Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie III : Vie étudiante

2. Avec et pour les étudiants : améliorer l’accueil dans les bibliothèques

Georges Perrin

Texte intégral

1Bien qu’il soit difficile de mesurer avec précision la part que représente la maîtrise de la documentation dans le succès des étudiants à leurs examens, il est aisé de constater que cette idée fait largement son chemin dans l’esprit des enseignants du supérieur, des professionnels de bibliothèques et des intéressés eux-mêmes.

2Deux éléments constituent des signes évidents du progrès de cette conviction partagée :

  • le développement accéléré, dans tous les services communs de documentation des universités, de la formation à la recherche documentaire ;
  • et, probable conséquence de ce qui précède, le fait que 86,8 % des étudiants inscrits à l’université fréquentent la BU, dont les 2/3 de façon hebdomadaire98 .
  • 99 Miquel André. Les bibliothèques universitaires : rapport au ministre de l’éducation nationale, de (...)

3Depuis une dizaine d’années, on note un assez net regain d’intérêt des étudiants pour leurs bibliothèques d’université, mais également pour les bibliothèques municipales. La qualité et la variété de la documentation qu’ils y trouvent, surtout depuis la mise en œuvre des propositions du rapport Miquel99 , constitue sans aucun doute l’élément majeur de cette attractivité. Mais cette dernière est également due aux facilités matérielles qui leur sont faites. En effet, par l’intégration réussie des technologies de l’information, et l’offre de nombreux postes d’accès à la documentation en ligne, les bibliothèques sont devenues d’incontournables relais d’un savoir en perpétuelle réactualisation. Ajoutons que les bibliothèques universitaires ont su prendre en compte les nouveaux modes de travail, et ont, pour la plupart, réorganisé leurs espaces pour offrir aux étudiants des salles de travail en groupes. Citons encore quelques avantages proposés, tel le prêt d’ordinateurs portables que pratiquent avec beaucoup de succès certains services communs de documentation. Celui-ci augmente les possibilités d’accès aux ressources électroniques et offre aux étudiants qui y recourent, l’accès à une bureautique très utile pour la rédaction de leurs travaux universitaires.

4Toutefois, malgré ces nombreuses améliorations, le déficit en matière d’accueil est encore important, si on compare nos bibliothèques à la moyenne des bibliothèques européennes. en effet, parmi les efforts qui restent à accomplir pour offrir aux étudiants un niveau de qualité d’accueil satisfaisant dans nos bibliothèques, deux sont particulièrement importants et relativement urgents à mettre en œuvre :

  • l’accroissement des surfaces de bibliothèques universitaires pour arriver à une application de la recommandation d’1 m2 minimum par étudiant ;
  • l’extension des horaires d’ouverture pour les faire coïncider le plus possible avec les disponibilités de leurs usagers.

5La poursuite des programmes de construction en cours devrait, grâce à la mise en œuvre du plan Campus, connaître une accélération, pour peu que les universités inscrivent leur bibliothèque dans les projets appelés à être aidés dans ce cadre précis, et dans la mesure où elles obtiendront les moyens nécessaires pour leur construction ou leur agrandissement.

6Mais il convient ici d’évoquer plus en détail les projets d’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques dans leur ensemble, dans la mesure où les étudiants, qui sont aussi des citoyens à part entière, peuvent trouver dans les bibliothèques municipales, comme dans les bibliothèques universitaires, la documentation utile à la réussite de leurs études.

DES BIBLIOTHÈQUES INSUFFISAMMENT OUVERTES

DES BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES PEU OUVERTES

  • 100 Les statistiques d’activité des bibliothèques municipales sont extraites des relevés de statistiqu (...)

7La moyenne horaire d’ouverture des 3 004 bibliothèques municipales françaises qui constituent l’échantillon de référence pour l’établissement des statistiques100 du ministère de la Culture pour l’année 2005, s’élève à 19 h 30 ! Si l’on ne prend en compte que les bibliothèques des villes de plus de 30 000 habitants, et suivant les tranches croissantes de population, les moyennes se situent entre 30 et 40 heures d’ouverture par semaine. Seules 28 bibliothèques municipales ouvrent plus de 40 heures par semaine. Notons toutefois qu’une vingtaine de bibliothèques municipales, de communes importantes ou moyennes, ouvrent également le dimanche.

