Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie II : Politique documentaire

1. Vous trouverez des manuels à la BU

Lucile Pellerin de la Vergne

Texte intégral

  • 63 La rentrée universitaire 2007-2008, document du Ministère de l’enseignement supérieur et de la rech (...)
  • 64 Enquête auprès des usagers de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : pratiques, opinions et sat (...)
  • 65 « La BU, un outil important », Tout l’U : le journal de l’université de Franche-Comté, n° 132, déce (...)

1Les étudiants de licence sont-ils différents des autres utilisateurs de la bibliothèque universitaire ? Quelques observations nous les montrent nombreux mais faibles lecteurs. Ils représentent plus de la moitié des étudiants inscrits dans les universités françaises à la rentrée 200763. Nombreux sur les campus, ils sont nombreux dans les BU : l’enquête du CREDOC* sur les pratiques documentaires des usagers des bibliothèques de Paris 6 et Paris 7 fait apparaître que 75,8 % des étudiants interrogés sur le campus sont en licence, ils constituent 84 % de ceux interrogés en bibliothèque ; l’enquête de Paris 864 indique que 63 % des usagers de la BU sont des étudiants de premier cycle. Les nouveaux arrivants à l’université sont pourtant réputés peu sensibles à la lecture et semblent peu habitués à la fréquentation des bibliothèques en général ; une enquête qualitative menée à Besançon montre qu’ils « fréquentent la BU sans réellement l’utiliser65 », ils y viennent comme dans une salle de travail sans en utiliser les ressources documentaires. Faut-il pour autant leur donner une moindre importance dans les politiques documentaires ? Non, assurément. Les étudiants de licence ne sont pas forcément les « meilleurs lecteurs », ceux qui maîtrisent le mieux la recherche documentaire et la rédaction bibliographique, mais ils sont les plus nombreux et les plus en difficulté : la bibliothèque doit les inclure activement dans la définition de sa politique documentaire.

2Éléments d’une collection de premier cycle, choix politique, implications budgétaires, étapes et méthodes de mise en œuvre, voici quelques pistes et exemples rencontrés à Amiens, Lyon, Reims ou Toulon.

LES CONTOURS D’UNE COLLECTION DE PREMIER CYCLE

3Comment définir les contours d’une collection à destination des étudiants de premier cycle ? Pédagogie, enseignement, recherche, autant de termes familiers pour autant de catégories possibles. Cet effort de rationalisation est pourtant indispensable pour rédiger une politique documentaire qui tienne compte des niveaux des usagers. Aucune conclusion ici, mais des pistes de réflexion.

4Du point de vue thématique, la collection doit couvrir absolument tous les enseignements des parcours de Licence, et évoluer avec eux. Pour rédiger son plan de développement des collections*, le SCD de Lyon 1 a intégré dans sa méthode de travail une analyse des unités d’enseignement, en prenant en compte pour chaque module, ECTS et nombre d’inscrits. La collection doit aussi, dans la mesure du possible, être suffisante à l’échelle de la cité, ou complémentaire des autres sources documentaires locales. Garantir une certaine égalité de traitement aux nombreux étudiants de première année, c’est aussi prendre en compte leurs difficultés à se déplacer et à comprendre une carte documentaire nationale. Cerner l’offre de la BU et y trouver les documents immédiatement utiles pour travailler, voilà un programme suffisant pour les premières et deuxièmes années. L’argument économique n’est pas négligeable : quel pourcentage des étudiants a les moyens d’aller à quelques centaines de kilomètres compléter sa documentation, ou d’utiliser régulièrement les services de prêt entre bibliothèques ?

