirée, insertion dans le centre-ville… ? Quels sont, d’autre part, les personnels de la BU, ou de l’université, qui auraient une formation particulière, une expérience dans le domaine culturel, une inclination pour les arts ou une pratique culturelle qui pourraient être mobilisées dans leur champ professionnel ? Précisons que l’absence de tout atout apparent n’empêche en rien d’avoir une politique originale, un atelier d’écriture-lecture ne nécessitant par exemple pas des moyens exorbitants.

LES MOYENS

19Point crucial du projet : une ligne budgétaire « culture » doit impérativement être fixée. L’attribution de moyens et leur inscription dans le temps sont en effet consubstantielles à toute politique, y compris culturelle, qui ne saurait exister sans cela sauf à n’être qu’une suite d’actions ou d’animations décidées sporadiquement et sans relations les unes aux autres. Par ailleurs, l’action culturelle ne peut faire l’économie d’un personnel dédié, à temps partiel s’il le faut, mais qui ne saurait être, comme bien souvent, le directeur ou le directeur-adjoint de la bibliothèque, cette mission finalement aussi « sérieuse » que les autres devant être le plus possible objectivée pour que le désir d’un seul devienne le projet de tous.

LA LISIBILITÉ

20Le choix d’un ou plusieurs axes stratégiques définis à l’aune des possibilités matérielles et des moyens mis en œuvre est incontournable car il permet de donner une cohérence et une continuité au projet dans le temps. Il convient donc de clairement connaître les attendus et les limites de la politique culturelle mise en œuvre : La diffusion ? La bibliothèque s’appuiera par exemple sur une programmation d’expositions ou de concerts qu’elle pourra aussi bien organiser qu’accueillir. La création ? Dans ce cas, la bibliothèque se placera en situation de financeur ou de facilitateur de commandes particulières : artiste en résidence, étudiants impliqués dans un projet d’écriture ou de mise en scène, soutien à des projets innovants qui peuvent ou non être diffusés ensuite dans les murs de la BU. Les pratiques ? La bibliothèque se positionnera alors comme un catalyseur des pratiques culturelles de la communauté universitaire voire extra-universitaire. Directement, en mettant ses locaux ou ses moyens à disposition des usagers : salles de répétitions ou atelier pour les travaux, matériels prêtés, subventionnement des pratiques (cinéma, théâtre, concert), soit indirectement en hébergeant ou en organisant des opérations spéciales : concours photo, ateliers d’écriture, festival étudiant, prix des lecteurs…

LA VISIBILITÉ

  • 111 Printemps des poètes, Lire en Fête, Fête de la science, Mois du Patrimoine, Semaine du film docume (...)

21Enfin, une attention particulière doit être accordée à la visibilité des projets : en amont de ces derniers, pour leur garantir attractivité et audience, mais également en aval pour assurer le positionnement de la BU dans l’environnement culturel local (presse, médias et canaux internes de l’université). La question du choix des partenaires, ni trop gros ni trop petits, et de l’événementiel auquel la BU rattachera ou non son action est cruciale. Si la tentation d’externaliser ou de réduire les coûts de communication en s’appuyant sur des institutions « légitimes » ou sur l’agenda culturel national111 est grande, cette option peut cependant amoindrir et diluer les actions de la bibliothèque.

L’EXEMPLE ANGEVIN

  • 112 Plus de 80 expositions se sont tenues depuis 1996 dans cet espace spécialement conçu pour, lors de (...)

22Le SCD de l’université d’Angers s’implique dans l’action culturelle depuis une quinzaine d’années par le biais d’une programmation permanente d’expositions dans la galerie de sa bibliothèque centrale112. Ces dernières années ont été marquées par une remise à plat de ces activités culturelles qui intégraient également jusqu’en 2002 des mini-concerts ou des rencontres littéraires, afin de définir les moyens affectés et les objectifs de ces actions.

23Le budget désormais affecté correspond à 1 % du budget global du SCD (hors salaires) et une chargée de mission culturelle, de niveau ingénieur, a été recrutée sur ressources propres à 60 % pour réécrire le projet culturel et coordonner les actions. L’accent est clairement mis sur la diffusion et la création artistiques avec le montage de cinq expositions par an en continu, chacune d’une durée moyenne de deux mois. Les thématiques jusque-là orientées vers l’art contemporain ont été revues pour introduire une plus grande pluralité dans les supports (illustration, photographie, vidéos, installations…) et pour alterner les artistes confirmés avec les jeunes créateurs, par exemple juste sortis des Beaux-Arts. Un modèle économique moyen pour chaque exposition a été élaboré de la manière suivante :

  • 500 € pour la communication (affiches et cartons) ;
  • 500 € pour la diffusion des affiches dans le centre-ville ;
  • 500 € pour les frais d’affranchissement et d’inauguration ;
  • 1 000 € pour la régie du projet ;
  • 1 500 € pour les frais spécifiques (ex : catalogue, droits d’auteurs…).

24Soit 4 000 € auxquels peut venir s’ajouter un financement croisé d’un partenaire extérieur.

25Le SCD de l’université d’Angers bénéficie d’une notoriété locale patiemment construite auprès des Angevins et des décideurs culturels depuis le début de ses activités avec un fichier de plus de 500 personnes régulièrement conviées aux vernissages de ses expositions. Le maintien d’un niveau élevé d’exigence et de qualité de la programmation qui associe exclusivement des artistes professionnels montant à chaque fois un projet original et spécifique au lieu, fait de ce dernier un espace très convoité sur Angers. Cette position permet de construire des coopérations fortes avec les institutions culturelles locales comme l’artothèque, l’école supérieure des Beaux-Arts, le Musée d’art des Beaux-Arts et de créer des passerelles pour favoriser la mobilité des étudiants d’un lieu à l’autre.

26S’il est difficile, voire incongru de chercher à savoir quelle part joue l’action culturelle dans la réussite des étudiants, on constate seulement que cette fonction est globalement plébiscitée par ces derniers qui vivent en quelque sorte, et pour une partie d’entre eux, au cœur de l’art durant toute leur scolarité, dans un lieu attractif et convivial. S’il était donné de parler d’une « réussite existentielle », on pourrait alors dire que les politiques culturelles des BU contribuent largement à l’édification du « savoir-être » des étudiants en leur offrant la possibilité tout à la fois de socialiser et d’individualiser leur singularité dans ce lieu libre et ouvert qu’est la bibliothèque universitaire et de mettre en perspective, et à distance, les savoirs et savoir-faire dispensés à l’Université.

Notes

105 Enquête ADBU réalisée par Jean Péchenart début 2007.

106 Loi Pécresse n° 2007-1199 du 10 août 2007.

107 Titre premier sur les missions de l'Université de la Loi Faure n° 68-978 du 12 novembre 1968.

108 Article 3 du titre premier de la Loi Savary n° 84-52 du 26 janvier 1984.

109 Décret n° 85-694 du 4 juillet 1985.

110 Les enquêtes régulières de l'Observatoire de la vie étudiante sur les sorties culturelles des étudiants montrent que ces trois institutions arrivent toujours en dernier largement derrière le cinéma, le restaurant, la discothèque et même le stade.

111 Printemps des poètes, Lire en Fête, Fête de la science, Mois du Patrimoine, Semaine du film documentaire…

112 Plus de 80 expositions se sont tenues depuis 1996 dans cet espace spécialement conçu pour, lors de la construction du bâtiment : long de 80 m et large de 8 m avec une galerie supplémentaire de 50 m linéaires à l'étage.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search