8Lorsqu’on étudie la répartition de ces horaires au long de la semaine, on s’aperçoit qu’elle est discontinue et qu’elle s’étale sur des demi-journées (surtout les après-midi, sauf les mercredis et samedis où elles sont ouvertes toute la journée) sans grande cohérence. La plupart du temps, les bibliothèques municipales sont fermées deux jours par semaine, généralement les dimanches et lundis.

9À titre de comparaison on peut évoquer l’amplitude horaire hebdomadaire d’ouverture de quelques bibliothèques européennes :

  • Birmingham (GB) : 63 h ;
  • Helsinki (FIN) : 64 h, ouverte le dimanche ;
  • Odense (DK) : 50 h, ouverte le dimanche ;
  • Tampere (FIN) : 72 h, ouverte le dimanche ;
  • Turin (ITA) : 67 h.

10De nombreux autres exemples pourraient être cités, qui montreraient que, dans leur grande majorité, les bibliothèques de lecture publique en Europe pratiquent des ouvertures hebdomadaires beaucoup plus larges que les bibliothèques municipales françaises.

DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES OUVERTES DE FAÇON DISCONTINUE

11Le défaut d’ouverture des bibliothèques des universités est très différent. Certes, l’amplitude d’ouverture hebdomadaire est assez supérieure à celle des bibliothèques municipales, puisqu’elle s’élève à 57 heures. Toutefois, ces bibliothèques sont assez souvent fermées pendant l’été (2 ou 4 semaines en août) et parfois pendant les vacances de printemps, c’est-à-dire au moment où les étudiants souhaiteraient les utiliser pour préparer leurs examens.

12De plus, un tel système de fermeture pendant les congés universitaires pénalise les chercheurs, et particulièrement les chercheurs étrangers qui souhaitent profiter de l’été pour consulter la documentation dont ils ont besoin. Les CADIST, notamment, ne sont pas en mesure d’assumer la mission qui leur est confiée de « répondre chaque jour ouvrable et tout au long de l’année aux demandes de documents qui leur sont adressées par les bibliothèques ou centres de documentation ».

13Pour ces bibliothèques également, la comparaison avec les bibliothèques des universités européennes montre un réel décalage : ces dernières pratiquent une ouverture hebdomadaire moyenne de 64 h 30 sur 305 jours par an, alors que les bibliothèques universitaires françaises sont ouvertes 57 heures par semaine sur 245 jours dans l’année.

UNE MARGE DE PROGRESSION NON NÉGLIGEABLE

14Comme le montre avec évidence la comparaison avec les bibliothèques européennes, il existe, pour les bibliothèques françaises, une importante marge de progression pour un accroissement des horaires d’ouverture.

15On peut, très raisonnablement envisager que dans les toutes prochaines années, les bibliothèques municipales puissent accueillir leur public au moins 50 heures par semaine, selon des horaires réguliers tout au long de la semaine. On peut même espérer que les ouvertures du dimanche se généraliseront peu à peu.

16Quant aux bibliothèques des universités il ne serait pas exagéré de leur demander de rattraper progressivement la moyenne européenne d’ouverture hebdomadaire (64 h 30) et de restreindre leur fermeture annuelle à 2 semaines en août, à l’exception de celles qui hébergent un CADIST, qui doivent assurer tout au long de l’année la continuité du service.

DES OBSTACLES À FRANCHIR POUR UNE OUVERTURE PLUS LARGE

DES DIFFICULTÉS INTERNES À RÉSOUDRE

17Lorsqu’on évoque le déficit d’ouverture des bibliothèques municipales, les arguments les plus souvent avancés sont ceux de l’importante quantité de travail en interne, de la variété des publics qu’il convient de recevoir par groupes en dehors du public habituel, et de la dispersion du réseau de bibliothèques sur le territoire de la commune.