5Définir le niveau d’une collection de licence est une affaire complexe. Si l’on part du document, l’approche disciplinaire semble inévitable pour les monographies, tant les textes littéraires et de civilisation sont indépendants du niveau d’étude. En sciences, sciences économiques et de gestion, droit, médecine, les éditeurs identifient clairement leurs collections de manuels ; dans les disciplines littéraires, tout ce qui est texte est inclassable. Cette structuration de l’offre éditoriale se retrouve inévitablement dans les réflexions des bibliothécaires. Si l’on considère les lecteurs et leurs pratiques documentaires, on retrouve chaque année les effets d’emprunts massifs sur les manuels de premier cycle, une pression relativement importante et ponctuelle sur des thématiques au programme de cours ou de concours, et un panel de demandes spécialisées et ponctuelles, selon les sujets de mémoires et les thématiques de recherche.

  • 66 L’université du Sud Toulon-Var est pluridisciplinaire sans études médicales.

6Le SCD de l’université du Sud Toulon-Var66 propose deux classements en trois niveaux, l’un pour les sciences et sciences économiques (cf. encadré 1), l’autre pour les lettres, langues, sciences humaines. De fait, les niveaux sont les mêmes pour les deux ensembles disciplinaires :

  • un niveau 0 de vulgarisation par des ouvrages accessibles à tous ;

  • un niveau 1 de documentation plus spécialisée à caractère universitaire ;

  • un niveau 2 de documentation très spécialisée de niveau recherche.

7Le SCD de l’université de Reims Champagne-Ardenne distingue dans son plan de développement des collections deux niveaux, le niveau pédagogie (Licence) et le niveau recherche (Master, Doctorat, Recherche, cf. encadré 2). Ce classement pragmatique aboutit de fait à une répartition assez proche de celle du SCD de Toulon et permet de renseigner des indicateurs chiffrés pour l’ensemble des collections en libre accès du SCD.

8La caractérisation d’une partie de la collection d’une section comme étant celle « du niveau enseignement » peut aussi se baser sur les usages observés. Le SCD de l’université de Picardie Jules Verne a étudié pour le Droit les emprunts par niveau : domaine par domaine, les emprunts sont comptés selon le niveau et la discipline des emprunteurs, pour faire la part du « public naturel ». Cette méthode permet de distinguer quels segments de collections sont l’objet d’une pression particulièrement forte de la part des étudiants de premier cycle, et de cibler une politique d’exemplaires adaptée.

9Cette distinction de niveau se retrouve parfois dans la géographie des bibliothèques. Faut-il repérer les manuels dans leurs cotes ? Une tentative faite en section Droit-Lettres de Reims s’est avérée plutôt inefficace : les cotes se trouvaient compliquées par un « 7 » suscrit, censé marquer les manuels, et désormais supprimé. En section Sciences, la recotation en cours ne sonne pas le glas de la distinction des collections par niveau : pour les Mathématiques par exemple, les manuels sont en salle 1, les ouvrages de recherche en salle 2.

10Enfin, les ouvrages et particulièrement les manuels sont le cœur d’une collection de premier cycle et le sujet principal ici, peut-être parce qu’ils se prêtent bien à la recherche par butinage en rayon, méthode la plus immédiate pour qui découvre une bibliothèque. Les périodiques et ressources électroniques ne sont toutefois pas à exclure : les périodiques spécialisés de langue française peuvent être tout à fait accessibles à des étudiants de licence ; des encyclopédies en ligne comme Les Techniques de l’ingénieur sont plus maniables que leurs versions imprimées ; certaines bases de données francophones de dépouillement sont des passerelles efficaces vers une documentation fragmentée, comme l’est la jurisprudence ; les ouvrages électroniques, désormais proposés dans nombre de SCD, restent encore un terrain à explorer. Ces documents peuvent être intégrés dans des calculs de dépense de niveau licence.

FORMALISER ET BUDGÉTISER

11Une fois déterminés les contours d’une collection premier cycle, comment la traiter ? Avant tout, formaliser cette politique dans la charte documentaire* : sans doute, écrire que « le service commun de documentation a vocation à servir les besoins documentaires des étudiants de l’université » n’exclut en rien les étudiants de premier cycle, mais des termes plus précis serviront d’appui dans des débats consacrés au budget : « le service commun de documentation s’inscrit dans la politique d’aide à la réussite des étudiants, notamment des étudiants inscrits en licence, par la constitution d’une collection suffisante et régulièrement renouvelée de manuels universitaires ».

