Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie II : Politique documentaire

2. La politique documentaire en Allemagne : au plus près des besoins des étudiants

Adeline Rege

Texte intégral

1La nécessité de conceptualiser et de rationaliser la politique documentaire ne fut pas une priorité dans les bibliothèques universitaires allemandes jusqu’aux années quatre-vingt-dix. Les réflexions théoriques et les outils tels que le Conspectus* ou les plans de développement des collections n’ont, jusqu’à une époque récente, rencontré qu’un intérêt limité et sceptique. À quelques exceptions près, la formalisation des politiques documentaires ou d’acquisitions date surtout de la fin des années quatre-vingt-dix, au moment où les bibliothèques universitaires firent face à l’explosion des coûts et à la stagnation des budgets.

PANORAMA DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES72 EN ALLEMAGNE

L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

  • 73 En allemand : Hochschulrahmengesetz.
  • 74 La loi sur l’enseignement supérieur de la région de Basse-Saxe de 2002 permet aux universités de de (...)

2L’enseignement supérieur relève de la compétence des régions et non de l’État fédéral. Une loi fédérale73 fournit des lignes directrices que chaque région peut intégrer de manière différente à sa propre loi sur l’enseignement supérieur. Les universités sont financées par les régions, même si elles ont le statut de fondation, comme l’université de Göttingen74.

ENCADRÉ 1. L’UNIVERSITÉ GEORG-AUGUST DE GÖTTINGEN
Fondation de droit public depuis le 1er janvier 2003, elle est autonome juridiquement et dans son administration. Elle passe un contrat d’objectifs avec la région et obtient un budget global qu’elle répartit elle-même. Elle dispose d’une autonomie totale dans tous les domaines : contenu des enseignements, recherche, gestion financière, coopérations, projets, recrutement de l’intégralité du personnel (y compris les bibliothécaires). Son statut lui permet de lever des fonds et de trouver des financements complémentaires, par exemple auprès d’entreprises ou d’anciens étudiants.
Elle fonctionne, selon les domaines, avec un système à deux niveaux (théologie, sciences humaines en général) ou à un niveau (médecine, physique…). Élue bibliothèque de l’année en 2002, elle occupe la tête du classement des BU allemandes depuis quatre ans. Elle possède un fonds de près de 6 millions de volumes et compte près de 300 collaborateurs.

  • 75 En allemand : Fachhochschulen.

3On distingue deux types d’établissements : les 160 universités de recherche, et les 170 universités de sciences appliquées75 qui dispensent des formations professionalisantes. En 2007-2008, l’Allemagne comptait 1 932 355 étudiants.

  • 76 En allemand : Wissenschaftsrat.

4Les universités étant au cœur du dispositif de recherche, deux institutions nationales jouent un rôle de premier plan. La Fondation allemande pour la recherche (DFG) est un organisme public indépendant dont le rôle est le soutien de la recherche. Le Conseil scientifique76 émet des recommandations pour encourager la recherche, la science et l’éducation.

  • 77 En allemand : Hochschul-informations-System* (HIS).
  • 78 En allemand : Exzellenzinitiative.

5L’université allemande vit de grands bouleversements avec l’adoption, controversée, du processus de Bologne et la fin de la quasi-gratuité des études. Il est reproché aux cursus Licence et Master de placer les étudiants sous une pression intenable qui entraînerait un taux d’abandon élevé. Une étude réalisée par le Système d’information de l’enseignement supérieur77 publiée en février 2008 et portant sur les diplômés 2006 montre que le taux d’abandon en licence est de 25 % alors qu’il est de 20 % dans les autres cursus. Dans les universités de sciences appliquées, le taux d’abandon est de 39 % en licence contre 22 % dans les autres filières. Les nouveaux cursus se caractérisent par une hausse du nombre d’heures de cours et des examens réguliers, ce qui était quasiment inconnu jusque-là en Allemagne. Depuis 2007, des frais de scolarité ont été introduits dans plusieurs régions de l’Ouest. S’élevant parfois à 500 € par semestre et par étudiant, ils constituent une manne financière qui doit revenir à l’université et servir à l’amélioration des conditions d’études. Sur le plan de la recherche, les universités allemandes cherchent à améliorer leurs performances au niveau international et à attirer chercheurs et étudiants étrangers. L’État fédéral, le Conseil scientifique, les régions et la DFG ont lancé en 2005 « l’Initiative pour l’excellence78 ». Des subventions supplémentaires sont octroyées aux projets présentés par les universités.