18On peut aisément relativiser le poids de ces arguments si l’on compare les bibliothèques municipales avec les bibliothèques universitaires. En effet, ces dernières sont soumises à des contraintes identiques en matière d’accueil de groupes tout au long de l’année universitaire. Elles sont pour la plupart réparties en implantations sur des campus qui se situent souvent hors des limites de la ville-siège. Enfin, compte tenu du niveau de leurs acquisitions documentaires, l’importance du travail de traitement n’y est pas moindre que dans les bibliothèques municipales.

19Ceci souligne la nécessité d’un important travail de réorganisation du fonctionnement interne dans les bibliothèques municipales, d’une utilisation accrue des moyens techniques et des outils de traitement bibliographique désormais mutualisés au niveau régional et/ou national. Il est temps, pour chaque bibliothèque, de redéfinir la place qu’elle souhaite donner au service de son public et notamment la proportion de temps qu’elle souhaite lui consacrer par rapport à celui qui lui est strictement nécessaire pour le travail interne.

20On peut également s’interroger sur le trop grand fractionnement du traitement des publics particuliers, qui entraîne une dispersion du travail des équipes, trop spécialisées dans le traitement de tel ou tel type de collection, de tel ou tel type de public. Il convient d’envisager une organisation du fonctionnement qui prenne davantage en compte la transversalité et permette de répondre à l’objectif premier de toute bibliothèque : recevoir le public dans son ensemble pour lui offrir les services les plus courants qu’il est en droit d’attendre : l’accès à une place de consultation et la documentation à utiliser sur place ou à emprunter.

LES EMPÊCHEMENTS DUS AU CONTEXTE

21Les fermetures des bibliothèques pendant les vacances universitaires, et surtout en été ne sont pas le fait des responsables et des équipes des services communs de documentation. Elles sont dues aux décisions de fermeture telles qu’elles ont été prises par la direction et votées par le conseil d’administration de leurs universités. Ces décisions sont généralement motivées par le souci de réaliser des économies budgétaires par la suspension temporaire des services de maintenance et de sécurité, sans lesquels il est impossible d’assurer l’ouverture et le fonctionnement d’un service. Mais ce type de décision ne tient pas compte du préjudice que la fermeture de la bibliothèque universitaire fait subir aux chercheurs et à certaines catégories d’étudiants.

22En effet, les professionnels des bibliothèques de certaines universités européennes notent que le mois d’août est l’un des plus fréquentés de l’année. En effet, c’est assez souvent la période choisie par les chercheurs étrangers ou d’autres universités françaises pour consulter les documents correspondant à leurs travaux. C’est également la période de l’année où les étudiants qui préparent les examens de la session de septembre et les étudiants étrangers, qui ne regagnent pas leur pays, ont besoin de la bibliothèque.

23Il est donc urgent que les instances nationales, et en tout premier lieu la Conférence des présidents d’universités (CPU), soient saisies de cette question capitale pour l’amélioration de l’accueil des étudiants et des chercheurs.

OUVRIR PLUS POUR OUVRIR MIEUX

UNE FAISABILITÉ AVÉRÉE ; DES EXPÉRIENCES CONCLUANTES

24Les bibliothèques municipales qui ont instauré les ouvertures du dimanche ne sont pas très nombreuses. La plupart du temps les villes qui la pratiquent ont saisi l’occasion de l’inauguration d’un équipement nouveau pour étendre les horaires au dimanche après-midi. C’est le cas de Toulouse, de Rennes, de Reims (un dimanche par mois) mais aussi de Paris pour la bibliothèque Marguerite Yourcenar. Cette ouverture dominicale se pratique également dans des villes ou des communautés de communes moins importantes, telles Le Bourget-Drancy, Lomme, Nanterre ou Hérouville-Saint-Clair, par exemple.

25De façon unanime, les responsables de ces bibliothèques font un bilan positif de cette ouverture du dimanche : le nombre d’entrées est supérieur à celui du samedi, jour généralement le plus fréquenté en semaine. Le constat est identique pour le nombre de prêts. Quant au public, il est différent de celui de la semaine, composé à la fois d’étudiants et de familles.

26De même, dans certaines universités, et pour répondre à une demande émanant principalement des étudiants en médecine, les bibliothèques des sections santé prolongent leurs ouvertures jusqu’à 22 ou parfois 23 heures. C’est notamment le cas des universités de Paris 12 et de Paris 13.