12L’université de Picardie Jules Verne écrit dans sa charte que « faire de la BU un véritable outil d’aide à la réussite au service de tous les étudiants est un enjeu majeur dans le contexte de l’UPJV », et qu’« un effort particulier doit être fait sur les collections de niveau licence67 ».

13L’engagement doit être traduit en termes budgétaires. Les évolutions récentes des coûts de la documentation universitaire et de recherche sont bien connues des bibliothécaires : augmentation des abonnements des périodiques imprimés, développement considérable et hausse permanente de la documentation électronique. Le budget consacré aux monographies est souvent une variable d’ajustement : parce que le coût unitaire en est bien moindre, parce que les dépenses sont ajustables à quelques euros près, parce que la gestion se fait à l’échelle des semaines. Gérer des abonnements suppose de prévoir sur plusieurs années des masses financières augmentant sans cesse, acquérir des ouvrages est une activité quotidienne. Défendre un budget pour les monographies destinées aux étudiants de licence revient, dans un contexte de hausse des coûts et de stabilité budgétaire, à accepter de procéder à des désabonnements de périodiques, ou à acquérir moins de monographies de niveau recherche : décision toujours difficile à prendre, mais qui peut être compensée par un recours au prêt entre bibliothèques. Ces choix budgétaires peuvent être d’autant plus difficiles à faire et à faire accepter qu’ils concernent souvent des documents rapidement obsolètes : manuels de droit ; codes juridiques ; ouvrages consacrés aux programmes des concours. Garder vivante la collection suppose de la mettre à jour régulièrement, et de recommencer sans cesse les efforts budgétaires consentis.

14Quelle part du budget alors y consacrer ? À l’heure des objectifs chiffrés, des indicateurs de suivi, des taux de réalisation, donner des chiffres engage un SCD. C’est aussi un moyen de clarifier ses pratiques d’acquisition et d’argumenter des demandes budgétaires, par exemple en direction de collectivités territoriales.

ENCADRÉ 1. QUELQUES OUTILS BUDGÉTAIRES
▪ Dès la préparation du budget documentaire de l’année à venir, distinguer des budgets par discipline mais aussi par niveau : la répartition budgétaire ainsi obtenue, qui peut être enregistrée dans certains SIGB, permet de garder le cap tout au long de l’année ;
▪ Se donner des limites basses : par exemple, dépenser au moins 15 € en manuels par étudiant de licence inscrit, ou dépenser au moins 50 % du budget monographies sur des acquisitions de manuels ; à l’inverse, se donner des limites hautes : ne pas dépenser plus de 150 € par an et par étudiant dans les disciplines en recul ;
▪ Décider d’un pourcentage plancher réservé aux monographies : au moins tel pourcentage du budget documentaire total.
Les chiffres relatifs aux usages permettent de pondérer les répartitions budgétaires et d’évoluer pour certains segments d’une politique de l’offre vers une politique de la demande :
▪ Pondérer grâce aux chiffres sur la rotation des collections : pour telle discipline dont le taux de rotation* annuel dépasse telle valeur, accroître le budget ;
▪ Ces différents chiffres sont des outils à la fois de travail et de communication : l’encadré 5 présente des extraits de PDC ou projets de contrat quadriennal.

15À chaque bibliothèque, en fonction du public desservi, de choisir ses méthodes de calcul : il s’agit de chiffrer l’effort à faire pour les étudiants les moins avancés, pour argumenter sur cette politique et, après l’avoir appliquée, d’en évaluer les effets.

16La mise en œuvre d’une politique d’acquisition volontariste se joue au quotidien, dans les bureaux des acquéreurs. Les choix politiques seront d’autant plus présents à leur esprit qu’ils sont traduits en règles précises et laisseront moins de place à l’intuition. Les plans de développement des collections et autres documents de travail donnent le cadre des acquisitions.

