Version classiqueVersion mobile

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Mémento

Georges Perrin

Texte intégral

Une très grande variété de pratiques : des pistes pour réussir

1Comme le montrent assez bien les témoignages présentés dans les contributions précédentes, il n’y a ni recette ni pratique unique pour prévoir ou élargir les horaires d’ouverture d’une bibliothèque ou d’un réseau. Tout est tributaire du contexte local : les rythmes de vie des populations, l’environnement urbain et la localisation des espaces de bibliothèque, la dimension même de la bibliothèque, l’existence ou non d’un réseau, la politique culturelle développée par la municipalité et le degré de priorité qu’elle y accorde, l’organisation et les pratiques administratives, notamment la politique de gestion des personnels de la collectivité, sans compter le facteur non négligeable du niveau de conviction des personnes ayant initié le projet et/ou ayant la charge de le mettre en œuvre. Bref, de nombreux facteurs s’entremêlent, et les conditions de la réussite consistent à mettre en phase, dans toute la mesure du possible, cette diversité, à réduire les éventuelles contradictions si minimes soient-elles et à atteindre l’objectif fixé, avec la perspective d’améliorations ultérieures si nécessaire.

2Malgré tout cela, il est possible de dégager de l’ensemble des cas exposés et des réflexions et conseils émis dans ces pages, quelques pistes assez générales qui devraient éviter quelques erreurs et aider à l’orientation des projets dans ce domaine.

3On peut les énoncer par rapport aux responsabilités et rôles de chacune des catégories de responsables de la mise en œuvre du projet, à savoir les décideurs « politiques » et les professionnels en charge de la bibliothèque et de son fonctionnement.

Pour les professionnels

Faire de l’accueil des publics la mission prioritaire de la bibliothèque

  • Renouveler la conception du métier et placer la valorisation des services aux publics au centre de l’activité ;
  • passer de la simple gestion de collections à la médiation active de leurs contenus auprès du public ;
  • dans cette perspective, reconsidérer de façon fondamentale l’équilibre et la répartition des moyens et du temps de travail entre la gestion technique et administrative interne et l’accueil des publics. Faire coïncider les deux dans toute la mesure du possible (Condé-sur-Noireau) ;
  • automatiser autant que faire se peut la gestion des prêts et retours (automates de prêt, boîtes de retour extérieures) ;
  • externaliser, dans toute la mesure du possible, toutes les tâches matérielles : équipement, reliure.

Dialoguer avec son public pour mieux le connaître

  • Mettre en œuvre les méthodes d’analyse nécessaires à la connaissance des divers publics fréquentant la bibliothèque et de leurs attentes et de leurs dispositions réelles. Procéder par enquêtes ou questionnaires portant sur les attentes des usagers sur leurs comportements dans les espaces de la bibliothèque et sur leurs disponibilités temporelles réelles ;
  • associer des représentants des usagers à la réflexion préparatoire, dans un souci de dialogue concernant le fonctionnement de la bibliothèque, et prendre en compte, chaque fois que ceci apparaît possible, leurs souhaits d’améliorations diverses des services qui leur sont proposés.

Réorganiser et mutualiser le travail interne

  • Mutualiser avec d’autres bibliothèques et concentrer en un minimum de lieux le traitement intellectuel et matériel des documents. Ceci est valable à l’échelle des réseaux communaux ou intercommunaux. On peut penser (rêver ?) qu’une telle mutualisation pourrait se mettre en place à une échelle plus vaste, au niveau d’un département ou d’une région, par exemple, comme ceci se pratique dans les pays d’Europe du Nord depuis plus de 30 ans ;
  • développer une politique de polyvalence des tâches pour chaque personne au sein du service, en évitant une trop grande spécialisation individuelle, de sorte que tous les personnels soient appelés à participer à l’accueil du public. Ceci est à déterminer dans le respect des statuts, et en tenant compte du niveau de responsabilité de chaque catégorie d’agents.

Se former en équipe

  • Pour que tout un chacun soit convaincu du bien-fondé de la priorité accordée au public, mais aussi et surtout afin de pouvoir mettre en œuvre avec succès des méthodes susceptibles d’améliorer l’accueil du public, il est indispensable de prévoir une formation adéquate pour l’ensemble des personnels de la bibliothèque, et non pas pour les seuls préposés à l’accueil du public ;
  • des visites ou stages au sein de bibliothèques ayant déjà mis en œuvre des ouvertures élargies peuvent se révéler des plus utiles.