MISSIONS ET ORGANISATION INTERNE

  • 79 En moyenne, 29 % des usagers d’une BU n’appartiennent pas à l’université.
  • 80 En allemand : Sammlung deutscher Drucke.
  • 81 Le nombre d’heures d’ouverture moyen est de 68 heures hebdomadaires contre 57 heures pour les BU fr (...)

6Le fédéralisme a favorisé l’émergence de grandes bibliothèques réparties sur le territoire et la plupart d’entre elles ont des missions élargies. Par tradition, elles sont ouvertes gratuitement au grand public79. Plusieurs bibliothèques universitaires sont également bibliothèques régionales ou municipales. D’autres ont des missions nationales puisque l’Allemagne n’a pas de bibliothèque semblable à la BnF ; les bibliothèques universitaires de Göttingen et de Francfort participent ainsi au dispositif d’acquisitions rétrospectives d’imprimés allemands80. Les horaires d’ouverture sont très larges et certaines bibliothèques sont ouvertes 24h/24 (Constance, Karlsruhe) ou quasiment (Bielefeld, Göttingen)81. Les règlements de prêts sont généreux ; à Göttingen le lecteur peut emprunter autant de documents qu’il le souhaite.

DES COLLECTIONS IMPORTANTES

7Les bibliothèques universitaires jouent un rôle majeur dans la conservation du patrimoine, en raison de l’importance de leurs collections. Beaucoup n’ont pas connu d’interruption dans leurs acquisitions depuis leur fondation (Heidelberg ou Leipzig au Moyen Âge, Göttingen au XVIIIe siècle, etc.). Les bibliothèques créées après 1945 comme Bielefeld ont bénéficié de programmes de soutien à la reconstruction et ont pu constituer des collections importantes. Les établissements de l’ancienne RDA, qui pendant la période communiste n’avaient qu’un accès limité à la documentation publiée à l’Ouest, ont profité après la réunification de moyens supplémentaires afin de combler leurs lacunes. En moyenne, une bibliothèque universitaire possède près de 2 millions de volumes.

DE LA POLITIQUE DOCUMENTAIRE À LA REDÉFINITION DES MISSIONS DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES : UN HISTORIQUE DE LA RÉFLEXION

UN INTÉRÊT TARDIF

  • 82 En allemand : Fachreferente.

8La gestion des collections est la mission traditionnelle des conservateurs82. Ils sont spécialistes d’un domaine documentaire dans lequel ils ont obtenu un diplôme universitaire, souvent le doctorat. Après l’université, les aspirants conservateurs reçoivent une formation bibliothéconomique théorique et pratique de deux ans dans un des centres spécialisés du pays.

9Jusque dans les années quatre-vingt-dix, les plans de développement des collections écrits et formalisés étaient l’exception. Les outils américains comme le Conspectus ou l’Approval plan* passèrent quasiment inaperçus en Allemagne. Les bibliothécaires allemands semblent avoir jugé que l’utilité quotidienne de ces méthodes était trop faible au regard de la masse de travail qu’elles demandaient. À cet égard, le travail mené en 1982, en Bavière, fut considéré comme pionnier ; la bibliothèque d’État fut une des premières à mener une réflexion sur le sujet.

  • 83 Université Ludgwig-Maximilian et université technique de Munich, universités de Nuremberg/Erlangen, (...)
  • 84 En allemand : Bayerische Staatsbibliothek (BSB).

10Un groupe de travail mit au point un modèle budgétaire regroupant les demandes des bibliothèques scientifiques de la région83. Pour la première fois, les besoins étaient liés aux spécificités de chaque université en matière d’enseignement et de recherche. Ce modèle, remanié en 2001, fait de la coopération interétablissements le corollaire de la politique documentaire. Afin de faire face à la hausse des coûts, le projet propose un changement de paradigme en passant d’une logique de possession à une logique d’accès. Développer les services de fourniture de documents et de Prêt entre bibliothèques (PEB) informatisé permet de limiter le nombre de titres et d’exemplaires acquis localement. La bibliothèque d’État84 sert de bibliothèque de dernier recours. Le niveau d’acquisition dans un domaine est fixé par différents critères tels que le nombre de postes de professeurs et d’étudiants, le type de diplômes proposés ou la réputation de l’université dans le domaine.