LE CADRE DES ACQUISITIONS

Action 1 : mettre en œuvre une politique de titres et/ou de collections, pour que les titres proposés soient les plus pertinents possibles

17Il s’agit là classiquement d’acquérir impérativement les ouvrages présents sur les bibliographies des enseignants, de privilégier des collections choisies par ces enseignants. Cette politique de l’offre est connue des acquéreurs, qui se heurtent sans cesse à d’une difficulté récurrente : obtenir des enseignants leurs bibliographies.

18Cette réflexion sur le choix des titres à sélectionner ou à exclure peut intégrer une dimension pragmatique : le bibliothécaire se doit de sélectionner des manuels de bon niveau, certes un peu difficiles à lire, mais susceptibles de faire progresser les étudiants ; il peut aussi proposer un fonds de loisirs, ou de découverte : une BU Sciences qui propose le journal L’Équipe ou un fonds de DVD documentaires est-elle hors sujet ?

Action 2 : mettre en place une politique de manuels, pour que les étudiants trouvent sur les rayons de la BU des ouvrages en quantité suffisante

19Pour remplir cet objectif, il convient de fixer en amont des volumes d’exemplaires à acquérir, discipline par discipline, en prenant en compte le public potentiel et l’usage fait des collections.

20Cette multiplication coûteuse doit être envisagée titre à titre, et sur plusieurs années : pour atteindre 40 exemplaires empruntables en droit public, acquérir tous les ans 10 exemplaires de tel manuel, et laisser 4 années en libre accès. Cette règle doit être adaptée en fonction de la régularité et de l’importance des rééditions : à l’acquéreur de distinguer les évolutions importantes de la discipline du dynamisme marketing de l’éditeur. Par exemple, déterminer quelles collections ou quels titres remportent le plus de succès, pour mettre en place des rachats d’exemplaires supplémentaires (cf. encadré 4).

  • 68 < http://bu.univ-tln.fr/toulon_new/pages/infos/projet-quadriennal%202008-11.htm > (consulté le 31 mars 2009).

21Le taux de rotation annuel est un indicateur de suivi pertinent. Le SCD de Toulon comme celui de Reims ont défini comme satisfaisant un taux de rotation annuel des manuels ayant pour valeur 1. En deçà, les collections sont suffisantes ; au-delà, elles sont insuffisantes : « Les manuels (qui constituent l’essentiel des collections de niveau 1) sont généralement empruntés en masse par les étudiants à l’approche des examens. Cet usage ponctuel mais intense des collections nous conduit à définir un ratio nécessairement inférieur à 1 car, dans ce cas, tous les exemplaires pourraient être empruntés au moment de leur usage préférentiel, induisant de fait une pénurie68 ». Des objectifs volumétriques d’acquisition peuvent être fixés, en étudiant discipline par discipline la collection, le nombre des lecteurs potentiels, leur usage de la collection : l’encadré 5 en donne un exemple.

22Le calcul du pourcentage des ouvrages jamais sortis, ou plus précisément encore du taux des ouvrages acquis l’année en cours (ou précédente) et jamais sortis permet d’analyser l’adéquation des acquisitions aux emprunts. Une telle politique, pour simple qu’elle soit à écrire, est souvent difficile à mettre en œuvre : gérer des masses de manuels n’est pas toujours perçu comme un cœur de métier par les acquéreurs et, quand tout achat est l’exclusion d’un autre, acheter vingt fois le même ouvrage, c’est se priver de 19 autres titres. Acquérir suffisamment de manuels pour une cohorte de plusieurs centaines d’étudiants est aussi impossible : à quoi bon alors dépenser tant d’argent pour de toute façon ne pas vraiment réussir à satisfaire la demande ? Le calibrage budgétaire initial est une étape souvent indispensable pour tenir dans la durée.

Action 3 : mettre à jour la collection, pour que les étudiants trouvent toujours des ouvrages récents

  • 69 Méthode de désherbage des collections par classe Dewey, proposée sous le nom de IOUPI, publiée par (...)