27Ces ouvertures ne peuvent se faire que grâce à un appoint de personnel occasionnel, encadré par des personnels titulaires mobilisés la plupart du temps sur le mode du volontariat. Comme nous le verrons plus loin, c’est précisément sur ce point que l’intervention des étudiants peut être précieuse.

DES PROJETS PROMETTEURS

28Ce souci d’un meilleur accueil des publics grâce à une amplification des ouvertures des bibliothèques, certaines collectivités territoriales en ont fait un objectif prioritaire pour les années à venir. C’est notamment le cas de la ville de Paris, soucieuse, comme le groupe d’une cinquantaine de villes européennes auquel elle appartient, de gérer le temps de ses services au public en coïncidence avec la disponibilité de ses usagers. À ce titre, les bibliothèques de son réseau sont impliquées : elles ont harmonisé leurs heures d’ouverture en les prolongeant d’une heure en fin d’après-midi ; quant à la bibliothèque Marguerite Yourcenar, elle est désormais ouverte le dimanche.

29Pour sa part, le Conseil régional d’Île-de-France finance dès l’année 2008 et à hauteur de 70 %, la création d’emplois à pourvoir par des étudiants pour une augmentation des horaires d’ouverture dans 5 universités : Paris 6, Paris 10, Paris 12, Paris 13 et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

30De plus, dans 7 villes, les municipalités et les universités négocient actuellement des accords pour harmoniser, élargir et mieux articuler leurs horaires d’ouverture d’ici le dernier trimestre de cette année.

LE RECOURS À L’EMPLOI ÉTUDIANT

31Pour ouvrir davantage, il convient de faire un inventaire des ressources disponibles en personnel. À cet égard, l’objection la plus courante consiste à corréler les horaires d’ouverture au nombre de personnels titulaires dont dispose la bibliothèque. Il est logique d’établir une étroite relation entre ces deux éléments, puisqu’il faut prendre en compte la variété des tâches à accomplir simultanément, et, dans de nombreux cas, la dispersion des sites de bibliothèques au sein d’une même université.

32Il faut cependant remarquer que cette amplitude horaire d’ouverture varie parfois de façon importante entre des bibliothèques dont les situations et les contingents en personnel sont analogues. Dans certains cas, la comparaison montre que l’amplitude d’ouverture est assez supérieure, malgré une dotation en personnel moins généreuse. Ceci semble donc prouver que l’amélioration de l’organisation du travail interne est assez déterminante dans ce domaine.

33D’autre part, la difficulté actuelle d’augmenter le nombre de postes d’agents titulaires conduit naturellement à recourir, pour certaines fonctions, à des emplois d’appoint. C’est déjà le cas pour les bibliothèques municipales qui, d’après les estimations statistiques officielles, recourent à 3 900 contrats de vacataires. Quant aux bibliothèques universitaires, elles ont globalement signé 3 500 contrats du même type.

34De ce point de vue, et pour toutes les raisons que nous allons examiner, le recours à l’emploi étudiant paraît constituer un appoint des plus appropriés pour engager avec succès une opération d’extension des ouvertures de bibliothèques municipales ou universitaires. Tout à la fois acteurs et bénéficiaires de ce mouvement, les étudiants constituent certainement une des clés de son futur succès.

QUELQUES DONNÉES SUR LA CONDITION DES ÉTUDIANTS EN 2008

  • 101 Op. cit.

35En 2006101, 74,9 % des étudiants ont exercé une activité rémunérée au cours de l’année universitaire. Pour 46 % des étudiants, il s’agissait d’un emploi régulier pendant l’année universitaire. Les autres (28,9 %) ont occupé un emploi d’été. L’étude de statistiques plus anciennes montre que ces données évoluent très peu d’une année à l’autre. On peut donc considérer que les données d’aujourd’hui sont sensiblement identiques à celles de 2006.

36Ainsi, les revenus issus d’une activité rémunérée constituent la première ressource monétaire des étudiants qui ne sont plus hébergés chez leurs parents. Ces revenus s’élèvent en moyenne à 517 € par mois, et représentent près de 40 % de la totalité de leurs revenus, le reste provenant d’une aide parentale, d’une bourse et d’allocations diverses.