LA DIFFUSION DE LA RÉFLEXION DEPUIS LES ANNÉES QUATRE-VINGT-DIX

  • 85 Malgré tout, les budgets d’acquisitions demeurent souvent sans aucune mesure avec ceux des BU franç (...)

11Le modèle bavarois fut adopté par d’autres régions, comme la Basse-Saxe (en 1992) qui ajouta comme critère l’exercice de missions suprarégionales. Il servit aussi de base au groupe de travail entre l’État fédéral et les régions lors de la réunification. L’intérêt croissant pour la rationalisation de la politique documentaire s’explique par une conjonction de facteurs. Les bibliothèques universitaires ont vu leur pouvoir d’achat baisser car l’Allemagne connaissait des difficultés économiques et devait investir massivement pour reconstruire le système d’enseignement supérieur dans l’ex-RDA. Alors qu’une bibliothèque moyenne achetait dans les années quatre-vingt-dix 54 000 monographies et 12 000 périodiques par an, ce chiffre n’était plus que de 32 000 monographies et 6 000 périodiques85 en 2001. L’autre facteur déterminant étant le défléchage des crédits, la bibliothèque doit désormais défendre ses prétentions budgétaires au sein de l’université car la plupart des régions accordent un budget global.

  • 86 Kommission des deutschen Bibliotheksinstituts für erwerbung und Bestandsentwicklung, Erwerbungsprof (...)

12En 1994, une enquête du groupe d’experts sur les acquisitions de l’Institut allemand des bibliothèques révéla que les procédures écrites étaient encore rarissimes. Ce groupe présenta des outils inspirés du Conspectus lors du Congrès des bibliothèques de 1996 et travailla en 1998 avec des conservateurs sur les profils documentaires de seize domaines86. Il encouragea ainsi la rédaction de plans de développement des collections. Le type de documents à acquérir, la langue ou le pays de parution furent pris en compte, de même que l’existence de coopérations au niveau local ou régional. Les niveaux d’acquisitions (de 0 à 5) étaient ceux du Conspectus.

LES DÉBATS ACTUELS : VERS UNE REDÉFINITION DES MISSIONS DES BU ?

13En 2005, le Système d’information de l’enseignement supérieur constata dans ses « Recommandations sur la planification des ressources » que toutes les bibliothèques universitaires n’avaient pas les moyens de faire face à l’actuelle diversification des besoins documentaires. Il recommanda la réorganisation du paysage bibliothéconomique en redéfinissant les missions des bibliothèques selon la typologie suivante :

  • La bibliothèque universelle aurait une offre documentaire traditionnelle et électronique couvrant tous les domaines, des missions de conservation et des missions suprarégionales.

    • 87 En allemand : Gebrauchbibliothek.

    La bibliothèque « de premier niveau87 » fournirait à son université la documentation actualisée dont elle aurait besoin. elle offrirait des services d’information performants et n’aurait pas de mission de conservation. Ce modèle s’appliquerait à la plupart des bibliothèques universitaires.

  • La bibliothèque « numérique » posséderait essentiellement des ressources électroniques dont elle assurerait l’archivage pérenne. elle mettrait l’accent sur la formation des usagers.

  • La bibliothèque « virtuelle » n’aurait pas de collections propres mais donnerait accès aux fonds des autres établissements par le biais de licences communes et de portails. Une telle bibliothèque ne pourrait être qu’un des points d’un réseau.

14Chaque université est incitée à auditer sa bibliothèque et à entreprendre des chantiers de réorganisation afin de gagner en efficience et limiter les coûts organisationnels. La réflexion allemande se concentre donc sur la nécessité d’optimiser les moyens financiers. Elle insiste sur l’importance de la coopération entre établissements à l’échelle régionale ou nationale, en fonction des spécificités de chacun pour offrir une réponse adaptée aux besoins des publics, en fonction du niveau d’études.

APPORTER UNE RÉPONSE DIFFÉRENCIÉE AUX BESOINS DES ÉTUDIANTS

LA COLLECTION DE MANUELS DE MÜNSTER

  • 88 En allemand : Lehrbuchsammlung* (LBS).
  • 89 La Fondation Volkswagen contribua à leur création dans plusieurs bibliothèques.
  • 90 L’université de Münster en Rhénanie-du-Nord-Westphalie fut fondée en 1771. Elle fonctionne selon le (...)
  • 91 En allemand : Studiengebühren.