23Dans la bien connue méthode IOUPI69 de désherbage des collections, deux critères s’appliquent régulièrement aux ouvrages de type manuels de premier cycle : usé et périmé. Il s’agit de trouver un équilibre entre nombre d’exemplaires en rayons et date de publication de l’édition la plus ancienne en libre accès : pour chaque discipline, chaque type de documents, évaluer l’ancienneté maximale pour les ouvrages en rayon, et calculer ensuite le nombre d’exemplaires à acquérir annuellement pour offrir une collection suffisante ; écrire les procédures de désherbage et, année après année, s’y tenir !

24La mise à jour des collections est aussi un exercice annuel. À la rentrée universitaire, tout se bouscule : les nouveautés des éditeurs abondent, les étudiants arrivent. Améliorer la disponibilité des manuels récents passe par des commandes anticipées.

Action 4 : intégrer les pratiques des étudiants

25La sélection des documents à commander n’est qu’une phase, même si elle est essentielle, du processus.

26La facilité d’usage des services doit être priviligiée et calibrée pour des usagers débutants. Envisager un catalogue informatique simple (barre de recherche unique, affichage simultané de la notice du document et de la localisation des exemplaires) et unique, la possibilité d’emprunter une dizaine de livres, le renouvellement en ligne ou par téléphone, la réservation des exemplaires déjà empruntés, l’envoi des lettres de rappel par mél ou SMS.

  • 70 Pour reprendre l’expression du groupe de recherche de l’université de Londres CIBER. [En ligne] ht (...)
  • 71 Voir notamment Bennett Linda, Landoni Monica. « E-books in Academic Library ». The Electronic Libra (...)

27Si intégrer Internet comme support de services est déjà en œuvre dans les BU françaises, en faire un support de documentation pour les étudiants de licence est encore un champ à labourer. Les étudiants de la Google Génération70 ont une pratique intense de la navigation sur Internet, mais aussi une représentation pauvre de la recherche documentaire structurée et des ressources de la bibliothèque. Le développement de l’offre en ouvrages électroniques est en cours dans de nombreux SCD français : l’exemple anglo-saxon71 nous montre que la mise en place d’une offre doit s’accompagner de mesures de communication et de formation. L’intégration des ouvrages électroniques dans la politique documentaire de niveau licence n’est pas vraiment abordée ici, car le sujet est bien trop vaste : les bibliothécaires ne doivent peut-être pas perdre de vue que l’attrait de la nouveauté ne suffit pas, et qu’il faut les intégrer aux outils de signalement et de politique documentaire, pour une utilisation réelle par les publics.

EN CONCLUSION

28Proposer une documentation spécifique, en quantité la plus adaptée possible, c’est certes faire des concessions budgétaires importantes, c’est aussi accepter de traiter des « masses » de documents, c’est placer certaines tâches sous le signe de la contrainte et de la répétition. Mais c’est aussi positionner la BU en partenaire des premiers cycles, chiffrer selon des objectifs politiques, systématiser des pratiques d’acquisitions souvent existantes et intuitives.

29Toutes les idées et réalisations de quelques bibliothèques universitaires françaises listées ici ne sont certainement pas une condition suffisante pour améliorer la réussite des étudiants de premier cycle. Mais les bibliothécaires y verront volontiers une condition nécessaire.

ENCADRÉ 2. NIVEAUX DE SPÉCIALISATION DES DOCUMENTS, UNIVERSITÉ DU SUD TOULON-VAR (EXTRAITS)

Sciences et sciences économiques

Niveau 0 : vulgarisation scientifique à destination d’un public adulte
▪ Définition : documents généralistes destinés à un public non universitaire motivé ou universitaire non spécialiste du domaine. Utiles aux étudiants désireux d’élargir leur questionnement ou de s’initier à des domaines connexes à leur champ d’étude principal.
▪ Exemples : dictionnaires, encyclopédies, collection Que sais-je ?, monographies ne nécessitant pas de connaissance préalable du sujet traité, périodiques de vulgarisation scientifique.