37La répartition des dépenses d’un étudiant pour vivre est la suivante :

  • alimentation : 35,8 % ;
  • logement : 24,7 % ;
  • transports : 15,4 % ;
  • sorties : 10 % ;
  • vêtements : 7,9 % ;
  • livres : 3,8 % ;
  • fournitures : 2 %.

38On voit donc que pour ces étudiants, le revenu d’un emploi est en quelque sorte vital, puisqu’il couvre à peine plus que les dépenses d’alimentation.

39Ajoutons que depuis 2006, compte tenu de l’évolution du coût de l’immobilier, le pourcentage du poste logement a augmenté dans des proportions non négligeables. De ceci découle la nécessité de plus en plus pressante pour les étudiants issus des classes moyennes de pratiquer la colocation. Une des premières conséquences est l’augmentation de la fréquentation de la bibliothèque municipale ou universitaire qui procure des espaces de travail au calme et, de surcroît, correctement équipés en moyens d’accès à la documentation sur papier ou en ligne.

L’EMPLOI ÉTUDIANT : UN INTÉRÊT ET DES AVANTAGES PARTAGÉS

40Dans ces conditions, on comprend mieux que les étudiants soient de plus en plus nombreux à rechercher un emploi pour financer leurs études. Parmi les emplois occupés aujourd’hui, la très grande majorité (48 %) est constituée par les services à la personne (baby-sitting, cours particuliers, accompagnement des personnes âgées, etc.), 19 % par des emplois du commerce (dont 8 % dans la restauration), 5 % par des postes d’enseignants, 2 % par des travaux d’enquête, et 1 % par des emplois en bibliothèque. On voit donc que ce dernier type d’emploi est loin d’être saturé.

41De tous ces emplois, aux dires mêmes des organisations étudiantes, les emplois en bibliothèque sont les plus prisés. Ils offrent, en effet à l’étudiant la possibilité de travailler dans la proximité géographique de son lieu d’étude, et il permet une réelle souplesse dans la gestion de l’emploi du temps. De la sorte il est à la fois compatible avec le temps réservé à l’étude et très complémentaire de celle-ci, puisqu’il présente l’avantage de la proximité de la documentation, et d’une excellente maîtrise de la recherche documentaire. Enfin, ce type d’emploi constitue une excellente première expérience de la vie active (apprentissage d’une technicité, du travail en équipe, etc.), et permet d’enrichir avantageusement un CV.

42Pour les bibliothèques, le bénéfice de ce type d’emploi est également important. Il permet en effet d’organiser au mieux le service en articulant les horaires des personnels titulaires et ceux des étudiants pour la gestion des horaires spécifiques (nocturnes, samedis ou dimanches). Il permet également de disposer d’une équipe susceptible de venir en appui pour des tâches ponctuelles (récolements, refoulements, déménagements, etc.).

43De même, les étudiants sont les meilleurs intermédiaires entre les professionnels de la bibliothèque et la population des jeunes usagers, dont les autres étudiants. Chaque étudiant est à même de guider l’usager qui est à la recherche d’un document correspondant au programme de son unité. Il lui est également plus naturel et plus facile de faire passer les messages concernant le règlement intérieur auprès du jeune public.

44En résumé, il serait difficile, pour les bibliothèques qui utilisent déjà leurs services, de se passer de la présence dynamisante et innovatrice d’étudiants qui, de surcroît, constituent souvent un vivier prometteur pour la filière des bibliothèques.

LES CONDITIONS DE SUCCÈS D’UNE AMPLIFICATION D’OUVERTURE GRÂCE AUX ÉTUDIANTS

45Ouvrir plus pour ouvrir mieux grâce aux étudiants et pour le plus grand bénéfice des usagers, tel est le souhait souvent exprimé par les tutelles des services et des établissements. Encore faut-il s’assurer des conditions à remplir et des principes à respecter pour passer à la mise en œuvre.

LES VERTUS D’UNE BONNE CONCERTATION

46Tout d’abord, il revient au maire ou au président d’université de décider d’une éventuelle extension des horaires d’ouverture de leur bibliothèque, et des moyens humains et budgétaires à y consacrer. S’ils prennent cette décision, seule la concertation avec les personnels en poste laisse prévoir une chance sérieuse de succès de l’opération.