Associer l’ensemble de l’équipe à la préparation et à la mise en œuvre de l’élargissement de l’ouverture

  • Dans le respect des conditions du dialogue social, définir les clauses de participation des personnels avec leurs représentants : volontariat ou participation généralisée assortie de dérogations, compensations en temps ou en rémunération, etc. ;
  • dans les réseaux urbains, solliciter la participation de l’ensemble des équipes pour le fonctionnement de la bibliothèque sur les nouvelles plages horaires, même si l’élargissement des ouvertures ne concerne qu’une seule bibliothèque ;
  • une fois les objectifs clairement définis (nocturnes et/ou ouverture du dimanche), inviter l’ensemble des agents à prendre part à la définition des nouveaux horaires. Déterminer clairement avec eux les lieux (où), les plages de temps (quand), les services à offrir (quoi ?) pour les horaires élargis et les moyens humains et matériels complémentaires nécessaires (comment) ;
  • déterminer avec l’équipe la hauteur des moyens nécessaires, notamment en personnels complémentaires pour établir avec souplesse le planning optimal ;
  • définir ensemble, et selon les compétences respectives, les complémentarités entre les services offerts à distance et ceux qui sont proposés dans les locaux de la bibliothèque.

Pour les décideurs : maires, présidents de communauté d’agglomération ou d’université

Affirmer clairement la volonté politique qui s’attache au projet d’élargissement des horaires d’ouverture

  • Formuler très clairement les exigences quant à l’optimisation attendue des horaires d’ouverture ;
  • quelle que soit l’origine du projet (élus ou direction de la bibliothèque) affirmer avec force et constance la volonté politique de mettre en œuvre une politique des horaires d’ouverture adaptée aux réelles disponibilités des publics, et de conduire le projet jusqu’à sa réalisation finale ;
  • assurer aux personnes qui, au sein de la bibliothèque, ont la responsabilité de cette mise en œuvre (direction et encadrement), un soutien permanent à la fois pour le respect des objectifs initiaux et les délais de réalisation ;
  • veiller à la qualité du dialogue social notamment dans les relations entre les hauts responsables de l’administration municipale (DGS, DGA, DGC) et les équipes de la bibliothèque ;
  • garantir, après concertation avec les responsables de la bibliothèque, l’octroi des moyens (personnels et/ou crédits) nécessaires à l’élargissement des horaires d’ouverture, en complémentarité avec les moyens d’autres services de la collectivité (sécurité, communication, entre autres).

Conjointement, pour les décideurs politiques et les responsables de la bibliothèque

  • Préparer en concertation un plan de communication en direction du public pour le préparer aux nouvelles conditions d’accueil, et pour l’informer des éventuels nouveaux services proposés ;
  • avant l’ouverture de nouveaux horaires, déterminer ensemble une méthode et un calendrier d’évaluations régulières du fonctionnement et du taux de satisfaction des usagers, afin d’améliorer au fil du temps, autant que faire se peut, ces horaires et les services proposés ;
  • étudier localement, sur le plan politique et professionnel, toutes les complémentarités de services et d’horaires d’accueil avec la ou les bibliothèques d’une autre obédience, afin de proposer aux usagers les meilleures possibilités d’accueil et d’accès aux ressources documentaires locales.

4L’énoncé de ces quelques pistes, pour utile qu’il soit, n’est certes pas exhaustif, et pour tout professionnel qui a l’intention d’initier un tel projet, il convient de regarder de plus près d’autres expériences peut-être plus analogues par la dimension et la composition sociale de la population à desservir et par les rythmes de vie qui en découlent, ou, dans une université, par la dominante disciplinaire concernée.

5Pour conclure ce panorama de conseils il convient d’évoquer l’un des facteurs de réussite les plus déterminants, à savoir l’opportunité du projet. Tout montre que les projets les plus aboutis sont ceux nés à l’occasion de la construction, de l’agrandissement ou de la rénovation d’un bâtiment. Il s’agit là de la meilleure des chances à saisir pour la mise en place d’un accueil de qualité et, notamment d’horaires d’ouverture qui satisfassent l’attente de tous les publics sans exception.

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search