Niveau 1 : documentation de niveau universitaire à visée d’apprentissage sous-niveau 1er cycle (Licence)
▪ Définition : documents destinés à un public étudiant suivant un cursus de licence, générale ou professionnelle, ainsi qu’aux enseignants intervenant dans ce cursus. Documents utiles à la préparation aux concours du CAPES. Utiles également aux professionnels désireux de réviser certains aspects fondamentaux de leur domaine.
▪ Exemples : dictionnaires spécialisés, manuels correspondant au programme de licence (cours et exercices corrigés, comptes rendus d’expériences, préparation des travaux dirigés et pratiques), ouvrages de préparation aux concours du CAPES (sujets corrigés, exercices préparatoires, préparation aux épreuves orales), annales d’examens.

Niveau 1 : documentation de niveau universitaire à visée d’apprentissage sous-niveau 2e cycle (Master)
▪ Définition : documents destinés à un public étudiant suivant un cursus de Master, professionnel ou de recherche, ainsi qu’aux enseignants intervenant dans ce cursus. Documents utiles à la préparation aux concours de l’agrégation. Utiles également aux professionnels désireux de réviser certains aspects spécialisés de leur domaine.
▪ Exemples : manuels correspondant au programme de Master (cours et exercices corrigés, comptes rendus d’expériences, préparation des travaux dirigés et pratiques, accompagnement du stage et préparation du mémoire), ouvrages de préparation aux concours de l’agrégation (sujets corrigés, exercices préparatoires, préparation aux épreuves orales), annales d’examens, mémoires de Master des années antérieures, périodiques scientifiques.

Niveau 2 : documentation spécialisée de niveau recherche
▪ Définition : documents destinés à un public d’étudiants avancés préparant un Doctorat, ainsi qu’aux enseignants-chercheurs du domaine. Utiles également aux professionnels désireux de s’informer sur les aspects les plus pointus de leur domaine.
▪ Exemples : monographies publiées suite à des travaux de recherche, thèses de doctorat, habilitations à diriger des recherches, périodiques scientifiques spécialisés.

ENCADRÉ 3. CRITÈRES DE RÉPARTITION DES DOCUMENTS/NIVEAU

Types de documents

Licence

Master-Doctorat-Recherche

Ouvrages

Acquisitions de l’année en cours : ajout d’une catégorie statistique 1er cycle au moment de la sélection
Ouvrages en libre accès : sont considérés comme manuels les ouvrages possédés en plusieurs exemplaires

Acquisitions de l’année en cours : ajout d’une catégorie statistique 2e/3e cycle au moment de la sélection

Périodiques

Périodiques français, presse générale y compris étrangère

Périodiques spécialisés français et étrangers

Ressources électroniques

Répartition titre à titre

Documents audiovisuels

Tous documents de fiction Documentaires, selon niveau

Documentaires, selon niveau

ENCADRÉ 4. PROGRAMME ANNUEL D’ACQUISITION DE CODES JURIDIQUES (EXTRAITS)

Titres et éditeurs

Nb d'ex/an en 2005

Proposition pour 2007

Coût suppl.

Code administratif

8

16

416

Code civil

15

30

450

Code constitutionnel

2

4

80

Code de commerce

6

12

354

Code général des collectivités territoriales

5

5

0

Code général des impôts

4

4

0

Code pénal

10

20

490

Code rural : code forestier

4

4

0

[…]

[…]

[…]

[…]

Totaux

121

190

3 096

ENCADRÉ 5. OBJECTIFS CHIFFRÉS (URCA)

30Indicateurs et objectifs niveau licence du PDC : exemple des manuels de sciences spécifiques aux PCEM 1

2005

2007

Objectifs 2009

Exemplaires de manuels par étudiant L

1,9

1,6

Part des dépenses en doc. L

88 %

95 %

€ dépensés par étudiant

0,9

1,8

€ dépensés en doc. L par étudiant L

2,3

4

5

Taux de rotation

1,583

2,43

< 2

ENCADRÉ 6. PRÉVISION D’ACCROISSEMENT EN SCIENCES À L’HORIZON 2010 (SCD LYON 1)

ENCADRÉ 6. PRÉVISION D’ACCROISSEMENT EN SCIENCES À L’HORIZON 2010 (SCD LYON 1)

ENCADRÉ 7. PROGRAMME ANNUEL D’ACQUISITION DE CODES JURIDIQUES, SCD DE L’UPJV (EXTRAITS)

Domaine

Rotation fonds actif

Taux d'usage

Taux de vol. récents

Ratio vol./titre (coll.)