15Les collections de manuels88 se sont développées dans les années soixante-dix89. Toutes les bibliothèques universitaires allemandes offrent un tel service. Il se présente la plupart du temps comme une collection spécifique, regroupant dans un espace dédié des manuels et des ouvrages généraux de niveau licence, en exemplaires multiples et en libre accès. Le prêt est ouvert à tous et l’objectif est de permettre aux étudiants débutants, en général peu familiarisés avec la recherche documentaire, d’accéder très facilement à la documentation de base dont ils ont besoin. À Münster90, la LBS existe depuis les années cinquante avec un mode de fonctionnement unique en Allemagne. Alors que dans les autres bibliothèques, les acquisitions sont faites par les conservateurs de chaque domaine, à Münster, elles sont effectuées par un seul conservateur. La collection est spécialisée en droit, économie et sciences de l’éducation, les points d’excellence de l’université. La production de manuels dans ces disciplines étant très importante et les prix élevés, le service a été fortement développé afin de permettre aux étudiants, notamment aux boursiers, de ne pas avoir à investir dans l’achat des livres puisque la bibliothèque est entièrement gratuite. La politique documentaire n’est pas formalisée mais fonctionne selon des règles précises. Les acquisitions sont effectuées en utilisant les bibliographies semestrielles préparées par les enseignants, la bibliographie allemande et les statistiques hebdomadaires de la bibliothèque. Le conservateur y repère les titres les plus demandés en PEB, les plus réservés, les plus prêtés et, lorsque le niveau correspond à la LBS, il décide de l’achat. Cette pratique permet aux étudiants de disposer d’un fonds constamment réactualisé et disponible. Les ouvrages sont achetés uniquement en langue allemande. Le budget a quasiment doublé depuis 2007 grâce aux frais de scolarité91, le lecteur peut désormais emprunter jusqu’à 50 documents à la fois, au lieu de 20 auparavant. Le désherbage est effectué régulièrement en fonction des statistiques de prêt et de la parution des nouvelles éditions. Certains titres à l’intérêt documentaire avéré sont conservés en un exemplaire en magasin, les autres sont vendus aux étudiants. La LBS possède aussi une petite collection de littérature générale et d’évasion afin que les étudiants puissent se détendre après un semestre chargé. Ce service est appelé à se développer et la création des cursus licence devrait conduire à une diversification de l’offre de manuels.

ENCADRÉ 2. LA LBS DE MÜNSTER EN CHIFFRES (DONNÉES 2007)
Nombre de volumes 87 000
Dépenses d’acquisitions (reliure incluse) 392 000 €
dont :
▪ pour l’économie 107 000 €
▪ pour le droit 68 000 €
▪ pour les sciences dures 60 000 €
▪ pour les sciences de l’éducation 40 000 €
Nombre de volumes acquis 11 900
Nombre de volumes désherbés 7 200
Nombre de prêts totaux de la BU 877 000
Nombre de prêts effectués par la LBS 250 000

LA POLITIQUE DOCUMENTAIRE EN THÉOLOGIE À LA BIBLIOTHÈQUE DE L’UNIVERSITÉ DE GÖTTINGEN

  • 92 Cf. encadré 1.
  • 93 La religion figure au programme des écoles publiques allemandes.
  • 94 Cf. supra.

16La faculté de théologie de l’université de Göttingen92 est la seule de Basse-Saxe. Elle forme les pasteurs, les enseignants93 et couvre tous les domaines mais ses points forts sont l’étude de l’œuvre du théologien Karl Barth, la place du christianisme dans la société contemporaine et la théologie protestante. La faculté dispose de sa propre bibliothèque, indépendante de la bibliothèque universitaire. Le plan de développement des collections, du département de théologie de la bibliothèque universitaire, a été mis au point par le Dr Müller-Dreier, conservateur, et le groupe d’experts du HIS en 199894. Ce travail n’a pas été étendu aux autres domaines et à l’heure actuelle, seuls les Sondersammelgebiete* (SSG) de la bibliothèque universitaire disposent de plans de développement des collections écrits. Les missions des deux structures sont clairement définies, ainsi que leur politique documentaire. Le rôle de la bibliothèque est de répondre aux besoins des étudiants et d’offrir des collections correspondant aux sujets enseignés. La politique d’acquisition varie en fonction des programmes d’enseignement, des recrutements des professeurs et des domaines de recherche. Elle s’adresse en priorité aux étudiants en théologie, bien qu’elle soit ouverte à tous. C’est une bibliothèque de consultation sur place qui autorise le prêt pour une soirée ou un week-end.