47C’est d’ailleurs dans le cadre d’une telle concertation que seront définis les lieux et les horaires d’application de l’extension souhaitée. Sur ce point précis, il est sans doute prudent de conduire les premières expériences dans des zones urbaines présentant le maximum d’atouts pour accueillir le public, et de privilégier les implantations proches du centre-ville.

LE SOUCI DE LA SÉCURITÉ

48Il convient de vérifier que toutes les conditions techniques et de sécurité sont réunies pour que cet élargissement des horaires d’ouverture soit mis en œuvre. Il est impératif que les maintenances techniques soient assurées pour pouvoir faire fonctionner les services correctement, sans panne ou incident le dimanche, ou pendant les périodes de vacances.

49Plus important encore doit être le souci de la sécurité des personnes et la mise à disposition des moyens nécessaires pour qu’elle soit pleinement garantie, surtout lors des ouvertures prolongées en soirée. Il est évident que la prolongation de l’ouverture jusqu’à 22 ou 23 heures d’une bibliothèque de section médecine sur un campus éloigné du centre-ville nécessite la présence d’un personnel de sécurité qualifié jusqu’à la fermeture.

50Sur ce même thème, rappelons que les étudiants qui travaillent sur des horaires d’ouverture spécifiques, doivent recevoir un minimum de formation sur la sécurité des bâtiments recevant du public. En cas d’urgence, ils devront mettre en application leurs connaissances dans ce domaine, sous la responsabilité de l’agent titulaire dont la présence est obligatoire pour assurer leur encadrement.

51Enfin, soulignons que l’implication des personnels titulaires est une des conditions essentielles du succès de ces ouvertures élargies. En effet, ceux-ci ont, vis-à-vis des étudiants, un rôle fondamental à jouer, qui est celui d’un encadrement depuis la formation initiale jusqu’au suivi des travaux d’appoint demandés aux étudiants. Ces derniers ne remplacent pas le personnel en place, ils l’assistent en tant que personnel auxiliaire.

52Ainsi, tous les niveaux de responsabilité doivent être, au préalable, clairement définis, depuis l’exercice du pouvoir de décision jusqu’à la mise en œuvre de l’opération, à l’encadrement des moniteurs et au suivi du travail exécuté.

PREMIÈRES PERSPECTIVES

53Dans les villes universitaires, de nombreux étudiants ont déjà signé des contrats pour travailler dans une bibliothèque municipale ou universitaire, et cette pratique, qui n’est pas récente, s’est amplifiée à la suite de la disparition des emplois aidés (emplois jeunes, contrats emploi solidarité, etc.).

UN DISPOSITIF RÉGLEMENTAIRE ADAPTÉ

54Depuis la fin de l’année 2007, le nouveau dispositif réglementaire, relayé par des mesures administratives, a considérablement simplifié la possibilité de recourir à ce type d’emploi.

  • 102 Décret n° 2007-1915 du 26 décembre 2007 pris en application du code de l’éducation et fixant les c (...)
  • 103 Le taux de rémunération horaire du SMIC s’élève actuellement à 8,63 €, c’est-à-dire à 12,50 € char (...)

55Le décret102 rénovant les conditions de recrutement et d’emploi des étudiants fait tomber les nombreux obstacles qui entravaient précédemment les contrats de vacation des moniteurs, tout en fixant de nouvelles obligations favorables aux bénéficiaires. En effet, ce texte fixe les limites du volume horaire imposable à l’étudiant (670 à répartir sur 12 mois, soit un maximum de 15 heures par semaine), de sorte que les études n’en souffrent pas. Il autorise une durée de contrat de 12 mois et sa reconduction expresse jusqu’à 6 années. Il aligne enfin le taux de rémunération horaire sur celui du SMIC103.