Ratio vol./titre (achats 2006)

Nb de vol. à acquérir

Achats enseignement

Dépense 2006 (€)

350. Administration publique

3,1

36,3 %

20,3 %

2

2

4

6

150

341.24 Droit européen

3

34,4 %

51,1 %

2,2

3,8

89

75

2 026

346.07 Droit commercial et des affaires

2,9

30 %

47,7 %

2,5

2,8

306

93

2 709

346.04 Droit des biens

2,5

24,4 %

61,8 %

1,9

2,3

191

34

806

346.05 Droit notarial

2,4

32,3 %

74,2 %

1,2

0

10

0

-

351.3 Concours administratifs

2,2

44,8 %

40,2 %

1,9

1,8

78

48

919

Géopolitique 320.9

2,1

19,4 %

25,1 %

1,3

1,2

1 156

78

1 563

344.04 Droit de la santé

1,9

30 %

49 %

1,3

1,3

125

5

134

340 Droit (généralités)

1,8

40 %

34 %

2,1

2,5

633

80

1 780

355 Défense et science militaire

1,1

12,4 %

14 %

1,2

0

106

0

-

320 Sciences politiques

1

22 %

10,8 %

1,3

1,3

2 201

68

1 078

Administration locale 352

0,8

28,2 %

25,7 %

1,4

1,3

265

5

149

344.05 Droit de la sécu rité

0

0 %

40 %

1,3

0

5

0

-

Totaux

3,4

27,9 %

41,1 %

2

2,7

4 443

1 756

47 660

Notes

63 La rentrée universitaire 2007-2008, document du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. [En ligne] < http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/IMG/pdf/chiffres-clefs-rentree-2007.pdf > (consulté le 5 juin 2008).

64 Enquête auprès des usagers de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : pratiques, opinions et satisfactions, mars 2007.
[En ligne] < http://www.bu.univ-paris8.fr/web/bibliotheque/enqueteUsagersBilanMars2007.pdf > (consulté le 5 juin 2008).

65 « La BU, un outil important », Tout l’U : le journal de l’université de Franche-Comté, n° 132, décembre 2006.
[En ligne] < http://www.univ-fcomte.fr/toutlu/index.php?act=detail&an=0&art=847&mois=5 > (consulté le 5 juin 2008).

66 L’université du Sud Toulon-Var est pluridisciplinaire sans études médicales.

67 Charte documentaire du SCD de l’UPJV. [En ligne] < http://www.bu.u-picardie.fr/ >, rubrique Charte Doc. (Consulté le 29 mai 2008).

68 < http://bu.univ-tln.fr/toulon_new/pages/infos/projet-quadriennal%202008-11.htm > (consulté le 31 mars 2009).

69 Méthode de désherbage des collections par classe Dewey, proposée sous le nom de IOUPI, publiée par la Bibliothèque publique d'information en 1986.

70 Pour reprendre l’expression du groupe de recherche de l’université de Londres CIBER. [En ligne] < http://www.ucl.ac.uk/slais/research/ciber/ > (consulté le 8 juin 2008).

71 Voir notamment Bennett Linda, Landoni Monica. « E-books in Academic Library ». The Electronic Library. 2005, vol. 23, n° 1, pp. 9-16.

Table des illustrations

Titre ENCADRÉ 6. PRÉVISION D’ACCROISSEMENT EN SCIENCES À L’HORIZON 2010 (SCD LYON 1)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search