17Les missions de la bibliothèque universitaire sont beaucoup plus larges puisqu’elle dessert l’ensemble de l’université, voire de la région et ses acquisitions sont indépendantes des cours dispensés. Elle propose des collections encyclopédiques, couvrant tous les domaines de la théologie, y compris ceux qui ne sont pas enseignés à Göttingen. Les achats de niveau 1 et 2 sont doublés avec la bibliothèque de la faculté. Pour des questions de coût et de place, elle gère l’ensemble des périodiques. Les deux bibliothèques utilisent le même système intégré de gestion de bibliothèque ce qui permet au conservateur de la bibliothèque universitaire de consulter les commandes de ses collègues de la faculté. Cette complémentarité permet d’éviter les lacunes et d’offrir des collections de niveau 3, voire de niveau 4, dans toutes les disciplines. Les étudiants de théologie bénéficient ainsi d’une documentation quasi exhaustive ciblée sur leurs thèmes d’études à la bibliothèque de la faculté, et de ressources encyclopédiques à la bibliothèque universitaire. Ils peuvent avoir recours, selon leurs besoins, à l’une ou à l’autre. Les autres étudiants en sciences humaines ou ceux qui se préparent à devenir enseignants dans le primaire, trouvent aussi, dans l’une ou l’autre, l’information nécessaire à leurs besoins ponctuels.

18Les difficultés financières ont entraîné un infléchissement de cette politique et une baisse des niveaux d’acquisitions. Le budget en théologie, qui était de 108 000 DM (soit environ 54 000 €) en 1997, est aujourd’hui de 53 000 € ; cette stagnation masque une perte de pouvoir d’achat due à la hausse des coûts. Les finances manquent désormais pour maintenir le niveau 4.

ENCADRÉ 3. NIVEAU D’ACQUISITIONS DE LA LBS DE MÜNSTER

Discipline

Niveau d’acquisitions

1998

2008

Théologie générale

Ouvrages généraux, manuels, encyclopédies, bibliographies

4

4

Dictionnaires

4

4

Mélanges, actes de colloques

3-4

3

Méthodologie, épistémologie

3-4

3

Didactique de la religion

4

4

Études bibliques

Manuels, encyclopédies, dictionnaires

4

4

Commentaires

3-4

3

Théologie biblique

4

4

Outils de travail, sciences auxiliaires

4

4

Mélanges, actes de colloque

3-4

3

Édition de textes

4

4

Archéologie biblique

4

4

Monographies

3-4

3

Histoire de l’Église

Manuels, encyclopédies, dictionnaires, bibliographies, atlas

4

4

Outils de travail

4

4

Éditions de sources

4

4

Mélanges, actes de colloques

3-4

3

Monographies

3-4

3

Théologie théorique

Manuels, encyclopédies, dictionnaires, bibliographies

4

4

Outils de travail

4

4

Mélanges, actes de colloque

3-4

3

Monographies

3-4

3

Théologie pratique

Dictionnaires, manuels, encyclopédies, biographies…

4

4

Outils de travail

4

4

Mélanges, actes de colloques

3-4

3

Monographies

3-4

3

Sciences religieuses

Manuels, encyclopédies, dictionnaires, bibliographies

4

4

Épistémologie, méthodologie, histoire de la discipline

4

4

Outils de travail

4

4

Mélanges, actes de colloque

3-4

3

Monographies

3-4

3

19Le contexte budgétaire et l’adoption de la Licence et du Master conduisent la bibliothèque universitaire et les bibliothèques de faculté à revoir leur mode de fonctionnement, la répartition de leurs missions et les modalités de leur coopération. Les étudiants de licence sont désormais soumis à des examens réguliers, ce qui était pratiquement inconnu en Allemagne auparavant, et le contenu des cursus a été bouleversé. De l’avis général, l’enseignement supérieur se rapproche désormais de celui dispensé au lycée, alors que le système universitaire allemand traditionnel laissait les étudiants très libres, y compris dans le choix de leurs sujets d’examens ! Le développement des cours de méthodologie en licence a eu des répercussions sur l’offre et conduit les bibliothèques à modifier leur politique documentaire. Les discussions ont commencé entre la bibliothèque universitaire et les bibliothèques des facultés pour les sciences dures ; elles devraient prochainement concerner les sciences humaines.