56En contrepartie, il fixe à l’étudiant l’obligation :

  • d’être inscrit dans un cycle d’étude pour la préparation d’un diplôme délivré au nom de l’État, ou d’un concours d’entrée dans l’une des trois fonctions publiques ;
  • de suivre avec assiduité les enseignements obligatoires ;
  • de se présenter aux épreuves de contrôle des connaissances.
  • 104 Décret n° 2007-1430 du 4 octobre 2007 portant application aux agents publics de l’article 1er de l (...)

57Un autre texte est de nature à faciliter le règlement éventuel d’heures supplémentaires pour les personnels titulaires concernés par ces augmentations d’horaire d’ouverture. Il s’agit d’un décret104 d’application de la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat. Cette loi étend à l’ensemble des fonctionnaires, toutes catégories confondues, la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires tout en précisant que ces dernières sont entièrement défiscalisées.

UN CONTRAT CLAIR POUR LES ÉTUDIANTS

58Le décret du 26 décembre 2007 fixe, dans ses grandes lignes les attendus d’un contrat à proposer à l’étudiant candidat à un emploi en bibliothèque universitaire. Il s’agit en effet d’un texte qui concerne plus particulièrement l’enseignement supérieur. Mais les préconisations et les règles qu’il énonce sont tout à fait transposables au cas de l’étudiant candidat à un emploi en bibliothèque municipale.

59Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, et dans la perspective d’une clarification des rôles au sein du service, il n’est sans doute pas inutile de préciser le cadre et le régime de travail à l’intérieur même de ce service. Il semble important de souligner que l’étudiant engagé par la bibliothèque y fournit un travail d’appoint qui s’exerce sous la responsabilité des professionnels. Il peut être intéressant de désigner, dans le texte du contrat, le grade ou le niveau de responsabilité de l’agent titulaire chargé de l’encadrer.

60Pour que le contrat soit définitivement clair, il peut être nécessaire d’établir la liste des tâches qui lui seront prioritairement confiées.

61Dans la mesure où toutes ces conditions sont remplies, la participation des étudiants à la vie de la bibliothèque, universitaire ou municipale, doit être déterminante pour une très sensible amélioration de l’accueil et du service rendu aux usagers.

62En conclusion, on peut dire que le recours à l’emploi étudiant en bibliothèque est de nature à concilier deux enjeux importants pour l’avenir de la jeunesse et de sa formation au niveau supérieur : d’une part la mise en coïncidence des services d’accès à la documentation avec la disponibilité de celles et ceux qui en ont besoin ; d’autre part, l’amélioration de la condition des étudiants et, par là même un accroissement des chances de succès dans leurs études et un atout supplémentaire pour leur entrée dans la vie active. Tout à la fois acteurs et bénéficiaires de l’extension de l’ouverture des bibliothèques, les étudiants, tout en travaillant à leur propre réussite, constituent à coup sûr, un des éléments clés de la nécessaire amélioration de l’accueil des services chargés de la lecture publique et de la documentation universitaire.

Notes

98 Toutes les statistiques concernant la condition et le comportement des étudiants à l’université sont extraites du dernier rapport de l’« enquête sur les conditions de vie des étudiants » réalisée en 2006 par l’Observatoire de la vie étudiante (OVE). Cette enquête se déroule tous les 3 ans.

99 Miquel André. Les bibliothèques universitaires : rapport au ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports. Paris, La Documentation française, 1989.

100 Les statistiques d’activité des bibliothèques municipales sont extraites des relevés de statistiques de la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la communication pour l’année 2005. Celles des bibliothèques des universités sont extraites de l’Application statistique interactive des bibliothèques universitaires (ASIBU) pour la même année.

101 Op. cit.

102 Décret n° 2007-1915 du 26 décembre 2007 pris en application du code de l’éducation et fixant les conditions de recrutement et d’emploi des étudiants au sein des établissements publics d’enseignement supérieur.

103 Le taux de rémunération horaire du SMIC s’élève actuellement à 8,63 €, c’est-à-dire à 12,50 € charges sociales comprises. Quant à la rémunération horaire d’un agent de sécurité qualifié ERP, elle s’élève à environ 22 €/heure TTC (chiffre communiqué par l’université de Reims Champagne-Ardenne).

104 Décret n° 2007-1430 du 4 octobre 2007 portant application aux agents publics de l’article 1er de la loi n° 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat.

© Presses de l’enssib, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access