EN CONCLUSION

20La formalisation de la gestion des collections fait partie des préoccupations des bibliothèques universitaires allemandes depuis une quinzaine d’années seulement. L’originalité de la réflexion outre-Rhin réside dans l’importance attribuée à la coopération interétablissements, dans un pays où le fédéralisme et l’absence d’institution nationale tête de réseau ont conduit les bibliothèques à prendre en charge les projets coopératifs et à travailler ensemble. Par tradition, mais aussi grâce à des moyens conséquents, les bibliothèques allemandes font preuve d’une grande largesse à l’égard de leurs usagers. La création des collections de manuels dans les années soixante-dix témoigne de la précocité avec laquelle elles se sont préoccupées des besoins spécifiques des étudiants de premier cycle et de la nécessité de mettre à leur disposition une offre documentaire adaptée. L’exemple de la politique documentaire en théologie à Göttingen montre comment la complémentarité à l’échelle du campus est la condition d’une documentation efficace qui répond, de manière différenciée, à l’ensemble des demandes, tout en mettant l’accent sur les besoins prioritaires. Le processus de Bologne, qui met au cœur des cursus l’acquisition de compétences clefs, place la documentation de niveau licence au cœur des débats actuels concernant les moyens de favoriser la réussite des étudiants. Le développement des collections de manuels en Allemagne est l’une des premières applications concrètes.

Notes

72 Nous excluons de notre propos les bibliothèques des universités de sciences appliquées car leur situation est très différente de celle des bibliothèques d’universités scientifiques. Les périodiques y représentent l’essentiel de la documentation, les fonds sont nettement moins volumineux et la sélection intellectuelle des documents est souvent effectuée par les enseignants et non par les bibliothécaires.

73 En allemand : Hochschulrahmengesetz.

74 La loi sur l’enseignement supérieur de la région de Basse-Saxe de 2002 permet aux universités de devenir des fondations de droit public. Cf. encadré 1.

75 En allemand : Fachhochschulen.

76 En allemand : Wissenschaftsrat.

77 En allemand : Hochschul-informations-System* (HIS).

78 En allemand : Exzellenzinitiative.

79 En moyenne, 29 % des usagers d’une BU n’appartiennent pas à l’université.

80 En allemand : Sammlung deutscher Drucke.

81 Le nombre d’heures d’ouverture moyen est de 68 heures hebdomadaires contre 57 heures pour les BU françaises.

82 En allemand : Fachreferente.

83 Université Ludgwig-Maximilian et université technique de Munich, universités de Nuremberg/Erlangen, Würtzbourg, Ratisbonne, Bayreuth, Augsbourg, Passau et Bamberg.

84 En allemand : Bayerische Staatsbibliothek (BSB).

85 Malgré tout, les budgets d’acquisitions demeurent souvent sans aucune mesure avec ceux des BU françaises. L’ESGBU 2005 montre que la moyenne d’acquisitions est de 7 345 monographies par an et 1 849 périodiques.

86 Kommission des deutschen Bibliotheksinstituts für erwerbung und Bestandsentwicklung, Erwerbungsprofile in universitären Bibliotheken. Eine Auswahl, herausgegeben von der Expertengruppe Bestandsentwicklungs in wissenschaftlichen Bibliotheken II, Berlin, deutsches Bibliotheksinstitut, 1999.

87 En allemand : Gebrauchbibliothek.

88 En allemand : Lehrbuchsammlung* (LBS).

89 La Fondation Volkswagen contribua à leur création dans plusieurs bibliothèques.

90 L’université de Münster en Rhénanie-du-Nord-Westphalie fut fondée en 1771. Elle fonctionne selon le système à deux niveaux. La BU compte 2,4 millions de volumes dont plus de 500 000 en libre accès. Pour plus d’information : < http://www.ulb.uni-muenster.de/ >

91 En allemand : Studiengebühren.

92 Cf. encadré 1.

93 La religion figure au programme des écoles publiques allemandes.

94 Cf. supra.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search